Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jui Miyazaki. [90%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Jui Miyazaki. [90%]   Lun 22 Mar - 1:59

||₪|| Présentation ||₪||


Nom :
Miyazaki

Prénom :
Jui

Âge :
21 ans

Sexe :
Masculin

Date de naissance :
18 avril 1989

Orientation Sexuelle :
Bisexuel à préférence homosexuel.

_____________________________________________


Physique :
Son apparence, son apparence... Mais que dire? Grand, mince, un joli minois... C'est assez simple, non? Plus? Jui est un asiatique et donc, forcément, ses yeux sont en forme d'amande, finement tiré sur les coins externes, laissant découvrir des yeux magnifiques, bleus, tel l'océan. Des lèvres, toutes fines, toutes pâles, tentatrices. Des traits plutôt fins, une chevelure bleu-gris lui arrivant presque à la nuque, d'une coupe dégradée, déstructurée, laissant une frange vers la gauche, y couvrant souvent son oeil. Il est grand, la peau pâle et sans imperfection. Après tout, il n'a pas le choix de faire attention à son apparence, vu son métier. Ses courbes sont fines, mais bien marquées à la fois.

Caractère :
Comment décrire son caractère… À dire vrai, le jeune chanteur n’est pas quelqu’un de méchant. Il peut se faire très froid, sombre… Enfin, il a deux, voire trois, genres de personnalité. Il y a tout d’abord devant les caméras. C’est le genre de chanteur d’homme accueillant bien que provocateur et toujours ouvert à réalisé les dit ‘’fanservices’’ tel qu’embrasser l’un des membres sur scène ou autre… Il est souriant, mais n’est pas non plus doux comme un agneau. Il est le genre d’homme mature, plutôt froid, mais gentil… Drôle de portrait non? Mais la suite est pire. Le soir, lorsqu’il emprunte son travail de tueur, il est une toute autre personne. Totalement distant, c’est pour ce genre de raisons qu’il préfère avoir le moins de relations proches possible, autre que les gens utiles à sa vie de célébrité. Il n’a pas de réelle pitié, il tue, un point c’est tout. Il ne voit pas pourquoi écouter les demandes des victimes qui souhaitent se faire épargné. Son regard est toujours luisant d’une mauvaise malice, et semble pouvoir vous poignarder avec ce même regard qui est également glacial. En dehors de ces deux métiers, il est quelqu’un de plutôt … simple? Il est plus ou moins possessif, chieur au besoin. Il peut se faire très désagréable avec une personne, si celle-ci est une future ‘’proie’’, ou qu’il ne l’aime simplement pas.

Histoire :

Jui est né de deux parents ayant un métier complètement différent. Son père était un directeur d’une grande compagnie au Japon. Il n’avait pas de difficulté a subvenir à ses besoins et ses parents lui avaient toujours donné ce qu’il voulait. Sa mère, quant à elle, travaillait dans un salon de coiffure peu connu et se devait de travailler à temps partiel au petit restaurent du coin. Elle vivait difficilement, dans une petite maison d’un quartier très peu fréquentable. Il était difficile d’obtenir une meilleure demeure avec le peu d’argent qu’elle avait, puisque la plupart allait pour payer les traitements de sa mère malade. Difficile d’imaginer que deux personnes aussi différentes au milieu social puissent se retrouver ensemble, n’est-ce pas? Ce fut pourtant le cas et ce, par le plus grand des hasards.

C’était un beau soir de juillet, et notre directeur tomba en panna dans ce pauvre quartier. Il croyait avoir assez d’essence pour se rendre jusqu’à sa belle grosse maison, héritage de ses parents décédés étonnement jeunes pour leur bonne santé. Cependant, notre bel homme avait oublié la construction qui se faisait et dû prendre le détour qui menait à ce pauvre quartier. Comble du malheur, il n’arrivait pas à ouvrir son portable : batterie déchargée! Vous savez, ce genre de journée où rester coucher était la meilleure solution? L’homme aurait préféré cela qu’être pris dans ce bas quartier. C’est donc avec dégoût qu’il débarqua de sa voiture qui avait attiré, déjà, le regard de plusieurs curieux. Il reposa son veston -qui valait sans doute plus cher que l’une des quelques voitures présentes- et prit direction vers le restaurant du coin. Une jeune serveuse devait faire, comme à tous les jeudis, la fermeture du dit-restaurant. Elle releva la tête au son de la clochette et sembla fort surprise de voir quelqu’un, ou plutôt, quelqu’un de bien habillé. La plupart des gens qui venaient dans ce resto’ étaient généralement dévergondés, irrespectueux, malpolis… Malgré qu’il y ait exception pour chaque règle. Bref, elle lui offrit son plus beau sourire et lui proposa à boire et à manger, après lui avoir assigner une place. Une fois la commande apportée –plutôt surprenant pour quelqu’un qui souhaitait quitté rapidement ce coin perdu-, elle retourna derrière son comptoir malgré qu’il n’y ait qu’eux deux. Elle prit les factures des commandes faites pendant son quart de travail pour en faire le compte. Elle avait beau être avec des vêtement d’une vente de fermeture, elle était éclatante parmi toute cette vieillerie qui l’entourait. Il finit par l’invité à prendre un café avec lui, qu’il ajouterait à sa facture. Suite à une longue hésitation, la jeune femme vint le rejoindre et de nombreux rendez-vous s’en suivirent…


*****

Ils étaient déjà marié après à peine cinq mois de fréquentation. L’homme disparaissait peu à peu. Il se mettait à boire sous la pression du travail et devenait violent sous une trop grande prise d’alcool. C’est d’ailleurs vers 2 heures du matin que Chiyo fut brutalement forcé à la confection de, sous les dires de Kyo, l’homme saoul, leur ‘’future petite fille’’. Aucun remords de la part de Kyo si ce n’était d’avoir trop bu au point d’avoir une migraine lorsqu’il se réveilla. Sans cœur, n’est-ce pas? Depuis, leur couple ne fit qu’allé de pire en pire. Chiyo était cependant trop craintive pour demander le divorce. Elle fut obligée de cesser de travailler à cause de son ventre qui commençait à prendre de l’ampleur. Le travail ne s’arrêtait pas là pour autant. Kyo souhait à tout prix que sa demeure soit propre, et il ne permettait pas qu’une femme de ménage vienne le faire!

Soutenant son dos, Chiyo décida de prendre un peu de repos pendant que son mari travaillait. Elle s’assit quelques instants sur le bord du divan du sous-sol. Elle souffla un peu, puisque d’ordinaire, Kyo ne lui autorisait pas de se reposer. Elle observa les alentours, puisqu’elle n’avait généralement pas le droit d’accéder à la cave. Il n’en saurait rien, si elle ne touchait à rien. Une voiture passa tout près, dans la rue, et les lumières firent refléter quelque chose dans un coin reculer de la pièce, près de l’établi. Intrigué, Chiyo s’en approcha avec difficulté et sortit l’objet en question, pour ouvrir grands les yeux. Un fusil! Qu’est-ce que le directeur d’une compagnie faisait avec ça? Elle ouvrit l’armoire juste en face d’où se trouvait l’arme et en découvrit pleins d’autres, de tout les genres! Une crampe lui vint dans le ventre. Une grosse crampe. Rapidement, elle remonta l’escalier du mieux possible pour attraper le téléphone, pour ainsi appeler l’ambulance ainsi que son mari. Elle était sur le point d’accoucher, elle le comprenait et rapidement elle fut amener à l’hopital. Après des heures de souffrances, et quelques jours de repos à l’hôpital, Chiyo revint finalement à la maison avec Jui dans ses bras. Ce n’était pas une petite fille, mais elle l’adorait tout de même. Kyo, lui, ressentait autant d’affection pour le nouveau-né, mais ignorait grandement les demandes et douleurs de la nouvelle mère. Son travail était presque fini, voilà tout.

*****

13 ans plus tard, Jui était devenu un jeune homme brillant, et magnifique malgré le fait que son père l’ait interdis de garder les cheveux courts. Peut-être était-ce pour voir en lui, malgré tout, la fille qu’il avait voulu. Kyo l’adorait, et un beau soir il l’invita dans sa chambre alors que sa mère était partie voir des amies. Étonnant, car il l’empêchait la majorité du temps d’habitude. Le tendre père lui fit un long discours touchant, parsemant sa peau blanchâtre de petits baisers. Il lui disait qu’il l’aimait, plus que sa mère. Que bientôt, il devrait lui faire comprendre quelque chose. Qu’ils n’auraient plus besoin de Chiyo dans tout ça. Sous toutes ces belles paroles, Jui se laissa emporter et hypnotiser. Chiyo n’était plus sa mère, mais bien comme une femme de ménage. Après tout, si elle était sa mère, elle l’embrasserait comme ça, elle aussi. C’était ça que son père lui disait. La vérité étant que Chiyo ne pouvait jamais l’approcher, ne pouvait jamais le cajoler, car le directeur lui donnait sans cesse du travail auquel elle devait obéir. Ça, Jui n’en était pas conscient. Les années passèrent et la relation entre son père et lui devenait de plus en plus rapprochée. À un point tel que les relations sexuelles s’en étaient mêlées. Ce n’est qu’à 17 ans que Kyo lui demanda une faveur. Lui demanda d’exécuter quelque chose pour lui, avant de partir. Dans la chambre, il lui offrit un couteau en argent. Tout beau. «Tue-la. Proprement. Rapidement. On a pas besoin d’elle. » avait murmuré Kyo au creux de son oreille. Aveuglé par l’amour ‘’paternel’’, il lui obéit. Allant rejoindre sa bien aimée ‘’servante’’ à la cuisine et l’hacha tel un bœuf que l’on prépare dans une boucherie, mais en bien moins salissant. Ainsi, son père observa la scène avec un mince sourire aux lèvres et lui laissa un numéro de banque une fois le cadavre enterré. Ce serait l’argent pour son avenir en attendant qu’il trouve un travail payant.

« Vise le sommet, pour attirer tout les regards, et jamais personne ne croira que tu peux tuer comme le font les gens sans espoir. Tu obtiendras ainsi deux travails, tu feras deux fois plus d’argent, et comme ça, tu me rendras fier…»

Ce fût les dernières paroles que son père lui adressa après lui avoir donné un nom pour son futur métier de tueur à gage, et l’avoir déposé devant une agence de chant. C’est ainsi qu’en quelques années, grâce à la gloire de son père ainsi que ses contacts, Jui devint un célèbre chanteur cachant le plus horrible des métiers comme second gagne pain.


_____________________________________________


Ce qu'il/elle aime :

Ce qu'il/elle aime pas :

_____________________________________________


Comment avez-vous connu le forum ?
Par l'entremise de Valentin.


Dernière édition par Jui Miyazaki le Dim 21 Nov - 21:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jui Miyazaki. [90%]   Ven 17 Sep - 20:37

LET'S GO T'ES CAPABLE \o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Jui Miyazaki. [90%]   Dim 20 Fév - 10:35

+1 Fufu XDD

Bientôt à 100 pourcent XD
Revenir en haut Aller en bas
Mizuki

avatar

Age : 22
Messages : 127
Maître(sse) de : Mes pensées
Date d'inscription : 17/02/2010

MessageSujet: Re: Jui Miyazaki. [90%]   Dim 17 Avr - 10:25

Fiche toujours d'actualité ? ~ Il manque pas grand chose ! C'est dommage si tu ne la finis pas è_é *sort le fouet* ALLER !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jui Miyazaki. [90%]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jui Miyazaki. [90%]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée chatbox à Thème (Miyazaki / Ghibli)
» Livre Miyazaki
» Arrietty par Hayao Miyazaki
» [japon] Kokuriko Zaka Kara, le nouveau film d'animation de Goro Miyazaki
» Hayao Miyazaki envisagerait une suite à Porco Rosso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - Fiches finies-
Sauter vers: