Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Asa' évolue-toi een... Aya ! ...Heu ? Je pensais qu'on évoluait en mieux !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Asa' évolue-toi een... Aya ! ...Heu ? Je pensais qu'on évoluait en mieux !   Sam 21 Aoû - 21:07

||₪|| Présentation ||₪||


Nom : Nagasaki. Elle en sait pas plus long, mais apparemment c’est celui de son père. Comme la plupart des autres personnes sur cette planète. Il est coutume de donner le nom de famille du père au lieu de la mère, mais pas tous qui le font non ? Bref, à part l’endroit où il vient, elle ne sait rien d’autre. De toute manière, elle attend plus son prénom que son nom de famille.

Prénom : Aya. On peut dire que le nombre de fois ou sa mère lui a crié son nom est une preuve qu’il est bel et bien à elle. Quoi qu’on ne sache jamais, il y a tellement de quiproquos dans ce fin monde. Elle aurait pu prendre le prénom de quelqu’un d’autre par accident. Mais alors, à qui sa mère cri depuis toutes ses années ? Mystère…

Âge : Dix-sept ans et toute ses dents. Comment elle le sait ? Bien, elle compte son anniversaire sur les doigts et pour ses dents rien de plus facile, le nombre de fois ou elle s’est mordu la langue prouve qu’ils sont tous là.

Sexe : Féminin, quoi d’autre ? Je vous donne un bon conseil, descendez un peu les yeux vers sa poitrine. Ensuite, fixer-la un moment puis finalement vous aller la voir ! C’est magique ! Comme dernier conseil, je vous dirai de partir en courant ou bien vous bougez un peu avant de recevoir un coup sur la mâchoire de la part de celle-ci !

Date de naissance : Le premier Avril. Poisson d’Avril ! Ah ah, non elle est réellement née cette date. Par contre, c’est un bon coup à faire au père ! Ah salut, cela fait un moment que l’on ne s’est pas vu, je t’appelais juste pour dire que je suis entrain d’accoucher de ton enfant. Bah, c’est cela ! Alors, j’espère que tu passeras vite nous voir, Poisson d’Avril, mais sans en être un ! Aaarg ! –Contraction-.

Groupe : Rebelle à cent pour cent. Pas question d’être dominée par qui que ce soit ou par quoi que ce soit. Elle a déjà assez endurée sa mère, alors un autre humain ; pas question ! Non mais si vous saviez combien les mères peuvent être envahissantes, vous comprendriez sa peine et son envie d’être libre une bonne fois pour toute. Disons qu’elle ne court par toute nue dehors non plus, elle évite les animaleries et les endroits trop peuplés d’humains. Elle n’est pas si stupide que cela… non ?

Orientation Sexuelle : Bisexuelle. Au fond, tant qu’on y prenne son pied, le reste n’a pas trop d’importance de qui avec quoi ou avec quelle chose. L’important dans le sexe n’est pas d’y prendre son propre plaisir en question ? Faut parfois réaliser ses fantasmes et laisser la logique de côté. Toute personne tentant de la violer sont prier de faire la file pour vous faire cassez la gueule, merci.

_____________________________________________


Physique :
Il existe dans ce monde une quantité incroyable de détails qui différencie une personne d’une autre. Il y a aussi le phénomène d’une personne qui ressemble étrangement à une autre sans être lié de parenté qui consiste d’avoir un sosie. Il y a également ceux qui se ressemble comme deux gouttes d’eau qu’on appel les jumeaux. Il y a même différente couleur de peau, d’yeux, de cheveux de tout ce qu’on peut avoir sur le corps. On dit que chacun est unique en son genre, mais est-ce vrai ? Aya à des cheveux bleu au reflet mauve, en revanche pouvons-nous dire qu’elle est la seule ? Si elle n’est pas la seule à avoir les cheveux aussi long qui lui descende jusqu’aux cuisses, ce n’est pas vraiment être unique. À moins que cette caractéristique se porte plus en direction des yeux ? Des yeux rougeâtres qui illuminent dans la nuit tel un chat qui observe sa proie avant de s’élancer sur la balle de laine. Elle n’est pas la seule à avoir de tels yeux. Ce n’est pas vraiment unique pour elle. Alors, si on essayait plutôt le reste de son visage ? Un visage en triangle, une petite bouche fine à lèvres rosées, un petit nez au milieu, de long cils noir qui caressent ses joues à chaque battement de paupière et des joues souvent rouge. Non, tout ce qui a de plus banale. Si on passait, cette fois, à la couleur de sa peau ? Une couleur de pêche, assez pâle qui rougit assez facilement à un compliment ou bien une attention particulière sur son corps. Ah oui, qui n’a pas une peau comme celle-là ? Finalement, elle n’a rien d’unique en son genre. Regarde sa taille ! Tous les enfants de douze-treize ans ont cette taille et je ne vous parle pas de sa silhouette encore. C’est comme si son propre corps avait tout simplement cessé d’évoluer et pousser par la même occasion. Bon, au moins elle est plus grande que sa poitrine, c’est une très bonne chose. Finalement, elle n’est pas si petite que cela. J’exagère un peu, mais elle n’est pas la plus grande de son âge. Faut dire que sa seule queue féline n’est pas quelque chose d’unique non plus. Son style vestimentaire ne peut pas être unique. Avec le temps et la mode de nos jours, tout le monde porte la même chose et surtout en ce qui concerne les filles. Pour Aya, rien de plus facile que de prendre un morceau de vêtement qu’une fille jette après l’avoir porter une seule fois pour en faire quelque chose de neuf et de beau à ses yeux. La seule chose qu’elle n’aime pas faire est de peignée ses cheveux. Elle peut mettre tout le temps sur une tenue, mais les cheveux pas une seconde de trop. Finalement, peut-être que cela est son côté unique de son apparence ; ses cheveux mal coiffée comme si elle était sortit du sèche-linge.


Caractère :
Je ne vous sortirai pas encore le coup de l’unique en son genre. Pas parce que cela ne serait pas très original, mais simplement parce que cela me tente juste pas de reprendre le même genre pour écrire le caractère de mon personnage. Ce que je peux dire, par contre, est que je ne serais pas capable de vous dire comment est le deuxième voisin de chez mon père, mais que je pourrais vous décrire parfaitement Aya. Pourquoi ? Simplement que le deuxième voisin de chez mon père, je ne le connais pas du tout, alors que Aya est créer de mes doigts qui tape sur le clavier. Pour tout vous dire, Aya est une fille vraiment pas compliquée. Là je vous voir venir ; Une fille qui n’est pas compliquée !? Oui, je vous rassure que cela ce peut très bien. Simplement, car on devine trop son humeur qui la trahie toujours. Tout son corps en entier démontre ses sentiments et ce qu’elle pense réellement même si son attitude première est de tout démentir. Elle ne dit jamais ce qu’elle pense par simple figure de sécurité. Selon elle, tant que son ennemi ignore tout d’elle, Aya sera d’une façon ou d’une autre protégée contre celui-ci. Un caractère plutôt enfantin peut-on dire. Comme les enfants qui croient que lorsqu’ils ne nous voient pas on ne les voit pas non plus, Aya agit de la même façon. C’est peut-être pour cela qu’elle est si nulle au jeu de cache-cache ? S’éclipser derrière un arbre de te cache pas, surtout si ta queue te dévoile en entier. Enfin bon. Aya est une personne qui est entièrement et totalement têtue. C’est une vraie tête de cochon qui refuse catégoriquement d’être en accord avec qui que ce soit. Encore pire si cela est un humain. Elle pourrait faire un effort envers les hybrides, mais hors de question de laisser un humain avoir raison sur toute la ligne –même si cela est le cas-. Aya est aussi quelqu’un de compétition. Elle aime le challenge, que quelque chose de dure ce transforme en jeu et surtout de gagner. Par contre, elle est une mauvaise perdante. Si elle doit tricher, elle le fera. Rien n’est trop beau pour elle, pour ravoir tout ce qu’on lui a enlevé. C’est ainsi que Aya voit les choses. Bien qu’elle soit été élevée dans la misère le long de sa vie, elle va se battre pour recevoir ce qu’on lui a privé durant toutes ses années. Attitude positive ; power up ! Faut dire qu’elle n’a pas la langue dans sa poche la pauvre fille, ce qui l’amène souvent dans les ennuis, car en plus de cela Aya est d’une maladresse à faire pâlir de jalousie la maladresse même. Finalement, on peut voir d’elle que, tout comme son corps, son mental n’a pas plus évolué durant les années. Bon, elle a de bon côté ! Dans sa naïveté, elle est quand même gentille certaine fois. Comment cela ça ne sonne pas comme une qualité ?!


Histoire :
Toute histoire à un début. Il commence par ce même début afin de la construire en quelque chose qui transforme le personnage principal vers son but. Généralement, on doit parler des parents de ce personnage, car cela est grâce à eux que cette personne existe dans ce monde. Dans cette histoire, les parents, du personnage principal pas encore née, étaient simplement une histoire d’amour tragique digne de Roméo et Juliette. Un humain et une hybride. Pas très originale, mais voilà comment est la vie n’est-ce pas ? Un simple coup de foudre. Ils cherchaient les moindres moments pour se revoir en cachette. Ils s’aimaient réellement, hors la vie n’est pas roses. Un jour, l’humain du quitter dans une autre ville et ils firent l’amour avant son départ. Ils se promirent d’écrire des lettres chaque fois que l’ennuie serait trop forte pour garder un moindre contact. Simplement pour savoir que le cœur de l’autre battait toujours autant. Quelques mois plus tard, l’hybride apprit qu’elle était enceinte de cet homme qu’elle ne reverrait sûrement plus. Gardant courage, elle se tu sur la nouvelle et envoya ses lettres habituelles à son aimé. Encore quelques mois plus tard, Aya naquit dans ce monde difficile pour eux. Sa mère n’avait pas grand-chose à lui offrir, mais chaque tendresse maternelle était une chose précieuse pour le petit bambin qui grandissait en observant sa mère de loin. Pourquoi n’avait-elle pas comprit que la direction dont sa mère observait était plus loin qu’elle ? Une chose différente qu’elle ne pouvait lui offrir ? Tout ce qu’elle pouvait faire au début était de regarder sa mère s’effondrer de chagrin plus les jours s’estompaient sans en comprendre le sens. Elle ne pouvait pas comprendre, ni atteindre la peine de sa mère pour lui arracher. Alors, elle décida de lui changer les idées en devenant de plus en plus désobéissante. Lorsque sa mère la disputait, elle pouvait voir l’espace d’un moment cette tristesse disparaître dans ses yeux. Tout était suffisant pour ne plus la voir. Aya voyageait souvent avec sa mère, ne restant jamais plus d’une semaine au même endroit pour ne pas être capturée. C’était difficile. Ne pas vivre dans un endroit chaud et accueillant qui ne bougerait jamais. De voir les enfants courir et jouer ensemble. Il était si difficile d’être différent.

Quelques années plus tard, ce fut au tour d’Aya de prendre soin de sa mère. Celle-ci devenait malade avec le temps et l’âge. En faisant un peu le ménage dans leur unique boîte qu’elles transportaient en cas d’urgence, Aya découvrit de nombreuses lettres que sa mère n’avait jamais eu le courage d’envoyer qui la concernait. Disant a un homme dont elle était encore follement amoureuse qu’elle avait mit au monde son enfant. Qu’elle espérait que leur promesse n’était pas encore rompue, qu’elle espérait toujours aussi fort. Puis, légèrement froissé et plus sale que les autres, trouvaient une réponse qui n’avait pas de suite et la dernière de cet homme qui annonçait son mariage. C’était comme si tout lui sautait au visage. Ce dont sa mère avait tant cherché ç atteindre, mais n’arrivait pas à faire un centimètre vers l’objet de ses désirs. Tout ce qu’elle espérait était de l’apercevoir encore une fois, même si elle savait qu’elle ne pourrait pas le rejoindre. Attendre parler de lui en sachant qu’il n’attendra plus parler d’elle. Aya n’avait jamais entendu parler de son père auparavant, mais tout dans cette lettre était la preuve qu’il existait et menait une vie heureuse quelque part en ignorant que sa fille vie, qu’elle a un cœur qui bat, un cœur offert grâce à lui. Cette lettre était la preuve que sa mère aurait désiré l’utiliser pour ravoir l’homme qu’elle aimait, mais qu’elle n’en avait jamais eu le courage. Aya prit la lettre avec elle et la garda avant de partir en laissant, à son tour, une lettre de réponse pour sa mère. ‘’ Je le retrouverais ‘’ avait-elle écrit. Il n’y avait rien d’autre qu’Aya pouvait offrir à sa mère que de lui faire revoir une dernière fois cet homme qui avait changé sa vie, qu’il lui avait permis de rester vivante durant tout ce temps et qui a fait vivre cette histoire. Une histoire d’amour qui ne mène nulle part et qui a aucune fin, car la mère d’Aya décéda peu après le départ de sa fille. Lorsqu’elle revint la voir, seule, elle découvrit que leur petite maison fragile avait été détruite avec tout leur peu de bien personnel enlevée. Tout ce qu’elle avait en souvenir était cette lettre qui avait détruit le cœur de sa mère, mais qui lui avait apporté un jour le sourire. Jamais elle n’avait découvert qui était l’homme de cette lettre, mais cela n’avait plus d’importance. Maintenant, tout était bien. Un jour, à la mort de son père, ils se retrouveront de nouveaux. Aya savait que malgré tout, l’amour pouvait encore emmener loin… même un centimètre était suffisant.
Aya brûla la lettre et partit sans se retourner. Elle le savait que trop bien. Si elle se retournerait, elle repenserait au passé et il n’y avait plus de place pour cela dans sa vie. Elle mènerait une vie qu’elle aurait choisit tout comme sa mère. Aya sait très bien qu’aujourd’hui que sa mère avait décidé de la garder par amour, qu’elle avait choisit d’aimer son père à distance même s’il est marié et qu’il doit avoir des enfants à l’heure qu’il est… Peut lui importait pour le moment. Elle n’avait besoin de personne. Elle avancerait jusqu’au bout. Enfin, sans compter les fois ou elle tomberait au sol. Faut dire que cela va arriver plusieurs fois. Même si elle est une hybride, même si ce monde veut l’écraser, elle mènerait la vie dont elle a choisit jusqu’au bout et… au diable les humains comme dirait-elle ! Finalement, l’amour à distance à ses effets. Ce n’était pas si idiot et banale comme histoire. Cela peut démontrer la détermination d’une personne et jusqu’à ou elle irait pour celle-ci… quitte à mourir. Par contre, cela est un peu plus tragique. Aya préférait ne pas tomber amoureuse. Il n’y a pas juste les histoires d’amour dans la vie ! L’histoire de ses parents est basée sur leur amour impossible, mais Aya ne suivrait pas leur exemple. L’alcool et le sexe est bien mieux. Après tout, comment pensez-vous qu’elle arrive à toujours s’amuser ? Même si elle essaie de voir tout positif, parfois faut essayer de garde un peu sa vie pour manger. Rien de plus facile que de cacher sa queue féline et s’acheter un petit quelque chose en ayant l’air tout à fait normal. Parfois, cela marche. D’autre non, mais elle court assez vite depuis les pratiques. Faut dire que pour les pratiques, elle en a eu quand même beaucoup et elle en aurait toujours, car elle ne compte pas se faire prendre. Parfois, dans ses ‘’voyages’’ Aya rencontre d’autre rebelle avec qui elle se lie d’amitié ou bien des camarades de compétition. Jamais elle ne reste longtemps au même endroit, par habitude qu’elle a prise de sa mère. Des fois, elle se surprend à lever les yeux vers le ciel pour voir si son père a finit par la rejoindre. En revanche, Aya n’est pas inquiète, car elle sait que chaque jour un centimètre les rapproches.

Aya sourit doucement en observant les feuilles rougis par l’automne qui commence à mettre le nez dehors et faire tomber quelques feuilles. Le dos appuyé contre un arbre, elle venait de terminer une lettre avec une feuille de papier volé ainsi qu’un stylo qui était tombé d’un sac à dos d’une adolescente. Elle plia le tout afin d’en faire un avion en papier. Aya savait très bien que même si cette lettre ne pouvait être envoyée, cette personne pourra l’atteindre et découvrir chaque mot dessus. Du moins, elle l’espérait… Elle l’espérait en le voyant voler grâce au vent frais qui se levait pour faire virevolter l’avion le plus loin jusqu’à le perdre de vue. Un petit cri la fit sursauter et Aya tourna la tête un peu vers le responsable. Il s’agit d’un petit garçon hybride qui lui avait lancé un défi. Gonflant les joues dans une mimique pure enfantine, Aya bondit sur ses pieds pour le rejoindre en courant. Tout était bien.

Sinon, comment la terminer cette histoire ? Je crois savoir…
Attention à vous, elle va vous foncez dedans ! On dira pas que j’ai pas prévenu…

_____________________________________________


Ce qu'il/elle aime : Des choses… on mon dieu, mais c’est quoi cette réponse pourrie ? Développe ! Bon, elle aime les choses sucrés - peut-être un peu trop-, les chats –oui, elle devient gaga quand elle en voit un trop s’approcher d’elle- l’alcool et le sexe. Wow, le reste de la phrase n’a même plus aucun rapport avec les premières choses qu’elle aime finalement.

Ce qu'il/elle n’aime pas : Des choses… Non, je ne refais pas ce coup là ! Elle déteste les humains en général. Elle n’aime pas l’état de l’esclavage dont les hybrides sont victime. Elle n’aime pas le lait ! –Edward sort de ce corps ! Pas vrai que Aya va devenir petite ! (Hé, mais je ne suis pas aussi petit qu’une fourmis qu’on pourrait m’écraser et j’irais me protégé dans les trace de la chaussure !) ….Heu, Edward ?-

_____________________________________________


Comment avez-vous connu le forum ? Je suis déjà dessus !
Revenir en haut Aller en bas
 
Asa' évolue-toi een... Aya ! ...Heu ? Je pensais qu'on évoluait en mieux !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fione évolue-t-il en Manaphy ?
» Sluggy
» Pikaruto57
» Shineys de Keuz
» Dark_Luxray

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - Fiches finies-
Sauter vers: