Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Mar 8 Fév - 21:45

Alors que je tentai de m'éloigner, mon petit manège eut l'effet escompter car il resserra sa prise sur moi et me retint. Il m'expliqua que lui n'avait faim que de mon corps aussi. Il joint le geste à la parole car il commence à embrasser mon torse, puis revint à ma bouche et redescends. Mon dieu que c'est divin. Mon envie à si tôt fait de revenir encore plus forte que les fois précédente. Mais c'est qu'il me ferais languir le soit disant expérimenter... Il redescends pour remonter encore une fois, croiser mon regarde et m'embrasser tout en me faisant reculer, puis il me pousse un eu violemment en arrière, et j'atterrit assis dans un fauteuil. Enfin après tant d'attente il descends vers mon penis et prends en bouche mes testicules. Il n'imagine même pas l'effet qu'il me fait!!! In-expérimenter, mon cul ouai, ou alors il à un vachement bon instinct. Il continuai sa douche torture et je me tordait dans presque tout les sens, me mordant la lèvre pour ne pas crier de plaisir tellement il me faisait du bien. Par contre, je trouvais tout de même utile un petit commentaire d'une voix enrouée par tant de plaisir :

"T'es sûre d'être in-expérimenter, parce que là, je te jure, tu n'en as pas l'air du tout..."


Je le laissai continuer un moment avant de sentir l'orgasme proche, trop proche. Je ne voulais pas venir sans lui, et pas encore, on avait encore des choses à faire avant alors gentiment je le remontai à mon niveau et l'installai sur mes genoux. Je le serrai dans mes bras, lui déposant des baisers papillon dans le cou, puis une fois calmé, je déclarai d'une voix toujours emplie de désir :

"Mon beau, tu es doué, crois moi sur parole. Jamais, je dis bien jamais quelqu'un ne m'as fait autant d'effet. A mon tour petit prince."

Je me relevai et lui fit prendre ma place. Il allait voir de quoi j'étais capable. Je commençais par l'embrasser plus que langoureusement mes mains s'aventurant toujours plus bas au fil du baiser. Je prenais soin de toujours éviter ses parties sensibles. On ne fait pas languir Dante Inferno sans en subir les conséquences, parole d'Inferno... Je terminai le baiser de façon douce mais ferme et allai chercher le lobe de son oreille que je pris en bouche et martyrisai de douces tortures. Puis je recommençai mes baisers passant de son oreille vers sa mâchoire pour ensuite suivre le cou et le longé. J'atterit donc sur une épaule, et je continue de descendre, revenant un peu vers le milieu. Je passai son pectoral gauche, m'attardant sur son téton, puis je continuai ma longue descente. Je le sentais vibrer de plaisir, il n'attendait plus que ça. Mais il attendrais encore un peu. Je continuai ma descente de baisers et atterrit cette fois au nombril ou avec ma langue j'imitai l'acte qui suivrait sûrement. Je decidai qu'il avait asser attendu, et enfin me dirigeai vers son penis. Je plaçai ma bouche au bout et soufflait dessus. Un courant d'air chaud. Je donnai un bref coup de langue sur son gland et continuai de souffler dessus. Avec ma main droite je vint caresser ses bourses alors que la droite continuai de caresser son torse. Enfin d'un seul coup, après une interminable attente, je le pris en bouche, d'un seul coup et tout entier. Je commençai de doux va et vient. Enroulant ma langue autour de son pénis, parfois je laissai mes dents le frôler. Je n'eux pas à faire cela bien longtemps, je le sentais qui allait bientôt venir. Il y a des caractéristique qui ne trompe pas, par exemple le fait que juste avant l'éjaculation, le penis grossit encore un peu et se dresse encore plus, au maximum. Lorsque je sens cela arriver, je me retire et revient vers le haut de son corps. Je l'embrassai de nouveau. Je m'installai ensuite à califourchon sur lui, et le pris dans mes bras. Calant sa tête dans le creux de mon épaule je finis par lui chuchoter :

"Alors, ça t'as plus. Je ne suis pas aller jusqu'au bout exprès, pour toi comme pour moi. Car je doute que tu veuille t'arrêter la. Sauf si tu veux qu'on arrête là pour aujourd'hui, je te finis... Je t'aime mon petit prince, tu es tellement beau, et surtout tellement douer. D'habitude je suis capable de tenir asser longtemps sous les coups d'une fellation, avant de venir, mais toi, tu es tellement douer que je ne pouvais pas retenir d'avantage. J'ai envie de toi, mais je ne ferais rien sans ton signal, je te l'ai déjà dis. Et même si tu me dis Stop, je m'arrêterai là, sans broncher. Je t'aime, je suis prêt à faire n'importe quoi pour être désormais le seul dans ta vie."

Je restai un moment comme cela, puis me reculan un peu, je l'embarquai de nouveau dans un baiser enflammer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Mer 9 Fév - 15:28

Il faut croire que je me débrouillais bien à le faire languir comme je le pouvais, à l’entendre et surtout à le sentir se tortiller dans tout les sens alors que je m’attardait sur l’extrémité de son sexe.
J’y reste un moment, prenant plaisir à lui faire du bien et je serais bien aller jusqu’au bout s’il n’avait pas désirer soudainement arrêter tout en me demandant si j’étais bien certains d’être sans expérience dans le domaine parce que je n’en avais pas l’air et je le rassurais en affirmant bien fort que c’était bel et bien ma première fois et que, de ce fait, aller plus loin signifierait beaucoup pour moi.
L’instinct guidait et l’esprit de déduction aussi : faire languir un compagnon était sans conteste et sans doute la meilleure manière de faire grimper l’excitation n’est-ce pas ?
Certes, je l’aurais bien fait languir encore plus, mais j’étais bien trop désireux pour ça et je ne tenais pas non plus à le rendre dingue… et puis au final j’étais bien content de me débrouiller mieux que ce que j’aurais cru à l’entendre.

Il m’écarte donc et le laisse m’asseoir sur ses genoux, sentant certaines parties de son corps contre les miennes, il me serra dans ses bras alors que ses lèpres papillonnait dans mon con et que les miennes se perdaient sur son front ou dans ses cheveux accompagnée d’une de mes mains, l’autre continuant de caresser son corps.
Et puis doucement la tension se relâche une seconde et il m’explique que je suis doué ce qui me tira un petit regard gêné mêlé de fierté venant de quelqu’un qui en avait vu d’autre et puis il me dit que c’est mon tour à présent…
Mon tour ?

Je n’ai pas vraiment le temps de protester que je me retrouve à sa place assis sur le fauteuil, pris dans un langoureux baiser qui s’élance un temps alors que ses mains s’aventuraient de plus en plus bas faisant grimper la chaleur dans mon corps autant que l’excitation et je me retrouvais rapidement le sexe éveillé même s’il semblait vouloir l’éviter du mieux qu’il pouvait… à son tour de me faire languir hein ?
Il y parvenait très bien et plus d’une fois je vis sa main s’approcher en espérant secrètement qu’il y passerait enfin avant de la voir repartir avec hâte !
Et puis doucement le baiser s’acheva pour que ses lèvres aillent chercher le lobe de mon oreille pour le prendre en bouche faisant grimper encore un peu plus le désir en moi. A que je voulais qu’il se décide à aller plus loin !
Je me cambrais légèrement dans mon fauteuil et il revint à mes lèvres pour descendre ensuite vers le cou, le longeant pour arriver à une épaule puis à mon torse où il s’attarda sur mon téton, n’hésitant pas à le mordiller un peu et me tirant un léger gémissement malgré moi et puis il poursuivi sa descente alors que je frémissait, non même plus, que je vibrais de ce plaisir procuré, trouvant presque celui que je lui avais offert comme de simples caresses sans utilité…
Il attendis pourtant encore un peu, s’attardant sur mon nombril imitant certaines choses qui nous attendaient pour la suite et puis enfin se dirige vers la destination finale : mon pénis qui n’attendait plus que ça.

Le voilà ainsi qui place sa bouche en son extrémité et souffle doucement avant de se laisser aller à un bref coup de langue sur mon gland, me faisant me cambrer sur le fauteuil, le visage vers le plafond, les yeux clos, le laissant faire.
Je sentais sa main droite me caresser le torse ou les bourses et plus d’une fois j’en frémit de plaisir ou lâchait un gémissement incontrôlable. Ah que sa langue était parfaite ! Rappeuse les sensations étaient indescriptible mais au combien inoubliables !
Et le voilà qui prends mon sexe entièrement en bouche, soudainement, me faisant lâcher un gémissement plus fort encore que les précédents avant qu’il ne recommence les va et vient, enroulant sa langue autour de mon sexe, laissant parfois ses dents le frôler, ah que de sensations !
Je me sens venir et il le remarque, probablement à mon regard gêné et à d’autres signes, étant tout de même gêné d’aller jusqu’à venir à son visage alors que je n’avais pas été jusqu’au bout avec lui…
Mais voilà qu’il s’arrête et revient vers le haut de mon corps, m’embrassant à nouveau alors que je me laissais faire au comble de l’extase alors qu’il s’installait doucement à califourchon sur moi et que je me perdais dans ses bras.
Et qu’il chuchotait doucement pour me demander si ça m’avait plus ce à quoi je répondais que oui, énormément… et qu’il m’explique pourquoi il n’était pas aller jusqu’au bout.
Je me sens flatté de me savoir si efficace et pourtant si manquant de pratique, l’instinct ayant été pour moi le meilleur des guides à ce que j’avais fait.
Il me dit qu’il a envie de moi mais qu’il ne ferait rien sans mon signal et que si je désirais arrêter là il accepterait, sans broncher. Je devenais ainsi le seul dans sa vie et qu’il était prêt à tout pour le devenir pour moi.

Il recule un peu avant de retourner dans un doux baiser, long, avant de me fixer à nouveau, alors que mon cœur battait comme jamais.
Il était si beau, je me sentais si bien ! Tellement mieux qu’avec bien d’autres personnes, mâles ou femelles, je… désirais poursuivre, aller jusqu’au bout.
Je le voulais vraiment.
Ainsi je me perdais à son oreille, lui glissant doucement que comme je l’avais dit plus tôt aller jusqu’au bout serait quelque chose d’important pour moi : ma première fois… et que je désirais la lui offrir comme un gage de mon attirance pour lui, comme un lien de confiance… et parce que mon corps le désirait plus que tout, que je ne voulais pas arrêter là aussi après l’avoir fait quitter doucement mes jambes, sans être brusque le moins du monde, je me retournais sur le fauteuil qui avait gardé les marques de mon plaisir quand mes mains l’avaient serrés si fort…
Je posais ainsi ma tête dessus, simplement, les deux bras à ses côtés, les fesses légèrement redressée pour lui, offrant à ses bon soins d’être le premier et unique mal à avoir un jour eut cette occasion là… lui disant non sans gène mais avec désir que j’étais prêt et qu’il pouvait y aller… que ma décision étais prise.
Et j’attendais silencieusement avec une certaine hâte qu’il arrive enfin…
Dante, ce loup solitaire que j’avais rencontré la veille, comme les choses allaient vites !
Mais mon cœur me le criait, mon corps aussi, tout montrait que c’était bien lui qu’il me fallait.
Et c’était ainsi à lui que je m’offrais, mon corps et mon âme.


______________


Merde, qu’il fais froid !
Putain, voilà ce qu’ils ont fait de moi. Foutu soit ce monde pourri ! Ont-ils souffert autant que ceux qu’ils font souffrir pour savoir ce que ça fait ? Pour s’en donner le droit ? Non !
La loi du plus fort règne ou celle du surnombre ainsi seul face à une meute je n’ai rien pu. Voilà bien le prix à payer pour une vie de solitaire, mon corps s’en souviendra sans doute longtemps.
Je n’arrive pas m’asseoir et ai l’impression d’avoir un cul tout de sang fait… ça m’apprendra à écouter ma hargne plus que la raison…
Si seulement j’avais réussis à profiter de l’occasion de le buter une bonne fois pour toute avant-hier !
De le voir dans la rue marcher ainsi en compagnie d’une belle femelle alors que je restais pauvre clochard qu’il plaisait de martyriser comme un jouet.
Si seulement il n’avait pas été là…

Je me souviens de la rue dégagée, du revolver braqué sur lui, j’étais prêt à tirer ! Si vite envolés les doutes, si vite oubliée cette rancœur, enfin assouvi le désir de vengeance mais voilà, il avait fallut qu’un pauvre fou s’en mêle, me menaçant à mon tour alors que j’avais enfin réussis à le retrouver. Après toutes ces années qu’il a passée dans son cocon de soie alors que chaque nouvelle rencontre faisait de moi le jouet des ébats d’un nouveau taré. Après un fou qui s’éclatait sur ses cadavres, après une folle et ses bestioles, après une gamine qui se servait de moi comme un pantin, après un clochard en manque qui avait réussis à me récupérer après tant de galères et de sang, de soumission, de carnages et de cicatrices !
Il était enfin devant moi… et la peur de la mort, ce foutu désir de vivre malgré tout… j’aurais mieux dû appuyer sur la détente !
J’aurais du… mais voilà je ne l’ai pas fait.
Mais maintenant je sais, et si je recroise l’un ou l’autre le sang coulera, comme tout celui que j’ai perdu.
La vengeance m’apaisera comme la mort leur sera paisible.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Mer 9 Fév - 18:43

Ses gémissements m'avaient excité d'avantage. Rien que de l'avoir en bouche avait raviver mon envie un peu endormie. Je dirais même plus que réveillée. Lorsque je lui avais dit que c'était son tour, il m'avait fait de grand yeux. Cela m'avait fait rire intérieurement. Il était tellement mignon. Mais lorsqu'il fut vraiment mignon, c'est lorsqu'il sentit qu'il allait venir, et je vis presque du soulagement dans ses yeux lorsque je ne le fini pas. Il m'écouta avec attention tout en étant sur mes genoux. Il me dit qu'il voulait continuer. Il se leva et moi avec et se tourna, avant que je n'ai pu dire quoique ce soit. Je me penchai vers lui et entourai sa taille de mes bras. Tirant doucement je le fis se redresser et se tourner, je le regardai dans les yeux et déclarai :

"Non, pas comme ça. Je trouve que c'est une position qui manque de respect pour le dominé, et je sais de quoi je parle, j'ai été violé par mon maître avant mon évasion. Non, toi, je veux te voir. Viens avec moi."

Sans attendre sa réponse, je l'emmenai vers le canapé qui heureusement était assez long. Je le fit s'allonger sur le dos et prenant ses jambes dans mes mains, je me plaçais derrière lui, replaçant ses jambes de chaque coté de mes hanches. Puis je me penchai vers lui et l'embrassai encore une fois. Puis vu que je savais que c'était sa première fois, il ne savais pas encore savoir un certain détail. J'allais de toute façon faire le plus attention possible, comme toujours, et même avec lui, je redoublerai de prudence, mais il est quasi impossible de le faire sans :

"Mon prince, tu vas devoir te détendre, et surtout ne pas te crisper, sous aucun prétexte. Je vais te préparer minutieusement, mais je trouve tout de même bon de t'avertir. Lorsque j'entrerai, tu ressentira une vive douleur. C'est normal, et surtout, tu dois rester détendu. Plus tu es détendu, plus elle passera vite et moins elle fera mal. Je vais te préparer doucement, on à le temps, ensuite j'entrerai, et j'attendrai. Tu me donnera le signal de départ, lorsque la douleur aura disparut. Je ne commencerai pas sans ton signal. Je t'aiderai aussi à te détendre."

Sans m'attarder plus, je l'embarquai pour un baiser plus qu'enflammer. Je voulais le prévenir, mais à présent je dois faire en sorte qu'il y pense le moins possible. Ma mains droite descendit directement prendre son membre alors que je l'embrassai toujours dans un baiser plus que langoureux. Je commençais de doux va et vient avec ma main, serrant un peu le gland chaque fois. Puis arrêtant le baiser, je me redressai un peu. J'apportai ma main gauche à ma bouche et me mit à sucer 3 doigts. Puis une fois que j'estimais qu'ils glisseraient suffisamment, je plaçai ma main gauche vers son anus. Tout en continuant mes vas-et-viens sur son membre, j'introduis mon index. J'accélérai le rythme de la main droite, pour faire passer la douleur. Lorsque je le sentis détendu à nouveau, je fis quelques va et viens avec mon index, pour l'habituer à cette nouvelle sensation. Puis alors que mon index ressortait pour une énième fois, je l'accompagnais du majeur cette fois. Je vis grimacer Kiru à l'intrusion soudainement plus grande. J'accélérai encore le rythme de ma main droite. Tout en faisant des vas-et-viens avec mes doigts dans son anus. Lorsque je sentis de nouveau détendu, j'insérai le troisième doigts de la même manière que le deuxième. Le troisième était toujours le plus dur à faire passer, je me penchai à nouveau sur lui, me servant de mes abdos pour ne pas l'écraser de mon poids, et l'embrassai avec envie. Mes deux mains faisaient des va-et-viens dans 2 endroits différent et nos langue dansaient un balai plus qu'enflammer. Il mit plus longtemps à se détendre complétement, mais c'était normal. Je restai encore un moment comme cela, puis tirant un grand coup sur mes abdos, après avoir rompu le baiser de manière douce, je me relevai. J'enlevais mes doigts un par un, et ensuite, je plaçai mon pénis vers son anus. Celui-ci étant bien mouillé, ça devrait glisser tout seul. Doucement, je le pénétrai, il avait mal, je le savais et le voyait sur son visage. Je recommençai avec ma main droite plus rapidement, tout en allant au fond. Une fois au fond, je m'immobilisai, continuant tout de même de le branler. Avec ma main gauche libre, je lui caressai le torse, et je revint me pencher sur lui, et torturai ses deux tétons. Je lui chuchotai de se concentrer sur ma main et ma bouche, le temps de faire passer la douleur. Je le sentis se détendre petit à petit. Une fois qu'il fut totalement détendu, j'attendis son signal, qu'il finit par me donner d'un regard. Je commençai alors de doux va-et-viens pour ne pas commencer trop vite. Pour le moment, ma main droite continuai son manège. Il était encore légèrement crispée, sûrement la désagréable sensation du début. Enfin je le sentis détendu, totalement. Des gémissement faibles commençaient même à traverser la barrière de ses lèvres. Alors j'arrêtai avec ma main droite et accélérai un peu la cadence de mes coups de reins. Je sentis qu'il en voulait plus, toujours plus. Je repris son membre de la main gauche cette fois, et accélérai encore mes coups de reins, mais cette fois, je calquais les mouvements de ma mains sur ceux de mes reins. Il viendrai avec moi, je le voulais, et ferait tout pour. Je sentis que j'allais venir, mais lui pas encore, alors accélérai le rythme de ma main tout en ralentissant celui de mes reins. Enfin je le sentis prêt à venir et je me laissai aller en même temps que lui. Étant toujours pencher sur lui, il vient sur mon torse, mieux valait ça, qu'en avoir partout dans la pièce... Je me retirai et m'allongeai doucement sur lui. J'avais eu une sensation bizarre lors de nos jouissances communes. Comme si j'avais perçu ses pensées, cela était peu habituel, et Namy m'avait raconter que ça n'arrivai qu'aux âme-sœurs celons la légende. Je l'embrassai encore une fois, tendrement, doucement pour aider à faire retomber la tension :

"Je t'aime petit prince. Alors comblé?"

Je lui souris, d'un sourire franc et amoureux. J'étais trempé de sueur, et Kiru n'était pas vraiment dans un meilleur état que moi, mais j'étais, je crois en ce moment, le neko le plus heureux de la terre, enfin je crois que je pouvais nous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Sam 12 Fév - 0:11

Sur le fauteuil, envieux et excité comme jamais, j’attendais simplement avant de me rendre compte qu’il ne venait pas… il se pencha alors vers moi, entourant ma taille de ses bras et me tira doucement pour que je me redresse et le fixe. Il m’expliqua alors que cette position lui semblait irrespectueuse et qu’il savait de quoi il parlé, allant jusqu’à parler de viol… il explique ensuite qu’il voulait me voir et me demanda de le suivre.
C’est ainsi que nous nous retrouvâmes sur le canapé, plutôt long, sur lequel il me fit allonger sur le dos, excité comme un animal en chaleur même si ça ne me ressemblait guère… je ne cherchais pas comprendre, j’avais juste hâte…
Il me prends les jambes et les places de chaque côté de ses hanches, se penchant doucement vers moi et, instinctivement et par souci de confort, je repliais mes deux ailes autours de nous comme un cocon dans lequel nous nous enfermions.

C’est ainsi qu’il se mit doucement à m’expliquer que je devrais me détendre et ne me crisper sous aucun prétexte, qu’il allait me préparer mais qu’il devait m’avertir qu’une douleur serait à attendre, ce que je savais déjà mais je ne répondis pas, me contentant d’acquiescer, le regard aimant.
Je devais rester plus détendu que jamais pour que ça passe vite et sans heurt ainsi je fermais les yeux, écoutant ses dernières instructions et frissonnant alors qu’il finissait par un baiser inoubliable.
L’esprit ailleurs, cherchant à me détendre un maximum comme il le souhaitait, je ne pu que sentir sa main sur mon sexe alors qu’il m’embrassait toujours. Il commença à me masturber, me tirant immédiatement un léger gémissement de plaisir, particulièrement en enserrant mon gland dans ses douces mains.
Je le sens qui se redresse et je rouvre les yeux pour le voir se sucer trois doigts un instant avant de ramener cette main là entre mes fesses et délicatement y introduire son index qui passa sans trop de mal.
Quelques va-et-viens sans trop de douleur alors qu’il continuait ses mouvements sur mon sexe, me faisant malgré moi me cambrer légèrement sous l’effet du plaisir et puis doucement le voilà ajoute son majeur, me tirant une légère grimace cette fois tout de même.
Il accélère le rythme et mon cœur fait de même malgré que mon corps refuse de bouger et ainsi une fois la sensation de crispation passée je le sens ajouter un troisième doigt, plus dur à faire passer mais qui finit par rentrer, j’étais trop occupé à sentir son baiser pour prêter attention à ce qui se passait plus bas.
Nous restions donc ainsi un instant avant qu’il se retire enfin et me fixe avec un certains sourire qui annonçait déjà la suite. Je le lui rends, me préparant à la douleur qu’il avait annoncé alors que son sexe met doucement en place…
Je le regarde d’un œil critique, certains que ça ne rentrerait pas entièrement mais qu’importe j’étais prêt et n’attendais que ça, alors je souriait, lui faisait signe que j’étais prêt.

Ainsi la pénétration à proprement parlé commença et me tira une certaine grimace de douleur, c’était ça ce qu’on ressentait la première fois ? Mais je la surmontais, cherchant à ne pas la montrer autant que possible même si j’imagine bien qu’il me serrait impossible que mon visage ne parle pas pour moi.
Pourtant la douleur s’estompa assez rapidement au final, sans doute parce que mon attention au départ était centrée sur le fait qu’il était encore entrain de me branler et sur cette excitation qui montait alors qu’étrangement il se déversait déjà en moi, peu certes, mais de manière continue un peu à la manière que les chiens avaient de le faire...
Une caresse sur le torse, il me torture doucement les tétons jusqu’à ce que je sois parfaitement détendu, à ce moment seulement d’un signal de ma part il se lança dans un doux va-et-viens plein de sensations sans pour autant y aller avec trop de vigueur. Ah quel bien fou !
Je ne m’étais jamais sentis aussi bien, jamais était aussi heureux d’être avec un homme… comme je ne m’étais jamais sentis… complet.
Et je me rendais compte au fur et à mesure que le plaisir montait, que la cadence de ses reins montaient, que je me sentais venir… je me rendais compte que jusqu’alors ma vie m’avait toujours semblé incomplète et vide.
C’était étrange que de ce sentir enfin complet et unis dans ce genre de situation, quand on considérait l’acte par lequel nous avions été contraint de passer.

Et voilà qu’il ralentit la cadence de ses mouvements de reins mais accélère les mouvements de sa main dans le but que nous venions en même temps, ce qui finit par arriver alors que son sexe se vide en moi dans un jet final assez impressionnant et que je me vide sur son torse non sans une certaines gènes. C’était étrange… j’avais l’impression de toucher ses pensées, je me sentais si proche !
Et doucement la réalité revient, la tension redescend, le liquide chaud coule doucement…
Et tout s’arrête, Dante se retire et s’allonge doucement sur moi, complètement essoufflé et en sueur.
Il était si beau comme ça ! Ca me donnerait bien envie de recommencer immédiatement juste pour continuer de le voir comme ça.
Il m’embrasse une nouvelle fois, tendrement, doucement, et me sourit.
Je le regarde, il me demande si je suis comblé et je finis par saisir du bout des doigts le sperme qui perlait encore au bout de son pénis pour le goûter en souriant, le trouvant moins mauvais que je ne l’avais escompté... avant de l’embrasser à mon tour fougueusement. Expliquant ensuite que je l’étais plus que quiconque et, rougissant, que je l’aimais et que j’avais beaucoup apprécié, bien plus que ce que je n’avais imaginé de prime abord.

Et je restais ainsi, les ailes détendues, allongé nu sur le canapé, l’anus encore dégoulinant du liquide blanc mais bien heureux.
Entier d’une certaine manière et surtout amoureux.


(Pas eut le temps de me relire je ne sais pas trop ce que ça va donner x_x)


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Mar 29 Mar - 17:37

Alors que je m'effondrait sur lui, je vis qu'il avait hâte de recommencer, son regard brillait rien que du fait de me voir en sueur, les cheveux en bataille... Puis, alors que je lui posais la question, avec son doigt il vint sur mon torse récupérer un peu de son sperme qui commençait déjà à sécher et à coller, et le mit dans sa bouche pour le gouter, il parut plus ou moins satisfait, puis enfin me répondt, qu'il était plus heureux que n'importe quand dans sa vie. Puis il m'embrassa langoureusement. Je le prit dans mes bras et plantais mon regard dans le siens et je vis qu'il était plus amoureux que jamais, et un autre sentiment l'envahissait, mais je n'arrivais pas à en identifié la nature, alors je décidai de lui demander :

"Dis moi, j'arrive à sentir un sentiment qui émane de toi, mais je n'arrive pas à en identifié la nature, et j'avoue que ça me frustre. Je commence à avoir un besoin maladif de savoir ce que tu ressens. Et je peux te dire une chose, le jour ou je te vois triste, je vais péter un plombs, je pourrais décrocher la lune pour toi, si tu me le demandais, ou en émettait simplement le souhait, dès que j'aurais trouver comment faire, je te promet que la lune sera à tes pieds le jour ou tu l'auras demander. Je préfèrerai mourir plutôt que de te voir triste, surtout à cause de moi, alors là ce serait le drame suprême. Autre chose, pendant qu'on éjaculait ensemble, il m'a semblé entendre des pensées plus qu'éloquentes quand à notre acte et à ce que tu en pensais... Je me demandais si j'avais r^ver ou pas? Cela peut être possible, ça m'est déjà arriver de réveiller éveillé, bien que jamais dans un moment pareil... Tu sais, tu m'as dis avant que jamais tu n'avais été aussi heureux dans ta vie, hé bien je voulais te dire que je suis dans le même cas, mais je ne sais pas ce qui va se passer à présent, et j'avoue que j'ai peur. Je t'avoue ne jamais avoir eu de relation sérieuse, donc en matière de sexe, je sais parfaitement ce que je fais, mais question relation amoureuse, j'avance dans le noir, en aveugle, je vais avoir besoin de ton aide... Ne t'en fais pas, je ne vais pas t'abandonner, je veux rester auprès de toi, mais je ne sais pas comment vit un couple au quotidien..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Ven 1 Avr - 14:19

Je me sentais bien, oui, bougrement bien. Son regard me perçait et j'avais l'impression de lui trouver la capacité de lire en moi comme dans un livre ouvert. Je me sentais bien et me laissait aller tout contre lui un instant, comme un enfant dans les bras d'un parent, comme une frêle créature dans les bras d'une chose capable de la protéger. C'était étrange pour moi qui avait toujours l'habitude de demeurer froid et distant, faisant toujours mine de n'avoir besoin de rien. Mais au final il me fallait me l'avouer, malgré tout ce que je faisais pour me convaincre et convaincre les autres du contraire, malgré ce bouclier de solitude que je dressais autour de moi alors que mon rôle prenait doucement l'ampleur qu'on attendait de lui, alors même que ma coupure au monde se faisait la plus grande, comme une frontière intemporelle et infranchissable ; mon coeur, qui de glace semblait tant bien fait, me disais tout bas qu'il avait besoin de plus d'affection que je n'osais le montrer.
Il avait besoin de vrais émotions.

Pour moi qui avait toujours vécu dans les apparences, dans le mensonge et dans la rupture ; moi qui était et reste encore le lien dans l'histoire qui se joue en ce moment... je n'étais pas ce bloc de glace froid que je laissais paraître et pourtant...
Je m'étais relâché, un peu trop sans doute, laissant entrevoir des faiblesses et malgré que cet amour soit bel et bien vrai je ne désirais pas le plonger dans la confusion par la suite.
Ainsi, j'écoutais avec patience ses questions, les laissant sonner dans mon esprit sans y répondre, écoutant simplement et puis, alors qu'il achevait son récit je me dégageais doucement de son étreinte, me redressant sans forcer, sans paraître brut le moins du monde et venait me planter non loin de la fenêtre, me permettant un regard dans la rue en contre-bas, le gardant dans mon dos.

Les humains patrouillaient encore dans la rue, en grand nombre et armés, sortir demeurait du suicide. Pourtant je restais là, le regard un peu perdu, fixant devant moi mais ne regardant rien.
Pouvais-je me permettre d'éprouver des sentiments ?
Pouvais-je me permettre de l'impliquer dans tout ça ?
Je fermais les yeux un instant, conscient de l'enjeu, conscient que la solitude me permettrait plus de possibilités que d'être accompagné mais... je ne pouvais nier avoir apprécier, je ne pouvais pas non plus nier que je l'appréciais lui, que j'avais envie de son corps et de le garder...
Non, je ne renoncerais pas à mes sentiments, pas aujourd'hui.
Je ne suis pas une machine, ni un pantin.

Je jette donc doucement un oeil par dessus mon épaule, reprenant doucement le contrôle de mon esprit, redevenant celui que j'étais d'habitude et répondais calmement :

- Pendant notre... écart ou appel cela comme tu le préfère je t'avouerais un ressenti identique. Quant aux relations sérieuses... nous apprendrons donc en même temps, toi... et moi.

Toi et moi...
Nous.
A jamais unis, mais ça... il ne l'entendra pas, du moins pas aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Ven 22 Avr - 11:17

~ Little-winged Up ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Mar 31 Mai - 17:24

Il me laissa finir de parler, sans avoir l'air de vraiment faire attention à mes paroles. A la fin de mon discourt, doucement, sans me bousculer ou me faire de mal, il se leva et s'approcha de la fenêtre. Il regarda la rue, mais son regard était presque vide, comme s'il était en réalité complètement ailleurs mais qu'il avait besoin de fixer un point précis pour suivre le fil de ses pensées. Je m'approchait doucement de lui, sans un mot, sans u reproche, je voyais tant de question dans ses yeux à la fois si vide... Mais je voyais aussi que c'était toutes des questions auxquelles il devait répondre seul. Il parvint à faire le point après quelques minutes. Il regarda par dessus son épaule, je lui offrir un regard qui demandait à en savoir plus, tout en lui envoyant du soutient. Après m'avoir trouver des yeux il déclara enfin :

"Pendant notre... écart ou appel cela comme tu le préfère je t'avouerais un ressenti identique. Quant aux relations sérieuses... nous apprendrons donc en même temps, toi... et moi."

Alors je n'avais pas rêver, on avait bien ressentit les pensées de l'autre pendant l'acte. Cela signifierait-il quelque chose? Voilà donc à quoi il réfléchissait. Apparemment avant il vivait seul et ne parlait à casi personne... Aurait-il peur de ses sentiments, ou alors ne sait-il pas les identifiés... Sans lui poser d'avantage de question, je m'approchait de lui, et le prit doucement dans mes bras. Jetant moi aussi un oeil dans la rue, les rangées de soldats continuaient de défiler sans interruption ou presque. Décidément ils devaient vraiment chercher quelqu'un de très rechercher pour lancée une armée à ses trousses, des heures durant...

"Alors on apprendra ensemble, comment vivre en harmonie au quotidien. I faudra du temps pour qu'on arrive à s'accorder correctement, mais on y arrivera. Je te sens un peu confus, je veux que si tu te poses des questions, tu viennes me demander, je n'aime pas te savoir te poser toujours les mêmes questions sans jamais trouver les réponses. Peut-être que je les ai moi ces réponses que tu cherches tant. Dis moi ce qui te tracasse tant que cela..."

Je ponctuait mon petit monologue par un baiser poser sur son épaule, un tendre baiser réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Mer 1 Juin - 21:49



Quel curieux horizon. Du soleil plein le ciel et pourtant comme ce monde était gris et morne. Ces tours qui s'élançaient à la conquête des nuages, ces Hommes qui patrouillaient tous en bas... ce monde qui vivait, tranquille, et crevait, ignorant. Ce monde qui n'était pas le miens, qui me fascinait et m'angoissait en même temps. Celui qui m'avait vu naître et me verrait mourir, celui que je désirais changer...
En avais-je vraiment les moyens ?

Il semblait heureux de ces paroles qui franchissaient doucement mes lèvres sans que je ne puisse véritablement les contrôler : ce qui viens du coeur n'est pas à cacher. Je ne peux lui mentir... mais je ne peux non plus le mêler à mes affaires. J'ai trop peur de le mettre en danger et ne pourrais me le pardonner. Pourtant... ah comme je désirais rester près de lui !
Lui et moi... nous contre ce pauvre monde...
Il me prends doucement dans ses bras, je frissonne en le laissant faire, sentant son corps toujours aussi nu se perdre contre le miens et son regard fixer ce même morne monde que je fixais un instant plus tôt. Mais mon attention revenait peu à peu à cet homme que j'aimais tant et qui disait, plein d'idéalisme, que nous apprendrons ensemble à vivre en harmonie au quotidien. Qu'il faudrait du temps mais qu'on y arriveras et qu'il désirais que je lui dise tout ce que j'avais sur le coeur, que mes questions existentielles en somme trouveraient toujours une oreille attentive.
Je ne répondais pas, me délectant de ce tendre baiser qu'il venait déposer sur mon épaule.

Je me tourne lentement, esquissant un tendre sourire... s'il savait !
Et doucement je me laissais perdre à nouveau dans ses bras pour un long baiser qui me donna presque l'envie de profiter de son si beau corps une fois de plus. Voilà bien une des unique distraction possible que nous offrait la vie.
Et puis doucement je me dégageais de son étreinte pour m'approcher du piano qui trônait dans un coins de la pièce et dont j'effleurais les touches. Ah ce que j'aurais donné pour une pièce insonorisée !
Lentement me voilà comme attiré par un aimant, je me retrouve assis devant les touches, les yeux clos, l'esprit ailleurs, laissant mes doigts courir comme ils en avaient si bien l'habitude. Je laissais aller mon coeur, je laissais aller mon âme. Il voulait une réponse... voilà tout ce que j'avais à lui proposer. Ce que je ne parvenais à lui dire en mot, qu'il puisse peut-être le comprendre en musique ?
Le monde avait perdu son importance, seul importait le blanc et le noir, cette centaine de touche qu'effleuraient inlassablement mes doigts dans un rythme paisible.
Une à une ces notes qui défilent comme des sentiments refoulés.
La mélodie de mon être.
Jusqu'à la note finale...

Lentement le piano cesse, je rouvre les yeux, l'esprit dans le vague, le regard fixant devant moi sans rien voir. Soulagé, comme à chaque fois que je m'installais devant ce piano qui me permettait d'évacuer tout doute de mon esprit. Il me purgeait de mes peines... mais bientôt risquait de trouver un remplaçant.
Je me redressais doucement, tournant doucement mon visage vers Dante en souriant, franchement, et venait doucement me perdre contre lui en lui mordillant le cou.
Toujours sans dire le moindre mot...




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Ven 29 Juil - 19:00

(Désolée de l'attente, mais j'ai eu des soucis avec fred, comme tu t'en doute, si jamais, en gros, je suis de retour en suisse, je vis chez mon père, et Fred est retourner chez lui 2 semaines après notre arrivée, pask il voulait pas se bouger le cul, et que j'avais l'impression de devenir sa mère. Enfin bon, on en parlera une fois sur msn si tu veux, je serais de nouveau plus souvent là. En tout cas je promet de répondre plus rapidement maintenant.)

Alors que je déposais ce baiser sur son épaule, il frissonna, et se tourna vers moi pour demander un long et tendre baiser que je lui offrit sans hésiter, apparement il en avait besoin. Puis toujours un peu perdu dans le vague, je le vis se diriger vers le piano, et commencer par effleurer les touches. Puis je le sentis attiré comme un aimant, et il s'assit en face du piano et commença une douce mélodie. Il me regarda, l'air de me dire qu'il ne pouvait pas me fournir de réponse textuelles, mais que j'aurais mes réponses dans cette mélodie. Alors j'écoutais, je n'avais de plus, jamais entendu de musique. Ce fut la plus belle chose que j'entendis de ma vie, ormis les cris de jouissance de mon bel amour, bien sur. La mélodie était mélancolique, pour devenir joyeuse, puis elle passa au violent, ensuite elle redevint calme, et joyeuse à la fois. Comme s'il essayait de me dire quelque chose.

"Si j'ai bien compris, tout ce que je veux savoir, tu me l'à donner dans la musique? La mélancolie du début devait être ta vie avant que je n'arrive, tu devais t'ennuyer durant tes journées, ou alors tu les trouvaient trop monotones. Ensuite, la mélodie joyeuse, devait être mon arrivée, et notre amour, mais ensuite pour le violent et ensuite le calme et la joie, je ne vois pas vraiment ce que tu voulai me dire. On aurait dit, une guerre, puis peut-être la victoire. Mais voilà qu'on dirait que tu étais inquiet en même temps. Peut-être tu te dis que je ne mérite pas cela, avec le passé que j'ai eu, je viens tout juste de m'échapper. Et c'est sûrement moi qu'il recherche dans la rue, tout ses soldats. Mon maître avait bien les moyens de monopoliser autant de monde rien que pour retrouver un de ses esclaves, surtout que j'étais l'un des meilleur. Ecoute, s'il y a bien une guerre que tu mènes, tu ne me tiendras pas à l'écart si facilement. Si tu te bats, je me battrais aussi. Je suis libre depuis peu de temps, mais je sais me battre, et j'ai des armes. Ton combats sera le mien. Et te connaissant, tu dois sûrement te battre pour ta liberté et celle de tout les esclaves de ce monde. On gagnera notre combat pour la liberté mon aigle. Je comprends que tu ne veuilles pas me mêler à tout cela, mais j'y suis déjà mêler, depuis le jour ou je me suis échapper. Et comment crois-tu que je serais si je sais que tu es partis au combat, et que moi je suis condamné ici à t'attendre sans savoir vraiment si tu reviendras ou non. Jamais, je préfère me battre et mourir avec toi au combat plutôt que de vivre sans toi. Au moins, je serais mort en homme libre, et avec mon seul et unique amour. Je ne veux plus te quitter, surtout si je sais que tu vas te battre. Je t'aime Kiru, et ça ne changera plus jamais. Et je t'en supplie, arrête de me mordiller comme cela, sinon je te saute dessus, et on recommence."

J'avais finis mon long discours sur une note joyeuse, et plus que tentante, mais encore une fois, je ne voulais pas le forcer. Finalement, je serais mes bras autour de lui, et l'embrassai longuement et passionnéement, comme si dans ce baiser je devais lui prouver tout l'amour que je lui portais. Nous restâmes bien 5 minutes accrocher l'un à l'autre à nous embrasser plus que langoureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Ven 5 Aoû - 12:43

(Aucun souci ne t’inquiète pas, moi-même j’ai assez peu de temps libre en ce moment alors je fais traîner mes sujets aussi dans le temps x.x
Réponds simplement quand tu peux, je suis pas pressé… après pour Fred t’me raconteras dès que possible ._.)

La mélodie s’achève doucement, je redeviens lentement l’homme que je suis d’habitude. Je redeviens Kiru, lui et sa carapace, lui et sa solitude. Lui et son désir de ne mêler personne à ses histoires.
Personne.

Dante se tourne doucement vers moi, un sourire tendre aux lèvres alors que je détourne doucement le regard. Il s’approche de moi, tout près, tellement près. Je me sentais tellement bien à ses côtés.
Et le voilà qui se lançait dans une profonde et longue tirade en essayant de décrypter ce que je venais de lui confier. Il cherchait à comprendre ma réponse à travers ma musique, décryptant passage par passage. La mélancolie, la joie, l’amour, la guerre, le combat. Un combat ou une guerre qu’il tenait absolument à appréhender avec moi et qu’il m’aiderait à gagner. Qu’il me suffirait d’un mot pour que nous avancions main dans la main à la recherche de la liberté.
Il dit ensuite que plutôt combattre et mourir avec moi que de vivre sans moi, qu’il serait alors un homme libre avec son seul et unique amour. Qu’il ne voulait plus me quitter, surtout en sachant qu’un combat approche. Qu’il m’aimait et que si je continuais de me traînais ça dans la tête il me sauterait dessus pour recommencer.

Pourtant il était déjà trop tard, j’en avais déjà suffisamment dit.
On dit parfois qu’il existe une mélodie, une musique, capable de nous définir entièrement, une musique capable de permettre de comprendre la personne rien qu’en l’écoutant. Je venais de lui offrir mon être, mon âme, tout de moi en un morceau de piano. Il serait le seul à l’entendre et le seul à chercher à me comprendre.
Il n’y avait rien d’autre à en dire.
Doucement je le laissais m’enlacer et m’embrasser passionnément, resserrant machinalement mon étreinte autours de lui et appréciais chaque seconde où nos langues se liaient avec douceurs et sérénité.
Les minutes s’écoulèrent un instant avant qu’il ne me relâche et que je me redresse doucement sans le regarder, m’avançant vers la fenêtre : les soldats traînaient toujours dehors mais plus loin. La rue redevenait calme et silence, l’absence de vie la survie.
Et moi je restais là, pensif, finissant simplement par répondre qu’il n’y avait rien de plus à en dire. Qu’il comprendrait peut-être bien assez tôt la manière dont son avenir sera modifié s’il décide de rester à mes côtés.
Le silence se fit ensuite, lourd. On entendait plus que les pas des militaires au dehors à l’horizon et le léger bruissement du frigidaire allumé.
Et puis, doucement, je tournais la tête vers lui, souriant pour détendre l’atmosphère :

- Ne me propose pas de me sauter dessus petit loup, tu me donnes envie de jouer ton gibier !

Et oui, à vrai dire, s’il s’en sentait capable, j’étais presque tenté de bouder, rien que pour le forcer à tenir sa promesse. Rien que pour le sentir à nouveau tout contre moi.
Je me reculais doucement et finissait par me laisser m‘écrouler sur le canapé, toujours aussi nu qu‘un ver, je le fixais lentement, le dévorant des yeux et bien décidé à rendre l‘ambiance un peu plus gai, en plus de gay. C‘est donc avec un petit sourire malicieux que je finissais par lui demander si un beau loup aussi bien monté que lui avait quelques fantasmes secrets à cacher au fond de sa tête. Par curiosité et par envie de lui permettre de les satisfaire dans les jours à venir.
Dans le fond je voulais en profiter aussi longtemps que possible, de le sentir à mes côtés.
Aussi longtemps que possible.
Le temps qu‘il restait.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Dim 11 Sep - 18:37

Il regardait par la fenêtre sans dire un mot, je me penchais par dessus son épaule pour regarder aussi, les soldats s'éloignait, et j’espérais qu'il ne reviendrai pas de sitôt. Mon petit aigle me dis que devenir ma proie ne le dérangerait pas, cela devenait très intéressant. Lorsqu'il s'assit sur le canapé et me dévora du regard, je ne pus resister, et rapidement je vint m'assoir à coté de lui, le prenant dans mes bras par la même occasion. J'avais besoin de le savoir près de moi, de sentir la chaleur de son corps contre le miens. Cela me procura un immense plaisir lonrsqu'il me demanda si un aussi beau loup que moi, et bien bâti avait quelques fantasme. Sa question me dérouta un petit peu, mais cela me fit très plaisir qu'il me trouva bien bâti et beau. Moi aussi je le trouvais beau, et à la fois un peu fragile, de part son regard on voyait qu'il avait passer par tant d'épreuve, un besoin de le protèger se fit ressentir au plus profond de moi...

" Alors comme ça, tu me trouve beau et bien bâti, merci, ça me fait très plaisir, et je dois avouer que tu es tout aussi beau et bien bâti mais d'une manière différente de la mienne. Mon premier fantasme est d'être dominé par l'être que j'aime. J'ai toujours été le dominant, et j'aimerai au moins une fois tester l'autre place, mais je ne voulais pas non plus l'accorder à n'importe qui. " Ensuite pour mes autres fantasme, du moment que cela se fait avec toi, ou tu veux et quand tu veux. Je n'en ai pas vraiment, lorsqu'on est esclave, on ne pense pas trop à ce genre de chose, et je ne suis libre que depuis 2 semaines, ce qui n'est pas vraiment énorme, et j'avoue avoir penser plutôt à sauver ma vie durant ce temps là au lieu de ce que pourrait être mes fantasme. "

J'invitai mon petit aigle à s'installer sur mes genoux et le pris dans les bras, le serrant contre moi, et lui donnant un baiser à la fois d'amour, tout en étant fiévreux et montrant aussi que je ne me lasserai jamais de lui. J'avais envie de lui, toujours plus. Mes mains se firent de plus en plus baladeuses, insistantes et continuant mon petit manège je lui demandais d'un ton charmeur et envieux :

" Alors mon petit aigle, ça te dis de remettre ça? J'ai envie de t'avoir au dessus de moi cette fois, et si on allait le faire dans un lit on aurait plus de place. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Lun 19 Sep - 7:35

(Désolé si la réponse est un peu bancale, je l'écrit depuis le CDI de mon lycée >.>)

- La surface est trouble et inconnue, mais le courant emporte le temps, lentement, sûrement… emportant avec elle les vieilles promesses, les bons souvenirs, les douceurs, les serments et toutes ces autres choses que l’on garde au fond de nous. Elle nous fait oublier tout ce que l’on doit se rappeler, ne nous laissant que ce que l’on cherche à oublier.
Le jeune homme fixait l’horizon depuis les tuiles sales, glissantes et gondolées d’un toit défoncé d’une vieille bâtisse de la banlieue, pensif, buvant les paroles de son aîné, debout non loin de lui. Alors comme ça tout événement était prédestiné ? L’histoire était déjà écrite à l’avance ?
Non, le jeune ne voulait pas de cette fin là, il désirait changer les choses ! Lentement il se redressa, souriant, pointant le ciel du bout du doigt d’un air déterminé :
- Je n’oublierai rien, je serai celui qui changera les choses. Oui, je mettrai un terme à tout ça. J’arrangerai tout, j’en fait la promesse et prends les étoiles pour témoins !
L’aîné n’offrit rien de plus pour réponse qu’un unique regard des plus énigmatiques, rien de plus, rien de moins.


*

Que deviennent les rêves brisées ? Le terreau des rêves nouveaux ?

Il ne résiste pas bien longtemps à mon regard, je n’en attendais pas moins : le voilà qui s’approche de moi et me prends dans ses bras sans que je ne dise mot, me laissant aller doucement tout contre lui et profitant de son corps, de ses courbes, de sa chaleur, de son odeur, de sa présence comme un petit mendiant capricieux qui recevait soudainement un énorme chèque et qui s’apprêtait à profiter le plus possible de ce privilège incroyable. Victoire silencieuse de l’introverti que j’étais ? C’était possible. Mais j’avais besoin de sa présence, c’était ainsi, je ne pouvais même le nier.

Ma question sembla le surprendre, comme je m’y attendais, mais il se ressaisit vite et cela sembla lui faire plaisir, notamment le passage où je lui parlais honnêtement de son physique qui me plaisait tant.
Pourquoi cette question ? Pour le connaître mieux ? Pour pouvoir lui faire le plus plaisir possible dans les jours à venir ? Pour pouvoir poursuivre notre conversation et oublier ce petit écart d’il y a quelques instants ? Peut-être un peu des trois. Sans doute…
Peu importe, il me remercie et confirme l’hypothèse du plaisir et finit par me retourner ces compliments, à sa manière. Quant à son fantasme il parle sans détour d’être dominé par l’être aimé, expliquant qu’ayant toujours été le dominant, ça lui plairait d’être un jour dans l’autre camp. Il expliquait en outre qu’il ne désirait pas l’accorder à n’importe qui, ce qui me tira un sourire en coins.
Venaient ensuite les autres fantasmes des plus simples en vérités : du moment que c’était avec moi, où je voulais et quand je voulais…
Je souriais un peu plus, me mordant les lèvres pour ne pas lui sauter dessus, guettant la suite de son discours.

Il n’en fit rien, venant juste s’installer sur mes genoux, me prenant à nouveau dans ses bras. Dans ces bras dans lesquels je me plaisait tant à me perdre. Ces bras qui étaient à mes yeux comme une maison. Oui, je m’y sentais chez moi, comme nulle part ailleurs.
Chez moi…
Un baiser se perdit doucement et je sentis une envie mutuelle monter doucement, crépitante, furieuse, impérieuse. Toujours plus, plus loin, plus fou ! Les mains qui se baladent sur les corps nus, insistantes, envieuses, les cœurs qui s’emballent et lui de demander en tentant, de rester calme et charmeur, si ça me disait de remettre ça, m’expliquant son désir de m’avoir au dessus de lui cette fois et me proposant de le faire dans un lit pour avoir plus de place. Je me mordit les lèvres plus fort encore en caressant une ligne courbe, du bas de ses cuisses jusqu’à sa bouche en effleurant son sexe déjà bien impatient, mais aussi son nombril, ses abdominaux et ses pectoraux bien formés. Je le dévorais doucement des yeux et caressait ses lèvres avec application.
Le cœur battant je me permettait de venir mordiller son cou un instant, laissant ma tête se déposer sur son épaule et restant enlacé à lui encore un instant avant de me reculer et de le fixer les yeux brillants.
Je lui expliquais que pour lui j’étais près à tout, voir même que je voulais tenter tout et partout. Certes, cela pouvait paraître excessif mais j’étais curieux, et en sa compagnie je me sentais invincible et surtout envieux, comme un chien en chaleur, je voulais tout tenter. Tout, tant que c’était avec lui.
Je me redressait doucement, l’invitant avec moi pour le garder encore un peu tout contre moi, nos corps se frottant doucement alors que mes mains se promenaient dans son dos et parfois un peu plus bas.
J’expliquais que s’il lui venait un jour une idée pour ces choses là, je serais ravis de l’entendre et de lui offrir du plaisir. Puis, lentement, j’effleurait son sexe tendu, le prenait doucement en main en souriant, effectuant quelques mouvements lents en le fixant et riant :

- Il semblerait que le soldat soit déjà près pour sa mission ! Qu’il se rassure, j’ai même déjà hâte de nous retrouver dans le lit. J’ai le sang qui bouillonne, le cœur qui cogne et l’esprit qui pulse et me crie de me jeter sur toit. Malgré tout, malgré moi, je t’avouerai juste que j’ai peur de mal m’y prendre en menant la danse aujourd’hui. Aussi je t’avouerai que te laisser me dominer est pour moi la chose la plus excitante qui soit. Mais je vais faire un effort, je te le promet ! Je tenais juste à te prévenir que tu risques d’être peut-être un peu déçus…

Oui, encore une fois, j’avais peur de ne pas être à sa convenance, de ne pas le faire suffisamment bien, j’avais peur…
J’inspirai une grande bouffée d’air et le fixait doucement, guettant sa réaction avec impatience, caressant les bourses du bout du doigt et les laissant se frotter entre elle de manière fort plaisante.
Désir.
Peur.
Non, je ne devais pas avoir peur, je savais qu’il serait là.
Il sera là.

Nouvelle inspiration, un sourire, j’étais rasséréné et reprenait à nouveau un peu le contrôle. Une caresse, un clin d’œil. De toute manière tu me guideras n’est-ce pas ? C’est-ce que je laissais tomber, toutes dents dehors avant de quitter ses bras pour me mettre en route vers la chambre en roulant des fesses pour capter son regard et attiser son désir. Je me permettais même en riant de lui proposer d’aller rapidement dans l’appartement d’en face, les clés étant sur la table de la cuisine, pour aller chercher quelque chose. En effet, cet appartement étant vide je m’en servais pour le stockage de meubles et d’objets divers au cas où un nouvel hybride rebelle déciderait de s’installer quelque part et j’aurais bien juré avoir un jour trouvé une petite mallette remplie de « jouets » dans un des meubles. Je ne doutais pas le moins du monde qu’elle y soit encore et lui laissait donc la possibilité d’aller y piocher quelques accessoires pour le plaisir à venir.
Je lui laissais tout les choix malgré tout et m’en allait doucement me laisser tomber nu sur le lit, dans la chambre, prenant une position des plus langoureuses en l’attendant.
J’avais hâte.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   Dim 19 Fév - 12:35

Alors que je m'étais placé sur ses genoux, et que le serrait dans mes bras, il se câla encore plus contre moi, comme s'il voulait que je ne le lâche plus jamais. Comme s'il s'y sentait à l'aise, chez lui... En tout cas, c'ait la sensation que j'avais lorsque c'est moi qui me trouvais dans les siens. Comme si après toutes ses années d'esclavage, j'aie enfin trouvé ma place dans ce monde. Mon chez moi. Mes paroles avaient apparemment porté leurs fruits, vu que le vivent se mordre les lèvres encore plus fort qu'auparavant tout en caressant une ligne courbe, du bas de mes cuisses jusqu'à ma bouche en effleurant mon sexe déjà bien envieux d'aller plus loin, puis mes abdominaux et mes pectoraux, bien formés grâce à mes années d'esclavage. Apparemment, ses années avaient été un mal pour un bien. Si je plaisais à mon amour ainsi formé, je me jurais de tout faire pour rester ainsi formé. Il me dévora doucement de ses yeux si beaux, tout en caressant mes lèvres avec une telle application qu'elle me fit monter en l'air. Je sentais son coeur battre la chamade contre mon torse, et le mis fit pareil lorsqu'il vint me mordiller le cou un instant avant que sa tête ne se pose sur mon épaule. Il finit ensuite par se reculer et me regarder avec insistance ce qui me plut énormément. Non seulement, son regard me faisait un effet incroyable, mais de plus, ses yeux étaient tellement beaux que je ne pouvais m'empêcher de le désirer follement à chaque vue ne serait-ce que de ses yeux, alors imaginez à la vue de son corps tout entier. Il m'expliqua que tout comme moi pour lui, il était prêt à tout pour moi, pour me faire plaisir, et qu'il voulait tenter tout et partout. Qu'en ma présence, il se sentait invincible et comme un chien en chaleur. Je n'aimais pas beaucoup qu'il se traite de vulgaire chien, de la sorte. Mais ne voulant pas faire un débat là-dessus maintenant, je laissai couler, et plaçait ceci dans un recoin de mon esprit, pour le ressortir plus tard. Il se redressa doucement, m'invitant à le suivre pour rester un peu plus longtemps en contact avec moi. Nos corps se frottant doucement l'un contre l'autre, nous exitant d'avantage, ses mains se promenaient dans mon dos, et parfois sur mes fesses presque trop musclées à cause du travail incessant. Mes mains partirent elles aussi en exploration du corps si bien former de mon tendre amour. Il finit par m'expliquer que si un jour une idée me venait, aussi folle puisse-t-elle être, que je pourrais lui en faire part pour ensuite essayer de la mettre en oeuvre. Ensuite, lentement il effleura mon sexe tendu, puis le prenant doucement en main, il commença de lent va et vient qui me firent grimper en l'air rapidement, je dus prendre gentiment ses mains pour le stopper avant de les poser sur mon torse pour éviter qu'il ne me fasse déjà venir. Alors que je faisais cela, il avait déjà commencer à s'exprimer :

  • " Il semblerait que le soldat soit déjà près pour sa mission ! Qu’il se rassure, j’ai même déjà hâte de nous retrouver dans le lit. J’ai le sang qui bouillonne, le cœur qui cogne et l’esprit qui pulse et me crie de me jeter sur toi. Malgré tout, malgré moi, je t’avouerai juste que j’ai peur de mal m’y prendre en menant la danse aujourd’hui. Aussi je t’avouerai que te laisser me dominer est pour moi la chose la plus excitante qui soit. Mais je vais faire un effort, je te le promet ! Je tenais juste à te prévenir que tu risques d’être peut-être un peu déçus… "


Je voyais dans ses yeux qu'il n'avait pas menti, et qu'il avait effectivement très peur de ne pas savoir se montrer à la hauteur. Il inspira une grande bouffée d'air et tout en me fixant doucement, guettant ma réaction qu'il savait ne pas tarder à venir, il se mit à caresser mes testicules du bout de son doigt, les laissant se frotter entre elles. Ce geste me donna un frisson de plaisir dans tout le dos. Un nouveau soupir sortit de ses lèvres, mais cette fois, il semblait rassuré et non terrifié par ce qui allait certainement suivre. Il finit par lâcher subitement : " de toute manière tu me guideras n’est-ce pas ? ". Puis sans un mot de plus, il quitta mes bras pour prendre la direction de la chambre. Il finit même par me dire en rigolant que si je voulais aller me servir dans l'appartement d'en face de petits jouets qu'il avait apparemment vu une fois, j'en avais la permission, et le choix. Je n'avais besoin de rien d'autre que de lui. Lorsque j'arrivai dans la chambre, quelques minutes plus tard, il m'attendait sur le lit, dans une position des plus langoureuse, prouvant qu'il m'attendait avec impatience, et son regard, je ne pouvais me détacher de ce regard. Si profond, si aimant, et si désireux. Je n'avais jamais eu un regard pareil, rien que pour moi, jamais. Rien que par ses yeux, je savais qu'il m'aimait, et que je ne comptais pas le quitter de sitôt. Je le voulais, lui, son corps, son âme, sa guerre, et qu'il passe sa vie avec moi. Au moment où j'avais plongé mon regard dans le sien attendant ma venue, je savais que pour ce petit aigle, je serais prêt à tout, même à mourir. Je vins près de lui, et l'embrassai avec tout l'amour possible. Je me plaçais au-dessus de lui et frottait mon sexe contre le sien pour nous exciter encore davantage. Ensuite, doucement, je me déplaçai pour venir à coté de lui. Avec ma main je lui pris le menton et lui fit tourner la tête vers la mienne. Plongeant mon regard dans le sien, je tentais de lui rendre tout l'amour que j'avais vu dans le sien juste avant.

  • " Je comprends ce que tu veux dire, mais saches que tu ne me décevras jamais, à moins de me tromper, mais ceci et hors de cause je pense, pour toi comme pour moi, et de plus, je ne te crois pas capable de le faire, tout comme moi. Je comprends que pour toi, être dominé peut-être la chose la plus excitante qui soit, mais pour moi aussi, au moins une fois. Et ne t'en fais pas, si tu ne sais pas comment t'y prendre, je t'aiderai. Je n'ai pas dit que je te voulais au-dessus et que tu te démerdes tout seul, j'ai juste exprimé le souhait que tu me domines, si pour cela, il te faut de l'aide et des conseils, je serais là. Une dernière chose, je ne veux plus jamais que tu te compare à un vulgaire chien. Tu n'es pas un chien, et ne le seras jamais, tu es un aigle, et je suis un loup. Je me rapproche plus du chien que toi, et pourtant moi-même je n'en suis pas un. Le mot chien est de mon point de vue, un mot dégradant, surtout lorsqu'on a été esclave depuis tant d'années comme moi. Les mâitres nous traitent comme des chiens, même si nous n'agissons presque jamais en tant que tel, et je peux te certifier que cela peut se révéler très humiliant. "


Je voulais l'aimer, jusqu'à la fin des temps. Je voulais qu'il soit à moi pour toujours. et dans un acte de pur égoïsme d'un instant, je lui laissai ma marque dans le cou. Tout le monde saurait ainsi qu'il était mien, et que plus personne d'autre ne pourrait l'avoir. J'avais honte quelque part d'être aussi égoïste, l'espace d'un instant il m'avait paru que je le traitais tel un objet, mais une fois de plus, son regard comblé me rassura. Doucement, je le fis passer sur moi. Et prêt à le guider dans tous ses mouvements, je commençais par déclarer :

  • " Tu vas mouiller tes doigts, au moins trois, ensuite, doucement, tu vas en faire entrer un en moi. Tu vas le bouger, jusqu'à ce que tu sentes que je suis habitué, tu enchaînes avec un deuxième, et tu m’habitues-en les bougeant gentiment les deux, et ensuite tu recommences avec le troisième. Si tu veux accélérer les choses, tu peux utiliser ton autre main sur mon sexe. Et ne t'en fais pas, ça va aller, tu verras. À toi de jouer à présent mon amour. Je m'offre à toi, tout en entier, et sans condition, je t'aime. "


Je finis mon petit monologue par un baiser langoureux, lui prouvant une fois de plus que je le voulais, et vite.


(Pardon pour l'attente interminable, vraiment pardon, mais j'espère que ma réponse m'a permis de me faire pardonner^^ Bisous à toi, j'espère que tu vas bien, je ne te vois plus sur msn... En même temps, j'ai changé d'adresse depuis peu, si tu veux la nouvelle, envoie moi un MP je te la donnerai, bisous)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre imprévue (pv Kiru) !!!attention yaoi!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [REQUETE] Google Maps "Ma position" imprécis
» [JEU] ANTIGEN : Attention aux méchants microbes [Gratuit/Donation]
» Attention aux mirettes : collection de fou !!
» ATTENTION SIDA: TEMOIGNAGE
» Merci de faire attention à vos propos !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives-
Sauter vers: