Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Dim 27 Fév - 21:58

Et bien nous revoilà au point de départ non ?? L’animalerie avec se stupide vendeur, mais cette fois il se tien beaucoup plus tranquille. Ikuto avait eu le droit de garder son violon dans sa cage. Il faut dire qu’Ikuto avait menacé le vendeur de le mordre au sang s’il touchait une fois de plus à son violon.

Le chat errant était assis dans la cage et regardait à nouveau les petits gamins insouciants qui désiraient plus que tous un neko. Ikuto c’était lever se matin la et avait mangé avant de faire des exercices. On l’avait laissé prendre une douche, froide bien sur, et il avait lui sans s’occuper de ses congénères. Le neko noir pensa a Ketsueki qu’il avait rencontré il y a pas si longtemps de cela. Il l’avait trouvé assez mignon, se qui n’arrive pas vraiment souvent pour lui.

Maintenant Ikuto devait patienter avant qu’un nouveau fou accepter de l’avoir sous son toit. Parce qu’il fallait être fou a lier pour vouloir Ikuto chez soit ! Il faisait se qu’il voulait et ne s’occupait pas de la réaction des gens autour de lui. Se que Ikuto détestait le plus au monde était les petites gamines qui voulait prendre le thé avec un nombre infinis de personnages imaginaire ! C’était parfois plus fort que lui le neko voulait sauter au visage de ses petits morveux sur deux pattes.

Ikuto fut sortie de ses penser part un petit gamin qui se mettait à se plaindre. Le morveux sautillait sur place en pointant un petit neko effrayé.


- Maman je veux celui la !!

La mère regarda le prix et écarquilla les yeux et secoua la tête en soupirant. Ikuto se demandait comme elle faisait pour ne pas vouloir partir de la et revenir seul. Décidément, les femmes étaient des personnes très fortes comparées aux hommes. Elle se tourna vers son enfant avec l’air le plus désoler du monde pour lui dire;

- Je suis désoler mon chéri il est beaucoup trop chère pour nous…

Attention…trois, deux, un…Le gamin se laissa tomber sur le sol en versant un flot de larmes. Ikuto soupira profondément et regarda le gamin sans faire attention à la porte qui s’ouvrait.

- T’AS PAS BIENTÔT FINIT STUPIDE GAMIN !!

Il fallait le dire ce morveux venait d’épuiser la patiente du neko noir. Le petit garçon s’arrêta net et regarda le neko sans rien faire. S’il avait pu passer à travers les barreaux Ikuto aurait surement sortie le gamin avec un coup de pied au derrière. A se moment la le propriétaire des lieux frappa sur les barreaux de la cage et Ikuto fut forcer de recule un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Mer 2 Mar - 8:11

    Le chat et l'enfant




    Que la vie était fatigante!
    Ce n'était pas parfois, mais souvent, et cette douce sensation de lassitude ne faisait qu'amplifier l'air dans lequel je respirais. Je détestais cette vie, depuis bien un moment, car je ne pouvais ni faire ce que je voulais, ni même goûter à ce que je voulais, et pour couronner le tout je ne parlais presque pas cette maudite langue qu'était le japonais.
    Tous ces idéogrammes pour vouloir dire seulement une chose, tous ces gestes et coutumes pour simplement montrer sa grandeur... à vrai dire -et j'avoue- que j'en avais marre, mais non pas contre cette culture avec laquelle je savais pouvoir me familiariser, mais plutôt contre cet homme qui s'imaginait être mon père et cette femme qui se croyait encore ma mère.
    Enfin, tout cela pour dire que je n'étais pas en ce moment même chez moi, chose étant rare à une heure pareille de la journée, mais en classe, à faire balancer mes pieds sous la chaise.

    Dehors, les quelques oiseaux encore matinaux piaillaient sans cesse, se frottant les plumes, dansant sur la petite gouttière installée non loin de là, et voletant jusqu'à l'arbre où était installé leur nid. Le soleil aussi était là, lumineux, et ses rayons qui faisaient luire les fenêtres vitrées ne donnaient qu'une envie à l'instant: dormir! Ou sinon, se promener, avec la ferme intention de faire des bêtises à longueur de journée.
    Blablabla... trois heures de temps pour parler d'une simple virgule à l'envers [en japonais la virgule est dans l'autre sens], d'un point d'interrogation qui n'existe pas, et de quelques caractères que je ne comprends même pas. J'avais certes du boulot, j'étais dans une école déjà bien élevée niveau réputation, et ce n'était pas le travail qui restait au niveau du plancher. Mais j'avais une flemme horrible, indescriptible, et là, le menton posé sur la main, le coude sur la table, je regardais de ces yeux vitreux le tableau noir. Je n'aimais pas ne rien faire dans un lieu où on était censé faire quelque chose, et là il n'y avait pas pire que cette salle de classe.
    Ah... ce que je n'ai pas précisé non plus, c'était que cette école était une des écoles les plus réputées, et du coup seulement les enfants de personnes riches pouvaient y profiter. Enfin, quand je parle de profiter vous voyez le sens bien entendu! Soupirant encore une fois, je tournai mon regard sur le paysage une nouvelle fois, scrutant les oiseaux qui semblaient bien s'amuser.
    On aurait presque dit un de ces fameux contes où tout va bien dès le début, avec le décor et la petite touche mélancolique, mais comme je détestais cela, il valait mieux ne pas en parler. Ce n'est qu'à la sonnerie de l'école que je bondis sur ma chaise, prenant rapidement mon sac et sortant sans même saluer l'enseignante. Je savais qu'elle allait me réprimander le lendemain, mais j'avais mieux à faire! Et puis, un Comte ne doit pas courber l'échine devant une simple mégère!
    Je gambadai alors jusqu'à l'extérieur, et je vis avec non sans surprise un homme assez grand, droit et vêtu de ce costume noir qui reflétait son état actuel et sa profession, dans ce cas-là de marjordome. C'était Claude, à vrai dire, ce n'était pas en lui même mon majordome, mais celui de mon défunt père, et qui avait eu le tact de venir demander à ma mère de nous servir encore. Si je lui faisais confiance? Hm, quelle question stupide! C'était le majordome de mon père, ce dernier l'appréciait beaucoup, alors pourquoi ne pas profiter de ses qualités qui étaient d'ailleurs très nombreuses?...

    -Monsieur... , dit-il en se courbant devant moi, tendant les mains pour prendre mon sac trop lourd pour mes petites mains, avez-vous bien travaillé aujourd'hui?

    J'affichais une mine grisâtre, un regard dédaigneux tourné vers mes pseudo-camarades, et je laissai mes lèvres s'étirer dans un sourire que je pouvais qualifier de sarcastique. Laissant échapper un soupire exaspéré, je pris mes airs et montai dans la voiture lorsqu'il m'ouvrit la porte:

    -Comment veux-tu travailler avec des basses classes comme celles-là?...

    Il s'inclina, comme pour s'excuser de ses paroles déplacées, puis s'installa à l'avant de la voiture pour laisser le chauffeur conduire en toute tranquillité. Je fis la moue. Le paysage qui défilait devant mes yeux n'était plus le même que celui que je voyais derrière la fenêtre, et je savais l'ennui regagner peu à peu mon intellect avec une force que je ne pouvais décrire. Les boutiques passaient, puis les jardins avec leurs passants, mais la seule chose qui clignota à ma vue ne fut que l'animalerie. Quoiqu'on dise des soit-disant maîtres, moi je n'y suis jamais allé, et la seule chose que j'avais pu voir de cet endroit n'était autre que sa pancarte légèrement poussiéreuse. Et pourtant, c'était une boutique réputée...
    Mes yeux bleus luisirent à sa vue, et dans un "stop" bien prononcé -si ce n'était pas hurlé- je fis arrêter la voiture. Je voulais m'amuser, rire aux grands éclats, gambader où je voulais, mais là à première vue la seule chose qui m'intéressait était de voir cette étrange endroit où je n'avais jamais posé le pied.
    Claude m'ouvrit la porte et je descendis. Sans plus attendre une de ses paroles presque inquiètes je sautillai jusqu'au lieudit et je pénétrai dans l'enceinte de la pièce. Ce n'était pas un endroit si mauvais, l'odeur était assez écoeurant parfois, enfin comparé à mon bain de minuit bien sûr, et les êtres disposés avaient une drôle d'affiche. Pourtant, tout cela me paraissait si excitant! Oh oui, très excitant! Le sale, l'aventure, l'horreur et le hideux... c'étaient des points qui me poussaient dans une adrénaline que moi-même je ne comprenais pas. Ce n'était pas au-dessus de mes espérances, mais cela avait déjà gagné quelques petits points en plus dans mon âme d'aristocrate.
    En moins de temps qu'il n'eut fallut pour le dire, le vendeur s'était précipité vers moi, sûrement en voyant mon accoutrement et celui de Claude. Il s'inclina plusieurs fois, marmonna des choses dont je n'écoutais le sens, et je dus interrompre ses petites supplications en tournant la tête de côté, regardant le chahut qui était à même de commencer. Un petit garçon qui pleurait comme une baudruche, et un … homme avec des oreilles de chat qui lui gueulait dessus. Sans plus attendre, le vendeur s'était précipité sur lui pour qu'il recule dans sa cage et le calmer. Mais la première attention qui fut la mienne ne se concentra que sur un point: les oreilles et la queue de ce garçon.
    Si si, j'en avais déjà vu. Mais là je n'étais entouré que de cela, et je ne pensais pas ce monde remplit d'autant d'être qui pouvaient nous ressembler. Au fond de moi et je ne l'avouerai pas tout de suite, j'aurai bien voulu avoir ce genre d'attributs. Non pas que je voulais faire l'esclave, mais je trouvais cela mignon, chose qui contrastait fort avec mes désirs assez morbides.

    -Claude. Dis-je brusquement de ma voix calme pourtant assez excitée en fond.

    -Monsieur? Se pencha-t-il à mon oreille pour m'écouter.

    -Celui-là m'intéresse... enfin, je le trouve assez orgueilleux non?

    -Il l'est Monsieur. Désirez-vous tout d'abord le visualiser?

    -Hmf...

    Je réfléchis un instant. Jamais je n'avais prit le temps de prendre conscience de ces êtres, et peut-être que beaucoup pour moi ne seraient jamais considérés réellement comme esclaves, mais par contre, aucun n'échapperait à mon envie de les utiliser comme jouets! Lui là, celui qui avait cette étrange couleur de cheveux et ce regard de braise éteinte, avait la carrure parfaite pour m'accompagner chaque jour. Ce qui me frappa à toute première vue fut son physique, puis ce tempérament assez ardent: Je le voulais.
    D'un pas calme et la tête relevée en maître, je m'approchai de la cage et le fixai dans les yeux. Il ne fallut pas plus pour que le vendeur se jette à mes pieds et commence à ouvrir la cage, de façon à ce que je puisse l'examiner mieux que cela. J'avais plein d'idées en tête, mais la première qui me passait par là fut de sauter dans la cage – ce que je fis- et de me blottir contre ce jeune homme qui fut, à ma grande surprise bien plus confortable que ce que je pensais! J'avais entouré son cou de mes bras, et, ma joue posée contre la sienne, je respirai doucement l'air qui flottait autour de lui. Contrairement à beaucoup dans cette salle, celui-ci sentait agréablement bon, et, en plus d'avoir cette tête de vagabond, il dégageait une envie étrange de se mêler à les pires bêtises que j'aurai pu faire de toute ma vie. Sur les genoux, je me reculai juste légèrement sans le lâcher et sourit du coin des lèvres, les yeux bleus rivés sur lui dans une étrange expression:

    -Tu es si … dégoûtant! Mais tu sens bon...

    Je fermai les yeux et fit semblant de humer son parfum, avant de rire entre mes lèvres de ce rires enfantin -parfois semblant sadique- et de sortir de la cage.

    -Je ne prendrai qu'un seul de ces petits êtres. Mais je n'en veux justement pas un petit! Toi tu es grand et bien nécessaire alors...

    Je tournai mon regard une nouvelle fois vers lui et posai mes mains sur mes hanches:

    -Je te nourris, te loge et te donnerai le nécessaire pour vivre. En échange je te donnerai le rôle de mon valet. Tu seras donc constamment avec moi.

    Claude regarda simplement la scène, se mettant à disposition au cas où il fallait sortir le chat, s'installant près de la cage de sa taille imposante.

    -Enfin, je ne veux pas de quelqu'un de pessimiste et de déprimé! Donc, si tu n'es pas motivé pour sortir de ta cage et si tu n'es pas enthousiaste alors je ne prendrais même pas la peine de m'occuper de toi et te laisserai ici à pourrir.

    Mes lèvres s'étirèrent une nouvelle fois dans un sourire que beaucoup prendraient pour sadique, avant de rire légèrement:

    -Voilà, je te laisse le choix! À toi de choisir pour une fois!

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Sam 5 Mar - 15:30

Ikuto était dans le fond de sa cage et tentait d’oublier l’injure que lui avait fait subir le stupide vendeur. Pour qui il se prenait cet imbécile !? Il allait surement avoir un maitre un jour ou l’autre…Enfin Ikuto n’attendait rien de la vie depuis son retour à l’animalerie. Il faut dire qu’il n’avait jamais vraiment rien attendu non plus. Même si, depuis sa rencontre avec Ketsueki il se sentait un peu mieux. Il ne l’avait pas revu et comme il était en cage…sa n’allait pas devenir rose tout de suite.

Puis un de ces gamins qu’Ikuto détestait tellement s’approcha de sa cage. Ikuto se disais qu’il devait être plus jeune que lui de quelque année. Il était flanqué d’un majordome. En plus d’un gamin, il fallait qu’il tombe sur un enfant de riche ! Et bien s’il n’avait pas trop le choix, il allait se sacrifier. Ikuto retint un rire quand le vendeur se jeta au pied de l’enfant. Il faut dire que se genre de spectacle on ne voit pas sa tous les jours. Le vendeur ouvrit la cage d’Ikuto et le jeune garçon se jeta dans la cage pour se coller au neko. Par pure réflexe le chat noir se recula le plus possible et tenta de repousser le jeune garçon.


-Tu es si … dégoûtant! Mais tu sens bon...

Ikuto n’en cru pas ses oreilles. Comment un petit homme pouvait être si hautain avec lui ? Si sa n’aurait pas été de la mobilité réduite a cause de la cage, Ikuto l’aurait surement poussé aussi lui possible et se serais sauver. Non qu’il avait peur…mais il frapper un enfant n’était pas une chose qu’il aimait faire. Même s’il n’aimait pas les enfants jamais il n’en toucherait un. Le petit rire du gamin lui fit un peu froid dans le dos. Comme s’il était capable des pires horreur. En fait c’était pour sa que Ikuto n’approchais pas les enfants ! Parce que ces petits hommes savent manipuler les adultes comme ils veulent.

Une fois le gamin sortie de sa cage Ikuto remarqua qu’il respirait à peine donc il se remit à respirer normalement. Il ne dit rien et attendit la suite. Parce qu’il y aurait surement une suite…non ?? Après tout n’importe qui se serais lasser d’Ikuto et aurait cherché une autre créature.


-Je ne prendrai qu'un seul de ces petits êtres. Mais je n'en veux justement pas un petit! Toi tu es grand et bien nécessaire alors...

Comme sa il voulait un grand neko…Et puis nécessaire a quoi ?? Ikuto se le demandait bien, mais il nue pas le temps de le demander. Le petit homme c’était a nouveau tourner vers lui et a dit, les mains sur les hanches;

-Je te nourris, te loge et te donnerai le nécessaire pour vivre. En échange je te donnerai le rôle de mon valet. Tu seras donc constamment avec moi.

Le gamin voulait donc un valet…Comme si Ikuto allait s’abaisser à faire de genre de chose…Il n’avait pas déjà sont majordome pour se genre de travail ? Ce dernier se mit au coter de sa cage. En levant la tête pour regarder le majordome de plus près, il ne pu s’empêcher de baisser un peu les oreilles. Il était grand part rapport au chat noir assis. Le demi félin se mit à penser que s’il suivait se gamin il ne pourrait plus jamais revoir Ketsueki.

-Enfin, je ne veux pas de quelqu'un de pessimiste et de déprimé! Donc, si tu n'es pas motivé pour sortir de ta cage et si tu n'es pas enthousiaste alors je ne prendrais même pas la peine de m'occuper de toi et te laisserai ici à pourrir.

Ikuto se mit à sortir de sa cage et posa un regard sur le majordome, comme pour s’assurer qu’il n’allait pas lui sauter dessus s’il ne le surveillait pas. Une fois rassurer il regarda le gamin qui voulais l’acheter il souriait de toute ses dents. Le jeune homme ne voulait pas d’un neko déprimer, mais s’il ne pouvait voir Ketsu, Ikuto le serait vraiment déprimer. On lui dit ensuite qu’il avait le choix. Après tout qu’es qu’Ikuto avait à perdre d’accepter ? Il allait surement lui poser ses conditions aussi. Pour la première fois depuis le début de l’apparition du gamin, Ikuto ouvrit la bouche pour parler.

- J’accepte…Mais seulement si j’ai le droit de sortir quand je le veux…Vous aurez beau être mon maitre vous n’arriverez pas a me tenir enfermer dans un baraque tout le temps…Et puis je suis sur que vous n’avez pas besoin de moi quand vous êtes a l’école…

Le neko noir était plutôt fière de lui-même maintenant. Faut dire qu’il c’était retenu de parler tout le long de la conversation. Il attrapa son violon dans la cage et retourna son regard sur le gamin. Il attendait…mais quoi ? Qu’il se mette à chialer comme l’autre de tout a l’heure ? Peux être bien…Ikuto se demandait si le majordome arriverait à le sortir lui-même du magasin…Cette penser lui arracha un mince sourire. Peux être que se nouveau maitre allait être amusant après tout…Il pourrait jouer avec lui et tester ses limites.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Dim 13 Mar - 11:13



    J'avais déjà rivé mes pupilles et mes yeux bleus sur l'hybride qui semblait assez déboussolé par de telles paroles. Il n'y avait pas à dire, j'étais le roi du chantage et de la machination, il n'irait pas bien loin si ce qu'il voulait était de se retrouver hors de mes ordres et de ma vue. Je ne supportais pas que l'on prenne de grands airs devant moi, et encore moins lorsqu'il s'agissait d'un soit-disant "esclave". Aussi, je me mis à rire dans un éclat foudroyant lorsque j'écoutai ses paroles. Quel drôle de personnage faisait-il! Avec autant d'espoir dans les yeux c'était si amusant! Je n'avais jamais vu de telles paroles lâchées avec autant de conviction et d'espoir, et peut-être était-ce cela qui me donnait encore plus envie de le taquiner.

    -Ne perdons pas plus de temps ici, je voudrais t'expliquer ton rôle. Coupai-je sans même répondre à sa question. Après tout, il n'avait pas encore le droit d'exiger quoi que ce soit de ma part, tant qu'il n'aura pas fait ses preuves ni même ne se sera montré comme étant digne d'une telle chose.

    J'avais fait signe d'un regard à mon majordome, lequel s'empressa rapidement mais avec délicatesse de lui apposer un collier autour du cou, un de ces colliers noirs parsemés de petits clous de métal qui affirmait son appartenance à la maison des Cloud. Ah! J'avais décidé de prendre un neko sans l'avis de mes parents, et je ne venais que d'y réfléchir... soupirant, je me dirigeai vers l'extérieur. Après tout, ce n'était ni à moi de toucher l'argent, ni au vendeur d'écouter ce que je voulais dire à mon nouveau serviteur ainsi qu'à mon majordome. Je fit un signe, comme agacé, et Claude paya le vendeur avant de sortir.
    Il y avait tellement peu de choses à faire, tellement d'ennui que la première chose qui me vint à l'esprit, c'était de m'occuper de ce neko qui n'était sûrement pas totalement propre. Soupirant, je me retournai vers lui avec un de ces regards plus sérieux et un visage des plus impassibles, si ce n'est pas légèrement hautain. De la tête au pied je le scrutai et l'analysai. Il était grand certes, mais ce genre de vêtements ne lui allait pas du tout! À présent il fallait lui trouver quelque chose de bien plus esthétique et à sa taille, de façon à pouvoir parader un peu devant les autres aristocrates. Et puis... ses cheveux non plus n'étaient pas super à l'heure actuelle. Je fis la moue et regardai les boutiques non loin de là: ah, un coiffeur! Et en plus de cela il y avait le tailleur à quelques pas! Je poussai un soupire satisfait:

    -Bon et bien, Claude! Nous allons directement au relooking! Je ne veux pas le garder ainsi toute ma vie, et il faut le nettoyer un peu. L'animalerie est une boîte emplie de crasse!

    Claude s'inclina et les mena donc jusqu'au tailleur. Avant tout il fallait mesurer la taille du neko et visualiser les costumes qui lui iraient, car il était hors de question que je le laisse se balader dans mon manoir ainsi, surtout s'il y avait mes parents... Ah non! Je n'osais même pas penser à l'horreur que je subirais en rentrant!! Et dans une frénétique envie, mes dents mâchouillèrent l'intérieur de ma bouche pour marquer un stress qui grandissait. Non... il ne m'arriverait rien si Claude était là... je grommelais intérieurement, oui... j'avais oublié que Claude était en réalité le majordome de mon beau-père et non le mien. Mais j'avais un valet! …
    Je n'étais pas si convaincu que cela et me dirigeai d'un pas franc vers le tailleur sans même me préoccuper du neko que Claude tenait grâce à une longue laisse en tissu. Ce n'était pas une de ces laisses que l'on gardait toute la vie sur un neko, mais c'était, dans notre famille, pour les habituer à notre présence et à éviter qu'ils s'enfuient dès le premier jour. Dans ce cas-là, je ne l'ôterai que dans quelques heures, lorsqu'il sera dans mon manoir et que je pourrai lui apprendre plein de chose, et surtout jouer avec moi. Car j'étais seul... trop seul, et dans cette dernière réflexion mon coeur se serra lamentablement. Si je n'avais pas résisté aux coups et aux cris, certes que je me serai effondré devant autant de souffrance mais tel le statut de Comte qui m'était donné, je ne devais en aucun cas montrer une seule part de mes sentiments.
    Je pénétrai alors dans la boutique, Claude à ma suite et le neko qui suivait ce dernier, contraint par la laisse, alors que le responsable vint vers moi avec un grand sourire. Petit, rond et la moustache grisâtre il avait l'air du bien bel anglais des derniers jours. Et en plus, il l'était! C'était aussi pour cela que je venais le voir, lui, il confectionnait les meilleurs costumes anglais à la mode et ceux qui étaient certains de plaire à la caste de l'aristocratie.

    -Ah, Lord Cloud! S'exclama-t-il en s'inclinant face à moi dans une révérence typique de notre classe, cela fait quelques semaines que vous n'êtes point venu!

    -Mes costumes sont d'un état que je n'ai pas besoin de les recoudre! Et cela c'est bien grâce à toi! Me mis-je à sourire, avec une satisfaction rare qui rassura le couturier.

    -Ah!! Vous m'en voyez réjouis! Et je continuerai à les confectionner pour vous!

    -Aujourd'hui seulement je ne suis pas là pour moi, mais pour un de mes valets que je viens tout juste d'avoir.

    -Un costume pour un valet?


    Le vieil homme qui faisait à peu près la même taille se pencha un peu alors que Claude enleva la laisse au neko et le poussa un peu plus à l'intérieur de la pièce. Il gratta sa moustache et fit mine de réfléchir avec cet espèce de bruit de moto qui sortait de sa bouche sans qu'elle ne soit ouverte.

    -Hm... je vois! Il va falloir cependant le mesurer! Que souhaitez-vous comme style?

    -Quelque chose de sombre. Le noir lui va très bien. Et aussi quelque chose de très distingué, en quatre exemplaires ce serait meilleur même. Répondis-je, assez sûr de moi.

    -Hm je vois! Dans ce cas-là cela prendra la journée! Je le mesure, et vous pourrez revenir vers quinze heures les récupérer, cela vous va?

    Je souris admirablement. C'était trop long pour moi et je cachais ma colère avec ce sourire que l'on pourrait qualifier de faux.

    -Claude viendra à treize heures les récupérer.

    Le teint du vieil homme devint pâle. Il avait beau me connaître, il s'attendait rarement à ce que je contredise ses paroles, mais là il avait bien compris, d'autant plus que le majordome le fixait avec ses iris or perçantes.

    -B-Bien... allons le mesurer alors.


    Le petit homme courut chercher des mètres et vint vers le neko, le disposant au milieu de la pièce pour commencer ses longues et précises mesures, sous mon regard attentif...





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Dim 13 Mar - 18:42

Ikuto c’était abstenu de tout commentaire depuis le tout début, mais il n’avait jamais pensé que se gamin allait ne pas répondre a sa demande. Il n’était pas déçu puisqu’il n’avait pas eu de véritable attendre face au garçon. Il allait au moins lui expliquer se qu’il avait à faire. Alors soit Ikuto allait faire se qu’on lui demandait, mais a la première occasion... Il prendrait la poudre d’escampette. Oui, il attendrait son heure et il irait voir son nouvel ami.

Le neko noir en cru pas ses yeux, le majordome lui avait mit un collier ! La honte total pour Ikuto. Le pire était que le collier était au bout d’une laisse tenu part le grand homme. Aucune chance d’échapper a sa sans se faire attraper part le majordome. L’homme paya le vendeur et Ikuto le suivit a l’extérieure en tenant toujours son violon. Le gamin pouvait surement lui enlever sa liberté, mais il ne lui enlèverait jamais son violon. A moins de vouloir se faire mordre se n’était pas une bonne idée.

Le gamin le regardait à présent et semblait vaguement écœurer. Certes il ne c’était pas couper les cheveux depuis quelque mois et il serait peux être bon qu’il le fasse. Ces vêtements était un peu sale et peu être même un peu déchirer ici et la. Il n’y avait rien pour susciter le dégout enfin pas vraiment.


-Bon et bien, Claude! Nous allons directement au relooking! Je ne veux pas le garder ainsi toute ma vie, et il faut le nettoyer un peu. L'animalerie est une boîte emplie de crasse!

Comme sa le grand gaillard s’appelait Claude peux être qu’ils allaient devenir ami tout les deux…Ou peux être pas après tout. Ikuto le gardait s’incliner avec une grimace au visage. Le neko noir entra à la suite des deux autres sans rien dire. Quand le chat vit le tailleur il ne pu se retenir très longtemps et se mit à rire. Il ne s’avait pas pourquoi il riait, mais sa lui faisait beaucoup de bien. Tout de fois le mot valet renfrogna Ikuto et il regarda autour de lui. Des tonnes de costume pour les riches et gosses de riches.

Pendant que les autres réglait se qu’il voulait Ikuto testa la longueur de sa laisse et vit qu’il ne pouvait pas s’éloigner de plus de peux être un mètre et demi. Ses deux oreilles s’aplatir et il soupira profondément. Il ne pouvait rien faire pour le moment alors aussi bien s’habituer. Puis il se mit à se demander ou il allait dormir. Le neko se mit à imaginer un petit panier tressé comme un donnait au chien pour dormir. Un grondement sourd monta de la poitrine du neko noir et sa queue fouetta l’air nerveusement.

Le tailleur le détacha de la laisse et l’amena au centre de la pièce pour prendre ses mesures. Il fut forcer de poser son violon, mais il décida de la tenir avec sa queue féline. Quand l’homme eu terminé Ikuto retourna vers son maitre et il le regarda en plissant les yeux.


- Es-ce que je peu au moins connaitre ton nom Gamin…Parce que franchement c’est chiant ne pas savoir à qui j’ai à faire. Moi c’est Ikuto…tu crois pouvoir t’en rappeler ?


Sans rien attendre en retourne le neko noir retourna au coter de Claude pour se faire de nouveau attacher. Ses cheveux devenir trop long se mirent devant ses yeux et il fit un petit mouvement de tête pour les enlever.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Sam 19 Mar - 19:25


    Je fixais les mesures avec attention, comme pour vérifier qu'il n'allait pas lui faire de fausses mesures et des tailles dont il ne serait pas très fier. Non pas que je doutais de lui, mais je savais que parfois l'humain était un être qui avait tendance à se défier entre eux -non, je ne me sens pas concerné- et qui, bien qu'il ne soit qu'un bout de chair qui s'agitait selon les évènements, profitait de ses avantages et inconvénients. Oui, j'étais un simple garçon de quatorze ans mais je pensais déjà à cela tel un philosophe sortie d'une maison de riches aristocrates qui n'avaient rien d'autre à faire que d'y penser. Enfin, je dis cela mais je suis sûr que mes parents eux-même n'y pensais pas vraiment. C'était seulement moi, dans ma solitude la plus grande, qui avait encore le temps d'y penser, comme si mon cerveau et mon coeur n'avaient envie que de ça, et rien que ça.
    Je faisais la moue, je penchais la tête, je tapotais mes doigts sur mon bras... il y avait vraiment un bon moment pour mesurer une taille! Cela ne prenait pas autant de temps avec moi lorsque j'y allais... mais c'était sûrement parce que j'étais un habitué, et parce que, vu que j'étais présent dans la salle, je mettais une pression un peu plus soudaine sur le tailleur. Peu importe, il devait à tout prix confectionner ce vêtement et le plus rapidement possible, de façon à ce que je puisse habiller le gros matou une fois sortie des bains publics.
    Ah! Il avait enfin terminé et l'animal se dirigeait vers moi. Ah non, je ne le nommerai pas "valet" tant qu'il ne sera pas propre et habillé comme la forme l'exigeait! Je me levai alors brusquement, et m'époussetais alors que Claude se figea à mes côtés pour me mettre mon manteau mauve sur les épaules. Il ne fallut que quelques secondes pour que ce grand matou ne s'exprime comme je m'y étais attendu déjà il y a de cela plusieurs minutes, et, comme de coutume, j'affichai un sourire pour lui tourner le dos et sortir. Claude noua la laisse autour du cou du neko et le conduisit là où je partais, c'est-à-dire les bains privés. Ah non, pas les publics en fait. Car les privés étaient fait pour des personnes comme moi et mon personnel : on n'allait tout de même pas se mélanger avec le "peuple", n'est-ce pas? Sans plus attendre j'y courais jusqu'à l'entrée, me postant devant puis entrant lorsque Claude et le neko furent à quelques pas. Je sautillais puis me posta brusquement contre le comptoir, bien trop grand pour moi, m'accrochant de mes petites mains sur son bord.

    -Lord Cloud ! Bienvenue! Ce sera pour un bain?

    Je souris comme je savais si bien le faire, de ce sourire froid et à la fois plastique, mais je jouais l'enfant à merveilles.

    -Oui! Pour deux personnes! Claude restera à mes côtés comme d'habitude!

    -Je vois!

    L'homme se retourna et prit les clefs de la première source pour les tendre à mon majordome, qui n'hésita pas à les prendre:

    -Surtout amusez-vous bien, Monsieur.

    Je tournais déjà le dos lorsqu'il s'inclina, courant jusqu'à la porte du bain privé et y pénétrant lorsque Claude ouvrit la porte. Il y fit entrer le neko, alors que je me dévêtais, mettant une serviette autour de la taille. Je fis un large sourire en sa direction, courant jusqu'au bord de la grande source intérieure toute construite en marbre et m'installa dans l'eau en laissant la serviette de côté:

    -Tu as le privilège de rentrer dans ces bains, alors prends un peu de temps sans poser de questions idiotes!

    J'étais très chiant, ça c'était bien le mot, mais j'aimais l'être. Après tout il fallait également qu'il sache où était sa place n'est-il pas? Claude le laissa se dévêtir également en le surveillant puis lui enleva la laisse pour qu'il puisse aller dans le bain, se postant à la suite devant la porte au cas où. Après tout, lui n'y allait jamais, autant qu'il surveille. Je posai le dos contre la paroi et me mouillai un peu les cheveux. Aaah... l'eau chaude était d'une saveur si étrange mais savoureuse! Je dirigeai ensuite mon regard vers le petit homme aux oreilles de chat et m'avançai vers lui en nageant un peu:

    -On ira ensuite chez le coiffeur, puis récupérer tes vêtements. Si tu es sage, je te donnerai et les informations que tu veux, et aussi de la liberté. Mais avant tout il faut que tu apprennes et obéisses, parce que là est la base de ton éducation!

    Je penchai légèrement la tête de côté et j'affichai un agréable sourire, cette fois-ci, pas le faux que je faisais à chaque personne que je croisais, mais un sourire plus sincère:

    -ça marche? En attendant, profite un peu!



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Dim 27 Mar - 17:05

Ikuto suivit le gamin, ou enfin son majordome, comme son ombre. Il ne semblait pas avoir envie de parler plus que ce qu’il avait déjà dit. Après tout, qu’es qu’il y avait de plus à dire ? Rien qui ne mérite vraiment d’avoir des mots pour les exprimés. Le chat errant était tellement prit dans ses pensées qu’il ne vit pas qu’ils étaient dans les bains ouvert au public. Le neko sursauta quand il entendit une voix masculine qu’il ne reconnaissait pas. Le jeune maitre était déjà partie vers les vestiaires. Ikuto dû courir pour rattraper le colosse qui tenait la laisse.

Le chat se remit à penser a se qu’il pourrait bien faire pour l’embêter. Mettre des trucs dans ses chaussures quand il a le dos tourné ? Manger son sandwich avant lui ? Il faut dire qu’il aurait surement tout son temps pour inventer les pires choses à faire au gamin. Le neko noir se mit à enlever ses vêtements et les déposa dans une case avec son violon. Il n’était pas très sur de vouloir le perdre de vue, mais il se dit qu’il arriverait surement rien d’extrémiste. Sans se presser le moins du monde il se rendit au bain et entra dans l’eau.


-Tu as le privilège de rentrer dans ces bains, alors prends un peu de temps sans poser de questions idiotes!

Ne pas poser de questions idiotes ? Ikuto avait toujours pensé qu’il n’y avait aucune question idiote…juste des gens idiots. Il se mit la tête sous l’eau pour se mouiller les cheveux et en profita pour se détendre un peu. Depuis combien de temps exactement qu’il n’avait pris un bain, ou une douche, d’eau chaude ? Quelque mois ou année il ne serait le dire…Mais en tout cas sa lui avait bien manqué.

-On ira ensuite chez le coiffeur, puis récupérer tes vêtements. Si tu es sage, je te donnerai et les informations que tu veux, et aussi de la liberté. Mais avant tout il faut que tu apprennes et obéisses, parce que là est la base de ton éducation!

Ikuto l’avait bien anticipé, il se doutait très bien qu’il aurait à faire quelque chose pour mériter sa liberté. Après tout, tout le monde marchait comme cela. Le chat errant soupira et hocha de la tête pour dire qu’il avait comprit. Il resta un petit moment dans l’eau et en sortie quand la peau de ses doigt devin aussi plisser que ceux d’une personne âgée. Le neko s’habilla et attendit les directives de son maitre. Même si Ikuto détestait obéir, il le faisais quand même simplement pour ne pas que sa soit pire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Mar 5 Avr - 4:52

    Le neko ne semblait pas faire attention à ce que disait, s'occupant plus de ses propres affaires que de mes paroles. Après tout il n'était pas encore tellement attentif à ce qui l'attendait mais tant pis pour lui... la suite promettait, et sérieusement. Alors que mes yeux bleus se rivaient sur lui lorsqu'il sortit du bain, Claude vint vers moi pour me sécher alors que j'en sortais, profitant pour m'habiller correctement. Pourtant, ce n'était pas lui que je fixais déjà depuis un long moment, mais ce violon que tenait le neko sans jamais le lâcher. Je ne le lui avais pas ôté des mains, car on n'avait tous un objet auquel se rattacher – enfin, moi exclu – et parfois cela aidait à surmonter bon nombre d'épreuves. Pourtant, la seule chose que je voulais entendre n'était pas ces excuses sans queue ni tête qui expliquaient le pourquoi de la garde d'un tel objet, mais plutôt les mélodies de tristesse, de peine ou même de colère qui pouvaient en sortir. J'aimais par-dessus le violon, et en jouais moi-même lors de mes cours de musique, que je trouvais plutôt barbant... mais savoir qu'un être comme lui avait gardé son instrument, et peut-être même depuis des années m'intéressait particulièrement. Je voulais apprendre un peu de son tempérament, et la musique ou le dessin pour certains était le reflet de l'âme et des sentiments.
    J'inspirais puis expirais brusquement, me redressant aussi élégamment que m'avaient appris mes parents déjà lorsque j'étais jeune, redressant la tête, l'air supérieur. Après tout j'étais un Comte, le Comte Cloud, et j'étais là pour imposer d'une certaine façon mon autorité face à de nombreuses choses. Les gamineries passaient, mais là n'était plus l'heure de jouer. Il fallait à présent poursuivre ma quête à la recherche de la perfection, cette perfection que je ne trouverai que lorsqu'il sera totalement mis en oeuvre pour correspondre à ma demeure. Oui, ce "neko". Enfin, pour moi il n'était pas tellement considéré comme un esclave, parce que les humains me suffisaient eux-mêmes pour cela. Disons que je les voyais comme d'autres humains, avec juste un peu plus de malchance... ouip! Et c'est bien pour cela que j'enlevais un petit peu de cette dernière à cet être devant moi, en le faisant valet plutôt qu'esclave. Après tout, nous n'étions plus aux temps révolus, et l'esclavagisme était déjà une idée désuète n'est-il pas?
    C'est sans aucune mesure que je passai devant le jeune homme et sourit en coin de lèvres, regardant droit devant moi pour marcher en direction de la sortie alors que Claude ouvrait les portes unes à unes sous mon passage. Après tout j'étais le prince de n'importe quel lieu où je passais, et cela, même les plus idiots pourraient le comprendre, il suffisait d'un peu d'argent... la vie était triste devant tous ces chiens affamés de luxe et d'argent, lorsqu'ils ne connaissaient même pas l'ampleur de la souffrance que celui-ci pouvait offrir, à avoir tout le monde et personne à la fois... d'être seul au coeur, mais un groupe avec lui...
    Je marchai toujours de cette allure grandissante, parcourant la rue après être sorti des bains, me dirigeant directement vers le coiffeur qui était tout proche. Il ne fallut que quelques minutes pour que je puisse l'atteindre, à ma suite le jeune homme et mon majordome, ce dernier toujours aussi droit et sévère. Je me demandais d'ailleurs si la créature qu'il était allait survivre à l'éducation que pouvait lui apporter Claude, car bien qu'il soit assez souple avec moi sur certains points, il n'hésiterait pas à resserrer l'étau au chat... c'étaient les peines d'être à mon service après tout.
    Je souris gracieusement après m'être très légèrement incliné devant le coiffeur, lui présentant le jeune homme aux oreilles félines derrière moi, à côté de Claude. De ce grand sourire faux que j'offrais à tout le monde je pris la parole d'un air certain:

    -Je ne veux pas qu'il change de coupe, juste lui arranger et lui laver les cheveux. Les désépaissir un peu, les réguler... je vous laisse faire, et faites vite.


    Il laissa le coiffeur s'activer, s'installant sur un grand fauteuil non loin de là, Claude enlevant le collier pour que le neko puisse s'installer à son tour. Le responsable de sa nouvelle coupe se préparait déjà, et dans un grand élan il commença à s'occuper de lui. Pendant cet instant, je tournai un regard significatif à mon majordome, qui n'hésita pas à s'incliner, puis à sortir quelques minutes. Il ne fallut pas très longtemps pour qu'il revienne, peut-être seulement cinq minutes, avec le costume de valet sur le bras, bien suspendu et non plissé. Il n'y avait aucune erreur là-dessus, il semblait vraiment parfait et bien taillé pour lui! Je me levai alors et m'assit juste à côté du neko, tout proche, venant poser mes pupilles sur les siennes, mais dans la glace en face. Je ne pouvais pas m'empêcher d'afficher un sourire radieux, ce sourire qui disait que tout était enfin bon:

    -Tu es à présent mon valet, et tu me suivras partout! En échange tu auras tout le nécessaire pour vivre ainsi que du temps libre, mais il faudra que tu travailles bien si tu en veux un peu plus!


    Je vins titiller un des ciseaux qui était sur le comptoir devant, et sourit de plus bel:

    -Parce que si tu fais le contraire, tu risquerais d'en subir les conséquences, et pas seulement de moi... Enfin, sache que je suis ton maître, et que mon nom est Cloud Lawrence, le Comte de Cloud. Je te donnerai plus d'informations lorsque nous serons rentrés.

    Je visais le coiffeur avec un regard discret mais noir, sachant très bien que c'était le genre de pipelettes que je ne supportais pas.

    -Et puis, tu auras droit à un bon goûter! Tu aimes le gâteau au chocolat?

    Oui, je parlais bien de gâteau au chocolat et de cette fameuse fondue que faisait Claude pour mon goûter, car je savais aussi qu'il devait être affamé, et que, par n'importe quelle coïncidence, il devait sûrement apprécier...



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Dim 24 Avr - 15:02

Ikuto avait regardé le jeune homme sortir du bain et l’avait doucement suivit. Il secoua la tête à la manière d’un chien pour chasser des gouttes d’eau dans ses cheveux. Le neko noir passa une main dans ses cheveux pour s’habiller ensuite. Il suivit le gamin vers le coiffeur sans vraiment se préoccuper de se qui se passait autour de lui. Des enfants le regardaient en pointant ses oreilles du doigt. Les parents le regardaient comme si c’était le diable incarner se qui fit sourire le chat noir. Sans même le remarquer il était déjà chez le coiffeur. Se qui le ramena a la réalité se fut l’odeur des cheveux mouiller, odeur qui le repoussais. Il plissa le nez et recula un peu, mais il senti qu’on le tirait vers l’intérieure. Se laissant détacher, il alla s’assoir dans la chaise et attendit que la coupe de cheveux soit faite. Il regarda son maitre dans le miroir et déglutie en voyant les costumes. Génial ! Il allait ressembler a un pingouin !!

-Tu es à présent mon valet, et tu me suivras partout! En échange tu auras tout le nécessaire pour vivre ainsi que du temps libre, mais il faudra que tu travailles bien si tu en veux un peu plus!

Ikuto avait l’habitude que les gens lui demande de travailler…même s’il était paresseux il devait écouter. Pour avoir la liberté promise il faut savoir travailler dur. Peux être que Easter allait le débarrasser de se gamin quand ils allaient s’en rendre compte.

-Parce que si tu fais le contraire, tu risquerais d'en subir les conséquences, et pas seulement de moi... Enfin, sache que je suis ton maître, et que mon nom est Cloud Lawrence, le Comte de Cloud. Je te donnerai plus d'informations lorsque nous serons rentrés.

Le neko noir se retint de pouffer de rire. Voila que le gamin se mettait à le menacer ! Il allait bien se marrer dans cette famille. Mais après un moment Ikuto se demanda si le grand majordome allait pas le tabasser a la place du gamin…Enfin au moins il avait apprit son nom…Lawrence Cloud…c’était un nom bizarre, mais se gamin était bizarre alors sa lui allais bien ! Juste au moment ou Lawrence parlait de gâteau l’estomac du neko se mit à gronder. Sont visage demeura neutre et il dit d’une voix douce;

- J’aime bien le chocolat…

Il se leva d’un bond et se dit qu’il allait rendre la vie misérable a se coiffeur. Il se mit a se secouer comme un chien en envoyant des cheveux un peu partout dans la boutique. Quand il eu terminé Ikuto attacha lui-même son collier et regarda son maitre. Il était déterminer a avoir sa liberté…même si sa ne serais qu’une heure ou deux. Rien ne valait plus qu’une petite heure a se balader pour aller partout et null part. Il posa les yeux sur son violon et regarda Lawrence;

- Peux être aimeriez vous que je…joue pour vous…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Ven 13 Mai - 13:36

    Je souris en l'entendant parler du chocolat. Moi aussi, à vrai dire, j'aimais cela! D'ailleurs je pouvais manger sans m'en lasser, tellement son goût était pour moi le plus exquis de toutes les saveur sucrées! Mais ne nous éloignons pas, après tout j'étais le maître de cette maison. Je lui souris de ce sourire que beaucoup de soumis auraient eu peur de voir, ce sourire qui manifestait à la fois du sadisme personnel et une envie irrésistible de me moquer comme un cynisme indescriptible qu'il m'était amené, souvent dans ma pauvre vie d'enfant, à manifester à l'égard de ce que je méprisais. Pourtant, je ne savais pas encore quelle position avoir envers ce matou qui était pour moi devenu comme une espèce de pion dans ce grand échiquier de la vie, un pion qui me servira à me débarrasser ardemment de ce que je voulais tant supprimer et qui m'empoisonnait l'existence.
    Mon regard s'attarda sur le ciel lorsque nous sortîmes du salon de coiffure. Il y avait ce calme et ce silence qu'il était propre de constater aux heures plus tardives de la matinée dans cette rue pourtant si animée aux jours exceptionnels. Était-ce un jour différent? Je ne savais pas, mais mes poings se serrèrent lorsque je compris à l'heure actuelle que je devais rentrer chez moi, dans ce manoir gigantesque où seules les statues de ma chambre et les tableaux qui étaient accrochés sur les murs de ces longs couloirs pouvaient remplir un peu ma solitude constante. Les domestiques avaient beau être là, leur rôle ne se poursuivait pas plus qu'il ne l'était, et se contentaient souvent de s'occuper du ménage plus que de mon confort personnel. Après tout, ceux qui avaient l'avantage étaient mes parents, lesquels pouvaient se permettre beaucoup de choses... enfin, je parle de parents mais... je n'ai qu'une mère. Ce pauvre homme ne faisait ni partie de ma famille ni même de mon sang! Il était la honte de notre emblème, de notre blason, et il ne faisait que le dégarnir peu à peu, au fur et à mesure du temps, comme si son souhait n'avait jamais été que profiter de ma mère et ses envies de catin.
    Je n'avais aucunement l'envie de rentrer. D'autant plus que si je rentrais, je savais qu'il allait encore déferler ses doigts bruts et non hygiéniques sur ma peau fragile, et que cette dernière serait marquée, une nouvelle fois, de traces rouges et de blessures que jamais je n'oublierai. Je soupirai de désolation. Que devais-je faire? Y aller ou alors attendre le moment propice pour entrer chez moi et ne pas croiser le regard de ce fou qui ne pensait qu'à lui? Je pris quelques secondes avant de me retourner, entendant la voix de l'hybride qui m'interpela. Il avait en sa possession ce violon que j'avais regardé maintes fois, comme s'il m'avait hypnotisé dès le début de notre rencontre. Il semblait aimer le violon, cela était bien sûr... devais-je l'écouter? Il me tardait de savoir quelles étaient ses qualités et s'il avait le mérite que je l'entende jusqu'au bout. Mais il ne me semblait pas douter de son savoir, le problème était le regard de Claude qui s'affirmait un peu plus, fronçant les sourcils comme s'il avait trouvé cela désagréable. En remarquant que je le regardais, il inclina le buste, la main sur le torse, avant de s'exprimer dans cet anglais dont je n'aimais que l'accent:

    -Il serait préférable pour vous de rentrer, Monsieur. L'heure du thé est déjà bien avancée, et votre déjeuner ne va pas tarder.


    Je soupirai et vint prendre le poignet de l'hybride, avec un grand sourire.

    -Claude a des choses à terminer. On rentre, et tu me joues un morceau! J'ai envie de t'entendre jouer!

    Claude nous conduisit à la voiture et je le fis entrer à mes côtés. Habituellement il aurait du rester sur la place à côté du conducteur mais c'était son premier jour et puis... j'avouerai sans regrets mais avec beaucoup de réserve que je voulais le connaître. Je laissai donc la voiture démarrer, avant de venir à genoux sur la banquette arrière de la longue limousine, m'approchant de l'hybride en penchant la tête de côté, regardant son violon:

    -Si tu veux, j'ai le matériel nécessaire pour nettoyer ton violon et le ranger! Je pourrai te les prêter!

    Je souris avant de m'asseoir correctement, mais toujours à côté de lui, le regard baissé:

    -Surtout... en arrivant, essaie de te cacher derrière Claude, il te protègera de mon beau-père.

    Mon regard se tourna vers lui, plus sérieux et aussi plus inquiet à son égard, chose qu'il ne m'était pas donné de faire à tout le monde, puisque j'avais la mortelle envie, souvent, de les voir souffrir. Là je n'avais pas envie que cet homme puisse toucher à mon hybride, à mon chat à moi sans ma permission:

    -Ne lui répond même pas, ou sinon tu risquerais de te retrouver à l'hôpital. Dis-je dans un murmure, alors que je me souvenais déjà des nombreux séjour que j'y avais fait, et qui ne s'arrêteront sûrement pas avant de longues années...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Sam 21 Mai - 1:14

Ikuto remarqua que sa réponse sur le chocolat semblait réjouir son nouveau maitre. Le neko noir remarqua également que son maitre semblait hésiter pour rentrer. Ikuto le comprenait beaucoup, car lui-même ne voulait jamais rentrer chez lui quand il était petit. Ce souvenir lui étira un sourire et lui passa une main dans ses cheveux désormais plus court. Au plus profond de lui-même Ikuto aimait bien Lawrence. Ils étaient un peu pareille tout les deux. C’était stupide de penser a sa, mais c’était en partie vrai. La voix du majordome le tira de ses penser et il fut tirer part le gamin.

-Claude a des choses à terminer. On rentre, et tu me joues un morceau! J'ai envie de t'entendre jouer!

Oui il pourrait jouer pour lui. S’il était un neko qui n’aimait pas les humains il aimait jouer. Ce violon était toute sa vie après tout. Son père lui avait donné pour qu’il puisse en jouer lui aussi. Bien sur il ne voulait pas faire les quatre volontés de son maitre, mais il pouvait au moins lui procurer un petit moment dans sa journée ou la musique régnerait.

Ikuto entra dans la limousine et regarda autour de lui. Il y avait des sièges en cuir comme dans toutes les limousines et même un mini bar. En tout cas on pouvait dire que c’était une grande limousine qui pourrait accueillir plusieurs personnes. Le jeune homme avait déjà été dans une limousine enfin une fois, mais elle était plus petite que celle-ci. La limousine de son souvenir appartenait a Easter…Se souvenir de cette compagnie le fit frissonner. Quand Ikuto entendit la voix de Lawrence, il se tourna vers lui et le regarda avec un mince sourire.


-Si tu veux, j'ai le matériel nécessaire pour nettoyer ton violon et le ranger! Je pourrai te les prêter!

Le neko noir passa une main dans ses cheveux, mais il se rappela bien vite qu’il avait les cheveux coupé. Il laissa donc sa main tomber sur sa cuisse et croisa les bras. Il fit comme réponse un simple haussement d’épaules.

- Je le garde toujours avec moi…Je vais le ranger dans ma chambre…

Enfin il a dit chambre…mais qui ne lui dit pas qu’il aurait droit au petit panier pour les petits minets. Se qui serait vraiment le comble de l’humiliation.


-Surtout... en arrivant, essaie de te cacher derrière Claude, il te protègera de mon beau-père.

Cette fois Ikuto ne put s’empêcher de rire aux éclats. Cela prit quelque minute avant que le chat noir n’arrive enfin à retrouver son sérieux.

- Ne me prend pas pour quelqu’un de faible…Je n’ai pas peur des blessures et encore moins d’en infliger…

C’est a se moment qu’il vit le regard du gamin et s’arrêta soudainement de parler. Lawrence avait vraiment l’air d’avoir peur pour Ikuto. Même si celui-ci était un être qui n’avait pas peur de montrer qui il était vraiment.

-Ne lui répond même pas, ou sinon tu risquerais de te retrouver à l'hôpital.

Ikuto se mordit la lèvre en le regardant intensément. Mais quel genre de parent pouvait frapper un enfant. C’était un être immonde voila quelle genre de parent cette personne était.

- Es-ce qu’il t’a fait mal ? Parce que je peux arranger sa…


Puis Ikuto tourna la tête vers la fenêtre sans rien ajouter. Il regardait le paysage défiler au rythme de la circulation. Peux être arriverait-il a s’habituer a se style de vie enfin pour l’instant il en avait l’impression.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   Lun 20 Juin - 21:42






Passons nos journées sans renouveau...

Suite > Manoir de Lawrence Cloud
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le chat et le gamin ! [Pv: Lawrence Cloud]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fille, le chat et l'oiseau...
» hymne du chat- foin
» l'oeuf chat
» dessin de chat
» un amour de chat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives-
Sauter vers: