Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Lun 25 Avr - 21:53

Dépouillé de son passé et de son présent.
Voilà comment elle s'était retrouvée dans cet endroit qu'il ne lui disait rien de bon. Son ancienne maitresse lui avait préparé son sac, avec les quelques vêtements qui étaient en sa possession et avait amené la jeune hybride dans l'animalerie du grand centre, afin qu'elle trouve au plus vite un nouveau maître. Un vendeur était venu à leur rencontre et avait regardé Sayura comme un maquignon aurait regardé une jument. Il s'était assuré qu'elle était en bonne santé et avait posé des questions, à sa future ex-maîtresse, qui avait fait rougir la jeune féline. Une fois les contrats signés, un homme lui avait prit ses affaires et l'avait emmené devant une cage où il lui avait dit d'entrer.

Cela faisait une semaine déjà qu'elle se réveillait entourés de barreaux, telle une criminelle. Elle ne comprenait pas le besoin qu'avait les humains d'enfermer les nekos dans des cages. Certainement cela venait-il d'un besoin de soumission envers ceux de sa race. Depuis le départ de la boutique de kimonos, elle était devenue un objet de grande consommation. Elle ne comptait plus le nombre de personne qui était passé devant sa cage et lui avait lancé un sourire à faire frémir le plus téméraire de tous les nekos rebelles. Un vrai supplice auquel elle se pliait sans rechigner, elle avait souri gentiment à tous et espérait au plus profond d'elle-même qu'ils passeraient leur chemin sans la choisir.

Les autres, ils y en avaient beaucoup. Certains qui montraient continuellement leur mécontentement et d'autres plus passif, comme elle, qui attendaient qu'enfin un maitre viennent pour les adopter. Adopter ? S'agissait-il vraiment d'une adoption ? Non bien sûre que non ! Il s'agissait d'un achat et rien de plus. Les gens qui venaient ici n'avaient certainement pas dans l'optique d'être au petit soin pour ce qu'ils considéraient être de vulgaire animaux, voir pire des objets dépourvus d'âme. D'ailleurs elle entendait régulièrement les gardiens et les vendeurs s'amusaient dans l'arrière boutique avec quelques spécimens de sa race. Au début elle n'avait pas comprit ce qu'il se passé, puis un jour c'est vers sa cage que se dirigea un gardien. Il regarda la jeune hybride avec un air qu'elle ne sut pas déchiffrer et un sourire malsain. Il l'attrapa par le bras et au moment où il s'apprêtait à la sortir de la cage, un autre gardien avait interpellé son tortionnaire.

"Pas celle-là, elle est encore vierge !"
"Elle vaudra moins cher si tu t'amuses avec elle. Prends en une autre, tu n'as que l'embarra du choix !"


Le rire gras des vendeurs lui avait glacé le sang autant que le regard que lui avait alors jeté le gardien qui la tenait. Depuis elle se tenait le plus loin possible de la porte de sa cage et tentait d'ignorer les cris qui se faisaient parfois entendre dans le magasin.

Une autre journée, encore une. Elle n'avait plus de préjugé sur le genre de maître qui s'occuperait d'elle, enfin si elle trouvait un acheteur. Elle avait cru pendant un moment qu'elle pourrait tomber sur des gens comme ses anciens maîtres, mais avec tout ce qu'elle avait vu dans cette boutique elle en doutait sérieusement. Au moins elle avait appris deux, trois trucs pour contenter les gens un peu trop caractériel.
Un homme passa la porte du magasin. Elle n'en avait jamais vu de comme ça, depuis qu'elle était arrivée dans cette boutique. Il se dégageait de lui une assurance et une aisance qui était propre aux gens de la haute société. Elle se tassa dans le fond de sa cage et regarda de biais ce jeune humain à l'apparence envoutante. Un vendeur ne tarda pas à lui sauter dessus.


Dernière édition par Shugaro Sayura le Sam 30 Avr - 22:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Mar 26 Avr - 20:52

Enfin un matin tranquille, cela fesait trois jours que Ketsunori n'avait pas mit les pieds dans sa demeure. Cette nuit il avait pu la passé au lit à défaut de la passé dehors. Ces derniers jours avaient été chargé, il avait du regler plusieurs affaires, une concernant ses entreprises, une autres ses boîtes et la troisième un réglement de compte qui aurait pu lui coûter la vie. Les journées du jeune homme ne se déroulaient jamais tranquillement, ce qui les empêchers d'être monotone. Dans un sens ça ne déplaisait pas au jeune homme, au moins il avait une vie actifs. Etant l'homme le plus célèbres, le plus influent et le plus effrayant de la ville, il est normal que ses journées n'étaient pas banale. Il vivait néanmoins une vie de rêve, étant donner qu'il était très riches, il avait tous ce qu'il désirait, que ce soit humains ou objet. Sa dernière lubis était d'ailleurs des plus étonnante : il avait envis d'une neko. Oui oui, ces êtres avec des poils que les humains affectionnaient tant. Pourtant Ketsu les détestait, il les trouvait innutil, sans aucun intérer et faible. Alors pourquoi en voulait-il ? Simplement parcequ'il avait envis d'une peluche ces derniers temps, peut être n'était ce qu'un caprice mais ça le changerait de la violence de ses journées.
Il se leva donc de bonne humeur, prêt à faire le malheure d'un de ces hybrides. Il déjeuna léger et s'habilla convenablement. Biensûr juste à regarder Ketsu, on pouvait aisement deviné sa classe social. Il sortit donc de sa demeure pour se rendre en ville, aujourd'hui il avait envis de prendre la moto, ce qu'il fit. Cette dernière était une Kawazaki Ninja, une des plus célèbre moto, chère biensûr mais tellement rapide.

Le trajet fut de courte durée, la demeure de Ketsu ne se situer pas très loins de la ville. Il l'a gara et descendu, une des animaleries se situait à deux pas de où il était. Il s'avança vers celle ci et entre avant de s'arrêté pour contempler l'étendu de cage. Beaucoup d'espèces étaient enfermé ici, c'était réjouissant à voir. Il adorait voir les petits animaux tentaient d'attirer son attention pour sortir de leurs prison. Peine perdu, Ketsu ne choisira que celle qui lui plaira. A peine était il rentré que le gérant de la boutique s'approcha de lui. Ketsu soupira, ce genre de type il connaissait : aucune classe, aucune distinction, stupide bête et méchant, en gros, sans aucun interer.

-Va jouer ailleur toi, je n'ai pas le temps d'écouter ton baratin...

Le jeune homme contourna le gérant stupéfait. Hé oui, Ketsu était du genre directe et il n'avait pas de temps à perdre avec ce genre d'homme ininteressant. Il repéra bien vite sa cible, une petite neko au cheveux blanc, enfermé comme tous les autres dans une cage. Il s'approcha de cette dernière pour la regarda d'un peu plus près, docile ? Rebelle ? Ici on trouvait de tous, il fallait se méfier. Ketsu adaptera son comportement au sien.

-Salut toi, quel est ton nom ?

La neko était bien mignonne, au goût du jeune homme, cela serait dommage de devoir l'abimer. Espéron qu'elle se montre conciliente, Ketsu détestait par dessus tous les rebelles, il était sans cesse obliger de les éduquers à sa manière. Il regarda par dessus son épaules pour regarder le vendeur, celui ci l'observer avec un drôle d'air, apparament il l'avait vexer. Tant pis, c'est pas lui qui allait en pleurer bien au contraire.


Dernière édition par Kestunori Von Dracul le Mar 26 Avr - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Mar 26 Avr - 21:59

Elle observa comment le gérant de la boutique avait appréhendé le jeune homme qui venait d'entrer. De loin elle n'avait pas entendu l'échange qui venait d'avoir lieu entre les deux hommes, mais la surprise s'afficha sur le visage du vendeur et c'est avec un air de stupéfaction totale qu'il le suivit du regard. Elle rit doucement en voyant la rougeur qui s'étalait à présent sur les joues du vendeur et ne remarqua pas que c'était vers sa cage que se dirigeait l'humain.
Il la regarda pendant une fraction de seconde avant de lui demander son nom. Elle rougit furieusement puis articula avec difficulté.

"Je m'appelle Sayura, jeune maître"

Elle avait entendu prononcer quelques fois ce qualificatif, "jeune maître", apparemment cela mettait certaines personnes dans de bonne prédisposition. Elle avait remarqué que cet homme n'était pas comme les autres. Sa façon de s'habiller, bien qu'elle n'était pas ostentatoire, révélait un goût prononcé et une aisance financière certaine. Elle n'avait pas travaillée dans une boutique de kimonos pour rien, elle savait reconnaître, au premier regard, les gens qui portaient des vêtements griffés. Ce genre de personne s'attendait à recevoir un certain traitement, un certain respect de la part de leur semblable, alors de la part des nekos...il fallait qu'elle se montre le plus servile et poli possible. Elle baissa les oreilles en signe de soumission et rougit de plus belle avant d'ajouter doucement.

"Si vous cherchez des informations sur mes compétences, il y a une petite étiquette en haut de ma cage"
"Sinon je répondrais à toutes les questions que vous pourriez avoir, jeune maître"


Elle n'osa pas poser de questions à cet homme et le regarder dans les yeux lui était très difficile. Elle releva néanmoins les yeux pour lui montrer qu'elle connaissait les convenances, mais en contrepartie ses oreilles se firent encore plus basses sur sa tête. De leur volonté propre, on aurait dit qu'elles cherchaient à compenser l'audace de leur propriétaire d'affronter le regard violine de son vis-à-vis. Des yeux pareils on aurait pu s'y perdre, leurs couleurs étaient vraiment magnifiques et Sayura avait toujours adoré le violet. Elle rougit une fois de plus avant de détourner le regard et de dissimuler ses yeux sous sa longue chevelure en inclinant légèrement la tête sur le côté. Elle en profita pour détailler physiquement le jeune homme, mais s'arrêta bien vite pour ne pas le froisser. Elle resta là les oreilles basses et les yeux qui papillonnaient en tous sens pour éviter le regard améthyste braqué sur elle.

On peut lire sur l'étiquette :
Citation :
Nom : Shugaro
Prénom : Sayura
Compétences : Tenir une maison, s'occuper des vêtements de son maître (ancienne employée d'une boutique de Kimono de luxe)
Autres : Très docile, très timide
Particularité : Vierge
Prix : à négocier avec la gérance du magasin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Mer 27 Avr - 13:11

Chose marrante à voir chez la neko : elle rougissait. Et pas qu'un peu en plus, ses joues était parsemé de délicats pigments rouge qui fesait entrer sa timidité dans l'un de ses charmes. Elle lui dit alors qu'elle se prénom Sayura, c'était pas banale comme nom, Ketsu ne l'avait jamais entendu. Le qualificatif qu'elle employa pour le nommer en disait son sur sa personne : "jeune maître". Elle avait appris le respect, elle était donc docile, un neko rebelle l'aurait envoyer pètre. Bon c'était déjà ça, il n'allait pas avoir à se montrer méchant ou sadique pour la faire sortir de sa cage.
Ketsu observa l'hybride dans tous les détails, dommage qu'elle portait ses vêtements, ça lui aurait permis d'en savoir un peu plus. La petite neko baissa les oreilles et signala au jeune homme qu'il y avait une petite étiquettes sur sa cage avec tous les renseignements fournis. Elle rajouta ensuite que si il avait une quelconque question, il pouvait la lui poser, comme si il allait se gêné. Cette neko était vraiment très bien élèvé, elle connaissait les bonnes manières et ne rechignerait sûrment pas à obéir aux ordres du jeune homme. Il observa donc l'étiquette qui lui donner ces indications.

Citation :
Nom : Shugaro
Prénom : Sayura
Compétences : Tenir une maison, s'occuper des vêtements de son maître (ancienne employée d'une boutique de Kimono de luxe)
Autres : Très docile, très timide
Particularité : Vierge
Prix : à négocier avec la gérance du magasin

Nom et prénom ne l'interesser pas plus que ça, par contre les compétences étaient interessante. Ainsi il comprenait le comportement exemplaire de l'animal, travailler dans une boutique de luxe demande certaines exigence dont la politesse et le respect. Chose qu'évidemment la neko avait, tant mieux, il n'aura pas à faire son éducation.
Ensuite, docile et timide, ça il l'avait remarquer, Ketsu à la capacité de juger les gens d'un simple regard. Ce qu'il avait fait dès sa rencontre avec la petite neko.
La particularité était plus qu'interessante : vierge. Tous le monde le savait, Ketsu adorait la chaire fraiche, encore mieux quand personne n'avait posé les pattes dessus. Il souria, ce genre de sourire qui vous glace le sang dès que vous l'apercevait. Oui, décidement cette neko lui plaisait et lui correspondait parfaitement, elle savait estimer le jeune homme à sa juste valeur. Il tourna un peu autour de la cage avant de s'immobilisé juste devant elle, les courbes de son corps étaient appétissante et elle semblait bien faite, c'était parfait. Il lui souria.

"Je n'ai pour le moment aucune question. Tu me plais, je vais donc te prendre, mais je te préviens ne t'attend pas à vivre le paradis à mes côtés, bien au contraire..."

Il est vrai que sa vie n'allait pas être des plus simple avec un tyran comme Ketsu, il rabaissait constamment les gens, se moquait du monde, jouait les sadiques et les pervers avec tous ce qui l'interesser. La pauvre petite neko allait en voir de toute les couleurs, enfin ça c'était son rôle d'esclave. Il lui décrocha un joli sourire avant d'aller voir le vendeur qui le jugea d'un air mauvais du regard, rancuinier apparament. Il lui souria amicalement comme si il ne s'était rien passé auparavent et lui demanda poliment.

"Combiens pour l'animal là bas ?"

Il désigna Sayura d'un signe de tête, quelque soit la somme demander, il avait assez alors ce n'était pas vraiment un soucis pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Mer 27 Avr - 16:11

Spoiler:
 

Sayura regarda le jeune homme se rapprochait pour lire l'étiquette qu'elle n'avait jamais pu lire. Pourtant, on parlait d'elle sur ce morceau de papier, mais il faut croire qu'elle n'avait pas voix au chapitre. L'homme n'émettait aucun son et elle ne put donc pas définir si ce qui y était marqué lui plaisait ou non. Il se recula soudainement et elle aperçut un sourire de dément affiché sur le visage pourtant si délicat de l'humain. Ses yeux s'ouvrir en grand et elle baissa la tête pour masquer sa surprise. Il commença à tourner autour de la cage et elle n'osa pas bouger un cil de peur qu'il n'affiche, à nouveaux, cet air qu'on aurait pu qualifier de désaxé.
Elle entendit qu'il lui parlait et elle se concentra sur sa voix pour reprendre pied, son sang battait tellement à ses oreilles que c'était à peine si les mots qu'il prononçait était clair. Elle en comprit cependant l'essentiel. Il la voulait comme neko, elle lui plaisait et il lui dit sans ambages qu'elle allait en baver. Pour un peu elle se serait mise à pleurer, mais elle avait de l'éducation et elle releva bravement les yeux sur le jeune humain. On pouvait lire le désespoir sur ces traits, mais ses yeux restèrent sec et elle esquissa même un sourire, quoi que ce dernier fut totalement dépourvu de chaleur. Incapable d'articuler correctement un seul mot elle se contenta de hocher la tête et de garder les yeux fixaient à ceux de son futur propriétaire pour lui montrer qu'elle n'était pas du genre poltronne. Elle le regarda s'éloigner en direction du vendeur et ne fit pas attention à la discussion qui commença entre les deux hommes.

____________________________________________

Le vendeur regarda approcher le jeune impudent qui avait eu l'audace de l'envoyer promener en entrant dans la boutique. Celui-la, il allait lui en faire baver, on ne se moquait pas impunément de Toya-sama. Il lui réserva un regard mauvais et sourit intérieurement à ce qu'il prévoyait.

"Bonjour, vous avez finalement besoin de mes services à ce que je vois !"

Il regarda l'animal qu'indiquait le jeune homme et son regard s'alluma. Le bestiole qu'il avait choisi n'était pas vraiment une bête de concours, elle n'avait aucune compétence utile à un jeune homme en pleine possession de ses moyens. Vierge, il est vrai que certain adoré ça, mais franchement lui n'en voyait pas l'utilité. Peut-être que ce jeune parvenu était un novice dans le genre et qu'il ne voulait pas se faire humilier dans ce domaine face à un hybride compètent. Un rire de gorge lui échappa et son visage affichait clairement une expression moqueuse.

"Hum cet animal-ci vous intéresse. Vous savez, dans le même genre nous avons beaucoup mieux."
"Prenez celle-ci par exemple" dit-il en pointant le doigt vers une neko, au regard éteint et à la nudité dévoilée, qui s'était pelotonnée au fond de sa cage.
"Quelques-uns de mes hommes et moi-même avons eu le temps de la dresser correctement et elle sait y faire croyez-moi !!"
"Cependant, si vous êtes novice dans ce domaine c'est sûr qu'il vaut mieux de pas vous y risquer."


Il rit de bon cœur et posa un regard hostile sur son interlocuteur. Ça lui apprendrait à se comporter avec le respect dû à ses ainés.

*Gamin va !!*
*Il va rougir comme une jouvencelle et partir la queue entre les pattes, tellement prévisible*
*Juste parce qu'il est un gamin plein au as, il se croit tout permis et il ose me rabaisser dans ma propre boutique en plus !! Tsss*


"Enfin, j'imagine qu'après tout cela doit vous convenir un petit être docile et inexpérimenté comme la boule de poil blanche peut l'être."
"Mais méfiez vous, certain de mes hommes se sont peut-être amusés avec elle. Je ne suis pas là tout le temps, j'ai d'autre affaire qui m'appelle ailleurs asses régulièrement."


Sur ceux, il se rapprocha du comptoir pour prendre le livre de compte ou toutes les sommes dépensées pour chaque nekos étaient notées et il calcula rapidement la valeur de la peluche qu'avait désigné le jeune homme si sûr de lui. Il lui tendit la note avec un air supérieur. Les gens comme ça lui donnait des boutons, mais par chance il n'en croisait pas souvent. Il préférait de loin les transactions qui avaient lieux dans d'autre sphère et dans des endroits plus douteux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Mer 27 Avr - 22:21

La petite neko semblait craindre le jeune homme lorsque celui ci la regarda, sûrement avait-elle du voir le sourire particulier qu'il avait afficher lors de la lecture de la petite fiche. Au moins elle ne tremblait pas et soutenait le regard du jeune homme, parfait, tous ce qu'il attendait d'une neko. Inspirer la crainte était un vrai plaisir pour Ketsu, cela aurait dommage qu'elle ne prenne pas une légère appréhension à l'idée d'être adopté par le démon.
Ketsu s'approcha donc du gérant, celui ci l'acceuilla avec ce genre de regard qu'il connaissait bien, un regard qui en disait long sur les pensées du gérant.

"Bonjour, vous avez finalement besoin de mes services à ce que je vois !"

"Bravo, vous comprenez vite..."

C'était plus fort que lui, il ne pouvait pas s'empêcher de se moquer du gros gérant, il avait une tête à ça. De plus Ketsu était le roi de l'ironie, autant dire que ça pouvait devenir vite agaçant.
Losque Ketsu lui montra l'hybride par lequel il était interesser, il cru entendre sortir de la bouche du gérant un petit rire qui complèter parfaitement son sourire moqueur. C'était quoi son problème à lui ? Il cherchait à se vanger, c'est ça ? C'était totalement pitoyable.

"Hum cet animal-ci vous intéresse. Vous savez, dans le même genre nous avons beaucoup mieux."
"Prenez celle-ci par exemple"

Le gérant désigna une jeune neko enfermé dans une cage et ne possédant sur elle que la tenue d'Eve. Elle était blotti dans le fond de sa cage, apparament apeuré. Ca n'ému pas plus que ça Ketsu qui en avait vu d'autres.

"Quelques-uns de mes hommes et moi-même avons eu le temps de la dresser correctement et elle sait y faire croyez-moi !!""Cependant, si vous êtes novice dans ce domaine c'est sûr qu'il vaut mieux de pas vous y risquer."


Novice ? Ketsu ? La bonne blague, depuis ses 15 ans il couchait à droite à gauche, il savait donc y faire. Il avait toutes filles et les garçons qu'il voulait, il tenait même de nombreuses boites de strip-tease. Ce gérant commençait à l'agaçer sérieusement mais le jeune homme ne releva pas la remarque. Il avait encore une infime chance de s'en sortir.

"Enfin, j'imagine qu'après tout cela doit vous convenir un petit être docile et inexpérimenté comme la boule de poil blanche peut l'être."
"Mais méfiez vous, certain de mes hommes se sont peut-être amusés avec elle. Je ne suis pas là tout le temps, j'ai d'autre affaire qui m'appelle ailleurs asses régulièrement."

Là il allait trop loin, ses sarcasmes et multiples provocation blesser la fièreté du jeune homme. Il suivit le gérant du regard, celui ci alla chercher le carnet de note pour lui rapporter avec un air... un air que Ketsu détestait, le seul être supérieur dans cette pièce c'était lui. Méprisant le vendeur du regard, il attrapa vivement le carnet pour l'envoyer valser plus loins. Après ça, Ketsu empoigna le gérant pas le col et le plaqua contre le mur avec un regard de sadique, il allait amèrement regretter ses paroles. Il sortit alors une dague de sa poche et la planta dans la main du gérant, le clouant ainsi au mur, il se recula alors d'un pas et rigola cruellement en le regardant avant de siffler méchamment entre ses dents.

"Ecoute gros lards, tu ignores à qui tu t'es frotter, il ne faut pas jouer dans la cours des grands. A cause de ta grande gueule, tes jours te sont à présent compter..."
Oui oui, c'était bien des menac
es....des menaces de mort. Jamais personne ne devait parler ainsi au grand Ketsunori Von Dracul, et encore là il se montrait gentil. Habituellement il prenait part à de longues séances de torture pour punir ceux qui le mérité à ses yeux. Le gérant en avait trop dit, il aurait mieux fait de la fermer et laisser couler.

" Et pour ta gouverne espèce de porc, moi j'en suis pas réduit à violer des animaux enfermé dans des cages. Moi je connais la luxure mieux que quiconque et je me suis déjà taper les plus belles femmes de la ville !" Il souria méchamment en le regardant de haut en bas. "Regarde toi un peu, qui séduirais tu avec une tronche pareil à part des hybrides sans défense et aveugle?"

Sur ces mots il envoya un violent coup de pied dans les parties intimes du gérant. Voilà une bonne chose de faite, Ketsu ne s'abaissait pas à tuer lui même ce genre d'individu, il préferait en payer pour faire le sale boulot à sa place. Il reprit un air sérieux, lançant froidement une dernière phrase à l'imbécile qui l'avait provoquer.

"Je suis navré de vous annoncez cher ami que votre buisnesse est fini, dès demain, votres boutique sera fermer et vous vous retrouverez à la rue. Pour compenser le manque de respect que vous avez eu à mon égars, je me permets de prendre gratuitement la neko que je désires."

Sur ces mots, il fit la réverence avant de s'emparer des clées et retourner dans la petite boutique, au près de son nouveau joujou. Comment avait-il oser critiquer les goûts de Ketsu, cette neko était plus que jolie, qu'elle soit vierge ou non ça l'importer peu, mais c'était plus amusant qu'elle le soit. Il lui ouvrit la cage pour la laisser sortire.

"Aller hop, je t'embarques ma mignonne, je suis désormer ton nouveau maître."

Il lui souria d'une façon qui se voulait rassurante même si elle ne l'était pas. La pauvre petite, si seulement elle savait sur quoi elle était tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Jeu 28 Avr - 0:02

Spoiler:
 

Ce gamin voulait faire du zèle grand bien lui fasse. Si seulement il pouvait se retrouver dans l'une des ruelles sombres où il avait l'habitude de régler certaines transactions. Enfin encore un peu et il serait dehors avec son précieux jouet immaculé. Il fallait avouer que le jeune homme avait plutôt bien encaissé les premières piques du gérant, mais son atteinte à son manque de virilité l'avait mené à coup sûr proche du gouffre. Il n'avait pas remarqué les signes annonciateur du courroux de son client. C'est ainsi que sans se doutait de ce qu'il l'attendait, il s'était retourné pour saisir le carnet de compte et avait tendu la note avec cet air triomphant de supériorité qui avait rompu la dernière digue de retenue que possédait le jeune homme.
Le carnet était allé s'écraser sous un meuble et c'est dans une incompréhension totale de la situation et avec un regard complètement halluciné, qu'il plongea ses yeux dans ceux du garçon qui l'avait plaqué contre le mur.

"Que...quoi...mais..."

Son début incohérent de phrase se perdit dans les méandres de ses réflexions. Deux choses se produisirent simultanément.
De Un, le regard violine de son vis-a-vis ne lui était pas complètement étranger. Il était quasi persuadé d'avoir déjà croisé ce regard en d'autres circonstances, mais l'information se dérobait à lui.
De Deux, il vit du coin de l'œil un éclat d'acier. L'instant d'après sa compréhension se fit dans un cri étranglait, il regarda sa main agrafée au mur par une dague finement ouvragée.
Les yeux de Toya se dilatèrent de surprise et il reporta son attention sur le gamin qui venait de lui infliger cette souffrance autant moral que physique.
Le gamin commença alors à débiter tout un tas d'inepties.

*Il ne fallait pas se frotter à lui, ses jours étaient comptés. Ben voyons !!*
*Fufuf des menaces !! C'est ça mon beau, cause toujours. Mais c'est toi qui va te retrouver dans de sales draps si tu ne déguerpis pas au plus vite d'ici !!*
*Moi, violer des animaux. Pfff de toute façon ils ne sont bon qu'à ça !!*


Le coup dans ses parties intimes lui fit pousser un grognement sonore et un juron à l'attention de ce gamin prétentieux, qui, à l'heure actuel, l'humiliait.
La mention des plus belles femmes de la ville le fit réfléchir quelques secondes. Après tout cela ne coutait pas bien cher à dire, mais rien ne prouvait ses dires. Il partit d'un grand rire moqueur qui se transforma en un geignement quand il comprit enfin où il avait déjà aperçu ce regard hautain. Non cela ne pouvait pas être possible, celui auquel il pensait détestait les hybrides.
La fin des menaces se perdirent dans l'ouragan qui faisait rage dans la caboche du gérant. Il avait pâlit d'une façon plus que spectaculaire et ses yeux paraissaient fou. Il tenta d'articuler le nom de la personne à laquelle il pensait et préféra se taire de peur t'attisait encore plus la fureur du jeune homme. Il regarda ce dernier prendre les clefs et se diriger vers la cage de la neko qu'il était censé acheter. On pouvait lire dans les expressions du gérant une compréhension tardive des évènements et, non pas des regrets, mais de la colère. Il ce fit tout petit et se maudit intérieurement de ce qu'il avait déclenché.

___________________________________________

Sayura fut ramenée à la réalité par les cris des badauds dans la boutique. Un client était en train de vociférer des menaces à l'encontre d'un vendeur. Elle n'avait même pas besoin de regarder pour savoir de qui il s'agissait. La voix suave et enjôleuse qui lui avait parlé, voilà quelques instants, faisait entendre de nouvelles sonorités. Elle regarda tout de même la scène qui s'offrait à elle et déglutit en voyant comment son futur propriétaire gérait la situation. Au moins elle savait, un tant soit peu, à quoi s'attendre à partir de maintenant et elle ferait tout son possible pour ne jamais à avoir à subir les foudres de ce fou à la gueule d'ange qu'était cet humain. Elle le regarda embrocher la main du vendeur, avec cette aisance, cette facilité qui lui murmurait que ce n'était pas la première fois et, elle le redoutait, pas la dernière.
Vraiment elle n'avait pas de chance, de tous les gens, peu recommandables, qu'elle aurait pu avoir comme maître c'était celui qui était le plus effrayant qui s'était décidé à l'acquérir.

Des pas la tirèrent de sa réflexion et ses yeux tombèrent sur son maître présumé, il avait les clefs à la main et trifouillait la serrure. Son cœur s'accéléra de même que sa respiration, elle n'avait plus le choix elle devait le suivre et se plier à ses convenances. Elle sortit de la cage avec une légère réticence pourtant bien visible.
Elle se mit en retrait de son maître, un esclave ça marche quelques pas derrière non ? Son geste pourrait être pris comme de la peur, alors elle décida de lever les yeux vers ceux du jeune homme et de lui sourire, un sourire crispé, certes, mais c'était déjà ça.
Sa mignonne ? Elle rougit, fidèle à sa timidité et à cette fâcheuse habitude qui attisait, elle ne savait trop pourquoi, l'intérêt des hommes.
Le sourire de son maître lui fait l'effet d'une douche froide et elle sentit un frisson glaçé remonter le long de son échine. Elle garda cependant son calme et la maitrise de sa voix pour répondre dans un murmure.

"Je vous suis jeune maître"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Jeu 28 Avr - 15:16

Apparament la petite neko avait assister à la triste scène qui venait d'avoir lieu entre le gérant et lui. Ce qui lui fesait dire ça ? Simplement la réticence dissimuler de la petite neko pour sortir de la cage. Et oui, Ketsu était comme ça : effrayant. Il aimait inspirer la crainte tous comme torturer aussi bien la gente humaine que neko, tous le monde y avait droit. Ce vendeur avait eu de la chance, le jeune homme n'avait pas de temps à perdre avec un personnel aussi futile que ça. Il souria en lisant la crainte dissimuler dans les yeux de sa neko, celle ci se mit d'ailleurs en retrait derrière lui, signe de respect ou de peur ? Aucune idée mais ça lui plaisait, il était supérieur et il se devait de lui montrer. Maintenant qu'elle savait ce qui l'attendait, il n'avait pas besoin de cacher sa cruauté et sa fourberie.

"Je vous suis jeune maître"

Encore heureux qu'elle le suivait, manquerait plus qu'elle tente de fuire. Elle ne savait sans doute pas ce qui attendait les fuyardes. Ketsu était affreusement possessif, ce qui est à lui le restera définitivement, alors si elle désirait lui faire faux bon, il était de son devoir de s'assurer que personne d'autre ne l'aurait. Il s'approcha de la petite neko pour lui murmurer d'une voix jubilante à l'oreille.

"Aurais tu peur petit animal ?"

C'était évident, mais Ketsu en demander plus, il voulait entendre la crainte dans sa jolie petite voix excitante. Comme je vous l'ai déjà répéter, cet homme est un sadique doubler d'un affreux et impitoyable pervers, la pauvre petite neko n'était pas sortie de l'auberge. Sûrement passerait elle dans le lit du jeune homme, voir même ailleurs si une subite pultion sexuelle le prenait, elle avait interer à ne pas être une petite âme choquée. Ketsu s'approcha d'un rayon ou diverse accessoires pour animaux se trouvaient, il s'empara d'un collier et alla le passer autour du cou délicat de sa charmente compagne. Et oui, port du collier obligatoire en signe de soumission, offert avec la laisse, bien évidemment. Il montrait ainsi qu'il ne sera pas des plus gentil avec elle, qu'elle devrait se plier à ses exigences sans broncher si elle ne voulait pas finir agonisante. Biensûr il y aura aussi des avantages à vivre avec le jeune homme, des avantages qu'elle découvrira au fur et à mesure.
Il caressa doucement la joue de la jolie demoiselle et se dirigea vers la porte de sortie, jetant un dernier regard hautain et méprisant accompagné d'un sourire satisfait au gérant.

"Ravis d'avoir fait affaire avec vous chère ami, adieu"

Il ria moqueusement comme un son habitude avant de pousser la porte de l'animalerie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Jeu 28 Avr - 17:03

"Aurais tu peur petit animal ?"

Le souffle du jeune homme sur son oreille lui avait chamboulé le coeur. Décidément aujourd'hui il avait rattrapé la course folle de sa vie, qui avait connu un bref arrêt dans cette boutique. Mais pas pour les raisons habituelles, n'est-ce pas agréable de se faire souffler dans l'oreille par un adonis pareil ? Oui, mais quand cet adonis en question montre autant de cruauté que de beauté, la chose est-elle toujours excitante ou devient-elle effrayante ?
Avait-elle peur ? Oui totalement. ! Mais elle ne pouvait décemment pas proposer une réponse comme celle-ci. Elle était quasi persuadé que l'aveu, en soit, serait un signe de faiblesse pour son nouveau maître et qu'elle le paierait chèrement.
Elle essaya de passer outre l'impression d'être une petite souris prisonnière des griffes acérés d'un très gros chat particulièrement pervers et respira profondément. Son cœur continuait à battre à tout rompre et son souffle était toujours irrégulier, elle se dit que si elle tentait de parler sa voix n'allait pas manquer de trembler et ça la fit frémir d'horreur. Sa queue s'enroula autour de sa cuisse comme pour se protéger et ses oreilles se couchèrent sur sa tête jusqu'à presque disparaitre dans ses cheveux.

"Le jeune maître est très intimidant, mais il est aussi beau qu'il peut être effrayant."

Elle rougit d'avoir osé dire ce qu'elle pensait au plus profond d'elle-même et n'osa pas relever les yeux vers son maître de peur d'y lire plus que de la désapprobation. Elle resta plantait là, mal à l'aise au possible, avec comme un écho de la phrase qu'elle venait de prononcer qui se répercutait dans son esprit.
Il était beau, ça oui ! Avait-elle le droit de le lui dire ? Aucune idée !

Elle commença à réfléchir vraiment à ce qu'il était en train de lui arriver. Elle venait de se faire adopter, il allait falloir qu'elle sorte de cette boutique et, une fois fait, elle se retrouverait seule avec cet homme, chez lui, sans personne pour lui venir en aide.
Elle releva brusquement la tête pour planter son regard dans les yeux améthyste qui l'observaient. Un vide venait de se créer là, quelque part, dans le yeux onyx de la jeune neko. Comme on souffle sur une bougie, quelque chose s'était éteint.
Elle se résonna bien vite et arrêta le flot de ses pensées qui l'emmenaient toujours plus loin dans le cauchemar, jusqu'à maintenant elle n'avait eu que de douces illusions. Ici ou ailleurs ne changeait rien à l'affaire et de toute façon personne n'aurait levé le petit doigt pour venir en aide à une neko.

Le jeune homme se déplaça et Sayura suivit le mouvement. Des accessoires pour animaux, elle retint, in-extremis, un feulement d'indignation. Elle regarda l'humain décrocher une laisse assorti à un collier et s'approchait d'elle, avec l'intention de le lui passer au cou. Elle rougit [et oui encore] et renversa docilement la tête en arrière pour faciliter les mouvements de son maitre. À quoi bon lutter ? Elle finirait bien par s'y habituer, puis elle ne serait pas la première à porter ce genre de signe de soumission.
Une main douce vint caresser la joue de la jeune hybride et elle ferma les yeux de contentement. Comme une main pareille pouvait être aussi dure et aussi douce ? Mystère, un de plus pour cet humain si étrange. Un ronronnement s'échappa de sa gorge, à sa grande honte, et elle pencha légèrement la tête pour que la caresse se fasse plus prononçait.

La caresse s'arrêta et le ronronnement avec lui, l'humain se dirigeait vers la sortie et c'est avec un soulagement mêlé de frayeur qu'elle se mit à trottiner derrière son maître. Une fois dehors elle regarda la moto sur laquelle ce dernier avait prit place et profita de ce court instant pour le détailler physiquement. Apparemment son visage n'était pas le seul à être parfait, son corps avait des proportions avantageuses et sa finesse cachait bien la force qui pouvait y résider. Elle sourit légèrement, au moins il était bien fait de sa personne sous tous les angles. Un esprit fou dans un corps sain, parfait, on n'était pas loin du dicton.

"Maître, pardonnez mon audace, mais aurais-je l'honneur d'entendre votre nom ?"

Ça ne lui venait que maintenant ! Il lui avait fait une telle impression qu'elle en avait oublié l'essentiel.


Dernière édition par Shugaro Sayura le Ven 29 Avr - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Ven 29 Avr - 8:54

"Le jeune maître est très intimidant, mais il est aussi beau qu'il peut être effrayant."
A cette réponse vous imaginez bien le contentement du maître, c'était plus qu'un compliment pour lui. Ketsu était naturelement intimidant et beau, il fallait qu'il l'avous lui même, il n'allait pas se voiler la face. Quand au fait qu'il soit effrayant c'était uniquement lorsqu'il fesait tomber les masques. N'imaginez pas que devant un éventuel client pour ses affaires où encore une cible qu'il a répéré il se montrait aussi sadique et cruel, bien au contraire, il amadouait tous ce qu'il désirait. La petite neko allait vivre avec lui alors autant ne pas lui cacher la vérité, c'était bien plus amusant quand elle savait ce qui l'attendait. La voix douce de la petite neko était, comme il l'avait espèré, un peu craintive, en tous cas elle cachait bien ses émotions la jolie créature, bien qu'elle avait oreilles baissé et queue en retrait, elle avoua simplement à son maître qu'il était intimidant. Elle devait plus être morte de peur qu'autre chose, sa se lisait dans ses yeux à présent éteint.
Un autre bon point, la petite bête n'avait pas rechigné à porter le collier, sûr que ce n'était l'un des accessoires les plus valorisant mais elle l'avait tous de même mis. Au final cette jeune fille ressemblait beaucoup à un chat, pas étonnant vu que c'était une neko ! Non mais ce que je veux dire par la c'est qu'elle a des reactions guider par ses instincts. Comme par exemple Ketsu l'avait entendu ronronner lorsqu'il s'était mis à lui caresser la joue, signe qu'elle appréciait celà. Et il était persuader qu'il y avait pleins d'autre chose qui l'a ramener vers son instinct animal.
Une fois dehors le temps était des plus clement, après avoir grimper sur sa moto, la petite neko s'adressa à lui.

"Maître, pardonnez mon audace, mais aurais-je l'honneur d'entendre votre nom ?"

Une question ? Bah pourquoi pas après tous ?

"Je te pardonnes, et bien que tu n'auras pas l'occasion de le prononcé souvant je te le donnes tous de même : Ketsunori Von Dracul."

Généralement, ce nom était très connu, aussi bien parceque son père l'a porter mais aussi car aujourd'hui il était l'héritier d'une des plus grandes affaires de la ville, et qu'en plus de ça elle prospérait magnifiquement bien. De plus, il était un des grands hommes de la rue, trafiques, contrebande et tous ce qui s'en suivait. Du moins, ça c'était une autre affaire. Ketsu était connu pour être un homme ambitieux, borné et optimiste, du moins, c'est comme ça que les personnes qui ne le connaissaient pas très bien le voyait, si seulement ils savaient...
Bref, il tourna son regard vers sa délicieuse créature.

"Dit moi, tu veux visité ta nouvelle maison ou d'abors faire une balade ?"

Autant lui demander, qu'elle profite de ses derniers instants de liberté avant d'être enfermé dans une nouvelle prison bien plus luxieuse. Elle ne devrais logiquement pas se plaindre de sa nouvelle demeure. Il l'invita à prendre place derrière lui en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Ven 29 Avr - 11:05

Les affirmations de la jeune hybride n'avaient pas éveillé une quelconque brutalité chez le jeune humain. Même sa question légèrement déplacée, quoi que légitime, avait trouvé sa réponse. Ketsunori Von Dracul, il lui sembla avoir déjà entendu ce nom, mais elle n'était pas sûre. Son ancienne maîtresse l'avait peut-être prononcé une ou deux fois, ou alors à la télé, qu'elle regardait de temps en temps. Elle arrêta son débat intérieure, de toute façon il ne s'attendait pas à ce qu'une simple neko se mêle des affaires des humains pour connaître son nom ? Enfin elle l'espérait.

Elle fit un signe de tête en remerciement à la réponse qu'elle avait obtenue et à l'invitation de s'asseoir. Elle détailla la moto où elle devait s'installer. Un engin taillé pour la vitesse à n'en pas douter, mais comment on faisait pour rester dessus sans tomber, où devait-elle s'accrocher ? Elle jeta un regard perplexe à son propriétaire en espérant que celui-ci comprenne son embarras. Elle se décida à grimper sur la moto, jeta un regard derrière elle pour voir si une barre lui permettait de se tenir, il n'y en avait pas.
Rougissant comme un phare, elle passa, le plus lentement et le plus délicatement possible, ses bras autour de la taille du jeune homme. Ah, là elle n'y pouvait rien, s'il voulait la garder entière et ne pas la planter en route il devait bien s'attendre à ce qu'elle se tienne à lui.

"Je suis désolé" murmura-t-elle contre l'épaule du conducteur

Cette position était incroyablement inconfortable ! À califourchon sur la selle et collé à son maître. Elle était persuadée qu'il pouvait sentir son cœur faire des bonds contres ses cotes. Il prendrait cela comme un signe de...de quoi d'ailleurs ? Elle s'en fichait il y verrait, dans tous les cas, ce qu'il vouait y voir et elle, elle languissait que ce supplice soit fini.
Où elle voulait aller ? N'importe où pourvu que cela soit rapide. Elle eut la pensée fulgurante de son sac, contenant toutes ses affaires, encore dans la boutique. Elle se recula et se tourna vers l'échoppe comme si elle voulait y retourner.

"Maître nous allons où vous le désirait, mais puis-je aller chercher mes affaires. Nous sommes partis bien vite et j'ai oublié de prendre mon sac." Elle réfléchit deux secondes avant d'ajouter.
"Veuillez oublier ce que je viens de dire, ce n'est pas grave."

Le jeune humain s'était radoucit pendant un moment et elle avait légèrement oublié à qui elle avait affaire. Son sac, toutes ses possessions ne valaient rien en comparaison de ce qu'il pouvait lui faire pour l'effronterie dont elle faisait preuve. Elle voulait se justifier, c'était pour lui rendre service qu'elle disait ça. Elle n'allait quand même pas se balader toute nu dans la maison ? Quoiqu'il valait certainement mieux ne pas faire cette suggestion devant cet humain.

"C'est juste que je ne voudrais pas me retrouver sans vêtements une fois chez vous maître. Et mon ancienne maîtresse m'avait fait un cadeau de départ."
"Je suis désolé de vous poser autant de problèmes et de me montrer aussi impertinente."


Sa voix tremblait plus que de raison, vraiment elle aurait du tenir sa langue. Elle avait l'habitude pourtant d'acquiescer sans en placer une. Pourquoi maintenant et surtout avec un humain dans son genre elle prenait des libertés ? Sa sorti de cage l'avait certainement grisé.
Honteuse ? Mal à l'aise ? Non ! Bien plus que cela !
Elle regarda les yeux violine de son maître, tellement facile de tomber dans ce simulacre de bienveillance. Cela allait être dur pour elle de se rappeler à tous moments qu'il pouvait...non, qu'il était en réalité un détraqué avec un visage d'ange.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Sam 30 Avr - 17:30

Ketsu avait cru attendre une éternitée avant que la petite créature daigne à monter sur la moto, avait-elle peur de ces engins à grande vitesse ? Enfin elle s'installa derrière lui, encore une fois il du attendre un bout de temps avant que la neko comprenne que c'était à lui qu'elle devait s'aggriper. Il souria en écoutant les excuses de la petite féline, ridicule, pourquoi s'excuser pour si peu ? Enfin, c'était une sous race, il ne pouvait pas comprendre.

Il sentit le coeur de la petite neko collait à lui raisonner dans sa cage thoracique, il devait battre vraiment fort. Il espèrait qu'elle ne claquerait pas sur sa moto, ça fesait plutôt mauvais genre. Enfin bon, enfin il était prêt à partir lorsque la petite neko le lâcha, mais elle foutait quoi encore ? La voilà qui venait de se rappeller qu'elle avait oublier ses affaires dans l'animalerie. Ketsu soupira, mais qu'elle tête en l'air celle là, elle pouvait pas un peu faire gaffe, en tous cas il n'y retournerait pas juste pour deux trois babioles, elle se demerderait. En plus de ça elle allait les retarder. Et puis après une courte pose elle continua son baratin, il ne supportait pas ça les justifications, elle n'aurait pas du l'ouvire point. Et puis qu'elle se balade nue dans le manoir ne le gêné pas plus que ça bien au contraire, ça ne pouvait qu'être amusant et plus simple si jamais une subite envis lui venait. Il l'entendis ensuite bafouiller des truc sans queue ni tête, comme quoi elle aimerait récupérer ses affaires parceque il avait un cadeau de son ancienne maîtresse dedant et tous le baratin qui s'en suivait. Bordel mais on s'en foutait de ça aussi ! Elle commençait à lui casser les oreilles, le passé c'est le passé, à présent elle est avec lui, point. Ketsu était possessif et le fait qu'elle pense encore à son ancienne maîtresse en sa présence l'agaçer au plus haut point. Impertinante ? Ca oui elle l'était ! Et elle avait interer à se modérer si elle ne voulait pas subir le courroux de son maître qui pouvait d'emporter à n'importe quel moment.
Y'a un seul truc qui plaisait au jeune homme : sa voix, elle était devenu tremblante, peu sur d'elle, en claire, elle avait peur. Quel délice, le jeune homme savourait chaque mots qui sortait de la bouche de l'hybride, il aimait bien se sentir supérieur et crains, là c'était le cas. Ketsu tourna un regard mauvais vers elle accompagnait d'un petit sourire cruel.

"Ecoute moi bien minette, si jamais tu retournes dans cette animalerie, tu y restes ! C'est clair j'espères ?"

Il ricana avant de mettre en route le moteur la moto. Bon, il avait décider de passer au magasin avant, parler de vêtements lui avait donner des idées bien tordues. Comme la neko se pliait à ses volontées, elle sera obliger de porter ce qu'il lui dit de portait. Il avait déjà plusieurs models dans la tête et il connaissait un magasin adapter pour ce genre de costumes.

"Bien, nous allons faires les magasins pour te racheter de quoi t'habiller, tu es contente ?"
Elle avait bien de la chance que Ketsu ne décida pas de la punir, il lui avait juste donner un petit avertissement. Il espèrait que la neko n'oubliait pas de se tenir, il démarra la moto en trombe, se rendant vers le lieux désirer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   Sam 30 Avr - 22:23

La suite ici
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une lente agonie [PV Kestunori Von Dracul] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - Fiches finies-
Sauter vers: