Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Coquillages et crustacés... L'horreur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Coquillages et crustacés... L'horreur.   Mer 8 Juin - 20:34

Le soleil venait tout juste de se coucher, il faisait déjà frisquet. J'en profitais pour sortir de chez moi, rien de plus plaisant que de voir ce ciel orangé. Il ne me fallut même pas dix minutes pour me retrouver face à cet océan infini. Les bras croisés, je scrutais silencieusement les environs avant de reprendre la marche. Je vins même jusqu’à retirer mes tongs afin de ne pas davantage les salir avec le sable mouillés. De faibles sons se faufilaient de mes lèvres, des petits fredonnements; du Justin Bieber... Non je plaisante, c’était juste un air de Pachelbel. Enfin soit, il n'y avait plus personne ! C’était... Le pied. L'envie de me poser me venu à l'esprit mais... Je n'aimais pas ou plutôt, je ne voulais pas me salir avec le sable. A noter : Je hais le sable. Je refis demi tour, me précipitant presque chez le marchand de conneries afin de me procurer un matelas gonflable, du moins une chose qui y ressemblait. Je repartis aussitôt, matelas en mains. Sans oublier que je devais encore le gonfler... Quelle joie, moi qui suis asthmatique. Je jetai un furtif coup d'oeil autour de moi, histoire de bien m'isoler du reste du monde. J’étais finalement à une quinzaine de mètres de l'eau, espérant tout de même qu'il n'y aurait pas de marée haute. J'apportais l'embout en plastique de la bouée et... Je me mis à souffler tout en faisant bien attention ca ne pas la laisser traîner sur le sable. Ce n'etait pas amusant, alors ca pas du tout... Mais pas vraiment le choix, enfin...

Ça me pompe l'air...

Je n'avais pas... Je n'avais plus la patience, j’étais d'ailleurs déjà en manque de souffle. Et ce, sans ventoline sur moi... La joie. Je vins pousser un petit grognement d'insatisfaction avant de violemment jeter cette foutue bouée/matelas sur ce foutu sable. Je me retourne, les bras à nouveau croisés et mes yeux vinrent se poser sur l'eau... Ça me calmait ! Du moins, à moitié... Épuisée, je me posai sur le matelas quasiment pas gonflé. A quoi bon se forcer à avoir du confort ? J'enfilai mes lunettes de soleil sur le nez et... Voila. Je ne l'avais pas précisé mais j'avais bel et bien des lunettes sur moi. Comme c'est magique. J'inspirai un bon bol d'air avec la crainte d'avaler du sable en même temps... En avaler et m’étouffer... Ces saloperies étaient bien dangereuses en plus d’être inutiles. Mais au bout d'une demi heure à ne rien faire en restant à moitié allongée... Il a fallu que mon gosier soit sec, j’étais déjà assoiffée. Je me redresse, lentement mais surement avant de ranger mes tongs à coté du matelas. Je fixais quelques instant le tas avant d'aller me chercher à boire, je pris néanmoins mon temps, tout mon temps... Une petite bouteille d'eau froide ! Owiii quel plaisir ! J'en avalais une bonne gorgée avant de tourner auprès de mes biens... Du moins... En espérant les revoir à la même place où j'avais abandonné le tas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Coquillages et crustacés... L'horreur.   Ven 10 Juin - 17:27

Il existe des jours comme ça, où vous ne savez trop pourquoi... Mais il va se passer quelque chose de douteux. Ou du moins quelque chose d'inhabituel. De malsain... Ou encore de "mal". Cette étrange sensation provoquée par l'instinct, caractéristique physique commune à l'être humain et à l'animal. Disons que là, ça tiens plus du coté "animal" disons. En se levant ce matin, Edward SAVAIT que cette journée allait sentir le sapin. Le jeune homme en était intimement persuadé.

Et pourtant, le jour se passa sans accrocs. Ed', comme à son habitude se leva aux aurores. Vers 14-15 heures du matin. Quand il n'a que ça à faire. Disons simplement que c'est un monsieur qui veut exclusivement la nuit et qu'il vit donc de manière légèrement décalée avec le commun des mortels. Serait-il important de préciser que le jeune homme savait à ce moment précis, lorsque ses yeux s'ouvrirent, que cette journée allait être moisie ?
Dans la douceur de l'après-midi, Ed' décida de bouger un peu avant de se mettre à... Travailler. Travailler. Oui, oui. Lui. Enfin, le jeune homme était loin de considérer ce qu'il faisait comme étant du travail, puisqu'il aimait ce qu'il faisait. Et pourtant, on le payait pour ça. Que le système était bien fait, tout de même.

En se promenant niaisement en vil, cherchant un but dans sa longue marche matinale, on l'interpella amicalement. Une douce sonorité familière vint alors effleurer le doux tympan de son oreille. Tout son être se crispa et ses yeux s'écarquillèrent. Diantre, que ça sentait mauvais ce...

"Hey, connard."

Edward ne put, dans un réflexe, se retourner pour admirer son sympathique interlocuteur qui lui faisait l'honneur de lui donner un surnom absolument magnifique, en cette belle journée qui "débutait". Ce mot de vocabulaire fleurit remémora à son esprit lugubre, un passé lointain de quelques années pas très loin en arrière, qui le mettait légèrement hors de lui.
Un ancien camarade et ami à lui, avec qui il avait été très ami, et qui jouait souvent avec lui à des jeux virils. Notamment -Edward en rit encore- un amical coup de lame qui lui valut une longue période de rien du tout dans un hôpital froid et glacé, bataillant pour ne pas tomber dans les paluches froides de la mort. Non, le croche-pied rigolard de la mort imbécile ne l'avait pas terrassé, alors revivre ça, revoir ce visage hideux, cette affreuse gueule de raie, cette tête de... Je m'égare sans doute.

Bref. Edward prit une grande respiration. Que faire ? Comment réagir face à une telle adversité ? Comment s'en sortir sans passer par la case "Emmerde" ou la case "Prison à vie" ... Hum. Le choix fut rude. Mais Edward trouva enfin la solution, au bout d'une longue réflexion d'un quart de demi-seconde, dicté par un esprit courageux et intrépide.
Comme dirait tout bon tacticien en position de faiblesse... "Je ne suis fuis pas, j'avance dans une autre direction."

Ainsi, le jeune homme prit les jambes à son cou, tentant vainement d'échapper à son poursuivant. Heureusement, le bougre connaissait bien les rues et savait qu'il n'irait pas le chercher bien loin, dans les ruelles bondées, étroites et humides, pleines de chaleurs humaines, de gosses braillards et gémiards, de commerçants bruyants et de personnes âgées fébriles et nauséabondes.

Ed' vint se perdre alors sur la plage, essoufflé, un peu perdu aussi, accessoirement. Son sens de l'orientation était un peu... Douteux et il était facile pour lui de se perdre, même en connaissant les rues. Dès qu'il sortait de son chemin habituel, le voilà qu'il était perdu.

La journée était passée bien vite, admirant parfois le couché de soleil, demandant son chemin, évitant les visages connus, la nuit arriva rapidement. Ed' soufflait un peu, puis remarqua alors la présence d'un matelas pneumatique abandonné au milieu de la plage. Même si il avait l'air un peu plat, il vint siéger dessus. Si il était à quelqu'un, il viendrait le réclamer, de toute façon. Puis, deux tongs plantées dans le sable l'interpellèrent. Comme cela gênait son champs de vision, très large, il les jeta à la mer, non lui, s'amusant à les voir flottant niaisement. L'excuse était déjà toute trouvée. "Un enfant qui passait, qui s'est amusé à les jeter..."

Ed' souriait, face au soleil qui disparaissait. Profitant du calme...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Coquillages et crustacés... L'horreur.   Mar 1 Nov - 0:47

Le retour... Bon, bonne nouvelle : Je n'avais plus soif. Pas mal comme nouvelle, hein ? Et puis... Les lieux se vidaient petit à petit. Encore un peu et j'avais la plage pour moi toute seule... Le pied. Vous savez, ce sentiment de solitude et de supériorité. Cette sensation... Plaisante. Surtout en sachant que j'avais une place qui m'attendait. Je levais les yeux et admirais ce ciel orangeatre. C'est beau, c'etait beau et bien entendu, la vue aurait été meilleure si j'etais bien installée. Armée de ma ration d'eau, je me précipitais vers le sable, là ou se trouvait mes biens. Mes biens... Rien que dans mes dits, on voit clairement que la possessivité était présente. Et bon, j'avoue que le gout aurait vraiment été amer si quelqu'un était à ma place. En espérant juste que personne n'ait osé siéger sur mon matelas. La paume de ma main s’imprégna du froid de la bouteille et je vins la passer sur ma nuque. Owiii que c'est bon. De nouveau un coup d'oeil par-ci, par-là et encore mieux : C'est désert. J’accélérais le pas et... Oh Seigneur, qui était ce fou ?

Fake j’espère...

Un individu, sur mon matelas mousseux... Bon, bien évidemment qu'il a fallu qu'un squatteur vienne prendre possession de ma place. C'est... Injuste. Wait, ce n'est pas comme si j'allais le laisser royalement dessus. J’accélère de nouveau le pas, vite, tres vite... Voir de plus près cet individu. J’étais derrière lui et il me donnait dos. En effet, ce fut charmant, je vins brusquement poser ma main sur son épaule avant de le secouer. Bon, j’espère pas pour lui qu'il ne dormait pas mais... Le mal est fait. Je jetais furtivement un coup d'oeil sur le coté, là ou devait se retrouver mes tongs. Non mais voila, quoi. C'est pas comme si je voulais rentrer chez moi, pieds nus ! Deja que je ne supporte pas le sable... C'est si... Sale. Mais finalement, qui les aurait prit ? Un voleur... Mais quelle idée de voler des tongs aussi... J'exige des explications.

Dis le touriste, est-ce vous qui avez touché à mes tongs ? ... Ok, je vais appeler la police et vous ferez embarquer comme un mal propre. Je suis sérieuse, j'ai un bon avocat.

Non mais... Comme si il allait avoue son délit si au final, c’était cet individu qui les avait pris. Foutaise, c'etait ironique pour l'histoire de l'avocat. Quoi que... Un vol reste un vol et c'est punissable. Bon, juste des tongs, c'est pas comme si ils étaient en or. Je pris néanmoins la peine de bien regarder autour du matelas... Peut-être qu'ils s’étaient fait prendre par le vent ou truc dans le genre. Mais en vain, les miracles étaient mousseux. Mon regard se repositionna sur cet être masculin, fronçant légèrement les sourcils. Premièrement, que faisait-il ici ? Et si il rentrait chez lui, histoire que je me retrouve seule et seule face à cette mer infinie. Je crois les bras, tapotant légèrement du pied, signe d'impatience. D'impatieeeence car oui, c'est pas comme c’était plaisant de voir sa place prise ainsi.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coquillages et crustacés... L'horreur.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coquillages et crustacés... L'horreur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» coquillages et crustacés
» Coquillages et crustacés >>>
» [Los Angeles] Sur la plage abandonné, coquillages et crustacés ♪♫ [Catwoman]
» Quizz Le cinéma d'horreur en Image N°4
» Mains de l'horreur et mains sanglantes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives-
Sauter vers: