Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Parce que même drogué, il trouve l'occasion de l'ouvrir - PV Iyaza

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Parce que même drogué, il trouve l'occasion de l'ouvrir - PV Iyaza   Lun 20 Juin - 21:52

Jean qui rit & Jean qui pleure... Enfin, sur ce coup, c'était plutôt Jean qui grogne et Jean qui pleure... Et si on remplaçait "Jean" par Tôru, ça décrirait parfaitement l'hybride qui était actuellement en cage. Le premier jour qu'il était arrivé, c'était sous calmant. A moitié dans les pommes par la dose de cheval qu'on lui avait mit, lorsqu'il était revenu à lui, ses cris se faisaient entendre dans toute l'animalerie, même les passants de la rue pouvaient entendre les insultes de l'usagi. Des insultes, des menaces, des grognements, tout y passait. Il tentait d'attaquer les vendeurs lorsqu'ils venaient lui apporter à manger. Il n'hésitait pas à faire peur à l'hybride qui était voisin de "cellule". Heureusement pour ce dernier, une fois la crise passée, Tôru partait dans un des coins de la cage, sentant d'un coup un horrible mal de gorge, après s'être égosillé toute la journée. Il passait alors ses nerfs sur le mur, tapant de toute ses forces dedans, des fois jusqu'à saigner, tant la peau s'irritait. Lorsque les crises de nerfs le prenaient, une fois l'énervement passé, il sentait sa gorge se serrer, puis des larmes couler sur son visage. A cause de la douleur, de la peur, du desespoir, de cette fouttue cage. Il avait besoin de courir, de sa liberté... Quand les perles d'eau salée commençaient à tomber, il enfouissait sa tête dans ses bras, ne voulant pas être vu. Alors, les hybrides et les vendeurs pensaient qu'enfin, il dormait. Ses journées étaient toutes ainsi, répétitives, fatiguantes, horrible. Il refusait de s'alimenter, le peu qu'il mangeait, c'était les fruits qui n'était pas présents à tous les repas. Mais bon, impossible de tenir longtemps avec une simple pomme en guise d'unique repas, durant plusieurs jours. Il sentait son ventre le tirailler, mais non, il ne voulait pas se rabaisser à manger leurs fichus boites en conserves.

Un soir, pendant qu'il essayait de s'endormir, il entendit les bribes d'une conversation entre deux des vendeurs. "Tu as compris? Tout doit être nikel, il ne doit pas voir l'animalerie comme ça, il pourrait nous virer! - T'en fais pas, je m'occupe de "ce qui dérange"." Ecoutant à moitié, il n'y fit même plus attention, au bout d'un moment, ne sachant pas que le "ce qui dérange" était en fait lui. Le lendemain, il eut... Comment dire.. beaucoup de mal à se réveiller. Lui qui était d'habitude réveillé dès 6heures du matin, quand le soleil se levait, il ouvrit les paupières alors que le soleil était déja haut dans le ciel. Tellement haut, qu'il ne le voyait plus. Quel heure était-il? Plus de midi, vu les repas installés...

- Hn...

Il avait du mal à bouger et ce ne fut qu'au bout de dix bonnes minutes qu'il arriva à s'assoir. Ses yeux emeraude se posèrent alors sur sa manche, qui était par terre... Fronçant les sourcils, il la ramassa et la remit à son bras, avant de se stopper. Son regard se posa sur un petit trou rouge sur son avant bras... Une trace de piqure? Tôru se mit à comprendre mieux, lorsqu'il vit le Directeur passer devant la cage. Les employés avaient administré un somnifère à lui, et à d'autre, sûrement... Saleté de vendeurs... Assis contre le mur, il attendit que le liquide se dissipe, ce qui dura plusieurs heures. Lui qui était toujours l'un des plus bruyants, le voila réduit au silence total... Mais malgré ça, il fulminait quand même... Mais à l'intérieur. Désirant voir ce qu'il se passait, il marcha à pattes vers le grillage de sa cage et eut à peine le temps de voir le directeur partir.

- Enflure... J'vais vous faire la peau... maugréa-t-il.

Les yeux à moitié fermés à cause d'un rayon de soleil qui l'aveuglait, il put quelques secondes plus tard les ouvrir entièrement, "grâce" à l'humain qui venait de s'arrêter devant la cage. Devoir lever la tête vers lui... Il n'aimait pas trop ça, pourtant, la curiosité était présente. Les oreilles baissés, le regard froid, il posa ses yeux sur le visage du jeune homme, le dévisageant silencieusement. Il trouvait ça humiliant, être en dessous d'un humain... Fierté mal placée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Parce que même drogué, il trouve l'occasion de l'ouvrir - PV Iyaza   Sam 25 Juin - 10:14

-Vous m'aurez pas nananère !!

Ça, les policiers commencent à connaître par cœur celui qui dit ça. C'est moi ! Oui, j'ai un drôle de passe-temps je sais. En fait, je m'éclate à me faire poursuivre par les flics. Pourquoi ? Parce que je trouve ça marrant tout bêtement, je sais, c'est très crétin, je pourrais me faire choper fastoche sauf qu'à force, c'est juste les nouveaux qui me pourchasse, et eux, c'est pas des flèches pour m'avoir. Mais que c'est marrant de les voir courir comme des grosses dindes. Au bout d'une heure de course, le plus téméraire finit par laisser tomber, me revoilà sans activité... Dieu que c'est ennuyant quand même... J'ai pas de boulot donc c'est encore pire. Les écouteurs sur les oreilles, je dansait légèrement dans la rue, me laissant entrainer par l'entrainante musique. Les gens me regardaient bizarrement, peut-être à cause du fait que je danse, peut-être également à cause de ma tronche et de mon look. C'est vrai, regardez-moi, je ressemble à quoi là ? A rien je sais. Mais je m'aime comme je suis et puis c'est tout ! Je suis la racaille geek et puis voilà !!
Une heure...puis deux... Tout ça à gambader dans les rues comme quelqu'un d'ordinaire. Aucun appel sur le portable, rien qui n'ai attiré mon attention, l'ennui était bien là, je devais trouver quelque chose.. Mais quoi ? Je passais devant l'animalerie.. L'animalerie, je n'y ait jamais mit les pieds, mais..pourquoi pas après tout ? Ça peut être marrant et je risquerais de trouver une distraction adapté... J’entrai finalement dans la boutique après avoir retiré mes écouteurs, un peu de politesse quand même.. C'est pas du tout mon genre... Je regardais les créatures dans leurs cages, avec un petit air de pitié. J'avoue que je ne comprenais pas de trop pourquoi ils étaient là, à agonir en silence.. Un vendeur finit par me remarquer et se rapprocha de moi :

-Je puis quelque chose pour vous monsieur ?
-Non merci, je viens regarder pour l'instant.


Il me répliqua qu'il me laissait tranquille, il devait appeler quelqu'un à cause de soucis d'ordre informatique. Lorsqu'il eu finit de composer le numéro, mon portable sonna. Je décrocha pour remarquer avec le sourire que c'était le vendeur qui m'appelait. Je raccrocha et me dirigea vers le bureau pour demander le soucis. Il mit quelque temps à se rendre compte que j'étais bien l'informaticien qu'il venait de contacter, puis enfin, il m'expliqua. Le logiciel qui permet l'archivage des fichiers sur les hybrides fait n'importe quoi. Je m'installa confortablement sur le siège et commença à trifouiller dans le programme. Le hic est que les fichiers des hybrides se sont tous mélangés et les dossier sont partis en fumée. Résultat, pour la gestion de la boutique, ça va être très dur. L'homme absent, je me permis de regarder les fichiers. Je suis un sale profiteur je sais. Les visages et les noms s'enchainèrent sans que j'y trouve un intérêt jusqu'au numéro 1303. Un Usagi du nom de... Tôrunimolikimiji. C'est quoi ce nom à rallonge ?? Bon, on va garder les quatre première lettres, ça suffira je pense. Je regardait de plus près et je m'amusais à voir que c'était lui aussi un rebelle, une racaille des rues. Que c'est rigolo ! Le vendeur revient, je me finis mon boulot vitesse éclair et proprement grâce à un léger crack. Ce qu'ils ignorent, c'est je pourrais avoir tout leurs fichier chez moi maintenant eh eh. J’adressai la parole au pot de glue :

-Bon, c'est réparé, mais pensez à enlever des fichier de temps à autre, ça surcharge le logiciel. Dites, il est où l'hybride numéro 1303 ? Un certain Tôru..

Il paru surpris, me disant que c'était un vrai sauvageon, le genre d'hybride dont personne veut à cause de son humeur. Mais je m'en fichais bien, je lui expliqua que ce serait mon payement. Je voulais voir cet hybride ou alors, il devait me graisser la patte et fortement. C'est ce genre de chantage qui marche à tout les coups. Ils savent que je peux démolir leur système informatique et toute la gestion qui va avec. Alors, il accepta ma demande peu ordinaire. On alla vers l'arrière boutique où était les sujets « gênants ». Il était bien là, aveuglé par le soleil. Je me mis devant la cage, où je finis par lui cacher le soleil. Son regard était dur, il devait se sentir rabaissé. Je m’agenouillai pour me retrouver à sa hauteur et le regarder de plus près. Il a une bonne tête de rebelle, on pourrait bien s'amuser. J'aurais voulu mettre ma main dans la cage pour tenter de le toucher, mais je renonça, me souvenant que ce n'était pas un vulgaire animal. Je souris et lui parla en chantonnant :

-Yo toi ♪ ! Ça te dirait de sortir de là et de ne plus revenir ? Je suis pas du genre à maltraiter les autres et puis j'aime bien les rebelles comme toi. Je vais t'avouer de suite un truc. Mon passe-temps est de me faire pourchasser par les flics ♪


Je continuait de sourire, amusé moi-même par ce que je viens de dire. Je devais lui faire peur avec ma tronche de timbré et mes propos tout aussi fous. Je ne sais pas comment il allait réagir. Mais je m'installa assis devant la porte de la cage sans pour autant prendre toute la place avant se sortir un petit tournevis et de bidouiller mes écouteurs en chantonnant un petit air :

J'ai le toc toc.. ♪♪
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Parce que même drogué, il trouve l'occasion de l'ouvrir - PV Iyaza   Ven 1 Juil - 13:57

[J'ai répondu un peu plus vite que la normal, ne t'y habitue pas! xD]

Il me dégoute, je le hais, ce sale vendeur, cet imbécile d'humain et tous ces autres hybrides ! Je les hais, je les hais tous! Voilà ce que voulait crier Tôru, enfermé dans sa cage, mais il ne le pouvait pas, encore et toujours à cause de ce maudit somnifère, ou quelque soit le produit qu'on lui avait injecté dans le sang. Le vendeur.. Le seul qu'il voyait, les autres devaient sûrement avoir trop peur pour venir de ce côté de la boutique. Ben oui, après tout, ici, il n'y avait que les indésirables, loin de certains clients... Oui, de certains... La présence de cet humain ici fit rappeler à l'usagi une histoire qu'il avait souvent entendu, dans son ancienne demeure comme dans la rue. Une rumeur courait comme ça, la plupart des hybrides dits "gênants", c'est-à-dire caractériels, étaient gardés pour des combats d'hybrides. Oui, il y a les combats de coqs, pourquoi pas le combat d'hybride? Les hybrides à sales caractères étaient souvents des rebelles capturés, qui seraient capable de tout pour redevenir libre. Même capable de se battre contre d'autres pour regagner leurs libertés. En y pensant, l'hybride ferma les yeux, sentant des frissons désagréables le parcourir. Et si cet humain allait l'acheter pour ça? Plusieurs images s'enchainèrent. Il n'avait vécut dans la rue que quelques mois, trois voir quatre tout au plus! Et le peu de bagarres dans lesquelles il avait participées, s'étaient soit mal terminées pour lui, soit il parvenait à y échapper de peu. Il avait beau avoir des muscles, il était beaucoup plus fragiles que les rebelles, qui eux, étaient habitués aux coups. Sa seule force était sa souplesse, qui l'avait empêché de se prendre des poings plus d'une fois. Donc si Tôru avait raison sur l'identité de l'humain, il était mal, très mal... Voir prochainement mort?

Ses paupières finirent par se relever, laissant de nouveau place à ses iris emeraude. Du dégout et un soupçon de peur s'étaient mêlés au regard de Tôru, tandis que sa mâchoire se serrait, sous tous ces sentiments. La tête inclinée en arrière, elle s'abaissa lentement, suivant l'humain qui venait de s'agenouiller face à lui, étant désormais, plus ou moins à la même hauteur. Les oreilles toujours tombantes, le lapin posa sa joue contre le grillage, ayant légèrement la tête qui tournait, non sans dévier son regard du client. Ainsi, Tôru put mieux l'observer, mieux détailler son visage, surtout ses yeux. Ils étaient, si... Bizarres... Le contour était vert, exactement comme ceux de l'hybride. Mais plus on se rapprochait de l'iris et plus ce vert laisser place à un marron. Il n'avait jamais vu des yeux comme ça. Il s'y perdit quelques secondes, enfin, c'est ce qu'il pensait, même s'il avait l'impression que le temps passait très lentement, secondes par secondes. Son regard fut ensuite attiré par... des trucs gris... Certains brillaient grâce au petit rayon de soleil. Il y en avait plein sur le visage, il trouvait ça bizarre, il n'en avait jamais vu jusqu'ici. Après, tout le reste, sur ce fichu humain était plus que banal. Des cheveux marrons, la peau blanche, un sourire... Il en avait l'habitude des sourires, il en avait vu des tas dans toute sa vie. Tout le monde souriait, il trouvait ça banal, nul et ridicule. Conformiste. Les barreaux de la cage étaient comme la limite entre les deux mondes du sourire : l'humain appartenait dans le monde où on souriait tout le temps bêtement, pour rien. De l'autre côté, le sourire était comme une sorte... D'alliance, voir de promesse.

La dernière fois qu'il avait fait cette "promesse"... Hop, Tôru sortit de ses pensées. En effet une sorte de voix mélodieuse se fit entendre joyeusement. Les oreilles du lapin se redressèrent légèrement... c'était l'humain qui chantait. Malgré la voix grâve, l'usagi trouvait ça plaisait, mais bientôt, la pensée du ridicule refit surface, lui faisant retomber ses organes animaux. Un grognement sortit de sa gorge et malgré son ronchonnement, il écoutait attentivement les paroles chantées. Quelle drôle de façon de lui parler. Sortir de là et de ne plus y revenir? Il voulait vraiment l'adopter, ce n'était pas un simple client venu remplir sa jauge de curiosité? SOn regard dévia sur le côté, non, ne pas oublier les combats... Mais à croire que l'humain lisait dans ses pensées, car il continua en lui disant qu'il n'était pas le style d'humain à maltraiter qui que ce soit. Tout humain pouvait mentir, même si son visage ne montrait aucune trace de haine ou autre.

"Hn..?" fit-il doucement, en entendant qu'il aimait bien les rebelles? Il n'en était pas un! Enfin, si, c'est normal, mais comment avait-il pu s'en apercevoir, il n'avait ni dit ni fait quoi que ce soit après qu'il soit entré dans la pièce. Un soupire s'échappa de l'usagi lorsque l'humain eut terminé. Le voilà en train de raconter sa vie. Pitoyable était sûrement le mot le plus adapté à l'attitude du seul humain présent dans pièce, oui, le vendeur était finalement parti. Que faire ? Il avait envie de lui grogner une nouvelle fois, mais aussi de l'ignorer, voir mieux, l'envoyer balader. Non, en fait, il n'avait pas envie que de ça. Il avait aussi envie d'accepter, il serait sûrement mieux. L'hybride n'eut même pas le temps de réfléchir à ce qu'il allait dire ou faire, que l'humain alla trippoter des petites objets avec une sorte de longs matériel. Et le voilà qu'il se remettait à chanter... Il voulait l'adopter ou non ?! Serrant doucement ses manches de tissus noir, il fusilla l'humain du regard. Capricieux? Non, juste que quand on parle à quelqu'un, on ne se mets pa sà faire quelque chose d'autre après !

"J'vois mal un gringalet comme toi réussir à me porter jusqu'à chez toi..." répondit-il, fermant les yeux, attendant tout de même la réponse de son "futur maître". Mais après tout... Ca n'allait peut-être pas être si mal quoi. Entre rester enfermé dans une cage, tiraillé par un vendeur et par la faim, et vivre auprès d'un humain, en "presque liberté", il n'y avait pas vraiment photo quoi. Sa vie serait sûrement meilleure. Et si elle ne l'était pas... Il pourrait toujours s'enfuir, après tout, il avait déjà vécut dans la rue. Cette fois-ci il saurait à quoi s'en tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce que même drogué, il trouve l'occasion de l'ouvrir - PV Iyaza   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parce que même drogué, il trouve l'occasion de l'ouvrir - PV Iyaza
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [INFO] Google maps
» Bateau trouvé
» Je trouve pas le Gaibon !
» après moult essais, CR ne trouve pas les repères
» Un monde qui ne s'y trouve pas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives-
Sauter vers: