Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 「Just another half dead cat on the pavement」 [PV Yuuki Kuran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: 「Just another half dead cat on the pavement」 [PV Yuuki Kuran]   Mer 17 Aoû - 23:34

« Maman, Maman, regarde ! » s’exclama une voix enfantine. « Le monsieur, il a des oreilles de chat et une queue comme le jardinier de la voisine ! »

« Oh ? Où donc ? » répondit la mère, une dame à l’air faussement distingué, cet air qu’ont les gens qui se comportent en bourgeois parce qu’ils sont un peu plus riches que la moyenne sans être du même monde que l’ancien maître de Toshirô. Enfin, du monde dont il avait été… « Oh mon Dieu ! Yutaka, ne t’approche pas de lui ! » s’affola-t-elle.

Et alors que la petite main de l’enfant allait se poser sur sa tête, le Neko cendré le vit se faire brusquement tirer en arrière et traîner au loin par sa mère. Car c’était bien de Toshirô dont il était question ici. Toshirô, dont les yeux d’habitude flamboyants avaient perdu tout leur éclat, et n’étaient plus que deux billes d’un rouge oranger terni. Sa peau, déjà pâle auparavant, semblait translucide à présent. Son nez coulait, et des larmes s’échappaient régulièrement de ses yeux bouffis aux contours rougis sans même qu’il ne s’en rende compte. Ses cheveux étaient emmêlés et sales, de même que ses vêtements – les mêmes que depuis ce jour où sa vie était partie en morceaux. Eizaburô s’était trompé. Il n’avait jamais eu aucune chance, et à présent, il n’avait également plus d’espoir. Cela faisait presque un mois qu’il errait dans la ville à la recherche d’un nouveau foyer. Au début, il avait réussi à retrouver un semblant d’enthousiasme et avait fait de son mieux pour se faire adopter. Il n’avait pas voulu aller dans une animalerie par peur d’être forcé de rester avec un humain dont il n’aurait pas voulu, et aussi par peur de mauvais traitements de la part des vendeurs. Peu à peu, il avait déchanté. La première semaine, lorsqu’il s’était rendu à la plage pour se baigner dans l’eau salée à défaut de pouvoir prendre un vrai bain, ainsi que pour nettoyer les seuls vêtements qui lui restaient, il s’était résigné à manger des restes qui avaient l’air comestibles, mais qui avaient fini parmi les déchets. Quelques jours après, à force de se nourrir ainsi et de coucher dehors, parfois sous la pluie, le jeune semi-félin était tombé malade, et il l’était toujours. C’était à peu près à ce moment-là que l’espoir avait commencé à le quitter.
Si avant, les gens semblaient peu enclins à l’accueillir et s’arrangeaient pour le repousser gentiment, son aspect dorénavant misérable les poussa à le rejeter comme un pestiféré. Certains se mirent même à se montrer violents avec lui et à le frapper. Des voyous voulurent se servir de lui comme un punching-ball ou quelque chose d’encore pire, mais il avait encore eu la force de leur échapper. Cependant, il était à présent couvert de marques et d’ecchymoses, ce qui n’arrangeait sans doute en rien son aspect général. Désespéré, affamé, amaigri, malade et à bout de force, Toshirô avait fini par s’effondrer contre la façade de cette église. Ici, personne n’osait venir lui faire du mal, mais lui n’osait pas entrer pour au moins dormir au chaud ou demander grâce au prêcheur, et même les gens endimanchés qui venaient rendre hommage à leur Dieu agissaient comme s’il n’était pas là. À l’évidence, Eizaburô avait grandement surestimé la compassion qu’ils pouvaient porter à qui que ce soit, et surtout aux hybrides. Le Neko cendré revoyait son visage buriné dans ses délires, qui lui faisaient perdre la notion du temps. Il ne savait plus exactement depuis combien de temps il était là. Plusieurs heures ? Plusieurs jours ? Il lui semblait avoir vu le soleil se coucher et se lever, mais comment être sûr ? Peut-être que tout cela se passait dans sa tête. Peut-être même qu’il n’était déjà plus là ; plus qu’un fantôme tourmenté incapable de se détacher de sa carcasse par peur de ce qu’il y aurait ensuite ? Un rire hystérique mais étouffé le secoua, et il toussa derechef. En relaissant glisser sa tête contre le mur de pierre du lieu de culte, il se sentit une fois de plus fort las, et il commença lentement à sombrer dans le sommeil, en se demandant s’il allait encore se réveiller.

« Alors c’est comme ça que ça va finir ? Est-ce que ces vingt années sans souci m’ont été accordées juste parce que j’étais destiné à partir si tôt dans un état si pitoyable ? »

Dans son délire dépressif causé par les privations, la tristesse et la cruauté qui guettait tout le monde dans cette ville, même si beaucoup n’en avaient pas conscience, Toshirô, dans un dernier sursaut de lucidité, aperçut un visage flou mais qui semblait bienveillant. Un ange venait-il enfin le chercher ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 「Just another half dead cat on the pavement」 [PV Yuuki Kuran]   Jeu 18 Aoû - 18:48

    Comment est ce que j’avais pu penser que la vie seule m’arrangerait par rapport à ce que je vivais avant ? Je ne sais pas réellement mais bon… On va dire que ce n’étais pas la première idée folle qui me traversait la tête, j’en avais eu plusieurs, surtout cette année, mais jamais je n’avais songé à les réaliser, sauf celle là. Celle de partir loin de chez moi pour tester une aventure toute seule, c’était la première idée qui me faisait réellement envie et que j’avais réalisé par moi-même en laissant derrière moi Kaname et tout les autres… Et dire que je ne les avais même pas prévenu, jamais je n’avais été aussi… Rebelle ? Je ne savais pas si c’était le bon mot pour me qualifier mais c’était le seul que je trouvais en ce moment, depuis que j’étais partie et que j’avais emménagé dans ce minuscule appartement qui me détachait complètement de mes habitudes luxueuses. L’appartement était un cinq pièces, donc assez petit et situé au dernier étage d’un appartement, soit au 5eme étage. Remarque, pour moi c’est assez pratique dans un sens, les voisins n’oseront jamais monter si je viens à être… « Perturbée » et qu’ils entendent des bruits assez étranges venant de mon appartement… Bref, je m’étais installée rapidement et sans soucis, j’avais assez de meubles et assez de nourriture pour moi toute seule pour au moins une semaine, même si je mangeais peu, je restais tout de même un peu gourmande… La seule chose qui commençait à manquer sérieusement c’était ces médicaments que je devais prendre quotidiennement pour atténuer ma soif, et encore, parfois ça ne disparaissait pas totalement. Seulement là il ne m’en restait qu’une petite boite avec assez de gélules pour tenir une petite semaine, et



    J’étais tellement fatiguée de la veille que j’avais dormi toute la nuit et une partie de la journée d’aujourd’hui. Il devait être à peine 15 heure quand je m’étais réveillée, je n’avais pas pris le temps de regarder l’horloge en réalité, je n’avais qu’une seule envie c’était de prendre une douche bien froide et de sortir visiter le quartier, et peut-être même la ville dans sa totalité si j’avais encore le temps. Je m’habillais d’une tenue assez banale, à savoir une jupe et un débardeur, avant d’aller coiffer mes cheveux que j’attachais en une queue de cheval, vu la chaleur qui faisait ça ne pouvait que me soulager, même si je n’aimais pas vraiment le faire. Je me décidais enfin à regarder l’heure et constatais qu’il était déjà 16 heure, en effet, j’avais pris beaucoup de temps à me préparer apparemment. J’enfilais rapidement mon gilet a capuche et attrapa mes clés avant de sortir de l’appartement pour profiter de l’air frai qu’il y avait grâce au petit vent présent dans les rues, ça faisait un bien immense.

    Je marchais un peu au hasard dans les rues, et le peu de gens que je croisais ne se retournaient même pas sous mon passage, chose que je n’avais pas l’habitude de voir puisque d’où je viens j’étais connue comme étant la suceuse de sang fiancée à son frère vampire… Bref, une réputation nette et précise, par rapport à ici ça en aurait choqué plus d’un de voir deux crocs acérés à la place des canines, mais bon, je prenais le risque de rester ici tout de même c’est tout. J’arrivais devant une grande église, chose dans laquelle je n’avais jamais mis un pied, tout simplement parce que je n’y avais jamais pensé. C’était certainement temps que je le fasse, je m’avançais donc vers l’entrée de l’immense bâtiment, et c’est là que j’aperçu une ombre près de la porte, et j’entendais du bruit en venir. Je me stoppais sur le coup en examinant la silhouette avant de m’approcher doucement. Il s’agissait d’un jeune homme, assez mal en point je l’avoue, mais un être humain tout de même. Un seul détail me fit le regarder plus en détail, c’était ses oreilles d’animale postées sur sa tête, ainsi qu’une queue ondulant sur le sol, c’était donc ça un hybride… Première fois que j’en voyais un.

    « Euh… Bonsoir… Je peux vous aider ? »

    J’esquissais un petit sourire assez réconfortant, en penchant légèrement la tête sans tourner le regard. Ce jeune homme avait l’air assez mal en point et c’était un peu trop difficile pour moi de le laisser là sans lui apporter même une simple petite aide s’il en voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 「Just another half dead cat on the pavement」 [PV Yuuki Kuran]   Lun 22 Aoû - 22:26

Le Neko cendré secoua la tête sans réelle force, pour regagner une vision plus nette, et, l’espace d’un instant, il crut discerner, à la place du visage féminin d’une inconnue, celui d’une des ses « sœurs », une hybride de lynx au caractère taquin dont il retrouvait les traits chez cette fille qui venait de l’aborder. Puis l’image s’estompa, et c’est les yeux à nouveau embués de larmes que Toshirô fixa sans cligner des yeux cette personne, la première à vraiment lui adresser la parole depuis des semaines. Ne s’y étant pas du tout attendu, le félin mit un moment avant de retrouver la parole pour lui répondre, temps qu’il mit à profit pour la détailler.
Devant lui se trouvait une jeune fille, une lycéenne à en juger par son apparence. Elle semblait à peine sur le point de devenir adulte. Ses cheveux étaient plus longs que ceux de celle dont le souvenir avait été évoqué par sa vue, mais ses traits étaient définitivement aussi fins. Ses yeux étaient bien entendu différents ; les siens étaient marrons et non bleus, et l’on n’y trouvait point de pupilles fendues. Elle arborait un petit sourire rassurant sur une bouche que Toshirô aurait qualifié de mignonne s’il avait été en état de penser à ce genre de choses. Mais il ne l’était pas. En vérité, la question que la jeune femme lui avait posée venait à peine de prendre son sens dans son esprit.
Pouvait-elle l’aider ? Bien sûr qu’elle le pouvait. Il aurait fallu être aveugle pour ne pas se rendre compte que, dans son état, n’importe quoi pouvait l’aider. À boire, à manger, de la compagnie, de la chaleur, un toit, un sourire… Tout, tout pouvait l’aider. La vraie question était « chère demoiselle, jusqu’où êtes-vous prête à aller pour m’aider ? », mais jamais il n’aurait osé lui répondre ceci, de peur qu’elle parte aussi vite qu’elle était venue et le laisse à nouveau seul dans son agonie. Mais dans un sens, à quoi bon ? N’était-ce pas ce qu’elle allait sans doute faire ? Il n’avait plus aucune foi en les habitants de cette ville… Elle était sans doute venue lui poser cette question parce qu’elle aurait eu un peu plus mauvaise conscience que les autres pour l’avoir ignoré. Au mieux, elle allait lui payer quelque chose à manger, et puis basta, au revoir…
C’était là tout le paradoxe de sa situation : lui qui avait tant souhaité qu’enfin un humain de cette ville s’intéresse à lui et le prenne sous son aile, lui offre son aide, maintenant, il avait presque envie de refuser, par impression d’en attendre trop et par peur d’être encore un peu plus mal ensuite. Si seulement il pouvait encore aller plus mal… Avec une malade incurable, à la limite… Ainsi, il détourna le regard et pencha légèrement la tête, ses cheveux venant cacher ses yeux, lui donnant presque l’air d’avoir honte de quelque chose, et ce fut presque dans un murmure qu’il répondit :

« Si vous voulez… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 「Just another half dead cat on the pavement」 [PV Yuuki Kuran]   Sam 27 Aoû - 20:20

    Lorsque le jeune homme devant lequel je m’étais accroupis avait relevé la tête afin de la secouer doucement avant de me regarder de ces prunelles aux apparences à la fois dorée et scintillante, je me demandais si j’avais posé la bonne question en me postant devant lui. Ces scintillements, je savais bien qu’il s’agissait de larmes, mais je ne fis aucune remarque parce qu’aucune ne coulait, et j’admirais le certain courage dont faisait preuve ce jeune neko. Je savais que moi, dans un état tel que le sien, j’aurais immédiatement craqué devant la première personne qui m’aurait posé la même question que je venais de poser. C’est lorsque je réalisais cette chose que je portais ma main sur une de ses mèches qui tombait devant ses yeux pour la décaler légèrement sur le côté et le regarder un peu plus profondément que tout à l’heure en penchant la tête sur le côté. Il n’avait apparemment pas la force de me répondre, et ça se comprenait, encore une fois.

    Retirant doucement ma main de son visage, je regardais autour de moi. Quelques personnes venaient à passer par le même chemin que j’avais emprunté pour venir jusqu’ici, mais personne portait un regard sur nous deux. Nous étions certes légèrement dans la pénombre de l’église, mais pas assez pour ne pas être remarqués un minimum. Le comportement des humains me mettait hors de moi intérieurement, j’avais envie d’en arrêter un et de lui dire de jeter un peu un regard autour de lui et de voir dans quoi il se trouvait et quelle misère vivait le jeune homme que j’avais en face de moi. J’avais envie de le faire, mais je n’avais pas le tempérament pour, j’étais bien trop reculée et loin des gens pour m’imposer de la sorte, surtout quand je ne suis pas en manque de ma « soif », dans ce cas là, je ne suis plus pareilles et ce n’est pas descriptible. Je lâchais un petit soupire avant de retourner mon regard vers le Neko, lorsque j’entendis un son sortir d’entre ses lèvres.

    « Si vous voulez… »


    Si je voulais l’aider ? Si je n’avais pas voulu, je n’aurais pas posé la question. Je lui esquissais un léger sourire une nouvelle fois compatissant avant de me relever, frottant doucement ma jupe. Je lui tendis ensuite ma main pour l’aider à se relever s’il le voulait bien et s’il le pouvait.

    « Si je ne l’avais pas voulu, je ne l’aurais pas demandé. Je ne suis pas de ces gens qui parlent pour ne rien dire. Cependant je ne peux pas t’aider si nous restons ici, mis à part la bénédiction du « bon dieu », s’il existe, ce dont je doute, il n’y a rien. »

    J’émis un léger rire moqueur en disant « Bon dieu », je n’étais pas du tout croyante et ça se voyait. Je continuais ensuite.

    « Je te propose de venir chez moi, j’habite dans un appartement pas très loin d’ici et c’est toujours mieux que d’être assis dans de l’herbe humide… J’ai une chambre d’ami, et le frigo est plein. »

    J’attendais maintenant qu’il me réponde, et qu’il prenne ou non ma main pour se relever, s’il le voulait bien entendu, je n’allais le forcer à rien et s’il ne souhaitais pas suivre une totale inconnue c’était complètement compréhensible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 「Just another half dead cat on the pavement」 [PV Yuuki Kuran]   Jeu 1 Sep - 22:46

La main de la jeune femme sur son visage le réconforta légèrement, mais elle rendit aussi bien plus dure sa lutte contre les larmes. En effet, c’était le geste le plus engageant qu’on avait eu envers lui depuis ce jour maudit où il était parti faire des courses et était revenu pour découvrir que tout ce qui constituait sa vie, ses repères, était sur le point de disparaître sans qu’il ne puisse rien n’y faire. Lorsqu’elle se mit à regarder un peu partout après l’avoir retirée, Toshirô se demanda si sa chance allait s’arrêter là, mais, en l’observant, il remarqua qu’elle semblait… énervée. Elle jetait des regards furibonds aux passants qui les ignoraient royalement tous les deux. Peut-être Eizaburô n’avait-il pas eu tout à fait tort de placer sa confiance dans la compassion des gens de cette ville ? Peut-être que la bonté y existait encore, et qu’elle ne demandait qu’à être révélée.
La jeune femme se releva après lui avoir adressé un nouveau sourire, et, sous ses yeux ébahis, lui tendit la main. Il devait être en train de rêver. Ça devait être ça. Qu’elle veuille bien l’aider était une chose, mais elle l’avait carrément invité à venir chez elle. Et pas seulement pour se décrasser et manger un peu. Elle avait bien souligné le fait qu’elle possédait une chambre d’ami, ce qui impliquait qu’il pouvait passer la nuit chez elle, voire plusieurs nuits… Ce fut à ce moment-là qu’il s’autorisa à laisser s’échapper quelques larmes.
Lentement, il se releva en saisissant sa main. Il ne s’en servit cependant pas comme soutien pour l’aider ; c’était purement symbolique, pour montrer qu’il acceptait son aide et qu’il était heureux qu’elle lui ait accordé son attention. Une fois debout, il la lâcha et se courba en angle droit, adoptant une position extrêmement respectueuse.

« Merci infiniment, » murmura-t-il à travers ses lèvres crispées, tandis que des gouttes salées quittaient ses joues pour s’écraser sur le sol.

Rien que d’être debout et murmurer ces quelques mots lui demandait énormément d’effort après ces quelques semaines passées à être malade et sous-alimenté, mais il avait décidé qu’il ne flancherait pas. Pas maintenant. Même si sa vision se brouillait et se dédoublait, il ne s’autoriserait à s’évanouir que lorsqu’il pourrait feindre le sommeil en sombrant dans l’inconscience. Ce n’était pas le moment que cette jeune femme doive l’emmener à l’hôpital, où ils trouveraient peut-être le moyen de l’enfermer dans une animalerie sans qu’elle ait quelque chose à y redire.

« Je suis… Toshirô… »
se présenta-t-il sommairement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 「Just another half dead cat on the pavement」 [PV Yuuki Kuran]   Ven 2 Sep - 20:13

    Le jeune homme que j’avais en face de moi semblait vraiment avoir été méprisé par la vie et par tout ce qu’elle pouvait faire subir à tous ses sujets. Je me rendais vite compte que moi, peut importe ce qui m’arrive, à part le meurtre à vif, je ne risquais pas grand-chose avec la chose que j’étais. C’était peut-être pour ça que j’étais décidée à aider ce pauvre garçon, oui, c’était sur. Toute l’aide que personne n’aura à m’apporter, j’allais la lui donner sans regret. Certains diraient que je suis une tête de mule, que je ferais mieux de garder ce qui est pour moi, mais si c’est pour ne jamais en avoir l’usage, autant l’utiliser pour quelqu’un qui en aurait plus souvent besoin que moi. En attendant, je lui tendais toujours la main, attendant qu’il la prenne pour se relever et qu’on puisse partir rapidement d’ici. Ce n’est pas que je n’aimais pas l’endroit, mais le fait d’avoir trouvé un presque mendiant près de cette église ne me donnais qu’une image encore plus négative de l’endroit. Finalement, je crois que je n’entrerais jamais dans ce genre de bâtiment, l’envie m’était rapidement passée. Il finit par prendre finalement ma main mais ne se reposa pas dessus pour se relever. Certainement prenait-il cela seulement comme une preuve de remerciement, ou quelque chose dans le genre. Une fois debout, je le vis se courber devant moi, ce qui me valut faire un léger pas en arrière en écarquillant les yeux avant de l’entendre me remercier. J’esquissais un nouveau sourire avant de lui répondre.

    « Redresse-toi voyons. Tu as une dignité à faire remonter et ce n’est pas comme ça que tu y arriveras, n’est ce pas ? Je n’ai pas besoin de remerciement, crois moi. »

    J’avais bien vu les quelques larmes s’écraser sur le sol alors qu’il me remerciait, et je passais rapidement ma main sur son épaule d’un geste réconfortant avant de tourner les talons et regarder devant moi, essayant d’évaluer rapidement la distance qui nous séparait de l’appartement. C’était un trajet assez court.

    « Je suis… Toshirô… »

    Je tournais la tête vers lui en l’entendant se présenter. Toshirô. C’était assez simple à retenir, et puis au moins il avait un nom déjà, je n’aurais pas besoin de lui trouver un substantif pour pouvoir lui parler. Je hochais doucement la tête en signe de compréhension avant de me présenter à mon tour.

    « Je me nomme Yuuki Kuran. Mais tu peux m’appeler Yuuki, ou tout simplement Yu. Je ne fais pas de modalité là-dessus. »

    Je regardais de nouveau la rue et voyait que les gens se faisaient de moins en moins présent. La soirée s’annonçait assez calme, tant mieux. Je m’étirai légèrement les bras en avant, avant de rajouter :

    « Je n’habite pas loin, mais tu te sens capable de marcher jusque la bas ou tu veux que je force une voiture à s’arrêter ? »

    Il faudrait aussi que je lui demande si en tant qu’habitant des rues, il connaissait une pharmacie assez spécialisé, sans pour autant préciser ce dont j’avais besoin… Je n’avais pas réellement envie de le faire fuir alors qu’il était à peine apte à mettre un pied devant l’autre. Je devais absolument me retrouver une boite de comprimés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 「Just another half dead cat on the pavement」 [PV Yuuki Kuran]   Mar 6 Sep - 22:06

Obéissant à la jeune femme, le Neko cendré se redressa. Il ne sentait pas particulièrement rabaissé en s’inclinant ainsi, car il ne s’agissait que de politesse, et que les courbettes avaient été une chose courante dans ce qu’il pouvait en quelque sorte appeler son « ancienne vie », mais il ne voulait pas la mettre mal à l’aise. Il n’avait cependant pas la force de lui expliquer tout cela, du moins pas tout de suite, et resta donc silencieux à sa remarque. Lorsqu’elle lui annonça son nom, il se contenta de faire un geste de la tête pour lui signifier qu’il avait entendu et murmura un faible « enchanté ». Intérieurement, il trouva quelque part, il ne savait trop où, assez de concentration pour remarquer que sa bienfaitrice portait le nom du courage. Saurait-il lui rendre le sien ? Tout cela semblait bien parti, mais il ne fallait pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué… Elle lui posa alors une question qui l’obligeait à encore parler, mais il ne fit en rien transparaître que cela commençait à vraiment l’épuiser. Alors même que des petits points noirs lui dansaient devant les yeux, il parvint à dire :

« N’en faîtes rien, s’il-vous-plaît. Je peux… marcher. »


Il n’avait pas envie que la jeune femme – Yuuki, pouvait-il à présent la nommer – s’attire des ennuis juste pour lui faciliter le trajet. Il n’était plus à ça près, et il n’était pas handicapé…

[Pardonne la petitesse de ce post ^^’.]

Topic terminé ! Suite ici.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 「Just another half dead cat on the pavement」 [PV Yuuki Kuran]   

Revenir en haut Aller en bas
 
「Just another half dead cat on the pavement」 [PV Yuuki Kuran]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» High School Of The Dead
» [WIP] Dead Irish Man
» Red Dead Redemption
» Red Dead Redemption
» Half penny 1907

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives-
Sauter vers: