Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arsèn Dylan Lafontaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Arsèn Dylan Lafontaine    Ven 9 Sep - 20:43


Arsèn Dylan LaFontaine

(c) CRÉDIT - FICHE
Avis de recherche

21 ans ♣ Hétérosexuel ♣ Hybride neko rebelle. Né le 19 Décembre.


- Voleur - Gentleman - Poli - Agile - Riche -
- Débrouillard - Intelligent - Rapide - Surdoué -
- Aime lire - Un peu Philosophe - Radical -
- Toujours sur ses gardes - Aime prendre son temps -
- Aime parler la langue de Shakespeare.


L'argent. Les bijoux. Les perles. Le rare; le beau; le luxueux. J'aime ça. Tout comme mes yeux qui brillent comme deux rubis. Deux jolis rubis que je vole au nez et à la barbe des bonnes gens. C'est mon plaisir. Voler. Mais je me contente parfois de plaisirs simples. Tel la bonne nourriture; une bonne compagnie. Et un bon lit en compagnie d'une jolie femme.

Néanmoins; je n'aime pas qu'on me double. Je hais cela. Arriver dans un appartement déjà dépouillé; quelle horreur! Heureusement; cela arrive rarement. Aussi; je n'aime guère les policiers. Même si il m'est arrivé d'en côtoyer. C'est parfois plaisant de se faire passer les menottes. Pour de faux.

Gentleman Recherché
Comment avez-vous connu le forum? [Réponse.] Avez-vous signé la charte ? [Réponse.]

Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur.
William Shakespeare

.

« Qu'il est élancé! »

J'ai le physique pour plaire. Je le sais depuis que je suis né. J'attirais le regard. Avec ma silhouette décharnée et ce grand costume de l'époque antérieure. Évidemment; ça me déplaisait. Qu'à moitié. Je suis quand même un homme. Mais je n'avais droit aux regard que grâce à ma physionomie maigrichonne. Tout le monde me prenait pour plus jeune que je l'étais.

J'étais d'ailleurs la risée de mes camarades. Ils me disaient tous des choses que je n'ose répéter ici. Selon eux; j'étais une erreur de la nature. Avec mon physique d'anorexique. Et mes attributs d'hybride félin.

Mais à présent; je sais pourquoi ils étaient aussi dur avec moi. Ils étaient jaloux. Je possédais un solide héritage. Et j'étais plus fort en sport que ces brutes épaisses. Alors qu'eux étaient tout en muscle et sans cerveau; j'étais au contraire fin; agile; et rusé.

Seulement; j'ai changé avec le temps. Fini le petit Dylan qui paraissait avoir sept ans aux lieu de dix. A douze ans; j'avais poussé tel une asperge; comme disait ma mère en riant. Je faisait environ un mètre soixante. Ce qui était déjà pas mal. Presque le plus grand de la classe.

Dire que maintenant; je fais un mètre quatre-vingt-cinq. Toujours aussi maigrichon; par contre.
J'ai par ailleurs toujours gardé le même genre de vêtements. A savoir costume trois pièce gris-bleu. Avec chemise noire et nœud papillon de cette même couleur. Avec une petite touche de rouge; prenant l'apparence d'un rubis; au creux de ce nœud.

Lorsque je disait avoir le physique pour plaire; après ce que je viens de déclarer; on peut en douter. Mais lorsque j'ai grandi; ma beauté n'as fait que s'accroître. Je possède à présent un charisme des plus impressionnant. Avec une fine musculature et un visage aux trait fins.

Mes cheveux; quant à eux; sont plutôt court. Et noir. Alors que mes oreilles et ma queue sont grises. Étrange contraste avec mes yeux comparables à des rubis.


Vous savez quelle est la différence entre un con et un voleur ? ... Un voleur, de temps en temps ça se repose !
Georges Lautner

.

« Mon Dieu! On m'as volé mes bijoux! »

Suis-je bien placé pour parler de mon caractère? Je n'aime guère parler de moi. En fait; je ne suis pas très bavard. Sauf lorsque le sujet me passionne. Je peut alors parler des heures durant. Et l'un de mes sujet favoris est mon petit frère. Je l'aime énormément. Il est le seul; avec Marianne; que j'aime vraiment.
Oh; j'ai bien eu quelques amourettes. Mais pas grand-chose de plus.

Néanmoins; il paraît qu'il est agréable d'être en ma compagnie. Certes; je suis à l'écoute des autres; et j'aime régler les conflits. Je suis un pacifiste dans l'âme; en quelque sorte. Mais je suis quand même un voleur. De par ce fait; j'ai toujours cru que l'on me dépréciait.

Je suis quelqu'un de plutôt solitaire; à la base. Mais il arrive parfois que je me sente terriblement seul. Tant que même les dessins de mon cher frère ne suffisent pas. Car oui; je garde précieusement toute ses lettres; tout ses dessins. Il est mon seul lien; le seul qui compte à mes yeux. Je sais que Marianne s'occupe correctement de lui; mais j'ai toujours un pincement au cœur en le sachant loin de moi.

Tout compte fait. J'ai beau être le plus grand voleur du siècle présent; je suis avant tout une personne de confiance. Je ne volerais jamais un ami. Au contraire. Je leur donnerais même une partie de mes biens; si ils le demandent.

C'est cruel par contre; de souhaiter la mort de son père. Même si il est comme il est avec moi. Qu'il m'ignore. Et ne me considère pas comme son fils; malgré le document officiel. Je sais par contre qu'il aime Marcus. Mon jeune frère hérite de tout. La fortune de ma mère; l'entreprise de mon père. Alors que moi; je n'ai rien.

D'ailleurs; cela me met en rogne. Je veux le bonheur et la prospérité pour Marc; mais j'aurais escompté posséder quelque chose. Même une parcelle de terrain. N'importe quoi. Mais pour mon père adoptif; je ne suis rien. Et parce que je ne suis rien; je ne mérite rien.

Mais malgré tout; je sais que je pourrais compter sur mon frère. Et Marianne. Chaque mois; en réponse à ma lettre; je reçois une somme d'argent rondelette; pour subvenir à mes besoins. Je ne leur ai pas dit que c'était moi; Arsèn; cambrioleur de prestige. Je ne veux pas que ma nounou soit peinée de connaître cela de moi. Je sais par contre que Marc est au courant. Mais il est trop petit pour comprendre.

A présent; je ne sait qu'ajouter. Mis à part que je suis débrouillard; méfiant. Et que j'aime parler Anglais.

Les petits voleurs sont pendus, les grands sont salués.
Wilhelm Wander

.


« Suspendu à l'appui-fenêtre; il observait. Attendant le bon moment pour entrer par effraction et voler le contenu du coffre. »

« - Mon journal! Je le croyais perdu! »

Dis-je en riant. Je l'avais malencontreusement égaré lors d'une course poursuite avec les agents de police. Tout comme eux; qui ont perdu ma trace quelques minutes à peine après le début de leur soit-disant traque. Je les trouve pitoyable. Tout simplement pitoyables. Incapable de me coincer. Certes; je suis doué. Très; voire trop doué. Je me suis fait un paquet d'ennemis. En seulement vint-et-un ans d'existence.

Je tire d'ailleurs mon nom du célèbre Arsène Lupin; gentleman cambrioleur. Et j'ai les mêmes ambitions que lui. D'où le fait que je me suis approprié son prénom pour en faire mien. Le véritable nom; inscrit sur mon acte de naissance; est Dylan LaFontaine. Jeune noble de famille moyennement riche.

Pourquoi; alors; me nomme-t-on Arsèn? L'une des raisons; et non des moindre; est le fait qu'on ne puisse remonter jusqu'à moi avec ce prénom. Tandis que si j'avais gardé Dylan LaFontaine; même le plus idiot des policiers aurait pu faire le lien. Et Dieu sait qu'ils sont idiots. Mais passons; le plus important est de parler de moi. C'est d'ailleurs cocasse d'avoir retrouvé mon journal alors que j’entreprends d'expliquer un peu ma vie à un apprenti voleur. Ou; si j'en crois certaines rumeurs; un informateur. Mais soit; je prend le risque. De toute façon; aucun de nous deux est armé; et nous ne somme pas chez moi. Même si je connais l'endroit comme ma poche. Je ne crains donc rien; en théorie.

« Journal de Dylan LaFontaine Arsèn! »

« Cher journal. Il est rare que j'écrive quelques lignes sans ma plume; mais je n'ai sous la main qu'un bic aux allures peu convenables. Je m'en excuse d'avance; de devoir apposer cette encre sur le doux papier qui est tiens. Certes; il est peu utile de s'excuser à un journal. Mais j'aime rester moi-même. Poli en toute circonstances. Et quel que soit l'interlocuteur. Ou; dans ce cas précis; le support. »

« Comme tu le sais; je suis un brigand. Un voleur; un cambrioleur. Tout comme mon modèle; Arsène Lupin. Dont j'ai pris le nom. Un gentleman tout en finesse. Mais ce n'est pas de lui dont on parle présentement. C'est de moi; Arsèn. Hybride chat. Un neko; en somme. Pourquoi suis-je né avec des oreilles et une queue féline? Je l'ignore. Une erreur de la nature; j'imagine. »

« Je ne parle presque jamais de moi; en règle générale. Mais au vu de ta spécificité; journal; je pense le faire. Ce serait bon; pour le futur; d'avoir de quoi me souvenir du passé. J'estime devoir beaucoup à l'ancien temps. Car il à fait de moi ce que je suis aujourd'hui. Et à ce que je serais demain. »

« D'ailleurs; dans le futur; je me vois riche. Mais malgré la fortune; je ne me vois pas remettre mon costume dans l'armoire. Il est plus que ma seconde peau. Il fait partie intégrante de moi. »

« Je suis né le soir du dix-neuf décembre. Il faisait froid. Trop froid. Ma mère était seule dans la grande maison où elle vivait avec mon père et ma gouvernante. C'est cette dernière; anglaise; qui m'apprit très tôt à lire et écrire. Elle m'instruisait. Car dans cette maison; il n'y a pas que l'allure qui y est austère. Mes parents l'étaient et le sont toujours. Par ailleurs; je me souviens plus d'elle que de mes géniteurs; morts il y a cinq ans. Lorsque j'avais dix-neuf ans. »

« Pour mes parents; ce n'était pas facile d'avoir mis au monde un hybride. Tous deux étaient humains. Et mon père sut très vite le nom de l'amant de ma mère. Je ne l'ai moi-même jamais connu. Mais malgré ce qu'il disait être une trahison; il garda le silence. Simplement car notre fortune venait de ma mère. De toute manière; lui aussi avait des maitresses. »

« Contrairement à mes congénères hybrides; ma vie fut pour le moins rosée. J'avais tout ce que je désirais. Sauf l'amour paternel; bien sûr. Mais il ne me battait pas. Ne me criais jamais dessus. Il se contentait de m'ignorer. Au mieux me disait-il bonjour chaque matin; avant d'aller à l'école. Ma mère; quant à elle; avait une maladie pour le moins grave. Elle ne se plaignait jamais; néanmoins son teint très pâle la trahissait. Madame LaFontaine était atteinte d'une maladie; communément appelée la maladie des os de verre. Premier stade. Le moins grave. »

« Je n'avais pas trois ans que l'on me faisait faire des tests; de peur que je souffre de la même maladie que ma chère mère. Tandis qu'elle faisait de la rééducation; j'avais droit à quelques prises de sang et autres analyses. Que je haïssais cela. Pourtant; j'eus droit à des analyses régulières une fois par mois pendant sept ans. Car je possédait; et possède encore; une fine musculature; fragile. J'étais bourré de médicaments. Matin; midi; et soir. »

« Puis; lorsqu'il fut certain que c'était ma physionomie qui était comme cela; les test cessèrent. Et j'en fus excessivement ravi. Quelle joie de ne plus avoir à me lever tôt le samedi matin pour passer la journée à l'hôpital! »

« L'essentiel du temps que je ne passais pas à l'hôpital était réparti en diverses activités; censées me muscler. Fortifier mon organisme. Et aussi mon intellect. J'aimais lire; a contrario des autres enfants de mon âge. Je ne suis pas anglais d'origine; mais ma gouvernante m'apprenait les mots dont je ne comprenait pas la signification. J'adorais lire du Shakespeare. »

« Mais je ne lisait pas que de l'anglais. Certes; j'apprécie toujours autant un bon roman anglophone. Mais ma série favorite est sans conteste « Arsène Lupin » de Marcel Leblanc. Un auteur de prodigue. D'où je me suis inspiré pour mon nom. De scène. Car ce que je fais est un art. »

« Je reste néanmoins certain que mes activités sont illégales. Mais je ne peut m'en passer. J'ai d'ailleurs commencé tôt. A l'âge de quinze ans; j'ai commencé à voler les bijoux des maitresses de mon père. Je les haïssais. Car elles faisaient indirectement du mal à ma pauvre mère. »

« Lorsque mon paternel le sut; il entra dans une colère noire. Malheureusement pour lui; ce fut le moment que choisis ma mère pour tomber et se fracturer une bonne partie de ses os. Aussi fut-il contraint d'aller aux urgences avec elle. Pauvre maman. »

« Par après; il avait oublié. Mais pas moi. J'avais adoré dépouiller ces pauvres catins des cadeaux que mon père leur faisait. Sur le compte de ma mère. Cette dernière n'arrivait pas à voir que son mari la trompait et n'en voulait qu'à sa fortune. Elle avait bien sût qu'il avait eu des maitresses. Elle croyait qu'il la testait. Lui faisait subir en retour de sa trahison. Je veux bien sûr parler de mon véritable géniteur. Certes; j'appelle quand même Robert « papa » mais pour moi; il n'est rien de plus qu'un simple profiteur. Un mécréant. Indigne de ma mère. »

« Je trouve ses actions nettement plus immondes que les miennes. Je ne vole que les riches. Pour revendre ensuite la majorité des bijoux à des collectionneurs. Ou je les rends à ma chère mère; tout simplement. Car contrairement à mon père; j'aime ma mère. Moins que ma gouvernante; je l'avoue. Mais c'est ma mère. Il n'y a qu'une personne qui vous met au monde; et je met un point d'honneur à le lui rendre. En la soignant du mieux que je peux. Avec mes maigres revenus. »

« Car mon très cher papa ne me donnais pas un sou. Alors; j'allais le soir dans son portefeuille voler quelques billets verts pour acheter quelques pâtisseries à maman. Qu'elle aimait ça! Surtout ces voluptueuses îles flottantes. Bordées de crème anglaise. Marianne; ma nounou; m'avait appris la recette. Et à présent; je la connais par cœur. C'est mon dessert préféré. »

« Quant à mon père; il détestait le sucré. Je me rend compte à présent que nous n'avions aucun atome crochu. Aucun point commun. Mis à part notre nom de famille. Vu qu'il m'avait « reconnu » en tant que fils. Unique. Héritier de la fortune LaFontaine. Enfin; surtout venant de ma mère; Adrienne De Saint-André. »

« Étant fils unique; le fait que je sois un hybride posait problème. Cela agaçait mon père au plus haut point. Contrairement à ma mère; qui m'acceptait tel que je l'étais. Mais moi; je ne voulais pas hériter de « l'empire LaFontaine ». La seule chose que je voulais; c'était continuer mes petits méfaits. Pour au final devenir comme Arsène Lupin. Un grand cambrioleur. Gentleman. »

« Depuis; les choses se sont arrangées. Mon père à manqué de faire faillite. Mais il s'est rangé. De plus; il est devenu fidèle. Et un petit frère est venu au monde. Marcus. Ce sera donc lui; l'héritier. Car je ne veux rien avoir à faire avec mon père. Plus rien. »

« Cependant; je ne me sens pas prêt à abandonner ma mère. Marianne. Et Marc. Je suis encore attaché à eux. »

« Je sais néanmoins que dans la vie; on n'as pas le droit aux sentiments. C'est douloureux. Surtout lorsqu'un proche est malade. Adrienne. Ma mère est morte. »

« C'était il y à deux ans. J'avais donc dix-neuf ans. Et Marcus en avait deux. Heureusement qu'il avait été éduqué comme moi. Très tôt séparé de maman. »

« Il aimait jouer avec mes attributs félins. Et il m'appelait Arsèn. Je lui disait tout. Il n'y a rien de plus beau que le sourire d'un enfant auquel on raconte des histoires. »

« Parfois; je me dit que j'aurais du le garder auprès de moi. Mais il est trop tard; à présent. Ce n'était de toute façon pas une bonne idée. Il avait besoin de son père. Et de Marianne. Je ne suis pas exemple. Je suis un voleur. »

« Je vole les riches. Pas comme Robin des Bois qui rend l'argent aux pauvres. Je le garde pour moi. Et en envoie une bonne partie à mon petit frère âgé d'à présent quatre ans. »

« Chaque mois; un colis arrive chez lui. Avec un jouet; un livre; ou une petite breloque. Je sais qu'il aime ça; car j'ai gardé contact avec Marianne; en cachette. C'est ma deuxième maman. »

« Mais maintenant; je suis loin. Très loin de ma France natale. Il n'y avait plus aucun riche. Et je voulais mettre le plus de distance possible entre mon père adoptif et moi. J'ai du faire le choix cruel de tout abandonner. Pour aller vivre dans une ville où les hybrides étaient foule. »

« En France; j'étais l'un des seuls. Il m'était difficile de passer inaperçu. Mais pas ici; à Gokusha. Ville du Japon. J'y suis depuis un an. Et on peut dire que je me suis bien adapté. »




Comment avez-vous connu le forum ? J'y suis, dah.

Avez-vous signé la charte ? Non, je l'ai volé.

Revenir en haut Aller en bas
 
Arsèn Dylan Lafontaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dylan Koller
» [Personnage] Dylan Stark par Pierre Pelot
» Bob Dylan
» 2,7 millions d'euros pour déflorer Natalie Dylan .
» Dylan Dog de kevin Munroe avec Brandon Routh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives-
Sauter vers: