Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Lun 12 Sep - 17:04

    Je pouvais facilement me vanter de vivre une soirée hors du commun pour une fois, enfin, si on peut dire que ma vie n’est pas déjà complètement hors du commun. C’était bien la première fois que je rencontrais en personne un hybride. J’en avais certes déjà vu dans les rues, près de leurs maitres ou encore en train de voler un marchand, mais je n’avais jamais eu l’occasion d’en parler à en serait-ce un seul. Enfin, maintenant cela était fait, j’avais même eu l’occasion d’inviter chez moi cet hybride que je connaissais pourtant à peine. Seulement, sa tristesse dans son visage mélangé au courage de sa résistance avait fait que j’avais eu un tant soit peu pitié pour lui, non pas méchamment, mais je voulais lui venir en aide. L’hybride en question, c’était Toshirô, un hybride aux oreilles de couleur fauves, de la même couleur que ses yeux, même si ces derniers montraient à quel point le jeune homme était désemparé devant la réalité qui lui faisait face depuis je ne savais combien de temps.

    Enfin. Maintenant, ce ne serait certainement plus pareil. Je lui avais proposé de venir chez moi pour reprendre des forces, et même si je me doutais qu’il ne voudrait pas abuser de mon hospitalité, je m’étais bien encré dans l’esprit de ne le laisser partir sous aucun prétexte tant qu’il ne serait pas remis correctement sur pieds. En même temps, qui voudrait vivre avec une fille -et non pas une maitresse, je ne me considère pas comme telle- au comportement étrange. En parlant d'étrangeté, il fallait que je trouve une pharmacie d’urgence, enfin, ça pourrait attendre demain. J’avais proposé à Toshirô de se faire arrêter une des voitures qui passaient pour lui demander de nous ramener chez moi mais il avait, à ma grande surprise, refusé ce geste. J’avais hoché la tête même si j’avais du mal à croire qu’il avait assez de force pour marcher jusqu’à mon appartement.

    Mais c’était pourtant ce qu’il avait fait. Sans même flancher, ou demander à s’arrêter une seule fois. Je savais que le trajet jusqu’à l’appartement n’était pas long, mais à en évaluer la faiblesse du jeune hybride, j’avais hésité lorsqu’il avait répondu négativement à ma proposition. Mais bon. Maintenant, c’était fait et nous étions arrivés à l’appartement sans encombre. Il ne restait plus qu’à monter au 5ème étage… Bah, l’ascenseur, ça ne sert pas à rien. Une fois dans la cage de l’ascenseur avec lui, j’appuis sur le bouton « 5 » et laisse la machine nous monter à l’étage demandé tandis que je cherchais mes clés dans mon sac.

    « Hum… Au fait. Je n’ai pas grand-chose à manger chez moi… Je pensais commander, tu aimes quoi ? »


    Je trouvais enfin mes clés et le regardais tandis que la porte de l’ascenseur s’ouvrit, nous laissant sortir. J’avançais vers la porte de mon appartement et ouvrit rapidement, le laissant entrer avant moi pour fermer ensuite la porte derrière moi et retirer ma veste.

    « Voilà, on est arrivé. Tu es ici comme chez toi bien entendu ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Mer 14 Sep - 15:33

Le trajet jusqu’à la demeure de Yuuki fut ardu pour Toshirô, mais le jeune Neko n’en laissa rien paraître. Certes, il avait marché lentement, et s’était emmêlé les pieds plusieurs fois, mais il n’avait jamais demandé à s’arrêter pour faire une pause et avait lutté contre l’inconscience avec une force qu’il n’aurait jamais pensé avoir. Au moins, ces semaines d’enfer lui auraient appris une chose : il était capable de subir beaucoup de choses et de tenir le coup longtemps. Qui sait, cela lui serait peut-être utile un jour, s’il se faisait séquestrer par exemple… Toutefois, une fois arrivé dans l’ascenseur, l’hybride commença à se relâcher inconsciemment, car il savait qu’ils étaient presque arrivés chez la jeune femme qui avait eu la bonté de l’inviter chez elle. Exténué, il résista à l’envie de se laisser glisser sur le sol de l’élévateur, mais s’appuya contre le mur du fond en s’agrippant aussi fort qu’il le put à la barre de fer qui longeait les murs. Ses paupières se fermèrent, dissimulant ses iris rouges-oranges, tandis qu’il prenait une grande inspiration pour se forcer à résister durant les quelques derniers mètres qui le séparait d’une couche plus confortable que le sol bétonné de la rue, le Neko cendré ne réagit pas tout de suite lorsque Yuuki lui demanda ce qu’il souhaitait manger. En vérité, il tenta d’y réfléchir pendant quelques secondes, mais il n’avait rien mangé de correct depuis un temps si long pour quelqu’un qui n’avait pas l’habitude que tout lui paraissait acceptable, même des plats qui l’auraient d’ordinaire rebuté. Et dire que tant de gens – comme lui, d’ailleurs – se permettaient de faire les difficiles alors que d’autres n’avaient rien à manger. Voilà qui lui donnait à réfléchir…

« Peu importe… »
finit-il par souffler en guise de réponse. « Ce qui vous plaira, » ajouta-t-il.

Lorsqu’ils entrèrent dans la demeure de la jeune femme, Toshirô balaya rapidement du regard ce qu’il put voir. Cela ne valait en rien le manoir de ses anciens maîtres, mais il n’allait pas faire la fine bouche, lui qui n’avait eu que la rue pour seul gîte durant un certain temps. Il aperçut un canapé en faisant quelques pas, et résista à l’envie de se jeter dessus pour dormir jusqu’à enfin avoir de nouveau assez de force pour tenir debout et manger quelque chose car cela aurait été très impoli. À la place, il resta planté là à attendre, fixant Yuuki avec des yeux à moitié fermés malgré toute sa bonne volonté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Dim 18 Sep - 16:41

Nous étions enfin rentrés. Et tant mieux car il était clair que la différence de température entre dehors et ici était forte. Il faisait bien meilleur ici et j’espérais qu’ainsi Toshirô puisse rapidement se sentir mieux. J’avais de la peine de le voir ainsi. Moi et ma grande sensibilité, voilà que j’étais touchée en plein cœur et je savais que je m’en sortirais seulement une fois que j’aurais vu le jeune garçon esquisser, même un semblant de sourire, même ça me suffirait pour me sentir mieux. J’en connais un qui m’aurait certainement encore fait le reproche d’être trop facilement manipulable. Mais j’étais certaine que Toshirô ne manipulait personne… Enfin non, je ne savais pas, mais je m’obstinais à penser ça. Je ne pouvais pas penser autrement maintenant que je l’avais invité chez moi.

J’avais retiré ma veste et l’avais posé sur le porte manteau à l’entrée avant de dire à Toshirô qu’il pouvait faire comme bon lui semblait chez moi, que c’était un peu comme son chez lui en quelques sortes. Je posais ensuite mon sac et me retournais vers le jeune hybride. Il semblait tellement fatigué, peut-être que manger passerait après un peu de repos pour lui finalement. J’esquissais de nouveau un sourire avant de me diriger vers le petit couloir.

« Viens, je vais te montrer ta chambre. »

J’avançais vers la première porte du couloir. Il y en avait trois. La chambre d’invité, la mienne, et entre les deux la salle de bain. L’appartement était petit vu sous cet angle, mais on pouvait facilement y vivre à deux, ou même trois. J’ouvris la porte de la chambre d’amis pour le laisser regarder. Le lit était déjà fait, et j’avais ajouté une couverture au cas où l’hôte aurait eu froid pendant la nuit.

« Voilà. Certes ce n’est pas très grand, mais à côté tu as la salle de bain. Il y a une douche-bain si tu souhaite te faire un brin de toilette, enfin voilà. Tu n’es pas obligé de me demander, l’appartement est tellement petit que j’entends tout. Je te demanderais juste de ne pas entrer dans ma chambre ou bien de frapper quand j’y suis. »


Je le regardais une nouvelle fois. Il avait l’air tellement fatigué que je n’étais même pas sur qu’il avait suivit ce que j’avais dis.

« Enfin… Je te réexpliquerais une fois que tu te seras reposé. Vas-y. T’en fais pas je te garderais de quoi manger quand tu te réveilleras. »

Je partis vers le salon pour prendre mon téléphone et chercher sur les nombreux post-it que j’avais le numéro du traiteur japonais que je connaissais.

« Oui bonjour, j’aimerais commander de quoi manger pour 2 personnes, voir 3… Hum… Oui j’attends, merci. »


[je te laisse imaginer le « après sieste » si tu veux, parce que sinon je pense que ça ferais un trop grand rp si je coupais maintenant. ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Lun 3 Oct - 10:28

Toshirô, toujours bêtement planté là, se contenta d’acquiescer à toutes les paroles de Yuuki. Il fixait le lit qui se trouvait sous ses yeux d’un regard clairement envieux, comme si c’était la plus belle chose qu’il eût vue de sa vie. Une fois que la jeune demoiselle qui avait eu la bonté de l’accueillir sous son toit eut quitté la pièce, le Neko cendré fut tenté de directement se jeter sur le lit sans plus se poser de questions, mais, par politesse, il ne le fit pas. Il était crasseux, et il n’avait pas envie de souiller ces draps propres, aussi décida-t-il de d’abord prendre une douche. De toute façon, cela ne risquerait pas de le réveiller. Se débarrassant de ses vêtements – de TOUS ses vêtements –, le semi-félin se rendit dans la salle de bain sans même songer à demander si des serviettes s’y trouvaient déjà où s’il devait les chercher quelque part. Par chance, sa bienfaitrice semblait prévoyante, et il en découvrit une petite pile dans un rangement. Se glissant sans plus attendre dans la douche, Toshirô l’actionna à fond, sans prêter attention au thermostat, qui lui distribua de l’eau tiède. Se saisissant du premier gel douche qu’il trouva, le jeune homme s’ablutionna aussi énergiquement qu’il était encore possible pour lui, puis se rinça rapidement.
Une fois sorti de la douche, il se sécha entièrement le corps mais n’insista pas sur ses cheveux, qui prenaient plus de temps à sécher ; aussi retourna-t-il dans la chambre d’ami avec des gouttelettes ruisselant sur ses épaules. Maintenant qu’il ne risquait plus de tout salir, il était enfin temps qu’il se repose. Défaisant le lit d’un grand geste, il se glissa à l’intérieur – oui, toujours nu, car l’idée de renfiler le même sous-vêtement qu’il avait porté pendant plusieurs semaines le dégoûtait relativement – avec, en plus, la couverture supplémentaire mise à disposition par Yuuki. Après tout ce temps passé à dormir dehors en grelotant parfois de froid, il était prêt à avoir trop chaud juste pour se rappeler de cette sensation. S’emmitouflant étroitement dans les tissus, il se lova en position fœtale et s’enfonça autant que possible dans les coussins. Le sommeil l’emporta presque immédiatement. Et il rêva.
Il rêva de ses maîtres, de toute sa vie jusqu’alors passée dans cette grande maison, heureux en tant que serviteur bien traité et entouré de personnes qui l’aimaient ou au moins l’appréciaient ; sa grande famille. Il rêva d’Eizaburô, qui l’étreignait parfois contre son grand torse pour le réconforter après un cauchemar quand il était petit, jusqu’à ce qu’il se rendorme. Il rêva de ceux qui étaient comme ses frères et sœurs, et qui formaient autour de lui comme une sorte de cocon protecteur quand venait le temps d’aller dormir ; de toute cette chaleur…
Lorsqu’il se réveilla, il se rendit compte que ses joues étaient humides, mais ce n’était pas à cause de ses cheveux. Ses yeux le piquaient, signe qu’il avait encore pleuré. Un instant, il espéra qu’il n’avait pas sangloté dans son sommeil, car il n’avait pas envie que Yuuki pense qu’il était faible. Il était juste diminué par cette mauvaise période qu’il avait passé, mais il n’était pas du genre pleurnichard. Entendons-nous bien, il n’était non plus pas du genre « un homme ne pleure pas », il trouvait ça complètement stupide, mais il pensait que pleurer tout le temps dès que quelqu’un n’allait pas bien n’arrangeait de toute manière pas les chances, alors pourquoi s’infliger cela, et l’infliger aux autres ?
Se redressant lentement, se sentant bizarre car c’était la première fois qu’il s’éveillait sans personne à ses côtés, le Neko aux yeux rouges-oranges se frotta les yeux, puis se posa une main dans les cheveux. Comme c’était à prévoir, comme il les avait laissé sécher durant son sommeil, ils avaient pris une forme étrange et s’étaient noués à certains endroits, mais ce n’était pas si important. Au moins, ils étaient propres, maintenant…
Gardant la couverture supplémentaire autour de lui pour dissimuler sa nudité à sa bienfaitrice afin de ne pas la choquer, Toshirô s’aventura d’un pas lent hors de sa chambre, regardant avec curiosité et un air encore un peu endormi à droite et à gauche pour l’apercevoir.


______________

[Excuse le temps de réponse affreusement long, mais je suis TRÈS occupé à cause de l’université ^^’.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Dim 16 Oct - 16:40

Le traiteur m’avait fait patienter une bonne dizaine de minutes avant de m’avouer qu’ils n’avaient plus la possibilité de livrer à domicile… Énervée, je jurai silencieusement contre le téléphone, ce qui ne servait à rien et ne me détendait pas plus, mais je n’avais pas trouvé autre chose à faire. Je retournais donc vers la table du salon où j’avais éparpillé les nombreux post-it sur lesquels étaient inscrit différents numéros. Je m’assis sur une chaise en cherchant un autre numéro de traiteur. Quelques secondes suffirent avant que je ne retrouve le numéro de mon traiteur japonais habituel. Au moins avec lui j’étais sûre d’être livrée. C’est tout en composant le numéro sur mon téléphone que j’entendis le bruit de l’eau dans la douche s’allumer. Dans un premier temps, j’allais me lever pour aller voir, mais me rappelant que j’avais dis à Toshirô de faire comme s’il était chez lui, j’en conclu rapidement qu’il ne faisait que ce que je lui avais dis qu’il pouvait faire. Je me concentrais donc de nouveau sur mon téléphone.

« … Oui bonjour. J’aimerais commander de quoi dîner, pour 3 personnes. S’il vous plait… Dans 20 minutes ? C’est parfait. Merci. Au revoir. »

Je reposais mon téléphone sur la table avant de rassembler les post-it t les ranger dans un des tiroirs de la commode qui se trouvait à l’entrée, comme d’habitude. Le bruit de l’eau s’était arrêté et j’avais entendu une porte se fermer, certainement celle de la chambre d’ami. Toshirô avait le temps de dormir. Et puis même s’il ne serait pas réveillé pour quand le livreur serait là, je pourrais facilement lui laisser sa part avec la quantité de nourriture que j’avais commandé.

Regardant l’heure, et voyant que je n’avais rien à faire dans le salon puisque tout le ménage avait été fait avant mon arrivé et que vu le peu de temps que je passais enfermée chez moi, je n’avais pas eu le temps de salir quoi que ce soit, même pas un peu de vaisselle, je me dirigeai vers le couloir. Passant devant la porte de la chambre d’ami, je l’ouvris silencieusement pour regarder si tout se passait bien pour le jeune hybride. Voyant la masse corporelle du jeune garçon se dessiner sous les couvertures, je me contentais d’éteindre la lumière qui était resté allumée et d’ensuite refermer la porte pour me rendre dans ma propre chambre.

Fermant la porte derrière moi, je fis un rapide tour de clé, juste par précaution. Je n’étais plus seule dans l’appartement et je ne souhaitais pas tellement faire fuir Toshirô à cause de mes… origines. Je partis d’un pas nonchalant vers mon lit où je m’assis avant d’ouvrir le tiroir de ma table de chevet, en sortant une petite boite métallique sans couleur particulière. De cette boite, je sortis 2 petits comprimés. Il ne m’en restait plus que 3 maintenant… Il était vraiment urgent que je trouve une pharmacie qui pourrait me fournir mes médicaments. Mais je ne pouvais pas m’en occuper maintenant. J’avais à faire. Je me relevais rapidement pour me rendre vers la petite table présente à côté de la fenêtre, où était posé une carafe remplie d’eau ainsi qu’un verre. Je laissais tomber les deux comprimés dans le verre avant d’y verser de l’eau.

Une fois les comprimé dissous dans l’eau, laissant l’eau devenir d’une couleur rougeâtre, je m’apprêter à boire le contenu du verre quand j’entendis sonner à la porte de mon appartement. Lâchant un long soupire, je pris mon verre, ouvrit la porte de ma chambre pour me rendre dans le salon. En passant devant la porte de la chambre où Toshirô dormait, j’avais cru entendre quelque chose mais comme la personne qui attendait à la porte avait sonné une nouvelle fois, je ne m’étais pas arrêter.

« Oui oui ! Deux secondes j’arrive ! »

Posant mon verre sur la table du salon, je partis ensuite ouvrir la porte de l’appartement.

« Bonsoir mademoiselle, c’est pour un sondage… »

« Non merci, au revoir. »

Je fermais directement la porte en soupirant, à quoi ces gens pouvaient ils servir mis à part embêter les ménages ? Je n’avais pas la réponse mais il était certain que le prochain qui sonnerait pour ce genre de bêtise passerait un mauvais quart d’heure. M’apprêtant à retourner vers mon verre, mon regard se posa sur le couloir où je vis le jeune hybride, encore emmitouflé dans le drap que j’avais mis sur le lit, et à moitié endormi en plus de cela, déambuler vers le salon. Attrapant mon verre pour aller me poser sur le plan de travail de la cuisine, je revins ensuite vers Toshirô.

« Bien dormi ? Tu as de la chance, le livreur ne devrait pas tarder à arriver ! Tu as bien dormi j’imagine ? »

Souriant légèrement, je m’éclipsais rapidement et de nouveau vers la cuisine, dans l’espoir de pouvoir finir mon verre et ne créer aucun questionnement à propos de son contenu…

« Tu as soif ? J’ai du jus de fruit si tu veux ! A la pomme ou bien… au … A l’ananas ! »

Je parlais tout en restant dans la cuisine. Ce n’était pas que la couleur du liquide présent dans mon verre ne me donnait pas envie de le boire, mais son goût était bien trop âcre par rapport à celui du sang « réel », et pourtant je devais m’en contenter, et j’avais du mal a le terminer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Mar 15 Nov - 22:51

Encore un peu vaseux, Toshirô répondit à la question de Yuuki en lui rendant simplement son sourire et en acquiesçant. Il se sentait toujours triste, mais ce minimum de confort retrouvé conjugué avec la gentillesse dont sa bienfaitrice faisait preuve envers lui le poussait à ne pas se morfondre, à essayer de sauver les apparences et de se remettre le plus vite possible. Par automatisme, le Neko cendré suivit la demoiselle vers la cuisine, pour la découvrir en train de boire un liquide écarlate alors qu’elle lui proposait différents jus de fruit pour se désaltérer. Penchant légèrement la tête, le jeune homme leva une main sous les couvertures qu’il portait pour désigner le verre de son interlocutrice.

« Je prendrais bien un peu de jus de tomate, moi aussi. J’aime bien ça, avec du sel de céleri. »


À vrai dire, si le semi-félin avait été un peu plus attentif, il aurait perçu l’inappétence de la jeune femme pour le breuvage qu’elle tenait, ainsi que sa texture trop liquide qui indiquait clairement que ce n’était pas de la tomate, mais il avait pour le moment à peu près autant de capacité de réflexion et de réaction qu’une marmotte en hibernation shootée à la morphine et au Lexomil. Ce fut cet instant que choisit son estomac pour rappeler son existence au moyen d’un gargouillis sonore. Posant subitement la main qu’il avait levée en direction du verre de Yuuki sur son ventre, Toshirô s’excusa rapidement en rougissant. Il avait l’impression de jouer les pique-assiette alors qu’il n’avait encore rien bu ni mangé qui venait de la jeune femme.


[Désolé, message court et qui a été long à venir.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Dim 20 Nov - 19:19

Franchement, je n’avais pas pensé à la possibilité que Toshiro puisse me suivre dans la cuisine pour ne pas rompre la discussion que j’avais moi-même entamée. Et j’avais été assez bête puisque maintenant je me devais de finir mon verre devant le jeune hybride, et le liquide que je buvais ne ressemblait à rien du tout, si ce n’est du sang coupé avec de l’eau… Et je peux vous dire qu’en aucun cas, ce breuvage avait le goût du sang… C’était trop âcre pour l’avoir, c’était dégoutant, tout simplement. Seulement voilà, Toshiro avait débarqué dans la cuisine tandis que je lui avais demandé ce qu’il voulait boire, bien entendu, j’avais posé cette question dans une pure politesse et je n’avais pas pensé au fait qu’il puisse vouloir quelque chose qu’il veuille mais que je ne possédais pas.

« Je prendrais bien un peu de jus de tomate, moi aussi. J’aime bien ça, avec du sel de céleri. »

J’écarquillais légèrement les yeux avant de reposer mon verre sur la table de la cuisine. Je cherchais rapidement un moyen de ne pas lui servir la même chose que moi en regardant furtivement autour de moi, même si mes gestes paraissaient assez suspects.

« Euh… Ce n’est pas du jus de tomate… Et puis je n’en ai pas… Désolée… Mais j’ai autre chose, c’est dans le réfrigérateur, tu peux regarder… »


J’esquissais un fin sourire, gênée, avant de reprendre mon verre et le finir d’une traite, avec mal, mais au moins c’était terminé, j’étais tranquille pour plusieurs heures au moins, peut-être même jusqu’à demain matin, avec un peu de chance. Je lâchais de nouveau un petit soupire avant d’entendre sonner à la porte.

« C’est surement le livreur, je reviens ! »


Je déposais mon verre dans l’évier et me rendais sans attendre vers la porte pour aller ouvrir. C’était en effet le livreur qui m’apportait ma commande. Je le payais sans tarder et rapportait le tout sur la table de la cuisine.

« Voilà, j’espère que tu aimes manger Japonais, parce que c’est ce que je mange le plus souvent ! »

Je me détendais petit à petit, non, il n’y avait pas assez de raison pour que Toshirô puisse se douter de quelque chose, ou du moins je l’espérais parce que s’il se doutait de quelque chose à propos de moi, et que ses doutes s’accumulaient, je n’allais pas tarder de devoir passer aux aveux… Je sortais le tout des sachets en posant le tout sur la table et m’installait ensuite, attendant que le jeune hybride s’installe.

« Bon appétit. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Lun 16 Jan - 0:21

Toshirô, perplexe lorsque Yuuki lui répondit que ce qu’elle était en train de boire n’était pas du jus de tomate, concentra un peu plus son attention sur le verre et se rendit compte, grâce à l’acuité de ses sens félins, que le liquide n’avait ni la texture ni même l’odeur du jus de tomate. Il n’était pas assez transparent pour être un quelconque sirop de fruits rouges, et les effluves – imperceptibles de si loin pour le nez humain – qui s’en échappaient lui laissaient dans la bouche un goût… médicamenteux ? Le Neko cendré fronça les sourcils. La demoiselle était-elle malade ? Elle avait cependant l’air gênée qu’il ait pu prêter attention à ce breuvage, ce qui voulait peut-être dire qu’elle n’avait pas envie qu’il soit au courant. Il décida donc de feindre l’ignorance pour le moment, mais nota mentalement qu’il devrait garder un œil sur sa bienfaitrice ; il ne s’agissait pas de devenir un fardeau pour quelqu’un qui n’était pas en bonne santé et avait donc d’autres soucis que de s’occuper d'un chat errant.

« Oh… euh… Eh bien, un jus d’ananas fera l’affaire alors. Merci. »


Alors que le brune prenait congé de lui pour quelques instants afin d’aller voir qui avait sonné à la porte, le semi-félin se servit dans le frigo et se versa un verre de jus. Il se rapprocha ensuite de la table sur laquelle Yuuki déposait sa commande. Que de bonnes choses à manger en perspective ! Son estomac échappant une fois de plus un gargouillement digne d’un troll, qui le fit rougir et s’excuser derechef, le jeune homme s’assit et attendit que sa bonne samaritaine en fasse de même, puis se mit à manger avec appétit d’à peu près tout ce qu’il y avait à disposition. Bien entendu, avant cela, il remercia mille fois Yuuki et s’écria « Itadakimasu ! ».

Au bout d’un moment, lorsque la sensation de vide qui avait jusqu’alors habité le creux de son ventre commença à agréablement se remplir, Toshirô se rendit compte que se gaver ainsi sans même essayer de converser avec son hôtesse devait le faire passer pour le pire des malpolis. Il tenta donc de commencer la discussion, mais rien ne lui vint.

« Alors… hmm… euh… J’espère que ça ne vous dérange pas que je sois là ? »
demanda-t-il.

Bon, c’était pas trop bien parti, hein…


[Désolé, pas top, mais au moins on va pouvoir avancer un peu.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Sam 28 Jan - 13:13

Heureusement pour moi, Toshiro ne semblait pas avoir des doutes sur mon comportement plus qu’étrange depuis qu’il m’avait demandé mon « jus de tomates », qui n’en était pas. Je l’avais laissé quelques minutes seul dans la cuisine lorsque le livreur avait sonné à la porte, ce qui me laissa le temps de décompresser rapidement, de façon à être à peu près normale lorsque le livreur fût repartit et que je vins poser la commande sur la table du salon.

Lorsque tout fut installé, même Toshirô qui attendait maintenant que je m’assois, je partis rechercher mon verre que j’avais posé dans l’évier pour le remplir d’eau après l’avoir rincé, histoire de ne pas avoir le goût du médicament encore en bouche. Je souhaitais un bon appétit à Toshirô en revenant m’assoir et le regardais manger silencieusement. Pour ma part, je piquais parfois quelque chose dans les plats, mais je ne mangeais pas réellement beaucoup, ce n’était pas dans mes habitudes, de plus que je m’étais levée tard, je n’avais pas tellement faim. J’étais heureuse de voir que le jeune hybride reprenait du poil de la bête si on pouvait dire cela de cette façon. Il mangeait avec appétit et c’était tant mieux. C’est seulement au bout de quelques minutes de silence que Toshirô le brisa, me faisant réaliser que je n’étais pas tellement bavarde depuis qu’il avait failli mettre une faille dans mes cachoteries.

« Alors… hmm… euh… J’espère que ça ne vous dérange pas que je sois là ? »

Je terminais alors rapidement la bouchée que j’avais prise, me frottant ensuite les doigts et la bouche avec une des serviettes qui avaient été livrées en même temps que la nourriture avant de lui répondre en secouant légèrement la tête.

« Non, au contraire, ça me fait plaisir que tu veuilles bien rester pour le moment. Je viens d’emménager en ville et je ne connais rien du tout… »


Je lui fis un petit sourire en reposant ma serviette, prenant ensuite mon verre pour en boire une gorgée. J’essayais de peser le pour et le contre pour voir si c’était le bon moment pour lui demander s’il savait où se trouvaient les pharmacies en ville… Parce que si j’attendais encore trop longtemps entre chaque intervalle de médicaments, j’allais finir par lui sauter dessus en pleine nuit, et ce n’était pas bon du tout comme plan. Je reposais donc ensuite, machinalement, mon verre, et le regarda d’une façon qui se voulait le plus neutre possible.

« Heum… Je me demandais… comme tu semblais être dans la rue depuis longtemps… Et peut-être que tu es en ville depuis longtemps, je ne sais pas… Je me demandais si tu connaissais quelques pharmacies, où je pourrais me rendre… Rapidement, si possible. »

Je paraissais neutre, mais ce qui pouvait me tromper le plus, c’était le fait que j’arrache lentement la serviette dont je m’étais servie quelques secondes plus tôt… Décidément, j’avais du mal à me cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Sam 12 Mai - 23:10

Toshirô ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux. Ainsi, il avait vu juste ! Yuuki était bel et bien malade. Elle venait de lui demander s'il pouvait lui indiquer une pharmacie, et même si son expression faciale restait neutre, elle ne pouvait pas lui dissimuler sa nervosité, car le sort qu'elle faisait subir à sa serviette ne lui avait pas échappé, et elle ne semblait clairement pas faire cela par pur automatisme ou pour s'amuser. À cet instant-même, il avait pris sa décision : il allait l'aider à avoir la vie plus facile ! Oh bien sûr, elle semblait n'être en rien handicapée, mais la soulager de quelques corvées tout en lui tenant compagnie ne pourrait pas lui faire de mal, n'est-ce pas ?

Avalant ce qu'il avait en bouche, puis buvant un peu pour se rincer la gorge, le Neko cendré prit ensuite une expression songeuse, réfléchissant à la localisation de la pharmacie la plus proche.

« Hmmm, à vrai dire, il y a des pharmacies dans à peu près tous les quartiers, si je ne m'abuse. C'est une grande ville après tout. Je me rendais généralement à celle du centre-ville pour mes anciens maîtres, mais je pense qu'il doit y en avoir une pas loin d'ici. Il faudrait faire le tour du quartier pour voir... » finit-il par dire.

Le semi-félin acheva ensuite de se sustenter, puis voulut prendre l'initiative de débarrasser la table, mais il se rappela très vite qu'il n'avait pour seul vêtement qu'une couverture dans laquelle il s'était emmitouflé. L'air un peu gêné, plus pour sa bienfaitrice que pour lui-même, le Neko cendré s'adressa à celle-ci.

« Est-ce que vous croyez que je pourrais nettoyer mes vêtements ? Je sais que faire une machine pour juste une tenue, c'est du gaspillage, mais ce sont les seuls habits que j'ai, et je ne vais pas continuer à me balader nu, n'est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Lun 6 Aoû - 10:09

J’étais mal à l’aise de devoir demander à Toshirô où se trouvaient les pharmacies de la ville alors qu’il ne savait même pas ce qu’il m’arrivait. Dans un sens, je n’avais pas tellement de compte à lui rendre, mais je ne sais pas pourquoi, je ne supportais pas mentir à qui que ce soit. Pourtant il le fallait, je n’avais réellement pas envie que le jeune hybride s’enfuis en sachant que j’avais des canines un peu plus pointue que la moyenne. En plus ce n’était pas tellement un problème, enfin… Si… Je n’avais presque plus de médicament et sans ça je risquais de devenir assez… Insupportable.

Il me fallut tout de même un petit moment avant de me calmer et lâcher la serviette en papier qui elle, avait plutôt souffert. Toshirô avait dit qu’il faudrait faire le tour du quartier pour voir où la pharmacie du coin se trouvait, et je me sentais un peu soulagée. C’était tant mieux si elle pouvait être tout près de chez moi, comme ça je n’aurais pas à m’absenter trop longtemps en soirée. Oui parce que c’est principalement en soirée qu’il vendait ce genre de médicament… C’était plutôt indiscret de vendre des médicaments « anti manque de sang » en plein jour.

« D’accord, c’est super alors… J’irais faire un tour… Tout à l’heure. »

Je regardais rapidement ma montre : Il était à peine 19:00. Avec un peu de chance Toshirô passerait la nuit ici, et je pourrais m’éclipser quelques minutes pendant qu’il se reposera encore. Je me sentais bien mieux maintenant que j’avais quelques projets en tête, même si je n’étais pas certaine de pouvoir les réaliser aujourd’hui, j’étais rassurée.

« Est-ce que vous croyez que je pourrais nettoyer mes vêtements ? Je sais que faire une machine pour juste une tenue, c'est du gaspillage, mais ce sont les seuls habits que j'ai, et je ne vais pas continuer à me balader nu, n'est-ce pas ? »

Je relevais la tête en même temps que je m’emparais de mon assiette, puis de la sienne dans le but de débarrasser la table et de, par la même occasion, faire la vaisselle. Je souris légèrement à sa question et répondit en hochant doucement la tête.

« Tu es ici comme chez toi. Tu peux mettre tes vêtements dans la machine à laver et si tu n’arrives pas à la faire fonctionner je le ferais. Comme ça tu auras tes vêtements propres et secs pour demain matin quand tu te réveilleras. Vas-y, je fais la vaisselle et j’arrive. »

Je lui souris une nouvelle fois avant de débarrasser toute la tables et commencer à faire la vaisselle avec comme fond sonore la télévision qui fonctionnait toujours pour rien avec moi. Je ne prenais même pas le temps de regarder les images qu’elle diffusait. Je crois que j’aurais amplement du opter pour une radio au lieu de ce rectangle qui prend toute la place dans mon petit salon.

La vaisselle était rapide à faire, étant donné que j’avais commandé. Quelques minutes plus tard, à peine, je rejoignais Toshirô dans la salle de bain, en faisant bien attention à ce qu’il porte toujours sa couverture autour de lui. Je restais derrière la porte un moment.

« Alors, ça fonctionne ? Je peux rentrer ? »


Dernière édition par Yuuki Kuran le Dim 19 Aoû - 8:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Lun 13 Aoû - 16:55

Toshirô sentit Yuuki se détendre imperceptiblement en apprenant qu'une pharmacie ne se trouvait pas loin, et cela eut pour effet de le détendre lui aussi. De toute évidence, elle devait souffrir d'une maladie qui n'était pas forcément très handicapante, mais qui nécessitait un traitement plus ou moins régulier, un peu comme le diabète.
Le fait qu'il ait pu échafauder si vite une telle théorie impressionna le Neko cendré. Il n'était pas lent d'esprit d'ordinaire, mais il avait l'impression que son cerveau était soudainement comme hyper-actif. Et comme pour lui répondre, une image lui apparut alors. Ses anciens amis hybrides, et ses maîtres. La soudaineté de cette apparition lui fit écarquiller les yeux un court instant, puis il baissa légèrement le regard. Bien sûr. Une part de lui essayait de se distraire. Il faisait toujours ça lorsque quelque chose n'allait pas ; qu'il était triste ou en colère.
Secouant la tête pour se débarrasser de ses pensées, le semi-félin voulut aider sa bienfaitrice à débarrasser la table et à nettoyer les quelques couverts qu'ils avaient utilisés, mais celle-ci avait fait son office tellement vite qu'il se retrouva sans rien à faire sur ce plan-ci. Il entreprit donc d'aller mettre ses vêtements dans la machine à laver comme l'autorisation lui en avait été accordée. Après être passé par « sa » chambre pour les récupérer, Toshirô se rendit dans la salle de bain et balança tous ses habits pêle-mêle dans le tambour. Ils étaient tous en piteux état en ce qui concernait les couleurs, mais il avait eu la chance de ne pas les trouer. Il ne prit même pas la peine de les trier en fonction de la température recommandée pour le lavage : il avait besoin qu'ils soient tous propres en une seule fois, et être lavés à une température trop haute ne pourrait de toute façon pas les abîmer plus. Du moment qu'ils ne rétrécissaient pas... Le Neko cendré ne prit également pas la peine de mettre une lingette anti-déteinte. Il faudrait qu'il se débrouille pour se procurer une nouvelle garde-robe le plus vite possible, et ses vieilles frusques aurait alors tôt fait d'être offertes à la charité.
Au moment où le jeune homme pressa le bouton de mise en route, il entendit Yuuki s'enquérir de la bonne marche de son entreprise et demander si elle pouvait entrer. L'y invitant volontiers – après tout, c'était sa maison et pas la sienne, alors elle n'aurait même pas eu besoin de demander –, il se retourna promptement en se redressant, et ressentit comme une fraîcheur sur sa peau. Un peu perplexe, le Neko voulut resserrer les draps qui lui faisaient office de vêtements depuis son arrivée, et ses mains ne rencontrèrent rien d'autre que... sa peau. Sursautant, Toshirô baissa son regard rouge oranger sur son corps nu et l'amoncellement de tissu à ses pieds. Il se figea un instant, puis, réalisant qu'il était en train de s'exhiber devant une jeune femme qu'il venait à peine de rencontrer, planta rapidement ses mains devant son entrejambe et lui lança un regard désolé tout en échappant un petit rire nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Mer 22 Aoû - 13:35

J’étais loin de penser que c’était aussi agréable de vivre avec quelqu’un dans mon petit appartement. C’est vrai, à la base j’avais décidé de venir ici pour me débrouiller toute seule, mais j’avais finalement rapidement eu besoin de quelqu’un pour me guider. Peut-être que j’étais encore un peu trop jeune pour vivre toute seule ? Je n’ai que 18 ans après tout… Il aurait certainement fallu que j’y songe avant… Mais bon c’était trop tard et maintenant il fallait que je m’assume, dans les bons comme dans les mauvais moments, en passant par les moments les plus embarrassants… Aussi.

Pourquoi je parle de choses embarrassantes ? Parce que c’est ce qui est en train de se passer. Etrangement, j’avais omis le fait que Toshirô pouvait être un … garçon, avec tout les attributs qui vont avec. Bon d’accord, jusque là il se baladait avec sa couverture autour de lui et je n’avais rien vu de dérangeant. Mais pourquoi avait il fallut que j’aille vérifier si tout allait bien dans la salle de bain, pendant qu’il mettait ses vêtements à laver ?... Si je faisais un peu plus confiance aux gens, je ne me retrouverais sans doute jamais dans ce genre de situation… Il fallait que je commence à y travailler… Sérieusement.

En plus, comme si ce n’était pas fait exprès, j’étais entrée pile au moment où le drap qui habillait le jeune hybride finissait de tomber. Comme quoi, je portais réellement la poisse en ce moment. Le temps que je réagisse à la situation, mes joues avaient eu le temps de s’empourprer et, même si j’avais tourné la tête pour ne plus voir, je ne pouvais faire sortir de ma tête l’idée que j’avais déjà tout vu, en une fraction de seconde. Mais il fallait que je me calme. Après tout, ce n’était pas la première fois que… En fait si, c’était la première fois. Voir un homme torse nu, ça m’était déjà arrivé, mais voir un homme dans son plus simple appareil… Jamais. Reprenant mes esprits, toujours sans le regarder, je décidais de rompre le malaise.

« Hum… Il est encore tôt… Je vais aller t’acheter quelque chose pour que tu puisses t’habiller en attendant que tes vêtements soient propres… Tu connais ta taille ?... »

Je n’avais pas de vêtement d’homme chez moi, et je doutais fortement que Toshirô puisse rentrer dans mes vêtements, même mes chemises. Même s’il était mince, il était bien plus musclé que moi… Je ressorti de la salle de bain en fermant la porte derrière moi et soupira longuement avant d’attraper ma veste.

« Je reviens dans 10 minutes, ok ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Jeu 23 Aoû - 20:12

Toshirô n'était certes pas vraiment du genre pudique. Il s'était déjà baladé nu devant bon nombre de ses congénères lorsqu'il appartenait encore à son ancien maître, et il n'avait pas honte de son corps, mais il avait aussi un minimum de manières, et se balader nu devant une demoiselle qu'on vient à peine de rencontrer et qui ne semble pas particulièrement en avoir envie, ce n'était pas vraiment très convenable. Ce qui expliquait sans doute pourquoi le Neko cendré contemplait avec un sérieux tout relatif l'idée de se défenestrer. Par chance, Yuuki semblait avoir décidé d'agir comme si rien de tout cela ne venait de se produire, ce qui lui fit échapper malgré lui un soupir où se mêlait le soulagement et une sorte d'exaspération contre le destin qui ne cessait de lui jouer de mauvais tours, chiffrant de 1 à plus l'infini sur l'échelle de Caliméro (c'est vraiment trooop injuste!).

Lorsque la jeune demoiselle le questionna sur sa taille de vêtements, le semi-félin lui indiqua d'une petite voix qu'il portait généralement la taille medium, puis se contenta de répondre par l'affirmative quand elle l'informa qu'elle sortait pour une dizaine de minutes.

Une fois qu'il eut entendu la porte se refermer, le Neko décida qu'il fallait qu'il fasse quelque chose pour rattraper la gaffe qu'il venait de commettre, et se dirigea, toujours nu comme un ver, vers la cuisine, où il trouva un tablier qu'il revêtit de telle sorte qu'il ressemblait à un pagne, ne cachant que ce qui devait impérativement être caché, et laissant le loisir à quiconque passerait par là d'observer à souhait son physique avantageux, quoique passablement émacié par ses conditions de vie récentes. Il se mit ensuite en quête d'un plumeau et d'un chiffon, et se mit à dépoussiérer un peu partout dans l'appartement. Et il prit une résolution ; celle de faire une demande très sérieuse à sa bienfaitrice, en essayant d'oublier l'aspect de profiteur qu'il avait l'impression de revêtir en la faisant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Dim 26 Aoû - 11:16

Même si la fin de l’après-midi commençait à s’annoncer, il faisait encore bon. Enfin, je n’avais jamais eu réellement froid, sauf quand j’étais réellement en manque, mais là je pouvais reconnaitre qu’il faisait bon. J’avais bien besoin de prendre l’air. Après ce qu’il s’était passé, je me sentais mal. Bon ce n’était pas un drame le fait d’avoir vu Toshirô dans son plus simple appareil, mais j’étais gênée, parce que si je n’étais pas venue mettre mon grain de sel quant au fonctionnement de la machine à laver, rien ne se serait passé.

Mais c’était passé, et si je me retrouvais dehors maintenant, c’était pour aller acheter quelque chose au jeune hybride, pour qu’il puisse se balader chez moi sans garder sa couverture autour de lui. Quand j’y pense, je n’avais pas pensé pendant une seule seconde qu’il pouvait se balader nu sous la couverture, autrement je serais allé lui chercher des vêtements bien plus tôt. Ce que je pouvais être crédule parfois, il fallait peut-être que je commence à m’inquiéter là-dessus !

J’entrais dans le premier magasin de vêtements pour homme que je croisais. Heureusement pour moi, il me restait une petite demi-heure avant la fermeture des magasins pour la journée. Je regardais vaguement les vêtements. Je ne savais pas tellement ce que Toshirô avait l’habitude de porter. En fait je ne connaissais rien de lui, si ce n’est son prénom. Je décidais donc de prendre quelque chose de simple : une chemise et un jean. Je pris la taille que Toshirô m’avait recommandée et je payais. Ca avait été rapide en fait. Je pourrais peut-être chercher la pharmacie tant que j’y étais, comme ça je serais tranquille.

Je commençais donc à faire le tour du quartier pour chercher la pharmacie, puisque Toshirô m’avait dit qu’il y en avait une ici. Et je la trouvais sans trop de difficulté, et elle était encore ouverte en plus ! Allez savoir pourquoi je ne l’avais pas trouvé plus tôt… Bref, je ne me posais pas plus de question et entrais.

« Bonsoir. »

Il y avait encore une personne devant moi. Et je préférais passer la dernière histoire qu’il n’y ait que le pharmacien qui m’entende. Lui au moins, j’étais certaine qu’il se tiendrait au secret professionnel.
Une fois vide, je m’avançais vers l’homme, un peu perplexe tout de même.

« Bonsoir… J’aimerais avoir ces médicaments s’il vous plait. »

Je lui tendis un petit papier où était inscrite la sorte des « médicaments » et je sentis bien que l’homme posait son regard sur moi. Ce que c’était gênant !… Il sourit et s’éclipsa dans le fond de la pharmacie, me laissant seule pendant plusieurs minutes. Mon regard se balada pour faire le tour de la salle. C’était une pharmacie plutôt banale… Ca m’étonnait qu’elle possède mes gélules. Enfin, d’un autre côté elle se faisait discrète… c’était plutôt une bonne idée. Et puis ça m’étonnerait si j’étais la seule à être … différente, dans cette ville.

Le pharmacien finit par revenir et me tendit la boite. Je payais et sortit après l’avoir remercié et salué. Il ne me restait plus qu’à rentrer maintenant. Il était tard en plus. Je repris la route vers l’appartement avec mes deux sacs à la main.



« Je suis rentrée. Je pose tes vêtements dans ta chambre, Toshirô. »

J’accordais la parole au geste et je partis ensuite dans ma chambre, fermant la porte à clé derrière moi. Je m’installais sur mon lit avec ma petite boite en fer et les médicaments que je venais d’acheter. Je transvida le tout et sortit deux gélules pour les faire fondre tout de suite dans de l’eau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Mar 28 Aoû - 18:51

Fidèle à sa parole, Yuuki fut bien vite de retour. Mais à peine l'eut-il entendu dire qu'elle laissait les vêtements qu'elle s'était procurés pour lui dans « sa » chambre que la jeune femme alla s'enfermer dans sa chambre. Craignant de l'avoir offensée par sa nudité accidentelle précédente, le Neko cendré voulut filer droit vers sa porte pour s'excuser, puis réalisa que se balader devant elle en pagne alors qu'elle venait de lui acheter des vêtements serait sans doute presque tout aussi offensant que de ne rien porter du tout. Le semi-félin se dirigea donc vers la chambre à coucher où il s'était reposé plus tôt, ferma la porte derrière lui, et découvrit une chemise noire toute simple ainsi qu'un jean posés sur le lit. Défaisant son pagne improvisé pour se retrouver une fois de plus en tenue d'Adam, le jeune homme découvrit cependant bien vite que sa bienfaitrice avait oublié de lui acheter des sous-vêtements. Non pas que cela le gênait de se la jouer « commando » et de ne rien porter sous son pantalon – il l'avait déjà fait plusieurs fois, même si ce n'était pas ce qu'il y avait de plus confortable dans un jean. Mais il ne pouvait pas lui en vouloir. Après tout, elle n'était pas obligée d'être aussi généreuse envers lui, et puis le fait de l'avoir vu dans son plus simple appareil avait dû vraiment la chambouler au fond...

Enfilant les habits sans plus réfléchir, Toshirô alla ensuite se planter devant la chambre de la damoiselle et, déglutissant car un peu nerveux, toqua doucement à la porte.

« Yuuki ? »
s'enquit-il d'une voix un peu plus aigüe que d'ordinaire. « Je- je voulais juste vous dire que je me suis habillé, et que la taille ne pose aucun problème, et... euh... »

Bon, allez, il fallait qu'il se lance.

« Écoutez, je sais que vous êtes malade. Je l'ai senti. Et je voulais savoir, comme je n'ai nulle part où aller... »

Le Neko cendré s'arrêta abruptement de parler. Mais bon sang, qu'était-il en train de raconter ? Il avait choisi exactement les bons mots pour lui faire penser qu'il profitait de sa générosité et qu'il comptait jouer au squatteur et vivre à ses crochets. Bafouillant, il tenta de se rattraper.

« Enfin, je veux dire, pensez pas que je vous utilise ou quoi que ce soit, c'est... C'est juste que... J'ai jamais vécu seul, je sers les humains normaux depuis ma naissance et je... Enfin je me disais que, peut-être, je pourrais rester avec vous, que vous pourriez... devenir ma maîtresse ? »
finit-il d'une petite voix timide. Tellement petite qu'il se demanda même si elle l'aurait entendu à travers le bois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Sam 1 Sep - 11:01

Qu’elles étaient longues à fondre, ces pastilles. Si seulement ça allait plus vite, je pourrais plus vite en terminer tout les jours avec ça ! Mais non, ça prenait bien son temps, et ça me faisait perdre le mien. Bon ok il faisait nuit maintenant et je n’avais plus rien à faire avant le lendemain, mais quand même…

Je me contentais donc de fixer mon verre, ou plutôt, fixer les deux médicaments qui créaient des petites bulles dedans. C’était assez étrange quand on y pense… Du sang en médicament. Juste pour que je ne devienne pas folle et que je ne morde pas le premier venu. Bah, si ça pouvait m’éviter de mordre Toshirô, c’était bien, je n’avais pas tellement envie qu’il reparte à la rue. Tiens, en parlant de lui, il me fit sursauter en frappant à ma porte. J’y dirigeais alors mon regard, l’entendant parler.

« Yuuki ? … Je- je voulais juste vous dire que je me suis habillé, et que la taille ne pose aucun problème, et... euh...»

Je m’apprêtais à poser mon verre à un endroit discret pour aller lui ouvrir lorsqu’il continua, avec une voix un peu plus déterminée maintenant. Comme s’il avait quelque chose à me demander… Je m’approchais alors de la porte, sans l’ouvrir cependant, l’écoutant attentivement.

« Écoutez, je sais que vous êtes malade. Je l'ai senti. Et je voulais savoir, comme je n'ai nulle part où aller... »

J’écarquillais les yeux en l’entendant. Qu’est ce qu’il voulait dire par « malade » ? … Est-ce qu’il usait de ce mot pour ne pas en utiliser un autre comme celui de « vampire » ou « buveuse de sang » ? Je commençais à me demander si je n’étais pas un peu parano la dessus. Comment aurait-il pu savoir de toute façon ? Il avait juste vu un verre contenant un liquide rougeâtre tout à l’heure, il ne pouvait pas faire de conclusion si hâtives. Il reprit la parole ensuite, certainement parce qu’il voulait tout déballer ce qu’il avait à dire avant que je ne puisse répondre. C’était tant mieux parce que, pour le coup, je ne savais pas quoi dire.

« Enfin, je veux dire, pensez pas que je vous utilise ou quoi que ce soit, c'est... C'est juste que... J'ai jamais vécu seul, je sers les humains normaux depuis ma naissance et je... Enfin je me disais que, peut-être, je pourrais rester avec vous, que vous pourriez... devenir ma maîtresse ? »

Je soupirais légèrement lorsqu’il eu terminé de parler, me pinçant doucement l’arête du nez en repassant ses paroles dans ma tête. Je détestais être considérée comme une maitresse, parce que celles qui se considèrent comme telles sont des humaines « normale ». Hors, je ne le suis pas.
Constatant que mon médicaments s’était finalement dissous dans le verre, je bu rapidement le contenu, sans faire attention au goût amer qui me restait dans la gorge. Je parti reposer le verre sur ma commode avant d’aller déverrouiller ma porte pour ouvrir et voir Toshirô, habillé comme il l’avait mentionné plus tôt.

« Hum… »

Est-ce que je pouvais continuer à lui mentir et soutenir l’idée que j’étais malade ?... Ce n’était pas vraiment le cas, mais d’un autre côté ce n’était pas faux étant donné que je prenais des médicaments…

« C’est un peu gênant que tu ai deviné ça… Mais bon tant pis, c’est fait. »

Soupirant faiblement, je sortis de ma chambre en fermant la porte derrière moi. Il s’agissait maintenant de répondre à sa demande en ce qui concerne devenir sa maitresse. Je partis vers la cuisine silencieusement, en espérant qu’il me suive.

« Tu sais… Je ne suis pas tellement du genre à… Adopter, ou les choses dans ce genre… »

Je le regardais rapidement avant de sortir une pomme du réfrigérateur, lui demandant du regard s’il en voulait une, je repris ensuite.

« Non pas que je ne veux pas que tu restes, hein… ça me ferait même plaisir de t’éviter de retourner à la rue ! Mais je ne veux pas que tu te considère comme étant en dessous de moi. Tu sais, comme c’est souvent le cas entre un maitre et son hybride… ça, je n’en veux pas. »

Je croquais ensuite simplement dans ma pomme en m’appuyant sur le plan de travail de la cuisine, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   Mer 5 Sep - 17:04

Après que Toshirô eût attendu avec anxiété durant plusieurs secondes qui lui parurent être plusieurs minutes, Yuuki finit par ouvrir la porte de la chambre, le faisant légèrement sursauter. À l'expression qu'elle arborait, le Neko cendré pouvait clairement dire que sa bienfaitrice était gênée. Ainsi, il avait bien mis le doigt sur quelque chose. Elle lui confirma un instant plus tard qu'il ne s'était pas fait d'idées ; elle était bel et bien malade. Même si ses instincts animaux le lui avaient déjà soufflé, le jeune homme se sentit tout de même désolé pour elle de l'entendre. Il ne put s'empêcher, au fond de lui-même, de trouver cela injuste. Lorsqu'il était à la rue, à moitié en train de mourir sur le bitume, il avait vu des tas de gens en bonne santé défiler sous ses yeux, et, souvent, il avait été témoin de leur égoïsme, voire de leur méchanceté, qu'ils soient dirigés vers lui ou vers un autre badaud qui se trouvait là à ce moment ; et, à côté de ça, il y avait Yuuki, une jeune femme qui, en plus d'être jolie, avait fait preuve d'un altruisme totalement désintéressé, et qui se retrouvait frappée d'une maladie qui la forçait à avaler régulièrement une médication qui lui était pénible.

Soupirant en se disant qu'il ne pouvait malheureusement pas y faire grand-chose, le semi-félin suivit la brune jusqu'à la cuisine sans dire un mot, n'osant pas la regarder dans les yeux lorsqu'il se planta en face d'elle et déclinant d'un petit geste de main la pomme qu'elle lui offrait. Il venait à peine de se gaver à s'en faire exploser la panse à ses frais. En plus de passer pour un profiteur, il aurait encore par-dessus le marché eu une image de cochon – autant de par son appétit que de par son exhibition involontaire sous les yeux de sa bienfaitrice. Il baissa encore un peu plus le regard en entendant la jeune femme déclarer qu'elle « n'était pas du genre à adopter ». Mais même si, pour être honnête, il était énormément déçu, il ne pouvait pas lui en vouloir. Elle lui avait permis de survivre, lui avait offert le gîte et le couvert sans réserve alors qu'elle aurait pu passer à côté de lui sans le regarder, et l'entretenir n'était sans doute pas dans ses moyens – même s'il aurait été plus que prêt à trouver n'importe quel travail pour contribuer au confort du ménage.

Nonobstant, lorsque la suite du discours de Yuuki leur parvint, ses oreilles félines, jusqu'alors quasiment pointées vers le sol, se redressèrent avec espoir, à l'instar de son regard ambré qui brillait de reconnaissance. Sans se réfléchir, il se jeta sur elle pour la serrer dans ses bras. Vu qu'il était plus grand qu'elle d'au moins deux têtes, il enfouit son visage dans les cheveux de la jeune femme et répéta bien une dizaine de fois qu'il la remerciait. Le jeune Neko s'écarta ensuite d'elle et s'inclina avec respect, malgré ce qu'elle venait de dire. Elle acceptait de le garder ! Et en plus, elle le considérait comme son égal, une sorte de colocataire en somme. Lui qui avait été domestique depuis sa naissance, celui lui fit tout drôle. Ses anciens maîtres, bien que traitant tous leurs hybrides correctement, et même amicalement, avaient cependant toujours fait en sorte que tout le monde dans la villa sache quels étaient sa place et son rang. Ainsi, Toshirô avait grandi avec l'idée que, si certains hybrides s'en sortaient mieux que d'autres et ne finissaient pas esclaves de maîtres affreux, ils ne pouvaient cependant pas espérer autre chose qu'être au service des humains, et voilà que Yuuki venait peut-être d'ouvrir une porte sur une toute nouvelle vie de liberté pleine et entière pour lui.

Souriant de toutes ses dents en se redressant, le Neko cendré ne dit qu'une chose :

« Vous ne le regretterez pas ! »

[Voilà ! Je sais pas ce que tu en penses, mais je crois que ce topic est fini, non ? ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voilà, c'est ici. [PV Toshirô]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Disneyland Resort] Une employée voilée porte plainte !
» Voilà, voilà, j'arrive!!!
» femme voilée :)
» Femmes voilées, le pire continue
» pneu avant voilé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives-
Sauter vers: