Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le choix du destin [ Pv : Max Hunter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le choix du destin [ Pv : Max Hunter   Dim 8 Jan - 14:22

La nuit avait été rude. D'ignobles cauchemars n'avaient cessé de rendre visite à Maeko durant son sommeil. Des souvenirs tachés de tristesse.... Des limbes de son ancienne vie, du temps ou elle était libre....

Les pâles rayons du soleil percèrent l'obscurité pesante du magasin. Petit à petit, le monde limité dans lequel la jeune neko vivait se réveillait. La lumière vint titiller ses paupières, se moquant de son sommeil. Maeko grogna, se roula en boule et voulu retourner dans ses rêves, préférant affronter les souvenirs plutôt que la dure réalité. Malheureusement, son répit fut de courte durée. Ouvrant la porte dans un grand bruit, le gérant de cette immonde animalerie pénétra dans la pièce. Dans ses mains crasseuse, il attrapa une épaisse tige de métal trainant sur son bureau et vint frapper les portes des différente cages avec.

-Debout bandes de feignasses! Allez! On se réveille!


Le son de sa voix rocailleuse associé au tintamarre que fessait le bâton métallique en cognant les barreaux eu rapidement comme effet de réveiller tous les pensionnaires -ou plutôt prisonnier- de l'animalerie. La pièce fut bientôt emplie de grognement, injures et protestations en tout genre. En gémissant, Maeko se terra au fond de sa cage en se bouchant les oreilles. Ses mains ne parvenaient toutefois pas à atténuer la cacophonie ambiante. Des rations d’aliment, pour la plupart pourris, furent jetées dans chaque cage. A son arrivée, la jeune enfant n'avait même pas daigné de jeté un regard sur ces immondices. Mais la faim, cette terrible faim, avait fini par la rattraper et elle avait dus se résoudre à dévorer ces choses horribles. Lorsque sa part lui fut donnée, elle se jeta dessus, tachant d'ignorer le gout et l’odeur que dégageait cette pourriture.

C'est ainsi que vivaient les victimes des infernaux traqueurs d'hybrides. Leurs existence se résumaient a ça : vivre dans des cages minuscules, être traité comme des chiens, manger de la bouille pourrie, recevoir des coups de bâtons... Un seul but, un seul espoir leurs permettaient de rester lucide. L'espoir d'être adopté par un maitre bon et gentil! Enfin, comparé à cet enfer d’animalerie, même le fait d'être adopté par un sadique pouvait sembler merveilleux! Pourquoi étaient t'ils tombés si bas? Qu’avaient t’ils commit pour mériter cela?


La cloche sonna, entrainant avec elle le premier client de la journée. L’heureux –ou malheureux- élus fut une neko que je ne connaissais pas bien, âgée d’une vingtaine d’année. Elle passa devant nous, accompagnée de son nouveau maitre, et nous lui lançâmes au passage divers encouragements et regards compatissant. Et de un. Toute la matinée, la porte s’ouvrit pour laisser passer des clients ressortant tous avec leurs nouveau « animaux de compagnie ». Le patron, lui, les accueillait tout content, pour leurs présenter la bête de leurs choix. Lorsque l’achat était fait, il retournait a son bureau, distribuant au passage quelques coups de pieds a certain malheureux le lorgnant d’un noir regard, et comptaient ses billets en chantonnant.

La porte s’ouvrit pour une énième fois. Je restais tapie au fond de ma prison et observait comme toujours le nouvel arrivant. J’espérais secrètement, que mon jour de chance, le jour de ma libération, était arrivé. Et si cette personne était mon nouveau maitre ? L’espoir était en moi. L’espoir de sortir de cette prison glaciale.


Dernière édition par Maeko le Jeu 12 Jan - 15:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le choix du destin [ Pv : Max Hunter   Lun 9 Jan - 21:56

Cela faisait maintenant une semaine que Max s'était lancé à la recherche d'une hybride, et jusque là, sa quête n'avait pas été couronnée de succès, c'était le moins que l'on pouvait dire.
Au début il avait pensé trouver facilement. Avec tous ces hybrides en vente, ce ne devrait pas être difficile de trouver chaussure à son pied.
Il avait rapidement dû déchanter.

Son goût personnel se portait sur les jolies nékos, belles, blondes, féminines, sportives, avec de la poitrine et un corps de sirène, de grands yeux et une bouche pulpeuse et sexy. Seulement, forcément, c'étaient les plus demandées, elles partaient toutes en premier. Celles qui restaient étaient sauvages, rebelles, et ne savaient de toutes façons ni lire ni écrire. C'était frustrant au possible. Il en avait presque renoncé.

Et puis, ce jour-là, il avait raté une affaire parce que le client n'avait pas voulu laisser de message sur le répondeur. Ce n'était pas une catastrophe, mais c'était quelque chose que Max détestait quand même.
Aussi, en fin d'après-midi, s'était-il décidé à faire une fois de plus le tour des animaleries, sans succès jusqu'ici. C'est donc passablement agacé que le détective privé entra de cette animalerie, sa carrure d'athlète s'encadrant dans la porte un instant.

En ce début juin, il était vêtu d'un jeans beige et d'un T-shirt brun rouge. Il portait des chaussures épaisses genre Doc Martens et tenait négligemment sur son épaule un blouson de cuir.
Ôtant ses lunettes de soleil, il entra dans le magasin d'un pas décidé et marcha droit sur le marchand.

« Bonjour, Monsieur. Bienvenue dans cette animalerie. Tous nos pensionnaires feront de charmants compagnons pour vous. Qu'est-ce qui vous ferait plaisir ? Je peux vous laisser visiter, ou bien peut-être que je peux vous aider à faire votre choix ? »

Max regarda autour de lui et secoua la tête. Ces animaleries lui donnaient toujours le cafard. Toujours les mêmes cages trop petites, la même nourriture dégoûtante. A se demander s'ils voulaient vraiment vendre leurs hybrides ou juste les laisser mourir de mauvais traitements.
Mais, aujourd'hui, l'ex flic n'était pas venu faire dans le philanthropique ou la protection des animaux.

« Bonjour. Je cherche une hybride docile et qui sache lire et écrire. Est-ce que vous avez ça ? »

Le marchand eut l'air surpris.

« Ah ? Euh... Voilà une demande originale... Je... Vous ne préférez pas une jolie néko, qui sache danser ? Ou bien qui ait de grandes qualités au lit ? Vous voyez ce que je veux dire... Un grand gaillard comme vous pourrait s'amuser et... »

« Oui, bien sûr, ça me plairait beaucoup tout ça. Mais je pourrais toujours lui apprendre ce que je veux qu'elle sache faire. Par contre, j'ai vraiment besoin qu'elle sache lire et écrire, et je n'ai pas le temps de lui apprendre ça. »

« Bien sûr, je comprends, monsieur. En plus c'est moins amusant que de lui apprendre comment se comporter dans votre lit pour vous satisfaire. »

Max leva les yeux au ciel, mais il n'était pas là non plus pour faire dans la discussion philosophique. Il décida donc de couper court.

« Voilà, on va dire ça comme ça. »

Le marchand se retira derrière son comptoir un moment et compulsa ses registres tandis que Max essayait de ne pas regarder tous les hybrides qui le regardaient avec des grands yeux suppliants pour essayer de le convaincre de les prendre chez lui.
Au bout de quelques minutes, le marchand revint.

« Je crois que j'ai ce qu'il vous faut, monsieur. Si vous voulez venir par ici. Evidemment, une néko qui possède ces compétences, c'est nettement plus cher, vous comprenez. »

Max comprenait surtout que le vendeur allait essayer de lui soutirer le maximum, mais il le suivit tout de même.
Ils s'arrêtèrent devant la cage d'une Neko à la peau pâle et aux longs cheveux noirs.

« Voilà notre oiseau rare ! Elle s'appelle Maeko. » dit le vendeur avec l'air de celui qui va vendre les diamants de la couronne impériale.

Le visage de Max se ferma. Il était évident qu'il était déçu par l'apparence de la jeune hybride qu'on lui proposait. Toute en longueur, les jambes maigres, la poitrine débutante, elle avait l'air d'une adolescente en crise de croissance plus que d'une femme. En plus, il préférait les blondes à la peau bronzée...

« Ah bon... » fit-il, l'air manifestement désappointé. « Mais quel âge elle a ? Elle est pas vraiment féminine. Vraiment pas, même... »

Le marchand fit la moue. Il voyait le risque de louper sa vente.

« Elle a dix-huit ans, je vous assure. C'est vrai qu'elle n'est pas très très sexy, mais elle est très docile et vous arriverez bien à lui apprendre ce que vous voulez. »

« Mouais... Lui apprendre à être sexy... Ben voyons... »

Max était là et hésitait. D'un côté, il avait besoin d'une secrétaire, mais d'un autre... il aurait bien aimé aussi un peu d'amusement dans son lit, et cette fille était à peu près aussi proche de ses fantasmes que la banquise est proche de Miami.

« C'est vrai... Je... je peux vous consentir une ristourne... »

Le marchand lâchait prise, sentant que son client risquait de repartir sans rien acheter.
Si Maeko voulait faire quelque chose pour tenter de convaincre l'homme à la carrure de sportif qui se tenait devant elle de l'emmener, c'était le moment. Mais avait-elle envie de servir un tel Maître qui avait l'air si superficiel ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le choix du destin [ Pv : Max Hunter   Mar 10 Jan - 17:48

Roulée en boule dans sa cage, Maeko observait le nouvel arrivant qui s'était à présent dirigé vers le comptoir. Elle était beaucoup trop loin pour entendre la conversation dans son entièreté mais, elle put tout de même capter quelques bribes de phrases. Le début ne l'intéressa guère, une simple formule de politesse! La suite devint néanmoins plus intéressante! D'après ce qu'elle avait compris, l'homme recherchait une neko capable de lire et d'écrire ! Or, dans cet endroit pourris, Maeko était l'une des seules rassemblant ses capacités! Tenait-elle enfin sa clé de sortie? La suite que débita le vendeur déplus quelque peu la jeune fille. Le sexe. Cet imbécile de marchand n'avait que cette idée en tête....Et LUI, était t'il pareil? Bah , si cet humain pouvait la faire sortir d'ici , elle serait bien obligée de se soumettre a ses 4 volonté....Et elle le ferais ! N'étais-ce pas le principe de l'échange équivalent? Sa liberté contre une autre sorte d'assouvissement. Si ce gars pouvait la sortir de ce taudis affreux, elle ferait tout ce qu'il désirerait, même ses souhaits les plus humiliants.... L'hybride avait déjà gouté la saveur de l’enfer, elle savait que tout châtiment, que tout autre endroit serait mieux que la maison de Satan dans laquelle elle vivait. Le marchand et son client quittèrent enfin le comptoir. Quand Maeko s'aperçu qu'ils se dirigeaient vers elle, son cœur bondit de joie. Elle lâcha un miaulement satisfait et tenta de se lever par réflexe......avant de se rendre compte que l'étroitesse de la cage ne permettait que la position assise.....

Elle se rassit donc et observa les deux humains.

« Voilà notre oiseau rare ! Elle s'appelle Maeko. »

Une folle envie de mordre le vendeur pris l'hybride. Il parlait d'elle comme d'un animal! Enfin, les conditions de vie d'ici ressemblaient aussi étrangement à celle d'un animal....Non! Même le pire des chiens ne voudrait pas de cet endroit! Enfin bon.... La jeune fille se retint du mieux qu'elle put de ne pas enfoncer ses crocs dans la gorge de ce crétin de vendeurs et fixa l'autre de ses yeux violet.

« Ah bon... Mais quel âge elle a ? Elle n’est pas vraiment féminine. Vraiment pas, même... »
Cela tournait mal....Le visage de l'homme s'était fermé et affichait un air qui paraissait être de la déception... Il est vrai que Maeko n'avait pas un physique très avantageux....Elle n'était pas l'une de ces neko sexy que les humains désiraient tous. Elle n'était pas non plus l'une de ces mignonnes petites filles que certaines personnes prenaient pour remplacer un enfant perdu.... Elle n'était qu'une adolescente qui n'avait pas grand chose de désirable.... Néanmoins, elle avait un, même deux ou trois atouts qui n'étaient pas donné à tous : l’intelligence, le don de savoir lire et écrire et surtout le chant. Depuis toute petite, la jeune Maeko adorait chanter diverses mélodies aux autres gamins de son âge ou au passants dans la rue. Elle n'avait jamais montré sa voix d'or a ses parents, estiment que ça n'en valait pas la peine. C'était en arrivant dans cet endroit, fredonnant de temps en temps une musique, qu'elle avait appris que sa voix pouvait être exploitée. Les autres pensionnaires du magasin lui demandaient souvent, une fois le marchand partis, de chanter une ou deux chansons. Peut être pouvait t'elle utiliser cet atout afin de se faire choisir par cet humain? Et si cela marchait?

Néanmoins ce n'était pas gagné d'avance. Le peu d'enthousiasme qu'il avait démontré face à elle avait attisé le peu d'espoir qu'elle conservait. Ses oreilles veloutée s'abaissèrent légèrement de chaque côté de son crâne, affichant clairement une tristesse profonde. Ses yeux s'assombrirent et sa tête retomba légèrement.

« Elle à dix-huit ans, je vous assure. C'est vrai qu'elle n'est pas très sexy, mais elle est très docile et vous arriverez bien à lui apprendre ce que vous voulez. »

« Mouais... Lui apprendre à être sexy... Ben voyons... »

« C'est vrai... Je... je peux vous consentir une ristourne... »

Il fallait qu’elles agissent dès maintenant ou sa clé de sortie allait s'évaporer sous ses yeux! Mais que faire? Tenter quelque chose dans une cage ou l'on ne pouvait même pas se coucher de tout son long....bah ce n’était pas gagné d'avance! Tant pis! Autant tenter le tout pour le tout! Lui dire le fond de sa pensée n'arrangerais peut-être pas les choses mais, elle ne se sentait pas capable de venir minauder devant lui et de le supplier comme le fessaient les autres neko....ça ne marchait pas! Elle avait déjà tenté le coup avec d'autres! Devant la pitié, les humains s'enfuyaient...

L'hybride leva les yeux et planta ses pupilles dans celle de son espoir vivant. Un petit sourire sincère s'afficha sur ces lèvres tandis qu'elle lui parlait de sa voix cristalline.

-Je ne suis peut être pas la plus jolie, ni la plus désirable des neko. Je ne connais pas grand chose à ce qui vous intéresse vous, humains. Je ne suis pas le genre d'hybride qu'on aime exposer aux regards de tous peux être....

Mais j'ai d'autres qualité! Je possède l'intelligence , ce que beaucoup d'hybride n'on malheureusement pas toujours.....Faute d'apprentissage ...De plus , j'ai une faculté d'apprentissage assez élevée ...Je suis plutôt rusée et je sais être discrète. Je sais également être très loyal envers ceux à qui je dois une fière chandelle! Je ne suis peux être pas celle que vous espériez mais, je vous jure que je me soumettrais a tous vos ordres, que je ferais n'importe quoi pour assouvir vos moindres désirs! Je ne peux pas vous obliger à me prendre à votre service.... Mais, je dois vous poser cette question : Préférez vous une neko incapable de penser par elle même et ne sachant pas prononcer un mot qui sera votre pantin ? Ou préférez vous une hybride qui possède un esprit bien a elle, capable de vous aidez dans des situations difficiles, mais qui désire intenssément être votre marionnette? Posez-vous la question....

Certaine qu'après cette déclaration, elle n'allait vraiment pas être choisie, Maeko se roula en boule, tournant le dos aux deux hommes et commença à fredonner une berçeuse qu'elle avait si souvent entendue dans son enfance.


Spoiler:
 


Qu'importait si le vendeur la punissait pour cet affront. Qu'importait si elle n'était pas choisie... Qu'importait si elle restait pourrir éternellement dans cette cage...

Aujourd’hui, elle s'était décidée à démontrer ce qu'elle pensait. Et cela fessait du bien de relâcher la pression un instant! Les yeux fermés, une larme roula sur ça joue. Avait-elle clôturé son destin?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le choix du destin [ Pv : Max Hunter   Mar 10 Jan - 20:20

Le discours improvisé de la jeune neko avait pour le moins surpris les deux hommes, le marchand comme l'acheteur. Mais la réaction de chacun fut bien différente.

Le premier à réagir fur le vendeur, apparemment ulcéré de la liberté de ton qu'avait employé Maeko pour parler à une client potentiel. Non seulement il estimait qu'elle leur avait manqué de respect mais, et c'était bien plus grave à ses yeux, elle allait lui faire rater une vente.

« Comment oses-tu ! Sale petit chat de gouttière ! Tu devrais être reconnaissante qu'on t'ait repêchée dans la rue où tu traînais comme une malpropre ! On t'amène ici, on te nourrit et c'est comme ça que tu nous remercie ?!? En narguant les clients et tes bienfaiteurs ?!? Attends ! Je vais t'appendre, moi ! »

Et, sur cette menace, il était parti, furieux, dans le fond du magasin, sans doute pour y chercher quelque chose.
Max, lui, n'avait pas bougé. Il avait croisé ses bras musclés sur son torse puissant et porté une de ses mains à son menton. Il réfléchissait. La néko avait marqué un point ou deux avec sa sortie...

Le premier point, le plus évident, c'est qu'elle avait raison pour ce qui était du poste de secrétaire. Non seulement elle savait lire et écrire, ce qui était effectivement assez rare, mais elle faisait aussi preuve d'une certaine intelligence. Elle ne s'était pas défendue sottement. Elle avait prouvé qu'elle pouvait prendre des risques et des initiatives. C'était quelque chose qui serait utile si elle devait gérer des clients pendant que Max était sur une enquête.
Oui, ce caractère dont elle venait de faire preuve pourrait être un avantage dans le travail qu'il comptait lui confier.

Le second point était plus personnel. Encore que. Plus il y pensait, plus il approuvait sa manière de voir. Plutôt que d'avoir à son service une hybride qu'il utiliserait simplement parce qu'il pouvait se le permettre, il trouvait bien plus satisfaisant qu'elle décidât d'elle-même de se soumettre, que cette obéissance absolue fût quelque chose qu'elle voulût lui donner plutôt qu'un état de fait imposé par la force des choses, la violence et la coercition.
D'abord, bien sûr, parce qu'il fallait bien qu'il la laisse seule gérer le bureau de temps en temps, et qu'il n'avait pas envie d'avoir sans cesse peur qu'elle ne le dévaste pour se venger des mauvais traitements, ou simplement qu'elle s'enfuie et aille causer des dommages dont il serait financièrement responsable.
Ensuite... Eh bien ensuite il était extrêmement grisant de se dire qu'elle acceptait sa domination sur elle de son plein gré, en toute connaissance de cause. Mieux : qu'elle la désirait. C'était là une base qui lui semblait bien plus... excitante. Oui, le mot était lâché. Excitante.
C'est vrai, elle n'était pas la plus jolie des nékos qu'il avait vues. Mais elle n'était pas non plus vilaine. Rien de rédhibitoire en tout cas. Et, avec sa promesse de soumission absolue, elle avait réussi à capter l'intérêt de Max.
Il y avait juste un problème : et si elle avait menti ?

Le vendeur revint, la mine toujours furieuse, portant un trousseau de clés et un bâton.

« Je vais t'apprendre, moi ! Je vais te montrer ce que c'est que d'être obéissante ! »

Il ouvrit à la volée la porte de la cage de Maeko et entra sa main à l'intérieur pour attraper la jeune néko par les cheveux. Il la tira sans ménagement à l'extérieur et la força à se relever, puis il la poussa contre la cage et leva son bâton avec l'intention de la frapper de toutes ses forces.

Le bâton resta en l'air.
Le bras musclé du détective privé l'avait arrêté dans sa course, à la grande surprise du vendeur.
Max jeta un regard froid au marchand qui le regardait avec étonnement et colère.

« Un instant. Est-ce que je peux m'en charger ? » demanda-t-il.

Le vendeur, voyant peut-être l'espoir de vendre quand même cette néko rebelle, abaissa son bâton et le tendit à Max.
L'ex flic secoua la tête et ne prit pas le bâton. Il ne tenait pas à casser la jeune fille animale. Un bâton... vraiment... quel crétin ce type.

Sans un mot, il s'approcha de Maeko, la fit se retourner dos à lui, et poser ses mains sur la cage, devant elle, puis il appuya sur son dos, de manière à ce qu'elle se cambre et présente ses fesses en arrière et en l'air. Toujours sans un mot, il releva la robe courte et noire qui masquait les formes de la jeune néko, révélant ainsi un postérieur un peu étroit mais ferme et rond.
Il agrippa les cheveux de la jeune fille d'une main ferme et l'obligea à arquer sa tête en arrière. Il ne faisait pas un usage brutal de sa force, il ne cherchait pas à lui faire mal, mais il maintenait sa prise fermement : tant qu'elle ne résistait pas, il n'y avait pas de douleur ou presque, mais si elle résistait... tant pis pour elle, il ne s'arrêtait pas. La seule douleur qu'elle ressentirait dans ce mouvement serait celle qu'elle s'imposerait en résistant.

Une fois que le jeune corps de Maekio fut arqué en demi lune, la tête en arrière, les fesses bien exposées, Max leva la main et l'abattit sur le postérieur de la néko, la main bien à plat, donnant à l'impact un maximum de surface. Une fois, deux fois, trois fois, la main s’abattit. Il n'utilisait pas toute sa force, il ne voulait pas la blesser, mais il frappait assez fort pour créer une sensation de cuisson intense et une chaude rougeur sur la peau de la néko. Encore et encore et encore sa main s'abattit pour une fessée cuisante plus que vraiment douloureuse. De temps en temps, sa main s'interrompait pour masser un peu ces globes qu'il fessait fermement. Une ou deux fois même, sa main s'aventura fugitivement sur l'entrejambe de la petite néko, juste un petit contact presque par hasard, juste pour voir le visage qu'elle ferait à ce contact, avant de continuer sa fessée magistrale.
La scène ne dura qu'une minute à peine, Max usant de sa musculature pour maintenir sans effort la jeune fille sous sa domination, mais n'en abusant pas au point de lui faire vraiment mal.
L'animalerie était devenue silencieuse, et seuls les bruits de la main de l'homme tombant sur les fesses de Maeko pouvait être entendu.

Ignorant le vendeur qui regardait la scène avec un regard concupiscent, Max rabaissa finalement la jupe de la jeune fille et la fit tourner sur elle-même, pour qu'elle lui fît face. Tirant un peu sur ses cheveux, il l'obligea à lever la tête et à le regarder droit dans les yeux.

« Et maintenant, mets tes mais croisées dans le dos et regarde-moi bien en répondant à ma question : est-ce que tu désires obéir à tous mes ordres ? Est-ce que tu désires réellement et intensément être ma marionnette ? »

Les yeux de Max fouillaient le regard noir de la jeune neko à la voix d'or. Après un tel traitement, il espérait bien savoir si elle avait menti tout à l'heure ou bien si elle était sincère, si elle était rebelle ou bien docile.
Si elle était sincère et docile, alors il la prendrait avec lui et irait avec elle au comptoir pour l'acheter et lui choisir un collier qu'il lui passerait lui-même au cou.
Sinon... elle retournerait dans sa cage, et lui à ses recherches...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le choix du destin [ Pv : Max Hunter   Mer 11 Jan - 14:59

Peur et joie

Douceurs et douleurs.

Satisfaction et mécontentement.



Nombreuses furent les émotions opposées qui assaillirent Maeko dans les minutes qui vinrent.

Lorsque le visage du marchand avait prit une teinte rouge vive, elle avait immédiatement su qu’une bonne correction l’attendait ! Il s’était mit à pester contre elle, les muscles contractés par la fureur. C’était assez effrayant de le voir ainsi !



« Comment oses-tu ! Sale petit chat de gouttière ! Tu devrais être reconnaissante qu'on t'ait repêchée dans la rue où tu traînais comme une malpropre ! On t'amène ici, on te nourrit et c'est comme ça que tu nous remercie ?!? En narguant les clients et tes bienfaiteurs ?!? Attends ! Je vais t'appendre, moi ! »



Sur ces mots, il était partit dans l’arrière boutique, allant surement chercher de quoi la faire regretter éternellement le discours qu’elle avait prononcé. Maeko était partagée entre la peur et la satisfaction. Elle était heureuse d’avoir osé prononcer ces mots, heureuse d’avoir démontré ce qu’elle pensait. Mais, son acte allait lui valoir une punition des plus cuisantes ! Elle s’en doutait bien. Même si le visiteur n’avait encore rien dit, elle avait surement fait perdre un client potentiel au patron…. Et elle allait le payer cher, très cher. Quand elle entendit le gérant revenir, elle se tapit au fond de sa cage, les oreilles rabattues sur son crâne et les crocs découverts. Mais la peur perçait cette attitude qu’elle voulait menaçante. Sans s’inquiété de ce chat qui pouvait mordre et griffer, le marchand ouvrit la cage et la tira sèchement par le bras. Maeko aurait pu se sauver. La porte était ouverte et le marchand n’était pas bien dur à battre ! Mais deux obstacles l’auraient empêchée de trouver la liberté. Le premier était ce visiteur à la carrure imposante. Il n’aurait eu aucun mal à la rattraper et la punition aurait été plus rude encore. Le deuxième était tout simplement ses jambes engourdies. Ces longues journées passées en position assise dans une cage minuscule les avaient "endormies". Le temps que le sang revienne irriguer ses jambes, elle faillit tomber plusieurs fois. Mais le marchand ne lui en laissa pas l’occasion. Il la plaqua durement contre les barreaux et leva un bâton dans l’intention de lui faire comprendre qui était le maitre de ces lieux. Le bâton…..tant de souvenirs douloureux s’associaient à cet objet de l’enfer. Ce bâton, le même que sa mère utilisait pour la battre lorsqu’elle était petite… Tant de mauvais souvenirs inscrits dans un simple morceau de bois….

La matraque improvisée s’abbatit sur elle. Maeko ferma les yeux, attendant la douleur ….qui ne vint pas ! Elle rouvrit les paupières et se rendit compte que le coup avait été stoppé par le client à la carrure de colosse ! Un sourire lui étira les lèvres. Voulait-il l’adopter malgré ce qu’elle avait dit ? S’il réagissait en la protégeant, cela devait être le cas non ? Mais la peur suivit bien vite cette joie.



« Un instant. Est-ce que je peux m'en charger ? »



Un frisson parcourut l’hybride des pieds à la tête. Le fait qu’il la punisse lui même, quitte à la frapper ne la dérangeait pas tellement. Si elle devenait sa Neko, elle devrait se soumettre a lui pour des moments agréables comme désagréable. Etre puni sans protester deviendrait alors l’une de ses obligations. Mais la carrure imposante de l’homme en disait long sur sa force ! Il lui suffirait d’un mouvement pour la briser en deux comme une vulgaire poupée de porcelaine. Il pouvait, s’il le souhaitait, casser tout ses membres comme de simples allumettes. L’homme n’accepta cependant pas le bâton que lui tendait le marchand. Il obligea la jeune fille à se retourner et à poser les mains sur la cage. En appuyant sur son dos, il la fit se cambrer et releva sa courte robe noire. En effleurant sa peau, les mains de l’homme provoquèrent un frisson chez la jeune fille. Cependant, ce n’était pas un frisson de dégout ou de peur, c’était même plutôt agréable ! L’humain l’attrapa ensuite par les cheveux et tira. Il ne lui fit pas mal pour autant. Il ne semblait pas vouloir la blesser. Comme une marionnette, l’hybride se laissa faire, n’opposant aucune résistance. Ses mains s’abattirent sur ces fesses, plusieurs fois. La douleur, bien que mordante, n’était pas de la souffrance. Elle sentait qu’il n’y mettait pas toute sa force. Heureusement d’un côté….Cela dura bien une minute.

De temps en temps, elle sentait sa main s’égarer dans son entre-jambe, fugitivement. C’était nouveau pour elle, et ces courts instants étaient comme la joie dans la douleur. Le sucre au milieu de l’acide. Une sensation agréable s’emparait alors d’elle et un sourire étirait alors ses fines lèvres. La punition pris finalement fin et il rabaissa la jupe de Maeko. Tenant toujours ses cheveux, il la fit pivoter et tira sur ceux-ci, l’obligeant à le regarder droit dans les yeux.



« Et maintenant, mets tes mais croisées dans le dos et regarde-moi bien en répondant à ma question : est-ce que tu désires obéir à tous mes ordres ? Est-ce que tu désires réellement et intensément être ma marionnette ? »



Elle fit se qu’il lui ordonnait et répondis immédiatement, un air calme sur le visage.



-Je désire ardemment devenir votre marionnette ! Je souhaite réellement être a vos ordres et assouvir le moindre de vos souhaits ! Ordonnez et je serais votre pion pour agir selon vos désirs ! Désirez et je serais là pour vous écoutez ! Je suis décidée ! Il ne vous reste qu’a choisir !



Le choix de Maeko était fait. Elle voulait servir cet homme qu’elle ne connaissait pourtant pas. Quelque chose d’intéressent se dégageait de lui. Il n’était pas comme tous ses visiteurs qui entraient ici. Il semblait différent. Son caractère, sa manière d’agir, etc. Tout en lui intriguait l’hybride. Elle était prêt du but, si prêt du but. Parce que après tout, servir un maitre, n’était-ce pas la son souhait ? Depuis qu’elle était enfermée ici, elle ne cessait d’espérer que quelqu’un viendrait la chercher. Et cette personne, elle lui serait redevable a vie et serait prête a tout pour lui !

Oui , elle voulait servir cet humain!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le choix du destin [ Pv : Max Hunter   Mer 11 Jan - 19:09

Il est facile de mentir avec des mots bien choisis, mais bien plus difficile de mentir avec son corps.
Certes, une bonne actrice aurait pu maintenir un visage impassible et calme et quand même mentir sur son désir d'appartenir à ce maître qui venait, en guise de premier contact, de lui administrer une fessée publique. Mais Max, à tort ou à raison, ne pensait pas que ce fût le cas cette fois-ci.

Peut-être son jugement n'était-il pas véritablement objectif, cependant. Les réactions de la jeune fille animale avaient été plus que plaisantes pour lui.
Elle ne s'était pas mise à pleurer ni à supplier, ne s'était pas non plus emportée ni rebellée violemment. Simplement, elle l'avait regardé dans les yeux et avait énoncé son désir avec une soumission calme et pourtant décidée. Elle avait une personnalité, du caractère, sans pour autant que ce fût un mauvais caractère, et cela plaisait au détective privé.
La manière dont elle avait accepté la punition qu'il lui avait infligée lui avait plu également. Pas seulement pour le calme avec lequel elle avait subi sa domination, d'ailleurs. Non. Ce qui avait fait battre le cœur de l'homme plus vite, c'était le léger sourire de plaisir qu'elle avait eu lors des quelques brefs contacts intimes qu'il s'était permis sur elle.
Oui, elle avait beaucoup de choses qui plaisaient à Max, des qualités qui devenaient apparentes quand on grattait la surface.
Il lui vint l'idée qu'il allait pouvoir en faire quelque chose, quelque chose qui lui plairait.

Le détective privé prit le menton pointu de la néko entre deux doigts, l'obligeant à se dresser sur la pointe des pieds, et caressa légèrement la peau douce de l'hybride. Ses yeux noirs restèrent plantés fermement dans ceux de la jeune chatte, et il prit quelques instants pour apprécier ce moment où elle était là, mains derrière le dos dans une attitude soumise et pourtant attentive, ce moment où leur destin allait prendre un tournant.
Il sourit.

« A partir de maintenant, Maeko-chan, tu es à moi. Tu m'appelleras Max-sama devant les autres, et Maître quand nous serons seuls. Je serai ton seul Maître et tu m'obéiras en tout. »

Ce n'était plus une question, c'était une affirmation faite d'une voix à la fois calme et résolue, une voix sans colère, mais qui ne laissait pas de place pour une quelconque opposition. Il avait décidé.

Relâchant le menton de celle qui était maintenant SA neko, il prit les rubans qui pendaient du collier qu'elle s'était improvisée et l'entraîna derrière lui vers le comptoir.
Derrière eux, le vendeur suivait, ravi d'avoir finalement fait une vente.

« Eh bien, cher client, comme vous pouvez le voir, les petits compagnons que nous proposons sont de première qualité et je suis ravi que vous ayez trouvé un animal qui vous plaise. »

L'ex flic fit la grimace. D'abord, il voyait que le vendeur essayait de revenir sur sa ristourne, et ensuite, il n'aimait pas le terme d'animal.
Sortant sa carte bleue et son stylo de la poche de son blouson pour pouvoir signer les papiers, il répondit d'une voix coupante comme un katana, alors que son visage ne cessait d'exprimer un calme apparent parfaitement maîtrisé.

« Vous avez fait plusieurs allusions aux plaisirs sensuels que je pourrais tirer de vos pensionnaires, et maintenant vous les traitez d'animaux. Est-ce que vous seriez en train de me traiter de zoophile ? »

Le vendeur blêmit, sentant venir la colère du client, et, de nouveau, le risque de rater la vente. Il avala sa salive et bafouilla des excuses.

« Non, non, bien évidemment non, monsieur... C'est un malentendu, une manière de parler... »

Le regard de l'homme à la carrure impressionnante se planta dans celui du vendeur, avec une autorité dure qui fit ciller le marchand.

« Mettons les choses au point. Maeko n'est pas un animal. C'est une neko. Elle est à moi maintenant. Il n'y a qu'une seule personne désormais qui ait le droit de la rabaisser, de l'humilier, de la punir ou d'abuser d'elle, et cette personne, c'est moi. J'attends des autres qu'ils la traitent avec le même respect qu'ils me témoignent à moi car elle est désormais ma possession. Suis-je clair ? »

Le vendeur serra la mâchoire, manifestement en désaccord avec Max, mais il n'osait pas contrarier un client. Surtout un client si musclé et irascible.

« Oui... Tout à fait Monsieur... »

« Bien, alors, voilà ce que je propose. Vous m'aviez accordé une remise. Je vais l'oublier et payer le prix inscrit sur la cage, mais en échange vous aller m'offrir un collier, un harnais et une laisse de mon choix. »

Là non plus, il ne s'agissait pas d'une question. Cependant, le vendeur ne protesta pas, soit qu'il n'osât pas, soit qu'il fût finalement content de la tournure des évènements. Il désigna une série de boîtes posées sur des étagères sur lesquelles étaient posés des colliers de formes et de couleur diverses, puis il s'en fut dans l'arrière boutique pour graver la plaque qui allait indiquer le nom de Maeko, son Maître et sa nouvelle adresse, plaque qu'il fixerait ensuite sur le collier que son client aurait choisi.

Tirant sur les rubans qu'il n'avait pas lâchés, Max attira la jeune neko vers le rayon des colliers et harnais. Son doigt passa rapidement sur les colliers à clous, ceux avec du strass, ceux trop fantaisie et ceux qui ressemblaient à des colliers de chien. Il finit par en sélectionner quelques-uns, rouges et noirs. Il regarda sa neko d'un air appréciateur.

« Mmm... Non. Pas rouge. Noir. Tu as l'air d'aimer cette couleur. » dit-il en la regardant.

Un sourire vint éclairer son visage un instant et sa main s'éleva à nouveau pour caresser la joue de l'hybride.

« Je ne voulais pas te vexer tout à l'heure. Tu n'as peut-être pas les proportions d'un mannequin, mais tu es jolie. Et tu as une très jolie voix. »

Sans s'arrêter plus que cela, il reprit son choix, écartant certains colliers au fur et à mesure, pour finalement fixer son choix sur un collier noir assez large, rembourré et donc confortable, avec une clochette comme celle qu'elle portait déjà.

« Il est imperméable, tu pourras donc le garder sous la douche. En fait, je veux que tu le gardes tout le temps. Il te rappellera que tu as un Maître à chaque seconde de ta vie. »

Déjà, il ôtait le collier de rubans qu'elle s'était fait dans sa vie d'avant.
Il passa derrière elle, repoussant ses longs cheveux noirs sur son épaule et passa le collier autour de son cou. Ses gestes étaient sûrs, précis, sans brutalité, mais suffisamment fermes pour ne pas laisser de choix à la jeune néko. Un clic métallique marqua son entrée dans sa nouvelle vie. Désormais, elle appartenait à cet homme qui était devenu son Maître.

D'une main, Max fit tourner la jeune fille animale sur elle-même, et passa le doigt dans l'anneau à la base du collier. Il tira pour obliger sa néko à se hausser sur la pointe des pieds, et à se rapprocher tout contre lui.
Lentement, il baissa son visage vers elle, regardant d'abord ses yeux et puis laissant son regard descendre vers les lèvres de la jeune fille.

« Bienvenue dans ma vie, Maeko-chan. » dit-il simplement dans un souffle, en posant ses lèvres sur celle de la jeune hybride.

De son autre main, il avait attrapé les poignets de la jeune fille et les maintenait tous les deux derrière son dos, au creux des reins, immobilisant ses bras, et la serrant tout contre lui.
Sa langue se fraya un passage entre les lèvres de la jeune fille pour aller trouver sa langue à elle et la caresser pour la première fois. Un baiser à la fois calme et dominateur, possessif et sensuel.

Il y avait encore d'autres choses pour elle dans la boîte, des choses assorties au collier, mais elles attendraient. Il voulait pour l'instant goûter sa bouche, prendre possession de sa neko, et affirmer son empire sur elle par la contrainte et par la sensualité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le choix du destin [ Pv : Max Hunter   Jeu 12 Jan - 17:33

Durant quelques minutes, Maeko vit l’homme réfléchir. C’était plutôt bon signe ! L’humain reporta ensuite son attention sur elle, prit son menton entre ses deux doigts, l’obligeant par la même occasion à se hisser sur la pointe des pieds. Ses doigts effleurèrent sa peau en une délicieuse caresse tandis que ses pupilles étaient fixées sur les siennes. Enfin, il sourit, sourire que l’hybride lui rendit a son tours.

« A partir de maintenant, Maeko-chan, tu es à moi. Tu m'appelleras Max-sama devant les autres, et Maître quand nous serons seuls. Je serai ton seul Maître et tu m'obéiras en tout. »

Tout avait été prononcé d’une voix calme et ferme à la fois. Pas une question, non. Plutôt une affirmation ! Toujours souriante, Maeko hocha la tête et conclus le pacte d’une simple phrase dans sa langue maternelle, le japonais.

« Hai ! Max-sama ! »

Son nouveau maitre l’attrapa doucement par son collier improvisé et l’entraina à sa suite. La jeune néko le suivit sans protester et attendit sagement que l’affaire entre le marchand et lui soit réglée. Ecoutant d’une oreille attentive la discutions, son regard restait obstinément posé sur celui qui était à présent son maitre. Elle aimait beaucoup sa voix, a la fois calme et ferme, une voix qui ne laissait aucune opposition se faire. C’était d’ailleurs l’une des choses qui lui avait beaucoup plu chez l’homme. Il était à la fois Yin et Yang, nuit et jour. Il n’était pas l’un de ces humains banaux, que l’on pouvait facilement classer en une catégorie ! Non, Max-sama avait un caractère presque indéchiffrable. Dans chacun de ses actes, dans chacune de ses paroles, on pouvait distinguer deux facettes. Il n’était pas comme les autres, et la jeune néko aimait beaucoup cela !

« Eh bien, cher client, comme vous pouvez le voir, les petits compagnons que nous proposons sont de première qualité et je suis ravi que vous ayez trouvé un animal qui vous plaise. »

Et ça y est ! L’envie de mordre cet abrutit de marchand avait rattrapé la jeune fille. Elle se contint néanmoins, ne voulant pas faire mauvaise figure devant son nouveau maitre. Elle se contenta donc de fixer le vendeur avec un regard sombre. La mâchoire de Max se contracta suite à la tirade du gérant. Visiblement, les propos du vendeur ne lui plaisait guère a lui aussi ! Il lui répondit d’une voix qui était calme comme un fleuve tranquille mais coupante comme la lame d’un sabre. Yin et Yang.

« Vous avez fait plusieurs allusions aux plaisirs sensuels que je pourrais tirer de vos pensionnaires, et maintenant vous les traitez d'animaux. Est-ce que vous seriez en train de me traiter de zoophile ? »

« Non, non, bien évidemment non, monsieur... C'est un malentendu, une manière de parler... »

« Mettons les choses au point. Maeko n'est pas un animal. C'est une néko. Elle est à moi maintenant. Il n'y a qu'une seule personne désormais qui ait le droit de la rabaisser, de l'humilier, de la punir ou d'abuser d'elle, et cette personne, c'est moi. J'attends des autres qu'ils la traitent avec le même respect qu'ils me témoignent à moi car elle est désormais ma possession. Suis-je clair ? »

Une grande admiration pour cet humain et un grand bonheur submergèrent Maeko.Il ne la prenait pas pour un simple animal ! Et puis, en y regardant de plus près, toute la réponse du maitre plaisait énormément à la jeune néko ! Une joie plus grande encore la parcourut lorsqu’elle vit que le marchand n’était pas très heureux de ces paroles ! Pour l’avoir côtoyé pendant plusieurs années, l’hybride devina même qu’il était carrément en colère ! Une colère qu’il devait néanmoins contenir pour ne pas finir au tombeau….La queue de la néko battit l’air de droite à gauche, signe qu’elle était extrêmement contente. Non seulement cet humain allait la sortir d’ici et allait devenir son maitre, mais en plus il avait remis a sa place ce marchand tyrannique ! En un mot, il était formidable !

« Oui... Tout à fait Monsieur... »
« Bien, alors, voilà ce que je propose. Vous m'aviez accordé une remise. Je vais l'oublier et payer le prix inscrit sur la cage, mais en échange vous aller m'offrir un collier, un harnais et une laisse de mon choix. »


Le gérant, sans dire mots, désigna une séries de boites contenants divers articles et partit dans l’arrière boutique afin de graver la plaque qui pendrait bientôt a son cou. Son maitre tira sur le collier et l’emmena a sa suite afin d’examiner les colliers. Pendant qu’il choisissait, Maeko ferma les yeux et renifla l’air ambiant dans lequel diverses odeurs de cuirs et de plastiques se mélangeaient. Le cuir avait une odeur particulière qui lui plaisait assez bien ! Elle comprenait d’une certaine manière pourquoi les chiens prenaient autant de plaisir à mordiller leurs laisses ! Max pris finalement plusieurs colliers dont les teintes voyageaient du rouge au noir.

« Mmm... Non. Pas rouge. Noir. Tu as l'air d'aimer cette couleur. »



Un sourire éclaira son visage et il leva sa main pour caresser doucement la joue de Maeko qui ronronna un peu suite à ce délicieux contact. Ses mains étaient fermes et douces à la fois. Et ces caresses provoquaient a chaque fois une onde de plaisir chez la jeune fille.

« Je ne voulais pas te vexer tout à l'heure. Tu n'as peut-être pas les proportions d'un mannequin, mais tu es jolie. Et tu as une très jolie voix.

Maeko rougit jusqu’aux oreilles , chuchota un remerciemment et regarda son maitre continuer ses recherches. Son choix s’arrêta finalement sur un large collier noir surmonter d’une clochette.

« Il est imperméable, tu pourras donc le garder sous la douche. En fait, je veux que tu le gardes tout le temps. Il te rappellera que tu as un Maître à chaque seconde de ta vie. »

Un large sourire étira les lèvres de l’hybride. Elle avait enfin trouvé un maitre ! Un maitre tout simplement incroyable ! Elle acquiesça une fois encore et laissa l’homme lui attacher le collier d’une main précise et sure. Désormais, officiellement, elle appartenait corps et âme a son maitre. Son but était atteins ! Elle pourrait désormais servir cet humain qu’elle appréciait déjà énormément ! Max la fit pivoter sur elle-même et tira sur l’anneau à la base du collier, l’obligeant à se hisser sur la pointe des pieds. Son regard descendit sur ces yeux avant de continuer son chemin sur ces lèvres. Ses poignets étaient emprisonnés dans l’étau puissant des mains de Max, la serrant ainsi contre lui. Cette proximité fit battre le cœur de l’hybride à 100 km/h. Son sang battait un rythme effréné dans ses tempes. D’un souffle l’homme chuchota une unique phrase.

« Bienvenue dans ma vie, Maeko-chan. »

Enfin, ses lèvres se posèrent sur celle de la néko. Celle-ci battit des paupières, un peu surprise par cette sensation nouvelle, et ferma les yeux de contentement. La langue de son maitre franchit la barrière de ses lèvres et vint caresser doucement sa langue. Une véritable explosion mêlant plaisir et douceurs ! Sans s’en rendre compte, la longue queue noire de Maeko vint s’enrouler autours de la jambe de Max, étaux velouté et doux. Ce baiser mélangeait possession et sensualité ! Un mélange incroyable qui émerveillait encore l’hybride. Elle aurait voulus que les lèvres de son maitre prennent une éternelle possession des siennes mais malheureusement, le marchand revint, une petite médaille en main. Décidemment, il fallait qu’il dérange toujours tout celui la ! Ne pouvait-il pas réussir autre chose que lui pourrir la vie à elle et au autres néko ? Maeko planta son regard dans celui de son nouveau maitre et attendit, souriant toujours.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le choix du destin [ Pv : Max Hunter   Ven 13 Jan - 0:32

Si Max avait encore le moindre doute sur la sincérité de sa néko quand elle lui avait affirmé désirer être à lui, il aurait été rassuré par les mille et un petits signes involontaires du plaisir qu'elle ressentait à devenir sienne.
Il avait perçu le sourire triomphant qu'elle avait eu lorsqu'il avait remis le marchand à sa place, le rougissement lorsqu'il l'avait complimentée. Plus encore, il avait adoré sentir la queue de la jeune hybride s'enrouler autour de sa cuisse en un réflexe qui trahissait son envie d'être encore plus proche de lui, physiquement au moins. Le détective privé avait aussi adoré sentir le corps de sa néko se raidir sous l'effet de son baiser, un raidissement de surprise, tout de suite suivi par une langueur sensuelle qui laissaient entrevoir bien des plaisirs partagés à explorer.

Mais pour l'heure, il était temps de revenir aux formalités de l'adoption. Papiers à signer, certificat de vaccination... Le marchand remit la médaille d'identification à Max et repartit au fond de son échoppe pour faxer les paperasses à la Préfecture.
D'un geste précis, le détective privé glissa la médaille sur l'anneau. Cette fois, elle était à lui.
C'était étrange... Il y avait quelques minutes encore il la considérait d'un œil critique et peu amène, et maintenant voilà que son regard s'arrêtait avec bienveillance sur l'arrondi harmonieux de son visage. Oui, il était content de son achat jusqu'ici. Il était content de sa néko.

« Tu as l'air d'une neko docile, Maeko-chan. » dit-il en passant un doigt sur ses lèvres. « J'aime beaucoup cela. »

Il plaça les mains de la neko à nouveau croisées derrière son dos, sans lui donner d'instruction, juste pour voir si elle allait comprendre qu'elle devait garder la position et attendre que son Maître lui donne une autre consigne.

Ils étaient à nouveau seuls et Max décida qu'il était temps de voir ce que recèlait le reste de la boîte dans laquelle se trouvait le collier. Un sourire vint se peindre sur ses lèvres, un sourire en coin, comme si son cerveau travaillait déjà sur une idée excitante.
De la boîte, il tira ce qui semblait être un bas de bikini en cuir. Il y avait des boucles sur le côté pour l'ajuster. L'arrière était tout simplement un string, tandis que, sur l'avant une petite bosse était stratégiquement placée pour venir stimuler le bouton le plus sensible de l'anatomie féminine. A vrai dire, il y avait aussi deux emplacements sur lesquels on pouvait fixer des accessoires plus pénétrants, mais Max ne voulait pas commencer aussi brutalement avec elle. Ce qui comptait, ce n'était pas la destination, c'était le voyage.

Relevant la jupe de Maeko, il passa une main sur ses hanches et, prenant soin de caresser la peau de la jeune hybride tout le long de sa descente, il fit glisser sa culotte tout en bas, la dénudant sans guère lui laisser de possibilité de résister.
Puis, avec des gestes expérimentés, il fixa le string de cuir, y compris la batterie en arrière. La télécommande permettait de déclencher un choc électrique, ce que Max n'aimait guère, ou bien une vibration agréable, ce qu'il adorait. Mais, là encore, il comptait garder le plaisir de la découverte pour plus tard.

Après avoir ajusté l'étrange vêtement et s'être assuré que le vibreur appuyait juste là où il fallait, le détective se relèva, dominant soudain sa néko de presque deux têtes et de toute sa largeur d'épaules. Il plongea ses yeux dans ceux de la jeune hybride, vérifia d'un bref regard que le marchand les avait laissé dans ce coin isolé du magasin, puis il lui dit simplement :

« Enlève ta robe. Tu la laisseras ici, avec ta vie d'avant. »

Le ton était doux, mais, là encore, il s'agissait clairement d'un ordre, pas d'une suggestion. Max ne criait pas ses ordres. Il les donnait d'une manière calme mais claire. Et aucun retard dans leur exécution n'était toléré. Si elle ne s'exécutait pas, il la déshabillerait lui-même, et elle en serait quitte pour une punition.
Il ne savait pas si elle aimait ou pas cette robe ou sa vie d'avant, mais cela l’indiffèrait. Désormais, elle entrait dans une nouvelle vie. Sa vie.

Une fois sa jolie hybride dénudée, à l'exception de son étrange string de cuir, Max lui fit signe de tourner sur elle-même afin qu'il puisse l'admirer à loisir.
Ses yeux caressaient sans retenue les formes de la jeune fille animale, ne laissant aucun recours à sa pudeur pour s'exercer : elle lui appartenait, et il entendait le lui faire sentir dans le moindre de ses gestes.
Au bout de quelques instants, il leva la main et vint la poser sur son épaule, interrompant son mouvement de rotation. Plongeant son regard dans celui de la neko, il fit descendre sa main le long de sa poitrine et vint caresser d'un doigt léger ses seins ronds et fermes, passant doucement sur leurs pointes.

« Tu n'as pas à avoir honte d'être nue devant moi, Maeko-chan. Tu es jolie. Et tu es à moi. Tout ce que tu es m'appartient désormais. »

Pendant un instant, il laissa leurs regards fixés l'un dans l'autre, tandis qu'ils apprennaient peu à peu à se connaître, à se reconnaître, à s'accepter l'un l'autre. Il avait tant de choses à lui faire accepter. Tant de barrières à faire tomber... Oui, il pensa qu'il allait aimer ce voyage.

Prenant son blouson de moto, il le lui passa et ferma la fermeture éclair, puis remonta les manches. Vu leur différence de taille, ce blouson faisait à la petite neko une sorte de minirobe en cuir noir qui s'arrêtait juste sous ses fesses.
Elle était maintenant habillée de ce blouson qui portait l'odeur de son Maître. Il n'y avait que lui et elle qui savaient comment elle était habillée, ou déshabillée, en dessous.

Ramassant la boîte qui contenait collier et string, il la referma, laissant les autres accessoires à l'intérieur, pour plus tard.
Prenant la laisse, une jolie laisse en cuir noir, élégante et courte, il l'accrocha à l'anneau qui se trouvait à la base de son collier avant de passer la sangle à son poignet gauche.
D'un geste à la fois impérieux et sans brutalité, Max tira sur la laisse, obligeant la jeune hybride à venir de nouveau se coller à lui, debout sur la pointe des pieds. Leurs lèvres se frôlèrent un instant et, avec un sourire, il lui mordilla gentiment la lèvre, en signe de domination, avant de l'embrasser une fois encore, laissant sa langue caresser un long moment la langue un peu râpeuse de la femme-chat.

Puis il fallut retourner voir le marchand, récupérer les papiers.

« Eh bien, voilà, tout est en règle. J'espère que vous serez content de votre achat. Passez un bonne journée ! Au revoir, monsieur... »

Une fois de plus, Max se retourna vers le marchand et le fusilla du regard :

« Messieurs Dames. »

Le marchand eut un sourire nerveux et dit rapidement.

« Oui... oui naturellement... Au revoir Messieurs... Dame... »

Une fois sorti, Max ne put s'empêcher de rire en pensant à ce marchand, un petit crétin qui se prenait pour quelqu'un parce qu'il martyrisait des êtres en cage.

« Est-ce que tu as déjà fait de la moto ? » demanda Max à sa néko tout en lui tendant un casque.

« C'est simple : tu t'assieds ici, tu mets tes pieds là, et tu t'accroches très fort à moi. Tu penches quand je penches, et c'est tout. Laisse-toi aller, aies confiance en moi. »

Il sourit, ces recommandations pouvaient s'appliquer à beaucoup de de situations qu'il comptait lui faire découvrir. Autant commencer par celle-ci.

« Bon. Tu as besoin de vêtements, mais tu as sûrement encore plus besoin d'un bon repas. Allons donc manger quelque chose. » dit-il tout en démarrant son engin.

Il prit les mains de la jeune fille et les fit passer devant lui, les faisant se serrer sur son torse musclé que recouvrait juste un tissu léger.

La moto démarra et commença à filer sur la route. Max se demandait quel effet pouvaient bien avoir les vibrations de sa machine sur la petite bosse stratégiquement placée dans le string qu'il avait ajusté sur Maeko-chan. Il espérait en tout cas que cela la mettrait dans de bonnes dispositions...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le choix du destin [ Pv : Max Hunter   Lun 16 Jan - 17:45

D’un geste rapide et assuré, Max rattacha la médaille au collier. Elle était à lui désormais !

Officiellement, Maeko était devenue la neko de Max ! C’est quand même fou qu’une simple phrase avait pu changer la décision de Max, et entre autre son destin ! Si elle n’avait pas fait cette déclaration, l’homme aurait ‘il prit la décision de l’adopter ? Une simple phrase, oui une simple phrase allait changer le cours de sa vie ! Au fil que les minutes s’égrenaient dans le sablier du temps, Maeko sentait que la relation entre elle et lui s’était nettement améliorée ! Et elle en était très heureuse !

Son nouveau maitre passa un doigt sur ces lèvres tout en lui parlant d’un ton doux.



« Tu as l'air d'une neko docile, Maeko-chan. J'aime beaucoup cela. »



« Je suis contente que vous soyez satisfait Max-sama ! »



Répondit-elle tout en souriant. L’humain pris ses poignet et les plaça derrière son dos. Sans résister, la neko regarda son maitre et attendit de nouvelles instructions.

Un sourire mystérieux sur le visage, il sortit de la boite une sorte de bas de bikini dont les côtés étaient cernés par deux boucles, permettant de l’ajuster. Sans lui laisser le temps de réagir, Max releva sa jupe et, tout en caressant délicieusement sa peau, fit descendre sa culotte. Il lui fit ensuite enfiler l’étrange string de cuire et l’ajusta a sa taille. Un bosse placée sur le devant vint appuyer a son point le plus sensible et la fit frémir agréablement. Sa rencontre avec son maitre lui promettait des surprises des plus agréables ! Le détective vérifia d’un rapide coup d’œil que le marchand n’était pas en leurs compagnies avant de se retourner vers elle et de lui dire d’un ton doux mais qui ne laissait aucune opposition intervenir.



« Enlève ta robe. Tu la laisseras ici, avec ta vie d'avant. »



Maeko hésita quelques instants avant de s’exécuter finalement. Etre ainsi dénudé lui donnait l’impression d’être plus vulnérable, sans rien pour se défendre. Elle rougit quelque peu et se raidit légèrement, par habitude. Cependant, lorsque son maitre posa une main ferme sur son épaule, la jeune hybride se détendit complètement et leva les yeux vers son sempai. Il lui fit signe de tourner sur elle même et elle s’exécuta rapidement. Une envie irrépressible de croiser ses bras sur sa poitrine l’enveloppa lorsqu’elle sentit le regard de Max l’observer, caressant du regard les moindres courbes de son corps, mais elle se retint. Il était son maitre après tout ! Et elle se devait d’exécuter ses ordres parfaitement et sans protester ! Sa main se reposa sur son épaule, lui indiquant de s’arrêter. Son regard vint plonger dans les yeux de Maeko. Doucement, sa main descendit sur ses seins, caressa leurs pointes légèrement. L’hybride ferma les yeux et se mit à ronronner. C’était tellement agréable ! Lorsqu’il reprit la parole, elle rouvrit les paupières et porta son attention sur celui qui la possédait à présent.



« Tu n'as pas à avoir honte d'être nue devant moi, Maeko-chan. Tu es jolie. Et tu es à moi. Tout ce que tu es m'appartient désormais. »



Le sang afflua dans les joues de la jeune fille, la faisant rougir. Elle sourit et s’approcha du jeune homme. Leurs regards restèrent un bon bout de temps accroché l’un a l’autre, comme des aimants. L’humain retira ensuite son gilet de moto et enroba l’hybride dedans. Comme le vêtement était dix fois trop grand pour elle, cela lui faisait une sorte de minirobe d’ébène. Son maitre remonta les manches du blouson et ramassa la boite, prenant soin de bien la refermer avant. Le gilet pesait lourd sur ses épaules par rapport à la légère robe qu’elle portait avant, mais c’était un poids agréable. L’odeur de Max-sama imprégnait la veste de cuir et Maeko huma profondément l’odeur de son maitre. La piste olfactive que dégageait chaques humains étaient très différentes les une des autres. Maeko, en enregistrant cette odeurs dans sa mémoire, pourrait ainsi retrouver son maitre ou qu’il soit !

Max attacha la laisse à son collier et tira doucement dessus, obligeant une fois encore l’hybride à se mettre sur la pointe des pieds. Elle se colla à lui et leurs lèvres se frôlèrent. Son maitre sourit et vint mordiller légèrement sa lèvre inférieure. Son souffle chaud caressa la jeune fille qui se colla un peu plus à lui. Un second baiser vint prendre ses lèvres en otage. La langue de l’humain revint jouer avec la sienne qui répondit avec enjouement à ses demandes. L’instant sucré pris néanmoins fin lorsque l’heure de régler les derniers détails avec le marchand arriva. Les papiers furent signés, les formulaires remplit et les formules de politesse échangée. La conversation n’attira cependant pas l’attention de la Neko. Son regard était en effet fixé sur son maitre, et son attention porté sur sa voix. Ils prirent enfin la direction de la sortie. La porte enfin franchie, un vent délicat vint chatouiller les jambes dénudées de la femme chat. Elle resta un instant immobile, goutant à l’air pur de l’extérieur, un air qui n’était pas vicié par les odeurs animales contenues dans l’animalerie. Des bruits, autres que les miaulements, aboiement et cris d’animaux, résonnaient dans la ruelle. Pendant longtemps, elle avait pus voir toutes ses choses. Cependant, derrière une vitre, elle n’avait pu profiter de tout ces petits plaisirs, pourtant a portée de main. Et elle était là ! Dehors ! Hors de cette cage qui limitait son monde ! Ses pupilles se rétrécirent sous l’effet de la vive lumière qui éclairait la ville. La lumière ! Elle avait oublié a quel point c’était beau ! Pendant quelques minutes encore, elle resta là, les yeux mi-clos, goutant à la « liberté » dont elle avait été privée pendant tout ce temps. Son maitre tira légèrement sur sa laisse, la ramenant sur terre. Il lui tendit un casque et l’hybride l’accepta en souriant.



« Est-ce que tu as déjà fait de la moto ? »



Maeko secoua vivement la tête, en signe de négation. Rapidement, l’humain lui donna quelques consignes à suivre et la femme-chat les écouta avec attention.



« C'est simple : tu t'assieds ici, tu mets tes pieds là, et tu t'accroches très fort à moi. Tu penches quand je penche, et c'est tout. Laisse-toi aller, aies confiance en moi. »



L’hybride acquiesça et s’assit derrière lui sur la moto. Un peu inquiète suite à cette nouvelle expérience, elle se colla à l’humain et observa le tableau de bord avec curiosité.



« Bon. Tu as besoin de vêtements, mais tu as sûrement encore plus besoin d'un bon repas. Allons donc manger quelque chose. »



La jeune fille sourit derrière son casque et prononça un « d’accord » enjoué. L’homme pris ensuite les mains de Maeko et en entoura son torse. Lorsque l’engin mécanique démarra, elle lâcha un petit cri surpris et resserra ses bras autours de son maitre. Elle ne voulut tout d’abord pas relever la tête et relâcher son emprise, par peur de tomber , mais, au bout de quelques minutes, elle prit gout à la vitesse enivrante de la moto et desserra un peu ses bras. Ses yeux voyageaient partout, accrochant les gens, les magasins, les végétaux. Son regard était sans cesse en quête de nouveauté. Plusieurs autres hybrides accompagnés de leurs maitres se promenaient dans la rue. Maeko les observaient avec curiosité et les saluaient parfois, lorsqu’elle osait relâcher l’une de ses mains.

La petite bosse qui appuyait juste la où il le fallait produisait des sensations très agréables sous les vibrations de la machine. Et ajouté au plaisir de redécouvrir le monde, cela créa un flux de bonheurs pure et intense qui se déversa dans les moindres veines de la neko. Oui, cette journée pouvait être considérée comme la plus belle de sa vie!



[Ps :encore désolée pour le temps que j'ai mis a répondre^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le choix du destin [ Pv : Max Hunter   Lun 16 Jan - 23:29

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le choix du destin [ Pv : Max Hunter   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le choix du destin [ Pv : Max Hunter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CRUEL CHOIX, CRUEL DESTin
» Le Destin
» Choix : D90 ou D5000
» Le CF approuve le message sur le libre choix du décodeur
» Conseils sur choix moteur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives-
Sauter vers: