Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le destin, un allié inatendu [Pv :Nudge]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le destin, un allié inatendu [Pv :Nudge]   Jeu 30 Aoû - 17:32

Enfin une journée s’annonçant agréable, même la météo semblait être au gout de Sojiro : un ciel un peux nuageux et quelque chose comme une odeur de pluie dans l'air. Les jours comme ça, il lui arrive toujours quelque chose de bon! Lorsqu'il était plus petit, sa mère -le peux de fois qu'elle s'occupait de lui- lui avait raconté qu'il était né un jour de pluie, et que sa soeur aussi..Ce devait être un truc de famille allez savoir...
Bref, il était assez content et comme c'était quelque chose d'assez rare il fallait bien en profiter. Sojiro se mit à réfléchir un instant, se demandant ce qu'il pourrait bien faire maintenant.. Son hybride était chez lui bien sagement, elle se reposait après avoir commencée à faire plus ample connaissance avec son maître. Au vu de la taille de son manoir il devrait pouvoir avoir 3 hybrides en tout, donc 2 de plus mais il ne comptait pas prendre n'importe lesquelles. Chacune de ses décisions avaient un impact dans son jeux, et tout était soigneusement calculé. L’inattendu était sans doute son pire ennemi quand on sait le soin avec lequel il met en place ses plan bizarres. C'est pourtant ce qu'il allait vivre, de l'inattendu à l'état pur.. Il était pour le moment simplement entrain de se balader dans les rues, un endroit assez peu fréquentable apparemment. On voyait que cet endroit était fréquenté par des hybrides sans maîtres, chose absurde pour Sojiro.


Comment des êtres faibles et qui ne sont qu'à moitié humains pouvaient t-ils prétendre à une quelconque liberté sans en payer le prix? Enfin..il n'allait pas chasser tous les hybrides du coin juste par haine envers cette race. Soji trouvait même amusant le fait qu'ils se cachent, ils devaient bien savoir que c'était anormal d'être libre si ils ne s'exposaient pas au regard de tous. Ce sors était une sanction qui était finalement satisfaisante pour le jeune homme. En y repensant une hybride était très appréciable tant qu'elle sert à quelque chose pour Soji.. Une deuxième pourrait bien permettre une entraide et peut être que leur condition serait plus acceptables.
Il faudrait pour ça qu'il en trouve une autre, et il était assez difficile quant à savoir qui prendre.. Il fallait de l'originalité, du caractère mais manipulable en même temps..Une neko aurait pu faire l'affaire mais trop fragile, il lui fallait quelque chose de fort, de différent.


"C'est agaçant..je ne sais pas dutout quoi faire..Je vais retourner à l'animalerie on verra bien ce qu'il a à me proposer..Rien de banal j’espère bien."

Il est vrai que la rareté était en ce moment ce qu'il préférait. Une hybride rare, une femelle de qualité. Son souhait allait peut être s’exaucer plus tôt qu'il ne le pensait. Alors qu'il marchait en grognant un peux agacé par l'impatience de trouver de quoi jouer à nouveau, il vit au loin une hybride qui courrait vers lui. Étonné il fronça un cil vers le haut, qui pouvait bien être assez suicidaire pour se jeter dans la gueule du loup? La belle arrivait tres vite, ce devait être le croisement d'un animal prédateur pour avoir une telle forme. Il ne distingua pas tout mais elle sembla poursuivie par quelqu'un, elle ne venait donc pas se jeter dans ses bras à son grand regret. Une fois son fantasme passé, il réalisa ce que voulait dire cette fuite lorsqu'il entendit l'homme crier à l'hybride qu'elle devait rester là, qu'il allait la vendre à prix d'or. Ainsi cette rareté avait une grande valeur? Alors le destin devait lui donner une opportunité en cadeau!.

"La vendre?..Alors elle n'a pas de maître hein hm..une rebelle en somme.."

Sojiro décida d'intervenir. Dans sa grande bonté, il fit un croche-patte à l'hybride qui dérapa aussi tôt sur le sol. Soji s'interposa entre elle et l'homme, le regard froid, celui d'un tueur. S'il aimait trop les femmes pour les tuer, les hommes ne provoquaient aucune envie sexuelle chez lui il n'avait donc aucun remord à en tuer. Il avait une épée assez longue qu'il trimbalait un peu partout et ce fut le moment de la sortir. L'homme commença à s'expliquer disant que elle était à lui, qu'il avait eu du mal à se la procurer et qu'elle lui revenait de droit. Sojiro eu un sourire et mit l'épée sous la gorge de l'homme, appuyant assez pour qu'il commence à saigner. Un homme suivit le premier, c'était le vendeur. Attiré par le gain que pouvait représenter l'hybride il était venu également, qui lui remémora le fait que sans maître, les hybrides sont hors la loi. C'était vrai mais cela arrangeait Soji au final..

"Elle est à moi plutôt..Donc pas besoin de la vendre ou je ne sais quoi..Apres on peux toujours régler ça autrement!"

Soji observa l'homme en noir, celui qui poursuivait au début l'hybride. Il n'avait pas l'air d'un maître mais plutôt d'un sous fifre minable, en somme un déchet à éradiquer. Les personnes restant faibles alors que l'occasion leurs est donnée de réussir n'ont rien à faire en ce monde celons lui. L'homme en noir semblait comprendre qu'il ne ferait pas changer l'avis de Sojiro, mais dans un exces de rage il voulu sortir une arme a feu et Soji afficha un sourire en coin avant de lui trancher la gorge. Le sang affluait de sorte qu'on aurait dit une pluie rouge, mais préférant éviter à la belle d'être souillée par ce sang de minable il se plaça à genoux devant elle qui était tombée, de façon à ce que le sang tombe sur le dos du Jeune homme. Cela pouvait sembler comme gentil, mais ce n'était qu'un pion avancé dans l’échiquier qu'était son cerveau. Une fois la pluie de sans terminé, il se retourna et vit que le vendeur avait disparu. Ce gros lâche avait surement pas le cran de risquer sa vie. Il aida l'hybride à se relever, ses blessures étaient apparemment mineures.

"Tu va bien? Soit tranquille il ne reviendra pas... Tu m'a l'air assez perdue ici.."

Sojiro commença à lui adresser la parole en l'aidant à se relever, mais n'eu pas de réponse direct. Son regard était un peu perturbé, il comprit assez vite ce que regard était celui de quelqu'un qui ne comprenait pas tout..Une hybride venant de loin? Bizarre mais amusant, elle en était d'autant plus rare. Sa peau métisse et sa chevelure blanche était vraiment étrange..jamais avant il n'avait vu pareil hybride. Il n'était même pas capable de dire vraiment de quel animal elle venait.

"Dis moi tu sais ou tu es ici? D'ou tu viens? Tu sais ici si tu es toute seule tu restera pas longtemps libre."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le destin, un allié inatendu [Pv :Nudge]   Jeu 30 Aoû - 18:56

C’était clair, je ne voulais pas rester dans ce pays plus longtemps ! Pourquoi ? Tout simplement parce que toutes les personnes présentes ici sont folle à mes yeux. A chaque fois que je passais devant quelqu’un, j’avais le droit à ce regard pesant, remplit de méchanceté, d’horreur ou encore de dégoût. Quoi ? Pourtant, à ce que j’avais pu voir, des gens comme moi, ici, il y en avait plein ! C’était rempli d’hybride ! La seule chose que je ne comprenais pas, pour le moment, c’était le fait qu’ils aient tous un collier, et qu’ils marchent tous près d’un humain « normal ». Apparemment, ça fonctionnait comme ça pour eux. Et bien pas pour moi… Seulement voilà, je m’étais réjouie un peu trop vite.

/Flashback/

Depuis que je m’étais sauvée de chez mes ravisseurs, j’avais trainé plusieurs jours dans la rue. Je ne connaissais rien de l’endroit où j’étais, ni pourquoi on m’avait emmenée ici. Mais lorsque je vis la masse de gens identique à moi, et les voyant parfois attachés ou blessés par les humains « normaux », je compris rapidement que, si on m’avait emmenée ici, c’était pour se servir de moi. Et cette idée ne me plaisait pas du tout. Je décidais rapidement que, quoi qu’il arrive, je ne resterais pas sous les ordres d’un de ses humains… Seulement, après être restée 3 jours sans manger, ma santé s’était affaiblie et j’avais fini par m’évanouir en plein milieux d’une rue pour me réveiller quelques heures plus tard… Dans une cage.

/Flashback/

C’était froid, c’était même gelé, je ne supportais pas ça. De plus, je ne portais pas des vêtements très habillés… Ce qui n’arrangeait rien à ma frilosité. Le seul côté positif, ici, c’était qu’on s’occupait de moi. On me donnait à manger, à boire, pour que je reprenne des forces. J’avais l’impression qu’ils étaient gentils, mais je savais très bien, en réalité, qu’ils voulaient seulement se faire de l’argent sur mon dos, et rien d’autre. J’en avais vu passer, des hybrides, depuis que j’étais là. Ca ne faisait qu’une petite semaine et de nombreux hybrides avaient été achetés par des humains semblant plus ou moins gentil. Parfois, c’était les parents qui achetaient un des notre pour offrir à leur enfant… Mais c’était dégoutant !

Pour ma part, je n’étais pas encore en vente. Ils disaient que j’avais besoin de me remettre sur pied avant de pouvoir estimer le prix que je valais. Enfin, c’était ce que j’avais compris. J’apprenais quelques mots ici, certainement les plus importants comme « maitre » , « soumission » , « jouet » , « obéissance »… Certain mots me restaient en travers de la gorge, sans que je sache pourquoi. C’était étrange, c’est tout. Et puis de toute manière, je n’avais pas l’intention de rester ici très longtemps. La cage était trop froide pour mon sang chaud. J’avais besoin de bouger, de courir… Je ne pouvais pas rester enfermée comme ça…



Quelques jours ont encore passé, avant qu’on ne déplace ma cage pour la mettre en vitrine. De cette manière, je voyais plein de gens passer… Mais je m’en fichais. Pas une seule fois, non pas une seule, on m’a laissé sortir pour que je me dégourdisse les jambes. J’en avais marre, je voulais à tout prix bouger.

C’était peut-être mon jour de chance aujourd’hui. Tôt dans la matinée, je vis un homme s’arrêter devant la vitrine, et me regarder de haut en bas, comme si je l’intéressais. Non, je ne m’étais pas soumise aux désirs de ces gens, mais je jouais le jeu, c’est tout. Il entra, et alla parler au gérant du magasin qui vint me chercher rapidement, me mettant un collier rattaché à une laisse. Je détestais ça, au point que je sentis ma queue s’hérisser. Mais je le suivis hors de la cage tout de même, c’était bon de pouvoir marcher à ma guise.

« Elle est magnifique, peu importe le prix, je la prends ! »

J’avais à peu près tout compris, mais je restais silencieuse. Il ne tenait pas très fort la laisse, comme si il croyait que j’étais toute calme… Erreur. Reculant doucement, je réussi à faire glisser la laisse de sa main et, sans attendre plus longtemps, je sors de la boutique en courant, sans même savoir où j’étais, ni où j’allais. Je voulais juste retrouver ma liberté.

Le temps était couvert et il faisait froid, et le vent qui glissait sur ma peau me faisait frissonner. J’étais à bout de souffle au bout d’à peine cinq minutes de course. A croire que j’avais perdu mon endurance depuis que j’étais ici, c’était tellement décevant ! Perdue dans mes pensées, je ne vis même pas l’homme devant lequel je passais, qui me fis tomber par je ne sais quel moyen. Heurtant violemment le sol, je lâchais un faiblement gémissement. Pour couronner le tout, je m’étais tordue la cheville en tombant, si bien que je ne pouvais pas me relever et repartir aussi vite que j’étais tombée.

Dressant les oreilles, j’entendis la discussion qui avait lieux derrière moi et, curieuse, je tournais la tête pour voir la scène. Deux hommes parlaient : Le gérant du magasin, et l’homme qui m’avait fait tomber. Je les écoutais parler, jusqu'à ce que celui qui m’avait acheté apparaisse. Ensuite, je ne compris pas trop ce qu’il se passa. Je vis seulement l’homme qui m’avait fait tomber se mettre contre moi comme pour me protéger et quand je pu voir ce qu’il se passait derrière lui, je ne vis qu’un corps inerte et ensanglanté sur le sol. Je n’eus même pas le temps de voir son visage que l’autre homme m’aida à me relever. Il me parlait mais je ne comprenais rien, j’étais trop occupée à regarder le corps de l’homme mort. Je sortis cependant de ma rêverie lorsque je posais mon pied blessé au sol, couinant un peu sur le coup. Mon regard se porta alors sur cet inconnu, et j’essayais de comprendre ce qu’il me disait malgré tout.

« Dis moi tu sais ou tu es ici? D'ou tu viens? Tu sais ici si tu es toute seule tu ne resteras pas longtemps libre. »

J’arrivais a comprendre quelques mot. Notamment la notion de liberté qu’il utilisa. J’avais compris la seconde question mais je ne savais pas si je réussirais à répondre correctement.

« Je… hu… Je… Egypte ? »

C’était clair, le japonais n’était pas pour moi. Et a moins que l’homme comprenne l’Egyptien, j’étais dans l’embarras pour me faire comprendre. Soupirant, je finis par reculer doucement dans le but de m’en aller. Après tout, il était un humain, et même s’il m’avait épargné d’être achetée, il restait que je détestais son espèce, et je n’allais pas rester avec lui par pure gentillesse. Défaisant mon collier doucement, je le laissais tomber au sol.

« Merci… Beaucoup. »

Je fis demi tour et commença a partir en boitant un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le destin, un allié inatendu [Pv :Nudge]   Ven 31 Aoû - 9:10

Sojiro avait vu juste, la belle ne comprenait pas vraiment la langue..Cela n'allait pas l'empecher de mettre ses pions en place pour autant.
A vrai dire, il venait d'ailleurs lui aussi bien que de là ou il vienne on parle japonais aussi, il sait ce que c'est de s'intégrer et tout et tout bien que sa façon de s'intégrer soit certainement différente de celle que l'on pourrait imaginer.

Il apprit finalement qu'elle était d'Egypte, à son grand etonnement. C'était vraiment loin d'ici! Elle avait du faire un drole de chemin pour atterir ici et surtout être un croisement ^plutôt rare. Soji l'examina alors qu'elle tentait de partir.Une queue qui était plutôt du genre lion quelque chose du genre, des griffes et des oreilles assez semblables aux felins.. Si elle n'avait pas une tel chevelure il aurait parié sur le lion, mais alors pourquoi les cheveux blanc? Bref il aurait certainement le temps plus tard d'en parler.
La belle hybride était maintenant blessée, la cheville tordue à cause de lui. Cela lui était égal mais il ne pouvait la laisser repartir comme ça, ce serait trop facile pour quelqu'un d'autre de lui piquer sa proie. Être hybride dans cette ville était synonyme de bien des maux, traqués et soumis à la loi du plus fort ils étaient voués à servir.
Sojiro savait que s'il ne profitait pas du cadeau du destin, celui ci ne se montrerait peut être plus aussi genereux! Il rattrapa l'hybride boiteuse avec un léger sourire, sans vraiment s'occuper du corps à terre qui avait attiré de plus en plus de monde.


"Attend attend.. Tu ne va pas aller bien loin ici, tu connais même pas la langue. Je suis sur que je pourrai t'aider. Dans tous les cas dans ton etat tu n'ira nul part, il faut faire attention quand tu cours.

Soji dit ça avec un leger sourire amusé, c'était un peu beaucoup sa faute si elle était tombée mais il continuerai à feindre l'innocence, de toute façon elle avait l'air trop perdue pour s'arreter à se détail. Une sorte de méfiance s'était developpée chez la demoiselle qui semblait ne plus faire confiance en l'homme. S'il voulait la garder près de lui, il allait devoir utiliser autre chose que la force.

"Chaque problème à la foi, règlons déjà celui de ta jambe."

Sans en dire plus, il l'a prit dans ses bras pour la porter. Pas très lourde elle ne devait pas avoir manger un bon repas depuis un moment, ce qui n'aiderait en rien la guérison. IL faisait presque preuve de gentillesse et dévotion, tout ce dont il n'a pas d'habitude, mais l'effort était volontaire et surtout interessé. IL ne voulait pas la vendre non, une trouvaille était une trouvaille et la règle était comme pour celle des pirates : Qui trouve le trésor le garde!
Il avait déjà un de ces "trésors" récupéré à l'animalerie, et voilà qu'une nouvelle trouvaille lui avait presque foncé dessus. Sans trop se préocuper de ce que pensait la jeune hybride, il l'emmena un peux plus loin, vers la sortie de ces ruelles mal fréquentées. Sojiro s'était assez donné en spectacle comme ça, et si ça continuait des rumeurs allaient circuler. Ce n'était pas de la crainte mais si il venait à être trop connu pour ses méfait il serait vite bien plus difficile d'en faire.

Pour le moment elle ne savait rien de lui, pas même son nom et encore moins ses intentions. Il s'était montré plutôt gentil avec et même attentioné, la traitant un peux comme une princesse en lui évitant de marcher. C'était amusant sachant son point de vue sur les hybrides de voir jusqu'où il pouvait s'adapter pour avoir ce qu'il veux.
Une fois arrivé au bout de ces longues rues, une grande plaines, avec au bout de celle ci son manoir évidemment. Tout n'était qu'étape, le temps son bras droit et le vice son meilleur amis. Sojiro chercha dans les plaines un moyen de se poser, il vit un banc en dessous d'un arbre et la posa dessus. L'endroit était peu fréquenté à cause de la proximité avec les mauvaises fréquentation de la rues mais de toute façon après tout ce qu'il avait fait dans sa vie, la mauvaise fréquentation il en faisait surement partie.

Il posa la belle sur un banc donc, puis n'ayant pas vraiment d'autre choix il enleva son t shirt et utilisa un bout de branche d'un arbre assez costaud pour bander le pied de l'inconnue, et faire une atèle de fortune avec une branche assez solide et epaisse. Ce devait être assez désagréable au niveau de la sensation mais bon elle allait pas se plaindre non plus! Sojiro qui s'occupe de quelqu'un à part de sa soeur c'était sans doute une des première fois. Quece qu'il ne fallait pas faire pour s'amuser quand même!


Il l'observa ensuite puis, curieux, reprit ses questions. Il ne savait pas parler ni comprendre l'egyptien, mais après tout s'il arrivait à comprendre un ou deux mots c'était déjà ça, puis à elle de faire un effort aussi. Lui qui était adepte de l'originalité et qui soutenait que le destin existait bien ne pouvait faire autrement qu'être conforté dans son idée aujourd'hui. A vrai dire ce n'était pas seulement la perspective de goûter aux délice de ce corps -très appétissant d'ailleurs- qui l’intéressait. Bien sur cela jouait mais Sojiro était très curieux de nature. Il avait envie de voir s'il pouvait lui apprendre sa langue

"Bon maintenant dis moi..quel est ton nom? Ton nom. Comment tu t'appelle. Moi c'est Sojiro Seta. Et donc tu es?..

Les présentations avaient été faites, du moins en partie. Le dialogue était difficile mais à force elle apprendra bien quelques mots. Malgré la barrière de la langue, elle devait bien comprendre que seule ça ne marcherait pas. L'hybride ne devait pas être la depuis longtemps et était déjà mêlée à des histoires, et maintenant à un meurtre.Il n'y avait aucun interet à jouer avec un jouet à moitié blessé où mort, ce qui expliquait sans doute son dévouement soudain. On ne peux pas dire qu'il essayait d'être doux, mais au moins elle avait les soins. Avec tous ça, ils n'avaient pas fais attention au temps qui se transforma assez vite en véritable tempète, la pluie allié au vent donnait une sensation de froid peu agréable même pour Sojiro qui aimait la pluie.

"Bon..mettons nous à l'abri. Je vais tomber malade et toi aussi et je suis pas medecin moi --'.

Soji la repris dans ses bras, et partit se mettre à l'abri dans une sorte de cabane qui était à l'abri des regards. Il connaissait son existence car il y avait avant des hybrides ici qu'il avait chassé. Déserté depuis longtemps, même la porte n'était pas fermée. Une fois dedans il posa à nouveau la demoiselle à terre puis s'asseya non loin. La cabane était vide, seul une table et quelques chaises en bois étaient encore là, avec quelques gateau qui traînaient. Il en envoya une tablette à l'hybride qui était décidément vouée à aller d'aventure en aventure, puis observa par la fenêtre le temps. Par chance la cabane était assez solide et étanche, c'était une sorte d'abri de gardien de parc ou un truc du genre. A vrai dire, il y à pas mal de question qu'il aurait voulu lui poser, mais le fait qu'elle ne comprenne pas était assez difficile à concevoir. Sojiro frissonnait un peux du fait qu'il soit torse nu avec juste une veste, mais même aller jusque à son manoir serait un peux trop difficile avec cette tempête. Les feuilles tourbillonnaient alors que la pluie s’abattait sous un ciel gris voir noir, ça tombait fort et en grande quantité au point qu'on se demandait si ça allait s'arrêter. Il jeta un oeil à l'hybride avec un sourire amusé

"T'as pas du voir ça souvent dans ton pays. En Egypte c'est pas tellement ce temps la. Ici il faut faire avec parfois il fait beau parfois c'est la tempête!"

Il lui parlait constamment même s'il ne savait pas trop ce qu'elle comprenait ou non. C'était une sorte de passe temps et ça faisait un peux oublier le froid, bien que pour elle sa fourrure devait limiter les dégâts. Sojiro lui avait un peux de mal à supporter la température, ses lèvres étaient un peu bleutée sous l'effet de la température de son corps qui baisse. A force de vouloir jouer de la sorte jusqu'à miser sa vie il finira un jour par la perdre se dit il. Le vent qui soufflait faisait un petit sifflement continue, laissant penser que dehors était quand même plus dangereux que dedans.

"C'est vrai que cette fois j'ai peu être pousser le jeux un peu loin haha..La température à bien baissée et j'ai un peux fais le malin trop vite on dirait. Le destin est assez ironique, il me fait rencontrer ce qui causera peut être ma perte. A trop vouloir jouer la comédie on fini par ne plus tellement savoir quand s’arrêter. Enfin bon j'aime le danger..de toutes façon tu dois rien comprendre toi..."

Il est vrai que la femelle ne devait pas tout comprendre, mais il s'en fichait c'était un moyen de passer le temps en attendant que ça passe, en espérant qu'aujourd'hui ne soit pas son dernier jour de jeux, quoi qu'il en soit il fallait patienter. Les minutes paraissaient des heures, les heures une éternité, il n'avait rien d'autre à faire que de regarder la belle hybride..

"Hm..lion..Je pense que tu viens du lion où d'un animal semblable..Quant à savoir pourquoi t'as les cheveux blanc par contre..un lion des neige? Ahah..nan ça n’existe pas..J'en saurai peut être plus si tu apprend quelques mots"

Sojiro n'avait pas grand chose à faire ni à dire, aussi il comblait un peux le vide en attendant que la tempête se calme. Il se mettait rarement dans d'aussi mauvaise situation, mais c'est sans doute parceque d'habitude il les prévoit d'avance, et là il dut faire face à l'inconnu. En y repensant il ne lui avait demandé son avis à aucun moment depuis l'instant où il l'a portée jusqu'ici, ce doit être déroutant pour elle, mais amusant pour lui qui se souciait peux de ses sensation de liberté, puis il n'avait pas été oppressant pour autant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le destin, un allié inatendu [Pv :Nudge]   Mer 5 Sep - 19:03

J’avais mal, mais j’étais libre. Et de ce fait je devais me réjouir. Après tout, une cheville foulée, ça guérissait vite. Bon, je ne pourrais sans doute plus danser pendant quelques jours, mais ce n’était pas un drame.

Le seul problème qui se posait à moi maintenant, c’était le fait que je ne savais pas où j’étais, ni où je pouvais aller pour échapper à la race humaine de ce pays. Si seulement je pouvais rentrer chez moi, tout serait plus simple… Mais d’un autre côté, plus personne ne m’attendait là-bas, alors autant rester ici et… survivre. Oui, parce qu’au point où j’en suis ce n’est plus vivre, c’est survivre.

Lâchant un faible soupire, je dressais ensuite les oreilles en entendant des pas s’approcher de moi. Curieuse, je tournais la tête pour finalement constater qu’il s’agissait de l’homme qui m’avait aidé à échapper à l’autre homme qui voulait m’acheter. Sans savoir pourquoi, j’esquissais un petit sourire. Après tout, peut-être qu’ils n’étaient pas tous méchant, ici.

« Attend attend… Tu ne va pas aller bien loin ici, tu ne connais même pas la langue. Je suis sur que je pourrai t'aider. Dans tous les cas dans ton état tu n’iras nulle part, il faut faire attention quand tu cours. »

Je ne devais pas oublié que c’était lui qui m’avait fait tomber, mais dans un sens il m’avait aidé alors… Je suppose que je dois essayer de lui rendre la pareille. Je ne sais pas comment, mais je trouverais bien un moyen. Dans ce qu’il m’avait dit, je n’avais compris que le mot « aider », et c’était déjà bien assez. Oui j’avais besoin d’aide, étant donné que je ne savais pas m’exprimer dans cette langue qui était loin de ressembler à la mienne. J’hochais alors doucement la tête en guise de réponse, bien que mes oreilles restaient aux aguets, au cas où il viendrait à se moquer de moi pour que je me fasse mieux avoir. Ce n’était pas parce que j’avais accepté de l’aide que je lui faisais confiance, loin de là.

« Chaque problème à la fois, réglons déjà celui de ta jambe. »

Sans me laisser le temps d’essayer de comprendre ce qu’il venait de dire, il me prit dans ses bras, ce qui m’arracha un petit cri de surprise. Ayant peur de tombée, et par pur reflexe aussi, je m’accrochais à ses épaules. J’avais du mal à m’adapter à autant de gentillesse. Je ne savais pas depuis combien de temps on ne m’avait pas traité de cette manière. C’était un peu déroutant, mais je devais faire avec. Et je n’allais pas laisser passer ça, comme je ne savais pas quand est ce que ça allait recommencer. Peut-être jamais, qui sait.

Je restais silencieuse. De toute façon, ça ne servait à rien de parler sachant qu’il ne me comprendrait pas, ou très peu. Je me contentais de le regarder, détaillant son visage. La première chose qui avait attiré mon regard était ses yeux. Ils avaient une lueur brillante, et des pupilles claires, et ils captivèrent mon attention pendant plusieurs minutes avant qu’il daigne me reposer, me faisant m’asseoir sur un banc.

Je regardais alors rapidement autour de moi. Bien qu’il fasse sombre étant donné le temps se couvrait, j’arrivais à distinguer l’endroit où nous nous trouvions. Il s’agissait d’un petit parc. Il était vide, mais vu le temps qu’il faisait, ça se comprenait. Même moi, qui ai l’habitude d’avoir chaud dans n’importe quelle situation, me surprenais à avoir un frisson à cause du vent qui glissait sur ma peau. C’était une sensation assez désagréable qui me fit croiser les bras, comme pour garder emprisonnée la chaleur corporelle qui me restait.

Reportant ensuite mon attention sur l’homme, je le vis retirer mon t-shirt. Curieuse, pour changer, je dressais les oreilles pour le regarder aller chercher un bout de bois. Je ne comprenais pas vraiment ce qu’il voulait faire avec ça, mais je ne bougeais pas. De toute manière, si je bougeais, je me faisais encore plus mal alors…

Je compris finalement lorsqu’il banda son t-shirt autour de ma jambe avec le bout de bois. De cette manière, ma cheville était un peu mieux tenue et je guérirais certainement plus vite. Je souriais en guise de remerciement, bien qu’étant gênée d’apporter autant d’ennuis à cet homme. Moi qui voulais lui rendre la pareille une fois que j’irais mieux, je me demandais combien de choses j’allais devoir lui rendre en retour… Mais bon, ça en valait certainement la peine, pour la liberté.

« Bon maintenant dis moi… Quel est ton nom? Ton nom. Comment tu t'appelle. Moi c'est Sojiro Seta. Et donc tu es?... »

Je penchais doucement la tête sur le côté, essayant de comprendre ce qu’il voulait savoir. L’intonation de ses paroles faisaient penser à une interrogation, c’était déjà ça de trouver. Ensuite, il me semblait avoir entendu un nom… Surement le sien. Il voulait le mien ? C’était certainement ça, et puis de toute façon, même si ce n’était pas ça, c’était la moindre des choses de se présenter à la personne qui vous avait sorti de l’embarras. Toussotant légèrement en cherchant mes mots, je pris ensuite la parole, ne parlant pas très fort pour ne pas accentuer mes fautes.

« Je… hum… Nudge ? »

J’avais peur que l’intonation de mon prénom ne ressemble pas à un prénom d’ici. En même temps, c’était même certain, mais je n’avais pas d’autre appellation alors s’il ne comprenait pas… Il n’aurait pas d’autre moyen pour s’adresser à moi.

Une goutte tombait alors sur mon nez, puis deux. C’était froid, et c’était très désagréable. Je baissais les oreilles et grommelais faiblement en sentant qu’il commençait à pleuvoir. Je n’aimais pas ça. Il ne pleuvait presque jamais en Egypte, et c’était tant mieux ! Ca ne me manquerait pas, si jamais je retournais là-bas… Le vent aussi était trop fort, si bien que je n’entendis pas Sojiro s’adresser à moi. Il me reprit dans ses bras sans que je comprenne pourquoi, et il m’emmena à l’abri.

Il s’agissait d’une petite cabane. On ne pouvait pas y vivre, ce n’était pas assez solide, mais ça l’était assez pour échapper à la tempête qui était rapidement apparue à l’extérieur. N’ayant jamais vu ça avant, Je me précipitais vers la petite fenêtre pour regarder. C’était incroyable, tout ce que le vent pouvait faire. Là où je vivais avant, il y avait des tempête aussi, mais de sable… Et on ne les voyait que de loin, et ce n’était pas si impressionnant que maintenant, avec le mélange de la plus c’était… Vraiment impressionnant.

« T'as pas du voir ça souvent dans ton pays. En Egypte c'est pas tellement ce temps la. Ici il faut faire avec parfois il fait beau parfois c'est la tempête! »

Je ne l’écoutais pas. De toute façon j’étais certaine de ne pas comprendre. Je ne savais pas pourquoi il s’obstinait à me parler alors qu’il avait compris que moi je ne comprenais presque rien à ce qu’il me racontait… Et puis j’étais bien trop obnubilée par la tempête qui faisait rage dehors, j’adorais ça, et ça se voyait à mes oreilles dressées et à ma queue qui fouettait rapidement l’air. Habituellement je n’aimais pas la pluie, mais à regarder ça, ça me plaisait.

Je finis tout de même par regarder Sojiro, pour lui porter un peu d’intérêt étant donné qu’il m’avait aidé plusieurs fois en peu de temps. J’écarquillais les yeux en voyant ses lèvres passer du rose au bleu, comprenant qu’il avait froid. Personnellement, je n’avais pas tellement froid. J’avais quelques frissons parfois, mais ma peau restait chaude. J’avais le sang chaud, tout simplement. Je regardais alors autour de moi pour essayer de trouver quelque chose pour recouvrir.

Il parlait encore, mais j’étais trop occupée à chercher une couverture ou quelque chose dans le même genre, pour l’écouter et essayer de comprendre. Je trouvais un simple drap, un peu arraché et sale… C’était tout. Je n’allais tout de même pas lui donner ça pour qu’il ait un peu plus chaud… Réfléchissant encore un moment, je finis par trouver une seule et unique solution : me coller contre lui pour le réchauffer. C’était un peu gênant pour moi, mais je n’avais pas envie de le voir mourir à petit feu (jeu de mot) devant moi…

« Hum… Désolée… » Dis-je en venant me caller contre lui, lui transmettant ainsi un peu de ma chaleur corporelle.

« Hm... lion... Je pense que tu viens du lion où d'un animal semblable... Quant à savoir pourquoi t'as les cheveux blancs par contre... un lion des neiges? Ahah… nan ça n’existe pas... J'en saurai peut être plus si tu apprends quelques mots »

Je relevais la tête pour le regarder. Je n’avais compris que le mot lion, mais ça m’avait suffit. A l’animalerie, sur ma pancarte, il n’avait su écrire que ça. Il ne savait même pas ma race exacte.

« Je… Suis… hum… Lionne …Afrique… blanche…. »

Je ne savais pas du tout si j’avais été claire, mais j’avais fais de mon mieux pour me faire comprendre. Reposant ma tête contre lui, je le sentais un peu se réchauffer, et ça me rassurait, étant donné que la tempête ne semblait pas vouloir se calmer…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le destin, un allié inatendu [Pv :Nudge]   Ven 7 Sep - 8:16

La lionne semblait fascinée par les événements naturels qui se produisaient. Peut être que pour quelqu'un qui viens d'un pays si différent on pouvait considérer cela comme du spectacle! Pour sa part, Sojiro avait déjà vu pire, mais c'est vrai que la tempête faisait ravage. Le vent pliait les arbres les plus frêles alors que les goutes d'eau s'abattaient tel une pluie de lances d'eau s'écrasant violemment contre le sol. La cabane elle même semblait trembler sous la force dévastatrice du vent. C'était vraiment un des éléments les plus puissants quant on constate les ravages qu'il est capable de produire allié à la pluie. A bien y regarder, c'était même des petit grêlons qui tombaient à en juger par les bruit sur le carreau. L'innocence de l'hybride qui découvrait autre chose que le sable chaud l'amusait. Bien sur il n'avait pas tellement la tête au désir, mais même frigorifié il gardait encore sa libido. Après tout ça peux toujours réchauffer. Mais alors que ses lèvres marquèrent le changement de température corporelle, elle se retourna.

Depuis tout à l'heure il lui racontait des choses invraisemblables qu'elle ne semblait pas comprendre ni même essayer en faite. Quoi qu'il en soit cela lui fera des mots en têtes, c'est toujours mieux lorsqu'on ne connait pas la langue. Mais la belle avait l'air affolée. Elle chercha partout quelque chose sans même prononcer un mot. Peut être avait elle vue qu'il avait froid, et qu'il s'était mit dans une situation un peux délicate. Ne trouvant rien à lui mettre, elle se posa donc contre lui pour le réchauffer...avec sa fourrure bien sur. L'effet fut quasi immédiat, il senti le poil doux et chaud sur sa peau qui faisait un peux comme une couverture. Bien sur l'idée d'être aidé par une hybride ne l'enchantait pas vraiment, car de base il méprisait un peux la race. Mais celle ci était un peux différente, un peux comme son hybride Miza à qui il vouait une affection particulière. Il apprit enfin son nom, Nudge. Du moins il se dit que ça devait être son nom..quoi qu'il en soit il l’appellera comme ça.. De ce qu'il compris, c'était une lionne d’Afrique..bon ça il s'en doutait un peux mais la suite était étonnante. Une lionne blanche! le jeune homme eu un léger sourire affiché sur le visage, il n'en avait jamais vu et ne savait même pas que ça existait alors une hybride lionne blanche..

Quoi qu'il en soit Soji en savait un peux plus maintenant. Profitant du fait qu'elle soit collée à lui, il glissa son bras derrière son dos, au niveau de ses hanches et la serre contre lui. Elle donnait chaud et puis le contact avec la belle n'était pas désagréable du tout. Sojiro était étonné qu'elle s'inquiète pour lui, il l'avait fait tombée pourtant mais apparemment elle avait le sens de l'honneur. Il eu un léger ricanement mais assez discret. Sa futur victime était celle qui l'avait sauvé, une situation assez amusante. Nudge ne se rendait compte de rien apparemment, sans doute trop dépaysée et trop d'information d'un coup pour elle, et puis une certaine naïveté presque touchante pour le peu qu'on est un cœur..ce qui n'était pas son cas. Il descendit légèrement sa main pour l’arrêter dans le bas de son dos, un peux avant ses fesses amusé. Allez plus loin aurait été possible mais ce n'était pas par la force qu'il la voulait, naïve comme elle était il y aurait bien d'autres moyens. Il avança tout de même sa tête vers la sienne, frôlant ses lèvres avec envie pour finalement déposer un baiser sur le coin de ses lèvres, impatient de voir sa réaction.


"C'est pour te remercier..Quant à toi tu me remerciera un peux après, lorsque tu comprendra un peux mieux la langue...si je puis dire."

Il eu un sourire sachant très bien le genre d'arrière pensée possible suite à cette phrase, mais encore fallait t-il la comprendre! Dans sa bibliothèque, il avait des manuels d’Égyptiens avec des traductions Japonaises dont il ne savait pas quoi faire, maintenant il allait en avoir une utilité. La nuit tomba et la tempête semblait diminuée peu à peu, néanmoins marcher de nuit était peu prudent à cause de la blessure de la lionne. Soji ouvrit la porte pour voir ce qu'il en était, et il sentit encore l'air frais bien que moins violent ce qui ne lui donna qu'une envie ce fut de fermer cette porte et d'attendre le lendemain.

"Nous allons passer la nuit ici..""Do-do" dit il.

C'était la seule chose dont il se rappelait de son manuel Égyptien, dormir. Peut être ne l'avait t-il même pas correctement prononcer mais en tout cas ça voulait dire un truc du genre! Mais trouver le sommeil le ventre vide était difficile pour Soji qui aimait bien manger. Et la lionne avait sans doute un peux faim aussi, n'ayant sans doute pas été nourrie correctement lors de son kidnapping.Sojiro fouilla dans sa poche, il n'avait rien d'autre qu'une barre de céréale. Il lui proposa naturellement en lui tendant, bien qu'il ai faim aussi il ne voulait pas qu'elle tombe malade où maigrisse encore, déjà qu'elle était toute fine bien que les proportions soit des plus agréable à l’œil. Si cela paraissait être de la gentillesse, c'était plutôt de la tactique. Si elle n'était pas en forme la belle lionne serait trop faible pour faire quoi que ce soit et donc inintéressante.

Il se leva ensuite, montrant qu'il n'avait plus froid pour se diriger vers la fenêtre en lui faisant signe de venir. La serrant un peux contre lui en passant une main vers son bassin il lui montra du doigt les étoiles qui illuminaient maintenant le ciel. Après cette tempête les nuages s'étaient dissipés et l'on pouvait voir la lune briller. Sa lumière blanche se reflétait dans la chevelure blanche de la belle hybride, cela rajoutait du charme à la situation. La situation était presque romantique, enfin ce que les gens appellent romantique ce qui était vraiment grotesque du point de vue de Soji mais néanmoins parfait pour ses plans. Pour avoir ce qu'il veux il pouvait être romantique, violent, timide, tous les rôles lui allaient assez bien mit à part peut être le timide qui était un peux difficile à passer de temps en temps..

Observant sa belle trouvaille, car oui dans sa tête elle était déjà à lui, il caressa son visage du dos de sa main tout en la regardant avec ses yeux doré qui semblaient se fondre parfaitement avec la nuit. Ce n'était pas un regard méchant mais plutôt pensif, on aurait dit qu'il essayait de la sonder de part le regard, plongeant dans ses yeux qui n'avaient rien à envier à la beauté de la nuit pour y trouver ce qu'il voulait. Au fond ce que Sojiro cherchait s'était de voir comment elle réagissait à la situation pour avoir une idée de ce qui pourrait lui servir afin qu'elle ne dépende que de lui. Il fallait que Nudge ne puisse pas partir sans lui demander..Le mensonge semblait être assez bien pour cela, mais encore fallait t-il qu'elle comprenne la langue.

Le moment de déguster les jolies formes appétissantes de la belle lionne blanche semblait être repousser à un bon moment..Tant pis, il attendra le plaisir n'en sera que décupler. Soji n'aimait pas regarder sans toucher mais il s'en contentera pour le moment, enfin il regardera sans "trop" toucher du moins.

Il prit enfin la parole en voyant une étoile filante passée.

"La légende dit qu'il faut faire un voeu, je suppose que si tu en as un c'est de rentrer chez toi, je te donne mon voeu moi je n'en ai pas besoin fait un deuxième souhait tien..enfin je suppose que tu comprend toujours pas..Ce doit être bizarre de m'entendre parler alors que je sais que tu comprend rien ahah..bon allez préparons nous pour la nuit..Dodo et t'avise pas de te moquer si c'est pas le bon mot --"'

Soji la laissa contempler la nuit à la fenêtre et s'assit dos au mur. Elle finira bien par comprendre ce qu'il voulait dire..C'était une des rare fois où il allait dormir dans la même piece qu'une femme sans qu'elle soit entièrement à lui au moins pour la nuit, mais le jeux en vaux la chandelle..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le destin, un allié inatendu [Pv :Nudge]   Lun 10 Sep - 12:16

Le bruit du vent était violent à l’extérieur. Même si je trouvais magnifique ce déchainement de la nature, j’avais un peu peur, mais comme je voyais que Sojiro ne semblait pas paniquer devant cette colère, j’avais décidé de ne montrer aucun signe d’angoisse. Et puis de toute façon, c’était loin de mes principes de me montrer faible devant un homme, encore plus devant un humain ! Je devais absolument prendre sur moi, et me dire que de toute façon, ce n’était que passager, cette tempête.

Callée contre lui, je lui transmettais ma chaleur sans trembler, pour ma part. Je n’avais pas froid, contrairement à lui qui était gelé jusqu’au bout des lèvres. Lorsque j’avais vu ses lèvres passer au bleu, j’avais écarquillé les yeux comme je n’avais jamais vu ce genre de phénomène. Je ne savais même pas que c’était possible ! D’une certaine manière, je me disais qu’il devait être content que je sois là, autrement il serait certainement mort de froid à ce moment même… Peut-être que je venais de me racheter un petit peu, et que j’aurais moins à lui rendre à l’avenir, qui sait.

Je sursautais cependant légèrement en sentant son bras passer autour de ma taille, pour que je me retrouve un peu plus collée contre lui. Des idées me passèrent alors rapidement dans la tête, principalement des pensées charnelles, mais je les effaçais rapidement en secouant brièvement la tête. Ce n’était pas le moment de penser à ça. Certes dans mon pays il m’arrivait de « jouer » avec les hommes, mais pas ici. Non, ici je les détestais. Qu’ils soient homme ou femme, je ne pouvais pas les voir en peinture. Si j’étais contre Sojiro, c’était parce que la situation était délicate et que, dans mon état, je ne pouvais pas m’enfuir.

Non mais qu’est ce que je raconte là ?... Je ne peux pas détester Sojiro. Certes il m’avait fait tomber, mais il m’avait aussi défendu devant les deux autres humains. Et il en avait même tué un. Je ne savais pas si c’était pour m’aider qu’il avait fait ça, et je ne pouvais même pas lui demander, mais ça en avait tout l’air à mes yeux. Donc non je ne détestais pas cet homme, et c’était bien le premier ici. Peut-être que le fait de faire confiance à l’aveuglette était quelque chose de risqué ici, mais j’avais décidé de le faire tout de même. Après tout, j’aurais peut-être une chance de m’en sortir de cette manière.

Je sentis alors sa main glisser dans mon dos pour s’arrêter dans le bas de mon dos, me faisant frissonner de tout mon long. Relevant la tête pour le regarder, je me retrouvais alors nez à nez avec lui. Sur le coup, je me sentis rougir. C’était bien la première fois depuis que j’étais ici. Un peu paniquée, je n’osais pas bouger d’un millimètre. Qu’est ce qu’il voulait me faire, m’embrasser ? Pourquoi il voudrait faire ça, c’est absurde ! Ayant le souffle court, je le sentis poser ses lèvres au coin des miennes, comme si c’était tout à fait normal. Pour ma part, j’avais les oreilles dressée sur ma tête, encore un peu la tête ailleurs, en train de réfléchir au pourquoi du comment. Il recula ensuite sa tête pour me sourire après avoir prononcé quelque chose que je n’écoutais toujours pas. Non pas parce que je ne comprenais pas, enfin si, quand même, mais surtout parce que je restais un peu choquée par son geste.

« Heu… »

Je secouais la tête pour me reprendre. Après tout je ne connaissais pas les coutumes de ce pays. Ils pouvaient très bien avoir ce genre d’habitude pour remercier quelqu’un ou autre chose… Une chose est certaine, du village où je viens, lorsqu’on faisait ça… Souvent ça se terminait autrement que maintenant. Enfin… Je ne préférais pas y penser. Je ne me voyais pas du tout avec Sojiro, dans la même chambre, en train de… Bref.

Constatant qu’il s’était un peu réchauffé, je me mis sur le côté, contre le mur, tandis que lui se levait pour aller ouvrir la porte de la petite cabane. Il ne pleuvait plus, et le vent s’était calmé. C’était tant mieux, dès demain matin je pourrais partir et tout oublier. Je regardais rapidement ma cheville, soulevant le tissu qui la recouvrait pour voir son état. Ca avait l’air d’aller mieux. Je n’avais plus trop mal, mais je n’étais pas certaine de pouvoir marcher très longtemps… Quant à la danse, j’allais devoir oublier pendant quelques jours… C’était décevant. Déjà que je n’avais pas eu beaucoup l’occasion de danser ces dernières semaines, il fallait encore que j’attende. J’avais besoin de bouger moi ! Je ne pouvais pas rester immobile comme ça !...

« … « Do-do » »

Je dressais les oreilles en l’entendant. Il avait dit un mot dans ma langue ? Je n’avais pas rêvé ? Bon d’accord il avait un accent, mais j’étais contente d’entendre un mot dans ma langue. C’était comme si j’étais soulagée de quelque chose qui pesait lourd en moi. Il me montra ensuite une barre de céréale. Oula, il me prenait par les sentiments là ! J’avais faim ! Je m’apprêtais à répondre, dans ma langue bien entendu, mais je fus coupée par un bruit venant tout droit de mon estomac. Je l’avais dis, j’avais faim ! Mais ce n’était pas mon genre de réclamer. Constatant qu’il n’avait qu’une seule barre de céréale pour nous deux, je me levais, en faisant attention à ma chemise, pris la barre entre mes mains et la coupa en deux, lui tendant une moitié.

« M-Merci ! … »

Je souris légèrement avant de porter la nourriture à ma bouche. Ce n’était pas grand-chose, mais c’était assez pour faire taire mon estomac. C’était déjà ça. Une fois le petit bout de céréale terminé, je le fis partir vers la fenêtre en me faisant signe de le suivre. Ce que je fis sans vraiment me poser de question. Je crois que j’étais sur le point de lui faire confiance. Après tout, il ne ferait pas tout ça pour moi s’il voulait du mal de moi.

Je m’approchais donc de lui. Il passa son bras autour de moi pour me coller contre lui. Je ne me reculais pas pour le moins du monde. Ca faisait du bien de se sentir un tant soit peu protégée, même par quelqu’un de totalement inconnue. Personnellement, j’avais beau penser que j’étais forte, que je pouvais parfaitement m’en sortir toute seule dans ce pays de fou, j’avais mes faiblesses, comme tout le monde je pense. Et là, j’avais besoin de me sentir protégée. Et Sojiro semblait pouvoir me donner cette sensation. Peut-être qu’il était loin de vouloir faire ça pour moi, je n’en savais rien, mais bon…

Bref, je restais contre lui alors que mon regard se posa sur la fenêtre. Je levais rapidement les yeux au ciel, étant donné que je ne voyais rien d’intéressant plus bas. J’écarquillais les yeux en voyant le ciel sans nuage, laissant parfaitement apparaitre les étoiles et la lune. Vu comme elle était haute, j’en déduis qu’il était aux alentours de minuit. Mais je n’étais pas fatiguée. Enfin, physiquement je devais avoir l’air fatiguée, mais pas mentalement.

« C’est magnifique ! »

En parlant dans ma langue, je voulais m’assurer de savoir s’il comprenait ou pas ma langue… Après tout, je m’étais peut-être cassée la tête à essayer de parler Japonais pour rien. S’il parlait ma langue, ca serait bien plus avantageux pour moi ! Mais je ne me faisais pas trop d’illusion là-dessus.

Je souriais en fixant le ciel. Je savais que Sojiro me regardais, mais je n’osais pas tourner la tête. Je ne savais pas si j’aurais été capable de retenir les petites pulsions qui m’atteignent lorsque je suis en compagnie d’un homme qui semble être gentil avec moi… C’était assez gênant, en fait. Posant mon doigt sur la fenêtre, en direction d’une des étoiles, je me remis à parler, comme si de rien n’était.

« L’étoile du berger ! »

J’avais des étoiles plein les yeux, c’était le cas de le dire. Ca me rappelait un peu chez moi. Parce que là bas, tous les soirs, on pouvait voir les étoiles. Il n’y avait jamais un seul nuage pour tout gâcher. C’était tout simplement magnifique. Je sentis un petit pincement au cœur me tirailler. Mon pays me manquait. Mais je savais par-dessus tout que plus personne ne m’attendait là-bas, et qu’il fallait que je m’habitue à ce pays, quoi qu’il en coûte.

Lâchant un faible soupire, je vis passer une étoile filante. Sojiro se remit alors à parler.

« La légende dit qu'il faut faire un vœu, je suppose que si tu en as un c'est de rentrer chez toi, je te donne mon vœu moi je n'en ai pas besoin fait un deuxième souhait tien..enfin je suppose que tu comprend toujours pas..Ce doit être bizarre de m'entendre parler alors que je sais que tu comprend rien ahah.. »

Je connaissais la légende. En fait, c’était presque le seul mot que j’avais compris. Mais comme je savais ce qu’il fallait faire en voyant une étoile filante, je ne me posais pas de question. Seulement voilà, je n’avais aucun vœu à faire. Je ne pouvais rien souhaiter, si ce n’était resté en vie ici. Je soupirais une nouvelle fois et retirais son bras autour de moi pour me reculer, les oreilles basses.

« Bon allez préparons nous pour la nuit..Dodo et t'avise pas de te moquer si c'est pas le bon mot. »

Oui, il fallait dormir maintenant. Je regardais une dernière fois par la fenêtre avant de partir m’allonger dans un coin de la cabane. J’observais du coin de l’œil Sojiro, attendant qu’il s’endorme. Pour ma part, j’avais du mal à m’assoupir en sachant qu’il pouvait se passer n’importe quoi dans l’obscurité de la nuit. C’était un peu effrayant, et j’avais peur, par-dessus tout, de me faire de nouveau attraper par la fourrière. C’était la dernière chose que je voulais.

A force de penser, je finis par m’endormir sans même m’en rendre compte. Seulement voilà, quand je ne suis pas réveillée, mon corps se refroidit, comme tout le monde. Et quand j’ai froid, je cherche quelque chose pour me réchauffer, même en étant endormie…

C’est comme ça que je me retrouvais contre Sojiro au petit matin, blottie contre lui comme un lionceau collé à sa mère. La honte. Sans rien dire, je me détachais doucement de l’étreinte que je lui avais inconsciemment donnée, et je me levais doucement pour retourner à la fenêtre. Il était encore tôt, mais maintenant je pouvais voir les quelques dégâts qu’avait causé la tempête de la veille, et c’était pas très joli à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le destin, un allié inatendu [Pv :Nudge]   Sam 15 Sep - 9:16

L'innatendue avait l'air d'être quotidien en ce moment même avec Nudge. A vrai dire il n'aurait pas pensé qu'elle viendrait se collée à lui de cette manière suite au changement de couleur de ses lèvres, c'était presque un appel au viol pour le pervers mais elle avait de la chance il avait d'autres plan et puis de plus le jeune homme avait beaucoup trop froid. La chaleur vint vite rendre cette petite esquapade des plus amusantes grâce à l'attention de la lionne. Ses mains se baladaient sans trop de curiosité pour le moment, ce n'était qu'un moyen de la "sonder" si on peux dire ça. Sa réaction aux caresses et finalement à son baiser à moitié donné était surprenante, mais pas décevante. Biensur il ne s'attendait pas à ce qu'elle vienne directement se vouée à ses ordres mais le simple fait qu'elle ne repousse pas le geste et ne paraisse pas outrée prouvait que la belle n'était plus vierge, et elle devait même avoir de l'expérience. Soji pu déceler dans ses yeux un regard de désir le temps d'un instant, avant qu'elle ne secoue la tête et se reprenne, dommage! Quoi qu'il en soit il savait maintenant que la belle n'était pas sans avoir de point faibles, et ceux ci sont fait pour être exploités.

Après tous ces événements Nudge devrait normalement détester les hommes et Sojiro avec, cependant elle se montra plutôt douce, le plan de Soji semblait marcher petit à petit. La confiance était quelque chose de difficile à avoir surtout celle d'une hybride qui semblait avoir un passé assez lourd à porter. Le coeur des gens bons est fragile et lui prenait un malin plaisir à en profiter pour tirer ça à son avantage. Pas de pitié pour le plaisir, un point faible est un angle d'attaque.

A peine eu t-il le temps de vraiment la collée à lui qu'après un moment la belle s'écarta déjà. Decidemment impatiente et vive malgré sa blessure il se demandait ce que ce serait lorsqu'elle pourra de nouveau marcher! Après tout il est vrai que les lionnes sont en général vives et ont l'instinct de chasse, pas étonnant qu'une hybride issue d'une race parente à celle là ai des attributs semblables.
Suite à tout cela il constata que le mot qu'il avait prononcé était correct, du moins elle avait compris que c'était dormir. Elle fut surprise evidemment, et il l'était lui même de voir qu'il se rappelait d'un vieux livre de sa bibliotheque. Comme quoi la perversion stimule son cerveau également..enfin chacun sa motivation après tout non?

C'en suivit un moment amusant et un peux plus intime où Sojiro lui contait la légende lié à l'étoile filante. Il ne s'était pas étendue sur le sujet car la lionne ne semblait pas comprendre grand chose à ce qu'il racontait. Sa facheuse habitude d'être bavard devait parraître un peux étrange voir stupide, mais il était ainsi.

Lorsqu'elle compris qu'il connaissait un mots ou deux de sa langue, Nudge se mit à lui dire on ne sait quoi en regardant les étoiles, aussi il en déduit que cela voulait dire que c'était beau bien qu'il ne comprenait pas.


"Hm..je suppose que c'est quelque chose comme jolie, mais je ne saurai traduire."

Face à la barriere de la langue il décida donc de dormir. C'était peux confortable et il se serait bien appuyé sur la poitrine de la lionne qui aurait fait un coussin idéal, mais bon il n'avait pour l'instant pas d'autre choix que d'utiliser ses mains comme seul appuis pour sa tête. Ahh que les temps sont dur lorsqu'on s'impose une conduite!

Il ne fallut cependant pas bien longtemps avant que le sommeil gagne Sojiro, et depuis ses songes il senti une chaleur l'envahir sans en savoir plus, ce qui conforta son sommeil en mêlant confort et chaleur. Il se reveilla au petit matin, le soleil déjà levé avant eux éclairait les plaines comme pour pallier au désastre de la tempète.

A peine ses yeux s'ouvrirent qu'un sourire s'affichait sur son visage. La belle lionne s'était par réflexe collée à lui et il compris que c'était de là que venait la chaleur. Son bras entourait son corps frêle et souple, caressant encore une fois son dos dans toute sa longueur en glissant d'un air faussement innocent sa main sur ses fesses l'espace d'un instant, mais la retira assez vite pour ne pas avoir l'air trop entreprenant. Le jeux était plutot amusant, sachant qu'elle n'était pas non plus si pure que ça à certains niveau apparemment elle semblait un peu troublée, et du trouble à ce qu'il voulait le pas n'était pas très loin.

Lorsqu'elle se leva il en fit de même, et décida de l'emmener dehors. Un arbre était tombé juste à coté de la cabane, laissant imaginer la puissance du vent. C'était un chene qui devait être plutot robuste de base, ils avaient eu de la chance qu'il ne soit pas tombé sur la cabane car s'en serait fini d'eux. Soji jetta un regard sur Nudge, observant la belle pour voir si elle pouvait de mouvoir plus facilement qu'hier ou non, mais il semblerait que oui. Pas besoin de la portée aujourdhui, il se contenta de l'épaulée en la faisant s'appuyer sur son épaule pour marcher. La diréction était simple, son manoir. La bas il pourra faire plus ample connaissance avec elle, et s'aider de son manuel. Et surtout la bas commencera le vrai jeux, car il n'avait après tout toujours pas eu sa récompense pour l'avoir sauvée, et une fois qu'il aura rempli les papiers necessaires qu'il avait déjà vu qu'il prévoyait d'adopter une hybride, la belle n'aura d'autres choix que de dépendre de lui, car il sera légalement son maître alors elle devra apprendre à faire avec, après tout lorsqu'on rentre dans un Pays on adopte les coutumes et applique les lois du pays non?

Soji prit la parole à nouveau, un sourire s'afficha sur ses lèvres alors qu'ils s'enfoncèrent un peu plus loin dans la ville, en direction de son manoir.

"Une fois à mon manoir on va peut être enfin pouvoir communiquer..Va falloir que tu apprenne à parler ma langue car parler dans le vide c'est pas très agréable."

Il dit ceci en ricanant, de toute façon pour le peux qu'elle comprenait elle ne pourra pas se vexer. Il faudra bien un moyen de communiquer après tout.. peut être apprendra t-il sa langue, ce pourrait être une façon de se rendre indispensable pour elle. Cette nouvelle vie qui s'offrait à elle pouvait tout changer, en fonction de ses réactions. L'enfer où la belle vie, le choix était donné mais les contraintes restaient les même.

Partout autour d'eux se dressait le billan de la tempète : des arbres morts des animaux qui ont fuis les lieux etc.. Plus ils avançaient vers le manoir moins il y avait de vie, comme si tout être vivant s'approchant de sa demeure avait senti le danger et était parti en fuyant. Heureusement pour lui la lionne était à demi humaine, son intuition animal s'en trouverait certainement faussée par les actions "gentilles" de Sojiro. A partir du moment ou elle mettra le pied chez lui, son destin sera lié au sien. Au final il allait peut être encore une fois avoir ce qu'il désire, mais le plus interessant sera de savoir de quelle manière il l'aura et sa réaction lorsqu'elle comprendra qu'elle dépend de lui au moment même où elle à acceptée de le suivre.


"Nous ne sommes plus très loin. J'aimerai bien savoir en détail ce qu'il c'est passé mais bon pour le moment le plus important c'est que tu me dois la vie."

D'un autre côté Sojiro aussi lui devait un peux la vie, mais peux importe pour lui on ne doit rien à une hybride, et leurs dette est immense et éternelle.
Le manoir à l'horizon, Soji décida d'aller un peux plus vite et porta la belle lionne sur son dos, profitant évidemment de l'occasion pour la tenir avec ses mains placé vers ses jolies fesses, faisant mine de ne pas voir ce qu'il faisait. De toutes les façon elle avait encore un peux de mal à marcher et si elle sautai pour se débattre ce serait juste douloureux pour elle et risquer d'aggraver la blessure à son pied serait dommage pour elle.

Quelques instants plus tard, le manoir était enfin devant eux. Il avait entre temps refait la déco pour que ce soit plus à son gout, c'est à dire noir, on aurait dit un manoir de film d'horreur. Le tout avait l'air assez ancien mais vu qu'il avait volé ce manoir c'était difficile pour lui de le dater. Déposant Nudge à terre, Soji ouvrit la porte avec un petit sourire en coin en l'invitant à passer la première. Son hybride Mizazuki ne devait en théorie pas être là, il lui avait donné pour mission de trouver de quoi manger, car seul sa nourriture était un peux trop basique et comme il aimait manger autant varier maintenant que Miza était la. Il s'était demandé si elle avait survécu à la tempête mais ne s'en faisait pas trop, l'instinct des oiseaux pour éviter les tempêtes était sur développé.

Pour en revenir à Nudge, Soji la laissa donc passer la première, l'invitant dans son antre en ayant auparavant ouvert une grande porte en fer assez lourde décoré par divers fioritures à base de dragon, un symbole qu'il aimait bien. L'entrée donnait sur un long couloir, c'était comme si elle allait entrer dans un tunnel d'ou elle ne sortira plus jamais pareil. Le goût du luxe attirera certainement son oeil avec son lustre d'or en plein dans le salon, puis les décoration ne manquaient pas, c'était même un peux beaucoup pour qu'une seule personne y habite de base. Sojiro ferma la marche et la porte derrière lui en même temps, l'invitant à se rendre dans le salon. Il se colla contre elle pour souffler dans sa nuque, glissant ses mains sur ses hanches sans prévenir puis déposa un baiser dans son cou pour le simple plaisir de la faire réagir ne serai-ce qu'un peux. Le jeune homme s'écarta ensuite et l'invita à prendre place sur le canapé à ses côtés.


'Te voila pour le moment chez moi..ce qui pourrait bien être chez toi d'ailleurs si je considère que tu n'as aucun moyens de t'en sortir seule haha..Assis toi donc un peux, je reviens."

Soji s'amusa de la situation, sachant bien qu'il avait réussi une bonne partie de son plan, restait la plus intéressante à arriver, et tout arrive lorsque les éléments sont réunies..Il partit donc chercher son livre dans sa bibliothèque sur l’Égypte, il y avait plusieurs inscriptions dans la langue qu'évidemment il ne comprenait pas décrivant sans doute des monuments et coutumes, et une autre partie était dans la langue de Sojiro. Il se r'assit donc collé à elle, posant le livre à moitié sur ses cuisses à lui et lautre moitié sur celle de la belle lionne, il ne perdit pas un instant pour pouvoir sentir sa peau contre la sienne..

"Alors voila..ce livre va m'aider à comprendre ta langue.."

Il avait lu le texte et sa signification traduite juste à coté, et en profita pour lui faire comprendre à quoi servait le texte. Sojiro observa Nudge dans les yeux par la suite, rapprochant lentement son visage du sien. Ces évènements les avaient un peux rapprochés, et pour la première fois depuis un moment elle allait pouvoir respirer et se sentir en sécurité..un mots bien ironique en compagnie de Sojiro. Il avanca sa bouche comme pour l'embrasser, mais très lentement lui laissant aisément le temps d'éviter où de le rejoindre, tandis que sa main caressait sa joue du bouts des doigts. Son regard doré perçant sembler admirer la beauté de l'hybride, fine et bien formée si son corps était aussi intéressant que son visage, il avait hate de passer à l'action.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le destin, un allié inatendu [Pv :Nudge]   Mar 30 Oct - 14:16

La tempête avait fait beaucoup de dégâts pendant la nuit. Je m’étonnais même de ne pas avoir été réveillée par le bruit de l’arbre qui était tombé juste devant la cabane où nous avions pris refuge. Et dire qu’avec quelques mètres de plus en longueur, nous ne pourrions pas voir ce désastre. Remarque, si nous étions réellement morts, j’aurais sans doute passé une bonne nuit. Parce que même si je n’avais pas fais exprès de me retrouver contre Sojiro cette nuit, j’avais tout de même apprécié le moment. En même temps qui n’aimerait pas passer une nuit avec un homme comme lui ? Il faut avouer qu’il était très attirant en plus d’être gentil avec moi, et que ses gestes étaient loin de me laisser indifférente. Si j’étais considérée comme une tombeuse d’homme dans mon pays, depuis que j’étais dans celui-ci, je n’avais même pas essayé de faire opérer mon charme… C’était peut-être le bon moment maintenant ?

C’est sans un mot que nous quittâmes le lieu où nous avions passé la nuit. Ma blessure n’était pas encore totalement guérie, mais je pouvais marcher sans trop de problème. Il m’arrivait parfois de me tenir à l’épaule de Sojiro, mais c’était tout. Et je ne me plaignais pas, qui plus est. Je ne savais pas exactement où est ce qu’il m’emmenait, même si je me doutais que c’était soit chez lui, soit dans un endroit qu’il connaissait bien. De toute façon, même si j’avais voulu partir et ne plus avoir affaire à lui, je ne risquais pas d’aller bien loin avec ma cheville qui était encore fragile, si bien que je la sentais trembler sous mon poids.

Je ne savais pas si je pouvais me permettre de le suivre, mais en même temps, s’il n’avait pas voulu de moi, il m’aurait laissé me débrouiller dès le début… Enfin c’était peut-être un peu bête comme raisonnement, mais c’était ma façon de penser. Et puis avec les gestes qu’il avait eu à mon égard, c’était très difficile de penser le contraire. Enfin, je ne devais pas penser à ça. J’avais la chance de ne plus être à l’animalerie à l’heure qu’il est.

Il parlait par moment, mais je ne comprenais toujours pas ce qu’il me disait. En même temps, ce n’est pas comme si je pouvais apprendre sa langue en une nuit de temps… Mais j’appréciais le fait qu’il me considère comme une personne et pas comme un objet. Enfin ce n’était peut être qu’une impression, mais je préférais penser ça que penser à des choses mauvaises. Il fallait que je profite maintenant que j’avais trouvé quelqu’un de confiance.

Plus on avançait, et plus ma cheville recommençait à me faire mal. Je me crispais en me forçant à ne pas me plaindre de la douleur qui se faisait sentir dès que je posais le pied au sol, mais comme j’avançais nettement moins bien, le mal était facilement remarquable. Je dressais les oreilles et lâchai un petit cri de surprise lorsque je sentis mes pieds se soulever du sol pour me retrouver sur le dos de Sojiro. Automatiquement, je passais mes bras autour de son cou pour m’assurer que je ne tomberais pas. Lorsque je sentis ses mains se poser sur mes fesses, j’eu un petit sursaut mais je compris ensuite que c’était certainement pour me maintenir sur son dos. Enfin, c’était une hypothèse parmi tant d’autres.

Je décidais donc de profiter du fait que je ne marchais pas pour me reposer encore un peu. Je posais donc ma tête contre l’épaule de l’homme et fermais les yeux tandis que lui reprenait tranquillement son chemin. Quelques minutes passèrent avant qu’il ne me fasse descendre de son dos. J’ouvris rapidement les yeux et regardais alors autour de moi pour constater que nous étions certainement arrivés à destination. L’endroit était cependant très lugubre et donnait froid dans le dos au premier regard. Il ouvrit la porte de la grande bâtisse devant mes yeux. C’était une immense porte en fer, de quoi donner encore plus envie de partir en courant. Mais je ne pouvais pas le faire. Je décidais donc d’entrer silencieusement, regardant autour de moi pour observer ce qui se trouvait à l’intérieur. Comme je m’y attendais, c’était aussi lugubre dedans que dehors, même si les meubles luxueux attirait facilement mes yeux qui ne savaient plus où se poser à force. C’était sombre, mais beau à regarder… Donc bon.

J’étais tellement occupée à regarder autour de moi que lorsque Sojiro passa derrière moi pour déposer un baiser dans mon cou, je ne réagis que quelques secondes plus tard, lorsqu’il m’invita à m’asseoir dans le canapé de son salon. Il me cherchait, c’était clair. Mais je ne savais pas à quoi m’attendre avec un homme de ce pays, je ne le connaissais pas, lui non plus, mais il m’attirait et c’était limite supportable. Est-ce qu’il faisait exprès ? Certainement. Il y avait une de ces lueurs dans son regard qui vous fait directement penser à des choses… Très peu catholiques. Mais j’avais envie de jouer, et je ne dis donc rien pour le moment. Pour dire quoi de toute façon, il ne me comprenais même pas.

J’attendis alors quelques minutes sur le canapé, le temps qu’il fallait pour qu’il revienne avec un livre sous le bras. Le livre avait l’air assez ancien, mais je pouvais déjà rapidement constater que c’était un ouvrage traduit dans ma langue. Donc évidement, ça m’intéressait beaucoup. Je me rapprochais de lui lorsqu’il vint s’asseoir à côté de moi. Nous étions très proches, mais après avoir passé une nuit à côté de lui, je n’avais plus réellement peur. Et puis je ne pouvais pas cacher le fait que ça me faisait sourire, et que c’était agréable d’être de nouveau aussi près d’un homme.

Cherchant avec autant de bien que de mal le fonctionnement du livre, je sentais bien que plus les minutes passaient plus il resserrait son étreinte contre moi. Je sentais que ce ne serait pas facile de lui résister, mais je le devais cependant. Je ne devais pas montrer que j’étais une de ces filles dites « facile ». Non, j’avais du caractère et je voulais lui faire comprendre qu’il n’aurait pas tout ce qu’il veut avec moi, même si moi j’avais, en ce moment, envie de tout de lui.

Je me faisais violence mais c’était pour mon bien. Si bien que lorsqu’il s’approcha de moi, certainement pour m’embrasser, je m’empressais de baisser la tête pour me reconcentrer sur le livre, toujours ouvert entre nous.

« Hum… D-Dans… quel… hu… pays ? »

Je suivais quelques mots traduit pour essayer de faire un semblant de phrase, mais j’étais loin d’être satisfaite. Je faisais de mon mieux pourtant, mais avec le regard de Sojiro qui pesait sur moi et le fait que je ne connaissais presque aucun mots de la langue, j’étais loin du résultat et ça me minait légèrement le moral.

Je me mordillais la lèvre dans l'attente d'une réponse, en espérant qu'il ne soit pas trop vexé par le fait que je n'ai pas répondu à ses avances.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le destin, un allié inatendu [Pv :Nudge]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le destin, un allié inatendu [Pv :Nudge]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wanted : choisis ton destin de Timur Bekmambetov
» Le mystérieux allié d''Aizen
» Robert Michel - Hors-Destin - L'Agent des Ombres tome 4
» Destin d'amour
» Le Chevalier du Destin - Riders of Destiny - 1933

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives-
Sauter vers: