Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Sweet'Crow] Noah Desire Val'loa [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [Sweet'Crow] Noah Desire Val'loa [100%]   Lun 22 Oct - 6:36



Nom : Val'loa
Prénom: Noah Desire
Âge: 20ans.
Anniversaire : 31 octobre.
Sexe : Féminin aux grandes ailes.
Groupe : Docile dans sa rébellion.
Orientation Sexuelle : Je ne sais pas vraiment, je pense que je dois peut-être aimer les hommes.
« C'est qu'elle est mignonne la gosse! »
« Ma bouche, mes reins et mon cou. Le dessin derrière mes genoux, et puis le creux dans la cheville. Mes épaules qui se déshabillent. Agrippes-toi, à l'espoir de m'avoir, à ton envie de moi. Oui agrippes-toi, au mouvement de mes hanches, au souffle de ma voix »

Les gouttes lentement coulent le long de son dos cambré, la sueur perlant sous la terreur, ses hanches affirmées par les pêchers, ses reins creusé sous l'impatience, elle se réveille. Ses hanches sensible et la taille fine, princesse endormie d'un monde unique. Son regard électrisant, changeant au grès de ses désirs, de ses plaisirs, de ses vices les plus intimes, son regard suffoquant, la demoiselle s'éveille sans pudeur à la plus funeste des danses. Valse Macabre de sa vérité. Dans la flamme de son envie, on pouvait voir crier les anges au bout de ses lèvres roses pulpeuses, dessinées par les passions les plus honteuse, visage harmonieux. Les odeurs suaves dansent sur ses sens, de son nez fin, légèrement courbé, elle découvre et s'envoute. Ses cheveux ondulés, couvert d'étincelles sous les rayons d'un soleil joueur, virevoltent légèrement, belle cascade d'hiver. Cheveux d'Ange, cheveux des Neiges, argenté ou simplement immaculé, ils sont longs. Une frange qu'il ne serait pas bon de faire sautiller. Rougies par le désir, rougies de plaisir, ses joues rondes à la courbure angélique se peignent souvent de larmes à la bordure de ses yeux, sillons maculant l'innocente. Le souffle sourd et les yeux grands ouvert, la princesse à la peau laiteuse, soyeuse, poudreuse réalise. Le temps passe. Elle n'est pas forte, son corps est fin, son corps est fragile. Petite, si frêle, Douce illusion (1m57).

«Regarde moi, j'veux mettre ma jupe et mes talons haut, oh. Regarde moi, relever mes cheveux, te dire que tu es beau. »

Noah est une poupée. Chute de reins, désir et pureté mensongère. Ce n'est qu'un hybride aux ailes céleste. Grande et majestueuse imposture. Délicieuse réalité. Son corps n'est qu'envie, désir, ses jupons, ses dentelles et élégances, elle n'a pas honte de ses courbes. Noah n'est pas parfaite. Ses mains fines et délicates, elles sont si douces, elles sont si petites. Sous le tracé de ses doigts effilés, sa peau frisonne, elle se cambre langoureusement. La caresse s'avance et effleure son buste, ses courbes graciles et plantureuses qu'elle camoufle d'une enfantine prestance. Décolleté savoureux, odeur délicieuse... Noah n'est pas un Ange. Serais-ce tentation ou simplement victime...

« Oh, comme il est doux de songer qu'ailleurs un homme vous attends peut-être et qu'il pleure. Oh, comme il est bon d'y penser tout bas à cet amoureux fou qu'on ne connait pas. »
« J'aimerais juste la voir crier. »
SWEET DREAMS: L'illusion de ses yeux, je ne suis qu'une image: Elle est douce, elle est belle l'innocence qui s'habille de débauche. Changeante comme le vent, elle se prend les pieds dans la vérité, elle se cogne sans mal à la réalité. Elle est douce, si douce, elle est belle si belle, l'innocence qui s'habille en souvenir. Son sourire angélique qui prend les couleurs de la timidité ou de la bienveillance, elle soupire de désir d'une simple caresse. Peau sensible, elle est douce, si douce. Dans le chaos d'un esprit en morceaux, elle s'imagine un monde qui n'est pas le votre, il est beau, si beau. C'est qu'elle est curieuse et perspicace, un peu moqueur, un peu tortueuse, elle est étrange,demoiselle, elle est sinistre demoiselle. Elle est prisonnière. Demoiselle est une princesse, Demoiselle est un soleil, maladroite et assez hésitante, elle change, tourne et retourne, elle s'impatiente et divague. Bonté, beauté ou bonheur? Simplicité et sensualité. Attirante, attendrissante demoiselle, délectable détestable assemblement. Réveilles toi! Tout n'est qu'un commencement. Tout reste à faire.

CRY BABY CRY: Noah n'est pas un Ange. La chaleur d'un sourire, ses yeux qui changent sous la peur ou l'envie, elle est frêle, si charnelle. Elle est si fragile demoiselle. Que ses grands yeux clairs déverse la décadence d'une vie sans liberté. Dire ou ne pas dire, comprendre entre les lignes. Elle n'est pas si sage, elle se prend de luxure et de vices, comme de gourmandise, de paresse ou de maladresse, avec une facilité déconcertante. Mais si tout cela n'était qu'illusion, elle se joue de vous? Elle se joue de lui?Elle est douce, si douce... elle est belle, si belle. Elle est fragile si fragile, l'illusion dans vos âmes...

DIRTY LITTLE SECRET: Je suis timide, je suis sensible, je suis aussi assez hésitante aussi, cela dépendant vraiment de celui qui me regarde. J'ai un vrai faible pour les méchants, quand ils ne sont pas inutilement mauvais. Une âme corrompue est toujours plus belle qu'une âme mauvaise, pourrie jusqu'à l'esprit. Je ne le cache pas pour me voir si « sage », j'ai besoin de confiance... mais il faudra en être digne. Je chercherais toujours une personne capable de me rendre dépendante de lui. Pour l'inverse c'est à vous de voir. Je n'aime pas le mensonge, donc méfiez-vous vraiment si un jour je mens. D'accord?

♥ LOVE THAT ♥: Il y a tellement de choses que j'aime, je ne pense pas pouvoir vous en faire la liste. D'un simple rayons du soleil, à l'équation parfait d'une recette de cuisine. Je ne sais pas. Je ne me suis jamais posée la question. Une liste alors :Le sucre – la pluie – le vent – le soleil – la dentelle – le dessin – la tendresse – les gourmandises – le chant – la musique – les cheveux longs – les animaux – Franchement, c'est long j'en ai marre... Et ça m'intéresse pas, vous n'avez qu'à observer ou demander, ok ?

HATE THAT: Méric – Les cages d'acier – La drogue – La Paresse – Le pessimisme d'Emrys – les caniche [il me font peur] – L'orage – les station d'épurations – la méchanceté gratuite – la mort – la souffrance – l'évidence – les langues bifides – les chatouilles – la colère – la violence – Encore une fois, cela me fatigue, je n'ai plus envie d'écrire.. Alors, j'ai envie de vous dire, bonne chance ! Vous n'avez chercher par vous même ! Parce que moi sauf si je l'ai sous le nez, je ne pense pas à ce que je n'aime pas ok ?

« Qu'est ce que ça te fais ? Quand je mets mes mains sur les hanches ? Qu'est ce que ça te fais quand je décoiffe ma frange ? Qu'est ce que Tu dis si je te mat en catimini ? Qu'est-ce que tu crois il y en a de plus beau que toi. Qu'est ce que ça te fais si je pique dans ton assiette ? Qu'est ce que ça te fais si la nuit je prends toute la couette ? Qu'est ce que tu dis si la nuit je rentre pompette ? Qu'est ce que tu dis si le jour je te prends la tête ? Qu'est ce que ça te fais quand j'en ai marre et pas toi ? Qu'est ce que ça te fais quand je t'attache les bras ? Qu'est ce que ça te fait quand je me colle à toi ? Qu'est ce que tu dis si finalement j'ai pas envie ?...Oh, comme il est beau de rêver si fort, d'en oublier le faux, de s'y perdre encore. Oh comme il est tendre quand il se fait tard, de voir à s'y méprendre l'autre dans le noir. Ah... Et même si c'est trop triste, je t'invente des goûts, des odeurs des délices, la forme de tes genoux. Et voilà que je m'envole et je t'aime déjà. C'est mon cœur qui décolle, tu le rattraperas. »
« Certaines choses n'ont pas de besoin de mots pour se comprendre.
Il suffirait que tu me regardes »


L'homme arriva avec sa moustache et son air sévère. C'était un homme d'affaire. Il la regarda de haut en bas, comme chacun des prétendants. Il s'approcha d'un pas lent et régulier, il n'y avait pas de méfiance dans son regard. C'était un regard froid, profond et presque dérangeant. Il s'avança comme les autres et tendit la main. Cette main, signe d'égalité, face à cette créature inhumaine. Ce n'était pas une Hybride comme les autres, cette petite demoiselle c'était le haut de gamme, le genre qu'on pourrait vendre une fortune aux plus offrants. Avec l'option farouche tatoué sur le front. Elle était minuscule, bien qu'elle respire la féminité. Elle n'osa pas prendre la main de cet homme étrange qui s'inclina alors poliment en expliquant qu'il venait pour lui proposer une seconde vie. Oui c'était vraiment un homme aussi insolite qu'elle.

La petite demoiselle, bien que craintive, commença alors à s'intéresser à l'arrivant. C'était vraiment peu commun, comme procédure. Après tout pourquoi prenait-il le temps d'expliquer? Si la demoiselle plaisait à l'homme d'affaire, il lui suffirait d'allonger les billets, un échange de bons procédés. Échange qui d'ailleurs plairait beaucoup à ce vendeur, car la demoiselle et son caractère n'était pas du goût de tout les acheteurs potentiels qui étaient venus la voir. Alors je pense que lorsqu'il commença son explication, il avait déjà pris sa décision et qu'elle lui appartenait presque. Passons, donc l'homme à la moustache s'installa autour de la table pour continuer son récit. Il avait un fils qui se nommait Méric, c'était un jeune homme d'une beauté certaine d'après les femmes -c'est qu'il était un peu prétentieux ce Monsieur- ce grand blond dangereux aurait fait souffrir deux hybrides dont l'une au point de frôler la mort -pour ne pas dire trépasser- Le cœur de la demoiselle se serra. S'il était violent, qu'elle soit docile, hostile ou boiteuse n'avait aucune importance quoique peut-être que si elle s'amusait à faire le légume sans réagir il finirait par se lasser. Abréger ses souffrances pour toujours ou simplement l'abandonner. Bonjour liberté! Impossible. Sortant la demoiselle de ses pensées, il commença à expliquer son idée. Ce Monsieur connaissait la valeur d'une hybride comme elle et il voulait en jouer à l'extrême.

C'est que c'était une belle découverte, un corbeau. Contrairement à ces frères et sœurs, ce n'était pas un simple corbeau. C'était un corbeau blanc, très rare, voir presque introuvable - Attention, vous ne devez pas confondre avec Albinos - Une demoiselle à la corpulence très fine qui pourrait faire « naitre » dans son dos des ailes immaculées d'environ 3mètres d'envergure. Le fait qu'elle soit d'un sang pure et d'une éducation « éprouvette » strict et raffinée était un plus à la vente. Le point noir du bout'd'chou, c'était son caractère. Un peu trop affirmé et fier. Fier aux points d'y risquer sa vie sans sourciller. Bref une belle pièce un peu cabossée. Mais c'était justement cela qui avait attiré l'attention de ce client un peu spécial. Pourquoi était-il « spécial » lui aussi? Parce que tout le monde connaissait le nom des Val'loa. L'un des entrepreneurs les plus puissants du monde du commerce, l'un des mieux cotés en bourses et surtout le plus gros investisseurs dans les laboratoires scientifiques. Il suffit de trouver le bon filon, et posséder cette faculté perfide qu'était la cruauté, l'absence de compassion ou de pitié pour les plus faibles. Chacun sa philosophie comme on dit. C'était donc une personne tellement importante qu'il était bon de le servir vraiment gracieusement, si vous vouliez imaginer les mots « prospérité financière » pour votre boutique sortir de sa bouche, ou de son carnet de chèques. Rien n'était trop beau, trop cher pour lui.

L'idée était simple, prendre une hybride assez coûteuse pour en faire la « frustration » de son fils. Cela devrait normalement lui apprendre des valeurs qu'il ne possède pas encore pour réussir à devenir un super-prédateur dans le jungle de l'entreprise familiale. Il n'était pas assez fin, pas assez précis. Il n'y avait que l'humiliation, la violence et la perversion. Il se devait de grandir et de comprendre que certaines attaques psychologiques sont plus influentes qu'un coup dans les côtes. Enfin cela il ne l'expliquerait ni à l'hybride, ni à son fils. Monsieur le barbu, plus d'un tour dans son sac, des plans pleins la tête.

Pour créer une frustration, il faudra une impossible possession et un peu de discipline. « N'approche jamais des barreaux, car il ne doit pas t'attraper, je dis cela pour ta sécurité, d'accord? Il veut un nouveau Jouet, je lui donnerais celui qu'il ne peut toucher, qu'il ne peut briser ». C'était une étrange situation, l'hybride fraîchement achetée sera placée dans une cage de verre et d'acier décoré d'or -coté esthétique de la chose- Dans cette cage elle y trouvera ce qui lui faut pour vivre, ainsi que toutes choses qu'elle désire pour s'occuper, il lui suffira de communiquer ses désirs aux diverses autres servantes. Servantes qui n'osaient l'approcher que lorsque le jeune maître était de sortie. Une sorte de prison sous condition. C'est ainsi que débuta l'histoire de Noah et l'affreux Méric.

« Je ne comprenais pas pourquoi cet homme avait pris le temps de m'expliquer tout cela, avait-il réellement de la considération pour ma personne? Moi l'horrible progrès de la génétique. Moi l'animal qu'on prendrait pour esclave. C'était étrange, je ne comprenais pas vraiment le but de sa démarche pourquoi me mettre dans la chambre d'une personne dont, je ne dois en aucun m'approcher? Était-il dangereux? Était-ce un de ses jeux malsains que je ne comprends pas toujours? Car j'étais peut-être l'hybride en solde, malgré ma condition précieuse, je savais que certaines choses ne se faisaient pas. Du moins moi, je ne les laisserais pas faire. Je découvris donc après les papiers d'adoption qui me donnèrent le nom de Noah Desire Val'loa, l'ampleur de la démence de mon nouveau « maître ». Il y avait en effet une chambre, propre et presque sans vie. Dans cette chambre, il y avait une pièce artificielle, C'était donc ma cage? Ce n'était qu'un coin de chambre séparé du reste par des barreaux métallique et une vitre de verre. J'étais l'animal d'un zoo étrange. La prisonnière sans pudeur. Il y avait aussi une petite balançoire, sans doute symbolisant un perchoir, il y avait un lit douillé et pleins d'oreillers affreusement charnus, des rideaux, une fenêtre sous grillage, une salle d'eau, un bureau collé à la vitre. Quelques peluches, une armoire. Une garde-robe immaculée. »

« Lorsqu'il passa la porte, je compris qu'il ne savait rien de toute cette histoire. L'air surpris qui posséda son visage était vraiment superbe, j'en ai souri d'ailleurs. D'un petit signe de main, je l'ai salué et il s'est approché. Comme promis, je ne me suis pas laissée toucher, il a commencé à me poser des questions. Premièrement simple comme: qui j'étais, ce que je faisais ici et ainsi de suite. Noah, Hybride d'une rareté époustouflante. Il voulait un preuve, j'ai déployé mes ailes. Il a souri. Un sourire qui me fit froid dans le dos. »

« Cela fait maintenant quelques semaines que je suis ici, je ne comprends pas vraiment pourquoi parfois il se pose devant la vitre pour pouvoir m'observer vaquer à mes petites occupations sans lui prêter la moindre attention. Parfois il me parle, en m'appelant l'oiseau. Je ne réponds pas, ce n'est pas mon nom et cela semble l'agacer. C'est toujours pareil, surtout qu'il ne peut rien faire, c'est ma force mentale contre la sienne. Et je ne suis pas qu'un vulgaire fils de bonne famille moi. »

« Pourquoi s'est-il installer prés des bourreaux, son lit est si proche qu'il pourrait passer son bras dans la cage en dormant. S'il pense que je vais m'approcher, il a tout faux. Je trouve même cela assez louche. Il est louche. Ce type me dérange, je n'ai pas de liberté je le sais, mais ce n'est pas le plus déroutant. Je n'ai pas de pudeur, il me regarde tout le temps. Qui me dit qu'il ne me regarde pas dormir? »

Destroy'n'touch the sky:
 

« Ce petit jeu lui reprit de temps en temps, mais il finit par s'en lasser. Vous comprenez ce n'est amusant puisque je ne lui donne pas satisfaction en réagissant. Ma cage était mon unique protection. Sans m'en rendre compte, je venais de faire passer les semaines en mois, et les mois en années. Oui, Cela faisait maintenant deux ans, que je vivais dans cette cage sous les remarques ignobles de cet homme, son indifférence, sa médiation, son impatience, sa méchanceté gratuite et grossière, ses jeux douteux et ses expériences du comportement.. Je n'avais pas peur de lui. Avec le temps, je finissais par comprendre son fonctionnement. Il en devenait presque attendrissant, touchant. Parfois il venait s'installer prés de la grille pour que nous parlions un peu. Juste un peu, un échange de quelques histoires, informations. Une narration de sa vie, un récit du monde que je n'ai jamais connu. J'avais quitté une cage pour en rejoindre une autre. Certes plus jolies, mais toute aussi étroite. Je ne dirais pas qu'il était devenu gentil, mais il commençait à porter un certain intérêt pour ma personne... »

« Nuit d'orage, couverte de nuage. La porte claqua violemment et je vis Méric comme jamais je ne l'avais vu, il était entièrement trempé, son regard était vide, son expression aussi. Je me suis un peu approchée, visiblement troublée par cette vision, il leva son regard vers moi. Ses yeux se mirent à couler comme jamais. Je ne comprenais pas ce qui lui arrivait. Il déploya ses bras comme je pourrais déployer mes ailes, j'ai fait de même dans cette petite cage. Un sourire caressa sa bouche blafarde. Était-il souffrant? Perdue et inquiète, je le vis s'approcher de barreaux qu'il caressa du bout de ses doigts parfaits. Que faisait-il? Dans un soupire, un regard d'agonie, un complainte muette, il tendit la main par delà les grilles, comme pour vouloir effleurer mes ailes. J'ai hésité. Je n'aurais jamais dû m'approcher... »

I wana hear your scream:
 

« C'est lorsqu'il approcha sa bouche de mon cou qu'il fut enfin arrêter. Il souriait toujours bien que muet, léchant le sang qui décorait son visage, ses doigts. Un état second. J'étais en état de choc. Lui en démence. Sous le regard choqué des petits gens, j'ai fermé les yeux. Je pouvais entendre le battement de mon cœur s'effondrer. Je me suis évanouie sous la douleur. A cet instant mes ailes se sont enfin rétractées. Lorsque j'ai ouvert les yeux, la cage était de nouveau intact, j'avais un bandage autour de la taille et des seins, une petite perfusion et un regard vide. J'étais la dernière victime de Méric avant qu'il ne disparaisse. »

Désormais Noah n'est qu'un pion inutile. Le mien serait de s'en débarrasser. Mais Noah n'est pas une hybride comme les autres. L'homme l'affaire le sait, il est intelligent, dément et douteux. Alors dans sa cage de verre et d'acier elle attends qu'une personne vienne ouvrir la porte. Ouvrir le verrou de son monde, lui offrir la liberté. Noah n'attends qu'un signe. Noah est une enfant meurtrie. C'est juste injuste. Mademoiselle Clé.

Comment avez-vous connu le forum ?
Je vais vous dire un petit secret, je connais ce forum depuis très longtemps, j'attendais juste l'occasion de pouvoir y venir ou revenir, allez savoir~♥
Avez-vous signé la charte ?
J'y vais directement après avoir passer la nuit sur la cb et poster ma fiche dans son intégralité!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Sweet'Crow] Noah Desire Val'loa [100%]   Lun 22 Oct - 16:04

Welcoume ! ♥ Tout est nickel, je te valide de suite !
Revenir en haut Aller en bas
 
[Sweet'Crow] Noah Desire Val'loa [100%]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RESOLU] Problème de Rotation de l'écran du Desire
» [ROMs RADIO] Liste des roms radio pour le HTC desire
» [AIDE] HTC DESIRE qui ne s'allume plus
» [ROM 2.2][04.07.10] MoDaCo Custom ROM R21 for HTC Desire with Online Kitchen [FRF91B]
» [Requete] Application Lampe Torche (HTC Desire)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - Fiches finies-
Sauter vers: