Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:29

La lune rousse se reflète sur les eaux calme du lac...Un parc, immense... L'air est chargé du parfum des belles de nuit. La neige tombe doucement et de doux flocon se pose sur les arbres, les pierres et la terre, sans un bruit, recouvrant tout d'un linceul glacé...En s'enfonçant dans la forêt, on tombe sur une clairière. Un lieu enchanteur qui est pourtant le théâtre d'un carnage abominable... Des éclaboussures sanglante macule la poudre blanche. Un corps recroquevillé, et sur plusieurs mètres aux alentours, du sang, partout, imbibant le sol, dégoulinant sur l'être prostré.Pas un frémissement n'agite les environs, pas un bruit ni un signe de vie. Comme dans un conte de fée la foret semble s'être arrêter de vivre à l'apparition de cette créature trempée et gelée.

Maxxie sent peu à peu tout ses membres s'engourdir... Ses paupières se font de plus en plus lourdes et même si le froid anesthésie quelque peu la douleur, il ressent quand même la brûlure de sa poitrine, là ou l'eau glacée s'est insinuée avant qu'il ne réussisse à s'extirper du fleuve... il sent les articulations qui se durcissent et son regard vague est posée sur une plume engluée de sang qui repose dans la neige... Les souvenirs affluent comme pour lui rappeler que s'il en est arrivé là, c'est uniquement par sa faute.Des larmes amères roulent maintenant sur la peau satinée de ses joues... Elles coulent le long des hématomes de son menton et vont geler dans les herbes glacée. Qu'est ce qui a changé depuis sa naissance? Pourquoi est il ici avec ses plaies et ses bleus... Cela fait partit de son histoire, et ce n'est qu'à cet instant alors qu'il agonise dans la neige qu'il comprends que quoi qu'il fasse, il n'échappera jamais à son statut.

"gyaaaaaaaa~..."

Encore un fois, il a tenté de fuir. La millième peut être. La dernière probablement. Nu dans la neige, frigorifié, condamné à mourir là, comme un chien. Un sifflement menaçant s'élève dans l'air froid interrompu par une quinte de toux. Déjà, l'hybride sent l'effet des drogues qu'on lui a injecté reprendre le dessus. La plupart de ses 'autres' avaient déjà rendus les armes et seul les plus résistant luttaient encore pour se maintenir à la surface. Max serre dans ses bras la seule chose qu'il aie réussit à emporter avec lui: Une batte de baseball en bois. Il l'étreint comme un amant plein de tendresse.

*On doit bouger!*

*Shaaaaa~... Bouuuuuu~...geeeeeer!*

*BOUGE BORDEL ! BOUGE!!!*
Le regard opaque est déjà tourné vers l'au-delà et un sourire dément étire maintenant les lèvres de Max'. La mort n'est qu'une nouvelle expérience à tester. Il ne se fera pas reprendre.

Après plusieurs années passée dans une cellule sans fenêtre, à résister de tout ces forces contre la soumission qu'on voulait lui imposer, Max' avait sentit qu'il ne tiendrait plus longtemps. Alors, plutôt que de se laisser domestiquer il avait tenté une dernière fois le tout pour le tout et s'était enfuit dans la nuit et la neige. Silencieux comme une ombre, il avait courut sans s’arrêter, jugulant la part de son esprit qui couinait comme un chiot blessé. Les premiers hurlements s'étaient entendre alors qu'il longeait la route. Ils lui étaient tombés dessus sans qu'il aie une seule chance de se défendre. Griffes et crocs avaient déchirés ses chairs et il n'avait réussit à s'échapper que parce que ses traqueurs étaient excités par l'odeur de son sang et donc moins concentré sur leur proie. Il avait alors repris sa course, escalader une imposante grille en fer forgé, s'était probablement brisé plusieurs côtes en tombant de l'autre cotés pour finir par dégringoler du haut d'une Coline abrupte jusqu'aux eaux glaciales d'un petit lac.

*On sait nager?*

*La majorité d'entre nous se débrouille...*

*On veut nager?*

*...*

Flottant entre deux eaux, l'hybride avait un instant hésité à se laisser mourir là. Mais la première gorgée d'eau lui entrant dans les poumons l'avait complètement dissuadé. Alors il s'était débattu, teintant l'eau de rouge. La suite ...

La neige, à nouveau... Max'' émergea doucement de ses souvenirs... Un ricanement lui secoua la poitrine... Ils avaient fait bien plus que le traquer simplement. C'était une tentative d'exécution pure et simple. Il aurait été incapable de calculer le nombre de coup qu'il avait reçu et combien de ses os étaient brisés.Il avait été traîné dans la boue au sens propre comme au sens figuré. Il se vit assez facilement mort, perdu dans cette clairière isolée. Il se voyait trés bien mourir ici... Toutes les raisons qu'il avait de se maintenir en vie avaient disparu à commencer par le seul amour de sa vie...

*La mort c'est pour les bouffons !*

*C'toi l'bouffon!!*

Maxxie laisse ses paupières lourdes se fermer mais soudain un bruit de moteur lui fit équarquiller les yeux. Des rires s'échappaient des fenêtres ouvertes. Le serpent ressembla ses forces et se redressa en gloussant. La mort ne viendrait peut être pas le prendre aujourd'hui. Le véhicule se rapprochait de plus en plus. Max' attrapa un paquet de neige et le frotta sur son corps nu pour effacer les traces de sang et il tituba jusqu'au milieu du chemin, traînant son arme sportive derrière lui.

*Let's play the game...*

Le jeune homme sauvage regarda en souriant la voiture s’arrêter à quelque centimètre de lui. A l’intérieur, un homme d'un certain âge qui l'observait, incrédule. L'hybride s'approcha de le fenêtre à laquelle il toqua avec délicatesse.

"Pardon Sir, mais il fait vraiment froid pour laisser un pauvre enfant comme moi dans la neige vous ne trouvez pas ?"

*Tue le! Tue le! Tue le! Tue le!*

Sans doute rassuré par le fait qu'il se trouvait sur une propriété privé et que Maxxie était nu, l'homme ouvrit sa fenêtre. Juste assez pour que surgisse la main du serpent et que celui-ci le traine hors de sa voiture. Avec un grondement vorace, Max' enserra la nuque de sa victime et lui brisa la nuque d'un geste assuré.


oOo__oOo

L'homme qui ressorti des buissons était méconnaissable. Certe les vêtements qu'il portait étaient un peu trop grand et un peu froissé mais il donnait à l'hybride un air de dandy bien pensant. Lissant ses mèches rebelles sur le sommet de son crâne, il se mit au volant et remonta le long de l'allée éclairée pour finir par arriver sur le porche d'une immense demeure d'où parvenait les échos de musiques et de voix.

Spoiler:
 

"Shaaaaaaaa~..."

Maxxie s'étira en gémissant de douleur. Entrouvrant les pans de sa veste il fronça les sourcils en voyant les taches rouges qui s'étalaient sur sa chemise...

*Tic tac, tic tac, tic tac.*

*Nyaaaaah~... On s'iiincruuuuu~...ste! J'adoooooo~...re le champagneuuu~...*

L'hybride secoua la tête et gloussa doucement en grimpa les marches du péron. Un serviteur guindé lui ouvrit la porte et avant qu'il aie eut le temps de demander qui annoncer, Max' s'était déjà engouffré dans le vestibule. Reniflant l'air comme un chien de chasse, sa langue bifide traquant une cachette où se remettre de ses blessures, il se précipita dans les escaliers et disparut au détour d'un corridor. Finalement, le serpent esquiva une bonne en entrant dans une chambre innocupée.

* Je l'aime de moins en moins ton jeu!*

*Shaaaaaaaaaaa~...*

Max se laissa tomber sur le lit et rebondit de surprise en découvrant l'énorme paquet cadeau qui trônait au centre de la pièce. De petits roucoulements s'échappaient du carton. Se léchant les lèvres et sans chercher à réfréner sa faim l'hybride s'approcha et ouvrit le boîte. Ce qu'il découvrit lui tira un gémissement de plaisir quasi extatique. Une petite boule de plume blanche et de chair tendre tremblait en le regardant de ses grands yeux gris.

"Un hybride de colombe... Quelle charmante créature..."

L'enfant la regardait avec terreur, de grosses larmes roulant sur ses joues pâle:

"Pitié monsieur... Pitié!"

Max' se pencha pour caresser du bout des doigts la joue de la gamine:

"Pitié pour quoi mon enfant?"

"Je veux pas servir un humain..."

Elle fondit en larme et Max' secoua la tête:

"tsstsstss... Je ne veux pas, j'aurais aimé, pitié..."

L'hybride riait doucement en griffant la chair tendre du cou de la Colombe. Cette dernière esquissa un mouvement de recul au moment où Max' la relâcha. Un léger soupir de soulagement lui échappa juste avant que la batte s'abatte sur son petit crâne. Le jeune homme s'inclina et caressa doucement la joue de sa tendre victime et murmura:

"Tu vois, j'ai décidé pour toi."

Il souleva le corps inanimé et réfléchis à un endroit où le cacher . Après une brève réunion de famille, il décida de le glisser sous le canapé et de laisser à quelqu'un d'autre le soin de le découvrir. Des bruits de pas se firent soudain entendre et la porte s'ouvrit au moment où Maxxie refermait le couvercle de la boite sur sa tête. Il dissimula de son mieux les traces de sang sur sa peau et s'immobilisa attendant avec excitation la suite des évènements. Il se sentit trimbalé, entendit des chants, des applaudissements et soudain, La lumière l'éblouit.


Dernière édition par Maxxie W.hat'else le Dim 16 Déc - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:31

« Mon père est un excentrique. Ça ne date pas d'hier. Tout le monde le sait, tout le monde mais j'en fais le plus souvent les frais. Ce qu'il faut dire c'est qu'il est riche. Le genre super riche, à l'éducation strict qui ne voulait pas répondre aux exigences de papa et maman, sa période rebelle sans doute. Il a épousé d'amour et d'eau fraîche, la belle artiste violoniste japonaise Aïko, et je suis le fruit de cette union. Passons. Comme je disais, papa est un excentrique et ce matin lorsque j'ai ouvert les yeux, j'ai compris une fois encore qu'il allait préparer un mauvais coup... »

Les rayons du soleil caressant son visage angélique, la demoiselle s'éveilla. Elle s'étira une fois, puis deux. Un longue soupire caressa ses lèvres, il était l'heure. C'était un samedi matin. D'un léger battement de cils elle découvrit que cette année encore, la nature avait choisi de lui offrir les premiers flocons pour ce jour si spécial. L'enfant des premières neiges qu'il disait tous. La poupée des Glaces. C'est le troisième étirement feignant de la poupée qui fit tomber la boîte. La petite boîte pleine de ruban et de couleurs vives. Un cadeau ? Intriguée la demoiselle s'approcha du présent, le poussant du bout de l'index. Des couleurs voyantes ? Un énorme morceau de papier sur lequel on peut lire « Mon Adorable Poupée ». C'était du papa tout craché. Étrangement plus méfiante, elle prit le papier à bout de bras - sait-on jamais que celui-ci puisse exploser vous voyez - pour pouvoir découvrir le message qu'il contenait.

Mon Adorable Poupée,
Aujourd'hui ma princesse c'est un jour spéciale.
Celui de ton anniversaire. Ton 21ème anniversaire.
C'est une journée importante.
Je te laisse ce premier cadeau. En espérant qu'il te plaira.
Ce n'est que le commencement d'une longue journée.
Joyeux Anniversaire.
Ton Incroyable Père.

« Histoire d'être certaine de ce que je venais de lire, j'ai recommencé à plusieur reprises. Cette année pas de chasses aux trésor pour trouver mon cadeau ? Pas de jeux improbables dés mon réveil ? D'ailleurs je venais seulement de réaliser qu'aujourd'hui il m'avait laissé faire la grasse matinée. Il était presque 11h. De plus en plus louche cette histoire. Je reposai mais yeux sur l'étrange cadeau. Il était vraiment grand, trop grand. Que pouvait-il bien m'offrir ? Je voulais savoir. Délicatement j'ouvris le couvercle pour y découvrir un mot. J'avais raison.. ça ne pouvait pas être aussi simple, surtout pas aujourd'hui. Surtout pas avec lui... »

Tu pensais vraiment être trop grande pour ne plus jouer avec papa ?
Tu as encore beaucoup à apprendre, je te laisse ce ruban. C'est le premier cadeau.
Maintenant si j'étais toi, je ne tarderais pas à aller prendre mon petit déjeuner.
La table ne restera pas en place très long. Il faut prévoir le repas de midi.
Tic~ Tac~Tic~ Tac~Tic~

Momoe venait donc de comprendre pourquoi il avait choisi de la laisser dormir. Ce type était tellement fourbe. A croire que chaque choses qu'il entreprenait était calculée, formatée, choisie à la minutes prés. Elle attrapa un petit sac pour y placer les deux mots et le rubans et sa longue robe de chambre pelucheuse. Déambulant de plus en plus vite dans les couloirs, elle vit au haut du grand hall qu'il y avait de l'agitation dans la salle à manger. Les ombres dansent. Dévalant les escaliers de toute sa vitesse. Petite jambes, elle se mit à hurler aux servantes d'arrêter immédiatement ce qu'elles faisaient. La table à moitié débarrassée elle se mit à chercher dans la moindre tasse, le bol, le vase, la chaise, la nappe. C'était collé sous la table. D'un souffle de soulagement, elle se redressa pour regarder les servante en souriant. Tout le monde commençait à connaître les jeux de « Monsieur » lorsqu'il s'agissait de l'anniversaire, de Noël ou simplement de Pâques. Cette année étant peut-être la dernière il avait mis les bouchée-doubles, triples..

Te rappelles-tu lorsque tu te cachais sous la table en espérant nous faire peur ?
Tu disais que tu y aimais la chaleur et la vue. C'était ta cabane, non ? Que regardais-tu ?
C'était à moi de t'y faire venir cette fois. Regardes autour de toi, il y a quelques choses qui ne changent jamais.
Surtout le jour de ton anniversaire.

« La neige commençait toujours à tomber le jour de mon anniversaire. Je ne pensais pas qu'il se souvenait de cela. J'étais si petite. En plus d'être calculateur et loufoque, c'est un bon père. Un peu tête en l'air. Pourquoi prête-t-il autant d'attentions aux détails ? Je relevai les yeux, droit devant moi, il y avait cette petite pergola ronde où je passais mon temps à jouer enfant. Lorsqu'il y avait la neige, le froid, le vent ou la pluie, je n'avais plus le droit de m'y rendre, ma santé fragile obligeait. Je venais donc me perdre sous cette table aux longues nappes, regardant la pergola au loin. C'est ce que je fis et je compris que le 3ème indice s'y trouvait. Sans attendre, j'avais déjà les bottes de pluies aux pieds et le manteau sur le dos. Me précipitant comme une enfant vers le grand dôme couvert de neige je me mis à chercher dans les moindres recoins. C'était dans un petit bouquet de roses blanches posé au centre de la table. Il y avait un cadeau dans un papier argenté et le 4ème message de papa. J'offris le paquets en premier, bien trop curieuse que j'étais. Il y avait des gants, des gantes de dentelles délicats et raffinés, parfaitement le genre d'accessoires que j'aimais. Troublée et heureuse, je les plaçais dans le sac avec le reste de mes trouvailles, pour pouvoir lire mon nouvel indice... »

J'espère que les gants sont à ton goût.
Qu'entends-je de mon bureau ? Tu n'aurais pas faim à courir de partout ?
Je sais que tu es rapide mais un ventre ne trompe pas.
Va donc prendre le repas dans la grande salle.
Un repas juste pour toi.

La demoiselle resta figée devant ce message. Pas d'indices, pas de suite. Est-ce-que le jeu s'arrêterait ici aujourd'hui ? Légèrement déçue, elle ne s'avoua pas vaincue pour autant. Délicatement, elle se redressa jouant un peu avec la neige en souriant. Ce qu'elle pouvait aimer la neige. Comme un rituel, un petit automatisme qu'elle ne voulait pas oublier, elle releva les yeux vers les cieux pour venir manger un ou deux cadeaux givrés. Son rire retendit et comme une routine, elle se mit à chanter :

"Je suis un petit flocon,
Tout menu, tout blanc, tout rond,
Je voltige dans l’air léger,
Je me balance
Au bout des branches,
Et puis je viens me percher
Au bout de ton petit nez
je suis un peu froid.
Tu crois ?
C’est tant pis pour toi,
Voilà !"


Elle finit par faire un ange dans la poudreuse avant de repartir pour la salle à manger. Tout y était déjà bien installée. C'était si grand, féérique. Comment avait-il fait pour que tout se transforme en quelques minutes ? Avait-elle passé autant de temps dehors ? L’horloge à balancier venait de sonner les midi et demi. Doucement elle se vit débarrassée de ses affaires humides et guidée vers le festin. Il n'y avait que des sucreries. Du cupcake coloré en passant par la crêpe a la chantilly délicieuse. Des gaufres, des tartes à la fraise, au chocolat. Digne d'un rêve. Momoe ne savait plus où donner de la tête. Elle mangea à sa faim, invitant à se joindre à elle comme chaque années les serviteurs, qui en ce jour ne pouvaient rien lui refuser. Le repas s'acheva sur un thé. Un thé gourmand avec des chocolats pralinés, un thé gourmand avec un petit mot.

Maintenant tu es grande ma fille.
Bientôt tu feras tes valises.
Tu pensais que le jeu était fini.
Je voulais juste que tu prennes le temps de savourer ce que je t'avais préparé.
Je me doute que tout le monde a mangé à tes cotés.
C'est ta manière de les remercier chaque année.
Va donc te prélasser, te faire belle.
Le bain de l’aile ouest est déjà prêt.

« Je sentis alors la chaleur de ce père attentionné doucement m'envahir, qu'allait-il encore imaginer ? Cette journée était bien plus douce que les autres. Cette année, j'étais devenue une grande à ses yeux. Peut-être était-ce la discussion que nous avions eu sur le fait que je voulais déménager, bien que le ton soit monté, Papa prenait le temps de m'écouter. Il me comprenait. J'ai remercié une fois encore les servants d'avoir répondus présent à ses caprices et je me suis dirigée songeuse vers la salle de bain. En effet tout y était prêt. L'odeur de la vanille, le bain tiède, les serviettes pelucheuses. C'était si bon. Je me suis prélassée dans ce bain pendant prés d'une heure. Lorsque j'entendis toquer. C'était l'une des servantes qui venait me laver les cheveux et prendre soin de moi. Il fallait que je sois la plus jolie du monde aujourd'hui. C'était jour de fête. Alors il me faisait belle. Je la laissai faire impassible et sensible. Elle était si douce, il faut dire. Prés de trois heures sont passées sans que je ne le réalises, la nuit commençait à pointer le bout de son nez. Je suis sortie de la salle de bain, dans mes dessous de dentelles. J'étais coiffée, maquillée, mais je n'avais pas robe, pas de chaussures... Le petit papier quand à lui disait »

C'est l'avant-dernier cadeau Momoe.
Va donc dans ta chambre dans ton peignoir doré.
Il y a ce que j'ai réalisé de plus beau à mes yeux.
C'est du "papa tout craché".


«
A ses mots, j'étais pas franchement rassurée, je ne pouvais que m'imaginer les pires scénarios. Du papa tout craché. Dans mon peignoir, cachant ma tenue des plus légères, je me suis précipitée pour aller regarder. Une robe. C'était une robe. Elle était si jolie. Enfin ce n'était peut-être pas le genre de robe que j'aurais porter d'ordinaire. La couleur était en accord avec mes yeux, merci papa. Je me suis approchée pour mieux la regarder. C'était un travail fait sur mesure. Juste pour moi. Un cadeau qui me mit les larmes aux yeux sous le regard complaisant et tendre de la servante qui se précipita pour me dire de pas pleurer sinon il y aurait tout le maquillage à refaire ! Elle me faisait rire. J'ai tourné comme une enfant devant sa robe de princesse. Le tissus semblait si précieux, si cher, jamais je ne pourrais m'habituer au luxe. Je finis par la prendre contre moi, serrant ce présent si précieux, elle ne sentait pas le neuf. Vous savez cette odeur dérangeante qui vous oblige à laver vos vêtements alors que vous rêveriez de les porter. Non cette robe sentait la douceur, le miel, la vanille. Cette odeur sucré qui me caractérise depuis toutes ses années. Il était temps que je la passe. Que je puisse voir ce qu'elle donnait sur mon corps. Le bleu, la couleur préféré de mon père. »

Momoe venait de réaliser combien la robe était belle. Dans un sourire elle présenta sa tenue à la gentille servante qui s'inclina poliment avant de lui signifier combien c'était parfait avec un petit pouce dressé. Oui les servantes aussi s'amusent quand elles sont avec Momoe. La demoiselle chercha ensuite ses chaussures un peu partout dans la chambre. Il n'y en avait pas, elle décida donc de se retourner vers Mérine. La servante. Pour essayer de la faire avouer. Après quelques petites devinettes, elle finit par comprendre et se précipita vers le bureau de son père. C'était donc ça. Elle enfonça la porte avant de courir à toute vitesse pour lui sauter au cou. Quelle adorable relation père-fille. Elle le serra contre elle, le remerciant de ses attentions. Il la regarda de toute sa hauteur et lui tendit les chaussures en restant silencieux. Des petits talons à bout rond, de couleur clair. Elle essaya de le faire parler. Aucune réponse. C'était encore un jeu sans doute. Il lui tendit un petit papier.
J'ai décidé que celui-ci serait le dernier papier.
Tu es ravissante. C'est une création de moi.
Tu connais pourtant mes talents de dessinateur.
Dans quelques minutes les premiers invités arriveront.
Je vais aller me préparer. Je te laisse les accueillir.
Mais n'oublies pas qu'à 21h tu devras te rendre dans la bibliothèque.
Tu y trouveras ton dernier cadeau.
Que tu le veuilles ou non.

« Je me suis retenue de ne pas rire lorsqu'il essaya de partir de la salle dignement. Ce qu'il était ridicule quand il voulait jouer les durs. Je fis ensuite comme il me demandait. Je me suis rendue dans la salle de réception attendant les nouveaux arrivants. Les uns après les autres ils me souhaitèrent un joyeux anniversaire. C'était le monde des adultes. Sur la table aux cadeaux, je pouvais voir s'amonceler une montagne de présents tous plus étranges les uns que les autres. Entre la forme, la taille ou le choix du papier. Alors que la fête prenait enfin de l'envergure, je vis mon père descendre les grandes marches du hall principal. Il me fit un petit clin d’œil ringard qui lui allait si bien. Je m'approchai de lui pour recevoir un baiser sur le front avant qu'il ne me chuchote « Bon anniversaire ma fille, il est l'heure que tu te rendes dans la bibliothèque ». Il avait raison, j'ai posé mes lèvres sur sa joue avant de foncer découvrir mon dernier cadeau... »

Momoe poussa délicatement la porte de la bibliothèque. C'était l'une des lieux de la maison où elle passait le plus clair de son temps. Momoe aimait les livres. Entre les longs rideaux de velours et les pans de murs couverts de livres elle trouva au centre de la pièce une boîte. Une énorme boîte. Le genre de boîte qui pourrait sans mal contenir un être humain. Momoe recula d'un pas. Il n'avait pas osé faire cela... N'est-ce-pas ? Elle déglutit sans oser s'approcher. Impossible, il savait qu'elle ne voulait pas d'un hybride. Certes chacun des serviteurs avec lesquels elle avait grandi étaient bien traités, heureux et hybrides. Mais elle, elle ne voulait pas avoir une personne qui puisse l'appeler maitresse. Elle ne voulait pas d'une vie entre ses mains. Ce ne serait jamais un ami, ce ne serait jamais une personne égale à elle. Après quelques longues minutes d'hésitation, il était temps pour elle de vérifier. Elle s'avança doucement poquant la boîte du bout du doigt, sa petite voix s'éleva et elle chuchota :

Hahem... Est-ce-qu'il y a quelqu'un dedans ?

Finalement décidée à savoir le pourquoi du comment. Son père était-il capable de faire cela ? Elle ouvrit le couvercle de la boîte d'un geste rapide avant de s'accroupir pour ne pas être vue. Elle n'osa cependant pas regarder dedans. Pas de suite du moins. Délicatement l'enfant se fit glisser contre l'un des cotés de la boîte, reprenant ses chuchotements :

Je... Je suis désolée, si vous êtes enfermé dans cette boîte depuis longtemps, veuillez pardonner mon père, il est assez spécial...

Elle se redressa un peu, son petit cœur en émois. Ce qu'elle aurait eu l'air ridicule si aucun hybride ne se trouvait dans la boîte. Mais pas de doutes possible, connaissant l'animal enfin le père, cette boîte ne pouvait pas contenir autre chose. Le moment fatidique venait de retentir. Il était temps qu'elle ose. Déposant ses mains sur le rebord de la caisse en fermant les yeux, elle se hissa pour ne laisser dépasser que ses yeux clos et son teint rouge. Elle poussa un petit soupire chuchotant pour elle-même:

Allez Momoe, Courage... Un...Deux.. Trois !

Et elle ouvrit les yeux, pour découvrir le fameux « pourquoi du comment »...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:34

*On pourrait faire des roulades en attendant d'être guéri...*

Evidemment... Quelle meilleure idée que celle de faire des roulades dans une boites faite pour une personne deux fois plus petite que soi... Aucun risque de se retrouver coincé dans une position improbable... Genre... La tête en bas le cul en l'air! Max' philosophait depuis quelques minutes sur la beauté d'un monde entièrement à l'envers en regardant les gouttes de sang glisser le long de son torse et s'écraser sur son visage quand une petite voix se fit enfin entendre. Le serpent frémis d'excitation à l'idée de pouvoir jouer avec une nouvelle victime puis se rappela la raison de sa présence ici. Trouver un coin sûr où se remettre de ses blessures pour pouvoir se barrer ensuite.

Hahem... Est-ce-qu'il y a quelqu'un dedans ?

*Elle est stupide ou quoi? avec tout le bordel que vous faites, c'est évident qu'il y a quelqu'un dedans!*

Max' se tortilla tant bien que mal pour se remettre dans le bon sens de la marche et posa sa tête contre le carton du couvercle qui ... s'envola... L'hybride faillit laisser éclater une exclamation de joie en s'imaginant soudain doté de super pouvoir.

*Craaaaaigneeeez le terrrible souleveur de couveeeeeeercle*

Secouant la tête pour ranger les voix dans sa tête, il inspira profondément et laissa sa langue bifide pointer entre ses lèvres deux ou trois fois. L'instant était décisif!

Je... Je suis désolée, si vous êtes enfermé dans cette boîte depuis longtemps, veuillez pardonner mon père, il est assez spécial...

*Je suis enfermé dans une boite depuis ma naissance, humaine !*

*Soit gentil, pour une fois!*

Max' se redressa un peu plus mais ne vit personne. Pourtant la voix était bien là, bien réelle... Elle ne venait pas de son esprit ... Il aggripa le bord de la caisse et sortit le sommet de son crâne... Le lit, les murs, tout était à sa place ... Tournant légèrement la tête il aperçut dans son dos une petite frimousse blonde. La jeune fille avait les yeux fermés et semblait au bord de la panique la plus totale. Le reptile se tourna lentement et vint frôler du bout des doigts une mèche soyeuse avant de reculer d'un bond en voyant la trace rouge qu'il venait de laisser. Et soudain, elle ouvrit les yeux. Instinctivement, Max' dévoila ses crocs acérés et suintant de poison et recula. Les humains sont tous les mêmes. Ils ne méritent aucune pitié et aucune attention.

*Reste concentré, l'instant est décisif! Tu dois dire quelque chose de cool et d’intéressant pour qu'elle accroche de suite!!*

*ça va, je sais faire hein !!!*

L'hybride s'assit négligemment sur le bord du carton et déclara tout aussi négligemment:

" Hello, j'suis le nouveau chasseur de grenouille!"

A l'instant où il termina sa phrase, le bord du carton s'affaissa et il bascula en arrière, s'écroulant comme une loque. Ce qui lui permis de voir le bras qui dépassait de dessous le lit .

*Quel professionnel... Je suis impressionné...*

L'hybride gloussa doucement et resta allongé, chantonnant doucement en savourant la douleur dans son torse. Il plongea son index dans une des blessures les plus profondes et dessina sur sa peau un smiley rieur. La douleur le faisait frissonner d'un plaisir malsain.

"Shaaaaaaa~...."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:35

Impossible, C'est impossible, il n'a pas osé faire ça. T'as la frimousse toute rouge et t’ose pas regarder. Suffit qu'on dérange tes petits plans pour que ton cerveau fonctionne à l'envers. C'est l'enfer. Tu veux pas ouvrir les yeux. Tu veux pas savoir ce qui fait « Boum ! Boum ! Boum ! » depuis le début dans le fond de la boîte. Dans ton crâne créatif y'a des tas de probabilité. Mais il est temps de te décider. T'as le palpitant qui déraille et tu ouvres les yeux.

Et alors... C'est une vision assez spéciale. T'as une sorte d'asperge couverte de sang qui se met à feuler comme un chaton en montrant des crocs couvert de jus bleu. Erk ! Tu recules un peu surprise par sa réaction toute farouche. Impossible de voir ses yeux. Il semble quand même salement amoché le pauvre petit gars. Petit ? Tu parles, il doit faire le double de ta taille. Il se présente comme le « Nouveau chasseur de Grenouille » Un chose était désormais certaine, chasseur il ne l'était pas. Menteur, il l'était. Et il mentait affreusement mal. Alors Momoe prit une mine un peu suspicieuse, toujours bouche-bée devant la présence de son « cadeau ». Elle n'en revenait pas.

Comme pour parfaire le tableau d'improbabilité, la carton s'affaissa sous le poids du jeune homme qui s’effondra sur le sol dans un grondement sourd. Heureusement qu'il y avait de la moquette quand même. Ses vêtements légèrement soulevés par la chute, la demoiselle pouvait découvrir ses multiples blessures. LE PAUVRE ! Les yeux de la belle devinrent bien plus grand et inquiet, alors que Casanova dans ses fringues trop grandes, s'amusait à dessiner des smiley sur son ventre. C'est quoi ce bordel ? Papa il était vraiment aussi loufoque que ça ? Parce que franchement ce type il venait de se faire passer à Tabac, de se faire atomiser par une horde de chien enragés.

Sur le coup, elle ne savait pas vraiment quoi faire, alors féline la demoiselle s'approcha à quatre-pattes du grand m'sieur agonisant. Il était vraiment tout cassé. Elle tendit la main pour stopper celle qui dessiner sur son ventre. Il avait vraiment des mains géantes, comparée aux siennes. Et couvertes de sang. Erk. Pourquoi ce sourire ensanglanté ? Momoe se mit sagement assise prés de lui et commença regarder l'intégralité de ses blessures. C'était pourtant évident. Un petit soupire caressa ses lèvres et elle chuchota :


T'es pas un chasseur de grenouilles toi, t'es pas mon cadeau non plus... En souriant elle déposa son doigt sur le bout de son nez Toi, t'es en cavale... Délicatement elle remonta sa main pour venir caresser sa joue, le couvrir de douceur, essuyant les traces de sang qui la décorait. T'es dans un sale état... A ses mots elle se redressa un peu avant de se pencher complètement au dessus de lui. En souriant elle pencha la tête. On va arranger tout ça avant que ça devienne plus grave, ok?. Délicatement elle prit ses bras pour les passer autour de sa petite nuque de poupée. Elle passa ses bras derrière la sienne pour le redresser.

Dis le chasseur tu penses pouvoir aller jusqu'à la salle de bain ? Histoire que je puisse voir l'ampleur des dégâts et les soigner ?

Et la robe bleuté se teinta des plus beaux rouges...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:37

*Elle te touches! Réagit! On trouvera ailleurs! Dégage de là!*

Facile à dire... Moins facile à faire. Même s'il aurait préféré s'arracher un bras plutôt que de l'avouer, un formidable état de faiblesse s'était emparé de max'. Il était aussi mou qu'un gros chamallow et en plus cette fille avait percé son baratin à jour.

*Laisse tomber... Tire toi de là!*

L'hybride sentait les petites mains sur son corps et leur chaleur. Il sentait le parfum délicat et sucré de la jeune fille qui venait titiller ses narines. La douceur dont elle faisait preuve à son égard avait quelque chose de ... touchant... Le serpent se sentit un peu mieux quand elle le redressa et il prit une profonde inspiration. Mauvaise idée... ses côtes brisées protestèrent violemment et une quinte de toux secoua le jeune homme . Il dénoua son bras du cou de la petite princesse et la repoussa sans douceur pour se redresser en titubant. Les bras ballants, un sourire immense déformant son visage, il se balançait d'un pied sur l'autre, observant les gouttes de son sang qui tachait le sol. Quelques gloussement un peu hystérique lui échappèrent. En se crispant, il s'attrapa la gorge comme s'il la considérait comme responsable de sa situation. Traçant de profonde griffure sur sa chair blanche, il murmura enfin:

"Ton cadeau... Je vais te le montrer."

Recouvrant un peu d'équilibre, il traversa lentement la pièce pour aller se laisser tomber à genoux face au lit. D'un mouvement sec il tira sur la main de la petite colombe qui gisait là ... Enfin... gisait ... Ses yeux immenses, emplis de larmes le fixèrent soudain et ses petites lèvres roses s'entrouvrirent pour le supplier une nouvelle fois. Sans faire attention à la curieuse envie de l'enfant de rester en vie, il se redressa sans lâcher sa main et la traîna à travers la pièce pour la lâcher juste devant la Dame des lieux.

"Joyeux anniversaire princesse."

*On aurait put la laisser sous le lit... Ze suis sûr qu'elle est Zentille la princesse.*

L'hybride retourna vers le lit et récupéra sa batte sur laquelle il s'appuya, à bout de souffle. Un léger courant d'air souleva ses cheveux dévoilant une pupille fiévreuse. Un étrange désespoir mêlé de plaisir et de terreur pure fit resplendir cet oeil l'espace d'une seconde avant que la mèche ne retombe. Le jeune homme sauvage observait le tableau que formait ces deux êtres fragiles... L'une au crâne couvert de sang et l'autre en robe de soirée, vaguement tachée de rouge elle aussi. La petite colombe pleurait maintenant à chaudes larmes en s'accrochant à la jupe de la princesse. Quelque chose dans ses sanglots déclencha la rage de Max'.

"Arrête de couiner saloperie de piaf. T'es en train de supplier celle qui devait te réduire en esclavage... Pauvre conne..."


Le serpent siffla de dégoût et tourna les talons pour rejoindre la porte de la salle de bain attenante à la chambre. Son pas était lent et sa vue se troublait un peu plus à chaque mouvement. Soudain, il s'accroupit et se mit à murmurer:

"
~ On peut pas aller plus loin.

~ On peut pas lui montrer qu'on peut pas aller plus loin !!

~ Shaaaaaaaa~....

~ On va rester là et s'effondrer devant une humaine ? si on avait dégagé quand je l'aie proposé on en serait pas là ... Mais personne m'écoute jamais !!!

~ On a qu'à voter !

~ J'emmerde ton vote!

~Shaaaa~... "


Un violent vertige fit basculer Max' au sol une nouvelle fois.

*ça devient une habitude de lécher le sol ....*

"Je~..."

Max' poussa un véritable rugissement de colère et continua de ramper en direction de la salle de bain. Il finit par s'écrouler sur le carrelage, haletant et tremblant. Une longue plainte s'étira dans le silence de la nuit. L'humiliation était totale.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:44

Ce mec, ce mec est un grand malade. Il est complètement démembré c'est pas possible. Rien que le fait de respirer lui fait un mal de chien. Il en cracherait presque ses poumons sans confession. Momoe n'en revenait pas les yeux. Elle avait fait preuve de gentillesse, voulant aider ce type en tout point suspect. Tu as voulu joué papa ? Tu as perdu. Le grand blond se redressa de toute sa hauteur repoussant assez brutalement la petite poupée. Visiblement lui et le contact c'est pas encore ça. Intriguée et sur le cul. C'est le cas de le dire elle le vit jouer les patins sur ses deux pieds. La question autant, quand vas-tu tomber le dément ? Son sourire, ses gestes, tout ce sangs. Que faisait-il réellement.

Bingo c'était pas lui le cadeau. Un point pour la belle. Il lui envoya dans les bras le plus sanglant des colis. Sérieusement le père avait choisi ce petit machin comme cadeau ? C'est la première pensée qu'elle eut avant d'examiner l'étendit des dégâts que « lui » avait du causer sur cette pauvre enfant. Enfant qui s’agrippait comme à la vie aux jupons de Momoe. Véritablement soufflée par les évènements, elle caressa doucement la tête de l'enfant. Pauvre enfant. Elle avait sans doute rien demander et lui c'était un mec disons un peu violent. Quand même. Momoe ne savait plus où donner de la tête tout aller si vite, trop vite. Il avait désormais une batte de baseball pour souhaiter un bon anniversaire. C'était quoi ce bordel ?

Après avoir insulté une fois de plus sa pauvre victime et la princesse il tourna les talons pour la salle de bain. Donc finalement, il voulait juste y aller tout seul. Comme pour protéger l'enfant elle lui cacha le visage contre son ventre, chuchotant des mots tendre pour la rassurer. C'était saignant mais pas mortel comme blessure pensa-t-elle alors que lui et bien lui, il s'était légèrement avachie dans l'encadrement en se parlant à lui même. Disons les choses comme elles sont c'est ce qu'il faisait. Une sorte de petite réunion avant de retrouver son ami le carrelage. C'est pas possible. Il continuait de ramper. Mais il voulait mourir où quoi ?

Momoe prit la petite colombe dans ses bras embrassant son front pour la rassurer. Portée comme l'enfant qu'elle était elle passa la porte de la bibliothèque pour pouvoir rejoindre l'une des chambres d'invités. Elle y déposa l'enfant sous les yeux effrayés de la pauvre servante corbeau. Après quelques preuves explications. La robe couverte de sang. Les instructions étaient claires. Interdiction de prévenir, père. Interdit d'alarmer l'assembler. Interdit de rentrer dans la salle de bain. Interdit de faire n'importe qu'elle remarque. Momoe retourna ensuite sur le lieu du crime. L'enfant serait rapidement prise en charge. Sa vie n'était plus en danger et son destin désormais lié à la Famille E'Rphyn. Une vie heureuse comme les autres. Lucky girl.

Elle poussa la porte pour regarder l'ensemble de la salle. Il y avait du sang de partout. Un nouveau soupire caressa ses lèvres. Elle referma la porte derrière elle. A clé. Enfermée, elle s'avança doucement vers le corps tremblant de l'être agonisant. Elle s'arrêta juste derrière lui. La distance parfaite. Pas assez pour le toucher, pas assez pour être touchée. Elle mit les mains derrière son dos et dit d'un ton doux et sincère :


Si tu voulais juste faire fière et prouver que tu pouvais y arriver par toi-même, jusqu'à la salle de bain, il suffisait de le dire...

Elle s'approcha d'un pas et vint mettre son pied contre celui du jeune homme, donnant des petits coups de pieds dedans. Cela devait sans doute secouer tout son corps. Ce n'était qu'une maigre punition, vous ne trouvez pas ? Elle s'arrêta ensuite pour reprendre :

Écoutes... Faut pas être né de la cuisse de Jupiter pour comprendre que tu détestes les humains. Surtout ceux de mon espèce qui pourrissent dans une maison grand luxe.

Un nouveau soupire s'échappa de ses lèvres. Elle se pencha pour venir lui pincer la cuisse. C'était la dernière punition, il avait de toute manière bien assez mal comme ça. Elle avait vu sa souffrance et sa violence. Elle le lui avoua d'ailleurs :

J'ai vu tes yeux tu sais... Ils devraient sans doute me faire peur...

Elle l'enjamba pour venir se mettre devant lui désormais, évitant d'écraser quoique ce soit qui pourrait dépasser ici et là. Elle ne voulait pas lui faire mal. Même lorsqu'elle le secoua un peu c'était surtout pour voir s'il était conscient ou non. Momoe se mit devant lui et vint caresser sa tête.

Pour cette fois, on va dire que j'ai rien vu... Il n'y aura que moi qui te touchera... Tu pourras garder toute ta fierté comme ça et moi je pourrais te soigner ok ?

Elle se pencha de nouveau au dessus de lui en rougissant. Tendant la main vers lui. Il fallait vraiment qu'il fasse un dernière effort, juste assez pour s’asseoir contre le rebord de la baignoire. Pour qu'elle puisse le soigner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:46

Impossible d'aligner une pensée cohérente. La drogue, la perte de sang, la fatigue. Une conspiration pour le laisser faible et haletant comme un nouveau-né... Et cette saloperie de colombe qui avait refusé de crevé... Pas grave... il lui ferait sa fête s'il survivait. Allongé sur le ventre, léchant son propre sang qui maculait le carrelage, Max' tentait de donner un sens aux son qui sortaient de la bouche de la petite Princesse. Elle parlait vraiment beaucoup... Sa voix le berçait, annihilant ses derniers remparts. Il était peut être complètement fou, mais pas stupide.

"Je... la tuerais... Elle... cette saleté ... de pigeon blanc..."

Un gloussement démentiel et un grondement de douleur plus tard, Max' s'était tourné sur le dos en haletant. Il releva la tête avec une certaine douceur et vint poser son front contre la petite main tendue. Comme un chat qui quémanderait une caresse, il se frotta doucement contre la chair tiède. Les yeux clos il faisait bouger ses pieds comme pour être sûr qu'ils soient toujours là. Soudain, il ouvrit ses paupières et plongea son regard dans celui de la jeune fille en se cambrant brutalement comme un serpent agonisant.

"T'es qui toi?"

Sa respiration était plus calme à mesure qu'il prenait conscience de l’absence totale de danger. Il tenta vainement de se redresser mais retomba lourdement en sifflant. Finalement, il aurait put décider que si sa compagne voulait le pouponner comme un enfant, elle devrait se débrouiller toute seule. Mais sa fierté l’empêcher de capituler. Avec un gémissement sinistre, il s'accrocha au lavabo et se tira vers le haut à la force de ses maigres bras, les yeux toujours rivés dans ceux de la demoiselle. Une fois à genoux, il réussit à se hisser sur ses pieds et se raccrocha de justesse aux poignets du petit placard qui surplombait l'évier. Les portes s'ouvrirent, dévoilant plusieurs bouteilles de désinfectant ainsi qu'un flacon d'alcool à 90°.

"J'ai pas besoin~... de ton ai~..de!"

Les voix dans sa tête s'était éteintent... Et aussi étrange que cela puisse paraître, ce n'était pas bon signe. C'est dans le silence et l'obscurité que ce développe les cauchemars. Et certains cauchemars sont beaucoup plus réel que d'autres! Attrapant vivement le flacon d'alcool, il arracha son gilet et sa chemise et versa le liquide sur sa peau déchirée. La brûlure fut si violente qu'il perdit l'équilibre et recula brusquement. Pour ne pas toucher la princesse il fit un violent écart qui l'envoya taper contre le rebord de la baignoire.

"Je~..."

Il bascula en arrière, tenta de se rattraper au rideau de douche qui le suivit dans sa chute, le recouvrant complètement. Un choc sourd à l'arrière de la tête le sonna complètement et c'est à peu prés à ce moment là qu'il décida d'abandonner la lutte.

"J'vais dormir là ... c'est bien ici... Il fait pas trop chaud, pas trop froid... si j'ai soif je tourne le robinet... Ouais ... j'vais rester là!!"

Il ferma les yeux et attendit que l'inconscience l'emporte... Ou la mort ... Ou les deux !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:47

Il n'avait purement et simple pas écouter un mot de ce qu'elle venait de lui dire. Il était comme dans une transe, une démence sourde qui n'appartenait qu'à lui. Véritablement spectatrice la demoiselle le regarda faire. Il se remit sur le dos, il se redressa pour venir à sa main, laissant sa main venir caresser, vérifier qu'il avait de la fièvre une bonne fois pour toute. Le pauvre il devait être complètement souffrant, mourant, agonisant. Momoe ne pouvait pas rester ainsi, en réponse elle lui caressa un peu le front et sourit lorsqu'il demanda qui elle était. L'hôte de ses lieux ? La petite poupée ? Le machin inconscient qui vient prendre soin de toi du con alors que t'es capable de lui atomiser le crâne d'un coup de batte, enfin si tu peux encore soulever.

C'était le genre complètement sauvage ce type. Il ne voulait pas dépendre d'un autre, surtout pas d'une humaine. Il voulait tout faire tout seul comme un grand. L'espace d'un instant il semblait vouloir se laisser aller. Il était si froid alors que son front lui était chaud, trop chaud comparée à son corps. Momoe s’inquiéta de plus en plus alors que lui jouait les virils à s’agripper au lavabo pour espérer se relever. Une fois debout, brisant sans doute un peu plus ses os déjà tous fracassés il lui dit qu'il n'avait pas besoin d'aide. Oui il était vraiment pas bon menteur, M'sieur le chasseur de Grenouille. Momoe ne pouvait ne pouvait pas détacher ses grands yeux troublés de lui, inquiète, ne quitta pas un instant ses moindres mouvements, il pouvait retomber à tout moment. Elle n'osa pas se relever, resta prés de la baignoire. Il déchira sa chemise pour venir verser l'alcool le plus fort de la pharmacie sur ses plaies. L'incapable. La brûlure qui en suivit fit si forte qu'il manqua d'écraser la douce avant de d’effondrer dans la baignoire. Désormais dans le bain, agonisant espérant un repos sans doute bien mérité. Il mentait l'émaille de la baignoire devait être complètement gelée. C'est pas possible... il avait même dégrafer le rideau, tout ça pour ne pas bousculer la belle. Pour un sauvage il fait attention à ce qui l'entoure. Momoe sourit.

Un sourire tendre et étrangement bienveillant. C'était un sacré phénomène ce type y'avait pas à dire. Il était grave mais c'était ce qui pouvait vous éblouir et vous laisser cette envie de rester. Proche, toujours plus proche. Momoe se pencha un peu au dessus de la baignoire pour venir lui embrasser le front :


T'es complètement inconscient toi...

Elle rit. Un rire si sincère et délicat. Une dernière caresse sur son visage angélique. Un « petit sauvage » qui se perd avant qu'elle ne vienne tirer le rideau pour dégager la passage. Elle attrapa ensuite le pommeau de douche pour régler l'eau loin de lui, histoire que ce soit pas trop chaud, pas trop froid. Délicatement elle vint retirer ses chaussures puis son pantalons. Il avait le corps entièrement recouvert de blessures.. Des morsures, des coups de couteaux peut-être... C'était un spectacle qui fit monter les larmes aux yeux de belle. Momoe se retourna pour prendre des serviettes, puis elle reprit le jet d'eau commençant à rincer la moindre partie de son corps. Lui le sauvage en sous-vêtements dans la baignoire. Une fois que les traces de sang et de boue disparurent sur le corps à la peau albâtre elle put constater combien ses blessures cicatrisaient vite. À croire que ça repousse comme un rien. À l'aide d'une grosse serviette pelucheuse elle sécha ce qu'elle pouvait sécher, elle monta ensuite le chauffage de la salle pour qu'il y fasse, chaud très chaud. Le géant avait froid qu'il avait dit. Puis elle vint passer un petit coton sur chaque blessure voyant bien à souffler dessus pour que ça ne pique pas trop. Elle finit les deux jambes, les deux bras. Momoe se pencha ensuite pour le ventre regardant l'une des entailles les plus profondes. Elle se pinça les lèvres inquiète. Peut-être devrait-on recoudre cela. Elle ne savait pas faire et elle ne pourrait pas chercher une tierce personne de peur qu'elle se fasse trucider. Elle finit de désinfecter jusqu'à l'entaille prés de ses lèvres et chuchota toujours penchée au dessus de lui exerçant une pression constante sur la plaie pour qu'elle stoppe son saignement. Pauvre serviette. Elle vint chuchoter à l'oreille du jeune homme :

Est-ce-que je dois recoudre ? Je n'ai jamais fait, j'ai peur de te faire mal.....

Elle n'espérait pas de réponses, mais étrangement l'état de santé du jeune homme l'inquiétait au point qu'une larme perla à ses yeux poupée... Douce illusion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:49

*twinkle twinkle~...*

Un léger baiser sur son front... La fraîcheur de l'air sur sa peau soudain nue... Et puis l'eau qui coule sur ses chairs déchirées... Maxxie resta complètement immobile, savourant la sensation de bien-être qui envahissait. Un sanglot secoua sa poitrine. L'eau de la douche masquait les larmes qui roulaient sur ses joues. Cela faisait une éternité que personne n'avait prit soin de lui ... Une éternité que le moindre contact avec un autre être vivant était synonyme de souffrance.

*Little star~...*

Inconsciemment, comme un enfant qui a peur, Maxxie s'était accroché au bas de la robe de la princesse. Il se mordait les lèvres pour garder le silence tandis que la douleur se déversait par vague brûlante malgré la douceur des soins qui lui était apporté. Son esprit semblait s'être mit en veille. Comme s'ils s'étaient tous donnés le mot pour lui laisser ces quelques instant de répits. Il se sentait ... Comme avant. Sa main remontait lentement le long du tissu pour venir se poser sur la taille svelte de sa sauveteuse. Rien de pervers, rien de sexuel. Mais pour la première fois depuis de nombreuses années, l'hybride ressentait un profond besoin de contact. Même avec une humaine. Lorsqu'elle s'éloigna, il esquissa un mouvement pour la suivre, un mouvement instinctif, dirigé uniquement par un besoin viscéral. Mais il était trop épuisé pour réussir à bouger.

"Princess~..."

Max' se crispa légèrement et sursauta en sentant la serviette qui essuyait son corps... Une brusque chaleur colora un peu plus ses joues et il crispa la mâchoire à s'en faire grincer les dents. Voilà trop longtemps que personne ne l'avait touché. Les yeux toujours clos il inspira profondément et tenta de ce concentrer sur ce qu'elle lui murmurait. La douleur refluait lentement et mis à part la plaie de son ventre, les autres étaient trop insignifiantes pour qu'il s'en préoccupe. Ouvrant lentement les yeux, il repoussa du revers de la main les mèches humides plaquées sur son front et hésita un instant. Tel un cobra prêt à mordre, il inclina la tête et marqua un temps d'arrêt, bouche entrouverte et crocs dehors. Une sourde colère grondait au fond de son esprit. Il s'était faiblement laissé avoir par l'ombre de ce qu'il avait été. Il avait oublié l'espace d'un instant qu'il n'était qu'un animal. Il avait faillit imaginer ce que ça ferait de donner sa confiance à quelqu'un d'autre...

*Pauvre imbécile...*

Reprenant le contrôle du flot d'émotion qui le bouleversait, ce fut d'une voix glaciale qu'il s'adressa à la jeune fille.

"Je suis pas une de tes robes que tu peux raccommoder princesse... Et je guéris très bien très vite sans que tu viennes mettre tes petites mains au milieu!"

Un sifflement mauvais s'échappa de ses lèvres entrouvertes. D'un geste du menton il désigna la serviette qui appuyait sur son ventre et murmura d'une voix mauvaise:

"évidemment, si c'est juste une excuse pour continuer de me toucher, là, c'est autre chose!"

La fièvre lui brûlait le corps à tel point qu'il avait envie de se tordre dans la baignoire. Fronçant les sourcils, il susurra encore d'une voix où la violence ce mélangeait avec le désespoir:

"Tu voudrais pas ramener ta copine l'emplumée, j'ai faim."

Un rire dément lui échappa à l'idée de manger la colombe sous les yeux d'une assemblée entière de bourgeois. Il riait comme un possédé sans pouvoir s’arrêter!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:49

Plus les mains de la douce se perdait sur les blessures du jeune homme plus il serrait ses jupons. Le besoin de contact. Les yeux toujours clos, Chaque gestes, chaque attention laissait sa trace sur le corps de l'hybride. C'était un hybride cela ne faisait aucun doute. Un Hybride qui avait besoin de chaleur. Un hybride long et fin. Un hybride avec des crocs dangereux. Un hybride à sang-froid. Le serpent sans doute. Momoe ne pouvait pas détacher son regard de ce visage angélique. Elle ne pouvait pas laisser. Inquiète elle eut la réponse qu'elle attendait. Froid, tranchante, sauvage et pourtant si triste. Elle le laissa parler, elle le laissa siffler. Perfide serpent. Ridicule protection. Lorsqu'il lui fit la réflexion sur le contact elle relâcha la serviette relevant les mains pour prouver son innocence. Ce n'est pas moi je n'ai rien fait. Ce type était un idiot.

Il se mit en suite en rire, parlant d'un repas impossible. Momoe toujours prés de lui, désormais sans contact attendit qu'il se mette à rire, rire encore et encore. Il riait à plein poumon, visiblement ses cotes commençaient déjà à aller mieux ou la fièvre le possédait toujours plus. Pauvre géant. Momoe se redressa pour le laisser dans son délire, qu'il puisse rire encore cela ne la regardait pas. Elle serra un peu ses jupons. Il était réellement méchant ? Ou simplement méfiant ? Elle retourna dans la pharmacie, secouant les différentes plaquettes de cachets, les bandages et autres trucs inutiles. Jouant à la marchande elle prit ce dont elle avait besoin. Toujours silencieuse elle vint pousser les bras du géant pour avoir accès à son ventre. Elle y déposa un peu de désinfectant plus puissant, elle souffla comme toujours. Allait-il frapper ? Grogner ? Mordre ? Qu'il le fasse. Ses yeux était décidé. Si lui ne voulez pas écouter, il lui suffirait de regarder. Elle déposa un pansement convenable sur la plaie. Il cicatrisait vite qu'il disait. Pas besoin de points comme pour ses robes de poupée. Une fois cela fait, elle se posa sur le regard de la baignoire pour le regarder dans les yeux. Pas de contact. Pas de mot. Quelques minutes passèrent dans un silence, elle méditait. Il pouvait rire.

La poupée se releva pour aller chercher un verre d'eau. Elle décapsula deux aspirines pour les laisser fondre dans le verre. Il avait de la fièvre. Pendant que ses deux sauveuse effervescentes se disloquaient dans le verre. Elle se permit une petite remarque en souriant avec une légère arrogance malgré sa douceur :


Tu voudrais que je te ramène la gamine ? Tu aurais même pas la force de l'attraper....

A ses mots elle se redressa, attrapant la verre, elle mit l'ensemble du breuvage amer et pétillant dans sa bouche, s'approchant à la hâte, elle lui attrapa les joues pour les pincer, ouvrant ainsi sa bouche elle vint poser ses lèvres sur les siennes l'obligeant ainsi à boire presque l'intégralité du breuvage. Elle le relâcha ensuite dans un soupire, avant de faire une grimace de dégoût. Ce qu'elle pouvait détester l'aspirine effervescente. Un frisson lui parcourut l'échine et elle ajouta le ton légèrement brisé et les larmes naissantes:

Là, je te touche aussi pour le plaisir c'est ça ?

Elle se redressa, les poings sur les hanches. Ce qu'il était ridicule à vouloir jouer les durs. Au moins maintenant il était entièrement guéri. Enfin, elle ne pourrait rien de faire de plus pour lui. Il ne lui manquerait plus que du repos. Elle pencha un peu la tête et vint simplement déposer sa main sur son front :

Cela devrait t'aider à aller mieux.. Tu as de la fièvre. Ton corps n'est pas habitué... Ensuite je te ferais préparer un repas de Roi. Désormais je ne te toucherais plus.... Pardonnes-moi.... Mais pour le moment reposes-toi. Je reste là, je veille sur toi...

A ses mots, visiblement un peu froissée de sa méfiance, elle lui tira la langue et vint se mettre en boule prés de baignoire, disparaissant complètement tant elle est petit. La tête dans les genoux contre la parois encore tiède, elle attrapa l'une des serviettes pelucheuse, pour s'y enroulée, bien décidée à veiller sur lui. Cet idiot. Une larme à nouveau à ses yeux clos. Elle chuchota dans un murmure presque inaudible :

Moi j'aime tes yeux... Je veux pouvoir te voir sourire... Alors guéris-vite, s'il te plait. Chasseur de grenouilles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:51

Maxxie flottait dans une espèce de rêve cotonneux dans lequel il ne ressentait aucune douleur. Il était juste là, observant un monde qui tournait sans lui. Ses lèvres bougeaient sans bruit psalmodiant des paroles connues de lui seul. Un léger sourire barrait son visage. Les yeux fermés, il s'imaginait une prairie, un homme et un couteau. Parfaitement immobile, il laissait la douce voix de son hôte glisser sur lui comme une caresse. Un instant il était dans le monde irréel de ses rêves, le second, les lèvres chaudes de la petite princesse se pressaient contre les siennes le ramenant à la réalité plus surement qu'une douche froide. Ne réalisant qu'à moitié que du liquide coulait dans sa gorge, il faillit s'étouffer. Une brusque flambé de chaleur colora ses joues et soudain, il ouvrit les yeux. Ses pupilles découvertes tentaient de trouver un point où se fixer. La bouche entrouverte, sa langue apparaissant et disparaissant rapidement. Il poussa un gémissement et se contorsionna dans la baignoire pour se mettre face au mur, le dos tourné à la princesse roulée en boule sous sa couverture !

"Shaaaa~..."

Le serpent laissa sa tête pendre par dessus le bord, se cambrant contre l'émail humide pour observer sa 'sauveuse'. Sa tête était juste à cotés de celle de Moe. Il pouvait sentir son parfum délicat. Lentement, il tourna la tête pour observer cette petite chose qui s'obstinait à rester prés de lui malgré l'aura de violence qu'il dégageait. Son cerveau semblait bourdonner au son de milliers de pensées parasite. Une émotion étrange serrait le ventre du sauvageon. Quelque chose qui ressemblait un peu à de la culpabilité. Il avait bien vu les larmes dans les yeux de la fille. Mais personne ne lui avait expliqué ce qu'il fallait faire en cas de fuite d'émotion... Il n'avait pas été programmé pour la compassion et le réconfort. Ces deux choses étaient en dehors de ses capacités... En désespoir de cause, il se cambra encore plus et, poussant sur ses jambes il finit par basculer tout le haut de son corps par dessus le rebord de la baignoire terminant dans une position improbable. Les fesses posées sur le bord, la tête appuyée sur le carrelage et les pieds campés dans le bassin il observait une fois de plus le monde à l'envers, analysant la montée du sang dans son cerveau et le froid du sol s'insinuant dans ses cheveux mouillés.

" Je comprends pas pourquoi les humains pleurent à la première occasion..."

Incrédule, il fit basculer ses jambes par dessus sa tête et resta ainsi un instant en équilibre. Puis, d'une roulade, il se rétablit à genoux devant Moe. Poussée par un instinct quasi viscéral, la main du serpent s'éleva dans les airs pour venir emprisonner une mèche de cheveux. Max' la porta à ses lèvres et tira doucement dessus pour attirer l'attention de la princesse. D'une voix presque inaudible, il déclara:

"Viens, on s'en va..."

Dehors, la neige tombait paresseusement, recouvrant tout de son doux manteau blanc. Sans attendre la réponse de sa compagne de jeu, le jeune homme se releva, et passa rapidement son jean. Ses muscles étaient encore un peu douloureux mais ses facultés de régénérations prodigieuses avaient bien fait leurs travail. Peut être aussi un peu les soins attentif de la demoiselle. L’intérêt de Maxxie pour cette étrange créature ne cessait de croître. Un sourire immense barrait son visage quand il se dirigea vers la fenêtre et l'ouvrit d'un geste brusque. L'air glacé lui mordit la peau et ébouriffa ses cheveux. Ils étaient au premier étage et la vue sur le parc était plutôt agréable si l'ont aimé le genre bien rangé. Max' secoua la tête et se tourna vers sa petite compagne. Il avait ramassé sa batte. Sans un mot il bascula en arrière.

"Géronimoooooooooooooooo!!!"

Un nuage de poudreuse remonta au niveau de la fenêtre et un silence pesant s'ensuivit. Puis, un rire hystérique s'éleva dans l'air glacé. Quelques mètres plus bas, Maxxie s'agitait dans la poudreuse pour essayer en vain de sortir du buisson qui avait amortit sa chute comme il l'avait parfaitement prévu. Ou pas...

"Princesse, sauve mooooooiiiiiii!!!!"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 16:54

Il y avait toujours des drôles de bruits qui filtraient ses lèvres. Et puis lui il était étrange aussi. Il avait pas conscience du danger. C'était un inconscient sauvageon malpoli menteur ! En plus l'aspirine c'est vraiment dégueulasse. Et ça pétille. Et la baignoire est de plus en plus froide. C'est de la faute à l'autre géant serpent. On dirait qu'il est tout moue, flasque. Il fait des trucs étranges avec son corps. Le voilà qui doucement se glisser en dehors de la baignoire. Il se glisse c'est parfaitement l'expression, comme s'il était entrain de fondre, lentement jusqu'à touché le sol, les fesses en l'air, le corps en angle droit. La face sur le carrelage et la langue bien pendu il regarde la princesse pleurnicheuse. Elle est toujours en boule, sa larme continue son chemin sur sa joue de poupée et elle l'écoute. Elle le découvre pour la énième fois. Il nous fait quoi là ? Elle penche un peu la tête visiblement intriguée et il lui demande pourquoi les humain pleurent. Une question qui demande souvent pas de réponse. Peut-être qu'un jour elle lui expliquera, si il est sage.

Il nous joue les acrobates, jambes sur la tête avant de finir à genoux. Son corps est élastique. Ce type est en plastique. C'est pas possible. Ce spectacle fait sourire la demoiselle avant qu'il ne la surprenne d'un baiser. Une boucle qui se perd dans les doigts de la vipère. Un sourire sans soupçon. Un murmure tellement tentant. « Viens on s'en va » Mais pour aller où ? Il regarda la fenêtre avant de remettre ses fringues toute sales avec une vitesse déconcertante. Il est passé où l'état léthargique agonisant au bord de la mort ? Il est déjà prés à sauter par la fenêtre avec sa batte de baseball sur l'épaule. Il veut déjà en finir avec sa vie ? Il sait ce qui se trouve en bas ? Il a calculé son coup n'est-ce-pas ? Dites-moi qu'il est pas timbré à ce point... Et Hop ! Disparition ! Y'a plus de blondinet accroché à la fenêtre y'a qu'un hurlement de courage digne d'un tarzan des bac à sable. Puis aprés y'a l'agonie du héros qui réalise que le buisson est sa prison. Il hurle à la princesse de venir le délivrer. Attends... C'est pas le rôle du prince normalement ? Momoe passa la tête par la fenêtre pour le regarder. Il était donc vraiment coincé dans la grande haie. C'était plus fort qu'elle. Elle s'appuya sur le rebord de la fenêtre avant de rire avec tendresse, elle tendit la main vers lui en hurlant :

J'arrive ! Je vais venir te délivrer !
Mais si je saute d'ici moi je vais me faire mal ! Et je pourrais plus t'aider !
Attends-moi !


A ses mots, elle se mit à courir dans les couloirs. Elle croisa premièrement une servante horrifiée en voyant sa robe pleine de sang. Elle lui cria de pas s'inquiéter puis elle attrapa son long manteau blanc de fourrure pelucheuse. Passant par la porte de derrière, celle des cuisines elle arriva presque instantanément devant la grande haie. Trop grande haie. C'est bien beau de se précipiter, mais maintenant qu'elle est là devant lui. Lui coincé à presque deux mètres du sol dans une haie poudreuse. Elle fait quoi la poupée ? Elle va chercher l'échelle du jardinier. Elle se remet à courir dans ses petits talons, elle place l'échelle et elle grimpe. Elle arrive en haut , agrippée à l'échelle et elle s'écrit :

T'es toujours vivant ? D'ailleurs c'est quoi ton nom ?

Elle lui tends la main sans grande convictions, quand même il est complètement inconscient le sauvageon mais on s'amuse bien, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 18:40

Maxxie pendouillait dans sa haie. La situation n'aurait pas été déplaisante si de petites branches acérées ne s'obstinaient pas à lui rentrer dans les fesses. Il se tortillait comme un ver suspendu dans le vide. Sa petite princesse le regardait d'en bas et lui parlait. Sa voix, douce comme la soie lui donnait envie de rouler dans la neige fraîche et de redevenir l'enfant qu'il avait été. Elle ressemblait à une petite peluche blanche, fragile et délicate. Ses grands yeux bleus fixés avec inquiétude sur le serpent volant. Un rire glacé échappa à Max' qui se laissa glisser le long des branches.

"J'arriiiiiiiiiive... ♫"

L'effet était déroutant. On aurait dit qu'il dégoulinait le long des troncs, évitant les épines et les branches pointues avec aisance. Il effleura du bout des doigts la main tendue de Moe et atterit souplement, son torse nu exposé aux flocons mordant. Il en sentait la morsure mais n'y prétait aucune attention. Un sourire un peu dément étirait ses lèvres légèrement tremblante:

"Tu m'as sauvé !!"


Du bout du pied, il faisait de petit monticule de neige. Il avait envie de courir à travers la grande forêt qu'il discernait au fond du jardin. Il avait envie de ce cacher entre les arbres et de pourchasser des oiseaux. Il avaient envie de ~...

" Boooooooonsooooooooooa M'mazelle E'rhyn"

Maxxie fit brutalement volte-face et tomba nez à nez avec un jeune homme brun. Il était aussi grand que le serpent et sentait aussi nettement plus l'alcool. L'homme tapota la tête de Max' et se tourna de nouveau vers la peluche:

"J-j'vois que tu s-s-sors le ch-chien!! Hips"

Il s'approcha en titubant de Moe, un sourire malsain aux lèvres tandis que l'hybride restait figé. Ses yeux fluorescents suivaient lentement les déplacements du bourgeois. Ce dernier s'était arrété devant la princesse et tentait de lui caresser la joue en lui murmurant des choses que Max' ne pouvait pas entendre. Des choses qui faisait rougir les joues parfaites de Moe. Des choses qui faisaient s'agiter l'ombre au fond du serpent.

*Reste sage!*

L'hybride ondulait lentement comme un Cobra prêt à frapper. Son self-control tombait en miette à chaque centimètres que franchissait l'homme éméché. Soudain, il attrapa la princesse par la nuque et tenta de lui voler un baiser. Tenta...

" Goûte la neige, elle est délicieuse"

Maxxie attrapa l'abondante chevelure de l'homme et le tira brutalement en arrière. D'instinct, il pivota pour se placer entre Moe et le bourgeois, un sourire dément déformant ses lèvres.

"J'vais t'crever chien!"

Le prince presque charmant secoua sa chevelure blonde et dévoila une pupilles brillante de folie. Un gloussement constant agitait ses épaules. Le bourgeois cracha de rage et frappa violemment Maxxie au visage. Une giclée de sang vint coloré la neige immaculée. Le gloussement se transforma en rire tonitruant.

"Dansons ensemble mon brave voulez vous?"

Le serpent se mit a valser sur un air que lui seul entendait. Et soudain, il attaqua. Sa main gauche trouva sans mal la gorge de l'être stupide et mou tandis que la droite s'enfonçait dans la bouche entrouverte pour saisir la langue.

"Cet instrument ne te sert qu'à dire d'horrible choses!!"

Sortant d'un geste fluide un petit couteau papillon, il trancha l'organe baveux sans hésiter. Un hurlement gargouillant s'éleva dans la nuit tandis que le bourgeois glissait au sol entourant sa bouche de ses mains. Une marre de sang se formait autour de lui. Lassé de ses gémissements et de ses couinements, Max' lui assena un coup de pieds en pleine tête qui le laissa KO.

"Je déteste les impolis."

D'un mouvement vif il lança le morceau de langue en l'air et le rattrapa avec adroitement avec ses dents. Il fit disparaître la morceau de viande sanguinolent d'un mouvement de mâchoire animal et se tourna vers la princesse en essuyant sa bouche du dos de sa main.

"Il t'as fait mal?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 19:31

Fièrement postée sur l'échelle, elle attendait qu'il réponde. Mais il était déjà en bas après avoir juste effleurer ses doigts salvateur, ce mec était juste un bout d’élastique tout dégoulinant. Et elle ne connaissait toujours pas son nom. Alors qu'elle descendait doucement, prudemment de l'échelle elle entendit la voix du Compte Ernest Mc Allister s’élevait. Son corps se crispa. Pas lui. C'est pas comme si Papa lui avait gentiment dit que je n'avais que faire de ses avances, car l'époque des mariages d’intérêt étaient révolu. Ce n'est pas comme si quelques mois après cela toute sa compagnie avait fait faillite. Ce n'est comme si pour se changer ce type avait osé payer des gens pour la kidnappé. Des gens qui manquèrent de lui faire de très vilaine choses si Joshua n'était pas venu la chercher. Mine de rien c'est dure la vie d'aristocrate fortuné. Ce n'est pas comme si ce type n'était qu'un déchet. Si il l'était, pire qu'un moins que rien. Momoe le pensait mort et disparut à jamais...

Il se retrouva nez à nez face à l'Elastic'man qu'il traita de chien. Est-ce-qu'il pensait vraiment que c’était Joshua ? Il y a une limite à la médiocrité. Juste un déchet. Légèrement dégoutée, fuyant les politesses, Momoe recula à chaque pas qu'il faisait vers elle. Il finit par venir tellement prés qu'elle pouvait sentir son haleine de vieux sac-à-vins. C'était infâme et dégoutant comme lui. Elle l'écouta ensuite l'insulter et lui proposer des choses tellement inavouable qu'elle en perdit les mots lorsqu'il prince pas très charmant vint lui voler un baiser glacé. Le temps s'arrêta. C'était lui, Elastic 'Man. Elle n'eut pas le temps de répondre qu'il faisait bouffer la neige au déchet d'une manière légèrement différente. Une valse, quelques notes silencieuse, une langue, un couteau. Et la pluie devint sang. Momoe se figea devant le spectacle. Pas de pitié pour les raclures pensa-t-elle sur le coup. Le blondinet, le chasseur de Grenouille était vraiment dangereux. Elle était en compagnie d'un grand malade à la punition sévère. Un grand blond qui s’approchait d'elle avec beaucoup d 'inquiétude. Il avala la langue du bourgeois sous le regard dégoutée de la belle et vint prendre de ses nouvelles....

Momoe légèrement inquiète, détourna le regard de ce visage si parfait de nouveau maculé de sang. Elle n'aimait vraiment pas cela, elle vint chercher un mouchoir de soie blanche pour essuyer les lèvres du serpent dans un silence de mort. Elle ne savait pas quoi lui répondre, si elle lui avouait qu'il lui avait griffer le bras, ce type était mort. C'est pas juste la langue qu'il allait perdre. Elle finit par voir un semblant de logique dans les actes qu'elle devait faire. Elle vint lui prendre le col pour qu'il s'abaisse. Oui il est trop grand pour se faire gronder. Elle lui attrapa le nez et enfin elle vint enfoncer deux doigts dans sa bouche pour lui chatouiller la langue. Ses yeux était un peu boudeur et ses sourcils froncés :


C'est pas bien ce que tu as fais ! Dit-elle sans réfléchir à fou sanguinaire qui venait de dévorer une langue. Il ne faut pas être aussi violent... La prochaine fois ! Je me fâche ! Elle lui tira un peu sur le col comme pour qu'il reste à sa hauteur et finit par s'attendrir en retirant lentement les doigts de sa bouche, légèrement rougissant. Idiot... Comment tu aurais fais si j'avais eu peur de toi après cela, hein ? A ses mots, son rire s'éleva, elle vint délicatement déposer ses mains en coupe autour de son visage pour venir poser son front contre le sien et chuchoter : Tu promets de pas lui faire plus de mal d'accord ?

Délicatement la douce releva son bras pour lui montrer les griffures qu'il lui avait fait quand pour la énième fois elle avait refusé des avances plus que douteuse, c'était soit le bras griffé, soit il attraper les cheveux. Et les cheveux de Momoe sont sacrés. Visiblement habituée à ce genre de situation, elle se recula pour regarder l'ampleur des dégâts la mine un peu boudeuse elle ajouta :

C'est qu'il voulait que je lui fasse des choses avec ma bouche.... Mais si je commence à tout te raconter, c'est sure tu vas vouloir le tuer... Surtout que c'est pas la première fois qu'il s'attaque à moi.... Un soupire caressant ses lèvres, elle se pencha en avant l'air joyeux et étrangement sereine alors qu'il y a un grand blond qui vient de dévorer une langue... C'est pas commun quand même, non ? Mais je pense que c'est la dernière fois qu'il viendra s'attaquer à moi... Délicatement Momoe revint vers lui attrapant un peu de neige pour la porter à ses lèvres et déposer un baiser givré sur le bout de son nez :

Merci de m'avoir sauver... Je peux connaître ton nom désormais ? Moi c'est Momoe E'Rphyn. Enchantée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Dim 16 Déc - 22:45

Regard perdu au loin, souffle court... Symptome classique d'une vaine tentative de reprise de contrôle d'une situation. Les pupilles de Max' se dilataient et se rétractaient au rythme de sa respiration. Il sentait pointer une violente migraine sous son crâne. Mille voix s'entrechoquaient dans son esprit et toutes ne voulaient qu'une seule chose. Du sang. De la violence. Et du sexe. Pas forcement dans cet ordre là. Le souffle de l'hybride se fit halletant. Sa vue se brouillait. Il était comme un loup à qui on aurait retiré son repas avant qu'il aie pu gouter plus que quelques bouchées. Il se sentait plonger dans sa propre obscurité. Mais soudain, un poid accroché à son cou l'obligea à baisser lentement la tête. De longs frissons agitaient sa grande carcasse. Il n'arrivait pas vraiment à fixer son regard.

-Elle est toujours là...

La douceur du mouchoir sur ses lèvres fut comme un éléctrochoc pour Max'. il retint de justesse un mouvement de recul violent et voulut siffler de surprise mais la princesse avait déjà enfourné ses deux doigts dans la bouche du serpent. Les yeux équarquillés, l'hybride observait cette petite chose si fragile qui le grondait comme s'il n'était rien de plus qu'un gosse mal élevé. Ses crocs brûlaient de se planter dans la chair tendre et délicatement parfumée que la demoiselle agitait sous son nez sans même avoir conscience de l'attrait qu'elle exerçait. Une douce chaleur se répandait dans la poitrine de Max'. Un mélange d'amusement et de ... d'attachement ou quelque chose dans le genre. Quand elle daigna enfin extraire ses doigts de la dangereuse bouche de Max', ce dernier voulut grogner quelques mots mais son regard tomba sur les quatres marques rougeâtre qui ornait le bras de la princesse.

-Tshh...

Une seconde auparavant il aurait pu lui promettre de ne pas toucher l'homme. De le laisser baigner dans sa médiocrité. Il aurait pu faire comme si de rien n'était et partir jouer dans la neige. Mais la vue des marques et la mention du discour tenu par l'immonde personnage tuèrent ses bonnes intentions dans l'oeuf. Les mâchoires serrées à s'en péter les dents, toute son esprit était maintenant concentré sur le presque-cadavre. Il se demandait s'il devait lui arracher la tête avant de lui ouvrir le ventre. Mais une fois de plus la petite princesse récupéra son attention en posant ses lèvres froides contre les siennes. Un nouveau frisson le secoua et la douceur de la bouche de Moe n'y était pas étrangère. Il recula un peu pour essayer de reprendre le contrôle de la situation. Lui... Le grand méchant serpent. Le fou furieux... Dompté par un baiser et une paire ... d'yeux bleux à se damner... Il soupira et esquissa une courbette:

-Maxxie W.hat'else. Pour te servir !

Puis il recula lentement jusqu'à ce que son pied ne se trouve qu'à quelques centimètres de la nuque du bourgeois. Il murmurait inlassablement:

-Moe...Moooooe.. M-m-moe.

Comme pour s'habituer à la sonorité de ce prénom. Et puis d'un geste presque nonchalant, il appuya son talon sur la nuque de l'homme sans langue et appuya d'un coup sec. Un craquement sinistre claqua brutalement et le corps devint mou comme de la guimauve. Avec un regard presque amusé, il revint se placer devant Moe.

-Tu peux m'appeler Max' s'tu veux!

Il semblait incertain. Hésitant entre prendre la fuite et s'approcher plus de cette si délicate source de tentation. Evidemment, sa tentation fut la plus forte et il se fondit vers Moe avec lenteur et douceur. Comme s'il avait peur qu'elle ne prenne brutalement la fuite. Toujours aussi lentement, il tendit la main et attrapa une mèche de cheveux entre ses doigts pour la porter à ses lèvres.

- Tu ... Veux faire un bonhomme de neige?

Son ouïe affutée lui permis d'entendre les pas avant même de voir l'ombre... Quelqu'un venait. Et il ne pourrait pas tuer toutes les personnes qui viendraient à passer par là. Sans hésiter, il souleva Moe dans ses bras et se mit à courir comme un dérater en riant comme un enfant:

-On fais la course avec les chiens!!!

Et il cavala encore plus vite jusqu'à ce que l'inévitable advienne. Un caillou, un instant d’inattention et ... une gamelle mémorable. Max' s'enroula presque autour de Moe pour amortir son choc et ne pu retenir un petit gémissement de douleur quand il heurta le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Lun 17 Déc - 0:38

« Parfois, il se parle à lui seul. Parfois ses yeux semblent devenir fou. Parfois on dirait qu'il manque des os dans son corps. Parfois il doit être dangereux. Parfois il montre les crocs. Parfois ils soufflent. Parfois il me protège. Parfois il semble ailleurs. Ce monde qui n'est qu'à lui. Parfois il doit être sauvage. Parfois je devrais sans doute le fuir. Mais lorsque je me perds dans son regard invisible, lorsque je pose mes yeux sur celui dont personne ne semble vouloir, je sais que pour moi c'est bon. Tout ira bien. Je sais que pour moi c'est le bon. C'est pas le cadeau de papa, c'est pas le cadeau que je devrais recevoir. Mais moi, je ne veux pas qu'il parte. Je ne veux pas qu'il s'éloigne. C'est un sentiment qui me tiraille et m'accapare. C'est lui Maxxie, What'Else ? »

Momoe ne pouvait pas le quitter des yeux. Elle venait de lui montrer ses marques, il venait de lui dire son nom. Alors c'était donc Maxxie. Elle le vit se pencher avec beaucoup d'élégance avant de reculer d'un air innocent jusqu'au pauvre agonisant. Elle vit son pied écraser la nuque du vieux crasseux. CRACK ! C'était fini il ne risquait plus jamais de venir vomir ses horreurs. Le cœur de Momoe se serra un peu. Ce n'était pas de la peur, juste une petite angoisse sur le coup. Juste une petite remarque personnelle. « Après tout, il n'avait pas promis... » C'est ce qu'elle pensa en regardant le corps inerte de ce pauvre homme. Il revint alors doucement se présentant. Il était tellement tendre et doux dans ses gestes, tellement différent. Momoe n'osa pas bouger, comme si le moindre souffle, le moindre geste pouvait tout briser. C'est vraie que tout les jours on n'a pas envie de briser un moment romantique avec un presque tueur en série. Elle se laissa même embrasser des cheveux. Oui on peut se faire embrasser tes cheveux. Avant de se mettre à courir en emportant la princesse avec lui. Pourquoi courrait-il ? Elle ne savait pas... elle se contenta de rester plus ou moins dans ses bras jusqu'au moment critique.


Petit caillou si petit caillou qui fait craquer la cheville. C'est qu'il courrait super vite l'animal alors la chute allait être brutale. Une roulade mémorable s'en suivit et Momoe se retrouva complètement à cheval sur lui. Et lui il avait l'une de ses mains perdus dans son décolleté. Elle devint alors écarlate, ne savant plus vraiment quoi faire et finit par venir s'allonger sur lui complètement pour cacher sa petite frimousse toute rouge. Son palpitant battant à tout rompre. Elle serra un peu le haut de son sauveur avant de relever les yeux. Leurs lèvres si proches qu'ils pouvaient s'en partager la buée elle chuchota le souffle court :


Est-ce-que tu vas bien Max' ?

Elle n'osa pas bougé de peur de le blesser davantage, lorsque des bruits de pas régulier se firent entendre dans la neige. Sa voix légèrement roulante et son air nonchalant. Une silouhette pas très haute, pas très grande s'approcha des deux enneigés. C'était Joshua. Présentant et fidèle chien de garde. Il se pencha doucement pour chuchoter :

Bambina, qu'est-ce-que vous faites dans la neige ?

Momoe se redressa un peu, se retrouvant donc dans une position assez explicite de bien des plaisirs, elle rougit comme une tomate avant de détourner le regard d'un air un peu bougon. Joshua lui tendit la main avec ce même sourire impassible et moqueur, alors qu'elle dit en croisant les bras :

C'est une personne vraiment importante pour moi Joshua... Je présente Maxxie.

Elle n'eut pas le temps de dire davantage que Joshua attrapa la demoiselle pour la blottir contre lui, l'air mauvais et méfiant, Momoe essaya de le repousser tant bien que mal. Il n'était pas aussi grand que le serpent mais il avait de la force le dogue Argentin :

T'es un ami de Bambina, toi ? Pourquoi t'es couverts de l'odeur de sang ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Lun 17 Déc - 1:30

Instant de grâce suspendu. Chaleur partagée. Max' observait ce petit bout de femme qui ne le craignait pas. Qui ne criait pas et qui ne se débattait pas. Qui se contentait de rosir et s'enfouir son minois charmant dans le cou. Qui collait son corps chaud contre le sien. L'hybride retenait son souffle, savourant l'instant. Lorsqu'elle se redressa, sa petite princesse couverte de neige, leurs lèvres se frolèrent presque. Irrésistiblement attiré par ses lèvres roses, il se redressa à demi pour voler un baiser à la belle. Mais avant même qu'il ne puisse s'exécuter une voix froide s'éleva dans la nuit. Un sifflement exaspéré échappa à Max qui se transforma en gémissement frustré quand Moe lui fut retiré.

-Chien...

Le froid le percuta de plein fouet. Son éternel sourire revint sur son visage. D'un bond il fut debout, se balançant d'un pied sur l'autre, une main crispée sur le manche de sa batte. Il leva lentement son poing libre et l'enfonça dans sa bouche pour le mordre violemment. Des spasme tout aussi violent l'agitait. Quelques gouttes de sang presque noir tombèrent sur la neige. Une plainte constante secouait l'hybride. Il semblait en proie à une terrible souffrance. Enfin, il cessa de mâchonner son poing pour se concentrer sur le chien qui tenait maintenant Moe contre lui.

-J'aime pas les clébards dans ton genre...

Il décrocha sa batte de sa ceinture et tapa violemment par terre, faisant voler la neige. Un rire hysterique franchit ses lèvres, pas vraiment le truc bon pour rassurer une nounou trop coincée. Il avança d'un pas tandis que Joshua faisait passer Moe derrière lui.

-Le sang ? c'est celui d'un humain. Ou celui d'une hybride... Ou celui d'un autre humain...

Le domestique canin carra les épaules et montra les crocs. Maxxie éclata de rire et ouvrit une bouche démesurée pour dévoiler ses crochets immenses et suintant de venin.


-Tu veux vraiment jouer à ça Clébard?

-Je vais vous demander de quitter cette propriété.

Max' secoua la tête et ricana. Comme s'il allait laisser sa nouvelle compagne de jeu avec cet être mortellement ennuyeux. S'imaginant avoir a faire à un laquet de bas étage, le serpent s'élança, vif comme l'éclair pour attraper Moe. Mais, sans un mot le chien se retrouva sur son chemin. Le prince psychopate esquiva à droite et Joshua fit de même. Aucune intention agressive dans ses gestes, juste le devoir et l'obéissance implacable. La folie face au calme froid et calculateur. Maxxie poussa un grondement rage et se jeta finalement sur le chien. Joshua plia les genoux pour encaisser le choc et tous deux roulèrent dans la neige. Les coups de Maxxie étaient brutaux et furieux. Ceux de Joshua précis et parfaitement maîtrisé. Le serpent encaissait sans broncher et rendait sans la moindre hésitation. Jusqu'à ce que son regard tombe sur Moe. Elle se tenait en retrait, blanche dans la neige immaculée. Il poussa un juron trés, trés vulgaire et s'immobilisa d'un seul coup. S'attendant à être roué de coup, il se recroquevilla un peu mais sitôt qu'il avait baissé ses poings, Joshua avait fait de même. Maxxie lécha le sang qui perlait de sa lèvre fendu et murmura:

- De toutes manières je suis au service de Mademoiselle E'Rphyn. C'est pas un clébard comme toi qui va changer ça. Je suis un cadeau du petit papa chéri!

Maxxie se dégagea d'un coup de rein et épousseta la neige qui couvrait son torse et son jean. Il s'inclina narquoisement et déclara:

-Contrairement à toi, Chien, j'suis pas un vulgaire larbin.

Il éclata d'un rire mauvais et tendis la main à Moe:

-On va faire des bonhommes de neige?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Lun 17 Déc - 14:06

Joshua c'est le gentil chien a papa! Ce qu'il était brave l'animal! Impassible Dogue argentin. Juste le temps 'un regard pour que l'hybride comprenne qu'il était un docile toutou. Juste le temps d'un regard pour qu'il lui retire son adorable poupée. Joshua le terrible chien de garde qui protège l'enfant de son maître. Adorablement niais, vous ne trouvez pas? Momoe ballotée comme une simple peluche, se retrouvant demoiselle sans défense derrière le dos du domestique. Tu ne comprends donc pas que c'est ainsi que tu l'expose le plus au danger? Il n'est pas difficile de voir dans les yeux du Serpent qu'il n'est pas de cet avis. Cette décision ne lui plait pas. Le combat commence sur les tons délicate de la politesse. La batte dans la main, le regard noir, la langue qui claque son venin verbale. C'est gagné chien, tu l'as mis en colère. La guerre éclate et les coups fusent. Momoe en retrait regarde impassible ce combat de virilité. Le serpent contre le chien. L'un hystérique et l'autre impassible. Que faire? Que dire? Attendre que l'un se décide à arrêter? Joshua qui la provoque, la mâchoire qui claque. Le temps en suspend. Le regards du reptile qui redécouvre sa belle demoiselle.

Chien de garde, pas chien d'attaque. Il est pas féroce l'animal. Si le serpent s'arrête net, le chien fait de même toujours dressé comme un bouclier devant la pauvre maitresse. Joshua écouta la moindre de ses affirmations sans montrer son intéressement, puis il se contenta d'un demi-tour très poli pour regarder la poupée dans les yeux. Sa voix grinçante s'éleva et il chuchota alors dans un soupire:


Est-ce la vérité Bambina... Ou dois-je le tuer?

De ce simple fait, il accaparait l'attention de la douce, cachant le vilain serpent qui voulait faire des bonhommes de neiges. De ce simple mouvement il avait coupé la douce dans son élan. Elle allait répondre à Maxxie, elle allait dire oui, non, peut-être ou juste attends, mais elle était désormais contrainte de répondre à Joshua avant. S frimousse légèrement boudeuse et froissée elle vint pousser Joshua à bout de bras. Elle n'osait pas le regarder un peu honteuse tout de même d'avouer que « oui » elle voulait l'avoir à ses cotés. Parce qu'il ne fait pas être con pour comprendre qu'il est un danger. Mais la lueur de ses yeux était unique et intense. Papa disait toujours qu'on doit écouter son intuition. Même la plus horrible. Et ce qu'elle faisait avec ce type couvert de sang. Elle plongea son regard décidé et capricieux dans celui de Juan Ernesto Joshua et affirma:

Ose lever la main sur lui une nouvelle fois et je ferais de ta vie un enfer.

Sa voix étrangement froide et sincère. Son regard perçant et sérieux au point de faire tiquer petit médor. Joshua arbora alors un sourire compatissant tapotant la tête de sa gamine en chuchotant. « Je pensais que Bambina avait passer l'âge de faire des caprices... » C'était le mot de trop. Elle releva la main et d'un geste ferme et sec giffla la joue de l'hybride. Elle n'ajouta pas mot de plus, la claque suffisait à comprendre sa frustration et sa colère. Son corps entier tremblant sous l'émotion. Des larmes naissante à ses yeux si profond et décidé. L'enfant devint femme et le chien baissa la queue devant l'autorité parfaite. D'une révérence il demanda son pardon qui ne trouva pas de réponse car Momoe l'évita pour venir prés de Maxxie. Sortant à nouveau son mouchoir elle chuchota:

Maxxie, écoutes-moi si tu veux rester prés de moi, tu vas devoir apprendre à te contrôler. Je veux que tu sois aussi fier et digne que ton regard d'accord?

Elle n'avait pas perdu son regard si vite et pénétrant. Elle n'était plus l'enfant insouciant. Elle vint délicatement remettre ses cheveux en place pour pouvoir le regarder. Elle lui tira le col pour pouvoir le regarder. Elle déposa son front contre le sien pour le posséder. Son regard se perdit dans les profondeur électrique de celui du saurien. Effleurant de ses doigts gelés sa peaux laiteuse, ses joues parfaites. Elle ajouta:

Je ne laisserais plus personne médire sur toi... Mais tu devras m'écouter. Ce que tu as fait à l'homme de tout à l'heure c'est mal. Ce que tu as fais à l'hyrbide c'est mal. Il faudra que tu apprennes... Je t'apprendrais...

Son petit rire s'éleva et elle s'approcha de lui frottant son nez contre le sien avec tendresse. Elle semblait si heureuse, joyeuse, crédule, naïve. Cette poupée inconsciente et charmante. Cette poupée qui s'éprit d'un curieux reptile. Pourquoi ne pas avoir peur du danger? C'est alors qu'elle se rappela de la blessure à sa main qu'elle vint prendre timidement entre les siennes. Elle souffla légèrement sur la morsure comme pour chasser le mal qui devait le ronger et releva les yeux. Si douce et rougissante. Si douce et inquiète:

Est-ce-que tu n'as pas trop mal?

A ses mots elle éternua, le froid venait doucement saisir ses membres et sa peau. Elle avait un peu froid ici. Sous le regard impassible d'un chien de trop. Chien qui finit par tourner les talons. Il lui suffirait d'attendre dans l'ombre que la perfection démente de cette union se brise pour donner à Bambina une nouvelle leçon sur la vie. Car la vie jamais aussi rose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Lun 17 Déc - 22:21

Un gémissement de plaisir échappa à Max' en entendant le claquement de la gifle tandis que l'impact produisait un frémissement dans tous ses muscles. Il claqua des mâchoires et sourit. Son cotés animal était exarcerbé par la soumission évidente du Chien. Il prenait plaisir à le voir plier aux exigences de la princesse des neiges. Mais quand cette dernière tourna vers Max' sont regard d'adulte, il ne put retenir un mouvement de recul. Elle paraissait tellement sèrieuse... De nouveau elle attira son visage vers le sien, le touchant sans peur malgrés la violence dont elle le savait capable. Il sentait sa peau le picoter à tous les endroits où celle de Moe l'avait effleurée.

Pourtant à cet instant, ce n'était pas de plaisir qu'il tremblait mais bien de violence contenue. Personne ne lui avait parlé comme ça depuis des années. En réalité personne n'avait essayé de lui apprendre la limite entre le bien et le mal. La seul chose qui importait était la survie. Les moyens d'y parvenir n'étaient pas vraiment important. Il était déchiré entre l'envie de prendre ses jambes à son cou et celle d'enfouir son visage dans le cou de Moe pour se perdre dans l'odeur de ses boucles soyeuses. Finalement, quand elle souffla doucement sur les marques de dents qui ornaient son poing, il ne put retenir un mouvement de recul.

- J'ai pas peur de la douleur.


Il recula d'un pas de plus, percevant lui aussi le froid mordant. Une bourrasque de vent souleva la mèche du saurien dévoilant ses yeux mi-clos et pensif. Ses crochets acérés apparaissaient et disparaissaient sur ses lèvres. Soudain, il murmura d'une voix glaciale:

- Je ne veux pas apprendre. Ca ne m’intéresse pas. Je changerai plus. Je suis bien comme je suis. Je n'évoluerai plus. Je resterai tel que je suis.

Il écarta les bras comme pour se présenter dans toutes sa splendeur et renversa la tête en arrière pour éclater de rire et conclure par:

- Tu préviendras ton clébard que la prochaine fois qu'il me touche, je le tue.

Quiconque connaissant un tant soit peu Maxxie aurait comprit que cette menace n'était pas lancée dans le vent. Puis, retrouvant son cotés enfantin, il s'élança vers Moe et lui toucha le nez de l'index et s'exclama:

- C'est toi le chat !

Et il parti en cavalant comme un dératé. La morsure de la neige sur son corps le faisait frémir de joie et la sensation de l'air qui caressait son visage l'emplissait d'ivresse. Finalement, il ralentit son allure pour être sûr que sa princesse pourrait le trouver sans difficulté et se laissa tomber contre un arbre et se mit à chantonner doucement pour attirer sa proie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   Mar 18 Déc - 21:54

C'était qu'une morsure sans doute. Une blessure de plus sur ce corps entièrement marqué. Une marque de plus sur ce cœur en lambeaux. Le mouvement de recul, l'absence de contact. Son esprit changeant comme le vent. Il redevint méfiant, jurant à qui veut l'entendre qu'il ne changerait plus désormais. Présentant sa stature comme une évidence de mauvais goût. Il menaça à nouveau le chien de garde. Méfiance est sans doute l'un des rare mots qui compose son cœur. Horrible requiem. Il s'approcha doucement avant de toucher le nez de la poupée. Louchant légèrement elle devint le chat. Le chat d'un jeu étrangement fade. Momoe le vit alors partir en courant. Partir si vite qu'elle comprit qu'elle n'aurait jamais les jambes assez longues pour le rattraper et cela avec ou sans talons.

C'était un flot de question qui tournait dans la tête de la poupée. Il était dangereux, pas pour elle du moins. Il était dangereux pour les gens qui pourrait s'en approcher. Pour les gens un peu trop curieux, pour le passant un peu trop regardant. Il était une personne dangereuse. Elle n'avait pas pensé à mal. Elle était sincère pourtant lorsqu'elle lui dit ses mots. Alors pourquoi ? Pourquoi était-il méfiant ainsi ? Relevant les yeux vers les cieux elle vit les flocons commencer à tomber et toutes ses questions s'envolèrent. Il y a un temps pour chaque chose et chaque chose en son temps. Momoe s'écria alors :


Attention j'arrive !

Et elle se mit à courir aussi vite qu'elle le pouvait dans l'espoir de le retrouver. Ce sentiment, cette envie sans fondement. Dangereusement excitant. Elle finit par entendre le fredonnement de l'enfant qui s'amuse. Elle finit par trouver sa cachette ! Bon d'accord, elle lui était tombé dessus par hasard. Et elle lui était réellement tombée dessus. La neige avait fait « Pof » autour d'eux. La neige était de partout sur la tête de Momoe, sur son visage, sur ses cheveux. Oh son visage si joyeux et enfantin, admirative pour une simple chute de neige. Elle le regardait dans les yeux, se souciant peu de sa position contre lui, agrippée et émerveillée elle chuchota :

Maxxie ! Regardes ! C'est la neige de mon anniversaire !

Elle se mit à rire comme une enfant embrassant sans joue rapidement avant de se laisser tomber en arrière pour faire un ange dans la poudreuse. Elle reprit doucement son souffle essayant de manger les flocons qui tombaient lentement sur son visage. Elle ne pouvait plus le voir, elle ne le touchait presque même plus, juste sa jambe contre la sienne, elle savait simplement qu'il était là. Pas loin, à l'écouter ou rêvasser. Elle ferma les yeux dans un soupire et murmura :

Je crois que c'est le plus bel anniversaire de ma vie. Levant les mains vers les cieux, écartant les doigts dans ses petits gants froids pour laisser passer les perles blanches, elle reprit sur le ton de la confidence. Je suis heureuse de t'avoir rencontré Maxxie ! Son cœur se serra un peu, elle baissa les bras pour venir les poser sur son ventre dans un petit soupire. Sa voix toujours aussi douce et sincère. Léger murmure. Je ne pourrais jamais t'oublier tu sais... A ses mots elle tourna un peu la tête, pensive. Elle ne voulait pas, non elle ne pouvait pas laisser cela comme ça. Elle serra un peu sa robe. Sa voix tremblotante. Et.. Moi je veux pas que tu sois obligé de partir... Et les larmes se mirent à couler sur ses joues de porcelaine sucré. tristesse enfantine et désir puérile. Elle ne savait même pas pourquoi ce sentiment était si fort, allait-il à nouveau se moquer de ce chagrin de poupée ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Run baby, Run ! [Possible scène de violence/sexe]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes vendanges, c'est ma petite scène d'automne !
» La plus belle scène de Manga ( tous mangas confondus )
» GAGGIA BABY caffita systéme
» [Poupée] Petite Blythe "Baby Buttercup" Décembre 2010
» Maquillage de scène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - RP clos-
Sauter vers: