Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Keiko Majuran, la triste amante [Finit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Keiko Majuran, la triste amante [Finit]   Lun 15 Avr - 18:27


Carte d'Identité


Nom et Prénom: Majuran Keiko
Age: 22ans
Sexe: féminin
Nationalité: japo-française
Orientation sexuelle: bisexuelle
Neutre ou Sadique : neutre (mais avec lourd penchant sadique par moment)





Caractère ;

Keiko est de ces gens qui se contredise eux même, un pelle-mêle de sentiment à l'état pur, tous dans des sens différents. La première chose que l'on remarque chez elle, c'est qu'elle semble toujours distante, effacée vis à vis des autres, ne s'en approchant que peu mis à part au travers du travail, ce qui dans ce cas a tendance à être très fâcheux pour la personne. Mais cette effacement cache quelque chose de grave. A cause de son passé, Keiko est tombé amoureuse du monde qui l'entoure, de chaque personne qu'elle croise. Elle aime pratiquement tout: les fleurs qu'elle voit, les vêtements des vitrine, les chiens, les chats, tout à ses yeux est digne de son amour. Mais pourquoi avoir qualifier cela de grave? Car à cause de cela, Keiko n'a absolument aucune bon sens. Pour elle, kidnapper une personne est une preuve d'amour "normal", tuer un homme trop proche d'une femme que Keiko aime un peu plus que la normal n'est pour elle aucunement répréhensible. Il y a toutefois une chose qu'elle aime plus que tout: ses patrons, qui l'ont sortie de sa misère, de sa cage, pour lui offrir un travail. Travail qu'elle accomplie coûte que coûte et sans cligner des yeux.



Physique ;

Keiko peut être qualifié d'une "belle plante". Elle culmine a 1m84 de haut, autant dire qu'elle est de très grande taille et domine fréquemment ses interlocuteur. De très fine constitution, certain diront "planche à pain", et très athlétique, elle possède un corps fin et légèrement musclé qui se dessin sous les traits de son kimono. Ses long cheveux châtains qu'elle ne coupe que si son chef le lui ordonne descende jusqu'à ses chevilles formant comme une cape qui vole au vent qui contraste légèrement avec le teint un peu pâle de son visage où brille deux immense yeux marron, hélas vide de toute émotion, presque vitreux. Elle prend autant soin de sa peau que de ses cheveux, passant parfois des heures à se coiffer et s'enduire le corps de produit et baume hors de prix lui coûtant presque la totalité de sa paye. Niveau tenu, Keiko est ce que l'on peu appelé une fille très simple. Elle porte toujours la même tenue en permanence, ce kimono blanc immaculé offert par son chef lorsque qu'il l'a sortie de son "hôpital". Un kimono blanc, simple, uni, sans aucune fioriture, trop petit pour elle, tellement petit qu'il est juste assez long pour que la décence l'accepte. Sa tenue est complété par de hautes chaussettes violettes claires, uni aussi.



Histoire ;

L'histoire de Keiko n'est pas ce que l'on pourrait qualifié de "joyeuse". Née au japon, un médecin vint voir ses parents peu après sa naissance et leur dit que leur fille n'avait pas survécu à sa propre naissance... Et enleva l'enfant. De ce fait, Keiko n'a jamais connu ses parents, n'a jamais vu leur visage, ignorant presque qu'elle en possède. Elle fut placé peu après dans une salle circulaire, immense, où une femme venait s'occuper d'elle au besoin. Et ne vit jamais autre chose que cette salle durant plus de 18 ans.

En effet, Keiko fut enlevé par une organisation criminelle, aujourd'hui disparu, qui avait prévu de créé un "super-soldat" et kidnappait des enfants directement dans les hôpitaux pour les élever avec le goût de la violence, de la guerre, du sang et l'ivresse du combat. Alors âgée de 7 ans, la femme qui venait auparavant souvent s'occuper d'elle cessa de venir la voir. Et un katana fut lancé dans sa pièce. Son coeur sursauta quand elle entendit une voix lui dire de prendre cette arme et de levé les yeux. Il y avait une immense lumière blanche, mais elle pu quand même distinguer quelque chose, 3 formes, derrière une vitre... 3 personnes. Celles ci lui expliquèrent que si elle voulait vivre et manger, elle devrait s’entraîner encore et toujours, et gagner... "Mais gagner quoi?" fut la question qui tournait en boucle dans sa tête.

Sa "chambre" était petite et circulaire, Keiko ne pouvait donc pas faire grand chose. Toutefois elle refusa dans un premier temps de s’entraîner. Comme tout enfant qu'elle était, elle refusait d'obéir, et puis de toute manière, elle ne savait pas comment faire. Le temps passa, 1 jours, 2 jours, puis elle craqua sous l'effet de la faim et empoigna le sabre pour commencer à s'entraîner maladroitement, tombant, tapant dans les murs. Même pour une personne adulte ce katana était immense, alors pour une gamine de 8 ans, c'était presque un poteau électrique... et la nourriture arriva, qu'elle mangea à toute vitesse.

La jeune fille s'entraînait avec une grande assiduité, chaque heure de libre où elle était en forme, elle prenait son sabre pour trancher l'air, imaginant couper ce mur de métal sans porte apparente qui l'encadrait, ou bien entraînait son corps à l'utiliser. le temps passa, trois ans exactement. Trois longue années où lui expliqua le principe de vie et de mort. Mais elle se demandait toujours "que dois je gagner?", mais elle regretta vite la réponse que le destin lui offrait. Elle fut emmenée dans une salle immense où il y avait une demi-douzaine d'enfant de son âge. Et une voix retentit.

"seul le gagnant aura à manger, les perdants n'auront plus le droit de vivre"

Que se passait il? "Vivre", il lui fallait un droit pour vivre? Elle devait avoir leur accord pour vivre? Pourquoi? Mais elle n'eut pas le temps de réfléchir qu'un garçon se jeta sur elle, armé de griffe en acier. Apeurée, elle dégaina son sabre

...

Et la gorge du garçon se retrouva tranché dans un déluge de sang qui couvrit le corps de la jeune fille. Elle réalisa ce qu'elle venait de faire, le sens de cela, la vie, la mort, ces questions cessèrent l'espace d'un instant, car elle savait une chose: elle voulait vivre. Comme dans un état second, elle se rua vers les autres enfants, et finit le corps et les vêtements maculés de leurs sang, haletante. Elle avait gagné, elle allait vivre.

Le temps, les années, et les combats passèrent. Combien de personne avait elle tué? Keiko n'avait aucun moyen de le savoir, elle ne savait pas compter. Elle appris avec la pratique le sabre, les armes à feu, même la conduite, et s'endormait chaque soir sur sa frêle couchette de métal après avoir supplié ces 3 formes qu'elle voyait dans la lumière, et qu'elle entendait rire, d'arrêter tout cela, les larmes aux yeux, serrant contre elle son seul ami: Kojiro, son katana.

Seulement un jours, alors qu'elle avait fait son entrainement, elle ne reçut pas sa nourriture. levant les yeux, la jeune femme, désormais âgée de 18 ans, ne vit pas les 3 silhouettes se dessiner dans le halo lumineux. Le lendemain fut identique, les jours suivants aussi. C'était ainsi? Ils n'avaient plus besoin d'elle? Elle avait gagné pourtant, et s'entraînait encore et encore. Elle frappa sur les mur, lança le peu de chose qu'elle avait sur la vitre, cria à en perdre presque la voix, pleurant à en mourir, suppliant encore et encore. Elle avait faim, elle avait soif, mais plus que tout, elle avait peur.... Pas de mourir, mais d'être abandonnée ainsi, jeté. Les jours passèrent encore et encore, allait elle mourir ainsi? Le destin en décida autrement.

Un grand dadet complètement ahuri et tête en l'air s'étant égaré en montagne ouvrit la porte de la cellule de Keiko. Dans un effort désespérée, presque avec ses dernière force, elle leva les yeux vers cet immense jeune homme.. Quelle taille mesurait il au juste? Et qu'elle était cette objet qu'il tendait? Un sourire immense se dessina sur son visage quand elle entendit ce mot: nourriture. Elle se jeta alors dessus, dévorant cette barre de céréale comme si c'était le plus délicieux des mets. Son regard se redressa peu après vers son sauveur, encore ici. Elle n'eut pas à parler, elle n'en avait de toute façon pas la force, que le jeune homme lui expliqua tout. Ainsi tous ceux qui s'occupait de cet endroit sont disparu, elle avait bel et bien été abandonner. Alors qu'à sa plus grande surprise le jeune homme la porta pour l'emmener à l’extérieur, elle tendis faiblement la main vers son seul ami.

"Ko.... ji..... ro"

Le jeune homme attrapa alors le katana, en emmena Keiko dehors, où elle contempla le monde pour la première fois. Ebahit par sa beauté, elle oublier la faim et la douleur l'espace d'un instant, et se jeta vers le ruisseau comme une enfant, et bu à sa soif. la moindre fleur, le moindre oiseau était pour elle merveilleux. Elle regarda alors son sauveur, ce grand brun qui lui fit découvrir ces merveilles. Il lui tînt ces paroles:

"à partir d'aujourd'hui, ton talent est à moi, je déciderais qui tu dois trancher et non"

Elle se contenta de hocher la tête, trop heureuse de pouvoir être au soleil. Et c'est ainsi, sur ordre du grand brun, qu'elle arriva ici, la ville où tout est possible.



Hors RPG;
As-tu signé la charte du règlement oui
Comment as-tu connu le forum double-compte de Scipion Nyshade
Autre chose euh.... pouet?


Codage par Lokita sur LG'
Revenir en haut Aller en bas
Mao
Empereur à plein temps ♥
avatar

Age : 97
Messages : 123
Maître(sse) de : L'UNIVERS !
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Keiko Majuran, la triste amante [Finit]   Lun 15 Avr - 20:59

    Superbe kit pour une Maitresse. J'adore ! ♥
    Et bien, je te valide. Rien a dire sur ta belle fiche. ♥
    Ré-amuse toi bien parmi nous. (:

____________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Keiko Majuran, la triste amante [Finit]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Burton, Tim] La triste fin du petit Enfant Huitre
» Tentative de suicide la plus triste
» Un jour c'était joli, le lendemain trop triste
» Triste
» L'épisode le plus triste ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - Fiches finies-
Sauter vers: