Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Un deux trois j'irais dans les bois.. " ♥ [Pv Mao. ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: "Un deux trois j'irais dans les bois.. " ♥ [Pv Mao. ]    Mar 16 Avr - 19:30

« Laissons ses lois à l'homme, et ses mystères à la femme. »

Harley avait perdue la notion du temps, pour elle tout était banal. Les journées étaient banals, les réveils étaient banals, trop de banalité pour aucune nouveautés. Elle assistait toujours au même réveil ; une voix grave et imposante venant la tirer de son sommeil, et des couinements provenant de l'ensemble de l'Animalerie. Elle avait à peine le temps de comprendre ce qu'il se passait, qu'une main se posait malicieusement sur elle, l'emportant hors de sa cellule ; l'heure du dressage sonnait. Tout y était enseignés, et ce n'était pas toujours des choses très saines. En effet, on nous enseignés comment servir notre futur maître/maîtresse, que ce soit manuellement ou physiquement. Mais bon, au bout d'un certain temps, on en devient habitué, et Harley ne faisait pas exception à la règle. Et tous les matins, on y avait le droit. Mais il avait bien une chose qui "rassurait" dans un certain sens, notre jeune féline ; la présence d'autres hybrides. Ainsi, elle ne se sentait pas vraiment seule, ce qui était d'ailleurs assez favorable. Quand le dressage était enfin finie, la jeune féline était toujours légèrement jovial, vous me direz, jovial de retourner dans une cellule ce n'est pas très logique c'est vrai, mais ainsi, elle pouvait passer le reste de sa journée le dos adossée contre les barreaux de sa cage ; surement la seule chose qui pouvait encore la réchauffer. Et le regard posé sur la porte, cette fameuse porte qui lui avait donné tant d'espoir. Chantonnant quelques fois :

« Un deux trois j'irais dans les bois. Quatre cinq six cueillir des cerises.. Sept huit neuf dans mon panier neuf. Dix , onze douze .. »

Plus les journées passaient, plus Harley développait une réel crainte envers les humains, ses êtres si supérieur cherchant et demandant toujours plus que ce qu'ils n'avaient déjà en possession. C'était comme si, ils voulaient tous posséder, du plus probable au plus improbable. Notre jeune féline éprouvait envers eux non seulement de la crainte mais aussi du dégoût. Combien de temps allait - elle encore devoir supporter d'être utilisée ainsi ?

Le temps. Lui aussi était fautive. Pourquoi s'écoulait - il aussi lentement ? Cela faisait déjà quelques ans qu'elle était enfermée, à son arrivée elle comptait les jours, les heures, les minutes et même les secondes.. Mais au fil du temps, cette habitude s'évapora, comme sa joie de vivre. Sortir ? Elle ne l'a fait qu'une fois, mais cela ne fut que de courte durée. Sortir pour être revendue par la suite. On ne peux pas vraiment appeler cela une sortie. Niveau physique, je ne vous direz pas dans quel état notre jeune hybride se trouve ; des morsures, quelques bleues, des suçon.. Et tellement d'autres marques similaires. Ici, rien de bien ne s'était produit pour elle. Se rebeller ? Impossible, le seul jour où elle a osé se rebeller contre le vendeur cela lui à coûter assez cher.


« Posez encore une fois votre sale main sur moi et croyez moi que jamais plus vous ne pourrez toucher un seul hybride, vieux croûton, vous êtes tous puérile il n'y a pas d'autre mot ! »

Et après ses mots, ce fut une dur punition pour elle. Les coups de fouet étaient pour eux, une manière très efficace de punir. Et depuis ce jour, Harley resta la jeune hybride soumise qui ne ronchonnait jamais.

Une nouvelle journée débutait et notre neko pouvait déjà sentir la fraîcheur de l'Aurore lui caresser les joues. Harley était une nouvelle fois adossée contre les barreaux de sa cellule, se reposant paisiblement, quand le vendeur s'avança vers elle, la tirant ainsi de son sommeil.


« Bah alors ma belle, on dort encore ? ♥ »

Dit-il d'une voix envieuse et malicieuse. Harley ouvrit soudainement ses yeux, répliquant d'une voix fragile en grimaçant légèrement.

« N-Non.. Je suis réveillée.. Je vous le jure.. Mais s'il vous plait, pas encore, je suis épuisée.. »


Le sourire aux lèvres, il ouvrit doucement la cellule, empoignant la féline par les oreilles, lui adressant quelques mots à son tour.

« Ne me réponds pas s'il te plait ma belle, tu sais pertinemment que ce n'est pas forcément une bonne idée, hein? ♥ »

Lui caressant doucement la joue, il rajoute d'un air malicieux.

« Il serait fâcheux d'abîmer ce si beau visage.. Tu ne crois pas? Aller ma petite Harley, soit raisonnable et ne soit pas ridicule, une petite soumise comme toi ne devrais pas faire preuve de négligence ; allons. C'est l'heure du dressage. »


La jeune neko poussa un léger couinement se faisant entendre, elle plaqua ses oreilles de féline contre son crâne, détourna la tête sur le côté d'un air craintif, murmurant un simple mot en fermant lentement les yeux.

« Fumier.. »
Revenir en haut Aller en bas
Mao
Empereur à plein temps ♥
avatar

Age : 98
Messages : 123
Maître(sse) de : L'UNIVERS !
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: "Un deux trois j'irais dans les bois.. " ♥ [Pv Mao. ]    Sam 20 Avr - 15:15

Le printemps était enfin arrivé sur Gokusha et désormais, il éclairait à merveille la ville par son soleil brillant et sa douce brise chaleureuse. Les vêtements chauds maintenant rangés au fond des placard, tout laissait place à la légèreté et à la folie des beaux jours. Les enfants jouaient, les couples s'aimaient, et moi, haut perché sur les toits brûlants surplombant cette terrible ville, je cherchais en vain l'âme pure et fragile que j'avais eu le bonheur et surtout la grande chance de rencontrer. Cheveux au vent et oreilles dressées, je guettais les alentours en quête de retrouver cette hybride, en espérant bêtement et simplement que personne jusque là ne se l'etait appropriée. Et en ces jours ensoleillés, avec tous les Maîtres et Maîtresses de sortie, je craignais pour sa vie. Au fond de moi, je ne désirais qu'une chose : la retrouver et la sauver de ce monde obscur et esclavagiste. Car si la vie était belle et rose pour certains, l'enfer des cages et des maltraitances étaient le quotidien de nombreux autres, soumis par cette amère humanité qui régit l'univers. Et surtout, mes confrères.

Aveuglé par l'éclat du Soleil, je décidais alors aujourd'hui de partir à sa recherche et me jurais de la trouver pour lui promettre un avenir peut être moins riche, mais plus sûr pour une douce neko. Je bondissais donc hors du bâtiment sur lequel je me trouvais pour atterir au détour d'une ruelle déserte et propice afin de me préparer et m'immiscer dans le monde humain. Mes oreilles plaquées contre mon crâne et ma queue féline collée le long de mon échine, j'enfilais mon sweat léger et m'accaparais sa capuche pour paraître comme tous les autres, un simple homme. J'avais l'idée de me fondre dans la masse et parcourir les multiples animaleries en priant que ma belle s'y trouverait. J'arpentais alors les rues et les innombrables boutiques, me promettant à chaque entrée de libérer un jour mes semblables des griffes de ces gérants que je hais. Marchant donc, le regard perçant et observateur, j'attendais qu'une frimousse blonde se détache. En vain. Du moins, jusqu'à ce que je l'aperçoive dans un simple revers d'une vitre. Enfin.

Sans attendre, le neko vert que j'étais se jeta à l'intérieur du magasin, hoquetant quand enfin, je la voyais, réelle et vivante. Le tintement de la cloche d'entrée camoufla un long soupir qui voulait dire tellement de choses. Reprenant mes esprits peu à peu, j'eus la net impression de déranger le gérant qui tenait bien trop fermement MA Harley. L'ambiance était glauque et, un léger rictus sur les lèvres, je toussais pour qu'il me remarque, bien emmitouflé par mon sweat. Je prenais une posture droite alors, et d'un ton grave, je m'avancais vers les deux individus en priant le ciel que la belle hybride ne vende pas la mèche par inadvertance. D'ailleurs, posant mon regard d'acier sur elle, je venais à peine tout juste de remarquer ses multiples blessures et son corps décharné. QUE LUI AVAIT-IL DONC FAIT ?! Un grognement m'échappa alors et, me rapprochant simplement d'un pas, je toussais de nouveau pour enfin discuter avec l'homme qu'au fond, je désirais déchirer en mille morceaux.

《 Eh bien. Moi qui désirais un hybride, on peut dire que j'arrive à point nommé. 》

Ma
pauvre Harley, ne crains plus rien. Je suis là maintenant, et je ne laisserais personne te faire du mal de nouveau. Il a pourri ton existence et ta personne. C'est lui qui se mordra les doigts. Je te le promets... Faisant alors mine de rien, je copiais le style des gens aisés et attrapais le menton de la blonde entre mes fins doigts pour le balader de gauche à droite, avec fermeté mais sans lui faire mal pour autant. Je faisais alors signe à l'homme de reculer de la main, relâchant la belle du regard pour le dévisager.

《 Elle est en piteux état. 》

____________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "Un deux trois j'irais dans les bois.. " ♥ [Pv Mao. ]    Mer 24 Avr - 13:32

Dans un certain sens, elle était rassurée, il n'avait pas entendus ce qu'elle venait à peine de dire c'est plutôt quelque chose de bien pour elle. Elle aurait échappée à une sanction, mais il ne fallait pas oublier que la journée venait à peine de débuter, ce n'était pas finis, loin de là. Il l'empoignait sévèrement ses oreilles de féline, la relevant sans aucune douceur, une autre journée tout aussi méprisable que les autres s'annonçait. Aucun goût de changement. Harley songeait au jour elle pourrait enfin être libre, combien de fois lui avait on dit "L'invention de la liberté" et combien de fois avait-elle répliqué " Il n'y a pas besoin d'inviter quelque chose qui existe déjà.. !" elle était persuadée que la liberté existait. Et têtue comme elle, rien n'y personne ne pourrait lui faire penser le contraire. D'ailleurs, elle avait déjà goûté à cette liberté, elle avait put l’apercevoir.. Vaguement certes, mais elle l'avait aperçus, et c'était la rencontre la plus merveilleuse qu'elle ait jamais faîte. Cette liberté était enfouis dans les yeux d'un autre hybride, qu'elle avait eut le plaisir de rencontrer, ou et comment je ne vous le dirais pas. Mais elle avait put apercevoir dans ses yeux la joie d'être libre.. Il lui avait donné un sentiment non seulement d'être libre, mais d'être en sécurité, elle ne le connaissait pas extrêmement, mais il l'a rendait jovial, elle sentait comme protégée quand elle était avec lui. Un sentiment tellement inimaginable.. Elle souhaitait, du plus profond de son coeur, de le revoir, rien qu'une fois.. De le sentir auprès d'elle. Étrange ? Oui je vous l'accordes. Mais c'est ainsi, mais au fond, Harley savait qu'elle ne le reverrai surement pas, il était libre et elle enfermée, vouée à un avenir pas très favorable. C'était ainsi. Ecrit.

L'heure du dressage sonnait, comme tous les matins, le regard de la jeune féline était plongée dans les yeux du gérant. Elle tirait une expression nostalgique, on pouvait voir qu'elle avait presque les larmes aux yeux. Tous cela l'agaçait, elle était épuisée. Mais à peine elle n'eut le temps de dire un seul petit mot en plus, que le gérant la releva un peu plus, empoignant plus fermement ses oreilles de féline. Mais lui aussi n'avait pas eut le temps de dire un simple petit mot, car le tintement de la cloche entrée annonçait la venus d'un client.
Harley, détourna lentement la tête vers l'entrée de l'animalerie, et une joie immense l'envahi. Il était là, c'était lui. Elle aurait voulus crié, lui sauter au cou, mais ce n'était pas possible. Elle laissa quelques fines et courtes larmes couler le long de son visage, sa tête tombant sur le côté, camouflant du moins le mieux qu'elle pouvait ses larmes.
Il s'avança, toussant, imposant bien sa présence. Puis il adressa quelques mots au gérant.

«Eh bien. Moi qui désirais un hybride, on peut dire que j'arrive à point nommé.»


Il était venus pour elle, il avait fait tout ce chemin, il l'avait cherché.. Elle avait du mal à y croire, était-ce bien réel? Mais rapidement, le jeune brun attrapa le menton de la jeune féline, baladant son visage de gauche à droite simplement. Harley n'allait pas vendre la mèche, ce serait bien trop bête, alors elle faisait mine de ne pas le connaître. Lorsqu'il balada son visage, elle posait quelques regards sur lui, respirant assez fort, ses yeux suivant quelque fois le mouvement. Puis il la relâcha, s'adressant une nouvelle fois au gérant.

« Elle est en piteux état. »

Il est vrai qu'elle aurait tellement préférée être dans un meilleur état que celui dans lequel elle était, qu'elle image avait-il d'elle maintenant. Une personne faible surement.. Voir pire.
Le gérant s'avança alors vers eux, attrapant la jeune féline par le bras pour la tirer violemment vers lui. Empoignant une nouvelle fois une de ses oreilles pour la tiré vers le haut, relevant ainsi son visage. Harley poussa un léger couinement, fermant lentement ses yeux sans rien dire, elle ne pouvait de toute manière rien faire.

« Et oui, et sa jolie frimousse ne rattrapera pas son état. Nous avons de meilleures hybrides, en bien meilleur état qu'elle. Ce sera bien mieux pour vous monsieur, celle-ci n'a rien d'extraordinaire, et elle est déjà bien amochée par d'autres maîtres. »


Mensonge. Pourquoi les humains sont ils aussi pourrit que ça ? Ils n'avouent même pas leur "crime" si je puis dire. Elle n'avait eut qu'un seul maître, et ce n'était surement pas lui qui lui avait infligé ça. Mais quel pourriture. Mais Harley ressentait une légère crainte, allait-il choisir une autre hybride qu'elle..? Après tout.. Il est vrai qu'il y a meilleur état qu'elle. Mais..
Revenir en haut Aller en bas
Mao
Empereur à plein temps ♥
avatar

Age : 98
Messages : 123
Maître(sse) de : L'UNIVERS !
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: "Un deux trois j'irais dans les bois.. " ♥ [Pv Mao. ]    Jeu 30 Mai - 14:18

Mais jamais, Ô grand jamais, je ne t’aurais abandonné dans un tel endroit. Prisons de verre pour nous autres les hybrides et rêves acidulés de pouvoir pour ces humains de malheur, penses-tu réellement petite Muse que tu serais restée davantage de temps dans ce lieu infâme et inapproprié pour ta belle et saine personne ? Dieu que non. Aucun de nous ne le mérite, et encore moins toi, ma Princesse aux yeux d’améthyste. Je raclais alors ma gorge de nouveau et, les poings serrés dans mes poches, je lançais un regard noir au tortionnaire qui étrangement refusait de t’offrir à moi. Sans d’ailleurs bien comprendre pourquoi. Mon regard d’acier planté dans celui du vendeur gras et amer, je n’osais pas te regarder ; si je me faisais démasqué, il en était sûrement fini de toi, de moi, et de finalement, nous deux. Notre idylle aurait disparu dans les abysses de ce répugnant trafic qui nourrit et fait vivre tellement d’humains mais qui nous torture et tue nombre d’entre nous chaque heure durant. Nous ne sommes pas destinés à l’esclavage. Je te promets un bel et magnifique avenir à mes côtés Harley, mais pour cela, il faut que tu m’aides. J’ai besoin de toi.

« Et oui, et sa jolie frimousse ne rattrapera pas son état. Nous avons de meilleures hybrides, en bien meilleur état qu'elle. Ce sera bien mieux pour vous monsieur, celle-ci n'a rien d'extraordinaire, et elle est déjà bien amochée par d'autres maîtres. »

Mon corps se crispa sous ces simples dires qu’il pensait sûrement efficace sur moi. Mais rien à faire, si j’étais venu jusqu’ici gros beta, et déguisé sous cette forme totalement humaine, c’était dans l’unique et seul but de récupérer ma blonde aux milles couleurs. Ravalant ma colère et mon dégoût pour ce sale type, j’avançais de quelques pas pour déambuler parmi les cages et les grondements qu’on pouvait y entendre en faisant mine de regarder par ci, par là, mimant faussement un air de rejet face à tous mes semblables que je jurais, au fond de moi, de faire sortir et de libérer de cette souffrance ultime qu’est l’enfermement. Réfléchissant à mille et une manière de faire sortir ma belle de cette boutique, je fis volte face avant de taper du pied contre le sol, l’air agacé avec ce même dédain qu’ont les humains. Je secouais ma tête de gauche à droite pour finalement venir m’appuyé contre un mur, mon bras accroché à un barreau fixé en hauteur dédié à je ne sais quel intérêt. J’y jouais alors avec mes doigts et toussant de nouveau, je redressais mon visage afin de regarder mes deux interlocuteurs, mes mèches rebelles ne m’aidant pas sur le coup, elles qui étaient bien longues et parsemées devant mes yeux. Je pointais alors la belle du bout du doigt et marmonnant dans ma barbe, je me rapprocha de nouveau de la prisonnière et de son bourreau.

« Et après mûre réflexion, c'est toujours elle que je désire, très cher. C'est justement son teint pâle et son corps décharné qui me plaît chez cette chose. Car nous serons d'accord à ce sujet, n'est-ce-pas ? Dites un prix, n'importe lequel, et je vous l'achète, tout de suite. »

Le
jeu de l’humain sadique et pervers prêt à mettre sa fortune dans l’achat d’une créature dédiée à la pure soumission et au déshonneur, voilà ce à quoi je devais ressembler. Et tant mieux. Je devais supposer juste à propos de ce vieil idiot de vendeur ; les humains attendris ne repartent pas toujours avec l'être de leurs rêves. Je devais me montrer fort et résistant à n'importe laquelle de ces ruses et de surcroît, je devais me montrer plus malin. En réalité, ce petit manège me faisait penser au jeu du chat et de la souris sauf que moi, je n'étais pas n'importe quel chat ; j'étais le vert, symbole de liberté et maître de la Rébellion ! Et de ce fait, personne ne me résiste ou me refuse quoi que ce soit. Surtout pas la prunelle de mes yeux. Courbant mon échine en arrière pour étirer mon corps de tout son long, mes bras derrière ma nuque, je dévisageais le pauvre humain que j'allais forcément avoir. Un bâillement, puis deux, et je partais m'accouder contre le comptoir en frappant du pied celui-ci, l'air faussement agacé.

« Je suis pressé, alors dépêchez-vous ! »

____________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: "Un deux trois j'irais dans les bois.. " ♥ [Pv Mao. ]    Ven 21 Juin - 11:50


Cela faisait déjà quelques bonnes minutes que Mao avait franchit le seuil de l'animalerie pour délivrer la belle de ce lieu macabre et effrayant. Ici, on perdait tous, la notion du temps, la faim, les sentiments, le désir d'être libre. Tous, on perdait tous. A quoi bon espérer ? L'espoir mène toujours au désespoir, et ça depuis toujours. En tout cas, c'était le cas pour Harley. Quelques fois, elle était préoccupée. Préoccupée sur le pourquoi du comment, elle qui était pourtant caractérisée comme un vrai petit ange, pourquoi souffrait - elle autant ? La vie était - elle aussi injuste et illogique que ça ? Probablement. En tout cas, c'est ce qu'elle laissait penser à notre jeune demoiselle. Enfin, revenons à notre histoire. Le vendeur qui s'occupait d'elle semblait ne pas vouloir l'a laisser partir, elle serait à deux doigts de goûter au bonheur qu'elle désirait tant et se serait lui qui allait l'en empêcher ? Non. Jamais. Rien que le fait de songer qu'il pourrait repartir sans elle, et que elle reprendrait le déroulement de sa journée qui commençait si mal.. Cela l’apeurait plus qu'autre chose. Mais alors qu'elle restait muette, elle observait, scrutait les moindres faits et gestes de son bien aimé, il se mit à déambuler le long des autres cages, observant à son tour. Faisant mine de regarder les autres hybrides, et elle ne cessait de le fixer du regard. Harley imaginait la vie qu'elle pourrait avoir avec lui, et rien que le fait d'y penser, elle frémissait d'avance. Pour la première fois, elle espérait. Elle ne respectait pas ses propres règles, était - ce de l'amour ? Mais alors que la question trottait dans sa petite tête, le jeune brun s'avança de nouveau vers eux, la pointant ainsi du doigt, tout en lâchant quelques mots.  

« Et après mûre réflexion, c'est toujours elle que je désire, très cher. C'est justement son teint pâle et son corps décharné qui me plaît chez cette chose. Car nous serons d'accord à ce sujet, n'est-ce-pas ? Dites un prix, n'importe lequel, et je vous l'achète, tout de suite. »


Il jouait divinement bien la comédie, les gestes, le ton, l'allure. Si elle ne le connaissait pas déjà elle aurait donné sa main au feu que c'est belle et bien un humain. Simplement, la jeune neko détourna légèrement le regard, de nouveau songeuse. Tendis que le vendeur lui, n'avait pas le temps de songeait non, il s'avança lentement vers le jeune brun, posant son regard glaciale sur lui. Un regard qui voulait "tout dire". Dans un sens, il était piégé. En voulant pas la laisser partir, il risquerait de perdre son travail. Le but d'une animalerie est de vendre ses biens, et non de se les offrir gratuitement.

« Je suis pressé, alors dépêchez-vous ! »


Harley elle, assistait à la scène sans dire un mot. Elle attendait, simplement, elle attendait et espérait en silence. Désirant ce moment ou elle se retrouverait de nouveau dans ses bras, où elle savourerait de nouveau le goût de ses lèvres, et la chaleur de son corps, la protection qu'il lui apportait. Avec méprise, le vendeur leva le ton, lui adressant une somme convenable. La raison avait prit le dessus sur son désir, et il avait enfin décidé de la laisser. De la laisser partir, découvrir, aimer, et vivre.

« Très bien. Ce sera alors 1500 s'il vous plait. Et bonne chance pour la suite, vous déposerez l'argent sur le comptoir en face de la porte d'entrée, nous nous occupons du reste. Mh.  »

Après ses quelques mots, il déposa à nouveau son regard sur l'hybride. Un dernier regard, jusqu'à s'approcher un moment d'elle, déposant une dernière main sur elle. Allant jusqu'à déposer une dernière caresse sur elle, traversant le long de son corps fin. Harley baissa un peu la tête de crainte, tremblante légèrement en déglutissant un moment.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Un deux trois j'irais dans les bois.. " ♥ [Pv Mao. ]    

Revenir en haut Aller en bas
 
"Un deux trois j'irais dans les bois.. " ♥ [Pv Mao. ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Coben, Harlan] Dans les bois
» balade dans les bois ...
» DANS LES BOIS d'Harlan Coben
» AT 6 : promenons-nous dans les bois!
» [J'ai lu] Dans les bois éternels de Fred Vargas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives-
Sauter vers: