Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vous ne passerez pas [PV: Mao]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Vous ne passerez pas [PV: Mao]   Mar 16 Avr - 22:58

La nuit était belle, Keiko sifflait tranquillement sur le petit chemin menant au Lac, allongée élégamment sur un gros rocher qui jalonnait le chemin, guettant autant le chemin qu‘admirant les étoiles hautes dans le ciel. C‘était magique pour elle de voir ces lumières hautes dans le ciel, si hautes, et pourtant si proches, tellement que l‘on penserait pouvoir les attraper en tendant la main. Sa silhouette se dessinant dans la lumière de la lune, allongée sous les arbres, feuilles et pétales de fleurs tombant sur son kimono blanc.

Son chef était en "réunion importante" plus haut dans le chemin, au bord du lac et elle savait que des gens risqueraient de venir les déranger, voir enlever sa convive. Elle en était sur, elle les avait vu, ces gens qui ont appelé à la « chasse à l’hybride rebelle ». Son patron aussi le savait, elle le lui avait dis. Aussi elle reçut l’ordre suivant: personne ne passe.

C’est ainsi, allongée, prenant la pose, que la triste amante attendait, seule en apparence, mais accompagnée à ses yeux par son plus fidèle ami: son katana Kojiro, enroulé dans sa couverture habituelle. Il n’y avait qu’un seul chemin pour aller au lac… enfin, un seul praticable pour ses cibles: même si elle les ratait à l’aller, son boss leurs feraient passer un mauvais quart d’heure, et ce chemin était le seul possible pour un groupe avec des blessés et une hybride qui se débat. Elle les aurait donc au retour.

Mais elle n’eut pas à se donner la moindre peine, son travail se présenta à elle.

Remontant le chemin, en direction du lac, un groupe d’homme avançait, entourant un petit tout terrain sur lequel se tenait une boite opaque à barreau, comme une cage. Était elle occupé? L’escorte de ce convoi était légère, seulement 4 hommes armés, 3 ayant des armes automatiques et le dernier un fusil de chasse, probablement chargé de tranquillisant. L’homme et son goût des armes à feu, si bruyantes, si fumantes, si puantes. Aucun raffinement ni aucune noblesse. Un sabre comme Kojiro était bien mieux.

Keiko descendit de son rocher et se mit en travers du chemin, Kojiro bien visible, et s’inclina gracieusement.


«Je regrette de vous informer que ce chemin est interdit. Veuillez laissez vos armes et votre véhicule ici en faisant demi-tour. »

L’homme au fusil de chasse s’avança, il était gros et moustachu, séduisant quelque part pour Keiko.

«Tu auras mon fusil quand tu l’arracheras des mains de mon cadavre »

Une larme coula sur la joue de Keiko, pourquoi cela devait il toujours se passer dans le sang?

«Comme c’est regrettable de ne pouvoir faire autrement. Mais je me vois contrainte d’accepter à votre requête. »

Sans lui laisser le temps de dire « ouf », la jeune nettoyeuse était déjà au niveau de l’homme, abasourdit, et dégaina son sabre, manquant de peu de le couper en deux.

Complètement assommés, les trois autres homme mirent une seconde à réagir, mais une seconde de trop pour l’un d’entre eux que Kojiro venait de tuer, la tête tranchée.

Les deux survivants, effrayés, terrorisés, se mirent à tirer sur Keiko, mais leurs réflexes étaient trop lent pour la jeune femme. Dans la panique, quand elle passa entre eux, l’un d’eux tira sur son camarade et le tua sur le coup… Et fut éliminé le temps qu’il remarque ce qu’il venait de faire, Kojiro planté en travers du ventre.

Nettoyant son sabre, Keiko alla ramasser l’arme de celui qu’elle avait identifié comme le leader, l’homme au fusil de chasse. Elle se tourna vers le tout-terrain, dont le pilote s’était enfui sans demander son reste, se demandant si quelque chose était déjà dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Mao
Empereur à plein temps ♥
avatar

Age : 98
Messages : 123
Maître(sse) de : L'UNIVERS !
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Vous ne passerez pas [PV: Mao]   Ven 19 Avr - 21:04

En cette nuit si douce éclairée par la lumière blafarde de la lune, errait une petite âme vagabonde aux couleurs bien vives ; moi. Toujours à la recherche de traces ou de présences hybrides à rallier à ma cause, le chat vert que j'étais scrutait les ruelles abyssales de cette terrible ville qu'était Gokusha avec vigilance. A tout moment, je risquais de me faire voir ou pire, me faire capturer. Chose que je ne supporterais pas. Sauvage jusqu'à la moelle, j'avais juré ne jamais devenir docile comme certains de mes semblables. Et puis de toute façon, mon tempérament fougueux et rebelle n'aurait fait qu'attester la pure et simple réalité auprès de la gente humaine : les hybrides ne sont ni des êtres inférieurs ni des esclaves. Bien au contraire. C'était pourquoi je recherchais dautres êtres mi animaux, mi humains pour essayer de les ramener à la raison et de les libérer de ces assaillants que je peux haïr au plus haut point.

Bien caché par l'obscurité et tous mes attributs félins emmitouflés dans mes vêtements marginaux, je marchais sur les pavés et bondissais de toit en toit, observant les bâtiments qui m'étais proche d'un regard perçant. C'est ainsi que par la plus belle des coïncidences, je tombais face à une sorte de... truc roulant. Haussant les sourcils sans comprendre grand chose, je m'approchais suffisamment pour mieux y voir ce qui était en réalité une cage. Et qui dit cage... ne peut dire autre chose que capture d'hybrides. Mais il y avait un problème : celle-ci était vide. Et à écouter les paroles des quelques hommes entourant cette prison d'acier, quelque chose s'y trouverait dans quelques minutes. Bien planqué dans la pénombre d'un lampadaire au détour d'une rue piétonne, j'observais en silence les humains maintenant armés et prêts à partira à la chasse aux hybrides. Où allaient-ils ? À quel endroit exactement, comment...? Mes multiples questions furent alors résolues : direction le Lac cette nuit, pour sauver peut être une âme vagabonde.

Il était si tard mais j'étais tellement happé par cette aventure que je n'en ressentais plus la fatigue. L'adrénaline prenait le dessus pendant que je suivais ces humains. Arrivé aux portes de la ville, le jeu commençait à se corser : je devais courir pour les rattraper. Je ronchonnais alors et obligé, je me hatais à leur poursuite pour ne pas les perdre de vue. La forêt nous entourait maintenant et le lac etait bien près à présent. Mais je ressentais une présence, une odeur féminine et de fer... Etrange. Dans cette nuit noire, je quittais alors le chemin de terre pour sauter sur un arbre et suivre l'action de plus haut, en sécurité. Après quelques instants, ma queue feline remuant dans les airs, je regardais la scène sanglante qui se deroulait sous mes pieds, hagard et surpris par de tels actes. Je reniflais de nouveau. C'était bien l'odeur de cette femme que j'avais senti. Mais l'odeur ferreuse du sang se propageait et bientôt, j'étais incapable d'utiliser mon odorat. Je soufflais alors silencieusement en avançant de quelques branches avant de grogner et soupirer. A cause d'elle, j'avais perdu ma piste !

《 Bah bravo ! Comment je fais maintenant ?! 》

Une
fois sur le sol, accroupis, je m'approchais du massacre pour venir sentir la cage de plus près en veillant de ne pas marcher sur les cadavres et les diverses flaques de sang. Je n'avais que faire de cette humaine. Je lui tournais le dos, pacifique et curieux. Ce qui m'importais c'était de trouver l'hybride destiné à cette cage. Je n'avais pas peur. Et au pire des cas, j'aurais fuit. Mais comme dit le dicton : l'ennemie de mon ennemi est mon ami. Alors bon. Je laissais faire les choses, toujoues sur le moindre indice.


____________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vous ne passerez pas [PV: Mao]   Sam 20 Avr - 23:36

L’odeur du sang prenait clairement au nez désormais. Les 4 cadavres jonchaient le chemin dans des poses inhumaines telles de figures de cauchemar, distordues, le visage criant et endolorie, comme figé dans leurs derniers instant de vie, baignant dans les marres de sang. Keiko nettoya son sabre avec une étoffe volée sur un des corps et rengaina son sabre. Kojiro, comme sa manieuse, ne pardonnait pas ceux qui n’écoutait pas son chef. Il a dit « personne ne passe », alors même les mouches ne pouvaient pas passer.

Keiko balaya du regard les 4 corps gisant sur le sol dans leur posture d’outre tombe, leur destins rompus dans cette seconde. La nettoyeuse pleura un peu, elle aurait préféré autre chose, elle n’aimait pas tuer. Elle soupira profondément. La nuit auparavant si belle était devenu une autre aube rouge pour la jeune femme, une autre nuit à rêver de sang, un autre soir seule chez elle, ayant tuer 4 autres amants potentiel sous cette nuit. Mais bon, elle se devait d’obéir à son chef plus que tout, et mettre ses sentiments à l’écart.

La jeune femme reporta son attention de nouveau sur la cage grise d’acier sur le véhicule. Une grande caisse à barreaux estampillé du logo d’une animalerie locale. Était-ce l’animalerie où son chef avait acheté son hybride? Une concurrente juste venu kidnapper la neko de son supérieur? Mais surtout: où ses hommes avaient ils eu l’info? Tant de question dans la tête de la samurai se bousculaient qu’elle ne remarqua qu’assez tard cet… être ayant sauter d’un arbre.

S’étant d’abord mise en position de combat, muscles tendus, prête à attaquer, main sur son fidèle Kojiro, la jeune femme fixa l’inconnu nouvellement arrivé. Quelle étrangeté était ce là? On aurait dit un homme avec une queue d’animal. Elle avait déjà entendu parler de chat dans la gorge ou de ses collègues lâchant des « queues de renard » après une soirée un peu trop arrosée, mais elle n’avait jamais vu pareil curiosité: une queue sur un homme. Était ce cela un hybride? Devait elle le laisser passer si il essayait d’avancer le long du chemin? Avait il des oreilles animales sous sa cagoule? Que cela faisait il si elle lui tirait la queue?

Elle observa un moment le jeune homme. De dos comme il était, Keiko était incapable de le voir, mais même de dos, il dégageait une impression de noblesse, de chaleur. Il avait comme une aura animale autour de lui. En ce sens, il la faisait penser à son boss, que tout le monde comparait à un animal… Et si son chef était un hybride?

Elle fixa longuement l’inconnu qui observait à son tour la cage monté sur le véhicule. Peut être lui était elle destinée? Ou bien il savait pour qui elle était? Ou bien il était là pour récupéré l’hybride de son chef. Elle réfléchit un instant. Si cet inconnu était un hybride, soit il avait un maître qui allait tenter de voler Sachika, soit il était rebelle, et essaierai de tuer son chef. Dans un cas comme dans l’autre, c’était inacceptable. Seulement, l’attaquer serait également désobéir aux ordres, car cela lui ferait quitter son poste. Et puis, il était de dos, dans le sens inverse du chemin, et dans ce cas, ne représentait pas une menace.

Malheureusement, la jeune fille est très curieuse. Elle observa attentivement le balancier de la queue de l’inconnu face à la cage. Une queue comme celles des chats, qui semblait douce et souple. Résistant à un élan de curiosité, elle approcha doucement du jeune homme, sans aucun bruit, à pas de « chat » pourrait on dire. Il lui tournait le dos, il ne devrait s’attendre à rien de sa part. D’un geste souple, elle tendis la main.

Et lui tira doucement la queue.

Revenir en haut Aller en bas
Mao
Empereur à plein temps ♥
avatar

Age : 98
Messages : 123
Maître(sse) de : L'UNIVERS !
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Vous ne passerez pas [PV: Mao]   Jeu 25 Avr - 21:24

Rien à faire, j'avais beau reniflé de long en large la cage d'acier, je n'y trouvait décidément aucune odeur ni fragrance. Elle était sûrement vierge et n'avait probablement jamais emprisonné entre ses bras de fer un quelconque hybride, qu'il soit rebelle ou docile. Déçu, je soupirais alors sans quitter la prison de mon regard d'argent. Comme la lune. Lune qui d'ailleurs était bien lumineuse et pleine, laissant alors la chance de pouvoir apercevoir les esquisses d'une forêt sauvage et d'une magnifique nature salie par le sang et les armes des hommes. Au fait, en parlant d'humain voilà que l'inconnue se faufilait dans mon dos. Qu'allait-elle faire ? M'attaquer comme elle le fît tantôt avec ces cadavres en guise de preuve ? Certes était-elle très silencieuse, c'était son souffle qui la trahissait, bien trop bruyant et saccadé pour un Chat comme moi et tellement inaudible pour les gens de son espèce. N'empêche que de savoir qu'elle était derrière moi ne me rassurait pas du tout. Elle voulait quoi au juste hein ? Attentif, je restais donc stoïque, mimant simplement des faits et gestes, mes oreilles vertes dressés sur mon crâne. Un grand frisson me parcouru l'échine à me glacer le sang. L'expression "faire froid dans le dos" prenait tout son sens à vrai dire. Je refusais de bouger pour ne pas me heurter à cette terrible lame meurtrière et à sa propriétaire en qui je n'avais absolument pas confiance. Dès lors, comme figé, je patientais jusqu'à l'apogée de mes craintes. Pour que finalement et par surprise... ELLE ME TIRE SIMPLEMENT LA QUEUE ?!

《 Hé ! On touche pas ! 》

Furieux
et quelque peu abasourdi, je fis volte face pour tenir tête à l'étrangere qui me surplombait, et de bien haut. Mes yeux plantés dans les siens avec vigueur et insolence, j'enlevais ma capuche qui maintenant laissait apparaître mes oreilles de Chat et les crocs en avant, je laissais s'échapper d'entre mes lèvres un lourd et profond râle explicite. Je n'allais pas lui faire de mal -et elle devait s'en douter- mais s'il y avait bien une chose que je pouvais détester : c'était qu'une humaine s'amuse à me tirer la queue ! Des tas d'hybrides courent les rues alors pourquoi moi ? Hein ? A croire qu'elle n'en avait jamais vu de sa vie. Enfin, le mal était fait, il vallait mieux éviter d'attiser le feu pour ne pas s'y brûler parce que vu son coup de lame, la Reine de Coeur d'Alice au pays des merveilles aurait fait pâle figure à côté. Je ronchonnais alors intérieurement et expirant une bonne bouffée, j'haussais les épaules en guise de "pas grave", désormais concentré sur elle. C'est vrai que depuis le début, je n'avais prêté attention qu'à la cage et non réellement à mon interlocutrice mais en même temps, je suis comme ça ; je déteste ces pourris d'humains. Alors les regarder encore moins mais étrangement, cette femme, je la trouvais plutôt belle. Bizarre. Elle etait l'exception qui confirmait la règle, du moins physiquement. L'odeur qui émanait de son corps était parfumée de nombreuses autres mais un parfum s'en degagea, et c'était celui d'une autre hybride. Pourtant elle n'était pas plaquée à sa fragrance. Cette odeur était-elle issue d'une rencontre ? La reponse disparu alors quand la vapeur ferreuse du sang m'agressa violemment de nouveau les narines. Mince... qu'est ce que l'odeur était forte sur elle ! Rabattant une main sur mon nez et l'autre remuant l'air, ma queue faisant de même, je toussotais avant de parler de nouveau à la femme inconnue.

《 Aaaaah ! Bordel, mais tu pues le sang, c'est horrible ! 》

Oui
, d'accord, je l'avoue : je la taquinais. Mais juste un peu parce qu'elle sentait vraiment fort le sang. Sûrement à cause de son "activité": je ne suis pas dupe et je sais reconnaître un tueur quand j'en vois un ! Et son maniement du sabre était loin d'être du pur hasard, loin de là. D'ailleurs, ce sabre attisait ma curiosité, en fait. Il était mystérieux et beau, un peu comme cette femme. Poussé alors par mon vice, j'ouvrais seulement grand les yeux et me penchais en avant pour mieux l'observer, attaché à la ceinture de la grande brune. Et sans prendre garde, je reculais d'un pas pour ne pas l'effrayer. Mais malheureusement, à mes dépens... car bientôt, voilà que je trébuchais en arrière à cause d'un bras ou d'une jambe traînant sur le sol et séparé du reste du corps de l'ancien propriétaire. Et là, me sentant tombé, j'eus le seul réflexe de pousser un cri se surprise et non de me rattraper. Je cognais alors ma queue puis mes fesses en premier, sur la terre sanglante et abîmée, puis vint le tour de ma tête et finalement du reste de mon corps. Maintenant, j'avais mal, très mal mais le pire dans tout ça, c'était que désormais j'étais couvert de sang humain et que moi aussi je puais. Je soupirais alors sans rouvrir mes paupières, fermées par réflexe dans cette chute ahurie.

____________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Vous ne passerez pas [PV: Mao]   Lun 29 Avr - 10:37

Keiko ne s’était pas rendu compte, mais son souffle avait accéléré à l’approche de l’hybride, si masculin, si viril, si beau à ses yeux, une beauté animal. Elle aurait juré qu’il l’avait repéré et s’était un peu tendus à l’approche de Keiko juste avant qu’elle ne lui tire la queue. Pourquoi? Enfin pour une personne normal c’était censé d’avoir peur quand une cinglée avec un long sabre qui venait de tuer quatre personne se glisse dans son dos, mais pour elle non.

La nettoyeuse lâcha un petit rire cristallin à la réaction de l’hybride quand elle lui attrapa l’extrémité. C’était mignon venant d’un si grand jeune homme. Toutefois son rire s’arrêta aussi net quand l’étrange être prit une pose menaçante. Keiko sortie l’habaki de son arme du saya, prête à dégainer en cas d’acte hostile, muscla tendus. Ainsi donc il était un ennemie… Quoi que non au final, il se contenta de souffler et hausser les épaules. Elle remit son sabre bien correctement et porta la main à sa bouche, dans une petite pose mignonne et fixa les oreilles de l’hybride. Des oreilles de chat!! Elle lâcha tout doucement


«Si mignon…. »

La jeune fille observait alors l’hybride, le sourire au lèvre. Il n’avait pas du tout l’air hostile, et il était plutôt mignon. Elle pourrait peut être l’emmener avec elle et en faire sa 166ème âme sœur après tout, pour la nuit du moins.

Quelle étrange réaction de la part de son interlocuteur. Comment ça elle puait le sang? Keiko se regarda sous toutes les coutures renifla son kimono, montrant sa culotte un quart de seconde. Pas faux, elle sentait un peu fort le sang, elle n’avait pas eu le temps de se laver entre son travail précédent et celui-ci, et en plus à l’aéroport ils n’avaient pas voulu qu’elle embarque avec Kojiro, et tout avait finit en bain de sang abominable. Cela avait fait les gros titre « une maniaque avec un sabre ‘nettoie’ un aéroport: 28 personnes tuées » ou un truc du genre, son chef avait d’ailleurs décidé de diviser sa paye par deux ce mois ci à cause de cela. Combien cela allait il lui faire?

Enfin bon là n’est pas l’endroit pour réfléchir à cela. La jeune femme reporta son attention sur l’hybride qui fort heureusement n’avait pas chercher à passer durant son mouvement d’absence. Il semblait observer Kojiro. Pour quelle étrange raison pouvait il faire cela? Il n’avait jamais vu un sabre?

Peu de gens le savait, mais Kojiro, outre sa taille, avait autre chose. Mikura, une ingénieur bossant avec elle, lui avait expliquer que la lame possédait plusieurs aimant très puissant, provoquant deux puissants champs magnétique se repoussant l’un l’autre afin d’augmenter le tranchant de la lame à l’extrême, ce qui permettait à cette épée de sectionner un arbre ou une voiture assez facilement. Elle aurait surement put sortir de sa cage enfant, Kojiro était un prototype de sabre « anti-tank » et aurait pu éventrer sa prison très facilement.

Voilà maintenant que l’hybride recule. Normal après tout, Kojiro est très grand, pour l’avoir en entier visible il ne fallait pas s’y coller. Et patatras, le neko tomba, et Keiko rigola de nouveau. Une petit sourire au lèvre, essuyant une petite larme d’euphorie qui coulait sur sa joue, elle fixa gaiment l’hybride se dépatouiller dans le sang. Qu’aurait dit son patron dans pareil circonstances? Ah oui, elle tenta le trait d‘humour.


«C’Est-ce que l’on appel un bain de sang »

Lui aussi puait le sang maintenant. Enfin, normal qu’il trébuche, avec les corps qui trainaient partout par terre, quel bazar. Keiko s’approcha de l’hybride, d’une démarche tout en déhanché, et tendit une main au neko.

«Je m’appelle Keiko Majuran, et voici mon plus fidèle ami: Kojiro, premier sabre anti-tank »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous ne passerez pas [PV: Mao]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous ne passerez pas [PV: Mao]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le meilleur des perles des t'chats ! Volume 04
» LOTR: GANDALF THE GREY PREMIUM FORMAT
» De beaux militaires
» Combien de livres lisez-vous en même temps?
» Test : quel héros du Titanic êtes-vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - RP clos-
Sauter vers: