Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kimina

avatar

Age : 25
Messages : 58
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Mer 8 Mai - 22:15




† Capture surprise †
•...ou comment prendre du bon temps derrière les barreaux•

La plage. Sable fin, bungalow, soleil de plomb, mer étincelante ; il ne manquait plus à ce paysage idyllique qu’une serviette de plage et un maillot de bain pour profiter de l’agréable chaleur du midi. Kimina n’avait pas pensé à prendre des affaires de rechange quand elle est partie de son foyer, son envie était tellement grande qu’elle n’avait même pas fait ses bagages, laissant à ses parents leurs affaires. Elle pensait à aller en chercher dans sa vraie maison, mais elle était fermée à clé, ce qui l’empêchait d’y entrer, même si elle pouvait aisément trouver un moyen d’entrer sans forcément briser une vitre. Elle ne voulait tout simplement pas entrer par effraction, car elle n’avait plus de papier d’identité sur elle, son yukata n’ayant pas de poche pour un portefeuille, donc elle ne pourrait pas prouver qu’elle habitait bien dans la maison. Kimina se contentait tout simplement de vivre sa vie en ne gardant que son joli yukata comme habit, sans compter ses sous-vêtements qui faisaient office de maillot de bain ou toute autre tenue légère annexe. Elle se baladait tranquillement sur la plage tout en souriant, la chaleur la rendant très à l’aise, tellement qu’elle se mit à chercher directement un emplacement libre pour se poser et bronzer comme il faut. D’un geste rapide comme l’éclair, ses vêtements se retrouvèrent projetés dans les airs, réceptionnés par ses mains, avant de se faire plier soigneusement dans l’instant suivant. La jeune kitsune avait trouvé son petit coin de paradis à l’abri des regards indiscrets, et elle s’était déjà mise à l’aise en sous-vêtements, les posant à côté d’elle en un tas plus carré que le polygone en lui-même. Elle prenait très soin de son apparence, elle tenait à paraitre la plus présentable possible afin qu’on ne la pointe pas du doigt en apprenant qu’elle était une bâtarde et qu’elle vivait dans la forêt, ce qu’elle n’aurait pas du tout supporté. En repensant à ce sujet, elle devait trouver un nouvel endroit où loger, et pas simplement se contenter de se recouvrir le corps de feuillages, il fallait une cachette des plus discrètes, assez petite pour ne pas attirer les regards, et qui la protège totalement des intempéries. Elle prévoyait même d’aller en forêt afin de fabriquer son doux foyer. Pour le moment, Kimina voulait profiter du bon temps en se dorant la pilule afin d’avoir la peau un peu moins claire, car vivre dans la forêt ne rendait pas la peau plus riche en mélanine, loin de là. Après tout à quoi bon rester cloitrée dans son petit coin alors que la ville entière ne l’attendait qu’un peu plus tous les jours, sans compter la périphérie. Pour le moment, elle ne comptait pas bouger de là pour tout le confort du monde, estimant qu’il fallait profiter du soleil tant qu’il y en avait et que les feux de cheminée ne sauraient le remplacer ne serait-ce qu’un petit peu. La jeune kitsune se relaxait tranquillement sur le sable, l’air insouciant, comme si rien ne pouvait la déranger, alors qu’elle ne connaissait pas encore les particularités et subtilités de la vie d’hybride.

Dans l’ombre se tapissaient de nombreux hommes conducteurs de camion de la fourrière prêts à éradiquer la ville des hybrides afin d’en tirer profit dans leur animalerie gigantesque qui grouillait déjà de toutes sortes. Elle pensait que les animaleries étaient pour les animaux, et non pour tout être à apparence partiellement animale minimum, tout comme les hybrides. Elle n’allait pas tarder à faire la rencontre de ces gens si avides par l’argent qu’ils arrachaient de nombreuses personnes comme elle à leur habitat afin de les revendre à une animalerie ; sans compter les maitres assez riches qui engageaient des traqueurs afin de capturer des hybrides afin de les traiter comme êtres à tout faire. Kimina faisait partie de ces personnes, fraichement devenue kitsune, qui ne se rendait même pas compte du danger auquel elle était exposée en se dévoilant ainsi dans la ville ou même en-dehors. N’importe qui était libre de jeter son filet sur elle ou de l’anesthésier avec des fléchettes afin de la capturer, mais elle ne s’en souciait pas, ne pensant pas être la proie de ce genre de personnes, alors qu’elle était comme les autres : une hybride. Certains vivaient loin de la ville, et certains comme elle, essayaient de se fondre dans la masse afin de profiter de la ville sans même faire attention aux personnes travaillant pour l’animalerie qui sillonnaient les rues à la recherche de proies à traquer et capturer.

La jeune kitsune se leva ensuite de sa place, certes difficilement mais sûrement, résignée à ne pas laisser la nuit tomber sur la ville avant qu’elle n’ait pu se faire un petit habitat dans la forêt. D’un geste vif, son yukata se retrouva projeté un mètre au-dessus d’elle et retomba autour de son corps, les bras étant passés dans les manches en même temps. Des fois elle aimait enfiler et enlever ses vêtements d’une façon originale sans pour autant risquer de les déchirer, ce qui lui trouerait littéralement le cœur, sachant qu’elle les avait confectionnés elle-même et qu’elle y avait passé des jours à exécuter le travail minutieusement en suivant le modèle. Une fois habillée, elle se dirigea alors vers la forêt, un petit sourire satisfait sur son visage, les mains derrière le dos, observant l’état de la ville en pleine après-midi.

C’était un petit jour pour la plupart des étudiants qui sortaient de l’école en courant, contents d’en être enfin débarrassée jusqu’à demain où ils recommenceraient ce train-train quotidien. En y repensant, l’école lui manquait un peu, car la jeune kitsune avait de nombreux amis là-bas, mais elle n’osait pas les aborder à la sortie de l’école en compagnie de ses amis qui n’étaient pas forcément heureux de trainer avec elle. Cette fois elle se décida à en aborder au moins un pour lui demander de l’aide pour son habitat, ce qui ne serait pas du luxe, car personne ne pouvait prévoir quel temps il ferait, aussi bien d soleil que de la pluie. Une amie plus précisément, une amie très étroitement liée à elle sortait de l’école et se dirigeait vers elle sans savoir qu’elle était là. C’était sur son chemin, heureusement, elle n’aurait pas à faire un bien grand détour pour se rendre en forêt, ce qui lui laissait un petit répit. Cachée dans un gros arbre chez un voisin, elle observait son amie approcher et se préparait à l’aborder sans attirer l’attention, ayant déjà tout en tête pour ne pas se faire remarquer, sans compter le feuillage épais qui assurait une discrétion à toute épreuve. Au moment où son amie arriva à sa portée, Kimina attira son attention d’un appel de son prénom, laquelle se retourna vers la source de cet appel, regardant dans l’arbre où se trouvait une kitsune au visage familier. Après un bref instant de concentration, elle écarquilla les yeux en reconnaissant sa camarade disparue sans laisser de trace depuis qu’elle s’était transformée. Kimina baissa alors les oreilles en lui avouant difficilement quel calvaire elle endurait avec eux et ce qui l’avait petit à petite transformée en kitsune, laquelle eut du mal à y croire. Le petit détail qui rendait sa version des faits imparable, c’était sa queue et oreilles de kitsune qui en étaient la preuve. Après tout, elle ne s’était pas transformée par magie, et l’ingestion forcée de médicaments n’a jamais eu de bons effets, mis à part un système immunitaire très développé, ce qui convainquit son amie définitivement. Les yeux pleins de tristesse, elle tendit le bras vers Kimina qui tendit la sienne, faisant se rejoindre les deux mains, les deux paires d’yeux plongées l’une dans l’autre, celle de l’humaine observant ses oreilles avec intérêt, tandis que la kitsune regardait ses traits physiques qui avaient un peu changé avec les mois. Kimina sauta alors de l’arbre et sera son amie dans ses bras, laquelle prit immédiatement sa casquette pour la placer sur la tête de la kitsune, voilant ainsi ses oreilles de renarde. L’humaine prit alors la ceinture de son sac à main qui faisait office d’ornement décoratif, et noua la queue de Kimina autour de sa taille, passant sous son yukata pour la rendre invisible. Ainsi la jeune kitsune était redevenue humaine l’espace d’un instant et remerciait chaleureusement sa copine qui ne put retenir ses larmes en la serrant aussi dans ses bras, contente de revoir son amie après tant de mois sans la voir. Sans attendre plus longtemps, Kimina lui demanda son aide pour sa fabriquer un petit chez elle dans la forêt, là où elle habitait dorénavant, laquelle accepta mais en disant devoir revenir chez elle rapidement, au risque d’inquiéter ses parents.

La jeune kitsune la suivit alors jusque chez elle où elle se présenta à sa mère sans attendre, lui demandant d’enlever sa casquette avant d’entrer, laquelle se vit dans l’obligation de refuser car elle ne comptait pas rester. L’humaine fit un petit aller-retour dans sa chambre et lui tendit quelques voiles tel qu’une grande bâche imperméable et des couvertures pour le confort, une pelle pliable de scout dissimulée entre deux voiles. L’argument contre l’interrogation de sa mère fut le camping qu’elle prévoyait de faire en forêt avec des amis, laquelle leur souhaita d’avance un bon amusement avant de la regarder partir le sourire aux lèvres. Kimina lui devait beaucoup sur ce coup-là, elle avait de quoi se faire un joli petit habitat de fortune improvisé dans la forêt, et en plus qui sera isolée contre la pluie. Elle avançait maintenant un peu plus rapidement vers la forêt, le matériel sous le bras, prête à profiter une dernière fois de la clarté de la journée pour créer sa petite maison. Même si elle rêvait d’une belle et grande cabane dans les arbres, elle n’avait pas vraiment le talent pour ça et voyait mal demander une telle chose à ses amis tout aussi qualifiés qu’elle dans la construction. Une fois arrivée à l’orée de la forêt, elle réfléchit un instant à quoi prendre comme base pour sa petite maison de fortune, pensant à un gros arbre. Le pas lent, le regard analysant tout arbre assez gros pour servir de base, la jeune kitsune marchait en regardant partout à la recherche de l’idéal pour débuter. Son regard fut attiré par un gigantesque arbre en partie renversé qui gardait ses racines plantées dans le sol, faisant se rapprocher de lui Kimina, l’œil intéressé par l’arbre. Avec sa petite pelle, la jeune kitsune se mit à évacuer la terre entre les racines afin de pouvoir s’y introduire aisément en faisant attention à ne rien couper pour permettre à l’arbre de continuer de vivre. Une fois un petit espace dégagé, Kimina accrocha la bâche sur tout le dessus, prenant quelques solides bois trainant au sol pour la maintenir au-dessus d’elle, se servant aussi de lierre pour attacher les boucles métalliques aux racines supérieures afin de fixer comme il faut le voile au-dessus d’elle. Après avoir vérifié la solidité de la toiture, elle déposa une grande couverture par terre en veillant à ne pas arracher les racines hors de l’espace. Une fois ses couvertures convenablement posées, elle se posa un peu pour constater le taux de confortabilité, et fut assez ravie de la qualité et la solidité de sa construction. Bien entendu elle dû arracher quelques racine pour avoir assez d’espace, mais ce n’était pas grand-chose comparé à l’espace qui était planté dans la terre, surtout qu’elle faisait attention à ne pas en arracher plus que nécessaire. Une fois sa petite habitation terminée, la jeune kitsune sortit en quête de nourriture, observant les arbres fruitiers alentour dans le but de se remplir l’estomac. La plupart produisaient des pommes ou des poires, certains des cerises sans compter les baies sauvages dans les ronces, ce qui faisait au final une belle panoplie de fruits à dévorer pour elle. Certes ça n’aiderait pas ses muscles à se développer, mais au moins elle avait de quoi rester vivante.

Des craquements de branches mortes se firent entendre alors, faisant remuer les oreilles de la jeune kitsune qui resta un peu en retrait. Plusieurs personnes à l’allure menaçante parcouraient la forêt, armés de pistolets et de bazooka à filet dans le but certain de capturer des hybrides. Aucune chance qu’ils soient venus si lourdement armés rien que pour elle, ils devaient venir pour faire de grosses prises comme un ookami ou des hybrides volatiles difficiles à capturer. Heureusement elle était cachée dans sa petite planque et dissimulée derrière un tronc d’arbre en les observant, observant le bon moment pour fuir discrètement. Ils commençaient à s’éloigner d’elle, moment qu’elle estima adéquat pour se retirer sans attirer leur attention, pensant tout simplement revenir par la suite. Le pas plat pour ne pas marcher sur des branches mortes et les alerter, elle avançait de plus en plus vite vers la sortie de la forêt en espérant garder sa discrétion, mais elle tomba nez à nez avec un homme de la fourrière sans la savoir. Heureusement elle avait toujours sa ceinture aux hanches et la casquette, alors elle passa pour une fille ordinaire, ce qui ne portait pas de soupçon sur elle. Un petit regard dévisageur passa alors sur le corps, l’analysant des pieds à a la tête, la mettant de plus en plus mal à l’aise et la faisait suer de plus en plus, jusqu’à ce qu’il lui demande la raison de sa présence dans la forêt. La jeune kitsune ne put pas vraiment dire autre chose que ce que son amie avait servi à sa mère pour justifier, à savoir le camping entre amis. Le garde la laissa continuer son chemin tranquillement, au grand soulagement de celle-ci qui était enfin débarrassée de cette menace à sa liberté. Une bonne minute plus tard elle entendit un énorme bruit de tir étouffé par la taille de l’engin qui tira un filet sur Kimina qui se retrouva projetée contre un arbre sans qu’elle ne puisse s’extraire du filet qui l’y attachait solidement en faisant tout le tour de celui-ci.

Après quelques efforts vains pour tenter de déchirer le filet, la jeune kitsune se retrouva bientôt encerclée par une farandole d’hommes tous plus déterminés les uns que les autres. L’homme de tout à l’heure passa alors sa main à son entrejambes à travers le filet et tira sur sa queue, la faisant passer sous la ceinture en l’exposant aux yeux avides de ses collègues de plus en plus motivés, après quoi il retira sa casquette, dévoilant ses oreilles de kitsune. L’un des autres collègues prit alors un rouleau de scotch tandis que les autres braquaient leur arme sur elle, certains en train de lui ôter le filet. Une fois une dizaine de tours passés autour de ses poignets avec le scotch, ils refermèrent le filet sur son corps et la déposèrent dans leur camion de la fourrière. Les efforts de Kimina pour se libérer étaient vains, elle était définitivement faite prisonnière du personnel de l’animalerie qui rapportaient leur prise où elle passerait le plus clair de son temps. Quelques minutes plus tard, elle se retrouva sortie du camion avec un ou deux compagnons hybrides avec qui elle avait discuté un peu durant le voyage, se faisant enfermer dans une cage tout sauf confortable sans même se faire délier les poignets hors de son dos. Un double tour de clé plus tard, les gars de la fourrière se remirent en route dans la forêt pour décupler leur nombre de prise de la journée, déjà largement satisfaits pas cette proie-ci. La jeune kitsune était définitivement captive dans l’animalerie et priait déjà pour en sortir rapidement afin de regagner sa cachette ou trouver un maitre moins exploitant que ses anciens parents, ce qui la convaincrait déjà un peu plus de ne pas fuguer comme les précédents parents qui s’occupaient d’elle…
©Kimina



Dernière édition par Kimina le Dim 8 Juin - 16:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://onepieceheritage.forumactif.org
Venceslas Steamer

avatar

Messages : 92
Maître(sse) de : Kimina
Date d'inscription : 30/08/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Sam 7 Juin - 22:48

Pitié! Mettez moi en cage! Mettez moi tout de suite dans une putain de cage!

Un inu venait de pénétrer dans l'animalerie. Il haletait à la suite d'un intense effort physique. Inu était l’appellation des nippons pour désigner un chien, ici un hybride ayant les excroissances et les caractéristiques d'un chien. Il n'avait pas caché ces oreilles aux bouts abimés sous la capuche de son sweat blanc, souillé par la terre, la sueur et quelques traces aléatoires de sang. Bien qu'il montrait les crocs et vociférait ces supplications afin de faire réagir les gérants de l'animalerie, l'animal ici présent était la proie d'un prédateur. Sa demande paraissait cependant surréaliste aux yeux de tous, bien qu'il se livrait de lui même. La curiosité prenait le dessus sur la recherche du profit, les gérants restèrent stupéfait. Était-ce un piège pour une évasion à grande échelle? Un stratagème usant de l'insouciance des humains pour mieux les piéger? Dans ce cas, l'hybride fut parfaitement convainquant, présentant dans son regard une crainte, et les tremblements légers de son corps semblaient présager un ultimatum de quelque minute lors du quel il pouvait garder l'espoir de rester en vie. Le bruit sourd d'un moteur rugissant au dehors du commerce augmenta les spasmes de l'hybrides qui multiplia alors ces supplications, se mettant à genoux, au bord des larmes, laissant voir sur son visage, l'expression même du désespoir. Au bruit de cette motorisation, les gérants commençaient à comprendre la détresse de l'hybride. La peur commença alors à gagner les humains, ils comprenaient qu'ils avaient scellé d'une cruelle manière le sort de l'hybride.

Deux semaines auparavant, le visage de l'hybride était placardé aux quatre coins de Gokusha, même dans ces coins reculés où l'inu coulait ces heures heureuses, jouissant d'une liberté que revendiquait ces êtres aux appendices animales. Il répondait au nom de Cerber, ne sachant guère l'orthographier mais imposant son manque de culture par la force, tenant tout étranger en respect à l'aide d'une bande fidèle et armée qui n'hésitait pas sévir dans le centre ville à des heures avancées de la nuit pour revendiquer la liberté des hybrides. Un représentant de plus pour une cause perdue. Les actions de répressions étaient violente et dépourvue de fond: vandalisme, racket, bagarres provoquées à la sortie de lieux publics ou d'habitations... Une liste longue comme le bras qui n'avait de cesse de s'étendre. L'heure avancée des crimes ainsi que leur importances (encore mineure) permettait à l'hybride d'échapper aux humains avec aisance. Son repaire dans le quartier des rebelles tenait éloigné les différents chasseurs de prime qui souhaitaient toucher la récompense à laquelle il fut associé. Un attentat dans ces quartiers* n'avait fait que préciser la précarité d'un maintien de l'ordre dans cette zone de Gokusha, laissant aux hybride un coin de paradis perdu par une humanité en proie à son désir premier: celui de la survie, usant de la domination pour asseoir son confort. Cerber n'était certes pas un problème urgent, mais ces actions commençaient à coûter à l'état et avait notamment nuit à des représentants de la pègre de Gokusha. Ces derniers, avec le consentement des politiciens avaient décidé de mettre la tête de l'inu à prix. Le chiffre, au cours de ces nombreuses actions, n'avait cessé de croitre, continuant de gangréner l'oreiller douillet que représentait cette ville pour les humains. Cette idée de prime ne fit qu'affirmer sa fierté et multiplier ces vandalismes et diversifiant ces actions. Dans la semaine qui suivi la dernière augmentation de sa prime, il fit vivre à Gokusha un véritable enfer, en multipliant les violences et en n'hésitant guère à pratiquer le viol afin de faire enfanter les frêles humaines de bêtes qu'elles hésiteraient à rejeter. Sa prime était montée à près de 33 millions de yen (soit 250 000 € ou 200 000 £) et sa réputation grandissante d'individu extrêmement dangereux lui avait permis de couler ces jours paisiblement au coeur d'une zone délaissée de Gokusha et où les humains n'osaient s'y aventurer. Un hybride ne saurait le trahir et le livrer, au risque de se faire aussi de se faire placer en cage. Les affiches vieillissaient, se déteignaient et perdaient de leurs couleurs, la pluie et les divers graffitis amateurs jouant sur cette déchéance... jusqu'au jour où une main humain, gantée de cuir blanc et épousant la forme des doigts, vint arracher une de ces affiches. Ce geste marqua le début de la fin.

Deux jours auparavant, dans le quartier résidentiel abandonné où l'hybride et sa bande tenait sa planque, le bruit d'un moteur rompait le silence de cette zone abandonnée de toute activité humaine. Ce moteur modifié appartenait à une Aston Martin Vantage de 1977. Ce genre d'auto pouvait être revendue à très bon prix et était convoitée par une clientèle assez élitiste. Rouler avec cette machine dans ce quartier équivalait à se promener avec des bijoux voyants et onéreux dans une ruelle fréquentée par des personnes peu recommandables, prêtes à tout pour un peu de dope. Les regards étaient attirés par cette voiture qui parcourait les rues d'un monde qui ne lui semblait pas apparenté. La voiture s'arrêta devant le HLM qu'occupait l'hybride. Les gardiens de cet endroit, postés devant la porte d'entrée, étaient deux mastodontes muni d'une protection pare-balle apparente qu'ils portaient comme haut laissant leur bras nus et couverts d'écaille. Leur armement sommaire était constitué de batte, de pied de biche et de leur mâchoire puissante propre à leur mutation de crocodile. Ceux-ci observèrent l'arrivée de l'automobile ainsi que la sortie de son propriétaire hors de l'habitacle. C'était un homme de grande taille, au style vestimentaire particulier: il portait un manteau écarlate et lourd couvrant un ensemble noir surmonté au cou d'un nœud papillon de la même couleur que le manteau, ces mains étaient gantées de blanc et marquée d'un pentagramme inversé, un chapeau à bord long couvrait sa tête et des lunettes rondes aux verres orangée ces yeux, lui donnant l'allure d'un inconscient excentrique qui se serait frotté au mauvais adversaire. Il montrait un sourire mesquin, affermi de rides montrant son âge avancé. Il avança alors vers les deux garde d'un pas assuré, ne prenant pas en compte l'idée d'une menace. Les hybrides s'avancèrent à leur tour pour lui stopper la route... et tout alla très vite. La main d'un des reptiles pour dissuader l'humain manqua sa cible à la suite d'une dérobade de l'humain. Profitant du court instant de l'esquive, l'homme porta un coup à la gorge du premier gardien, le désarçonnant pendant un moment supplémentaire. Le deuxième préparait son attaque, prenant de l'élan avec son bras afin de porter un coup dévastateur. L'homme s'accroupit rapidement alors que le coup du reptile s'abattit sur son confrère, lui cassant le crâne. L'homme se saisi des talons du reptile désemparé, puis se leva tout en attirant vers lui sa prise afin de faire tomber à la reprise le mastoc avant d'écraser son visage de sa botte, imprégnant alors le sol de sang et de morceaux de cervelle. Il fracassa la porte en verre et s'engagea dans le HLM. Il savait qu'il serait attendu. Un à un les hybrides se présentèrent au fur et à mesure de son ascension. Les premiers l'attendirent avec des armes de poings. Il se mit à couvert, attendit qu'ils s'acharnent sur le mur derrière lequel il se protégeait des balles. Il avait identifié les armes: des glock 17 faciles à se procurer, efficace et fiable, semi-automatique et comportant 17 balles dans la recharge. Il se mit calmement à compter. Lorsqu'il entendit les hybrides recharger, il chargea, se saisissant de la tête de ces êtres moins robustes que les mastodontes qui l'avait accueilli et l'éclatant contre le mur ou le métal de la rambarde. Il ramassa les armes, prit les recharges sur les corps pour armer les pistolets. Il monta d'un étage et reçu un nouvel accueil armé dont un fusil à double canon, crachant bruyamment ces cartouches délivrant des milliers de petits projectiles qui se dispersaient sur la longueur. Il se mit à couvert une nouvelle fois, attendant les deux coups de chevrotine, estimant à la précision du tir qu'il pouvait voir aux trous dans le mur, le temps de chargement allongé par une main inexpérimentée. Il sortit de sa couverture, visa l'ennemi, appuya sur la détente de ces deux armes. Une balle en pleine tête, puis deux puis trois... Il prouvait à ces adversaires qu'il n'était pas le petit amateurs auxquels ces animaux se prétendaient les meilleurs. Il saisi le pistolet de sa main droite par le canon pour le lancer sur l'hybride au fusil à pompe afin de l'assommer. Il n'en avait pas fini, il s'approcha de sa victime assommée à terre avant de saisir son visage et de plonger brutalement ces doigts dans son orifice oculaire droit, gardant la main gauche sur la gorge de sa victime, la serrant pour l'étrangler alors que l'hybride hurlait sous le coup d'une douleur insupportable. Il finit par arracher l'oeil qu'il jeta avant de briser la nuque de l'hybride pour le faire taire. Il laissa alors les pistolets qu'il avait prit pour se saisir du fusil à pompe qu'il rechargea. Il accéda finalement à l'étage où l'attendait sa véritable cible, entourée de ces larbins méfiants. L'ascendance de cet homme semblait à peine croyable pour ces êtres assurés de leur suprématie. Lui ne voyait rien d'autre que les vestiges d'une illusion. Il gardait le même sourire au lèvres. Il demeurait immobile, observant le moindre geste de ces adversaires, ces derniers songeant à la supériorité numérique pour l'éliminer. Il leva soudain un doigt en direction du bras droit de Cerber puis le baissa. Les armes se levèrent, il se rua vers une table qu'il renversa avant de se réfugier derrière pour éviter la majorité des coups de feu. Il reçu certes des impacts et en ressentait la douleur, le sang chaud s'échappant des cavités creusées par la pointe métallique des balles. Le bruit des recharges survenant à nouveau il sortit de derrière la table renversée et donna un coup de crosse de son fusil au premier sur son passage, laissant brièvement tomber l'arme pour parer un hybride qui avait eu la présence d'esprit de l'attaquer au couteau... qui fut retourné contre lui, plus précisément dans sa gorge qui fut tranchée d'un trait. L'intrus se livra alors au massacre à l'aide de son couteau, plantant un hybride avant de le lancer en plein coeur d'un autre éloigné de lui. Cette scène de massacre fit s'effondrer le piédestal que s'était construit l'inu, voyant sa force se faire rétamer par un seul homme. Qui est-il? C'est pas un humain! pensait-il en affrontant avec difficulté, des images d'une violence qui l'avait dépassé, réduit au simple rang de spectateur. Son bras droit avait fini de charger son arme avec difficulté, tremblant de peur. L'homme avait eu le temps de saisir l'arme qu'il avait laissé à terre pour tirer à bout portant dans la tête du bras droit, faisant éclater sa cervelle qu'il répandit sur les murs de cette immonde tas de saleté qui correspondait au trône d'un roi que l'homme venait faire abdiquer. Celui qui fut le cador de ce quartier tremblait comme une feuille aujourd'hui. C'est alors que l'impensable survint. De sa voix grave, l'humain lui laissait cinq minutes d'avance. L'hybride n'hésita pas un moment pour se ruer au dehors, sauter les cadavres de ces confrères pour fuir. L'homme était-il prétentieux au point de lui accorder ce luxe? Cette prétention serait confirmée alors par sa démonstration. Mais en réalité, l'assassin n'avait qu'une envie: jouer avec sa proie, lui faire vivre l'enfer de la traque, faire comprendre à sa proie que la prétention à laquelle il s'affirmait était bien mal placée. Il le fit languir deux jours, le suivant de près, laissant oeuvrer la paranoïa pour le détruire à petit feu...

C'est ce même homme qui aujourd'hui se présenta dans l'animalerie, le pas lourd de ces botte résonnant comme le glas de l'hybride qui voyait en cet homme revêtant le rouge du sang de ces victimes comme l'allégorie même de la mort dans toute sa brutalité. Devant lui, il était retombé dans la hiérarchie. Il était moins que rien, il pleurait et suppliait alors que peut de temps avant il fut le caïd qui se foutait bien de l'état de ces victimes. L'homme au manteau rouge sortit alors une arme de son manteau. Ce fut une arme de poing imposante au canon de 30 centimètres qu'il braqua devant l'hybride, ne faisant cas de l'angoisse qu'il provoquait et de la mort qu'il laissera dans son sillage. Il s'approcha, l'hybride recula jusqu'à être adossé à une cage. Le canon se colla entre les deux yeux de l'hybride qui les fermât immédiatement avant de s'effondre par terre et de se laisser aller à ces sanglots. Cela n'apitoya pas l'homme vêtu de pourpre. Il en fut au contraire agacé. Il gardait l'hybride en jour, laissant résonner de nouveau sa voix dure et grave:


Ta tête est mise à prix pour une coquette somme... je m'attendais à une proie de choix... Un grand adversaire qui saurait me tenir en haleine...

Il approcha l'index de la gâchette.

Regarde toi... tu es pathétique, une honte même pour ta race et tout ce que tu osais représenter... Un lâche comptant sur ces hommes et fuyant alors que tu aurais pu choisir de rejoindre tes larbins, t'es pas foutu de faire quoi que ce soit par toi même! T'ES MÊME PAS DIGNE DE VIDER LES POUBELLES DE L'ENFER!**

Il restait un moment dans cette position, le doigt resserré sur la détente, lui laissant le temps de se repentir, de revoir cette humiliation et creuser son tourment avant de le laisser rejoindre l'éternel... a moins qu'un imprudent ne tente d'imposer son véto au démon

_______________________________________________

* L'attentat à eu lieu dans un des rp de Venceslas et à été provoqué par ce dernier: http://gokusha-no-neko.forumactif.com/t4954-operation-anarchy-in-the-gnn-pv-kaworu-epsilon#38075

** Ceci est un clin d'oeil à Alucard, personnage du manga Hellsing, citation en majuscule extraite de la version française du premier épisode de l'anime.

HRP: Voilà! J'espère que tu n'auras pas trop de problème avec mon écriture et le personnage en général .w.
Revenir en haut Aller en bas
Kimina

avatar

Age : 25
Messages : 58
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Dim 8 Juin - 15:53

Le pelage de ses oreilles remuait doucement à chaque fois qu'un humain passait devant sa cage. Le courant d'air faible qu'il provoquait faisait se dresser les poils de ses bras dans un frisson de fraicheur. La queue touffue et rousse battait de temps en temps derrière elle, balayant la poussière du sol sans le faire exprès. D'un nuage faible, les particules glissaient harmonieusement vers la gauche, alors qu'un second soufflait vers la droite. Un bruit presque inaudible se faisait entendre alors que sa queue envoyait la poussière dans les deux directions comme un essuie-glace. Visiblement passionnée par le mouvement, Kimina se retourna et se mit à observer cette fine pellicule sur les flancs de la cage. Elle applatit alors les deux rangées afin de les rendre planes, et dessina dedans un sourire en clin d'oeil. Pendant qu'elle salissait son doigt avec une fine couche grisâtre, elle entendait le vent souffler depuis la porte d'entrée ouverte. Le soleil n'atteignait pas la partie dans laquelle se trouvait le rayon où Kimina patientait, mais elle sentait presque la chaleur lui caresser le visage. Étrangement, pendant ce temps, un individu était entré dans l'animalerie pour faire pleurer un pauvre Inu, mais Kimina ne pouvait pas les entendre depuis sa cage.

Soudainement, alors que la jeune kitsune souriait à son petit smiley, les jambes repliées en arrière, un phénomène étrange et fortement inquiétant se produisit. Dans son corps, quelque part, un organe se mettait à vibrer très rapidement, provoquant aussitôt un rétrécissement involontaire. Les pupille des yeux de Kimina devinrent alors plus petits et elle se figea en plaquant une main contre son ventre en serrant sa peau. Cette sensation désagréable le faisait agripper plus fermement son corps entre ses doigts, alors qu'un bruit se fit de plus en plus fort. Bizarrement elle aurait dit qu'il provenait de l'organe en question, elle en était même certaine, mais pour une raison qu'elle ne savait pas expliquer rien ne stoppait ce phénomène. Malgré qu'elle tente plusieurs solutions pour étouffer ces bruits et cette torsion de l'organe, il continuait de l'indisposer au plus haut point. Finalement, tout cessa aussi brusquement que tout était apparu, sans que la jeune kitsune n'ait fait quoi que ce soit.


-Qu'est-ce que j'ai faim moi...

Son estomac avait fini de gargouiller, enfin ce bruit insupportable ne la gênait plus. En regardant l'horloge, elle vit qu'il était largement l'heure de dîner, l'après-midi avait déjà commencé. C'est alors qu'elle entendit un bruit de pas dans sa direction, un homme ouvrit ensuite une cage pour la refermer ensuite. Bizarrement l'un des hybrides qui clamaient encore leur innocense et voulait leur liberté se tut une fois la cage refermée. Kimina sentait de plus en plus cette odeur caractéristique qu'elle n'avait encore jamais humé. Cette chose se rapprochait de plus en plus d'elle, accompagnée de la silhouette humaine, et en plus elle faisait taire les pleurnichards. La source de cette odeur était d'une redoutable efficacité contre les geignards, elle ne savait pas que l'animalerie possédait une technologie. La jeune kitsune avait déjà senti ce relent, alors qu'elle passait simplement dans la rue, mais elle était à cent lieues de penser qu'elle retrouverait une telle technologie dans une animalerie, mais visiblement le personnel de ce bâtiment désirait avant tout que cette chose fasse taire les hybrides sans pour autant que ce soit cher, mais surtout facile à stocker et à utiliser. Une manière affreusement efficace pour faire cesser les jérémiades des hybrides, Kimina ne pensait pas qu'il fussent aussi réactifs à ça. Heureusement la jeune kitsune était presque totalement immunisée contre cette chose, mais vu son faible état il était clair qu'elle ne pouvait que se laisser avoir et finir par se taire elle aussi, de la même façon que ses collègues.

L'homme arriva finalement devant sa cage et l'ouvrit rapidement avant de déposer un objet devant Kimina. Il referma sa cage à double tour et passa à la suivante. La jeune kitsune toucha alors le petit objet et ne put que verser une petite larme. La goutte se transforma rapidement en un mince filet ondulé qui humidifiait sa joue pour finalement retomber sur le sol. Elle savait que c'était la fin, son heure était venue, et elle devait suivre le mouvement des hybrides afin que cesse enfin la douleur et les complaintes. Kimina jugeait que c'était nécessaire et que c'était la seule solution pour qu'elle se retrouve enfin délivrée de son lourd fardeau. Elle ouvrit alors le voile qui recouvrait le colis qu'il avait déposé devant elle, et entra ses doigts dans les deux grands trous et prit une partie de son contenu pour le faire entrer dans sa bouche. Soudain, elle ressentit un battement brutal de son coeur, son rythme devenait de plus en plus rapide, mais Kimina devait avaler le reste, comme ses autres compagnons à présent allongés sur le sol, immobiles, comme plongés dans un long sommeil. Une fois qu'elle eut tout ingurgité, la jeune kitsune se posa aussi sur le sol en position allongée, son coeur battant de moins en moins rapidement. Elle se sentait partir de plus en plus, alors que le contenu de l'objet commençait à peine à se faire assimiler par son organisme. C'était la fin, enfin elle sentait un immense bien-être l'envahir, alors que son pouls ralentissait encore. Le garde revint plus tard dans sa cage et sourit un peu en regardant Kimina immobile sur le sol.


-Alors, votre altesse, avez-vous besoin d'un peu de fleur de sel pour accompagner votre somptueux plâteau-repas ?

-Vous êtes bien aimable, mais j'ai déjà tout mangé, et aussi j'aimerais bien digérer maintenant...

D'un haussement d'épaules, le garde referma sa cage et retourna vaquer à ses occupations. Kimina ne savait pas que cette animalerie servait des plateaux-repas, ces petites choses en plastique qu'on réchauffe simplement au micro-ondes et qui s'empile aisément dans le frigo. Elle n'avait jamais eu l'occasion d'y goûter, seulement en humer le parfum à tout hasard en passant dans la rue devant les maisons à l'heure de midi en plein dîner. Elle qui pensait résister à cette nourriture inférieure parce qu'elle a toujours eu des vrais repas maison avec ses vrais parents, visiblement même ça avait cessé la douleur à son estomac. C'était bel et bien la fin de la faim, elle sentait enfin détendue et pouvait se reposer tranquillement. Les autres hybrides ne refusaient jamais de la nourriture, si bien qu'ils cessaient bien vite de geindre en sentant le doux parfum du repas tout-fait servi bien chaud devant eux.

Une demie-heure venait de s'écouler, mais toujours pas de trace d'un maitre, si seulement quelqu'un avait besoin d'une jeune kitsune comme elle dans son quotidien...


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://onepieceheritage.forumactif.org
Venceslas Steamer

avatar

Messages : 92
Maître(sse) de : Kimina
Date d'inscription : 30/08/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Mer 11 Juin - 0:04

Un gargouillement venait de résonner dans l'animalerie. L'homme au manteau pourpre tourna alors ces yeux sans bouger la tête en direction de l'origine de ce bruit. Il venait de l'une des cages présentées à sa droite. L'humain vit alors une hybride à la chevelure claire et aux traits jeunes, vêtue d'un yukata associé à la couleur de ces cheveux. Alors que l'appréhension d'une menace pouvait donner naissance à une peur paralysante, un gargouillement dû à une faim mordante semblait briser cette atmosphère pesante d'une manière burlesque. Il observa alors la scène qui se présentait à lui: un des employé donnait aux hybrides leur ration pour survivre dans cette période sommaire introduisant un enfer prochain que leur feront vivre les maîtres les plus avides de Gokusha. Bien sûr, certains maître éprouvant le remord d'une absurdité absolue, jouaient la carte de l'universalité des êtres vivants voulant se faire passer pour libéraux afin de se donner bonne conscience. Naïveté candide ou comble de l'hypocrisie, cela dépendait de l'individu. Et cet humain armé, tenant la vie d'un hybride captif entre ces mains, se différenciait-il du lot? Peut-être dans l'affirmation de sa violence conduite par un flot incessant de haine, ayant consumé son être pour en laisser des vestiges, des traces d'une quelconque humanité. Il abaissa alors son arme afin de la ranger dans son étui, caché sous son manteau. Cette irruption particulière d'une présence dans une potentiel exécution avait ôté son envie meurtrière, la remplaçant par une curiosité propre aux êtres vivants. Au passage, il se saisi d'un cigare qu'il avait planqué dans l'une des poches internes de son manteau, lui donnant alors les airs d'un magicien dont les tours habiles pouvaient choquer les incrédules. De ces lèvres, il se saisit de cette tige brunâtre au parfum exotique avant de l'allumer à l'aide de son zippo, laissant alors le bout du fin cubain s'éclairer d'une lueur orangée, puis rosée avant d'en laisser le morceau brulé dans le coloris gris de la cendre tombant sur le sol comme de légers flocons. Ce cigare symbolique représentait la satisfaction d'un devoir accompli. S'il n'avait pas tué cet hybride, il l'avait au moins mené à l'animalerie pour qu'il soit enfermé et mis hors d'état de nuire... au vu de ce qu'avait vécu la créature mi-homme mi-chien, le chasseur de prime doutait réellement qu'il puisse réitérer l'exploit. Il en avait définitivement fini avec lui et s’apprêtait à alourdir une fois de plus l'un de ces nombreux comptes en banque. Il tira une latte de sa petite récompense avant de tourner la tête vers les gérants de l'animalerie, expirant vers eux une épaisse fumée.

Je vous laisse ce clébard, préparez déjà ma prime, c'est bien vous qui l'avez placé sur la tête de ce morveux...

Ces derniers affirmèrent d'un lent mouvement de tête. L'individu vêtu de pourpre ne s'attarda pas à leur prêter attention, se dirigeant alors d'un pas lent vers la cage de l'hybride qui, par un simple grognement d'estomac, avait réussi à capter l'attention du tueur. En effet, peu de ces victimes, face à la mort, n'ont évoqué la faim ou le sommeil avant de trépasser. Pour un grognement de ventre? Oui. Venceslas Steamer n'avait guère de considération pour la banalité, encore moins lorsque certains imprudents osaient se mettre sur sa route... et ne pas être à la hauteur du défi ( ce qui le laissait sur sa fin). Il voyait en cela une sorte de défi, voir peut-être une victime potentielle à qui il ferait vivre mille tourment, ou encore une compagnie pour discuter si l'ennui le prenait... Ainsi était Venceslas dans la vie de tout les jours : complètement imprévisible et aléatoire. Il y avait une raison à cela, il n'était guère doué en société, sachant mentir et parler, mais ne sachant pas ce qu'est l'amour ou l'amitié. Ces notions étaient enterrées à Londres, au creux d'une cicatrice qu'il couvrait sous ces accès de rage (malheur au fou qui osait le contrarier en essayant de lui dire cette vérité). Ces armes, ces massacres, le sang coulant à flot de la gorge ouverte de ces ennemis, le bruit de leur crâne fracassé contre une surface dure étaient autant d'élément qui lui furent d'avantage familier que la véritable signification d'une poignée de main ou la sensation d'avoir une personne qui l'attendrait à son domicile. Ce flot de pensée se mélangeait dans sa tête, structuré par les vapeurs de son cigare alors qu'il marchait vers la cage, le pas lourd résonnant dans l'animalerie. Il arriva face à la demeure de "fortune" de l'hybride, posa le genou droit à terre, appuyant son bras gauche sur le genou gauche pointé vers la demoiselle aux cheveux d'argent. Il gardait son sourire tranchant qui lui était propre, ancré dans les traits de son visage comme pouvait le montrer quelques rides apparentes. Le sourire, les lunettes et le cigare lui donnait un air de richard lubrique, cherchant en la chair de jeune vierge de quoi combler un appétit particulier. Mais Venceslas fut loin de ce niveau, se sustentant des larmes et des râles de douleur avant de déguster le silence et le sang de ces victimes ayant abandonné l'ultime combat de la survie, ayant pompé jusqu'à la dernière lueur d'espoir. Il tira une latte et expira un nouveau panache de fumée.

Alors Foxy... as-tu bien mangé?

Il ne connaissait guère son nom, alors il ne se fit pas prier de l'interpeler par sa principale caractéristique: son affiliation au renard (ou Fox en anglais). Il n'attendait pas de réponse particulière, lançant cette simple réplique pour introduire un éventuel dialogue qu'elle étofferait peut-être de telle ou telle requête.
Revenir en haut Aller en bas
Kimina

avatar

Age : 25
Messages : 58
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Mer 11 Juin - 14:46

Malgré son ventre qui avait honteusement crié famine à travers tout le couloir dans sa cage résonnante, Kimina avait reçu sa part de nourriture comme les autres et s'en régalait. La petite plaisanterie du gardien la faisait un peu bouder alors qu'elle ne pouvait même pas contrôler les caprices de son estomac. La jeune kitsune se reposait un peu pour aider sa digestion, laissant le plateau vide près de la porte pour que le garde le reprenne facilement. Elle ne faisait plus trop attention à ce qui se passait autour d'elle, notamment l'homme en rouge qui menaçait de tuer un pauvre Inu qui avait dû se mettre à voler et tuer pour survivre. Elle ne savait pas du tout qui faisait tout ce bruit, mais avec de la chance elle allait le savoir bien vite. Le cliquetis métallique de son arme en train de regagner son emplacement habituel, et le craquement de l'allumette enflammant le tabac de la cigarette ou autre, c'était tout ce qu'elle avait entendu ces dernières secondes.

Apparemment le mystérieux homme semblait avoir un compte à régler dans l'animalerie, peut-être trouvait-il les prix trop élevés. Quoiqu'il en soit, la jeune kitsune espérait que cet individu ne verse pas de sang en sa présence, chose dont elle aurait horreur. Blesser un être humain et le faire saigner, c'était comme un gâteau au coeur liquide dont la couche extérieure cède soudain et répend le chocolat sur l'assiette, vraiment laid et peu agréable à ramasser. Avec son revolver il pouvait facilement faire six victimes parmi les hybrides et le personnel, et c'était inenvisageable.

Alertée par l'odeur acide de son cigare, Kimina se réveilla en sursaut avant de se réfugier au fond de sa cage de peur que l'homme ne la braque aussi. Une longue goutte de sueur perlait sur sa joue, alors que ses yeux pétillants avaient laissé place à des yeux de frayeur dont la rétine ronde et terne vibrait un peu en le regardant dans les yeux. Tout son corps tremblait aussi de peur, ses bras protégeaient son bute entier, alors que ses jambes se recroquevillaient pieds contre cuisses.


-Ou...oui m'sieur, c'était très bon...Je suis innocente, s'il vous plait allez-vous en, je ne veux pas avoir affaire à vous...je ne suis pas ici parce que je suis une criminelle, me tuer ne servirait à rien...

Ses tremblements se faisaient un plus intenses pendant qu'une larme menaçait de couleur le long de ses joues, ce qui ne tarda pas à arriver. Les oreilles baissées, les mains protégeant son visage, Kimina fermait les yeux en espérant que l'homme ne la prenne pas pour cible comme cet employé de la fourrière ou cet hybride. Dans tous les cas elle savait qu'il n'avait aucune raison de la tuer alors que son pire crime était d'avoir fugué. Ses parents adoptifs avaient sans doute placardé des avis de recherche avec récompense, mais ils la voulaient vivante, pas morte. En plus vu son prix, il perdrait sûrement autant qu'il en gagnerait si elle la ramenait chez ses parents adoptifs.

Son sourire vicieux et son grand manteau rouge lui faisaient peur, elle voyait en lui un démon tout droit sorti d'un film d'horreur. Mais peut-être que tout cela n'était qu'un cauchemar ou qu'il était très gentil, cependant il fallait avouer qu'il faisait peur avec son look de psychopathe.
Revenir en haut Aller en bas
http://onepieceheritage.forumactif.org
Venceslas Steamer

avatar

Messages : 92
Maître(sse) de : Kimina
Date d'inscription : 30/08/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Jeu 12 Juin - 22:06

La jeune hybride s'était recroquevillée au fond de sa cage. L'odeur de la sueur titillait les narine de l'humain qui se tenait devant la cage, manquant de saliver face à une proie potentielle qui ne cachait pas son angoisse devant un prédateur qui tournait autour de son abri de fortune. La petite créature l'implora presque de s'éloigner, présentant son innocence comme plaidoyer pour sa propre vie. Alors qu'une larme furtive fuyait le long des joues de la jeune hybride, les épaules de l'humain tremblaient, son sourire se précisait. Son ricanement maîtrisé ne tarda pas à éclater en un rire dément à la seule pensée du mot "innocence". Pour présenter l'idée d'innocence, il fallait prendre en compte une justice qui saurait définir le bon et le mauvais, l'innocent et le coupable. Mais Venceslas n'était pas un homme affilié à la justice des hommes ou de tel ou tel État existant sur le globe terrestre. L'innocence n'était pas une chose qui existait à ces yeux, chacun étant porteur d'un fardeau unique à porter tout au long de sa vie, aussi insignifiant soit-il. Sinon, à quoi bon se lever tout les matins et inspirer l'air d'un autre pour le lui expirer la seconde d'après. Cette analyse extrémiste était une des nombreuses idées de l'homme au manteau pourpre, ne niant guère sa misanthropie ou sa sociopathie apparente. En effet, son allure ainsi que son style vestimentaire, ne saurait s'inscrire dans quelconque style vestimentaire aussi abstraits qu'ils deviennent. Mais c'est surtout au niveau des actes que cela fut notable. Hommes, femmes, enfants, hybrides, animaux: pour lui, ce n'était qu'une suite de nom inscrit sur une feuille de papier qui recensait ces cibles. Il ne faisait aucune distinction entre un coupable et un innocent, tuant tour à tour hybrides et humains, servant l'un ou l'autre en fonction de sa rémunération... et de son envie. En effet, il lui arrivait des fois de se désister d'un travail donné car celui-ci ne l'intéressait pas, notamment la recherche d'enfant ou de néko perdu ou encore de servir de gigolo pour des femmes frustrées.

Il leva sa main. Le gant blanc se faufilait entre deux barreaux laissant le tissu rouge du manteau frotter contre l'acier dans un bruit particulier et continu. L'avancement de cette main ouverte vers le visage de l'hybride était assez lent pour allonger l'angoisse qu'il lui procurait. Cette main ouverte vers sa tête allait-elle serrer d'une poigne de fer le cou de cette créature? Allait-elle planter ces doigts experts dans l'un des yeux pour l'extraire? Rien de cela... Le bout de son doigt se posa sur le menton de la jeune fille pour capturer la perle qui avait tracé sur sa joue, luisante de sa trainée humide. Une fois la goute posée sur la matière rappeuse de son gant blanc, il retira sa main. Sa langue avide se présenta entre ces dents acérées et taillées pour accueillir cette once d'humidité salée. Il savait se satisfaire de ces plaisirs particuliers, incompris d'une majorité d'individu. Il était persuadé que chaque larme était unique tant par la raison de son écoulement que par son goût, ce goût variant surement selon la condition et l'individu. Par ailleurs, cette substance était souvent le fruit tombant de l'effet d'angoisse et de peur qu'il provoquait, sans oublier les fondements de fierté qu'il n'hésitait pas à démolir. Ici, ce fut une proie appétissante sans réelle résistance apparente qui mouillait ces joues à sa vue. Il rangea sa langue dans sa bouche et présenta de nouveau son sourire peu rassurant.


Innocente? Sa me fait une belle jambe de savoir si t'es innocente ou pas, tu présentes pas vraiment de différence avec les autres hybrides dans leurs cages. Je pourrais partir et te laisser là... mais d'un autre côté je pourrais me permettre de faire durer le plaisir en te tourmentant H 24... triste dilemme...

Il tira une nouvelle latte de son cigare et expira sa fumée vers le plafond pour ne pas enfumer directement la kitsune. Il ne voyait aucune explication à ce geste qui pouvait inspirer la sympathie ou le respect. Il reposa une nouvelle fois le regard sur la créature. Son sourire disparut et le ton de sa voix rauque se fit plus sérieux lors d'un simple interrogation.

Foxy... es-tu vierge?

Pensait-il que le comportement de l'hybride avait un rapport avec son pucelage? Non, ce fut juste une question scabreuse qu'il avait lancé pour voir une nouvelle fois la réaction de la kitsune, voir si elle lui serait digne d'intérêt, si elle avait un minimum de sincérité et qu'elle n'irait pas jouer les allumeuses contre son gré... c'était à lui de briser son esprit et non à elle de simuler.
Revenir en haut Aller en bas
Kimina

avatar

Age : 25
Messages : 58
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Ven 13 Juin - 15:32

Voir un individu aussi dangereux, ce n'était courant pour personne, pas même Kimina. Bien qu'elle se soit quand même fait capturer par des gens armés, elle sentait bien que ce n'était pas pour la tuer mais juste l'immobiliser et la capturer. Ici elle avait affaire à une vraie arme capable de priver en un temps record une personne du souffle de vie qui lui fut donné le jour de sa naissance. L'idée qu'une telle chose soit possible devant ses yeux l'effrayait beaucoup, bien qu'elle ne se sache pas peureuse d'habitude. Le goût amer dans sa bouche traduisait un inquiet profond pour sa vie, mais en y repensant il n'avait encore tué personne et aucune tache de sang de type projection ne figurait sur ses habits. Le sang brunissant avec la coagulation, cela se verrait directement sur sa veste rouge, mais elle se trouvait impeccable. Après tout, il pouvait très bien vouloir faire peur rien que pour extirper un mot de pardon de la bouche de ses victimes ou encore leur faire avouer une chose ou l'autre.

Après avoir inspiré intensément, la jeune kitsune ferma les yeux et expira lentement sans les rouvrir. Les battements de son coeur se faisaient moins réguliers et se tremblements cessèrent jusqu'au dernier. Elle n'avait pas remarqué la main de l'homme venue recueillir une larme, ni son sourire carnassier, mais elle sècha quand même ce qui n'avait rien à faire au bord de ses yeux et sur sa joue. Elle rouvrit alors les yeux et se tint plus droite en joignant ses mains sur le sol de la cage le temps d'une révérance quelque peu retenue de par l'étroitesse de son enclos. Une fois la marque de respect du bonjour exécutée, elle regarda l'homme dans les yeux sans une once de peur, juste un peu d'inquiétude qui baissait un peu ses sourcils. Elle ne le connaissait pas, mais si il avait épargné sa victime sans doute criminelle, il allait encore moins la tuer, vu qu'elle n'a rien fait d'illégal.


-Laissez-moi me présenter, cher monsieur, si vous le voulez bien. Mon nom est Kimina, sans aucune signification particulière, j'ai dix-sept ans, presque dix-huit, aucun talent sportif à remarquer, et aucun hobby. Ravie de vous rencontrer. Pour votre question, la réponse est "oui".

Sur ces mots, la jeune kitsune ôta un peu les quelques traces de poussière sur ses manches et son dos afin de se montrer sous son meilleur jour. Après tout, il fallait bien faire une impression optimale aux maitres potentiels qui entrent dans l'animalerie, et elle voulait lui prouver que ce n'était pas une pleurnicharde. Elle avait eu un peu peur de se faire tuer, mais maintenant elle s'était calmée. L'homme aurait pu la tuer ou même la menacer depuis longtemps, mais au lieu de ça il lui montrait de la douceur et de l'attention.

-Je m'excuse de vous avoir incité à vous en aller, restez si vous le désirez, ou adoptez-moi, les deux me vont parfaitement. Si vous voulez savoir, je ne suis pas difficile quant à la nourriture qu'on me donne, je n'ai rien contre les animaux, je sais faire le ménage, comme un peu tout le monde, et je connais quelques recettes de cuisine pas trop difficiles à réaliser. Voilà, je crois que vous avez toutes les cartes en main, à vous de voir si vous vous couchez ou si vous sortez une quinte floche.

Après sa petite métaphore amusante sur les seuls termes de poker qu'elle avait vu dans les films ou séries, Kimina pencha la tête sur le côté en souriant les yeux plissés. Sa queue battait la mesure sur le sol de sa cage, signe que tout allait bien pour elle, son ventre était rempli et rien de physiquement menaçant ne se trouvait dans sa direction. Il ne manquait plus qu'à attendre si l'homme à l'allure un peu glauque allait l'adopter, rester devant sa cage, ou s'en aller.

-Au fait monsieur, vous êtes un vampire ou un loup-graou (jeu de mots entre l'onomatopée d'un fauve et un anagramme de "garou") ? En tout cas votre déguisement est super, j'ai vraiment eu la frousse sur ce coup !
Revenir en haut Aller en bas
http://onepieceheritage.forumactif.org
Venceslas Steamer

avatar

Messages : 92
Maître(sse) de : Kimina
Date d'inscription : 30/08/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Dim 15 Juin - 21:35

Le comportement de l'hybride changea du tout au tout. Elle avait quitté sa position quasi-fœtale, se redressant et proposant à l'humain une révérence marquée par une inclination respectueuse. Tout comme son yukata, son comportement reflétait la tradition japonaise basée sur le respect, ce respect même primant sur tout sentiment. Ce respect typique pouvait peut-être cacher un visage plus farouche. Venceslas en doutait fortement, au vu de la réaction qu'avait eu l'hybride alors qu'il s'était approché de la cage. Elle se présentait sous le nom de Kimina, dix-sept ans, ne présentant guère de talents particuliers... et vierge. Elle n'avait pas oublié la question que l'homme de main lui avait posé pour en examiner le comportement. La plupart des hybrides et des jeunes femmes auraient fuit cet individu avec une telle question mettant à la lumière une information intime. Kimina, elle, n'avait pas présenté de faciès particulier, ni de grimace et n'avait pas fait preuve de résistance ni tenté d'éluder la question: elle s'était contenté de répondre sincèrement à la question comme si on lui avait demandé la couleur de ces cheveux. L'homme ne détacha pas son attention de l'hybride. Elle ne cessait de titiller sa curiosité. Peut-être ces traits de renarde aurait pu lui conférer l'art de la sournoiserie et de la ruse, la dotant d'un capacité à tourner en dérision les sots qui sauraient se confier à son charmant minois avant de se retrouver avec un poignard planté dans le dos. Les marques de respect se poursuivirent dans les excuses de l'hybride pour l'incitation de partir qu'elle avait adressé à l'humain. Les sentiments venaient de s'effacer, remplacé par une nécessité plus grande, l'envie de sortir d'ici? Il devait avouer que l'hybride bien qu'elle ait pu paraître naïve et candide, était futée dans le discours. En effet, pour mettre en avant son adoption, elle invitait le client à rester, proposait le choix de l'adoption avant de s'effacer stratégiquement de la pensée de client, justifiant par un "les deux me vont parfaitement". C'était assez astucieux que de donner au maître son aspect dominateur pour parvenir à influencer son choix. Elle semblait connaître la voie de la facilité... ou alors était tout simplement niaise. L'assassin vint à avoir un doute quant à l'hybride qui s'était présentée. Fut elle une écervelée ou un véritable génie dont il faudrait se méfier? Dans les deux cas, il ne pouvait nier l'envie réelle de sortir de cette hybride. Quoi de plus normal que de vouloir s'échapper d'un lieu semblable à une prison où la seule délivrance réside dans la soumission aveugle à un individu se comportant de la même façon que l'animal lui même. Kimina mettait en avant ces qualités dans le domaine culinaire et ménager, se présentant presque comme une bonne. Sa métaphore sur le poker le fit sourire: les quelques recettes de cuisine ainsi que le ménage ne présentaient guère pour un assassin une main gagnante comme elle l'avait suggéré. Il était assez doué pour cuisiner ces plats et disposait de temps pour faire le ménage. Que quelqu'un s'occupait de son "antre" n'était pas un grand privilège pour lui. Il fini par rire bruyamment alors qu'elle lui demandait s'il appartenait à un groupe de créatures fantaisiste tout juste bon à faire peur aux incrédules. "Loup-graou" , "vampire". L'ensemble de son travestissement avait de quoi impressionner et apeurer comme le plumage d'un paon qui le déploie pour mettre en garde ces ennemis. Mais tout attirail avait sa propre histoire, et Venceslas fut accoutumé à garder cela pour lui et faire abstraction des noms de monstres que les enfant lui adressaient.

T'es devenue loquace dit donc... c'est bien essayé Foxy, mais pour que je t'adopte il faut plus que me servir des pâtes et repasser mes chemises.

Venceslas n'avait rien à cacher et ne prenait pas la peine de mentir sous l'excuse de ne pas se montrer brusque. La réalité seule était violente à absorber. Qu'attendait-il donc de l'hybride? Des prouesses d'acrobates pour prendre son pied au pieux? Il pourrait s'acheter une poupée gonflable ou trouver une prostituée pour cela. Même s'il pouvait bien songer qu'elle serait capable de se montrer docile et naïve au point d'accepter toute humiliation, la lassitude aurait surement raison des pulsions de l'homme de main qui n'aurait aucun scrupule à l'abandonner dans une ruelle occupée par des lépreux lubriques. Ce que voulait réellement Venceslas, c'était être surpris. Les hybrides avançaient toujours leur corps en signe de soumission totale pour séduire la majorité des maîtres, assez pour en lasser ce prédateur qui voyait en ces proies faciles guère plus qu'un en-cas qu'il dévorerait en moins d'une seconde. Il écrasa son cigare sur le bord de la cage, la chaleur cendre incandescente allant s'unir au froid mordant du fer de la cage, tel un corps vigoureux et chaleureux étreint à la fin la froide mort, se réchauffant vainement sous une couette de terre, même au contact multiple des asticots. Il fit signe à l'un des vendeur pour qu'il vienne ouvrir la cage. Il ne pouvait nier que cette hybride l'avait laissé perplexe, ne pouvant espérer en ces lieux un tel monument d'innocence. Elle se présentait comme un antagoniste de l'humain. L'humain dangereux à la violence bestiale et à l'instinct aussi acéré que ces crocs taillés s'opposait à l'animal candide et doux, maniant la conversation comme toute personne douée de sympathie et de respect. C'est en cela, que Kimina l'intéressait, d'avantage que sa virginité qu'il briserait à coup sûr. Venceslas attendit que l'un des vendeurs vint ouvrir la cage de l'hybride, observant le moindre de ces gestes, prêt à éliminer le gérant s'il se montrait brusque envers son achat potentiel.

Cependant ta langue bien pendue pourrait me divertir un peu, on dit que rire procure la santé, je pourrais bien te trouver une utilité.

Il mentait bien évidemment, se complaisant tout aussi bien au silence mortuaire régnant dans sa résidence éloignée de tout bourg habité. Mais il n'avait pas besoin de lui donner d'avantage de raisons, pouvant risquer qu'elle en éprouve une fierté trop grande qui s’insupporterait. En réalité, c'était son habilité du discours qui pourrait lui servir. Outre le rôle de la boniche et de la poupée gonflable, elle saurait lui servir comme diversion de choix le temps de ces opérations. Certaines cibles qui lui furent donné étaient souvent inaccessible s'il ne faisait pas un minimum de "bruit". Il pouvait compter sur la discrétion, s'il envoyait son hybride divertir les gardes ou attirer l'attention sur elle naturellement tant par sa beauté que par sa facilité de parler de tout et de n'importe quoi... le plus beau étant sa naïveté apparente. C'était en cela qu'il avait un jeu gagnant.

Bon... histoire de voir qu'on ne me ment pas sur la marchandise, vire moi ces vêtements, lève les bras et écarte légèrement les jambes.

Venceslas par cet ordre ne cherchait pas seulement à se rincer l'oeil sur une partenaire potentiel, mais voulait avant tout voir toute marque présente sur le corps: tâches de naissance apparente ou non, cicatrices éventuelles, hématome pouvant témoigner d'une résistance potentielle comme d'un traumatisme... chaque information avait son importance, et ceci, Venceslas ne le savait que trop.

[HRP: vraiment désolé du retard apparent, j'étais absorbé ce week-end par les 24h du mans (et oui, derrière l'écran, ton futur maître est passionné de sports mécaniques ._.)]
Revenir en haut Aller en bas
Kimina

avatar

Age : 25
Messages : 58
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Ven 20 Juin - 13:15

Alors que la jeune kitsune souriait d'un air amusé en agitant de nouveau la queue pour balayer le fond de sa cage, l'homme semblait en train de réfléchir. Allait-il la """tourmenter""" en restant à sa cage toute la journée ? Ou pensait-il à la délivrer pour l'amener chez elle voire lui rendre sa liberté ? Kimina n'en savait rien, la seule chose qu'il faisait sortir de sa bouche était un rire bruyant avec sa dernière question. Elle n'avait rien de criminel ni d'un génie de la ruse comme on pourrait le croire, elle montrait juste son vrai visage sans retenue, comme toujours. Pour reprendre son amusante métaphore, elle n'a jamais eu le don du sourire pokerface, ni de cacher ses intentions par d'innocentes émotions. Ce n'était pas vraiment son genre de se casser la tête pour de faux semblants aussi compliqués à voiler, quand on peut tout simplement démontrer son innocence en direct.

-Attention, votre cerveau fume, il va prendre feu si vous vous prenez trop la tête ! J'ai dix-sept ans et je sors de l'école, laissez juste votre instinct vous guider, prenez donc quelques décisions sur un coup de tête, vous n'avez qu'une seule vie, alors ne la passez pas à réfléchir !

Sur ces mots, Kimina profita qu'il écrase son cigare pour le lui chiper et le placer entre ses lèvres pour faire une imitation de Hannibal Smith avec l'expression du visage et la voix gravement aigüe qui disait "j'adore quand un plan se déroule sans accroc". Ensuite elle lui rendit son cigare en tirant la langue sur le côté en signe d'attitude coquine et enfantine, désireuse de mettre fin aux réflexions de l'homme. Visiblement il semblait insatisfait de ce qu'elle lui avait dit sur le ménage et la cuisine, pourtant tout le monde, selon elle, voudrait d'une personne qui exécute les basses besognes pendant qu'il serait devant la télé en train de se détendre devant Walker Texas Ranger. Mais cet homme pouvait très bien faire ça tout seul et cela blessait son égo qu'elle puisse prendre ainsi sa place, ce qui dérangeait un peu Kimina. Elle ne trouvait plus grand chose à proposer et elle commençait à suer en se grattant la tête pour dégotter d'autres idées rapidement avec son imagination et son improvisation.

-Mmh...eh bien si vous aimez les tâches ménagères et que vous avez peur que je rate le dîner, alors je peux très bien...

-Vous masser le dos quand vous êtes éreinté.
-Vous apporter votre courrier et mettre à la poubelle les pubs et les factures.
-Aller acheter des couques pour le petit déjeuner et vous les apporter au lit.
-Mettre vos habits dans la lessive et les apprêter pour le lendemain quand vous dormirez la nuit.
-Personnaliser votre messagerie vocale pour que les gens soient moins frustrés de ne pas réussir à vous joindre.
-Faire une super table avec des pliages de serviette pour égayer vos repas.
-Choisir le film que vous voulez regarder pour que vous ayez la suprise.


Sans le savoir, la jeune kitsune transportait l'homme dans un monde où elle serait son hybride, mais il restait encore à savoir si cela lui plairait de mettre de grain de folie dans sa vie. Il lui avait fait remarquer qu'elle était devenue plus loquace, c'est parce qu'elle se sentait bien en sa présence. En revanche elle ne trouvait pas qu'elle avait la langue trop pendue, quand elle la tirait après son imitation, chose qu'elle vérifia juste après sa phrase.

Soudain, l'individu exprima son souhait de la délivrer de la cage, faisant se lever Kimina qui s'étira un peu dans tous les sens. Ensuite il parla de voir la marchandise et lui ordonna de se dénuder et d'écarter les jambes, chose qu'elle trouvait surprenant de sa part. Elle ne pouvait pas exécuter ses ordres, son instinct féminin l'empêchait de faire ce genre de choses en public, seulement quand elle se change dans sa chambre ou quand elle se douche.


-Pardon, mais je refuse, mon amour propre me l'interdit, surtout en public et aussi vulgairement. En revanche je suppose que la maison rembourse, si le client n'est pas satisfait...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://onepieceheritage.forumactif.org
Venceslas Steamer

avatar

Messages : 92
Maître(sse) de : Kimina
Date d'inscription : 30/08/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Dim 29 Juin - 20:23

La kitsune avait saisi le cigare écrasé afin de faire une imitation d'un personnage d'une série télévisée. Cette petite illustration fit ricaner l'homme au manteau pourpre, ce genre n'allant guère avec son innocence apparente. Il s'en suivi alors une liste non exhaustive de toute les tâches qu'elle se proposerait à faire sous son toit. L'homme gardait son sourire figé et pensait bien que cette hybride avait l'intention de mettre de la vie dans un quotidien côtoyant le silence des macchabées. Devait-il s'en réjouir ou voir cette gamine comme une menace pour sa vie tranquille qu'il coulait en compagnie des arbres morts? Aucune des deux perspectives ne l'attirait. Il la voyait comme une majorité de gens voyait les hybrides: une domestique, une esclave, incapable d'avoir la moindre responsabilité et qui ferait d'avantage figure d'objet, prolongement naturel de son corps, plutôt qu'une personne à part entière... mais sur cette pensée, Venceslas ne s'arrêtait pas à là. Pourquoi étaient-ils enfermés dans des cages? Pourquoi avoir une telle règlementation sur la possession d'hybride? Il avait bien son idée sur la question, sa réponse sur un vaste mur d'affirmations se composant de deux éléments: le scrupule et la peur, l'un menant facilement à l'autre. Les humains avaient peur de se découvrir une figure de tyran avide de pouvoir, faisant alors passer les hybrides pour les nécessiteux, adoptant la stratégie du despotisme (l'hybride ayant besoin de l'humain pour vivre, ce dernier reflétant l'image d'un père ou d'une mère). Mais une autre peur s'inscrivait dans l'action humaine: la peur même de ces hybrides et des dangers de leurs capacités accrues.

Un refus de l'hybride se présenta comme réponse à l'ordre donné par le maître. Elle défendait son amour propre face à l'ordre de Venceslas, supposant quelques propositions obscènes. Le ton de sa voix n'avait guère changé et pourtant par cette simple réplique elle était parvenue à lui échauffer le sang. L'humain était naturellement instable. Cela n'avait rien d'étonnant compte tenu de son parcours tumultueux, imprégné de violence, ne trouvant le repos que dans le dernier soupir de ces victimes ou dans la friction des billets qu'il frottait entre ces doigts. La contradiction d'une de ces prérogatives était vivement déconseillée. La demoiselle s'était permises quelques libertés quant au maître potentiel qui se présentait à elle, se présentant d'emblée comme sa propriété. Vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, c'est bien un autre dicton reconnu par la plupart des hommes de mains et des autres professionnels dans le milieu de la pègre. Mais il ne pouvait se défaire de cette hybride pour une simple faute de parcours. L'idée d'avoir une domestique doublée d'une kitsune loquace, capable de divertir la foule n'était que trop intéressante, apparaissait telle une opportunité à ne pas manquer.

L'homme sourit de nouveau et s'abaissa au niveau de Kimina, approcha son visage du sien. Il retira alors ces lunettes, révélant alors ces yeux de braise et son regard sévère, pénétrant les pupilles de la demoiselle. Après avoir déposé ces lunettes dans une des poches de son manteau, il se saisi du tissu qui constituait son yukata, se saisissant précisément du col, faisant mine de redresser les pans de sa tenue.


Ton amour propre? C'est une caractéristique typiquement humaine... Libre à toi de considérer les hybrides comme égaux des humains ou pas, sa m'est égal...

Il resserra la poigne qui tenait le pan des vêtements de la jeune hybride, l'attirant brutalement vers lui. Il avait manqué de déchirer son habit, chose facile de par la constitution de son vêtement. Mais mieux que de la déshabiller, il voulait que se fut elle seule qui le fasse par pure obéissance. Car s'il devait avoir une hybride, il se devait de compter sur elle... même si cela devait passer par la domination.

Mais ne t'avise jamais de contredire un de mes ordres... ou sinon, lorsque je te renverrais dans cette animalerie, se sera en pièce détachées...

Il lâcha alors prise et se redressa, la regardant une nouvelle fois de haut, sa carrure imposante aidant à le rendre menaçant.

Je ne répèterais qu'une seule fois: vire moi ces vêtements, lève les bras et écarte légèrement les jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Kimina

avatar

Age : 25
Messages : 58
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Mar 8 Juil - 1:35

Les doigts dans ses cheveux grattaient sa surface cutanée pendant qu'une goutte de sueur perlait sur une de ses tempes. Kimina n'avait pas grande fierté à contester ainsi un ordre, mais elle n'avait pas vraiment conscience qu'elle n'appartenait plus entièrement au genre humain. Pour elle, c'était avant tout une femme qui se tenait devant l'homme en rouge, et secondairement une kitsune partielle. Baissant la tête, Kimina évitait quelque peu son regard afin de ne pas rajouter d'autre affront à ce refus. Selon lui, l'amour propre était destiné aux humains, et c'était ce qu'elle était, sinon il ne serait pas attiré. Depuis sa transformation en kitsune, elle pensait que c'était les femmes combiné à l'apparence animale qui attirait les hommes, mais visiblement lui désirait plutôt un animal. Une bête à qui il ordonnait de s'arracher les poils, vu que c'est son style vestimentaire qui fait office de couche externe de son corps. La jeune kitsune ne pouvait pas enlever ça comme un simple bracelet, sa race humaine exigeait une pudeur quelconque.

Son maitre la prit alors par le col, sans doute pour la frapper, Kimina se protégea alors passivement en fermant les yeux pour ne pas voir la douleur arriver. Elle ne savait pas si il allait la gifler pour ça ou juste la gronder, mais elle comptait bien attendre que l'orage passe sans en rajouter. La jeune kitsune ne voulait pas mettre de l'huile sur le feu, bien qu'elle ne considère pas vraiment un empoignement de col comme un énervement. Les oreilles baissées, elle laissait son maitre la sermonner sans vraiment capter ses mots, elle voulait juste s'excuser. Une fois qu'il eut relâché sa proie, Kimina se déshabilla en lui tournant le dos, et cacha ses parties intimes avec ses deux bras avant de se retourner et de regarder les pieds de son maitre.


-Pardon monsieur, je voulais pas refuser si sèchement, ne me frappez pas s'il vous plait, je ne le referai plus...

Sur le corps de la jeune kitsune, l'homme en rouge pouvait observer une absence totale de rayures de fouet, de cicatrices, ou encore de bleus. La seule note de couleur qui ornait sa peau était quelques grains de beauté dispersés ça et là sur son épiderme. Sa queue ondulait faiblement mais se parcourait de spasmes, indiquant qu'elle avait un peu de mal à contenir son inquiétude et qu'elle faisait tout pour rester calme. Il ne fallait probablement pas plus que ça pour satisfaire l'examination du maitre, ou peut-être que si. Kimina n'avait plus qu'à attendre sa réaction, si il allait la jeter, ou l'adopter.
Revenir en haut Aller en bas
http://onepieceheritage.forumactif.org
Venceslas Steamer

avatar

Messages : 92
Maître(sse) de : Kimina
Date d'inscription : 30/08/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Ven 11 Juil - 21:38

Une fois la "mise en garde" prononcée par le maître, l'hybride présenta moins d'inclination à lui manquer de respect en remettant en cause ces ordres, ces prérogatives... Il observa du même regard sévère l'hybride qui se déshabillait, détaillant le moindre geste dont elle procédait pour obéir à son ordre. Elle s'était retournée face à un mur dépourvu d'yeux avides pour commencer à se déshabiller, confirmant le principe d'amour propre, voire de pudeur, qu'elle avait utilisé pour se défaire de l'ordre de l'homme attentif. L'échine de son dos, d’abord dévoilée, était aussi pure que la peau d'un nouveau né. Il doutait que ce fut sa vue qui lui fit défaut, cependant il eu bien du mal à croire qu'une hybride n'aie aucune marque de violence apposée sur le corps. La plupart du temps, il faisait face à des hybrides maltraités, présentant de nombreuses cicatrices et blessures, tant physiques que mentales, les traumatismes n'étant pas souvent proportionnels à la trace qui était resté sur le corps de ces hybrides. Ainsi donc, cette hybride ne présentait ni traumatisme d'un régime alimentaire stricte (ou d'un manque considéré d'affect) ni blessure apparente sur sa peau. La kitsune aurait-elle été hybride depuis peu? Cette possibilité commençait à s'imposer à Venceslas comme une évidence. Alors que les fesses se découvrirent peu à peu, laissant places ensuite aux cuisses présentant un teint uni à la blancheur du corps, l'homme vêtu de pourpre achevait de songer au passé potentiel de cette hybride. Aurait-il existé un maître qui aurait prit soin d'une hybride comme d'une humaine? Comme de sa fille? Il ne pouvait nier cela, surtout si cette hypothèse était à l'origine de son engouement visible pour sortir de cette animalerie.

Alors qu'elle fut complètement nue, Kimina se retourna, non sans gêne, face au client qu'elle avait sut attirer grâce à sa naïveté apparente et à sa langue bien pendue. L'homme ne se priverait pas de lui apprendre les aspects moins merveilleux de la réalité qu'elle put se figurer ou qu'on lui avait proposé tout au long de sa vie... et cet apprentissage commençait par cette petite exhibition corporelle; la leçon qu'elle pouvait en tirer était qu'à compter de ce moment où elle avait proposé sa personne à l'homme qui s'était présenté à elle, Kimina appartenait corps et âme à ce même homme, quelques soit ces projets, sa réputation ou sa richesse. Elle était résignée, regardant les pieds de l'humain. Ce dernier approcha examinant de plus près le corps de l'hybride. Une nouvelle fois, il ne put que constater l'absence de toute trace d'hématome, de violences en tout genre. Il retira son gant droit qu'il mit dans la poche externe droite de son long manteau rouge. Il posa sa main sur son dos, la retirant peu à peu avant d'effleurer le bas de son dos du bout des doigts, observant la moindre réaction de l'épiderme. Les poils se hérissaient normalement à cette caresses. Il fit alors pencher de sa main gauche et gantée, le haut du corps de l'hybride avant de poser sa main droite au niveau du coxys de l'hybride. Il ne descella aucune malformation osseuse, aucune scoliose qui aurait put témoigner d'un effort physique intense et quotidien ou d'une mauvaise tenue. Il lui permit de se redresser. Sa main gauche vint alors saisir le poignet du bras qui cachait sa poitrine, ne lui laissant guère le choix de le dégager, sa main dégantée allant se saisir d'un de ces seins pour exercer de légères pressions, à l'un puis à l'autre: encore une fois, aucune anomalie qui aurait pu lui indiquer un problème mammaire. Il lui lâcha le bras et lui permit de recouvrir de nouveau sa poitrine. Son appendice animale postérieure répondait normalement. Il s'accroupit pour palper ces jambes, appliquer de légères pressions: il pouvait deviner au développement musculaire qu'elle n'était pas spécialement férue d'activités physiques intenses.

Venceslas finit par se relever et s'étirer, faisant craquer ces "vieilles" vertèbres. Après deux pas marqués en direction du vendeur impressionné par l'envergure du personnage, il fit retentir sa voix, mettant fin à une interrogation hantant les espoirs de l'hybrides.


Rhabille-toi Foxy! Je t'emmène avec moi.

Venceslas dépassa le gérant, se dirigeant vers le comptoir. Le gérant le suivit alors pour faire son boulot: lui faire signer toute la paperasse avant de signer le chèque qui sera troqué contre cette kitsune. Venceslas se devait de se prendre à ce petit jeu, camouflant son identité sous un sobriquet, une fausse identité qu'il avait payé une petite fortune pour échapper à une justice africaine, européenne et américaine souhaitant son élimination dans les plus brefs délais. Heureusement ces nombreux boulots lui avait permit de se faire un bon pécule pour se cacher à Gokusha, sans compter ces comptes cachés sur plusieurs banques... mais que fut l'argent à côté du vide apparent qui introduisait ces ambitions? Peut-être cette hybride pouvait elle apparaitre comme une solution dans ce cas ci. Il finit alors de signer le titre de propriété de l'hybride et tourna la tête vers son hybride.

Vient donc aux côtés de ton maître... Foxy!

Ce n'était certes pas son nom... mais il pouvait bien se le permettre. Après tout, n'est-ce pas le maître qui baptise l'animal?
Revenir en haut Aller en bas
Kimina

avatar

Age : 25
Messages : 58
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Sam 12 Juil - 20:09

La tête un peu baissée en signe de respect, ainsi que les oreilles, Kimina jeta un petit coup d'oeil vers le haut. Elle se montrait un peu surprise qu'il ne la frappe pas, la seule chose à avoir souffert fut le tissu au niveau de son col. Heureusement son yukata s'était remis en place sans se froisser, par chance, donnant à la jeune kitsune un look tout aussi soigné qu'avant. L'orage semblait s'éloigner de plus en plus entre eux deux, alors que les secondes passaient lentement. Visiblement satisfait que Kimina accède à sa demande et s'excuse avait suffi pour le calmer, ce qui ne put que la rassurer. Elle emmagasina alors autant de frustration possible dans ses poumons en une inhalation longue et silencieuse, avant de tout relâcher dans l'atmosphère par une tout aussi longue expiration.

Son maitre posa alors sa main chaude sur son dos avant de la descendre. Le regard calme et détendu, un petit sourire léger sur son visage, la jeune kitsune se laissait tâter, si c'était le souhait de son maitre. Kimina frissonnait un peu de plaisir en sentant ce petit massage improvisé et local, mais à un niveau trop bas pour être visible sur sa peau. Il abordait chaque vertèbre avec insistance, comme si il cherchait une quelconque malformation due à un mauvais traitement quotidien de son dos, ou une maladie, ou des répercutions de coups. Il devait exercer un métier proche de la kinésithérapie pour ainsi savoir y faire avec les ossements. Finalement il cachait juste bien son jeu, ce n'était pas comme si elle avait en face d'elle un tueur à gage ou un parrain de la mafia, rien de commun à Jason Statham et Al Pacino. L'homme se mit alors à examiner sa poitrine en défaisant son bras de sur elle, chose qui ne lui déplaisait pas tant que ça, c'était un peu comme chez le docteur, mais un peu plus intime que d'habitude. Kimina prenait soin de bien mettre son maitre entre elle et le côté du rayon possédant le plus grand nombre d'hybrides mâles. Elle ne tenait pas à passer pour une exhibitionniste en donnant uniquement au maitre ce qu'il voulait, à personne d'autre ou le minimum possible.

Une fois qu'il eut fini son examination, il s'approcha du comptoir en compagnie du garde, sans doute pour payer le prix de sa libération. Pendant ce temps, Kimina se rhabillait rapidement avant que le maitre qui lui servait de paravent ne disparaisse entièrement. Une fois le paiement effectué, son maitre l'appela, la faisant automatiquement venir jusqu'à lui par déduction. Le vendeur lui proposa alors une panoplie murale de colliers et laisses au prix d'un kinder bueno chacun, sans doute des accessoires d'hybrides devenus tradition dans le commerce. Kimina n'avait pas vraiment de raison de prohiber ces choses, si le collier est assorti et la laisse aussi. Après tout il fallait bien s'adapter à la mode selon ce qu'on devient, du moment que ça laisse transparaitre ce qu'elle est, le contraire d'un collier à pointes ou étrangleur comme pour les chiens recalcitrants et féroces.


-Dites monsieur, c'est quoi votre petit nom déjà ? Moi je m'appelle Kimina, vous pouvez me nommer comme ça si vous voulez un truc moins commun que Foxy. Si vous achetez un autre kitsune comme moi, ça serait pas très original de l'appeller "Foxy 2", vous trouvez pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://onepieceheritage.forumactif.org
Venceslas Steamer

avatar

Messages : 92
Maître(sse) de : Kimina
Date d'inscription : 30/08/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Lun 14 Juil - 14:19

L'humain restait dubitatif face aux accessoires que le gérant de l'animalerie lui proposait à prix fracassés. Était-ce parce qu'il avait fait montre de violence en débarquant dans cette animalerie, non loin d'abattre un hybride recherché? A cette pensée il regarda du coin de l'oeil, la cage où l'inugami qu'il avait traqué était enfermé à présent. Il ne put s’empêcher de ricaner. La vue de cet hybride le répugnait. Il ne le considérait pas comme une souillure parce qu'il fut un hybride, loin de là... il le regardait d'un regard hautain car il avait entaché l'univers où Venceslas sévissait avec une réputation digne d'un fou médiéval, tout juste bon à effrayer les incrédules et augmenter le nombre d'idées reçues. Son regard se porta de nouveau aux ensembles de colliers et de laisses aux couleurs et aux thèmes variés. Aurait-il besoin de cela? N'était-ce pas suffisant que de soumettre une hybride par ces propres mains? Fallait-il encore la sortir comme une vulgaire chienne? Elle était niaise, certes, mais fut-elle aussi stupide pour qu'il prenne les initiatives pour la sortir et sa toilette? Non, ce n'était pas un animal de compagnie qu'il avait acheté. Il n'avait pas l'intention de la laisser couler ces jours tranquillement en baillant aux corneilles. Il avait fait l'acquisition d'un serviteur qu'il se devait de former s'il voulait espérer de grands résultats. Il ne l'apprendrait pas à tirer ou à abattre un homme... pas maintenant du moins. Elle serait susceptible de le contredire une nouvelle fois en prétextant que l'éthique s'opposait à un tel acte. Autant alors se montrer patient. Mais une chose était sûre, elle devra tôt ou tard se faire à cette réalité: son nouveau maître est loin d'être une personne des plus fréquentable, ne cachant guère ces délits, et laissant un bon nombre de macchabées dans son sillage...

La voix de la kitsune le sortit de ces pensées. Sa vue , ayant fixé un point inexistant, se focalisa à nouveau sur les différents coloris des laisses, certains modèles se vantant d'être phosphorescents, de quoi exciter les grands gamins en utilisant des banalités pour essayer de se faire passer pour différent, dans l'espoir de sortir du lot. Malheureusement pour eux, au vu de sa récurrence, cette pratique en est devenue banale et cela souligna le côté ridicule de la pratique. Venceslas tourna la tête et regarda du coin de l'oeil son hybride qui l'avait rejoint et qui s'était adressée à lui. Elle se permit de lui demander son nom et se représenta dans l'espoir qu'il abandonne le sobriquet dont il l'avait affublé. Cela ne prenait pas avec l'homme au manteau rouge. Son visage fut de marbre. Il ne laissait transparaître aucun lapsus qui put trahir son état. Désappointé? Pas vraiment. Le sentiment fut d'avantage proche de la lassitude que du réel énervement... mais la transition entre ces deux états était chose aisée. Et tout affront, aussi absurde soit-il, était prétexte à un punition: sévices corporels? diminution des rations? amputation d'un membre? Il n'avait que le choix. Peut-être l'envie de sexe pourrait-il enseigner à la kitsune que la sensibilité était une chose inconnue de son nouveau maître, mélangeant douleur et plaisir dans une mélasse addictive. Mais il n'avait guère envie de la déflorer. Désir sadique? Non, il n'était juste pas friand des déflorations. Il soupira longuement, comme s'il songeait à sa réponse, bien qu'elle fut toute faite.


Tu m'appelleras maître pour le moment, je verrais si je te permettrais de m’appeler par mon prénom. Pour ton nom...

Il se retourna et se tint droit, la dépassant en taille, il savait comment avoir l'air imposant et menaçant, son image le voulait.

Qu'il te plaise ou non ça m'est égal... mais tu m'as de nouveau contredit dans mes choix.Et j'ai arraché des yeux pour moins que ça...

Bien sûr, il n'allait pas lui arracher les yeux, que ferait-il d'un serviteur handicapé... à la rigueur un oeil. Il se retourna alors vers le gérant et posa la monnaie sur le comptoir pour une laisse pourpre et un collier du même coloris. Il verrait bien ce qu'il en fera, surement pour l'humilier lorsque son hybride lui fera un nouvel affront. Les articles furent mis dans un sachet à sa demande. Il donna alors le sachet à l'hybride et franchit les portes de l'animalerie donnant sur la rue. Il s'assurait que sa nouvelle hybride la suivait bien. Il se dirigea vers son Aston Martin de 1977. Une pression d'un bouton d'une petite télécommande déverrouilla la voiture, dont les clignotant s'allumèrent brièvement avant de s'éteindre complètement. Il regarda Kimina à nouveau et désigna la porte d'un mouvement de tête.

Monte.

Le trajet allait être moins silencieux qu'à l'habitude... au moins il aura l'opportunité de découvrir de nouvelles choses à propos de son hybride.
Revenir en haut Aller en bas
Kimina

avatar

Age : 25
Messages : 58
Date d'inscription : 03/05/2013

MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   Mar 15 Juil - 1:17

Le maitre de Kimina semblait troublé par sa question, visiblement il ne voulait pas donner son vrai nom. À la place, il lui annonça qu'il voulait qu'elle le nomme normalement, "maitre", simpke appellation par défaut. En revamche pour son surnom pourri il m'avait pas du tout envie de le changer pour son vrai nom, la jeune kitsune allait devoir faire preuve de patience. Au moins elle gardait son amour propre intact pour l'ordre contesté qu'il évoquait, le reste n'allait plus tarder.

Il opta finalement pour une laisse et un collier pourpre, même couleur que son manteau à lui alors que c'était censé s'enfiler autour du cou de la kitsune et non le sien. Ensuite il paya les accessoires et se dirigea vers sa voiture. Personnellement peu intéressée par les voitures et ne connaissant pas du tout leurs marques, elle voyait en son automobile autant d'attrait qu'une Opel Corsa. Son air indifférent traduisait clairement son désintérêt total pour sa voiture...

Le trajet pouvait alors commencer, Kimina allait sans doute devoir répondre aux questions de son maitre, mais elle espérait sincèrement passer la route dans le silence. De toute façon rien ne l'obligeait à donner les bonnes réponses, juste celles qu'il veut entendre.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://onepieceheritage.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une jolie prise [PV : Venceslas Steamer]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [REQUÊTE] Connecter un HD2 sur une prise jack / autoradio pour sortie son sur HP 5008 - 3008
» Résultat de combat et prise de flan
» Une petite fleur rose au 50 mm
» [AIDE] Agenda et prise de rdv avec Androïd
» [INFO] Bricoler la prise usb du htc hd2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † La ville † :: x.Animalerie-
Sauter vers: