Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alexander Jin Grym [finie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Alexander Jin Grym [finie]   Sam 25 Mai - 21:36



Carte d'Identité


Nom et Prénom:Grym Alexander Jin
Age: 16 ans
Sexe: Garçon.
Nationalité: Japonais/ Italien.
Orientation sexuelle: Gay.
Neutre ou Sadique ? Sadique.





Caractère ;




De par sa stature, on pourrait croire qu'Alex est un adolescent affectueux et très câlin. Et bien justement, il ne faut pas se fier aux apparences. En fait Alex est très orgueilleux et aussi insupportable au possible. Déjà pour son affection aux peluches, appuyée par le fait qu'il garde toujours Mister Grey - son ourson en peluche - sur lui, le trimballant n'importe où, et comme sa veste, il est rapiécés de toutes parts, car lorsque l'adolescent est furieux, il passe ses nerfs sur lui, le déchirant sans la moindre hésitation. En effet, Alex est un garçon très susceptible et qui s'énerve facilement, d'une colère froide mais qui cache une véritable fureur et une haine sans pareille. Pour lui, tout ce qui touche de l'être humain est une race inférieure, il les exècre pour plusieurs raisons, mais notamment à cause de son passé qui sera donné dans son histoire. En effet, l'adolescent se sent très supérieur, au-dessus des hommes qu'il compte décimer, et devenir roi du futur monde. Tout ça vient du fait qu'il porte une adoration, le vrai terme d'adoration, il porte un honneur divin à Tarquin le Superbe dernier roi de Rome. Tout ça fait de lui un enfant capricieux, orgueilleux et détestable. On pourrait placer ce genre d'enfant dans la catégorie, "j'ai tous les défauts du monde", mais non; on prouve le contraire car Alex est un enfant brillantissime, même est-il un enfant surdoué, ce qui l'a poussé à croire qu'il était au-dessus de tout. Son intelligence ne s'arrête pas là, il a une mémoire infaillible et repère très rapidement le moindre détail qu'il aura mémorisé avec en plus une grande maîtrise du multilinguisme, il parle le japonais, l'anglais, l'allemand, l'espagnol, le russe, l'italien et le français couramment. C'est une sorte de don et en même temps de malédiction car sa tête est emplie de tout ce qui le rend insupportable car il veut rejeter, ayant l'impression que sa tête va imploser.

Et c'est justement ça qui prouve qu'il s'agit d'une carapace qui l'entoure pour ne pas montrer l'enfant faible et blessé qu'il est, il a seulement besoin d'affection. C'est le pourquoi du comment des peluches qu'il confectionne et détruit en même temps. Mais il préfère largement les donner aux gens qu'il considère comme ayant un intérêt et qui se rapporte généralement à ce qu'ils aiment. Comme quoi Alex n'est pas un simple enfant à l'égo surdimmensionné, il fait aussi attention aux autres, se sentant incroyablement seul.



Physique ;

De longues mèches qui vont entre le violet et le mauve cernent son visage fin et blanc. Un visage doux d'enfant prématuré. Dans la continuité de ses cheveux qui partent en d'infinis rebiquements. La couleur d'améthyste de ses cheveux est combattue par la profondeur de ses yeux aubrun, tantôt bordeau, tantôt mauve, tout dépend de la luminosité. Son visage pâle est illuminé par ces deux seules couleurs, sinon, il est d'une blancheur sans pareille, que nous pouvons presque croire qu'il est mort. Cette pâleur est accentuée en plus par les marques bleuâtres qui se forment facilement sur sa peau lorsqu'il se prend un coup ou à cause du froid. Ajoutant à ça une apparente fragilité très poussée par son visage très féminisé; partant d'un front plat et dissimulé derrière ses mèches claires et foncées en même temps, qui continuent en cachant la moitié des ses yeux en amandes, qui brillent telles des pupilles de chat dans le noir, puis en descendant à la pointe de ses cheveux nous atteignons un nez fin et légèrement pointu, entouré par deux pommettes blanches bien que parfois un peu rosées lors d'efforts, et ainsi nous terminons à ses lèvres charnues et coraillées, ajoutant à nouveau un peu de couleur sur ce visage blanc et au-dessus d'un menton tout aussi pâle. Cette apparente fragilité et à nouveau renforcée par un corps fin et petit en même temps, chétif en soit. Il balance son corps sur deux jambes droites et longilignes, apportant un soutien évident au reste de son corps. Puis lorsque ses jambes galbées tombent au sol, nous faisons face à un petit ventre plat, où ressort un bassin évident, dessiné finement prenant plus d'ampleur que ses abdominaux invisibles. Souvent des frissons parcourent son torse où se dressent deux boules de chairs roses et nous terminons notre parcours sur ses longs bras d'enfant, tout aussi blancs que le reste de son corps, quand on oublie toutes les marques bleues ou les cicatrices de scarifications.

Et le parcours se termine dans sa totalité où dans son dos marqué de violents coups et de cicatrices, il se forme un tatouage clair qui marque un ourson en peluche.

Passons à présent à ses habits, il porte en général, quelque chose qui recouvre la totalité de son corps, marquant sa haine par le violet en portant généralement que ça. Sa veste violette, recouverte de tissus roses en est la preuve, car comme l'ourson qu'il garde partout, il s'agit d'une véritable loque de tissus, remantelée de partout. Après, il porte généralement, des pantalons un peu large et très foncés pour contraster avec sa peau blanche.



Histoire ;

Le ciel semblait peser lourd, sa couleur était d'un gris froid, tout était comme figé. Dans cette atmosphère presque morbide, une pluie torrentielle s'y déversa avec violence, martelant lourdement sur les toits métalliques. Alors que tout semblait désertique, mort ou bien des choses, un cri retentit, un cri terrible, un cri grinçant, un cri d'angoisse, un cri effroyable, un cri d'agonie... Il ne semblait jamais s'arrêter, être encore et toujours plus terrible.

Lorsque nous nous y rapprochions, nous pouvions apercevoir l'horreur, la décadence, l'humiliation. La pire chose qui pouvais exister pour un être humain...

Revenons quelques années en arrière pour comprendre ce qu'il s'est passé.
C'était lors d'un long mois de Mars dans un coin reculé de Rome, la neige n'avait pas encore fondu, mais le soleil était tout de même éclatant. Tout allait pour le mieux dans la maternité où une mère au doux visage d'ange tenait dans ses bras un petit nourrisson, et un sourire fier ornait son visage. Elle semblait plus qu'heureuse. La jeune femme avait posé une main sur le crâne nu de l'enfant tandis qu'elle le caressait tendrement.Le nouveau né gazouillait gaiement dans les bras de sa mère, pas un pleur, ni même un cri.
Lorsque la jeune femme avait perdu les eaux prématurément, elle s'était mise à paniquer car l'enfant et elle-même y risquaient leur vie, mais au final tout s'était très bien déroulé.
C'est alors que précipitamment - brutalement aussi - une porte sur un homme d'une vingtaine d'années, le souffle court et ses cheveux mauves en batailles par une course précipitée. Il avisa un instant le nouveau né et sa mère. Un large sourire étira ses lèvres. Même si ses traits étaient tirés par la fatigue, l'homme semblait heureux comme pas deux, trépignant sur place avant de venir devant l'enfant.
"C'est un garçon !" S'écria-t-il fou de joie, attrapant les mains de sa femme qui acquiesça tendrement, venant embrasser son mari du bout des lèvres. Ce dernier y répondit avec plaisir, avant de prendre l'enfant dans ses bras en le regardant comme un vieux gâteux.
"Alors mon bonhomme ! Comment allons-nous t'appeler ?"
La jeune femme intervint à ce moment précis, levant son indexe fin en l'air.
"J'ai pensé à Jin pour ma part !"
L'homme acquiesça en rendant l'enfant à sa mère qui commença automatiquement à téter.
"J'aime beaucoup !" Annonça-t-il en les regardant avec amour. "Bienvenue dans la famille Jin Grym."

Et c'est ainsi que débuta la vie de Jin. Cependant, ce que tous ignoraient, était que ce garçon allait connaître une tragique destiné.

C'était un premier anniversaire, le garçon avait à peine un an et ses gazouillements de bébé s'étaient transformés en paroles nettes et claires, et tandis qu'il soufflait sa première bougie, un large sourire étira ses petites lèvres.
"Merci papa ! Merci maman !"
Les deux parents furent très fiers de leur enfant.

La vie continua, et cet enfant à l'intelligence surprenante grandissait très rapidement. Ses raisonnements étaient souvent impressionnants et bien plus réfléchis que beaucoup de gens, il s'agissait vraiment d'un garçon pas très ordinaire.

Jin était un garçon très souriant, et il respirait la joie de vivre de. Il avait aussi quoi rendre ses parents encore plus fiers. Il avait aussi développé une fascination pour les peluches qui deviendra bientôt sa plus grande passion et certainement l'un de ses rares intérêts.

Arriva alors le plus grand bouleversement de sa vie, il n'avait alors que treize ans. Et ainsi il avait décidé d'en connaître plus sur sa ville natale, partant discrètement un soir. Il fut émerveillé par la beauté des bâtiments qui étaient éclairés par les seuls rayons de la lune, cette dernière pataugeait dans le grand ciel étoilé marqué par une immense nébuleuse violacée. Le jeune adolescent semblait perdu dans le magnifique spectacle qui se présentait à lui.
Lorsque d'un coup violent, il fut tiré en arrière, tombant dans l'inconscience. La dernière chose qu'il aperçut fut le nom de Tarquin Le Superbe, gravé sur le socle d'une statue dont il ne vit pas le visage.

Le réveil, le lendemain matin fut loin d'être doux. Déjà, il avait un mal de tête effroyable, quelque chose de mauvais augure, JAMAIS Jin n'avait eu mal à la tête. Ensuite, il avait une entrave sur ses poignets et ses chevilles, donc il était incapable de faire le moindre mouvement, là, il paniquait vraiment, mais ce qui le terrorisa d'autant plus fut le morceau de ruban adhésif qui lui empêchait la parole. Il tenta vainement de se rassurer en disant qu'il s'agissait certainement d'une mauvaise blague, mais l'adolescent ne savait que trop bien qu'il se trompait. Il voulut refermer les yeux, mais quelqu'un lui tira violemment les cheveux à ce moment. Jin eut alors un couinement de douleur, regardant son agresseur en paniquant, ayant vraiment, mais alors vraiment peur de ce que cet homme lui inspirait avec son sourire sadique et pervers. A ce moment, le jeune garçon déglutit difficilement, la respiration tremblante et les yeux qui commençaient à s'embuer par les larmes; pas la peine d'être un génie pour comprendre toutes les horreurs futures à suivre. Son corps se recouvra de frissons de terreur lorsqu'il vit l'homme sortir une lame tranchante qui luisait sous la lumière blafarde de ce qui semblait être une cave. L'homme eut un regard fou qui s'allia à un sourire effrayant se rapprochant dangereusement de l'enfant, lui retirant le ruban adhésif de ses lèvres gonflées.
"Bienvenue dans la tourmente et l'enfer, je vais te souiller des pieds à la tête petit ange."
Et c'est ainsi que débuta la véritable histoire de Jin qui connaîtra supplice, désespoir et folie.

Nous revenons donc au début de l'histoire, où des cris déchirants crevaient la bulle de silence.

Jin était recroquevillé dans sa prison des larmes dévalant ses joues, se balançant dans un rythme régulier, les yeux écarquilles, à l'aguet du moindre bruit essayant de savoir quand sa torture recommencerait. Et à nouveau comme depuis à nouveau trois mois, le garçon se retrouva attaché contre le mur. Le regardant terrifié, tremblant de tout son corps. Ce visage gras et absolument hideux.
"Mon petit ange déchu, tu sais ce qu'il te reste à faire, n'est-ce pas ?"
Jin acquiesça ayant trop peur de souffrir, de ce fait l'homme le détacha et profita de son corps candide encore et encore, le faisant crier, supplier et tant d'autres horreurs.
Lorsque l'adolescent se réveilla, il portait sur lui des guenilles qui cachaient à peine sa nudité. Il se sentait sale, il se sentait incapable, il se sentait abandonné. Seul dans cette horrible impasse. Même les rats étaient plus chanceux que lui, Jin les trouvait propres et purs à côté de sa personne. Et tandis qu'il se balançait d'avant en arrière, il se demanda pourquoi c'était lui qui se retrouvait dans cette situation. Son corps avait été souillé, pas que par cet homme évidemment... Il y en avait eu bien d'autres qui avaient profité de son corps chétif. Il était comme Lucrèce qui avait été violée par Tarquin, un horrible viol collectif. Tarquin... Tarquinus Superbus était un roi... Le dernier roi de Rome. Tarquin avait ce droit sur les gens, un homme au grand orgueil. C'est pour cela qu'il s'est montré à Jin avant que l'adolescent ne se fasse enlever, c'était une prévention... Il voulait lui faire comprendre que s'il ne se montrait pas plus fort mentalement, il ne deviendrait pas son successeur et il ne deviendrait pas le futur roi du monde. Les yeux du garçon s'écarquillèrent, laissant y voir une puissante lueur de folie, un sourire cruel sur le visage.
"Oui... Murmura l'adolescent en une succession de balancements réguliers. Mais oui ! Exactement !"
Il se releva maladroitement à cause de la douleur qu'avaient provoqué ses longs jours de torture. Jin déchira violemment la tête de son ours en peluche qui s'écrasa mollement au sol, puis en ne marchant toujours pas très droit, il cogna de ses deux poings la porte en hurlant, le regard toujours empli d'une folie pure.
"OUI ! TU ENTENDS !? JE SERAI LE FUTUR ROI DU MONDE ET J’ANÉANTIRAI LA RACE HUMAINES !"
Un rire effroyable s'éleva, résonnant dans la minuscule prison où il était enfermé, et il s'effondra au sol, rejoignant sa pauvre peluche déchiquetée. Il la ramassa avec tendresse sans quitter son sourire fou, puis il caressa son museau déchiré où pendait une mousse déjà noircie par l'humidité.
"Et tu m'aideras, hein Mr Grey ? Hein ? Tu n'abandonneras jamais ma royale personne, n'est-ce pas ?"
Voyant que sa peluche ne lui répondait pas, il s'énerva en la balançant contre le mur en hurlant à nouveau.
"RÉPONDS-MOI ! DIS-MOI QUE TU NE ME LAISSERAS JAMAIS TOMBER ! PELUCHE DE MALHEUR !"
Puis il se radoucit presque aussi rapidement.
"Mais oui..."
Il le ramassa à nouveau pour le câliner.
"Je t'ai détruits le museau... Tu ne peux pas me répondre, n'est-ce pas ? Bien sûr, suis-je bête ? Tu aimerais que je te soigne, hein ?"
Le regard de l'adolescent s'arrêta sur un rat qui traversa la salle en courant, Jin fut tout aussi rapide et la fourchette qui lui servait pour ses repas se planta vivement dans le crâne de l'animal qui se brisa dans un craquement écoeurant. Le rongeur n'eut pas le temps de couiner ou même de souffrir, qu'il pendait déjà le long du couvert ensanglanté. D'un geste habile et souple, il sortir sa trousse de couture qu'il sortit de sa poche intérieure qui avait été fort heureusement introuvée par son tortionnaire, ses ciseaux volèrent et éventrèrent la pauvre créature dont les boyaux s'écrasèrent au sol dans un bruit visqueux. Le garçon arracha tout l'intérieur de la loque sanglante qu'était devenu l'animal, ne restant plus que la peau qu'il fit sécher en l'épinglant sur le mur. Durant ce temps, personne n'était entré dans la cave puante et crasseuse laissant une semaine de répit pour le gamin qui dorlotait son ourson défiguré. Lorsqu'enfin la peau fut sèche, il recousut le museau de son ami.
"Voilà ! Tu es comme neuf ! Et grâce à Tarquin dont je suis le descendant direct, je deviendrai le roi du futur monde ! Nous détruirons cette race pourrie qu'est l'humain; Tu me suivras partout, nous devons trouver mes sujets !"
A peine ses mots avaient été prononcés que la porte s'ouvrit avec fracas sur l'immonde créature humaine au sourire pervers.
"Alors mon petit ange souillé... que vais-je te faire à présent ?"
Jin recula en voyant les cordes que l'homme tenait dans ses mains, sauf que ce dernier glissa sur les boyaux de l'animal précédemment éventré. L'horrible masse s'effondra au sol dans un bruit brut, s'emmêlant dans la corde, l'homme essaya tant bien que mal de se relever, effort en vain car il retomba aussitôt. L'adolescent réagit au quart de tour, prenant sa chaîne d'attache pour le frapper en plein visage. L'homme hurla de douleur, tenant son nez ensanglanté.
"Sale petite pute ! Tu vas payer !"
Mais à nouveay, il n'eut pas le temps de se relever qu'un pied s'abattit sur son visage.
"Ferme-la humain ! Respecte ma grandeur !"
Sonné, le tortionnaire ne vit pas la chaise s'abattre sur son dos, l'assomant brutalement.
Pendant ce temps, Jin ne perdit pas une seconde pour l'attacher prenant soin de bien lier ses poignets. Puis il trouva à sa ceinture les clés pour libérer ses quatre membres devenus engourdis par la lourdeur de ses entraves. Ainsi il attendit patiemment le réveil de son tortionnaire, voyant le temps qu'il y mettait Jin partit explorer la maison vide et trouva un bac à glaçons qu'il balança dans un grand sceau d'eau froide, celle-ci mit peu de temps à devenir glaciale et ainsi il arriva devant l'ordure humaine. Il lui envoya le sceau de glaçons en pleine poire, ce qui le réveilla dans un nouveau hurlement de douleur provoqué par la brûlure gelée de l'eau. Comprenant qu'il avait été piégé, l'homme gigota dans tous les sens mais ses entraves étaient bien trop serrées pour qu'il puisse se libérer. Jin était assis, en face de lui, les jambes croisées, son attitude faisant penser à celle d'un prince, un sourire arrogant accroché à ses lèvres.
"Q-que... ?"
L'homme dut se taire en apercevant le regard haineux de l'adolescent.
"Ne t'adresse pas comme celà face à ton futur roi ! Hurla le garçon en le faisant sursauter. Maintenant tu vas savoir ce que ça fait de se retrouver démuni face à plus fort que soi !
-Alors comme ça, le petit ange déchu se révolte, comme c'est mi..."
À nouveau sa phrase fut coupée par un couteau qui se planta brutalement entre ses jambes, tenu par le garçon au regard fou.
"Ferme ta sale bouche de goret car vois-tu, il me suffit de remonter cette lame et tu perds ce qui t'a servi à me souiller comme tu le disais si bien."
La lame partit violemment effleurant le pantalon, coupant le jean. Jin se releva en faisant tourner le couteau entre ses doigts, l'air presque joyeux.
"Je suis loin d'être un ange, je les hais pour tout te dire ! Je les hais tout autant que vous ! Ils sont pitoyablement soumis face à leur Dieu dit tout puissant... C'est vraiment écoeurant de se montrer aussi dévoué à un être jamais vu. De toute manière vous êtes tous pitoyables et écoeurant ! Vous n'êtes qu'une race inférieure aux capacités intellectuelles restreintes. Et à cause de votre infériorité, vous devez tous..." Il se tourna, le couteau vola. "Mourir !" et se planta dans l'épaule de l'homme - coup de chance - qui beugla de douleur. Un ricanement sordide se répercuta contre les murs tandis que la lame se libéra de sa prison de chair.
"Alors ? Qu'est-ce que ça fait de changer de rôle ? C'est douloureux ? HEIN !?"
Il le gifla de sa petite main chétive, avant qu'une succession de coups ne s'abattent sur lui avec brutalité, alternant avec coupures et coups. Des supplications volèrent, tandis que le garçon s'amuser à la torture, le faisant crier de douleur. Jin haletait, ses mois d'emprisonnement où il avait accumulé une frustration et une haine sans pareille se libérait enfin.
"Parce que moi... Lorsque je suppliais, t'arrêtais-tu ? Non, tu continuais parce que ça t'amenait à l'extase de me voir souffrir. Alors maintenant tu vas payer."
D'un mouvement vif, il attrapa un rat qui passait sur son chemin, couinant mécontent de son sort. Et tandis qu'il allait mordre, le couteau lui fendit l'abdomen, le rongeur mourut sur le champ dans comprendre ce qui venait de se passer.
"Tu vois cette pauvre bestiole ? Eh bien tous les êtres humains qui seront contre ma volonté finiront ainsi !"
Jin explosa de rire, un rire malsain et machiavélique.
"Plus jamais tu ne te servirai de ça !" S'écria-t-il en coupant l'organe reproducteur de son tortionnaire qui poussa un hurlement d'agonie.
"Et en silence !"
Il enfonça le rat mort et tous ses boyaux pendants dans sa bouche, l'étouffant.
"Bonne lente mort, ronronna l'adolescent. Tu ne seras plus lorsque je deviendrai roi."
Et il s'enfuit, s'envolant dans les ruelles noires de l'Italie, retrouvant enfin le bonheur de la liberté. Il retourna devant le grand Colisée de Rome où il s'effondra, sombrant dans l'inconscience après avoir murmuré.
"Merci Tarquin..."
Jin se réveilla trois jours plus tard dans un hôpital où la lumière blanche lui grilla les rétines. Il releva la tête un peu perdu quand soudain trois infirmiers se penchèrent sur lui l'assommant de questions sur son identité. Traumatisé, Jin hurla qu'on le laisse tranquille avant d'entendre une voix le rependre, l'empêchant de pleurer et retrouvant son masque de froideur, son expression changeant en tout et pour tout, un air arrogant, hautain, supérieur. Sa voix fut traînante, alors qu'il releva la tête, ses cheveux volant autour de sa tête.
"Alexander, je suis votre futur roi alors débarrassez le plancher ou je vous ferai tous tuer bande d'humains !"

Quelques jours plus tard tandis que Jin nouvellement prénommé Alex menait sa tyrannie devant ces infirmiers trop bêtes pour rester en vie, la jeune mère se précipita dans la chambre en larmes.
"JIN ! Mon poussin ! Où étais-tu... ? Nous t'avons cherché pendant des mois durant... En vain..."
Alex la repoussa brutalement avec un rire haineux, ce qui surpris bien les deux parents.
"Pseudo amour maternel ? Pitoyable ! Sachez chère mère que j'ai été violé et torturé à maintes reprises, attaché tel un vulgaire chien attendant désespérément que l'on vienne me sauver... Mais rien ! J'étais livré à moi-même ! Et j'étais sous cette identité... Jin Grym... 'Hideux' m'a-t-il annoncé impitoyablement... Il a décidé que je m'appelerai Alexander Jin Grym, plus distingué selon lui pour un futur roi."
Alex emmêlait ses parents, bien que lui comprenait le fond de sa pensée, ce n'était pas le cas de sa mère qui tenta de suivre tant bien que mal.
"Pardon mon coeur, mais je ne saisis pas très bien."
Ainsi débuta un long débat Alex essayant de convaincre ses parents de son futur règne, mais aucun d'eux ne le prit au sérieux, ce qui eut le don de franchement agacé l'adolescent.
À la fin, cela se finit par un bain de sang, le regard furieux et fou en même temps, Alex avait terminé par assassiner ses propres parents qui allaient à l'encontre de ses idées, riant à gorge déployée des larmes coulant le long de ses joues. Le double meurtre fut découvert le lendemain, d'abord ils crurent bon d'envoyer l'adolescent en prison pour mineur, mais des médecins découvrirent un traumatisme chez l'enfant l'entraînant dans un asile psychiatrique, le corps enfermé dans une camisole.
Ce ne fut que deux ans plaqua tard, pour bonne conduite et des suivis en thérapie que l'adolescent sortit de cet asile avant d'être envoyé dans une famille d'accueil japonaise. Seulement le comportement de l'adolescent était si terrible qu'il fut envoyé en pensionnat évitant ainsi tout nouveau problème avec lui.

Ainsi se termine l'histoire tragique d'un enfant traumatisé, Alex pourra désormais en écrire une nouvelle à partir de maintenant.



Hors RPG;
As-tu signé la charte du règlement ? Yep.
Comment as-tu connu le forum ? Très très très ancien membre... o_o
Autre chose ? Oui, je RP sur mobile, je galère mais je m'en sors.


Codage par Lokita sur LG'
Revenir en haut Aller en bas
Eva
{ Eat shit & Die. ♥ ~
avatar

Age : 28
Messages : 41
Maître(sse) de : Tu n'supporterais pas cette idée.
Date d'inscription : 10/05/2013

MessageSujet: Re: Alexander Jin Grym [finie]   Dim 26 Mai - 1:11

    Et bien, Ô Grand Roi, re-bienvenue parmis nous ! ♥

    J'ai tout simplement adoré lire ta fiche et j'avoue que j'ai hâte de voir ce petit Grym en action ! Il est si touchant et détestable à la fois. Un sadique de plus dans la bande ne fera pas de mal, je suppose. ~

    Te voilà donc validé, amuse-toi bien à tout torturer, fou furieux. ~

____________



Spoiler:
 

Merci Aya & Jealousy. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
 
Alexander Jin Grym [finie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexander Ponomarchuk
» Alexander McCall Smith
» Comment savoir quand que la pipe est finie?
» Alexander mcqueen et kate
» Alexander Mc Queen est mort:R.I.P

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - Fiches finies-
Sauter vers: