Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hibiki Kirisugu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Hibiki Kirisugu   Jeu 15 Aoû - 22:07


Carte d'Identité



Nom et Prénom: Kirisugu Hibiki
Age: 18 ans
Sexe: Masculin
Nationalité: Japonais
Orientation sexuelle: Indécis
Docile ou Rebelle ? Docile





Un cœur froid comme l'hiver. ;

D'aspect premier, Hibiki semble particulièrement froid et renfermé abordant une apparence aussi dure que sérieuse lorsqu'on le rencontre au grès de ses errances. Un sourire se dessine sur ces lèvres, on le croirait presque amical mais détrompez vous. Hibiki est un jeune homme qui ne s'attache pas si facilement aux gens. C'est une personne très calme et équilibré malgrè ce qu'il a vu et vécut. Itegami est une personne très têtue, ne laissant personne détériorer ou critiquer ses idées. C'est une des seules choses qui peut le mettre hors de lui. Bien sûr, il peut se rendre compte de ses erreurs, mais n'en fera pas part ouvertement.
Ses choix pourront en déstabiliser certains voire même les insupporter mais il fera toujours ce qu'il pense être le mieux. C'est une personne intelligente et capable d'une grande logique. Le jeune homme est franc et se trouve être quelqu'un de très terre à terre, excepté lorsqu'il s'agit de ses sentiments. Il est également loyal, n'hésitant pas a tenir une promesse, même après la mort de la personne à qui il l'a faite.
Il méprise la lâcheté et la fourberie, faisant preuve d'un grand sens de l'honneur, il n'hésitera pas à se mettre en travers d'une quelconque dispute ou bagarre, surtout si celle-ci n'aurait pas du s'engager ou tout simplement afin d'aider quelqu'un en danger. Il est prêt à tous les sacrifices pour arriver à ses objectifs.  



Un esprit sain dans un bovin. ;

Hibiki possède des cheveux blancs. Il les portent mi-long, avec une frange cachant un de ses yeux ainsi que ses tatouages. Ceux-ci forment plusieurs cercles rouges, superposés de deux points bleus foncés au niveau du front et de traits fins écarlates soulignant ses yeux. Il possède deux cornes bleu foncé, que l'on pourrait presque comparé au ciel nocturne.
Le jeune homme possèdent des yeux bleus sans nul autres pareils, qui ferait frémir le premier venu, ce qui est, d'ailleurs le cas. Intense et froid comme la glace, tout le monde pourrait se noyer dans la mélancolie de son regard. Bleu comme les fonds marins, ses yeux ne peuvent masquer la face cachée de l'iceberg au reste de l'océan.
Ses bras sont fins sans être qualifiés de maigres, ils sont élancés et légèrement musclés. Des mains sveltes viennent compléter ce tableau. Rares sont les personnes qui ont pu les toucher, certes, mais ceux qui ont eu ce privilège ont sans doute le souvenir de deux mains d'Homme rassurantes et douces. Sa poigne n'en est pas moins convaincante lorsqu'il le souhaite. Hibiki est quelqu'un qui fait ressentir ce qu'il désire ou ce qu'il pense par des mouvements et des gestes gracieux. En descendant plus bas, vous remarquerez que ses jambes sont remarquablement ciselées.
L'homme est d'une très grande beauté, ce qui force le compliment.
Sa silhouette est assez élancée, sa musculature est bien dessinée sans pour autant être trop prononcée, il en semble presque faible, mais c'est tout le contraire. Toutes ces années qu'il a vécut ont été mise à profit, si bien qu'il en est devenu plus fort et plus agile. Il mesure un mètre quatre-vingt pour soixante quinze kilogrammes.
Cela peut paraître étrange, mais sa démarche le rend assez mystérieux : il semble flotter dans les airs, comme un spectre, tout en étant gracieux.
Hibiki est extravagant. En effet, ses effets personnels ne sont pas adapté selon les saison à part celle enneigée. Son coup est enveloppé par une longue écharpe en soie ocre. Il enfile une veste de kimono pourpre fermée par une ceinture de soie écarlate. Par dessus cette veste, il enfile un long manteau blanc bordé de fourrures d'une blancheur immaculé. Des motifs écarlates et blancs dansent le long de ce vêtement. Des mains quant à elles sont protégées par des gantelets en plaques, contrastant avec sa tenue déjà étrange. En descendant plus bas, l'on remarquera que le jeune hybride porte un épais pantalon noir ainsi que de hautes bottes en cuir marron attachées par des rubans noir.



Une vie contrastée. ;

Le passé d'Hibikii est on ne peut plus flou. Il ne s’y attarde jamais, n’en parle pas. A tel point que l’on en vient à se demander s'il en a eut un... Mais comme tout être humain il en possède un, de passé. Mais pourquoi ne jamais en discuter? Peut être parce qu’il est bien trop obscur, bien trop douloureux. Qui sait? En fait c’est bien plus simple que cela. Le jeune homme trouve que cela n’a aucune intérêt. Bien qu’il y aurait matière à discuter sur le sujet, voir même ce passé si mystérieux expliquerait bien des choses. Où est il né? Qui sont ses parents? A-t-il des frères ou des soeurs? Mais à vrai dire, lui même n’en sait strictement rien. Il a été abandonné très jeune... Mais ne vous apitoyez pas trop sur son sort, lui même ne le fait pas. La loi du plus fort, c’est très tôt qu’il a apprit à jouer à ce jeu. Et très vite, Hibiki s’est rendu compte que le plus fort justement, c’était lui.

Son enfance, que dire sur cette période de sa vie... Pour lui, pas de grande fête, de soirée au coin du feu et d’amour transi de parents affectueux. Il ne sait pas ce que le mot famille, lien du sang veulent dire. C’est un concept obscur qu’il n’essaye même pas de comprendre. Lui, il a vécut les premières années de sa vie dans un orphelinat minable. La seule chose qui lui reste c'est son nom, Hibiki Kiritsugu... Mais franchement, il se serait appelé autrement cela reviendrait au même pour lui. Le plus jeune des enfants recueillit dans l’orphelinat mais pas le plus sage. Dès son plus jeune âge, Hibiki jouait déjà les héros. Protéger les autres était comme vital pour lui. Naturellement, ce ne fut pas sans heurt. Qu’importe, une blessure de plus ou de moins du moment qu’il devienne plus fort. Oui encore et toujours plus fort, non il serait plus juste de dire le plus fort. C’est une obsession qui naquit en lui depuis le début ou presque. Les autres pensionnaires de l’orphelinat, il prit très tôt à coeur de les protéger.  A peine quelques années passées et Hibiki commençait tout doucement à s’ennuyer dans son univers clos qu’était l’orphelinat. Voir plus grand et plus loin...

Tout changea lors de ses treize ans, il se réveilla dans une pièce totalement étrangère. La pièce était vaste et entièrement blanche, un long miroir longeait un des murs (sûrement une fenêtre dissimulée) et une seule issue. Il était vêtu d'une chemise longue et d'autres enfants se retrouvaient aussi ici. Certains pleuraient, d'autres étaient tellement angoissés qu'ils se souillaient, d'autres riaient en toute ignorance. Certain ne l'entendait pas de cette façon, se précipitant contre un des gardes qui surveillaient les lieux. Était-il inconscient du danger ou aveugle? Il était seul et désarmé et eux armés de fusils d'assaut et de pistolets. Le garde empoignait à présent son arme comme Hibiki l'avait ressenti, mais il frappa le jeune garçon d'un coup de crosse dans l'estomac avant de l'immobiliser en écrasant son visage à l'aide de sa botte. Le garçon n'allait pas le laisser faire sans réagir. Il se rapprochait lentement de la scène et se planta à côté du garde, regardant le garçon allongé au sol. Le garde tourna sa tête vers lui et se mit à grogner.
«Un problème gringalet? C'est ton copain et tu veux l'aider, c'est ça? Allez, du vent.»
Hibiki fixa à tour de rôle le garçon puis le garde, un grand sourire aux lèvres, fixant à présent ses yeux dans ceux du garde.
«Déjà mon problème est plus qu'évident, et il y en a même deux. Déjà on aimerait tous avoir des explications sur ce que l'on fait ici, et ensuite vous faites parti de mes problèmes, surtout lorsque vous piétinez la dignité et le visage d'un enfant. Donc soit vous dégagez votre jambe de là, soit je fais en sorte que ce soit vous qui léchiez le sol.»
Le garde le regarda froidement puis se mit subitement à rire.
«Tu penses me faire peur et pouvoir me faire tomber avec ton minuscule mètre soixante et tes cinquante kilos tout mouillé? Allez va faire musette plus loin.»
«Vous l'aurez voulu.»
Il se mit en face de lui puis frappa violemment la rotule droite du garde qui se brisa dans un craquement sec, puis il s'effondra en hurlant de douleur, libérant son supplicié de son joug. Hibiki tendit une main secourable au gamin qui l'accepta. Une fois debout il se dirigea vers le garde puis lui mit un violent coup de pied dans son entrejambe.
«Ça t'apprendra à me piétiner pauvre con. Maintenant tu risque pas d'avoir une quelconque descendance. Bye.»
Après cela, d'autres gardes immobilisèrent les deux enfants et les firent sortirent de la salle. Où les emmenaient-ils ? Aucun enfant dans la salle ne le surent. Ils furent séparés et enfermés, Hibiki vit ses "kidnappeurs" refermer la porte derrière eux et rire d'un air entendu. Ils le jetèrent à terre et le rouèrent de coups. Une fois leur "invité bien détendu", ils l'attachèrent à un lit et quittèrent la cellule. Les scientifiques ne s'alarmèrent pas de l'état dans lequel ils trouvèrent le jeune homme. Après tout, qui s’inquiéterait de l'état d'un animal ? Une fois la batterie de tests effectuée, ils déplacèrent le lit d'Hibiki et l'emmenèrent en salle d'opération. Son cauchemar venait de commencer.
Un monde tout à fait étrange s'ouvrait devant ses yeux. De nombreux instruments vrombissaient, les scientifiques s'activaient à l'arrivée de leur victime. Une autre chose capta l'attention du jeune garçon, un bœuf blanc paîtrait dans un enclos bizarre. Tout s'enchaîna rapidement, on plaça un inhalateur sur son visage et le sommeil le gagna. Sa conscience était endormie mais son corps ressenti l'opération tout le long. La douleur était intense, son corps convulsait et se tendait, les muscles étaient sur le point de se rompre. Son crâne lui donnait l'impression qu'il était sur le point d'exploser. Ce ballet dura de nombreuses heures avant que le concert métallique et électrique se calme.
L'opération avait été un succès. Il se réveilla deux jours plus tard, tout son corps endolori et il faisait noir. Il grimaça lorsqu'il leva son bras et défit les bandages qui enserraient sa tête. Sa main buta contre un objet dur et froid, en passant sa senestre le long il remarqua qu'il débutait sur sa tempe et se prolongeait jusqu'à se terminer en pointe. Une corne... Pris de sueur froide il constata que cette dernière avait une voisine sur l'autre tempe. Il n'était plus humain. Donc la présence du bovidé était évidente désormais. Il se leva en puisant dans ses maigres forces, se dirigeant vers le miroir qui se situait à l'opposé de son lit. Ce qu'il vit l'interloqua, en plus des cornes d'un bleu prononcé, sa chevelure était altérée de façon déconcertante. Ses cheveux s'étaient allongés et avaient blanchis. Il ne se reconnaissait plus. Et chose plus étrange, divers tatouages rouges et noirs étaient gravés sur son visage.
Deux jours plus tard allait commencer un ballet des plus étranges. Un scientifique se rendit au chevet d'Hibiki. Il le regarda dédaigneusement avant de le questionner.
«Comment t'appelle-tu Hybride ?»
Le jeune homme le regarda sans sourciller et lui répondit avec franchise. La réponse déplut au chercheur et projeta son poing au visage de l'hybride qui  l'envoya contre le mur. Hibiki ne comprenait pas, il n'avait pourtant pas menti sur son identité. Le scientifique réitéra sa question et frappa l'hybride à chaque fois, mécontent de la réponse. Ce manège dura deux heures et le résultat n'était pas à la hauteur des espérances du chercheur. Il quitta la pièce sans demander son reste. Le lendemain la question était remise sur le tapis. Durant deux années complètes, Hibiki persévéra à répondre à cette question avec le même entêtement, mais la lassitude commençait à se faire ressentir. Il savait depuis longtemps où le chercheur voulait en venir. Il devait renoncer à son identité.  Après tout, il n'était plus un homme, mais une bête. Le scientifique rentra et se tenait au seuil de la porte, sa patience s'était effritée et il semblait déterminé à laisser crever ce cobaye qui n'en faisait qu'à sa tête.
«Je te laisse une dernière chance Hybride. Si tu veux rester enfermé à tout jamais, continue sur cette voie.* Soupir * Comment t'appelle-tu Hybride ?»
Le jeune homme serra rageusement ses poings et les dents en signe de frustration. Il était acculé sans aucune chance d'échappatoire que celle offerte par l'adversaire avec lequel il avait jouté durant ces deux années... Il avait perdu la partie.
« Hibi... Je ne suis personne. Voilà  je l'ai dit, heureux ?»
L'homme en blouse blanche s'approcha de l'hybride et tapota doucement sa tête.
«Bien, demain tu iras à l'Animalerie.»

Ce fut la dernière fois qu'il vit cet homme. La nuit fût longue, le sommeil se refusant au jeune hybride. C'est donc dans un piteux état qu'il retrouva l'air libre pendant un laps de temps infime mais tellement bénéfique. Le souffle du vent sur sa peau ainsi que la chaleur  et la luminosité du soleil requinqua légèrement Hibiki. Le chemin l'amenant à l'Animalerie lui parut court, trop court. Le gérant jugea d'un regard peu am鈩e son nouveau produit. Après d’âpres discussions qui tournaient autour de l'hybride et de divers autres rapports concernant la boutique, Hibiki fût emmené vers sa nouvelle demeure. Finalement il avait troqué une cage pour une autre.
Cela faisait déjà trois ans qu'il était à l'Animalerie...  



Hors RPG;
As-tu signé la charte du règlement ? Oui.
Comment as-tu connu le forum ? Google est ton ami.
Autre chose ? Rien à signaler.


Codage par Lokita sur LG'
Revenir en haut Aller en bas
Mao
Empereur à plein temps ♥
avatar

Age : 97
Messages : 123
Maître(sse) de : L'UNIVERS !
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: Hibiki Kirisugu   Ven 16 Aoû - 15:12



    Eh bien, bienvenue à toi, Itegami ! ♥

    Je n'ai rien à redire sur ta fiche, elle est tout à fait parfaite et de toute façon, j'aime beaucoup trop l'avatar pour te refuser la validation. ~ Surtout que tu vas te faire adopter d'ici quelques instants.

    Un autre docile qui part chez les humains, mais ainsi soit-il, te voilà validé beau Hibiki. ♥

____________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Hibiki Kirisugu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» KAMEN RIDER HIBIKI - HIBIKI, HIBIKI KURENAI & HOSOKA SHIGEKI ( PBM-003 004 & 005 )
» Hibiki :3
» Anniversaire de Lucy!
» Les épisodes
» La grande bataille de Fairy tail!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - Fiches finies-
Sauter vers: