Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Alexandre Grey

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Alexandre Grey Empty
MessageSujet: Alexandre Grey   Alexandre Grey EmptyDim 1 Sep - 22:54

Alexandre Charles Grey
Les grandes douleurs sont muettes.
Identity Card
Nom ▬ Qu'est-ce que le nom de Earl Grey vous invoque-t-il ? Un thé sortit de la maison Twinning, bien que les rumeurs susurre le nom de celle de Jacksons of Piccadilly, ces deux maisons s’enrôlant alors dans une méprisable rivalité par la faute de mon ancêtre. Il est également correct de citer mes ancêtres dont Charles Grey 1er du nom, premier comte Grey qui de plus est et dont les légendes s’égarent quant à la vérité de son voyage diplomatique en Chine, même voyage où mon aïeul serait revenu les bras chargé de thé noir faisant alors la renommée parmi tous bons salons britanniques se respectant. Un fruité breuvage fondant sur la chair, infusant les papilles et embaumant l’œsophage d'un fumet divin. En fin amateur de ce nectar, je ne puis m’autoriser ni à faire commerce de ce thé vu que je ne suis que la cadet de la famille Grey ni à investir mes économies dans un autre que celui portant mon nom. En effet, je me présente sous l’intitulé du comte de Grey, c’était néanmoins une époque à ce jour révolue, je suis officieusement Le Duc de Grey. Que de mondanités dans ce statut, cela en serait presque plaisant.

Prénom ▬ Il va de soi que le prénom construit l’identité de l’individu s’intitulant et c’est avec orgueil qu’il prône lors des premières discussions. Cependant, nombreux sont ceux ayant la fâcheuse manie de m’interpeller par mon nom et non pas mon prénom et ce malgré qu’il n’est qu’un seul Duc de Grey et Sieur Grey dans la dynastie prospérant à mes côtés. De ce jouissant de cette appellation se compte sur une main, mon géniteur, l’enfant aîné de la famille du renom de Charles et moi-même Alexandre. Charles Alexandre en toute franchise, mon frère étant alors Alexandre Charles, Tweedledee et Tweedledum. Soyons assidus, ni moi ni mon aîné apprécions nos noms que cela de la phonétique, de l’origine et quand bien même de ces mêmes gourmettes. C’est en toute candeur et bêtise que l’un et l’autre l’avons troqué contre des goûts nous étant d’autant plus plaisant, je ne me leurre et cache de rien lorsque je clame mon chauvinisme François à haute voix –et ce bien que possédant la double nationalité anglaise-. Et vice versa envers celui qui se fait appeler aujourd’hui Charles Grey, vous comprenez que j’avais un besoin de me construire une identité loin d’une figure déjà existante.

Surnom ▬ Malheureux, ne t’avise jamais à me donner le moindre sobriquet. Outre le domaine professionnel où Alexandre porte l’écho de « Dompteur écarlate », nul ne s’amuse avec ces bêtises. L’origine de ceci ? Bourreau est une corvée où les cœurs tendres sont croqués tout cru, on leur donne une main pour mieux se faire dévorer le bras, pour ma part, ni compassion ni complaisance argumente mes coups et c’est par conséquent que mon labeur porte ses fruits sans quoi ce n’est qu’une violence gratuite, n’est-il pas ? Il y a bien un fauve en  particulier dont j’ai eu la charge, et dont je compte la retrouver, qui m’a offert tout un éventail de surnoms dérisoires comme « L’Humain ». S’il y a le fauve, il est tout naturel qu’il ait comme compagnie un humain et qui de plus est un dompteur.  En outre, ceux donner par le cœur de proches n’ont plus lieu depuis je ne sais combien. Mis à part un frère et une belle-sœur, la dynastie des Grey s’est appauvrie et quand bien même, je suis en froid avec mon aîné, une affaire bien bête toutefois j’imagine que l’on connait ses rivalités fraternelles qui opposent deux frères en charge d’une société familiale et dont le cadet n’hérite de rien. C’est ainsi, dans mes élans de jeunesses, ma rancœur fut sans nom. La fougue n’est plus, et quel regret.

Âge ▬ Et dire que je me souviens de ces nuits somnolant dans le berceau familiale où se sont endormis mes aïeux et qui a son tour porta mes songes confondus avec une coutume placide. Loin de posséder une mémoire eidétique, la nostalgie aux brins mélancoliques m’assaille lorsque qu’une claire ébauche du passé et du présent de trace dans mon esprit ; J’ai tout à envier au passé, comme pour beaucoup me diriez-vous. Quoi qu’il en soit, la maturité m’a touché de sa grâce et tua toute la fougue de ma jeunesse, à moins que cela soit de la part d’une profonde acédie. Cadet de la famille Grey et donc par défaut d’avoir naquit quelques ans après la naissance de mon frère, le mot souffre-douleur s’ancra dans mon patronyme. Charles n’a de vergogne à martyriser plus faibles que lui, c’est une échelle auquel je réponds avec plaisir dès lors. Il n’empêche que je suis envieux. Il se dérobe au bonheur alors qu’il se présente à son seuil ; L’Amour réciproque d’une femme, l’Argent à ne plus savoir qu’en faire d’un commerce productif, la Chance lui souriant hypocritement depuis et sans nul doute que ceci sera en héritage du ou de la futur(e) qui m’interpellera par « Oncle Alexandre ». Abrégeons. Lorsque j’ai foulé la terre asiatique pour une première fois, je n’avais qu’à peine la vingtaine et j’ai reporté de cette escale qu’un profond remord. Aujourd’hui, les ans ont fait que je suis âgé de vingt-trois ans. Mon cadet me surmontant de trois ans de plus, or je ne me préoccupe que de peu de ses états d’âme lorsqu’il geint être vieux.

Date de naissance ▬ Pardonnez-moi mais ceci dérive dans l'absurde, ce jour n’a été célébré que longtemps dans le passé et c’est par conséquent que je n’ai pas à le communiquer puisqu’il ne sera festoyé dans l’avenir.  Quel intérêt il y a-t-il à faire d’une naissance un jour de fête ? L’expansion d’une dynastie ? Je crains que ce ne soit un mobile suffisant pour en faire une fête. De nos jours, ce n’est que pour faire bonne récolte de dons et présents, c’est tout à ce que je sache. Aurais-je été traumatisé pour avoir une telle haine ? Pas le moins du monde, je n’apprécie point ledit charme des soirées. Ma naissance est un jour ordinaire. Outre cela, ma carte d’identité, mon passeport, mon dossier médical, indiquent fièrement le Dix Octobre comme ce jour funeste.


Sexe ▬ Je suis conscient d’une allure quelque peu androgyne or, ceci ne serait-il pas TROP poussé comme question ? Simple rhétorique. EVIDEMMENT. Certes, ma plastique n’est en rien aussi trapue qu’un bûcheron et d’autres bestiaux de cette espèce il n’empêche que j’en demeure pas pour le moins un éphèbe, certes à l’aspect efféminé mais si l’on me blâme pour être soigneux, où va donc le monde.  Bien qu’heureux possesseur d’une toison vierge s’achevant en partie aux omoplates, et ponctuée de quelques tresses artisanales, je suis de ceux qui font parti du sexe fort. Sexiste ? Non, seulement irrité par ces questions déplacées que l’on peut juger existentielles alors qu’un coup d’œil serait d’autant plus révélateur que des babillages. Il est vrai que l’on se méfie des apparences, notamment quant aux Européens, quelle navrante mentalité que celle Japonaise. En effet, je ne les porte pas dans mon cœur et c’est tout à fait justifié.

Orientation sexuelle ▬ La plus redoutable de toute cette succession désobligeante de questions n’ayant de mérite à la clef. Si l’envie vous prend d’en savoir autant sur moi, j’esquisse alors un rictus pour mieux vous congédier sur le champ. Allons, quel diable vous murmure-t-il de telles bassesses ? Le plaisir de la chair me répugne au plus haut point, je me doute bien que ce sont de ces paroles que l’on juge d’un homme puceau ou non, or c’est ainsi. Je compte mourir beau garçon, c’était à s’y attendre n’est-il pas ?  Je me dispense de la suite concernant le  dominant et dominé, et toutes autres interrogations ne pouvant espérer la moindre réponse de ma part,  c’est tout un outrage que de se jouer de mon identité sexuelle. Mon identité première ne franchissant les limites des extravagances de la vie, elle clôt une coutume se maintenant à dompter ces bêtes ne se résignant à leurs déplorables conditions. C’est un devoir de mémoire que de remémorer à ces fauves ce qui fait d’eux des créatures et nous des humains. Les pulsions.  Meurtrières, de luxure, …  un homme perd si facilement son statut. C’est pourquoi que me dire asexuel conserve alors le peu qui fait encore de moi un humain.

Nationalité ▬ Mes aïeules ont longuement prospéré sur les terres saintes britanniques, un sol fertile où la dynastie Grey a su s’étendre jusqu’à être aujourd’hui le précurseur d’une industrie de thé mondiale. En conséquence, l’Angleterre m’a vu naître comme il a vu périr mes ancêtres. Ce dégout de ma patrie vint bien plus tard, altérant alors les gaies souvenirs dont j’avais su récupérer un à un de ce passé n’étant plus. J’ignore si c’est de l’Angleterre ou de la France qui fut la contrée de mon berceau, toutes deux m’étaient chéries et avec le temps, la France l’emporte haut la main ma préférence. Elle est ma patrie, ainsi que celle de ma mère dont j’ignore tout. Autant ai-je questionné mon géniteur sur nos origines, en compagnie de mon frère, autant nous a-t-il rétorqués d’une gifle que l’on n’avait à le savoir. Anglais, Français, me retraite de quelques ans s’est engagée en la terre de la Bastille, à la fois en quête de repos et également de ce qui est ma génitrice j’ose espérer. L’enquête s’avéra maigre. Qu’importe, cette rubrique s’achèvera là.

Statut ▬ Né comte britannique, par la nouvelle alliance de mon père –et accessoirement de mon frère s’étant entiché d’une de la même maison-, mon titre s’éleva au rang de Duc. Sur le sol Nippon, les trempes Orientales ne sont de la moindre qualité. Je n’en suis qu’un humble dompteur fortuné semblant troquer de son temps –et de son argent- contre quelques divertissements tel qu’offrir rédemption à ces bêtes de foire. Hélas pour vous, ce ne sont des prestations ouvertes au public au vu du réel danger qu’aspirent ses créatures ; Elles n’ont rien de bêtes dociles et doucereuses dessinées par de mauvais artistes des rues mais bel et bien des bestiaux féroces. Avec mes économies s’érigea alors le centre de domptage tenu par mes soins à la capitale où furent créées de telles abominations. Un hybride ne né pas, un hybride est créé. La naissance laisse supposer qu’elles ont été désirées par la nature, alors que ce ne sont que le résultat des erreurs humaines.  Du sadisme ? Si cela explique mon comportement, alors oui je suis sadique, j’offre gratuitement mes services puisse-t-il que leur souffrance soit à l’égal de la mienne …Je leur ressemble de trop. Je ne suis pas né, on m’a créé.


Une imposante effronterie
On me dit imbu de ma personne,  il serait si fourbe de démentir cela. Le temps fait oublier les douleurs, éteint les vengeances, apaise la colère et étouffe la haine ; alors le passé est comme s'il n'eût jamais existé. Je refuse ceci.

Revenir en haut Aller en bas
 
Alexandre Grey
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Bouret, Alexandre] Sweet enemies
» DIR EN GREY
» alexandre dimitroff
» Basic grey!!!
» Grey's anatomy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - Fiches finies-
Sauter vers: