Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 /yolande

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: /yolande   Ven 18 Oct - 17:32


L’IDENTITÉ.





NOM&PRÉNOM - Yolande Malenit !
ÂGE - 18 aaans !
SEXE - ............ Jamais. BLONDE INSIDE ? NOOO. ♥
NATIONALITÉ - Française !
ORIENTATION&SEXUELLE - Essaie de faire ça avec une handicapée. ♥
NEUTRES&SADIQUE - Gentiiille, voyooons.



BEHIND THE SCENE.
As-tu signé la charte du règlement - Oopsy Daisy.
Comment as-tu connu le forum - J'ai cherché dans mon sac magique.
Autre chose - Un coca svp o/




LE TEMPS.



FIRST CHAPTER.


Quand tu es en proie à la dévastation,
Il n'y a qu'une seule explication :
Tu es la création d'un fabricant de jouets
Piégée à l'intérieur d'une boule de cristal !

Et celle-ci s'incline toujours de façon
A ce que nous sachions que nous devons être résiliants...
On ne va pas les laisser détruire notre esprit,
Temps qu'on chante notre chanson idiote !

Quand j'étais une petite pouliche,
Un incendie galopant a ravagé mon village,
Donc ils m'ont foutue à l'orphelinat,
En disant "écartez ces branches si vous voulez y aller" !
Donc j'ai creusé un millier de trous,
Et j'ai coupé un tapis avec des orphelins !
Maintenant les souvenirs sont flous,
Et les visages assombris, mais je connais encore cette chanson !

Lorsque tu as bousillé tes bracelets,
Et que tes proches ont été mutilés,
Ecoute le doux cliquetis
De mon tambourin de gitane !

Parce que ses sons sont hypnotisants,
Et le monde entier s'harmonise,
Donc, jeune enfant, arrête tes pleurs,
Et viens chanter avec moi !

Quand j'étais une petite pouliche,
Un incendie galopant a ravagé mon village,
Donc ils m'ont foutue à l'orphelinat,
En disant "écartez ces branches si vous voulez y aller" !
Donc j'ai creusé un millier de trous,
Et j'ai coupé un tapis avec des orphelins !
Maintenant les souvenirs sont flous,
Et les visages assombris, mais je connais encore cette chanson !


Lorsque tu as bousillé tes bracelets,
Et que tes proches ont été mutilés,
Ecoute le doux cliquetis
De mon tambourin de gitane !

Parce que ses sons sont hypnotisants,
Et le monde entier s'harmonise,
Donc, jeune enfant, arrête tes pleurs,
Et viens chanter avec moi !

Lorsque tu as bousillé tes bracelets,
Et que tes proches ont été mutilés,
Ecoute le doux cliquetis
De mon tambourin de gitane !

Parce que ses sons sont hypnotisants,
Et le monde entier s'harmonise,
Donc, jeune enfant, arrête tes pleurs,
Et viens chanter avec moi !

I. Pour sûr, la rose n'a pas eu une vie magnifique au-delà de ses huit ans. Tout d'abord, c'était un bambin. De grands yeux bleus observant tout ce monde autour d'elle, pas une seule larme, mais déjà un gros sourire sur ses belles petites lèvres sur sa belle petite bouille toute ronde et toute mignonne. Avec des cheveux roses, totalement bouclés. Cependant, même si les cheveux roses naturels n'existaient pas en France, elle a eu une enfance normale, joyeuse, magique. Entre ses deux parents, son demi-frère aîné, ses quelques amis et ses multiples copains - et même un amoureux, pendant quelques mois, ayant été dans divers parcs d'attraction et fêtes foraines à tous les coins du pays, ayant même pu goûter aux pizzas gigantesques d'Italie, aux nouilles chinoises et aux plats épicés du Mexique ! C'était magnifique, elle n'avait rien à reprocher à personne dans son monde joyeux et rose. Son frère, il était normal, oui. Ses parents aussi. Tout le monde était normal. Personne n'avait de cheveux roses, sauf elle, mais tout allait bien. Les gens étaient gentils, dans ce tout petit village situé près de la frontière de l'Allemagne, où elle a grandit durant sa tendre et douce enfance, bercée par Disney Un petit village tout tranquille, où personne ne se faisait de soucis, où tout était calme, où rien n'était prévu en cas d'accident. Car il n'y avait jamais d'accident. C'était calme, très calme, trop calme, complètement calme, désespérément calme, abusément calme.

II. Et là, le feu ravagea tout. Absolument tout. Plus d'enfants, plus de parents, plus de magasins, plus de maisons, plus de jardins, plus de parc, plus d'école, plus d'arbres, de panneaux, plus rien d'autre que des cendres, des blessés, et surtout des morts, brûlés vifs, succombant au feu, à la panique, aux poutres ou à la douleur. La rose, elle, elle a fait partie des blessés. Une poutre lui est tombé sur les jambes. Muscles ? Ah, ben elle les sent plus depuis. Elle ne sent plus rien en-dessous des genoux. Elle préfère ne pas parler de ça, elle trouve ça triste. Depuis, elle a peur du feu. C'est une horreur, une frayeur, une véritable pyrophobie. Du coup, la gamine, après l'hôpital, on l'a foutue à l'orphelinat. Parents ? Ben, morts. Frère ? Aussi. Copines ? Aussi. Tout le monde, presque. L'orphelinat, il tombait presque en ruine. Ils avaient à peine assez d'argent pour nourrir tous les gosses. Mais Yolande, elle, elle était condamnée à rester à l'étage presque tout le temps. Il n'y avait que des escaliers. Donc, elle se renferma sur elle-même. Pour se faire accepter, elle a fait des conneries. Des conneries qui ont encore plus endommagé l'orphelinat. Ce qui servait de jardin n'était désormais plus qu'une immense taupière. Et c'est bien ainsi qu'elle se fit accepter. En faisant des bêtises. Bien évidemment, des sanctions suivaient : reboucher les trous qu'elle avait creusé dans le "jardin", réparer des murs, des sols ou des plafonds tombants, déblayer l'allée menant au grand portail... Son handicap n'était pris en compte que pour les moqueries. Tout comme ses cheveux roses. Cheveux, qui, d'ailleurs, ont été lissés. Le visage autrefois joyeux, le regard pétillant de la petite fille s'étaient changés pour un air blasé, et un regard vide. Elle voyait, mais elle ne regardait plus. Plus rien n'intéressait Yolande.



LAST CHAPTER.

I. Pendant huit ans, cette situation dura et ne changea pas. Tout ce qui changeait, c'était l'apparence des jeunes orphelins. Leurs corps grandissaient, leur regard se faisait froid, leurs traits se firent durs, et malgré les années passant, leur comportement n'évolua qu'en pire. C'en fut de même pour la petite rose, qui, avec ses cernes, son teint pâle et son regard terni, n'avait plus aucune hésitation à lui rendre les coups qu'on lui donnait. Aussi bien moralement, physiquement ou verbalement. Et toujours, les punitions sévissaient. Cette situation semblait destinée à ne jamais s'arrêter. Les yeux bleus de la jeune adolescente se posaient avec mépris sur absolument tout ce et tous ceux qui l'entouraient. Elle détestait cet endroit pour mille et une raisons.

Codage par Lokita sur LG'
Revenir en haut Aller en bas
 
/yolande
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yolande Folliot
» Yolande MUKAGASANA (Rwanda)
» Un petit mot pour Yolande
» Romans Cinématiques ( Bonne Presse )
» les Deschiens // Les ptits monstres ....// la mouette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - Fiches finies-
Sauter vers: