Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Axel Valentin Blackwell

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Axel Valentin Blackwell   Jeu 7 Nov - 19:00




AXEL VALENTIN BLACKWELL




Informations


» Surnoms ; Ax' pour la plupart des gens, et Val' pour Keylian. Probablement pour m'faire chier à la base, mais avec le temps, c'est resté.
» Sexe ; J'suis un mec, plutôt facile à voir, non ?
» Âge ; Dix-neuf piges.
» Date de naissance ; 26/08/94.
» Orientation sexuelle ; Homosexuel. J'ai... quand même un peu de mal avec cela donc...
» Nationalité ; 100% British.
» Race ; Ara macao. Ouais, l'gros perroquet multicolore qui pourrait rivaliser avec le drapeau de la fierté gay.
» Groupe ; Rebelle. Tu m'vois vraiment chez les dociles ? Parce que voyons, j'suis sûr que tu voudrais m'entendre dire Yes, master. Triste pour toi, ça arrivera probablement jamais, j'suis mon seul maître.

H E I D E N

» Avez-vous signé la Charte ? ; Yup.
» Comment avez-vous trouvé le forum ? ; Faut dire merci à Keylian ~
» Avatar ; Rocky/Johnny Mackenzie d'Adori.


I'm a nightmare, a disaster. That's what they always said. I'm a lost cause, not a hero, but I'll make it on my own. I'm gonna prove them wrong.


A P P E A R A N C E


J'dois vraiment me lancer là-dedans ? Vous êtes pas capable de simplement regarder ce qui s'trouve en face de vous ? Non ? Fait chier... Bon. De quoi dois-je me qualifier ? Laideron ou canon ? J'pense que c'est pas mal à vous d'en juger même si bon, à mes yeux à moi, j'me catégoriserais de pas mal. Et surtout de coloré.

Je dois mesurer quoi... un mètre soixante-quinze ? En Angleterre j'faisais partie de ceux qui avaient une taille moyenne alors qu'ici... je dirais que j'suis grand... Ça fait drôle d'observer le monde de haut. Enfin, vous comprenez quoi... Au niveau du poids... Avant, j'aurais oscillé dans le soixante-cinq kilogrammes. Maintenant c'est plus cinquante-six. Pourquoi ? Mes os sont devenus poreux et légers, donc plus fragiles... ouais, pour faire court, je suis plus fragile qu'autrefois et j'ai plus de chance de me casser l'bras ou la jambe, ou peu importe. Aussi, j'vais finir par me remplumer -ah ah, le jeu de mot-, là je reprends tout juste du poil de la bête. Outre cela... umh, j'suis pas très bâti disons, j'ai quand même retrouvé une certaine musculature sans posséder celle que j'avais y'a pas si longtemps que ça... J'arrête de m'apitoyer sur mon sort, j'suis en vie et c'est tout ce qui compte, non ? Bref, j'ai l'teint plutôt clair, sans être blanc comme un drap. C'est triste, peu importe le temps que je passe au soleil, ma peau ne bronze pas, elle rougit. Et j'me tape ces coups de soleil à la con... Quoi ? J'm'égare ? Pardon. Sinon... Ba, j'ai des cicatrices qui traînent un peu partout sur mon corps. Bagarres, maladresses ou bien résultats de test, les joies de la vie j'vous dis. Celles que l'on remarque le plus facilement, ce sont celles qui parsèment mon visage. Trois sur la joue gauche, et trois autres partant de l'arcade sourcilière gauche pour se termine en dessous de l'oeil droit. J'ai eu la chance de ne pas finir borgne... Elles ne sont plus aussi visibles qu'avant, mais elles sont plus claires que mon teint.

J'crois que l'on a suffisamment passé de temps à examiner mon corps, même si j'aurais pu en dire vachement plus. Au tour de ma tête je suppose ? Au moins j'ai plus à parler des balafres qui y trône. Umh... Ma bouche ? Pas grand-chose à dire sinon que j'embrasse divinement bien ! Ah ? Pas le sujet pour ça ? Oh zut. Bon, mis à part ça, elle me sert à parler, à sourire, à envoyer chier. Comment ça, ça va dans ''parler'' ? Tu m'laisse m'présenter merde ! Voilà. Plus sérieusement, j'ai des lèvres fines, elles sont pas pleines, ou pulpeuses. J'ai pas une gueule de fille donc. Et c'est très bien comme ça. J'ai un nez, ouais ça vous étonne hein ? Il est... d'une banalité effrayante. Légèrement pointu. Normal. C'est inintéressant, je sais. Mes yeux maintenant. C'est déjà plus captivant. Je suis l'heureux propriétaire d'iris bleu clair, de la même couleur que le ciel. Et c'est, soit dit en passant, l'une des choses que j'aime le plus chez moi. Leur coloration en fait baver plus d'un et je crois bien qu'elle est unique, ou presque. La seule personne que j'ai vu, possédant approximativement la même, c'est mon meilleur ami. Sinon... Eumh, mes cheveux ? Coupés court et teint en rouge à l'arrière et en dégradé vers l'avant avec ma couleur naturelle, le noir. J'ai tendance à relever les mèches de devant car elles me retombent dans la figure sinon. Quelques unes résistent au gel mais bon, là je peux rien y faire.

Et pour conclure en beauté... Quelque chose dont je ne devrais pas être fier, mais qui est malgré tout... beau ? J'ai eu le malheur de servir de cobaye ouais, mais de tout ça, j'en ai retiré quelque chose. Des ailes. Les choses qui font, physiquement parlant, la différence entre ce que j'étais et qui je suis maintenant. Prenant naissance au niveau de mes omoplates, elles se colorent intégralement de rouge sur la face intérieure alors que de l'autre côté, elles sont jaunes avec une touche de vert à leurs extrémités et les pennes (Les plus longues plumes quoi.) sont d'un bleu foncé. Lorsqu'elles sont complètement ouvertes, elles doivent faire une envergure de ___ mètres. C'est plutôt encombrant pour se déplacer mais bon... du coup je préfère les hauteurs ou les endroits plus reculés pour voler en toute liberté. Enfin, malgré l'histoire qui me les vaut, elles font partie intégrante de moi désormais.



P S Y C H O L O G Y



Quoi ? J'dois faire ça maintenant ? Vous avez pas réussis à m'cerner encore ? Roh putain... Bon, préparez vous, là j'suis sérieusement emmerdé.

Je ne suis pas calme. Je n'arrive pas à rester immobile plus de deux secondes. Je n'aime pas rien faire, tout simplement. Oui, ça fait chier les gens mais je m'en branle, si je veux me dégourdir les jambes, j'vais le faire. Avec leur accord ou non. Par contre, si la situation est sérieuse, je suis capable de rester assis sur mon cul sans gigoter, car ouais j'ai de la décence mine de rien. Ah aussi, dois-je vraiment préciser que c'est seulement lorsque j'ai l'énergie pour le faire ? Sinon je suis un gros tas informe de chair et de plumes enroulé dans des couvertures qui grogne et qui ronfle. Ouais, c'mignon comme tout je sais.

Je ne suis pas toujours un bout-en-train. J'suis un être humain - ou presque, j'ai moi aussi des passes plus difficiles à surmonter mais moi, plutôt que de m’apitoyer sur mon sort (Non, le physique c'était juste de la rigolade, j'parle de quelqu'un qui hurle que sa vie est merdique, que son existence entière est une erreur.) Nan, moi je dissimule ça derrière des sourires. J'me cache derrière une bonne humeur feinte. Y'a bien juste l'sac à main en écailles qui arrive à voir à travers tout ça.

J'me fâche plutôt facilement. J'ai aussi tendance à être violent envers moi-même quand je suis irrité. Par exemple, je serre les dents jusqu'à ce que l'autre personne les entendent grincer ou je m'enfonce les ongles dans la paume de la main quand j'ai les poings fermés. C'est d'ailleurs pas la peine de m'demander ce qu'il y a, j'suis plus très... apte à discuter. Je hurle plutôt. Ou j'injurie. Pour être absolument sûr de me faire monter sur mes grands chevaux, voici la formule magique : vous m'faites profondément chier - et pas rien qu'un peu, sinon je suis juste agacé, vous insultez ceux qui me tiennent à coeur ou... vous dîtes que la musique c'est nul. Là, là... vous êtes sûr de vous ramassez avec quelques dents en moins. Ok, moi j'aurai probablement le bras cassé mais j'espère franchement que vous allez souffrir.

J'vous ai seulement exposé les mauvais côtés de la médaille... On va faire le contraire maintenant.

J'ai dis que j'étais pas toujours heureux, c'est vrai mais quand j'le suis... c'est dur de faire disparaître le sourire qui est scotché à mon visage. Qu'il soit amusé ou juste attendri, il est impossible de l'faire dégager. À moins d'utiliser cette chère formule magique... Quelques trucs simples pour me redonner le moral quand je vais mal : suffisamment me connaître pour trouver les mots justes mais ce n'est pas à la portée de tout le monde, un simple câlin - j'suis pas fort sur les contacts physiques mais bon, dans ces cas-là ça fait toujours du bien, me donner un putain de fruit - j'emmerde profondément ce côté du piaf avec lequel j'ai été mixé, ou encore... juste pour me faire plaisir, lisser les plumes de mes ailes. Ouais, j'm'y rend pas et ça m'démange.

J'aime être avec les autres. Les seules fois où je m'isole, c'est pour voler. Petit plaisir personnel que j'ai pas envie de partager faut croire. J'suis quelqu'un de social, j'aime converser avec les gens. Je parle de tout et de rien, je fais des blagues vraiment horribles. Vous étonnez pas, j'ai un humour de merde dont je suis le seul à rire. J'ai jamais trouvé personne capable de rigoler avec moi, c'est triste hein ? Bref, j'aime être avec quelqu'un et j'exècre profondément la solitude. Ça me fait peur. Je ne veux plus être seul. Car je ne veux pas vivre le même enfer une seconde fois... Avoir pour seule compagnie mes angoisses et mes peurs... Oui... vous avez raison, je devais être plus léger.

Umh... De quoi pourrais-je parler maintenant... erf... Je vis ma vie au jour le jour, sans me soucier du lendemain ? J'aime pas trop m'attarder sur des détails futiles. J'suis un bouffon. J'aime manger des trucs sucrés - et naturels... mon organisme ne supporte plus très bien les sucres artificiels... JE N'AI PLUS DROIT AU CHOCOLAT VOUS VOUS EN RENDEZ COMPTE !? J'aime dormir, un peu trop... mais bon, j'adore être au chaud dans mes couvertures... et en parlant de chaleur,  quand je prend ma douche je suis limite en train de m'ébouillanter. Elle monte vite la facture d'eau chaude. Oups.

Ah... Aussi, juste parce que c'est vous hein...

Je ne suis pas à l'aise avec mon orientation. J'ai beau blaguer là-dessus, ça me fait peur d'être jugé à cause de cela. Le regard que la société porte sur les homosexuels me ronge et... ça me fait paniquer. Je n'aime pas quand un mec s'approche trop de moi, même si c'est pour rigoler. J'ai... Je vais arrêter là...




S T O R Y



Mon histoire ... ? Vraiment ? Bon...

Je suis né à Londres, le vingt-six août en quatre-vingt-quatorze, au St Thomas' Hospital. J'ai vécu en Angleterre jusqu'à mes trois ans avant que mes parents décident d'aller vivre aux États-Unis. Donc ouais, n'espérez pas grand chose concernant ma vie en Europe pendant cette période, la seule chose que je peux dire, c'est que j'étais un morveux bavant et gazouillant - et un autre jeu de mots, qui avait une montagne de jouets et qui a eu une cuillère d'argent dans la bouche. J'viens d'une famille de riche ouais, mais là je suis pauvre, faudrait que j'parle à p'pa pour me renflouer un peu... mais c'est pas le temps pour ça.

Mon père, qui avait un contrat dans une boîte, n'était pas trop présent à la maison. Revenant le soir pour roupiller... J'ai passé plus de temps avec ma mère, qui elle aussi travaillant dans l'domaine de la musique. Enfin, elle, elle était professeur de piano... donc j'ai fini par éprouver un certain intérêt pour cette branche artistique. Mais tout ça c'est pas intéressant, la vie à la maison était vachement ennuyeuse quand je n'avais pas les doigts sur le piano. J'faisais juste aller à l'école... Oh ! Je vais préciser maintenant, j'allais dans une école publique ouais, mes parents... enfin ma mère surtout, voulait que je côtoie les gens ... normaux ? Même chose pour la maison, j'ai pas vécu dans une baraque qui ressemble plus à un château mais dans une petite demeure. mais là n'est pas le sujet, j'préfère parler de quelque chose qui a vraiment marqué ma vie.

C'était quand j'étais au primaire, en sixième année (Je ne sais pas quel est l'équivalent européen, j'utilise le système scolaire américain et canadien dans mon histoire.). Nous devions faire un projet en musique, il me semble que c'était composé une mélodie en douze temps... À la base, je devais me mettre avec un pote mais j'ai remarqué qu'il était tout seul. Encore. Ce n'était pas la première fois, mais là... je me sentais mal de le laisser. Il vivait dans mon quartier et il était toujours isolé, personne n'allait lui parler... J'ai dis à mon ami de se trouver un autre partenaire et j'ai été lui demander s'il voulait se mettre en équipe avec moi. Il m'avait regardé, avait haussé les épaules. Pour ma part, j'lui ai adressé un sourire avant d'aller donner nos noms au prof. C'est comme ça que ça a débuté avec Keylian. Car j'avais sans doute eu plus d'humanité que toutes les personnes d'cette putain de classe.

La plupart de mes amis ont fini par me lâcher, car j'me tenais avec le ''mec bizarre'', mais je m'en foutais. J'avais trouvé quelqu'un qui se fichait de ce que ma famille possédait et qui ne cherchait pas à en profiter. J'pouvais parler avec lui de ce qui me tracassait. Oh, il ne pouvait probablement pas comprendre ce que je vivais, mais il était là pour me réconforter quand j'allais mal... et j'ai fais la même chose pour lui. Sa situation familiale était loin d'être jolie, avec son connard de père... j'ai plus tard entendu parlé de ce qui lui était arrivé et dans quelles circonstances. J'ai gardé le silence, je devais bien protéger mon meilleur ami.

Mon père, même lorsque nous vivions aux États, voyageait beaucoup, laissant généralement ma mère et moi à la maison. Quand j'ai eu douze ans, ça a changé. Son contrat étant terminé et ayant duré un bon moment... il était temps de retourner à Londres. À mon plus grand déplaisir. J'ai dû dire au revoir à Keylian, tout en lui promettant que s'il avait des problèmes, je serais toujours là, même si un océan s'étendant entre nous deux. S'mignon hein ? On a continué à parler, que ce soit en chattant ou en ayant des conversations à la web-cam.

Ça a duré comme ça pendant deux ans, après j'ai plus eu de nouvelles. Je pouvais plus parler à personne... J'aurais pu, mais je ne voulais pas. Déjà que ça allait mal à la maison... mes parents s'engueulant à tout va... Quatorze ans. Le début de ma chute faut croire. De petit enfant modèle, je suis passé à adolescent casse-couille injuriant la terre entière. Ils ont fini par divorcer. J'y ai probablement contribué, mais pendant cette période, je m'en fichais éperdument. J'voulais juste qu'ils me fichent la paix. Que le monde arrête de m'emmerder.

C'est à seize ans que j'ai manqué de me faire arrêter pour une bagarre qui m'a valu les cicatrices sur ma joue. Une connasse qui avait osée insulter une amie à moi. Après c'est son copain qui a décidé d'me refaire le portrait. Je m'en suis tiré avec des hématomes et des griffures - la garce... Pourquoi vous me regardez comme ça ? Je l'ai pas frappée, la fille, j'me suis seulement interposé entre elles car elles allaient se sauter dessus. Et c'est quand je l'ai injuriée que son gorille m'a frappé. Et j'lui ai refilé ses coups aussi. Si j'vous raconte ça... un peu pour vous montrez l'caractère de merde que j'avais, même si j'avais des principes. C'est aussi à cet âge là que j'ai eu ma première relation. Le début de mon indécision aussi. Et un tout nouveau regard sur une société de merde. Mais c'pas l'endroit pour parler de ça, c'est pas ce qui compte.

Un an plus tard, j'ai fichu le camp de chez moi, plus capable de supporter l'ambiance à la con qui régnait avec ma mère qui était toujours sur mon dos, à me dire que j'étais inutile et que je servirais jamais à rien. Mon père ? Il s'est trouvé une autre femme et a eu des mômes avec. C'est bien le seul qui m'a jamais fait chier, étant jamais là. J'suis resté en bons termes avec lui par contre. Retournons à nos moutons... Donc je suis parti. J'ai pris le fric qui était dans mon compte bancaire et j'ai tout lâché. École, amis et repères pour me tourner vers celui qui était réapparu dans ma vie. Ouais, vous l'aurez deviné, Keylian était revenu. Il m'avait un peu parlé de la merde qui s'était passée sans entrer dans les détails, mais il a accepté de m'héberger. Ça m'a fait tout un choc d'apprendre qu'il était au Japon maintenant, et qu'il y habitait depuis trois ans. C'est sûr qu'après deux ans sans nouvelles... J'devais en rattraper des choses.

Pourtant, ça s'est pas vraiment passé comme prévu. Un, on m'a volé mes bagages. Plus d'argent, plus de cellulaire, plus de vêtements... bref, me restait plus grand chose. J'étais perdu dans un aéroport, dans un pays que je connaissais pas, sans savoir où aller. Un p'tit monsieur... car tout le monde est petit au Japon, c'est fou... Bref, il m'a abordé et demandé si j'avais besoin d'aide. J'ai accepté et ça a été la pire erreur de ma vie. J'l'ai suivi bêtement sans me méfier, trop frustré et démuni face à la perte de mes trucs. J'lui ai fais confiance. Et je le regrette amèrement.

J'ai très peu de souvenirs concernant cette période. Je me souviens des scientifiques et des... hybrides enfermés mais je ne pourrais pas vous dire précisément ce qu'il m'ont fait. Mis à part les seringues... Puisqu'ils s'en servaient pour m'anesthésier. Comme un vulgaire animal ouais. Lorsque j'étais éveillé, j'pouvais remarquer que la plupart des autres ... ''prisonniers'' étaient pour la plupart des enfants. Il y en avait quoi, seulement deux qui semblaient avoir à peu près mon âge ? J'en ai déduis que leurs victimes étaient généralement des jeunes et lorsque j'ai fini par poser la question à l'un de mes... confrères, il m'a dit qu'ils cherchaient à voir s'il était possible de transformer un humain adulte. Ils en étaient pour le moment à des adolescents presque majeur. Je n'en croyais pas mes oreilles. Il existait vraiment dans ce monde des pratiques aussi horribles et personne ne s'en offusquait !? C'était donc vraiment dans un monde pourri que nous vivions.

J'ai passé près d'un an et demi à m'faire jouer dans les gènes. À m'faire jouer dans l'corps pour devenir un fucking hybride à la con. Puis après, quand ils ont terminés tout ça, j'me suis retrouvé dans une a.n.i.m.a.l.e.r.i.e. Vous savez, le truc où il y a normalement des a.n.i.m.a.u.x. Pas des h.u.m.a.i.n.s. Comment j'en suis sorti de cet enfer ? C'est sur un coup de chance. Sinon j'serais rester là encore longtemps, jusqu'à m'faire acheter en fait. Y'a des rebelles, et j'les respecte vous savez pas à quel point... Ils ont fait flamber la boutique pour sauver les hybrides. Ouais dit comme ça, ça a pas l'air héroïque, mais ils ont sauvés tout l'monde. C'est bien hein ?

J'étais libre, mais j'restais encore démuni. Personne pour m'aider. J'étais juste là. En plein milieu des ravages, tout le monde courait. Qu'est-ce que j'devais faire ? Well. J'en avais aucune putain d'idée.

Maintenant ? Mouais... J'suis à la recherche de mon meilleur pote dans une ville pourrie jusqu'à la moelle. J'ai une vie magnifique hein ?




XXXXXX




Codage by Flyremoon.



Dernière édition par Axel V. Blackwell le Dim 10 Nov - 20:08, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Axel Valentin Blackwell   Jeu 7 Nov - 21:21

    Let me touch yur face, you shity gay.
    J'ai vraiment hâte de voir la suite de ta présentation, ohmylittlepony.
    *Bave sur le codage jusqu’à l'infini*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Axel Valentin Blackwell   Ven 8 Nov - 0:09

Codage qui a prit un long moment à modifier. (Non il ne m'appartient pas, c'est mon amie qui l'a fait c:)
Et welp, t'vas attendre longtemps Keyliouchou, j'suis du genre à prendre mon temps sauf quand je suis inspiré. ~
Oh and btw... omgf key no imnot a homko. *flios 2 sun*
(Oui, tu dois comprendre la référence. Je te renie sinon. >:c)

Sur ce, je retourne à ma merveilleuse fiche -COUGHCOUGH-
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Axel Valentin Blackwell   Dim 10 Nov - 20:18

    AAAAAAAH. Que j'aime le complete écrit dans le titre.
    Ta présentation mérite un A+ *Lui met une étoile dans la gueule*
    Et tu es donc, validé, big gay.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Axel Valentin Blackwell   

Revenir en haut Aller en bas
 
Axel Valentin Blackwell
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 23 janvier **Mini album St-Valentin**
» Biscuits, macarons, muffins et cupcakes de Saint Valentin
» Le Mercenaire (Axel Kilgore)
» La Saint-Valentin !!
» La fête de la saint Valentin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - Fiches finies-
Sauter vers: