Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Mer 1 Jan - 21:40


Parfois, les gens marchent sans but réel, juste pour marcher. Ils déambulent sous le regard des autres, insensibles à la pénétration de ceux-ci, et vont selon leur bon gré. Généralement, ces êtres sont exempts de paraître, se focalisant sur la seule volonté qui compte, sur le seul jugement qui vaille, et sur l’unique raison immanente : la leur. Indifférents aux envies des nantis, et désireux de simplement s’en aller, ils vont au rythme de pas presque aveugles, indistincts, qui avancent sans regarder derrière eux. Les marcheurs sont des êtres admirables, en cela qu’ils reproduisent le schéma instinctif de l’homme des cavernes. Ils ont de fantastiques gènes, une reproduction quasi-parfaite de ce geste qui fait tout. En cela, ils sont tout à fait différents de deux espèces, répondant aux doux noms de voiture et d’hybrides, odieuses créations de l’homme.
Moi-même, jeune homme de presque trente ans, je marche avec plaisir. Russe, doté d’une longue chevelure blonde, et assurément vêtu tel le plus urbain des touristes, je n’aurais rien à faire là si je n’étais pleinement libre. Roi de cette ville où je sais que tout le monde est capable de me traquer, je suis aujourd’hui en pleine reconnaissance. Et pour revenir à ces mots dits plus hauts : oui, les hybrides sont semblables aux voitures, en cela qu’ils arpentent les rues avec une idée bien arrêtée derrière la tête et ne font rien au hasard. Leur dépendance à des « maîtres » constitue leur limite en carburant, alors qu’ils offrent des possibilités bien plus évoluées à leur possesseur, et inévitablement un confort de vie inégalé. Je déteste les véhicules, et peut-être suis-je aussi en train de me mettre à haïr les bestioles. Quand je marche, en tout cas, c’est à cela que je songe. Suis-je misanthrope ? Ou simplement horrifié par ces abominations que sont les expériences humaines ? Je n’en sais rien. L’avantage de la marche est donc de pouvoir en débattre, même s’il me semble impossible d’en trouver une fin raisonnable. Tout ce que je sais, au final, c’est qu’il est essentiel de s’adonner à la réflexion et d’avoir le temps de le faire à pied. Si l’humanité a évolué, c’est bien grâce à ça. Depuis qu’elle reste assise devant son volant, elle s’effondre lentement.
Au final, j’arrive quand même à trouver un lieu. La Terre étant ronde, la logique voudrait que l’on retrouve toujours un chez-soi, un lieu d’appoint qui nous rappellera cette sensation d’apaisement. C’est ici que je m’arrêterais. L’allure a l’air noble, le décor somptueux. Les nippons ont toujours été de grands consommateurs de thé. Leur tradition les rend accros à ce breuvage infusé. Dans le fond, je sais que mes pas ne m’ont pas mené ici par hasard. Ils n’étaient décidés à prendre au sérieux la possibilité d’une piste en pleine ville, dans un coin fort peuplé et pourtant si calme. Mais ce sont-là d’ingénieux démonstrateurs de mon instinct. Voilà des semaines que des photos hantent mes pensées, qu’un nom revient sans cesse dans tous les rapports que je lis. Si j’ai pu jouer l’innocent jusque-là, ça n’ira pas plus loin. C’est bien ce lieu. C’est bien cette heure. Je suis à l’heure au rendez-vous. Et pourtant…
Je ne peux pas entrer comme ça. Pas si voyant au milieu de cette foule brune. Je suis trop blond et détonant pour un décor si authentique. Il me faut autre chose, un accessoire qui me donnera à coup sûr un côté plus autochtone. Et pourquoi pas un de ces animaux de compagnie sur deux pattes. Ils ne risquent pas de courir les rues sur commande mais… sait-on jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Mer 1 Jan - 21:53







Une… Deux… Peut être trois ? Combien de semaines cela faisait qu’elle était ici, enfermée dans cette cage, deux fois trop petite pour elle, où frottait ses oreilles fragiles à chaque fois qu’elle essayait de se redresser, de trouver une position un peu confortable ? Elle l’ignorait, et avait perdue la notion du temps depuis qu’elle était dans cette animalerie. Mais cela faisait longtemps déjà à ses yeux. Trop longtemps. A présent, elle regrettait amèrement sa petite vie, pas si terrible que ça finalement, au labo, après s'être fait égoïstement capturée. Là bas, on s’occupait d’elle, au moins un minimum. Alors qu’à présent, c’était a peine si on vous nourrissait, et quand c’était le cas, c’était bien trop peu, mauvais, et froid. Et encore, c'était ce qu'elle vivait, mais elle savait pertinament qu'on s'occupait quand même bien d'elle pour la maintenir dans un état stable et être sur de pouvoir la vendre. Ici, tout était trop bruyant. Trop mouvementé. Elle ne pouvait plus dormir et rêver en paix. Et, le plus horrible pour son cas, c’était le manque  d’espace. Qu’est-ce qu'une féline sans grands espaces libres et vagues pour pouvoir gambader et dégourdir ses jambes, elle qui avait été habituée à vivre libre dans la forêt...

Aujourd’hui, il n’y avait pas eu beaucoup de clients. Et ce n’était pas pour déplaire l’hybride, oh non, loin de là. Ca avait pu permettre à la demoiselle de dormir un peu plus que d’habitude, et cela lui avait fait un bien fou. Elle avait put s’évader de cette triste et dure réalité dans ses songes, bien a elle, et que personne ne pouvait lui enlever. Ce fut dans l’après midi qu’il y eu un peu de monde, et elle vit ses deux voisines de cages se faire vendre. Elle ne semblait pas convenir à personne. Combien de fois avait elle entendu des humains rire en lisant sa race, en la traitant d’inutile, ou trop bizarre, ou encore trop chère. Car oui, une race peu commune, était forcément à un prix un peu plus élevé, surtout quand on était importer de si loin. En effet, elle n'avait encore jamais vu d'être comme elle, à la peau mate. Certaines humaines qu'elle avait vu entrer était des fois bien bronzées, mais c'était surement, et souvent dû aux heures d'UV qu'elles avaient prit la peine de se payer pour avoir une peau comme la sienne, d'une jolie couleur chocolat.

Depuis le temps qu'elle était là, Ye'iitsohan commençait à maîtriser les bases de la langue et de la courtoisie qu'on lui apprenait 2h par jour, lui offrant sa sortie quotidienne pour se dégourdir les pattes. Elle avait un léger traitement de faveur (enfin, le mot était grand) grâce à son origine exotique. Ils savaient qu'elle allait leur rapporter gros si il réussissait à la vendre, alors, il fallait la garder en bon état pour qu'elle donne envie au client de dépenser une si grosse somme. Cette journée venait de débuter et les portes de l'animalerie avait ouvert il y a moins d'une heure, cette dernière ayant suffit pour voir passer déjà pas loin d'une 20aine d'humains. ils étaient vraiment friands d'hybrides, et c'était fou les prix exorbitants qu'ils étaient prêt à dépenser pour avoir un être humain à la maison, avec lequel il pourrait faire ce que bon leur semble. C'était à la fois pitoyable et fascinant. Eux même ressemblaient plus à des animaux que les hybrides, alors qu'ils n'avaient pas les gènes, eux. Elle ne les connaissait que depuis peu, eux, mais elle avait déjà qu'elle n'allait pas aimer cette nouvelle vie. Elle n'avait aucune envie de se faire adopter par un sale type qui ne penserait qu'à la violenter ou abuser de son corps exotique et désirable, et ça pendant tout le reste de sa vie jusqu'à ce qu'elle fuit ou qu'elle en meurt.

Aujourd'hui était le jour de sa petite sortie, et visiblement, le directeur était de bonne humeur car il avait décider de lui laisser sa journée dehors, et seule. Il savait parfaitement qu'elle était incapable de se débrouiller seule, et donc qu'elle serait forcé de revenir ici au bout d'un moment. Ouvrant la porte de sa petite cellule carré, la jeune indienne put enfin sortir, et se tenir debout sur ses jambes, ces dernières tremblant légèrement, signe qu'elle manquait cruellement d'exercice. Il n'y a pas à dire, cette sortie ne pouvait lui faire que du bien. Alors, on lui donna une petite veste histoire de couvrir son corps mince et mate, et l'on a laissa sortir. Une fois dehors, la féline leva lentement son regard bi colore aux ciel, profitant de la brise qui venait soulever sa chevelure et chatouiller ses narines, profitant durant quelques instants le doux effet que lui procurait ce semblant de liberté. Elle avait oublier ce que cela pouvait faire. Et elle était bien heureuse de retrouver ça, même si ce n'était que temporaire.

Après un instant d'absence, la jeune féline finit par se reprendre, tandis que les passants la regardaient avec dédain, dégoût, ou amusement, finissant par attraper les bouts de sa veste pour mieux s'enfermer dedans, et commença à marcher sans savoir la direction qu'elle empruntait. En même temps, c'était loin d'être la première chose dont elle avait à se soucier. Pour le moment, elle tentait de contrôler ses jambes, et de s'assurer de tenir debout pendant sa marche qui restait lente pour le moment. Alors, elle déambulait, seule au milieu de cette foule, de cette masse construite d'individus qui se ressemblait tous aux yeux de l'indienne. Elle, par contre, ne leur ressemblait pas. Elle s'arrêta finalement, sans savoir pourquoi, devant un salon, d'où une douce odeur de feuille et de nature s'en échappait. C'était surement ça qui avait retenu son attention, et avait fait cesser sa démarche lente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Mer 1 Jan - 22:49


À vrai dire, Roman ne pensait pas trouver chaussure à son pied. Ayant été contraint et forcé de laisser sa propre hybride à domicile – ou plutôt avec son équipe de travail, parce que sa présence était bien plus importante là-bas - il n’avait strictement rien à portée de main pour passer pour un touriste. Juste sa belle gueule, peut-être, et sa maîtrise quasi-parfaite du japonais qu’il pourrait atténuer. En gros, une allure n’ayant rien à voir avec les autochtones et un parler qu’il rendrait hésitant, serait-ce suffisant pour tromper l’œil habile d’un diplomate véreux ?
Le grand blond n’estimait pas pouvoir réussir sans une touche d’exotisme, un parfum atypique qui saurait donner à sa présence un air de jamais-vu. Il avait besoin de ça, ne serait-ce que pour pouvoir entrer dans le jeu, dans son jeu, dans l’illusionnisme auprès de sa victime. Car travaillant sur les dossiers nippons depuis maintenant deux mois, le russe avait récupéré des affaires laissées en suspens, d’autres jugées urgences, et certaines qu’il fallait suivre longuement. Or, cette dernière, était justement l’une de celles qu’il convient de traquer, de flairer, jusqu’à parvenir au dénouement final. Un genre de scène d’espionnage en cinq actes, quoi.
Ayant hérité de l’une des dernières scènes, Roman allait devoir sortir le grand jeu. L’enjeu n’était rien de moins qu’un accord de traque, de capture et de revente d’hybrides sauvages à de riches résidents occidentaux. Voulant profiter de l’appui des japonais d’un côté, pour assurer leur immunité, et offrant aux locaux un moyen de lutter contre les soulèvements de masse de nekos rebelles, les deux pays allaient signer quelques arrangements qui ruineraient la situation locale pour la décennie à venir. Ne voulant absolument pas de cela, le gouvernement russe avait donc placé les possibles signataires sous surveillance. S’ensuivrait, si tout se passait bien, un appui de la résistance. Mais restait à s’assurer qu’effectivement, tout se passerait bien.
Jetant un coup d’œil discret à l’intérieur, par l’entrée de l’établissement présentant ses deux portes ouvertes, le « serpent » slave reconnu immédiatement l’américain en question, seul non-oriental du salon de thé. Ne restait qu’à entrer et l’observer, voire le suivre. Seulement… les yeux du grand blond cillèrent. Une apparition soudaine venait de le troubler au plus haut point. Qu’était-ce donc que cela ? Une hybride, certes, mais…
D’un seul coup, l’européen comprit qu’il s’était trompé concernant les mi-félins, et qu’ils pouvaient se promener sans raison. À moins qu’il n’y ait là-dessous quelque logique incohérente à ses yeux, tout ceci dépassait l’entendement. Roman observa cette étrange métisse, évènement incroyable, dans ce Japon rempli de jaunes, de bridés, d’asiat’. Jamais encore il n’avait croisé cette couleur de peau ici. Même dans son pays, d’ailleurs, ce n’était pas monnaie courante. Cherchant donc à comprendre, il ne fit pas que la suivre des yeux. Ses pas l’incitèrent à avancer lentement, pour se retrouver pile sur le chemin de la brune de peau, et finalement plus claire que lui encore de chevelure. Lui coupant la route, Roman baissa lentement son regard sibérien sur elle, la contemplant de sa haute stature ne laissant que peu d’échappatoire.

« Dis-moi, девушка₁, tu ne serais pas perdue, des fois ? »
C’était là sa meilleure chance. Personne, dans la rue, n’avait approché cette étrangère. Et lui, le non-local, devait avoir un excellent motif pour le faire tout de même. D’après ses sources, Roman savait qu’il n’existait pas de bestioles comme elle en dehors du pays, et que les étrangers ne pouvaient amener d’hybride au Japon, du coup. Mais là…

« Je pourrais peut-être t’aider... »
Et inversement, avait-il oublié de préciser. À moins que ce ne soit volontaire.

1. Jeune fille
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Mer 1 Jan - 23:06






Elle avait passer de longues minutes, plantée là comme une idiote à fixer la pancarte devant cet établissement, à essayer de lire, de comprendre ce qui s'y trouvait. Depuis qu'elle était au Japon, elle avait toujours eu plus de facilité à comprendre et à parler la langue, plutôt qu'à le lire, ou l'écrire. Toutes ces formes, ces dessins étranges qui voulaient tous dire quelque chose de bien précis. Tout ceci était vraiment inhabituel pour elle, elle qui pourtant aimait tant écrire. Chez elle, elle tenait un petit journal, où elle avait commencer à raconter sa vie, de ses 8ans où elle savait écrire parfaitement sa langue, jusqu'au jour où on l'arracha malheureusement de sa terre natale. Elle avait beau faire des efforts immenses, elle ne comprenait vraiment rien à ce qu'il pouvait avoir d'écrit sur cette drôle de devanture. Alors que l'indienne chocolat s'apprétait à reprendre la route, elle sentit une présence qui s'était apparement approché d'elle, et qui venait lui couper la route, juste sous son nez. Lentement, elle tourna son regard, laissant ses oreilles félines se dressant sur son crâne, alors que ses deux yeux vairons, et intense, venait se poser sur le visage du blond juste devant elle, et qui faisait sans peine une bonne tête de plus qu'elle, ce qui l'obligeait malgré elle à lever la tête pour pouvoir le regarder correctement.

Qui était-il et que pouvait-il bien vouloir d'elle? En faite, ce fut en attendant quelques petites secondes supplémentaires qu'elle eut la réponse. Perdue, elle? Avait-elle l'air si paumée dans cette vaste jungle de fer et de bétons? Et... Qu'avait-il dit peu avant? Ses oreilles avaient capté un mot qu'elle n'avait put décrypter. C'était peu être là une preuve qu'elle ne connaissait pas encore bien le japonnais, mais, malgré tout, elle avait une étrange impression que le mot qu'il avait prononcé n'avait rien de japonais, ni la consonnance, l'intonnation. Quoi, c'était un code secret c'est ça? Elle aurait du le comprendre? Rien que ce petit detail déstabilisait l'étrangère, qui ne semblait plus arriver à détourner son regard bicolore de celui de l'inconnu devant elle, et qui était venu l'accoster. En entendant sa seconde phrase, son sourcil droit se haussa.  Rien de tout cela ne lui donnait confiance. Pourquoi, au fond d'elle, son instinct lui disait qu'il ne lui voulait surement pas du bien. A l'odeur, il était bien un humain, et ce qu'elle avait compris depuis qu'elle était ici, c'était qu'un humain ne voulait jamais grand bien à leurs compagnons hybrides. Elle était peut être jeune, et pas d'ici, mais elle était loin d'être naïve et bête. Malgré tout, elle ne savait pas vraiment quoi faire de sa journée, alors, si cet homme avait quoi que ce soit à lui proposer... Pourquoi pas? Alors, en reculant d'un pas par simple sécurité, elle annonça de sa voix cristalline, s'appliquant sur chaque mot qu'elle prononçait alors que son accent était assez prononcé pour être relevé

« Namaste... N-ne... B-bonjour. Je... Mmh... Non je ne suis pas perdue... Et je n'ai pas vraiment besoin d'aide... Mais...? »

La féline laissa donc sa phrase en suspension, sans le quitter de son regard si particulier, lui faisant comprendre qu'elle n'était pas stupide et qu'elle avait aisément capter que s'il l'avait abordé, ce n'était pas par politesse, mais bien, comme à chaque fois, par intérêt personnel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Jeu 2 Jan - 0:07

Lorsqu'il entendit la voix de la jeune fille, il est une chose que Roman compris instantanément. Tout allait se déroulait comme il l'entendait, et peut-être mieux encore. À observer la métisse, et à voir la façon dont elle lui répliquait, il ne put s'abstenir d'afficher un grand sourire satisfait. Progressivement, ses lèvres s'étendirent pour qu'un léger rire sorte de sa gorge et l'incite à continuer. Elle était exactement ce dont il avait besoin. Ce n'était même plus de l'exotisme, mais bel et bien un mystère ambulant. L'inconnue n'était pas un cadeau, c'était un véritable don du ciel.
Souriant donc devant cette petite au teint extraordinairement halé, le russe fut tenté de poser la main sur elle pour l'entraîner dans sa combine. Sauf que ça ne marcherait pas ainsi. Après un rapide coup d'oeil circulaire sur la foule alentour, il revint à l'indienne et approcha ses doigts de sa chevelure. Sans pour autant la toucher, il entendait essayer d'établir un contact ainsi, un genre de lien de confiance entre l'animal et l'humain, entre la demoiselle sans repères, et l'homme libre pouvant prendre soin d'elle.

  « C'est parfait... ne crains rien. J'ai simplement besoin d'une petite créature comme toi. Je suis sûr que tu feras l'affaire, tu es... »
Et l'homme de contourner la neko pour la détailler davantage. Regardant son visage, sa chevelure, chaque centimètre carré de sa peau mate dépassant, il n'arrivait plus à se débarasser de sa satisfaction. Il fallait à tout prix qu'il la convainque.

 « Viens avec moi et je te paierai ce que tu le désires... »
Serait-ce le bon argument ? Devant une demoiselle avec un accent aussi particulier, il n'était pas évident qu'elle parlerait vraiment la langue nippone et en saisissent le vocabulaire usuel. Sans doute n'avait-elle même pas connaissance de la façon dont les gens vivaient ici.
Regardant en direction du salon de thé, il chercha une raison pouvant éventuellement intéresser l'étrangère, mais lui indiqua juste du doigt pour commencer. Son regard insistant, il sortit une petite liasse de billets qu'il tendit sous son nez.

 « Viens. Suis-moi et tu... »
Observant de nouveau les yeux vairons de cette belle créature, Roman sentit qu'il ne parviendrait pas à se faire entendre correctement juste avec les mots. Cette fois, s'il était convaincu de faire le bon choix, il était bloqué par l'impossibilité de lui parler de ce qu'elle aurait à faire. C'était le risque de s'enticher d'une parfaite inconnue. Le jeu serait plus réaliste, mais nombre d'aléas pouvaient survenir. Aussi, il lui toucha l'épaule avant de saisir son bras sans violence.

 « Je te donnerai des vêtements propres. A manger et à boire. »
Ce serait tout ce qu'il proposerait. Après tout, une neko errante devait être prête à accepter n'importe quoi. Par des gestes, il lui montrait donc et passer une main dans sa longue chevelure d'or. C'était l'occasion unique pour elle de rentrer en ce lieu. Elle qui semblait lire le panneau peu de temps auparavant...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Lun 6 Jan - 20:49






Drôle. Si la féline devait choisir un adjectif pour définir cette drôle d'espèce d'humain occidentale, elle leur donnerait celui là. Si elle ne voulait pas paraitre offensente évidemment. Ils étaient bien différents des membres de son peuple. Eux, ici, ils étaients vils. Et égoïste. Leur propre petite personne passait avant tout. Leur bien être, leur confort. Ils étaient avides de tout. C'était ça qui les rendaient si amère. Et c'était pour ça que Ye'iitsohan ne pouvait pas les apprécier.

Devant elle, ce grand blond la faisait sourire intérieurement. Visiblement, il la prenait pour une simple d'esprit, et essayait déséspérement de l'appater, de la pousser à lui donner ce qu'il voulait, et en échange, il tentait de lui proposer tout ce qui pouvait peut être intéressé une hybride de son rang. Peut être pensait-il qu'elle était une errante, une vagabonde, mais rien de tout ça. Elle n'avait besoin ni de toit, ni de vêtements chauds, ni même à manger, car quand elle rentrerait ce soir à l'animalerie, elle y aurait le droit. Surement à une moindre qualité de ce qu'il pourrait lui offrir, mais elle l'aurait quand même.

Malgré tout, elle notait qu'il prenait la peine de lui demander de lui 'rendre un service'. Un autre humain, comme elle en avait tant vu, se serait contenter de la prendre, et de lui arracher ce qu'il désirait d'elle, que ce soit son corps, un service, peut importe. Au moins, il avait été bien elevé ce petit. Enfin, petit... D'une tête de plus, mais ça, ce n'était qu'un détail après tout. Elle était agile et rapide, vive. Lui, de sa grande taille, ne l'était pas autant. Enfin, c'est ce que s'imaginait l'indigène.

Sa façon de parler lui donnait aussi l'impression qu'il croyait parler avec une imbécile. Elle était peut être pas d'ici, mais connaissait déjà pas mal de vocabulaire, et se débrouillait bien avec la compréhension de leur accent. Elle avait un niveau plus élevé qu'un pauvre gosse de 6ans. Mais bon, c'était finalement presque amusant de le voir se débattre ainsi, à essayer de la convaincre de se mettre de son coté durant une durée indeterminée, l'histoire d'une après midi, juste pour qu'il puisse faire ce qu'il voulait.

Pourquoi avait il besoin d'elle après tout? Les humains avaient tout les droits ici non? Ou alors, peut être fait-il partie de ce sous genre d'homme, pas assez influent, sans assez de pouvoir pour faire comme bon lui semble, même si son apparence lui donnait envie de penser le contraire. Lentement, elle porta ses poings fermés à ses hanches dessinées, demandant, sans l'avoir un seul instant laché de son regard vairons

«Que veux tu de moi exactement?»

Après tout, c'était aussi une occasion surement de rentrer dans ce drôle d'établissement et de pouvoir profiter des mêmes environnements que les humains durant un court instant. Cette occasion n'allait surement pas se reproduire, alors pourquoi refuserait-elle?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Mar 7 Jan - 10:30


Il est vrai que Roman pensait avoir affaire à un cas unique. Hybride à sang chaud, à visage fortement halé, dotée d’un corps qui laisserait rêveur n’importe quel humain à la recherche d’un peu de confort, cette inconnue donnait l’impression de n’avoir pas la pleine possession de ses capacités. Qui plus est, emporté par son élan, le russe se voyait déjà l’entraîner aisément dans sa combine, se servant d’elle comme d’une poupée de plastique sans âme ni conscience. Ce dont il avait besoin, c’était d’une pseudo-compagnie, qu’importe le reste. Mais voilà que la jeune fille bougea, faisant presque s’envoler ses espoirs.
Elle n’avait pas résisté, ni chercher à se défaire sur sa légère emprise. Mais se positionnant comme elle l’entendait, elle avait plus ou moins toisé l’humain pour faire preuve de défiance. À ces mots, Roman n’avait pu que froncer les sourcils et passer encore une main dans sa blonde chevelure. Un geste de soupir ou une recherche de soulagement. Qu’importe. Voilà qu’elle se mettait à jouer les hybrides effarouchées. Une pointe de résistance n’était pas pour déplaire à l’homme. Seulement…

« Je veux… »
En un regard, le grand blond fut moins sûr de ce qu’il désirait. Il faut dire qu’observer cette nymphe un peu trop longuement aurait pu faire douter n’importe qui. Son allure n’était pas celle d’une brave petite bête de salon. Ou alors, d’un salon que l’on ne trouve que dans les lieux les plus fermés et inavouables. Ce drôle de chat avait de quoi soulever bien des débats. Roman comprenait dès à présent pourquoi les nippons préféraient garder les nekos pour eux, en exclusivité. Un étranger comme lui aurait pu être privé toute sa vie d’une telle splendeur. Etrange création génétique que cette brune aux cheveux blancs.

« J’ai besoin de ta petite personne pour m’occuper d’une affaire importante. Suis-moi et je te donnerai n’importe quoi en échange. »
Ce qui comptait, présentement, c’était de parvenir à ses fins. Le slave ne pouvait se permettre d’échouer. Si près du but, il pouvait même se permettre des sacrifices. Et qu’est-ce qu’une mi-humaine comme elle pouvait bien désirer ? Quand on n’a rien, on peut forcément se contenter de peu. Il lui achèterait n’importe quoi, pourvu qu’elle se rende utile. Reposant donc sa main sur le bras de la métisse, Roman se fit légèrement plus insistant, sans pour autant dépasser les limites.
Observant longuement les yeux de la négresse, il se prit à imaginer ce que pourrait donner son plan avec une compagnie telle que la sienne. Mais très vite, ses pupilles glissèrent sur ces formes féminines exacerbées, sur cette peau délicatement chocolatée, et il se frotta le menton avant de soulever celui de l’hybride pour l’observer. Détaillant son visage ainsi, tournant sa tête sans lui demander sa permission, l’homme s’attardait à cette petite merveille.

« N’importe quoi… »
Conclut-il, répétant son offre qu’il voulait alléchante. Après tout, qui pourrait refuser cela ? Encore fallait-il savoir proférer son envie avec précision, comme il se doit, pour être bien compris.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Mar 7 Jan - 19:22






Elle attendait et se réjouissait déjà de la tournure que prenait cette journée, qui avait commencé comme toute les autres, et qui finissait par se montrer de plus en plus intéressante. Elle faisait très peu de rencontre quand elle sortait de l'animalerie. Souvent, elle évitait les endroits peuplés, et se réfugiait d ans la forêt qui n'était pas si loin que ça. De cette manière elle trouvait un peu de repos bien mérité, et d'un coté, cet environnement sain et dénué d'humains nippons la laissait divaguer et elle se surprenait elle même à rêver de son ancienne vie, croyant apercevoir parfois entre les troncs des arbres, un ami, puis deux, qui la suppliait de revenir. Malheureusement ce temps était passé, et il n'y avait aucun retour en arrière possible. Après tout, ils étaient tous morts. Sauf elle. Elle avait beaucoup de chance et le savait, alors, autant profiter du mieux qu'elle pouvait de cette drôle de vie qu'elle devait mener à présent.

Elle avait écouter le blond réitéré sa demande, sans pour autant détourner ses yeux des siens. Elle s'était docilement laisser faire, non sans feuler légèrement alors qu'il aventurait sa main masculine sur son visage fin et mate, se laissant tout de même observer. Depuis qu'elle était ici, elle était habituée à se faire observer de tout les angles. Autant au labo durant les expériences effectuées sur elle, que à l'animalerie ou dans la rue. L'indienne attirait les regards malgré elle. Et même en se faisant discrète, elle sentait sans peine les regards traînant sur cette étrangère. Elle sortait du lot, et c'était ça qui devait plaire à ces citoyens. Quelque chose de rare. D'unique. C'est vrai qu'elle n'avait absolument rien de banal, que ce soit sa peau foncé, ses cheveux neige, sa race tiré d'un félin étrange et presque inconnu, ou encore ses deux yeux de couleurs différentes. Elle ne se considérait pas forcément comme jolie, elle ne faisait même pas attention à ses mensurations qui devaient faire pâlir certaines, et envier certains. La seule chose qu'elle savait, était qu'elle intéressait bon nombre de gens ici.

N'importe quoi? Qu'est ce qu'elle pouvait bien demander? Qu'est ce qu'elle pouvait bien vouloir? Après tout, même si elle lui demandait quelque chose, elle dépendait entièrement de l'animalerie et n'avait le droit à rien sans la permission de cette dernière. Qu'allait elle faire? Peut être profiter de cette liberté qu'ils lui offraient pour filer en douce, et profiter de la proposition de l'homme pour essayer de vivre de son propre chef? Cette idée était complètement folle, mais cela alluma une lueur de vie dans le regard de la belle, qui avait été resté bien longtemps éteint par la tristesse qui rongeait son coeur depuis sa capture. Accepter.... Refuser... La question ne se posait plus vraiment en faite. Sans prévenir, la femelle vint attraper le col du grand blond devant elle, y serrant ses petits doigts mates, alors que ses lèvres se retroussaient sur ses dents, découvrant ses canines à l'aspect dangereux, et lui murmura, serrant les dents vu la voix qu'elle prenait


«Alors j'espère que tu tiens parole, humain. Si je peux te demander n'importe quoi, je te dirais ce que je veux après t'avoir rendu ce ... Service.»

Son regard se radoucit alors, desserant lentement son emprise qu'elle avait entreprit brutalement quelque seconde auparavant. Elle finit même par le relâcher complètement, et recula d'un pas, glissant sa main dans ses cheveux pâles, contrastant avec sa peau, pour dégager les mèches qui venaient tomber devant son regard bicolore
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Mar 7 Jan - 22:12


Tout ce que Roman savait, c’est qu’il lui serait difficile de dire si cet hybride était une perle rare ou une emmerdeuse de première. Toujours est-il que du début à la fin – ou du moins depuis qu’elle avait effectivement pris la parole – elle s’en était tenue à soutenir fermement son regard. Ce seul fait était une chose rare. Si le russe n’était pas au Japon depuis des lustres, et qu’il ne connaissait pas plus que ça les nekos, il savait pertinemment que les inconscients prêts à lui faire face n’étaient pas si nombreux que ça. Dans l’ignorance ou la confrontation, devant lui, la plupart courbaient l’échine. Une grande majorité savait qu’il était un homme sûr et influent. Son métier lui permettait même de faire des « bourdes » que certains payaient cher. En gros, il n’était pas le type à défier. Mais là…
Humain. C’est ainsi qu’elle l’avait traité en attrapant son col. Pauvre petite folle. Il aurait très bien pu lui en mettre une subitement, l’envoyer valser, lui faire payer de se conduire ainsi mais… sa parole était donnée. Evidemment, il allait tenir parole. Au moins pour ce qui était de ne pas lui en mettre une et la traiter comme son égale jusqu’à la fin de cette opération. Si « égale » n’était pas le mot juste, il n’en avait rien à foutre.

« Alors tout marche… »
Tout fonctionnait. Elle allait venir avec lui. Lentement mais sûrement, il n’en fit pas de trop en tournant la tête vers l’entrée et fit un geste du menton pour l’inconnue.

« Tu vas me servir d’animal… d’hybride de compagnie. J’ai besoin de tes yeux et de ta présence pour ne pas être reconnu. Je peux être vu, mais pas repéré. Tu comprends la nuance ? »
L’interrogeant du regard, Roman avait déjà repéré un pilonne, dans ce salon de thé, et même un renfoncement dans un coin, où il pourrait se cacher tout en exposant cette jeune fille aux yeux de l’ennemi. Son plan était simple : que l’américain se focalise sur la noire, s’il venait à regarder dans sa direction, tandis que lui-même écouterait, observerait, noterait tout sans rien rater. Tiens, à ce propos…

« Es-tu capable d’entendre mieux que la plupart des humains ? Si tu es à moitié animale, je me doute que tes sens ne sont pas émoussés, et que tu vas pouvoir me dire tout ce qui t’arrive aux oreilles. »
L’agent étranger parlerait forcément nippon, puisqu’il traitait avec eux. Et Roman, de son côté, n’était pas sûr de bien capter toute la conversation et les échanges, surtout avec une telle fréquentation des lieux. Attrapant tout de même le poignet de la métisse, il avança vers la réception.

« Il y aura un type. Avec un accent. Je vais que tu me dises tout ce que tu le vois faire ou dire. C’est d’accord ? Et tu pourras commander ce que tu veux à boire. »
Les manigances entre japonais et ricains allaient tourner autour de lieux d’échanges, de livraisons d’armes, d’opérations clandestines, d’élimination de rebelles, de puçage automatique des nekos, etcetera. Voilà ce qu’attendait le grand blond, et ce qu’il espérait que cette petiote serait à même de lui communiquer. Ne leur restait donc qu’à trouver une table à l’écart.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Mer 8 Jan - 9:37






Quel homme étrange, et quelle étrange histoire. Elle ne savait absolument pas dans quoi elle s'embarquait, mais tout ça semblait important, du moins pour lui. Elle lui avait laisser la parole durant tout ce temps, en restant bien attentive, ne perdant pas une miette de ce qu'il lui racontait, et confiait comme mission. Pour résumer, elle devait jouer l'appat et l'espion? Evidemment qu'elle entendait mieux que les simples humains.

Le sang félin qui coulait dans ses veines lui permettait d'avoir tout ses sens presque décuplé, et cela avait été d'ailleurs très déstabilisant ses premiers jours en tant qu'hybride. La moindre odeur à plusieurs mètres arrivait jusqu'à ses narines, et de même pour son ouïe. Elle entendrait une fourmis éternuer. Mais, c'est vrai que pour ce genre de cas, ses capacités étaient un très grand atout, et, pour cette fois ci, elle les utiliserait pour aider un humain. Si elle avait su avant qu'elle allait aider un homme, elle ne l'aurait pas cru. Pourtant, aujourd'hui, c'était bien le cas.

Elle finit enfin par détourner son regard intense du sien, pour le laisser se balader sur les alentours, et sur l'intérieur de l'établissement. Qui était ce fameux type qu'il voulait d'elle qu'elle l'espionne? Est ce que le blond était un flic prêt à chopper un vilain, ou au contraire, était-ce lui le vilain de l'histoire? Elle ignorait tout, mais ce n'était pas plus mal. Après tout, ce n'était pas ses affaires, son seul boulot dans tout ça était de faire le lien entre ces deux inconnus. Si elle pouvait avoir ce qu'elle voulait en échange, ce petit service valait largement le coup.


«Je crois que j'ai compris. Bon, et bah, j'te suis. Et je bois du lait, ok?~»

Simple précision. Elle abandonna son air renfrogné qu'elle avait adopté quelque minute avant envers cet homme, et se cacha derrière son masque de naïve, reprenant son air de simple et jolie hybride. Restant aux cotés de Roman, l'indienne se tut à présent, calme et sage, alors que les oreilles duveteuses dressées sur sa chevelure pâle restait à l'écoute, et étaient prête à capter la moindre info, la moindre parole, le moindre bruit qui pourrait lui être utile dans cette mission qui était la sienne à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Jeu 9 Jan - 7:28


Qui qu'elle soit, la jeune femme avait maintenant l'air prête à suivre Roman. Répondant assez favorablement à ses demandes, elle n'avait pas émis d'objection suffisante pour justifier une non-participation à l'opération. Et le slave, de ce fait, estimait pouvoir compter sur elle. Selon lui, utiliser une neko femelle était plus efficace que d'avoir affaire à n'importe quel humain. Leur mentalité, d'après ce qu'il avait pu juger, n'était pas portée sur la trahison. Il y avait chez elle un mélange de fierté et de respect muet. Drôle de combinaison, mais en un peu plus d'un mois qu'il était au pays, ça marchait ainsi, alors autant que ça continue.
S'apprêtant à mener délicatement sa noire colombe vers le lieu adéquat, il se trouva arrêté par une remarque. Elle savait ce qu'elle voulait. Et en même temps, ces mots avaient une telle portée que l'homme fut obligé de poser ses yeux sur elle. Lentement, avec une sorte de réflexion dans le regard, il plongea dans les prunelles de la métisse, et descendit lentement sur sa poitrine plus devinable que jamais.

« Hmm... je m'en serais douté. Ce n'est pas bien difficile à comprendre... »
Ce buste plein, ces formes voluptueuses qui donnaient au final une si agréable silhouette... était-ce là de la provocation, des termes choisis ? Ne s'attardant qu'une poignée de secondes supplémentaires pour contempler ce petit bout de chat appétissant, il ne songea qu'après, qu'effectivement, un félin comme elle pouvait avoir d'autres raisons de boire du lait. Mais l'occasion de scruter sa poitrine voilée avait été trop belle. Quand il revint à sa progression vers l'établissement, Roman s'adressa en japonais à l'hôtesse. Sans problème, il accédait à la table idéale, l'une des dernières libres. C'était maintenant que l'inconnue devrait attirer bien des regards.
Sans lui adressant plus de mot, il la fit passer devant lui. Déjà, lui-même repérait celui qu'il aurait dans le viseur. Un grand brun doté de lunettes, reconnaissable entre mille. Sûrement même parmi des millions d'autochtones. Immanquable, il avait lui aussi jeté un œil vers l'entrée en voyant une chevelure blonde et l'allure haute de Roman s'avancer. Mais refermant son piège, ce dernier plaçait la neko devant lui, captant les oeillades pour qu'elles restent sur cette jeune fille au parfum exotique. Lui, l'agent en réveil des services de renseignements russes, pouvait prendre la place la plus appropriée. Derrière l'angle d'un mur, sur une banquette, il était masqué aux trois quarts du public. Laissant à l'hybride la chaise en face, il l'interpella.

 « Assied-toi. »
Logiquement, il avait d'autres choses à lui dire. Mais vérifiant d'abord son auditoire autour d'eux, il ne se reprit qu'après s'être rendu certain de ne pouvoir être lui-même observé.

« Ne t'occupe pas des regards. Concentre-toi et ce sera parfait. »
Il n'avait pas besoin de son prénom. Le fait qu'elle soit « la neko brune de peau » serait forcément concluant. Tout ce qu'il avait à faire, pour le moment, c'était de commander café et lait, avant de se mettre à jouer... au maître.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Ven 10 Jan - 17:07






Il semblait plutôt sur de lui, et le plan se mettait en place. Quand le grand blond avait laisser son regard dérapé jusqu'à ses formes, elle ne put s'empécher de rire intérieurement. C'est fou comme ces petits bijoux féminins pouvaient rendre les hommes bêtes et presque prêt à tout. C'était la que résidait tout leur charme ou quoi? Ce n'était pas rare de voir les regards des hommes se balader plus sur son corps que son visage, même si le fait d'avoir deux yeux étrangement vairon attirait aussi les regards. Enfaite, c'était elle, le monstre de foire qu'elle était, qui attirait simplement les yeux sur elle, et sa petite personne.

Elle l'écouta sans rien dire, et en le suivant plutôt docilement alors qu'il commandait une table pour eux deux, et, comme il l'incitait, elle finit par le doubler, et se poster devant lui. Elle avait compris que ce n'était pas par galenterie, mais pour éviter de se faire repérer. Même si il la dépassait de plus d'une tête, elle et son parfum venu d'ailleurs serait surement plus observé que lui. Pour s'assurer à ce que ca soit d'ailleurs bien le cas, elle dressa bien haut au dessus de ses cheveux neiges, ses petites oreilles duveteuses, et laissait son déhanché se faire plus prononcé, balancant ses hanches et ses fesses sans trop en faire, juste assez pour donner envie.

En marchant devant lui, elle finit par s'arrêter à leur table, prenant le temps de l'observer poser ses fesses sur son siège, pour ensuite l'imiter en se placer juste face à lui. La féline croisa lentement ses jambes chocolats, alors que son coude droit se posait sur le bois froid de la table, acceuillant dans sa paume de main son menton, se remettant à le fixer sans gène, un sourire léger se dessinant même sur ses lèvres. Se concentrer? C'est tout ce qu'elle avait à faire? Ca va, c'était pas encore la demande la plus importante et compliqué qu'elle s'était vu confier. Elle se contenta d'hocher la tête discrètement en guise de répondre, sans cacher son sourire aux crocs accerés avec ses lèvres, finissant par demander à voix basse, s'assurant que personne d'autre que lui puisse entendre


«J'espère que ta ou tes cibles sont pas armés. J'te jure si j'me prend un balle perdu ou que je meurt, j'te tue»


Un peu d'humour pour détendre l'atmosphère, bien qu'elle le pensait réellement. Son corps était son gagne pain en quelque sorte. Non qu'elle se vendait, mais si elle comptait se trouver une bonne personne pour s'occuper d'elle, elle voulait éviter toute cicatrices non esthétique, ou toutes défiguration. La mort serait encore plus embêtant évidemment. Alors, discrètement, la féline laissa son regard se balader dans la pièce comme pour repérer les lieux, les personnes qui s'y trouvait, le décor, tout ce qui pouvait avoir son importance. Finalement, elle se permit de se détendre, posant son dos contre le dossier en lui regardant, laissant son pied frôler le mollet malicieusement du blond juste devant son nez qu'elle ne cessait d'observer.


«Bon, et maintenant, c'est quoi le plan, 'sama' ?»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   Ven 10 Jan - 20:57


Cette bestiole n’était pas méchante. Calme, obéissante, elle avait suivi Roman et se proposait même de faire un peu plus que de simplement tenir compagnie et d’être utile, en se montrant pour le moins agréable. Ses mots, adressés à lui, avaient eu l’impact vraisemblablement escompté. Un sourire. Léger, mais sourire tout de même. Le grand blond, assis face à elle, caché de sa cible, pouvait observer la métisse d’un air amusé.
Ne répliquant pas aussitôt à ses petites piques, il se contenta d’attendre que le thé arrive. Pour elle, ce devait être du lait, donc. Du moins, c’est ce qu’il avait commandé. Et dans cette attente, il hésitait encore à se concentrer sur le travail, ou à céder face à la facilité.

« J’aimerais que tu restes concentrée sur ta tâche. Il ne tient qu’à toi que tout se passe bien. Et si tu te mets à jouer les petites chattes aventureuses… ce n’est pas une balle perdue que tu risques de te prendre. »
Sans que ce soit une menace, il avait coincé le pied entre ses mollets, se penchant au-dessus de la table pour finir ses mots. Souriant davantage, mais plus en coin que jamais, il observa les yeux bicolorés de la neko. Plus intéressé qu’il ne l’aurait pensé d’être en présence d’une créature pareille, l’homme ne voyait pas ce qu’il pouvait faire de plus, de toute façon. L’américain ciblé était certes de Langley, mais il devait travailler sous une couverture si aisée à démasquer que le jeu était prémâché pour Roman.

« Mais si tu tiens à recevoir des ordres venant de ton… maître, j’aimerais que tu ouvres ce petit haut et te laisse un peu respirer ta charmante peau. Et je t’autorise à retirer tes chaussures. »
Libérant sa jambe, l’humain écarta les siennes et envoya sa main de l’autre côté de la table, à destination de la joue, pour la caresser lentement. Ses doigts s’égarèrent dans ses cheveux blancs, les tâtant dans une expression amusée. Ils n’étaient pas si soyeux que ça, sans doute habitués à vivre dans la poussière, peut-être dehors ou dans une cage. Quoi qu’il en soit, Roman ne désespérait pas d’être en pareille compagnie et appréciait vraiment.
Bientôt, les boissons arrivèrent, poussèrent le « maître » à se reculer. Laissant de la place, et l’hybride par la même occasion, il accueillit son thé avec une salutation silencieuse. Ses yeux, toutefois, ne quittèrent pas sa vis-à-vis. Il croisa plutôt les bras pour la voir mieux, se reculant et ayant d’elle un meilleur aperçu. Il n’eut d’ailleurs pas besoin de baisser les pupilles sur son infusion pour le remuer lentement, gardant en sa mémoire les couleurs si étonnantes de cette étrange apparition.

« Que fais-tu de ton existence pour te trouver là, seule, perdue, et avec moi ? Ton accent est plus exotique encore que le mien. »
S’arrêtant peu à peu de tourner sa cuillère, il ne cilla pas, s’attendant à entendre une réponse bateau d’hybride à la dérive. Serait-elle réellement aussi exotique qu’elle en avait l’air ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
En territoire hostile [Roman & Ye'iitsohan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Collection] Le roman du charme / Guy Le Prat éditeur /Paris
» [Collection] Roman de Cape et d'Epée (Tallandier)
» [Pennac, Daniel] Comme un roman
» [En ligne!] Histoire du roman feuilleton
» [thème]Le roman de Western hors collection

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives-
Sauter vers: