Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Héra. Mutation : 50 %

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Héra. Mutation : 50 %   Lun 24 Nov - 21:28


Carte d'Identité


Nom et Prénom: EUDOXIE, Héra.
Age: 27 ans.
Sexe: Une femme.
Nationalité:  Étrangère.
Orientation sexuelle:  Hétéro. Mais les lèvres d'une femme ne lui dérange point.
Docile ou Rebelle  ? Docile.





Caractère ;

On dit que les gens qui ont peu, sont ceux qui donnent le plus. Malgré qu’elle ressemble à une déesse, la richesse ne lui appartenait pas. Malgré qu’elle faisait de son mieux pour obtenir tous ce dont elle avait de besoin, peu de personne la prenait sous son aile. Lorsqu’Héra voit quelqu’un dans le besoin, elle l’approche toujours pour l’aider. Même si elle ne peut pas apporter gros, elle veut au moins faire une petite différence. On ne sait si c’est parce qu’elle le veut bien, ou si elle désire quelque chose en retour. Héra aime donner, mais très peur recevoir. Elle doit mériter ce qu’elle veut. Soumise à son père, soumise à son ancien mari, soumise à son maitre. Elle acceptera de faire presque tout ce qu’on lui demande, pour un morceau de pain et un peu de soins.

Par contre, malgré sa patience, si on abuse d’elle, un mauvais côté apparait. Une femme blessée est une femme sournoise. Manigançant un mauvais coup, une manière rude de se venger. Elle adore le goût de la vengeance et elle n’a pas peur de faire aller son cerveau pour attaquer. Réconfortante de ses bras, mais pas très forte, elle utilise beaucoup plus la ruse et les mots pour attaquer une personne. Elle n’a jamais été ainsi, on dit que c’est les nouveaux gênes animales qu’elle a en elle qui l’a rendu ainsi.

Une mère, reste une mère. Même si elle n’a plus son enfant depuis quelques années déjà, elle a gardé toutes les mimiques qui sont reliés à cette joie d’être. Protectrice, elle peut montrer griffes et dents pour protéger la personne qu’elle porte en affection. Elle n’aime ni la violence, ni la souffrance, mais si elle doit pleurer et saigner pour épargner le mal à un être cher, elle le fera. Héra est douce et compatissante. Elle préfère être à l’écart, qu’être dans les jambes de quelqu’un tout le temps. Ça ne l’empêche pas de surveiller la personne de loin. C’est la dernière à s’endormir pour s’assurer que tout le monde dorme bien.

Mais elle aime aussi un côté de la débauche. Un verre de temps en temps, le plaisir charnelle lorsque le besoin est vraiment nécessaire. Ce n’est pas quelque chose qu’elle a de besoin pour bien vivre, elle peut s’en passer. Mais si l’occasion se montre, elle se laisse tenter. Si la nostalgie et le mal être l’emporte, elle fonce tête première dans les vices. Elle parait bien, presque toujours souriante et ensoleillée, mais au fond d’elle, son cœur pleure amèrement. On lui a arraché son enfant, son mari, on l’a nargué en la transformant progressivement en animal et en faisant du reste de sa vie, un enfer naissant.



Physique ;

Une belle jeune femme d’origine étrangère qui arrive au japon dans une cage. On aurait cru que la couleur de sa peau était un résultat de toute la saleté qui aurait pu lui coller à l’épiderme, mais malgré un lavage à sec avant d’être habillée et enfermée dans une nouvelle cage, elle garda la même teinte.  Sa chevelure créer un magnifique contraste avec sa peau assombrie. Tous les poils de son corps ont une absence de teinte. En effet, sa longue chevelure est d’un blanc des plus purs. Bien traitée et toujours coiffée, ses cheveux est une chose qu’elle chérit car c’était la seule chose qui la rendait différente de tous les membres de sa famille.

Ses longues mèches douces encadrent son visage presque symétrique. Un nez fin, à l’extrémité arrondi. Des lèvres pâles, mais délicieusement dessinées. Toujours tordues dans un discret sourire, remuant au rythme de ses paroles et de de ses chansons. Elle n’est pas la meilleure chanteuse, mais sa voix sonne aussi douce qu’un drap de satin. Ses cils, blanc, sont très discrets. Ses sourcils ont toujours été ainsi, comme dessiné du crayon le plus fin et le plus pâle. Se situe un peu plus haut que la moitié de son visage une magnifique paire de yeux. .Électrisant, argenté. Ce phénomène est tout nouveau. Elle est née avec les yeux bleus. À croire que les gênes animales y sont pour quelque chose.

Si nous comparons Héra avec la plupart des jeunes femmes d’aujourd’hui, elle est assez grande. Tapant 1,78 pour un magnifique 160 lbs , sa silhouette est gracieuse, mais pas envieuse. Ses bras sont minces, son ventre a gardé un peu des marques de son accouchement, ses fesses sont fermes tout comme ses jambes. Elle n’a pas une grande poitrine, mais des hanches généreuses. On lui avait dit que sa grossesse serait sans complication vu la dimension de son bassin. Au bas de son dos se trouve une grande queue blanche, bien fournie en poil et extrêmement douce. Mais si on regarde mieux la qualité de sa peau au même endroit, on comprend qu’elle n’est pas née ainsi. Cicatrisée et encore rouge de douleur, elle lui a poussé dans les dernières années. Même qu’elle éprouve encore de la douleur au moment de s’asseoir. Geste qu’elle fait avec délicatesse.

Elle s’habillera selon ce que son maitre lui donnera. Mais elle a toujours opté pour des vêtements légers et dans les teintes très pâles. Ça lui va mieux au teint. Elle adore les robes longues ou les grands chandails avec des shorts en jeans. Elle n’aime pas spécialement dormir avec des vêtements, mais s’il le faut, elle le fera sans chigner. Elle porte très rarement de soutien-gorge, mais aime les sous-vêtements en dentelle ou les caleçons d’homme. Elle aime aussi les vêtements qui dévoilent son dos. Elle aime bien ses tatouages blancs de motifs floraux.



Histoire ;

Réellement née en Amérique Latine (plus précisément au Brésil), elle déclare que la terre entière est sa ville natale. Non pas par pure folie, mais parce qu’elle ne restait pas plus d’un mois dans un nouveau pays. Elle ne croyait pas que ces nombreux voyagements n’étaient en fait qu’un moyen de fuir le passé de son père. Dans le trouble jusqu’au cou, l’homme qui lui avait donné la possibilité de naitre n’avait jamais cessé de se mettre la police sur le dos. Pour différents méfaits qu’on n’osait citer. Sa mère était une complice aveugle dans toute cette histoire. Aveuglée par l’amour, dira-t-on. Malgré les voyages, Héra grandissait très bien. On croit qu’un problème hormonal ou de drogue aurait causé l’absence de toute couleur dans sa chevelure. Ça faisait d’elle une enfant unique. Certaines places, les gens vénéraient l’enfant pour ses cheveux inusités, d’autres lui envoyaient des pierres. Ce n’est pas ce qui la marqua plus dans son petit chemin de vie, mais très jeune, elle envisageait déjà de se garder chauve.
Très peu d’amis l’entouraient. Comme elle savait qu’elle s’en irait dans les prochaines semaines, à chaque fois qu’elle rencontrait quelqu’un, la petite brésilienne préférait être de côté et ne parler à personne. Elle suivait silencieusement les cours que ses parents arrivaient avec peine et misère à lui payer. Surtout aux États-Unis, où l’école semblait leur couter une fortune inespérée. Elle réussissait bien, même si elle devait apprendre une nouvelle langue à chaque fois, un nouveau système d’écriture, de calcul, un nouveau système de vie. Il lui arrivait de ne pas tout assimiler et mélanger un règlement avec celui d’un autre pays. Toute son enfance, ses collègues de classes croyaient qu’elle avait le cancer, comme elle n’avait aucun poil sur la tête. Certains la respectaient, d’autres la méprisaient. Peu importe ce qu’elle faisait, quelqu’un la jugeait. Aussi jeune soit-elle.
Elle a commencé à se laisser pousser les cheveux vers douze ans. C’était une année agréable, car ils ne durent voyager que deux fois. Son père, qui ne semblait plus être déclaré comme un danger public, respirait finalement. Jusqu’à sa prochaine bavure qui lui coutera cher. Ils s’étaient arrêtés à Cuba, dans un petit appartement mignon, mais loin de la mer. Ils coutaient moins chers, dans ce temps. Elle avait un voisin de pallier, trois ans plus vieux qu’elle. Elle tomba follement amoureux de lui. Premier coup de cœur d’enfance. Il avait un beau petit teint foncé, percé d’une paire d’yeux vert claire. Sa belle chevelure mi longue vaguait jusqu’à ses épaules. C’était un beau garçon. Ils prirent du temps à communiquer l’un l’autre, commençant par des dessins et créant un langage des signes propre à eux. Héra était très intelligente et apprenait très vite. Elle avait un grand sens de la logique et de la compréhension qui lui permit de grandir comme un enfant normal tout ce temps. Bref, ce petit garçon fut le premier à lui dire que ses cheveux étaient jolis. Le premier à les toucher, à les sentir, à les aimer. C’était son seul ami et son premier petit ami. Ses mots la touchèrent si profondément qu’elle se promit de ne plus jamais couper ses beaux cheveux blancs. Même si elle devait le quitter.
Plus le temps avançait, plus les voyages l’irritaient. À 19 ans, elle n’était pas une adolescente dérangeante. Elle savait se tenir tranquille. Mais pour une fois, Héra voulait une routine, un chez elle bien décoré et décida de quitter ses parents qui étaient maintenant installer à Londres pour retourner à Cuba. Elle dû rester sur place bien longtemps, pour travailler un peu et se permettre de payer un billet aller vers Cuba. Chose faite, elle espérait qu’une fois là-bas, elle puise retrouver son ami. Évidemment, il n’était plus situé au même endroit. Avec quelques recherches par ci et par là, elle apprit qu’il était installé dans une maison près de l’eau, avec une femme depuis deux ans déjà. Ça n’empêcha pas la brésilienne d’aller à sa rencontre en lui offrant une invitation surprise au pied de sa porte. Tous les deux se rencontrèrent de nouveau dans un petit café. Malgré que l’homme semblait avoir à cœur le départ d’il y a plusieurs années d’Héra, tous deux parlèrent et rigolèrent comme de bon vieux amis. Ce genre de sortie fut fréquent, jusqu’à ce que la belle femme à la chevelure de neige devienne son amante.
C’était une relation étrange, rempli de mystère et de secret. Bientôt, elle refusa d’être seulement une amante et lui promis qu’elle l’arrachera des griffes de son réel amour. Chose qu’elle ne fit pas, mais qui arriva tout seul. Sa réelle femme devait quitter le pays pour trouble avec la justice. Sans mal et sans peine, Héra devient réellement en couple avec son ami de cœur. Tous les deux eurent un enfant ensemble et l’éleva sans problème jusqu’à ce qu’elle atteigne le magnifique âge de 3 ans.
Le passé de son père lui revient en plein visage. La folie de son père l’écrasa, la piétina violemment. Il avait vendu sa fille pour un peu d’argent à une firme inconnue pour des expériences quelconque. Se faisant passer pour l’autorité même, ils arrachèrent la jeune Héra à sa petite famille et bientôt, elle n’aurait plus jamais de nouvelles de son amour et de sa perle d’or, et eux, n’auraient plus de nouvelle de leur amour et leur mère. Héra fut droguée et mis volontairement dans un certain coma non-dangereux et amener au Japon, où l’enfer commença.
Elle se réveilla dans une pièce aussi blanche qu’elle. Elle était seule. Il n’y avait aucune fenêtre, seulement une ambiance froide et effrayante. Elle avait des bleues plein les bras, un goût amer dans la bouche et les yeux presque aveugle. Elle ne comprenait pas ce qui lui était arrivé et espérait avoir des réponses. Mais elle ne parvient pas à en avoir, pas même des dizaines de personnes qui passèrent dans sa chambre. Pour la nourrir, prendre ses signes vitaux, la piquer d’avantage et surveiller son corps nu par moment avant de l’habiller d’une robe blanche de nouveau. C’était une routine qu’elle n’appréciait pas, mais elle craignait d’élever la voix et être plus maltraitée qu’elle ne l’était maintenant. Un peu plus à chaque jour, même si elle ne voyait pas les jours passés, une douleur naissait dans le bas de son dos. Bientôt, elle n’avait plus la possibilité de dormir sur la colonne, ni même de s’asseoir.
Sans comprendre ce qui lui arrivait, une douleur vive l’attaquait. Son cœur débattait. Héra respirait mal. Elle sentait sa peau se fendre. Elle criait à plein poumon, mais jamais personne n’est venu. La firme cherchait en fait un nouveau moyen de faire d’un être humain, un hybride. Sans pour autant qu’un hybride s’accouple avec quelqu’un d’autre ou que l’enfant hybride soit un enfant éprouvette. Héra était leur énième essaie et bientôt une partie de sa colonne s’était créée, avait fendue le bas de son dos pour s’allonger lentement mais sûrement en une belle queue de renard. Le poil avait commencé à apparaitre progressivement, à chaque jour. Et presque qu’à chaque jour, la jeune Héra s’évanouissait de douleur. Le traitement dura presque deux ans, avant qu’elle ne soit envoyée dans une animalerie. Les scientifiques croyaient ne jamais parvenir à faire pousser des oreilles sur son crâne. Pour eux, c’était un autre résultat bon pour la poubelle. Mais il ne savait pas qu’un peu plus tard, après la vente, Héra commençait à éprouver des maux de tête constants. Serait-ce les oreilles qui commençaient à se modeler ?




Hors RPG;
As-tu signé la charte du règlement ? Évidemment. ~
Comment as-tu connu le forum ? Il y a bien longtemps...
Autre chose ? Love y'all ~
Le code ? J'aime faire des ronrons. ♪


Codage par Lokita sur LG'
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Héra. Mutation : 50 %   Mer 26 Nov - 21:16

Terminée mes beaux. ♥
Revenir en haut Aller en bas
 
Héra. Mutation : 50 %
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'oeuf, la poule, la côte ? Mutation.
» Avis de marché - Conseil Général du Pas de calais (60) - restauration de documents (tables de l'enregistrement et registres de déclarations de mutation après décès) conservés aux Archives départementales du Pas-De-Calais
» MUTATION L'ETOILE DE NATAN de Sophie Séronie Vivien
» [Promo] UnofficialPenSpinningPromo 'Mutation'
» MUTATION HAUTE SAVOIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Hors Rpg † :: x.Archives :: - Fiches finies-
Sauter vers: