Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au casino, la banque gagne toujours |Marlène&Tekla|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tekla I. Gylamesh

avatar

Age : 22
Messages : 3
Maître(sse) de : Du coeur de Marlène.
Date d'inscription : 27/11/2014

MessageSujet: Au casino, la banque gagne toujours |Marlène&Tekla|   Jeu 11 Déc - 9:10

Un moment de calme et de tranquillité... Là où tu pourras te reposer.... Nooooon. Tu déconnes littéralement. Tu n'étais pas du genre à  rester assise tout le temps au même endroit, en croisant les bras, et attendant que le temps passe. Tu n'étais pas une sédentaire pure et dure. Il te fallait ta dose d'adrénaline, ce que la science t'apportait en complément. C'était donc sur un coup de tête monumental que, munie d'un bon manteau tout chaud pour couvrir tes queues au chaud et un bonnet pour ne pas avoir froid aux oreilles, tu déambulais donc dans les rues. Toi et ta mine de grumpy cat ancrée sur le visage, avec comme impression que tu es née avec cette bouille là. Tu étais tout le temps ainsi... Tu n'allais quand même pas chipoter sur ce fait. C'était vrai, cela a été démontré par différentes photographies. Celle d'une mini Tekla qui a la mine boudeuse, avec le vieux Papi qui lui servait de créateur.

Tu n'étais pas aimable, tu n'étais pas la gentille hybride docile que pourrait être l'archétype d'une esclave hybride -Archétype qui a tendance à décroitre vu les personnes dans cette ville. Sans doute trop de rebelles *Tousse*-. Tu levais lentement tes yeux vers une lumière de couleur bleutée. Hum... C'est bientôt noël, cela se voyait. Manquerait plus qu'il neige tiens.Non, pas sur les flocons devant votre écran qui tombe là, on parle en vérité là... De la vrai neige que tu pourrais toucher. Tu baisses tes yeux vers tes mains, avant de souffler dans tes mains pour les réchauffer. Ah mon dieu... Les dégâts du froid sur tes petites mimines. Cela t'engourdissait tes nerfs. Tu avais l'impression que tu allais te statufier lentement... Ah mais elle devrait faire une pose classe, et avec comme place en dessous "Follow the science, brothers and sisters." . Là, ça sonnait bien classe. Là tu serais d'accord d'être une glace Miko-spiritisme-exorcisme-chaispasquoi, pour la postérité de la science. Enfin bref, tu t'égares...

Et c'est là que tu vois une lumière rouge qui clignote. Je dirais même plus... PLUSIEURS lumières qui clignotent, dans la joie et la bonne humeur. OUI MONSIEUR! PLUSIEURS POUR LE PRIX D'UNE! SI CA CE N'EST PAS BEAU COMME PROMOTION VISUELLE! Le ciel nocturne offrait vraiment la possibilité de t'attirer devant cette lumière... Mais tu t'en battais littéralement les deux queues. C'était la chose qui était écrite qui était assez intéressante.

"Casino"

Aaaah. Ça c'est plus amusant à voir. Tu étires un mince sourire, ton visage affichant un air mesquin. Cet endroit, où les gens se faisaient dépouiller à mort, où un morpion qui gagne des millions rejoue pour les perdre. Le monde du jeu et de hasard où "Rien ne va plus." . Tu n'avais jamais mis un pied au casino, et tu n'avais pas vraiment l'argent nécessaire pour pouvoir parier des millions pour pouvoir se payer des prostitués de luxe, du champagne pour les mettre sur les seins, et un hélicoptère. Mais ça, ce n'était que pour les pervers riches. Toi... T'étais une scientifique. Donc t'aurais acheté des prostitués pour l'étudier dans son milieu naturel, du champagne pour savoir la composition, et l'hélicoptère pour tester la force de travail des pales d'un hélico. Puis tu poses tes yeux devant l'entrée. Hum... Les gens qui rentrent semble bien habillés. Hum... Quelqu'un est passé en ayant quasiment la même tenue qu'elle. Elle a bien fait d'avoir pris les vêtements reçue en cadeau par ce richard de pépé zinzin.

Alors tu passes sans attirer l'attention.

Et c'est là que tu vois l'immensité de l'endroit. Ah lala... Tu ne comprenais pas pourquoi la science n'avait pas de pognon et le casino si... Tiens, ça te fait penser à une blague:


"On donne plus pour la chirurgie plastique que pour l'Alzheimer.
Cela veut dire que nous aurons de gros seins et de gros pénis, mais que nous ne saurons point s'en servir."

Tu ris doucement à ce fait pensé... Ce n'était pas déjà le début du déclin de l'Humanité? Tu t'y avances lentement, regardant un peu partout, le regard redevenu celui du célèbre meme sur le net il y avait une époque. Tu visites donc tranquillement, zyeutant les tables de jeu, toussa toussa. Mais cependant, il y avait quelque chose de plus intriguant. Une porte, avec écrit: Réservé au personnel.

Tu ne savais pas, t'avais comme un petit picotement au niveau du coeur. Tu sentais battre plus vite, tu sentais tes muscles se crisper lentement en face de cette porte. Tes doigts s'amusent à pianoter dans l'air, les bras le long du corps. Wow... Cela te donnait vraiment envie d'y aller. Bah oui, aller dans l'inconnu, dépasser l'éthique social. C'était une genre d'expérience personnelle qu'il fallait faire au moins une fois, selon toi. Alors, tu regardes à gauche, puis à droite... Avant de t'y engouffrer. Cela te rendait tellement excitée de faire ça. La joie de l'adrénaline qui découle dans tes vaisseaux sanguins.

Cependant, tu levas tes yeux vers une boîte noire. Et merde... Tu pensais que c'était une caméra. Alors ni une, ni deux... Tu détalles... Mais dans le couloir, il fallait qu'elle explore un maximum, mais si elle allait devenir une loque à la fin de la course et qu'elle allait se faire réprimander au laboratoire. Tu te tournes en direction d'un couloir, puis tu prends le temps de lire:

"Loges"

Oh. De toute façon, tu n'avais pas le temps. Il fallait te dépêcher. Vite. Alors tu te contentes d'ouvrir la porte et de t'y engouffrer rapidement. Tu t'adosses à la porte, retirant son bonnet pour écouter à la porte. Oui... Tu savais que les loges n'étaient pas filmées. Droit à la pudeur. Et ouais... Vie privée, toussa toussa. Tu soupires lentement, satisfaite de ne rien entendre. Bon... Ce qui fait le plus peur, c'est de rien entendre. Ou alors d'entendre sans voir. Un coup sec derrière la nuque, et la mort... Les ninjas modernes. T'en avais entendu parler.
Et tu te foutais ouvertement de leur gueule.

Cependant, t'entendis du mouvement, et tu tournes lentement les yeux vers une silhouette.


- Euh.... Bonjour?...

Goddamnshit! C'était bien le truc que tu ne voulais pas voir. Priez pour qu'elle soit compréhensible. Allez y les gens de la Terre, donnez lui de votre énergie vitale pour se tirer de cette situation. Ton visage de Grumpy Cat affichait quand même un peu de stupeur.

Maintenant Maestro, je vous rend votre baguette. A vous de faire bouger votre personnage et l'animer sous nos yeux ébahis.
Revenir en haut Aller en bas
Marlène X.

avatar

Age : 28
Messages : 3
Maître(sse) de : Euhm.
Date d'inscription : 09/11/2014

MessageSujet: Re: Au casino, la banque gagne toujours |Marlène&Tekla|   Sam 20 Déc - 22:16


Au casino, la Banque gagne toujours.Marlène & Tekla
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le réveil sonnait déjà depuis quelques minutes dans la chambre de Marlène, qui semblait dormir à poings fermés telle la Belle qui attends son baiser pour s' éveiller. Sa position en plein sommeil ne lui laissait rien d'une princesse pour autant ; allongée sur le flanc droit, une jambe en dehors de la couverture et les bras appuyés contre le mur, la demoiselle se permit même d'ouvrir la bouche - comme pour rompre un charme déjà inexistant - afin d'expulser l'air inspiré en un faible sifflement. La petite cacophonie continua alors quelques minutes, jusqu'à ce qu'une main sauvage s'abbatte sur le réveil en colère pour faire taire ces BIP incessants et les sifflements,  par la même occasion.

Marlène ouvrit alors ses paupières en un soupir, un fin voile embrumant sa vue céruléenne. Elle inspire, puis expire. Et fait volte face dans son lit, serrant son pauvre oreiller entre ses bras frêles et nus. Elle ne veut pas se lever. Son sommeil n'avait pas été assez réparateur,  et elle sentait d'autant plus les courbatures de la veille. Encore une de ces nuits. Non. Ne pas penser au travail et se rendormir se disait-elle, mais trop tard. Une fois réveillée, la demoiselle était tout simplement incapable de se rendormir. Elle leva alors le bout de son nez pour zieuter le temps à travers la fenêtre et lâchant un râle de dépit, elle redressa son corps sur ce lit douillet et aimant.
 
Debout.

Un pied d'abord, puis l'autre à terre aussi, Marlène se raidit sur son lit. Elle s'étire de tout son long en poussant un fin soupir articulant ses chevilles pour les réchauffer et enfin, pouvoir se lever. Et là, elle déambule dans la pièce, une jambe après l'autre, un pas après l'autre, sans oser poser un regard sur le grand miroir qui sied devant elle. Son crâne est nu, alors, non ; bien que toutes ses opérations dataient de plusieurs mois, la belle n'assumait toujours pas de se voir sans sa touche de Féminité, sa belle chevelure rousse et épaisse naturelle. 

Alors elle continue d'onduler dans l'appartement en direction de la machine à café, un simple t-shirt trop grand pour elle sur le dos. Il coule, elle attends. Sucre, cuillère, et elle s'assoit sur le sofa du salon afin de déguster son or noir du matin. Toujours un peu embrumée, elle allume une cigarette, et prends ainsi son petit déjeuner. Le café-clope du matin dans son bon canapé, la journée pouvait démarrer. 

Une ou deux heures avaient passé depuis son éveil, et tandis qu'elle sortait à peine de la douche, le corps humide, la belle Marlène se dirigea dans sa chambre afin d'enfiler des habits un peu tiré au hasard ; un leggings noir semi-opaque avec une tunique de laine grise à mailles épaisses. Suffisant pour aujourd'hui : habillée mais décontractée. Son ménage de la journée deja réalisé plus tôt, elle enfila une paire de bottines et claquant du talon sur le parquet, direction la salle de bain, la demoiselle osa se pouponner un peu - c'est à dire l'usage d'un simple mascara pour relever ses cils -. Suite à cela, il fallait choisir la perruque, maintenant.

Marlène se voulait blonde, mais impossible de remettre la main sur cet artifice. Parmi toutes ces chevelures les plus affriolantes à ses yeux, La Blonde n'y était pas. Elle se rappela alors où elle était cachée. Dans sa loge. Un soupir d'exaspération et elle se résout à s'y rendre ; par la porte dérobée.

Elle arpentait donc le couloir en direction de la porte secrète,  accédant finalement à sa loge, dans le Casino. Les aléas du métier. Sûrement. Elle marche alors jusque sa coiffeuse, en silence, mettant finalement la main sur l'objet de ses convoitises.  Elle prit alors la perruque de ses mains blanches et la porta sur sa tête : l'ajustant au millimètre près,  elle s'empresse d'attraper sa brosse pour ainsi pouvoir coiffer la perruque à sa guise, avant de la laquer de spray. Elle etait enfin prête à sortir.

Quand soudain une voix la fit tressaillir et son petit corps sursauta en un bond, reculant alors de l'individu entré dans sa pièce personnelle. Ses paupières clouées par la peur, elle les rouvre ensuite, pour apercevoir la sublime créature en face d'elle.

- ...B-Bonjour..! Q-Qui êtes-vous..?

La blonde - du jour - relâchant sa coiffe pour amener ses bras à sa poitrine, patienta un instant, appeurée. Qui etait-elle ? Une coiffeuse ou une nouvelle danseuse ? Elle resta donc adossée contre sa porte secrète, prête à fuir et à hurler si l'occasion se montrait.

Oui. Elle était peureuse.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
 
Au casino, la banque gagne toujours |Marlène&Tekla|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episode 3 - Le casino gagne toujours
» [4x03] Le casino gagne toujours
» Le casino gagne toujours
» Banque de smileys
» James : toujours partant pour un spin-off sur Spike

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † La ville † :: x. Le Casino de Gokusha-
Sauter vers: