Bienvenue sur Gokusha No Neko ! Venez incarner un Hybride ou un Maître dans un monde où règne esclavagisme et perversité. Ce forum est à tendance Hentaï/Yaoï/Yuri ! [Déconseillé aux moins de 16 ans]
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 House of horror (pv Mao)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neel

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 02/03/2015

MessageSujet: House of horror (pv Mao)   Mer 11 Mar - 7:57


Cette ville c'est la merde. Franchement. J'ai beau y vivre depuis quatre ans, je ne peux pas m'y faire. Trop de bruit, trop d'hommes... Bref trop de cons. Et quand je dis ça je pèse mes mots. A la campagne au moins l'échantillon de crétins est plus dispersé. Parfois, je me demande ce que je fais ici... Mais bon, ce n'était pas vraiment mieux dans le village de Dache. Rien que le fait de penser à lui, mes poils s'hérissèrent. Je garde mes souvenirs d'enfance comme des milliers d'échardes enfoncées dans ma peau. Je me demande encore pourquoi je ne me suis pas vengé d'une manière ou d'une autre... Peut être pour la même raison qui fait que je ne me projette jamais bien loin dans l'avenir.

D'où me venait ses soudaines envies d'introspections ? Ma queue fouetta l'air avec agacement. Derrière moi une petite fille voulue l'attraper. Je la regardais avec un air mauvais, ce qui poussa bien vite son père à l'écarter de moi. Tant mieux, je n'ai pas plus pitié pour ses créatures bavardes. Elles ont toujours tendance à vouloir toucher mes oreilles ou ma queue de léopard des neiges. Pour ceux qui se le demandent : je ne suis pas une peluche ! Pas plus qu'un jouet ou un chaton.

La foule de plus en plus dense me poussa à m'écarter du centre-ville pour m'aventurer vers la périphérie, en direction de la zone des rebelles. A mesure que j'avançais, les piétons étaient de moins en moins nombreuses et le type de population changée. Les hommes bien sapés et groupes d'étudiants qui discutaient en toute sérénité étaient remplacés par des passants plus mystérieux, parfois pourvu d'ailes ou d'oreilles poilus. Normalement, à partir de là je suis peinard. Enfin, sauf s'il prend un besoin à la police locale de faire une tournée et de ramasser les hybrides en liberté.

Alors que j'avançais tranquillement dans l'allée principale, un bâtiment attira mon regard. Il s'agissait d'un immense bâtiment provenant sans nul doute d'un autre siècle. Ses fenêtres cassées semblaient être des yeux terrifiants qui fixaient les passants. Le crépit était noir comme couvert de suie, formant une peau rugueuse et râpé sur sa vieille carcasse. Le bâtiment en lui seul était un musée de l'horreur et était, disait-on, hanté. Bien sûr je ne crois pas aux fantômes. Mais aujourd'hui je ressens l'irrépressible envie de visiter les lieux.

Aussitôt dit, aussitôt fait. J'ouvris la porte qui obtempéra non sans pousser un grincement déchirant. Ah oué... Un décor parfait de film d'horreur... Les poutres me semblaient aussi solides que des brins de paille, certaines affaissés en son sain comme si ses os sortaient de leur axe. Si l'une d'elle tombe je ne suis pas dans la merde moi. Je poursuivis mon observation en m'enfonçant de plus en plus dans ce sinistre hôtel qui m'avala tel un monstre affamé.
Revenir en haut Aller en bas
Mao
Empereur à plein temps ♥
avatar

Age : 97
Messages : 123
Maître(sse) de : L'UNIVERS !
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: House of horror (pv Mao)   Lun 16 Mar - 18:37

«  We are so far from Hell… »

    A croire que toi, tu ne l’étais pas tant que ça dans ton couloir exigu et sombre, la fine odeur nauséabonde dansant dans les airs jusque tes narines, tel le souffre opulent du Styx. Que faisais-tu dans cet hôtel, chaton, alors qu’il y avait des années tu l’avais abandonné pour te nicher dans un sous-sol presque aussi miteux que ces murs de bois rongés par les mites ? Une nostalgie désobligeante, une hypocrisie sournoise ou simplement la maîtresse de l’Ennui t’avais-t-elle visité pour te faire venir jusque ton ancien chez toi ? Tes doigts effleurent les plaintes, tes ongles en arrachent le reste de papier dépeint par la crasse et la vétusté des lieux ; Dans quel but erres-tu de la sorte dans les pièces du 1er étage, que recherches-tu, Mao ? Les lattes craquent telles des lamentations d’outres tombes sous le rythme lent de tes pas. A croire que tu ne les entends plus, pourtant tu avances lentement, tellement que l’on pourrait te croire figer en ces lieux.

« Nobody cares if you’re loosing your mind. »


    Mais serait-ce le cas ? Le grand voleur Vert perdrait-il la tête ? Non, Mao, et tu le sais. Tu te retrouves juste seul depuis trop longtemps, et tu auras beau dire tout ce que tu voudras, la solitude n’est pas la meilleure de tes amies. Tu as besoin d’être entouré, que ce soit par de bonnes ou de mauvaises personnes, il te faut des liens sociaux, quelqu’un à qui te raccrocher, n’importe quoi, du moment que tu ne te sentes plus aussi seul. Parce que ça te bouffe. De l’intérieur. Comme ses mites qui rongent cet ébène si beau d’antan. Mais toi, as-tu déjà été beau ? Dans ta tenue la plus marginale qui soit : tes grosses Doc Martins noires à peine lacée, ton jean noire troué et déchiré et ce gilet rayé de noir et de vert, vert comme toi, tes oreilles si pelucheuses de chaton et ta queue féline à qui tu fais vivre les pires monstruosités ! Quel gâchis. Et voilà que tu pouffes maintenant, un faible air de musique, sûrement celle qui passe dans tes oreilles depuis quelques minutes. Tu marmonnes alors quelques mots à voix basse, bien emmitouflé dans ton épaisse écharpe de laine. Ta favorite, et aussi la seule que tu possèdes. Diantre, que tu n’aimes pas le froid. C’est vrai, haha. Alors tu te blottis davantage, en t’enfonçant toujours dans les méandres de ton passé.

« Where’s your heart ? »


    Il est juste là, à battre si faiblement dans ta poitrine décharnée. Tu le sens à peine bondir, et tu clos tes paupières pour mieux l’écouter, mais impossible avec ta musique qui tourne dans tes oreilles félines. Alors ni une, ni deux, tu la coupes, avant de souffler faiblement et de rouvrir tes paupières pour jeter ton regard quasi lunaire sur le plafond décrépi.

    Et là, tu entends un faible bruit. Un souffle, le vent ? Non, des grincements. Tes oreilles remuent alors et une fois tendues, elles restent aux aguets, prêtes à percevoir le moindre son. Mais rien. Étrange. Tu ronchonnes, ha que je te reconnais bien là. Mais tu te grattes le nez ? Une mince odeur aurait-elle effleuré tes narines parmi la moisissure environnante ? Ce mince sourire sur tes lèvres veut tout dire. Mao, que prépares-tu encore ? Tu es partit te cacher dans l’embrasure de la porte, à guetter le moindre signe, le moindre son, la moindre vie dans cet hôtel dénué de tout âme. Et là, tu attends, respirant à peine.

    Serait-ce le fantôme du passé qui te rendrait visite ?

____________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
House of horror (pv Mao)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» House of Horror
» House vs. God: House wins!
» Célia and flowers [Ange Ai Uri Custom House]Bas p.n°2
» Mes dessins (Dr House, Michael Jackson)
» Weekend Of Horror 7 (08 et 09 Mai 2010)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
† Gokusha No Neko † :: † Coin des rebelles † :: †.L'hôtel abandonné-
Sauter vers: